Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conciliation, réconciliation aux temps médiévaux et modernes

 | 
Franck Collard
, 
Monique Cottret

Comment restaurer la paix dans le monastère ?

Quelques aspects de la réconciliation au sein des communautés régulières en Occident (XIIe-XVe siècle)

Elisabeth Lusset

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le lexique de l’Église médiévale, le terme réconciliation qualifie tout d’abord l’acte par lequel l’évêque reconsacre une église ou un cimetière après sa violation1. Il renvoie par ailleurs à la discipline pénitentielle et désigne l’acte de pénitence qui met fin à l’état de séparation de la communauté imposé au pénitent2. Enfin, dans les monastères, les moines apostats, qui ont fui le monastère et ont été excommuniés, sollicitent leur retour par des « lettres de réconciliation » rédigées par l’ordinaire ou le pape3. Au-delà de ces acceptions propres à la sphère ecclésiastique, le mot fait référence aux mécanismes de résolution des conflits. La réconciliation vise en effet à rétablir des liens d’amitié entre des personnes brouillées et opposées jusqu’au conflit. Elle opère le passage de l’inimitié à la paix, de l’hostilité à l’entente après une situation de crise. Les historiens médiévistes ont avant tout envisagé le thème de la réconciliation en traitant des règlements des conf...

Auteur

Doctorante à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, chisco

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540