Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conciliation, réconciliation aux temps médiévaux et modernes

 | 
Franck Collard
, 
Monique Cottret

Une figure de la conciliation : ’Abd Allâh de Grenade

Emmanuelle Tixier du Mesnil

Texte intégral

1La réconciliation et la conciliation, tout autant que les conflits et a les affrontements dont elles sont le contre-point, rythment l’histoire. Elles auraient du à ce titre constituer les grandes articulations du long passé tourmenté de l’Espagne médiévale, jalonner les huit siècles au cours desquels pouvoirs musulman et chrétien se sont affrontés à satiété, entre 711 et 1492. Or il n’en est rien. Les chroniqueurs des deux camps ont célébré à l’envie les batailles et les victoires ; ils ont déploré les défaites, pleuré les villes perdues, immortalisé quelques figures héroïques, mais ils n’ont guère retranscrit de scènes de réconciliation, du moins entre souverains chrétiens et musulmans. On trouve certes dans les chroniques arabes rédigées en al- Andalus quelques beaux exemples d’aman, de pardon, mettant en scène un souverain miséricordieux pardonnant au traître, au révolté ; l’histoire du califat omeyyade est ainsi émaillée de ce genre de tableau. Mais il s’agit là de pardon entre musulmans. On ne saurait, de plus, confondre pardon et réconciliation : on sollicite le premier quand on conclut à égalité la seconde ; la réconciliation est par définition un processus réciproque.

  • 1 . Selon la loi musulmane, la paix définitive (sulh) avec un ennemi non-musulman est interdite ; on (...)

2Des scènes de réconciliation entre souverains chrétiens et souverains musulmans, nous n’en connaissons guère d’exemples andalous. Alors que d’autres époques, ou d’autres types de protagonistes, ont fait de la réconciliation une vertu morale, dans le cas qui nous occupe, au contraire, la réconciliation n’est tout au plus qu’une conciliation temporaire, une trêve1.

3Or il n’y a nul besoin de composer de longs poèmes épiques célébrant les trêves. Certes les souverains comme les populations des zones concernées se sont très certainement trouvés bien aise de ces réconciliations, lesquelles ont souvent été durables, mais les lettrés n’en ont pas fait les points d’orgue de leurs chroniques et les souverains ne s’en sont pas glorifiés. Certainement parce que, pour les contemporains, on s’approche là d’une forme d’altérité irréductible. Se réconcilier signifie renouer les fils, c’est remettre en commun, c’est retrouver l’état des relations d’avant le conflit. Or dans ce cas, avant le conflit, il n’y avait rien. L’histoire qui se donne ici est celle de la confrontation. La réconciliation ne peut tout simplement pas être le but poursuivi. N’y aurait-il donc que le fracas des armes, le choc des civilisations, pour reprendre le titre de l’ouvrage de Samuel Huntington ? Cette vision extrêmement réductrice ne peut suffire à résumer la complexité de situations politiques et militaires qui voient se succéder temps de guerre et temps de paix. C’est l’évidente et nécessaire alternance qui rend obligatoire la pratique, sinon de la réconciliation, du moins de la conciliation, laquelle trouve en al-Andalus toute sa place.

4La conciliation effectivement est le moment du dialogue ; elle est l’établissement du lien entre des camps qui se trouvent reliés par cette parole. Elle est donc l’un des contacts, en tout cas l’un des contacts documentés, car il est bien évident qu’entre les habitants d’al-Andalus et ceux des royaumes chrétiens du nord de la péninsule Ibérique, il y a toujours eu des échanges, multiples par nature, mais au sujet desquels les sources sont particulièrement discrètes.

  • 2 . C’est le cas par exemple du fameux traité de Tudmir, qui daterait de 714 ; le texte arabe figure (...)

5Ce sont ces conciliations qui ont donné naissance aux quelques traités et accords que l’on retrouve, évoqués ou parfois recopiés dans les chroniques andalouses2. Là aussi cependant, les témoignages sont peu nombreux. On évoque la victoire, ou la défaite, avec pléthore de détails, mais beaucoup moins les tractations qui suivent, les accords qui en découlent et qui illustrent les indispensables conciliations. En un mot, on est rarement convié dans ce type de sources à la table des négociations pour assister au déroulement des conciliabules.

  • 3 Il est intéressant de noter que l’un des rares exemples de négociation débouchant sur un traité qu (...)
  • 4 . Divers fragments (neuf en tout) ont été progressivement identifiés comme provenant d’un ouvrage u (...)

6Peu de sources au niveau quantitatif3, mais néanmoins quelques sources importantes et plus particulièrement une source exceptionnelle ; un document qui pourrait être à lui seul un traité sur la conciliation, un traité également sur les échecs de la conciliation, où l’on voit combien la pratique de cette dernière est nécessaire pour survivre en des temps extrêmement troublés. Il s’agit des Mémoires du roi’Abd Allâh, qui régna à Grenade à la fin du XIe siècle. Cette œuvre, retrouvée au cours des années 1930 par Évariste Lévi-Provençal dans une sous-pente de la mosquée al-Qarawiyyîn de Fès4, est indissociable de la vie de son auteur que nous allons retracer ici dans ses grandes lignes. Cela nous permettra ensuite de voir comment‘Abd Allâh, au centre d’un échiquier politique complexe et dangereux, érigea la conciliation en art de gouverner.

‘Abd Allâh de Grenade ou la nécessaire conciliation

  • 5 . Cette date est fournie par Ibn al-Khatîb, Al-Ihâta fî akhbâr gharnâta, éd. Abrégé du Caire, 1319 (...)
  • 6 . Après la conquête de la Péninsule par les armées arabo-musulmanes en 711, cette terre fut appelée (...)

7‘Abd Allâh b. Buluggîn b. Bâdîs b. Habûs b. Zîrî est né à la fin de l’année 447 de l’Hégire, c’est-à-dire en 10565. À la mort de son grand père Bâdîs en 469 (1076-1077), il est choisi pour devenir le souverain du royaume indépendant de Grenade. Le contexte est alors extrêmement troublé : l’âge d’or du Califat omeyyade de Cordoue est bien révolu6. Dès 1009, commence une longue guerre civile, la fitna, qui voit pendant près de vingt ans les différentes composantes de la société andalouse, notamment Berbères, Arabes et Esclavons, se déchirer et arracher les derniers lambeaux du pouvoir omeyyade ; l’unité du territoire a fait long feu. Cordoue, assiégée pendant trois ans par des troupes berbères, est ruinée tandis que les provinces se rendent indépendantes et que les souverains chrétiens du Nord font une entrée remarquée sur la scène andalouse en devenant plus d’une fois les arbitres des conflits entre musulmans. En 1031, le califat est aboli et al-Andalus démembrée en une trentaine de principautés, les Taïfas, dont l’étendue et la pérennité dépendent d’un rapport de forces sans cesse fluctuant.

  • 7 . Rappelons qu’en Islam, la seule autorité politique légitime est celle du calife.

8Ces mulûk al-Tawâ’if, les royaumes de la partition, fils légitimes de la fitna, passent leur temps à guerroyer les uns contre les autres pour assurer leur survie, et pour consolider des légitimités souvent chancelantes7. Aux yeux de nombreux contemporains, cette période de division politique est une période de décadence. C’est en revanche un apogée dans les domaines de la littérature, de la culture et des sciences, en raison notamment de la multiplication des cours princières. Ces petits royaumes dirigés par des souverains arabes, berbères ou esclavons ont été les creusets de la civilisation arabo-musulmane d’Espagne et ont permis l’avènement d’une identité andalouse.

  • 8 . Ce territoire correspond à la Tunisie et à l’Est de l’Algérie actuelles.
  • 9 . À la mort du deuxième calife omeyyade, al-Hakam II, son fils et successeur, Hishâm II, âgé de 10 (...)
  • 10 . Les Zirides de Grenade sont alors les vassaux des Hammudides de Malaga qui prétendaient également (...)
  • 11 . La ville est fréquemment appelée dans les sources géographiques « Grenade des juifs », Gharnâta a (...)

9Au fil du XIe siècle cependant, la carte des Taïfas se simplifie et seules les plus puissantes de ces principautés survivent, en absorbant les plus faibles de leurs voisines. Les Taïfas de Séville, de Saragosse, de Tolède et de Grenade dominent assez rapidement le paysage andalou. ‘Abd Allâh de Grenade est donc l’un des souverains andalous les plus puissants de son temps. Il est issu d’une famille célèbre, celle des Zirides, dont plusieurs branches eurent un destin remarquable. Cette famille de l’aristocratie berbère, qui fait partie de la grande confédération des Sinhâdjâ, entra dans l’histoire en prêtant main forte aux Fatimides lorsque ceux-ci créèrent à Kairouan en 909 un califat rival de celui des Abbassides de Bagdad. Ce califat fatimide, shiite, choisit à partir de 969 le Caire pour capitale, à l’issue de la conquête de l’Égypte. Les califes fatimides déléguèrent alors l’administration de l’Ifrîqiya8 à leur fidèle serviteur qui régnait à Kairouan, Buluggîn ibn Zîrî. L’un de ses fils, Hammâd, devint même le maître du Maghreb central en fondant la Kal’a des Banû Hammâd. Les Zirides ont ainsi été les maîtres d’une grande partie de l’Afrique du Nord. En raison cependant de fortes rivalités au sein de la famille ziride en Ifrîqiya, certains membres, dirigés par un vieil homme, Zawî, émigrèrent en al-Andalus au tout début du XIe siècle. Un puissant groupe de Berbères Sinhâdjâ arriva donc avec armes et bagages pour se mettre au service des hâdjib-s amirides, ces chambellans9 qui gouvernaient en lieu et place du calife omeyyade, Hishâm. Ils formèrent un contingent aussi important qu’indiscipliné de l’armée andalouse et furent parmi les grands vainqueurs de la fitna, la guerre civile, notamment lorsqu’ils réussirent à se faire octroyer par l’un des prétendants au califat10 le district d’Elvira, c’est-à-dire la région de Grenade, au tout début du XIe siècle. En 416/1025, alors qu’il venait de remporter une importante victoire, le très vieux Zawî prit une décision pour le moins étonnante : il quitta son fief de Grenade et décida de rentrer en Ifrîqiya où il fut accueilli en héros par un arrière petit neveu que ne voyait plus en ce vieillard honorable un possible rival. Son neveu Habûs lui succéda et prit le commandement des Zirides restés en Espagne. Il régna jusqu’en 429/1038. On garde surtout le souvenir d’un État organisé par son vizir juif, Samuel ibn al-Naghralla (mort vers 403/1013). Choix assez logique puisqu’il existait une importante et riche communauté juive à Grenade11, et parce que ce poste ne pouvait être occupé ni par un Berbère (peu étaient lettrés), ni par un Arabe (le souverain ziride s’en serait défié). Puis le fils de Habûs, Bâdîs, succéda à son père. Il contribua à renforcer considérablement la puissance et l’étendue du royaume de Grenade. Son seul véritable ennemi était le puissant souverain arabe de Séville, al-Mu‘tadid, avec lesquels il était quasi constamment en guerre pour étendre ou défendre sa principauté, selon l’évolution des rapports de forces. Il s’agit là de l’un des traits dominants de l’époque des mulûk al-Tawâ’if : les souverains musulmans se combattent sans cesse, ce qui rend d’autant plus nécessaire la pratique constante de la négociation et partant de la conciliation. Il fallait alors être un fin diplomate doublé d’un redoutable militaire si l’on voulait maintenir sa suzeraineté et survivre. C’est de ce contexte très troublé qu’hérita‘Abd Allâh lorsqu’il parvint au trône, à la mort de son grand-père Bâdîs en 469/1076-1077.

  • 12 . Ce sont celles d’Ibn‘Idharî (fin du XIIIe siècle), d’Ibn al-Khatîb (1313-1372) et d’Ibn Khaldûn ( (...)
  • 13 . Ibn al-Khatîb (1313-1372), appelé par l’historien espagnol Francisco Simonet le « Salluste de Gre (...)

10‘Abd Allâh a alors une vingtaine d’années. De rares notices12 fournissent quelques renseignements sur le jeune prince ziride, mais l’essentiel des informations provient de ses propres Mémoires. Deux portraits de‘Abd Allâh, tous deux recopiés par Ibn al-Khatîb13, permettent de mettre un peu de chair autour du personnage. Le premier est du à un savant du XIIIe siècle, al-Mallâhî (originaire de la bourgade de Mala, près de Grenade), mort en 619/1222, auteur d’une histoire des savants de la région d’Elvira/Grenade, et qui n’a donc pas connu notre prince. Il écrit ceci : « (‘Abd Allâh) avait une connaissance assez étendue de la rhétorique et des sciences profanes. C’était un bon versificateur et un poète de talent, mais également un bon calligraphe. Il y avait à Grenade un coffret contenant un exemplaire du Coran écrit de sa main et qui était un chef d’ouvre ».

11Toujours cité par Ibn al-Khatîb, un portrait signé cette fois d’Abû Bakr Yahyâ ibn al-Sayrafî, auteur d’une chronique composée à l’époque almoravide mais hélas disparue : «‘Abd Allâh était un poltron qui n’aimait guère dégainer son sabre ; il n’arrivait pas à se tenir solidement à cheval et était peu porté sur les femmes. Facilement impressionnable, il s’effrayait d’un rien. Il s’adonnait aux plaisirs et confiait des postes de vizir à des gens sans scrupules. » Le portrait, on en conviendra, n’est guère flatteur. Précisons cependant qu’Ibn al-Sayrafî compose à l’époque almoravide, alors que règnent ceux qui ont démis‘Abd Allâh. Ces deux portraits rejoignent ce que l’on perçoit de’Abd Allâh à travers ses propres mémoires : ce prince lettré, piètre homme de guerre dans un siècle où les principautés se gagnaient à la pointe de l’épée, avait tout intérêt à ériger la pratique de la conciliation en système de gouvernement.

La pratique de la conciliation

  • 14 . Les principaux acteurs sont le prince de Malaga, Tamîm, frère de’Abd Allah, celui de Séville, al- (...)

12Le règne de’Abd Allâh n’est pas une allée parsemée de roses et de jasmin : le prince se débat en permanence dans un contexte particulièrement troublé : ses voisins musulmans14 et jusqu’à son propre frère Tamîm, prince indépendant de Malaga, ne cessent de convoiter ses territoires. Profitant de la division politique d’al-Andalus, se profile, de plus, un nouvel et terrible adversaire : Alphonse VI de Léon et Castille (1065/72-1109). En ce début de la Reconquista chrétienne, le rapport de forces, jusque-là favorable à al-Andalus, s’inverse. Alphonse oblige les princes musulmans à lui payer des tributs, les parias, pour prix de sa neutralité ou de son intervention dans leurs conflits. La plupart des négociations de ce temps portent sur ces paiements ;’Abd Allâh s’en fait l’écho lorsqu’il relate les douloureux compromis financiers sur lesquels on finit par s’entendre au cours d’interminables séances de conciliation. Nous voyons là le paradoxe du système des parias : les souverains andalous pressurent leurs sujets pour pouvoir payer ces tributs aux souverains chrétiens, et partant, financent eux-même la Reconquista qui les menace ; ce qui, en retour, contribue à accroître leur impopularité auprès de leur propre opinion, laquelle les accuse de multiplier les impôts illégaux et pourtant d’être impuissants à endiguer l’avancée chrétienne.

13Les sources témoignent cependant d’une pratique récurrente et constante de la négociation entre les deux camps, mais également à l’intérieur de chacun d’eux. Bien souvent, la real politik domine et l’on aurait tort de réduire ces affrontements à une simple opposition globale entre chrétiens et musulmans. Ainsi Alphonse, avant d’accéder au trône de Léon et Castille, fut exilé par son frère Sanche et avait trouvé refuge pendant presque un an à la cour d’al-Ma‘mûn de Tolède, en 1072. Par la suite, les deux hommes restèrent alliés et Alphonse aida al-Ma‘mûn à prendre Cordoue en 1075. C’est également avec son aide qu’il imposa des tributs aux royaumes musulmans de Saragosse et de Badajoz. Alphonse arbore même en 1079 le titre d’empereur de toute l’Espagne, puis d’empereur des deux religions. Coup de théâtre cependant, le successeur d’al-Ma‘mûn, al-Qâdir, faible et sans pouvoir, va littéralement livrer Tolède à Alphonse en 1085, sans qu’il y ait vraiment eu de combat. Al-Qâdir négocie son repli sur Valence, où il est « protégé » par le Cid, envoyé avec ses milices par Alphonse VI.

  • 15 . Ibn‘Ammâr (1031-1086) fut un grand poète qui mit ses multiples talents au service de la dynastie (...)
  • 16 . Texte arabe, Al-Andalus, vol. III, 1935, p. 318-320 ; trad. Al-Andalus, IV, 1936- 1939, p. 29-33
  • 17 . Al-Andalus est souvent présentée par les sources géographiques comme une île arabe entre Chrétien (...)

14La prise de Tolède par Alphonse VI en 1085 constitue le premier grand tournant de la Reconquista. C’est, selon un mot du temps, un coup de tonnerre dans le ciel andalou ; le symbole est fort dans les camps musulman comme chrétien dans la mesure où Tolède avait été la capitale des souverains wisigoths, ceux-là mêmes qui avait perdu l’Espagne. La chute de la ville aggrave la situation de’Abd Allâh, notre prince grenadin, qui se croyait auparavant en sécurité, séparé d’Alphonse par la Taïfa de Tolède. Il avait alterné paiements de parias mais aussi refus et renvois des ambassadeurs du souverain chrétien dans les années qui avaient précédé la chute de Tolède. Ainsi à la fin des années 1070, un envoyé d’Alphonse lui avait demandé de payer un tribut important. Devant le refus de’Abd Allâh, le roi de Castille avait fait alliance avec le vizir de Séville, Ibn‘Ammâr15, pour édifier aux portes de Grenade une citadelle d’où les troupes pouvaient harceler Grenade16. Au même moment, celui-ci devait gérer la trahison de son frère Tamîm, prince de Malaga, la révolte du prince d’Alméria et la haine farouche que lui vouait le vizir de Séville Ibn‘Ammâr. Il est édifiant de voir se nouer les alliances les plus disparates, lesquelles se retournent à la première occasion. Dans ce jeu de dupes, ‘Abd Allâh tient sa place. L’essentiel de ses Mémoires constitue le récit, désabusé et rédigé a posteriori, de cette pratique obligatoire de la négociation comme condition de la survie. Car ces conciliations témoignent avant tout de la faiblesse des princes andalous, riches mais impuissants, que leurs désunions transforment en autant de proies pour Alphonse VI. Leur impuissance repose en partie sur l’impossibilité dans laquelle ils sont de trouver des combattants. Leurs prédécesseurs, Omeyyades et Amirides, recrutaient des mercenaires dans les zones « barbares », non civilisées, c’est-à-dire l’Espagne chrétienne et le Maghreb17. Or ces deux sources d’approvisionnement se sont taries : au Nord de la Péninsule, les hommes se battent désormais aux côtés d’Alphonse ou du roi de Navarre. Au Maghreb, la situation a considérablement évolué avec les débuts de la prédication almoravide. Celle-ci est animée par les Lamtuna, grands nomades chameliers du Sahara occidental, qui ont réussi à fédérer une partie des tribus berbères. Leur légitimité repose sur la défense militaire du sunnisme malikite. Ces hommes, portés par leur prédication et leur ardeur guerrière, sont devenus en quelques années les maîtres du centre et de l’ouest du Maghreb. Ils ont fondé Marrakech en 1070 et leur territoire s’étend jusqu’à Alger, conquise en 1083. Ne disposant pas de telles forces, isolés et impuissants, les princes andalous sont condamnés pour leur part à la conciliation permanente, laquelle est certes une nécessité, mais aussi une culture. Il y a en al-Andalus une culture de la négociation entre ces micro-États dont aucun ne dispose d’une véritable légitimité et qu’aucun souffle guerrier de grande ampleur ne traverse plus. La conciliation est bien la dernière arme des faibles.

  • 18 . À plusieurs reprises, il insiste sur le fait qu’un prince doit surtout se fier à son propre jugem (...)
  • 19 . Lévi-Provençal Evariste, « Les Mémoires de’Abd Allâh, dernier roi ziride de Grenade », texte arab (...)
  • 20 . Texte arabe, Al-Andalus, vol. III, 1935, p. 326 ; trad., Al-Andalus, vol. IV, 1936- 1939, p. 48.

15‘Abd Allâh est le fidèle témoin de ces tractations multiples et à géométrie variable qui se succèdent et qu’il est l’un des seuls à nous décrire en détails. On comprend à la lecture de ses Mémoires qu’à l’instar des autres souverains andalous, notre prince grenadin tente simplement de sauver l’indépendance et l’intégrité de son royaume. Chaque trêve, même si ses conséquences sont terribles, est bonne à prendre. C’est en cela que cet ouvrage est un traité sur la conciliation. Il décrit à peu près tous les pièges dans lesquels peut tomber un souverain naïf ou mal conseillé18. Il donne également des conseils sur la façon de négocier et de traiter avec ses adversaires ou ses alliés. Faisant preuve de beaucoup de finesse, il distingue l’état des forces de ses différents adversaires, évaluant l’attitude qu’il convient d’adopter avec chacun d’eux. Ainsi écrit-il à propos du prince d’Alméria, Ibn Sumadîh, qu’il avait vaincu : « Il vaut mieux laisser les choses en l’état et faire la paix avec son voisin, surtout quand il est faible, assurer son maintien, plutôt que préparer les voies à un adversaire plus puissant et indésirable19. » Lors de la signature d’une trêve avec un voisin, ‘Abd Allâh donne une intéressante définition de la nature de leur entente : « Si notre affaiblissement ne nous permettait pas de concevoir l’assistance mutuelles sous la forme de secours matériels réciproques, du moins pouvions-nous nous associer pour les négociations et les décisions à arrêter20. » C’est cependant avec l’adversaire de toujours que les négociations, quand il y en a, sont les plus délicates. Cet éternel adversaire de Grenade n’est pas, comme on aurait pu le croire, le royaume castillan, mais la principauté de Séville, du fait notamment des visées qu’a sur Grenade le vizir de Séville Ibn‘Ammâr. C’est lui, beaucoup plus qu’Alphonse VI, qui, dans les Mémoires de’Abd Allâh, est dépeint comme le perpétuel fauteur de troubles, le responsable de tous les maux dont souffre al-Andalus. Ce qui permet à ‘Abd Allâh de ne pas accabler de ses reproches le personnage le plus brillant de ce temps, le prince en titre de Séville, le roi-poète al-Mu‘tamid (1069-1091), l’homme qui incarne le raffinement andalou et qui a hérité de son père, le terrible al-Mu’tadid, du plus puissant des royaumes des Taïfas, l’État souverain de Séville.

  • 21 . Ibid., texte arabe, vol. III, p. 318-319 ; trad., p. 64.

16Les relations entre Grenade et Séville ont toujours été détestables et ce, depuis le temps de Zawî. ‘Abd Allâh écrit ainsi que ses ennemis sont « les Arabes et les chrétiens » (al-arabî wa l-hajam21). Les Arabes, ce sont ici le souverain sévillan et ses affiliés, qui se prévalent de leur ascendance arabe alors que les Zirides de Grenade sont, eux, d’origine berbère. L’État sévillan s’est considérablement agrandi en attaquant puis en absorbant les Taïfas voisines. Tous les moyens sont donc bons pour déstabiliser l’adversaire. C’est ainsi le vizir d’al-Mu‘tamid de Séville, le redoutable Ibn‘Ammâr, qui attire l’attention du souverain castillan sur ‘Abd Allâh de Grenade, lequel pensait assez naïvement ne rien avoir à redouter d’Alphonse dans la mesure où la principauté de l’émir de Tolède le séparait du royaume chrétien. C’était sans compter sur l’acharnement d’Ibn‘Ammâr, qui n’a jamais caché ses intentions de conquérir Grenade. ‘Abd Allah doit toujours être sur le qui vive, prêt à désamorcer de nouveaux conflits. Les Mémoires, si vivants, de’Abd Allâh nous permettent de saisir les stratégies des uns et des autres. On voit ainsi la tactique d’Alphonse : il apprend que ‘Abd Allâh est entravé par de graves problèmes intérieurs ; immédiatement, il lui envoie un ambassadeur, Pedro Ansurez, pour demander tribut. ‘Abd Allâh refuse, pensant être à l’abri des ambitions du souverain castillan. Mais à Priego, l’ambassadeur est attendu par Ibn‘Ammâr qui lui propose d’unir leurs forces contre Grenade. Ils construisent en effet ensemble le château-fort de Belillos pour harceler Grenade. Ce sont les soldats d’Alphonse qui construisent le château, et une garnison d’al-Mu‘tamid qui l’occupe. Le constat qu’en tire‘Abd Allâh est édifiant : il regrette de ne pas avoir négocié plus tôt avec Alphonse :

  • 22 . Ibid., texte arabe, vol. III, p. 318-319 ; trad., p. 32.

Je regrettai d’avoir négligé dès le début de traiter avec (Alphonse) suivant ses conditions. Il aurait certes été excellent qu’un prince musulman comme moi pût prendre un château-fort à la force de l’épée, mais ce qui arrivait le plus souvent, c’était qu’il se présentait (devant), mais ne pouvait y pénétrer, arrêté par les moyens de défense et les dispositions prises dans la place ; il ne pouvait guère non plus compter pouvoir l’investir jusqu’à l’épuisement de ses réserves, car des renforts ne pouvaient manquer de lui arriver ; il lui fallait donc renoncer à l’enlever, sauf s’il avait été le plus fort. Mais en réalité, nous luttions, les autres princes et moi, à forces égales : l’un de nous recrutant des troupes moyennant une certaine solde, l’autre, s’il voulait lui faire pièce, n’avait qu’à offrir davantage, et pouvait ainsi se délivrer des ennuis qu’il aurait pu lui causer22.

17Ce bel exemple de lucidité est un bilan très clair de sa propre impuissance, comme de celle des princes andalous, ses pairs. Dans ce territoire relativement limité où les protagonistes se connaissent depuis longtemps, toutes les manœuvres de l’adversaire sont envisagées. Dans un autre passage,‘Abd Allâh va même jusqu’à imaginer ce que pense Alphonse et lui fait tenir ces propos :

  • 23 . Ibid., texte arabe, vol. III, p. 320 ; traduction, vol. IV, p. 35

Je suis étranger à leur religion, et tous ces gens me haïssent. Pour quel motif pourrais-je désirer prendre Grenade ? Qu’elle se soumette sans combat, c’est impossible ! Il me faudrait donc mener la guerre, exposer mes soldats à la mort, dépenser de l’argent : j’aurais alors plus à perdre que ce que j’espère en tirer si elle tombe en mon pouvoir ! Dans ce cas même, je ne la conserverais qu’autant que je serais sûr-ce qui ne serait pas le cas-de la fidélité de sa population. Je ne peux pourtant pas faire massacrer cette dernière et peupler la ville de gens de ma religion ! Non, ce qu’il y a lieu de faire, en vérité, c’est de les dresser les uns contre les autres et de leur prendre continuellement de l’argent afin d’affaiblir leurs ressources et de les épuiser. Une fois qu’ils en seront arrivés là, ils n’auront plus qu’à se soumettre et à venir se livrer à moi spontanément. C’est bien ce qui s’est passé à Tolède, que je vais obtenir sans fatigue grâce à l’appauvrissement et à la dispersion de sa population, ainsi qu’à la fuite de son sultan23 !

  • 24 . Sisnando Davidiz (mort en 1091) était un chrétien qui resta longtemps prisonnier à la cour d’al-M (...)
  • 25 . Al-Andalus, vol. III, p. 320 ; vol. IV, p. 35-36.
  • 26 . Ibid., p. 321-322 ; trad., p. 37-38 ;’Abd Allâh fournit de nombreux renseignement sur le déroulem (...)

18Et‘Abd Allâh de conclure : « Je savais fort bien quelle était sa ligne de conduite, par ce qu’il en disait à ses vizirs. Cela me fut répété par Sisnando24 de vive voix au cours de cette campagne : “C’est aux chrétiens qu’au début appartint al-Andalus, jusqu’au moment où ils furent vaincus par les Arabes qui les refoulèrent en Galice. Mais maintenant que c’est possible, ils désirent recouvrer ce qui leur a été ravi par la force ; pour que le résultat soit définitif, il faut vous affaiblir et vous user avec le temps : quand vous n’aurez plus ni argent, ni soldats, nous nous emparerons du pays sans la moindre peine”25 ! »‘Abd Allâh, qui écrit ses Mémoires après coup, connaît l’épilogue de l’histoire ; il tente de se justifier et insiste sur l’impossibilité qui était alors la sienne de s’opposer aux ambitions du roi de Castille. Les rares combats qu’il mena le mirent aux prises avec ses coreligionnaires. Il n’y eut jamais de réelles batailles d’ampleur contre les Castillans avant Zallâqa, en 1086, aux côtés des Almoravides. La recherche d’une conciliation était donc l’unique solution qui s’imposait à lui, elle était le seul moyen d’éviter un combat qu’il estimait perdu d’avance. Et c’est bien cela qui lui fut reproché par les Almoravides, lesquels considéraient que seul le Jihâd pouvait sauver l’Islam. Notre prince, en ce milieu des années 1080, n’a d’autre choix que de payer tribut à Alphonse lequel lui réclame alors l’importante somme de 50 000 mitqâls pour prix de sa neutralité.‘Abd Allâh, acculé, tente de négocier la baisse de ce montant, arguant du fait que s’il arrivait à rassembler une telle somme, son royaume serait si affaibli qu’il tomberait alors dans l’escarcelle des Sévillans26. Alphonse finit par accepter la réduction du tribut et peu de temps après, un accord est signé entre les souverains de Séville et Grenade, sous l’égide du roi de Castille :

  • 27 . Texte arabe, Al-Andalus, vol. III, 1935, p. 322 ; trad., Al-Andalus, vol. IV, 1936- 39, p. 39-40.

Ce document défendait toute agression d’un prince musulman contre un autre. Il y fut stipulé le montant du tribut annuel que nous aurions à lui verser. Pour ma part, il le fixa à 10 000 mitqâls par an ; il me parla avec douceur, me disant : « Ibn‘Ammâr aurait voulu que je fasse preuve de mauvaise foi à ton égard ! À Dieu ne plaise que l’on sache par le monde qu’un homme comme moi, puissant parmi les Rûm, soit venu te trouver, toi qui es un grand personnage de ta race, pour te trahir ensuite ! Demeure en paix ! Je ne t’assujettirai à rien d’autre qu’au paiement du tribut, que tu m’enverras chaque année sans retard. Si tu en diffères l’envoi, tu recevras la visite de mon envoyé, et son séjour t’occasionnerait des dépenses ! Il vaudra donc mieux pour toi t’empresser de verser de 1’argent »27.

  • 28 . Sur cet épisode, voir notamment la relation qu’en fait al-Himyarî : Lévi-Provençal Évariste, La P (...)

19De la conciliation ne s’ensuit cependant qu’une trêve précaire. La situation se détériore considérablement lorsqu’al-Mu‘tamid de Séville refuse en 1083 de payer le tribut réclamé par Alphonse. Selon d’autres chroniques arabes28, l’ambassadeur du Castillan aurait demandé, outre le tribut, le droit pour la femme d’Alphonse, Constance, d’accoucher dans la grande-mosquée de Cordoue. Devant cette provocation, al-Mu‘tamid écrase un écritoire sur la tête de l’ambassadeur, dont la cervelle se répand. Alphonse VI saisit le prétexte et met son armée en ordre de marche, pour faire rendre gorge au prince de Séville.‘Abd Allâh, qui ne brille guère par son courage, n’intervient pas pour secourir le Sévillan. Acculés, pressés semble-t-il par des populations qui leur reconnaissent de moins en moins de légitimité, les princes andalous, menés par al-Mu‘tamid, prennent une décision lourde de conséquences : ils appellent à l’aide les Berbères almoravides. La suite est connue, grâce notamment au récit de’Abd Allâh : les Almoravides menés par Yûsuf ibn Tâshfîn, leur chef, débarquent en al-Andalus ; renforcés par les contingents andalous à la tête desquels al-Mu‘tamid se distingue (contrairement à ‘Abd Allâh), ils écrasent les armées d’Alphonse à la bataille de Zallâqa, le 23 octobre 1086.

20Comme il l’avait promis, Yûsuf retourne ensuite au Maghreb. Mais la situation se dégrade presque immédiatement en al-Andalus, où les princes musulmans, de nouveaux rivaux, s’entre déchirent, pour le plus grand profit d’Alphonse qui redevient l’arbitre de leurs conflits. Par peur d’Alphonse, ‘Abd Allâh préfère signer un nouveau traité avec lui, malgré l’interdiction formulée par les Almoravides de négocier avec les chrétiens. ‘Abd Allâh tente de se justifier dans ses Mémoires en présentant ces conciliations comme nécessaires. Il écrit que sa situation est celle de « quelqu’un qui chevaucherait un lion » :

  • 29 . Texte arabe, Al-Andalus, vol. IV, p. 90 ; trad. dans le même volume, p. 107.

La nouvelle de l’arrivée imminente des troupes chrétiennes me plongea dans une vive émotion. Je ne savais ce qu’il y avait de mieux à faire : ou quitter le pays et l’y laisser exercer ses violences à sa guise, ou au contraire l’amadouer en lui payant ce que je pourrais. Mes sujets furent saisis d’une crainte et d’une agitation si grandes que je ne croyais pas qu’Alphonse accepterait de moi de l’argent sans occuper en permanence mon territoire, pour se venger de l’irritation que lui avaient causée le siège d’Aledo et mon alliance avec les Almoravides29.

  • 30 . « Si je prélève sur mes sujets le montant de ce tribu, ils ne manqueront pas de s’agiter et de se (...)

21‘Abd Allâh retranscrit fidèlement le déroulement des négociations avec le représentant d’Alphonse, Alvar Háñez, lequel profite de la situation pour se payer lui-même des services rendus à son maître. Jugeant qu’il ne peut se soustraire à ce paiement, le prince de Grenade se trouve dans une situation délicate car ses sujets refuseront à coup sûr d’acquitter de nouvelles taxes30. Plutôt que de créer une nouvelle taxe ou de chercher cet argent dans les caisses, bien vides, de l’État, ‘Abd Allâh se résout à puiser dans son trésor personnel et conclut avec Alphonse un nouveau traité de non agression. Reste cependant le plus délicat : expliquer aux Almoravides le bien fondé de cet accord :

  • 31 . Texte arabe, Al-Andalus, vol. IV, 1936-1939, p. 92 ; traduction dans le même volume, p. 110.

Puis j’écrivis à l’émir des musulmans (Yûsuf ibn Tâshfîn) pour lui exposer à la lettre tout ce qui était arrivé et ce à quoi j’avais été poussé par la nécessité ; je lui montrais que celui qui est sur place voit mieux que l’absent ce qui se passe, et que, si les circonstances m’avaient permis, en retardant ma remise d’argent aux chrétiens, même juste le temps nécessaire à l’arrivée d’une lettre de lui me donnant son avis sur la question, d’offrir ainsi une planche de salut aux musulmans, je me serais bien gardé de prendre moi-même une décision hors de son agrément, comme il se devait ; mais la situation était trop pressante pour que je pusse songer à exposer à leur perte les musulmans. J’ajoutai enfin que, grâce à lui et à la puissance divine, nous pourrions bientôt prendre sur nos ennemis notre revanche. Je ne doutai pas que la réponse de l’émir viendrait me louer de la décision que j’avais prise en toute connaissance de cause, vu surtout que la somme que j’avais versée était ma propriété personnelle et que je n’avais pas exigé un seul dirhem d’un musulman pour la réunir31.

  • 32 . Texte arabe, Al-Andalus, vol. IV, 1936-1939, p. 92 ; traduction dans le même volume, p. 110.
  • 33 . Il semblerait que son sort ait été beaucoup plus enviable, d’un point de vue financier et matérie (...)
  • 34 . Le contexte et la signification de cette écriture sont explicités par Martinez-Gros Gabriel, dans (...)

22La réponse de l’Almoravide fut cinglante : « Je sais bien que tu es de connivence avec les chrétiens et que tu dis des mensonges. Mais je t’apprendrai bientôt si tu as l’agrément de tes sujets et quelle est ta ligne de conduite, puisque tu prétends prendre soin d’eux. Ne crois pas qu’il s’agisse d’un avenir lointain, non, il est tout proche32 ! » Ces menaces à peine voilées furent immédiatement suivies d’effet. Sur l’avis de jurisconsultes andalous et orientaux, dont le grand Ghazâlî, Yûsuf ibn Tâshfîn décida en 1090 qu’il était licite de démettre les souverains andalous, taxés de compromission avec les pouvoirs chrétiens. Les forces almoravides entreprirent alors la conquête d’al-Andalus et démirent l’un après l’autre les souverains andalous. ‘Abd Allâh fut l’un des premiers, en 483/septembre 1090. Comme le prince de Séville, al-Mu‘tamid, il fut exilé dans le sud du Maroc, à Aghmât, près de Marakech, où il termina ses jours dans une relative pauvreté33. C’est là, dans cet exil maghrébin, qu’il rédigea ses Mémoires, lesquelles sont la justification pro domo de sa conduite et l’explication de la politique compliquée qu’il a menée34.

23Pour conclure, on peut avancer que la conciliation fut à la fois la condition de survie de’Abd Allâh mais aussi la raison de sa chute. Yûsuf ibn Tâshfîn le lui signifie clairement : c’est parce qu’il a négocié avec les chrétiens que ‘Abd Allâh est déposé. On mesure dans les Mémoires de ce prince l’incompréhension qui est la sienne. Ce qu’il n’écrit pas, parce qu’il ne peut le faire, et peut-être n’en est-il même pas conscient, c’est que négocier avec Alphonse lui fut tout aussi naturel que négocier avec al-Mu‘tamid. Il pense justement qu’il faut négocier avec les souverains chrétiens pour maintenir la paix dans la Péninsule, là où les Almoravides considèrent en revanche ces conciliations comme des signes de faiblesse et comme la rançon du manque d’unité des princes andalous. Pour eux, seul le jihâd est justifié. ‘Abd Allâh nous étonne par sa fine connaissance de l’autre. Il écrit ainsi à plusieurs reprises qu’il sait bien ce que pense Alphonse, comme nous l’avons vu. Il connaît bien ses ambassadeurs, et il entretient des liens complexes avec des hommes comme Sisnando Davidiz, le comte mozarabe qui toujours joua un rôle de médiateur. La conciliation cependant, lorsqu’elle est pratiquée par des pouvoirs forts, apparaît comme le signe de la sagesse, de la prudence ; maniée par des faibles, elle est aveu d’impuissance et ravalée au rang de vile tractation. Avec l’avènement des Almoravides, à l’extrême fin du XIe siècle, tout change : les Berbères sont devenus maîtres d’al-Andalus et se lancent dans la défense d’un malikisme rigoriste. Cette intransigeance ne dura pourtant que le temps de la victoire, et la pratique nécessaire de la conciliation se rétablit bien vite devant les avancées de la Reconquista. Il n’empêche que le modèle politique andalou de la conciliation, dont al-Mu‘tamid, mais aussi ‘Abd Allâh ont été des incarnations, a fait long feu, victime tout autant des Castillans que des Almoravides.

Notes

1 . Selon la loi musulmane, la paix définitive (sulh) avec un ennemi non-musulman est interdite ; on peut en revanche conclure une trêve (muhâdana), à la condition qu’elle n’excède pas une durée de dix ans ; elle est autorisée par le verset 63 de la sourate VIII du Coran : « S’ils inclinent à la paix, inclines-y toi aussi », cf. M. Khadduri, article « Sulh », Encyclopédie de l’Islam, 2. La trêve est d’autant plus acceptable qu’elle peut être présentée comme la pause nécessaire à la reprise des forces, le temps gagné qui permet de réengager de manière favorable le combat à une date ultérieure ; cf. sur ce point Eddé Anne-Marie, Saladin, Paris, Flammarion, 2008, p. 321-329.

2 . C’est le cas par exemple du fameux traité de Tudmir, qui daterait de 714 ; le texte arabe figure dans l’ouvrage d’al-Dabbî, Bugyat al-Multamis, Codera et Ribera (éd.), Bibl. Ar. Hisp, t. III, Madrid, 1885, n ° 675, p. 259. Traduction d’Évariste Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, Paris, Maisonneuve et Larose, 1950, t. 1, p. 32-33.

3 Il est intéressant de noter que l’un des rares exemples de négociation débouchant sur un traité qui nous soit parvenu, est celui des fameuses capitulations de Grenade, cf. Negociar en la edad media/Négocier au Moyen Âge, Ferrer Mallol Maria Teresa, Moeglin Jean-Marie, Péquignot Stéphane et Sanchez Martinez Manuel (dir.), Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, 2005.

4 . Divers fragments (neuf en tout) ont été progressivement identifiés comme provenant d’un ouvrage unique, puis publié essentiellement par entre 1935 et 1947. Les trois premiers fragments retrouvés (appelés I, II et III) appartenaient à une œuvre jusque là inconnue mais qui présentait la particularité d’employer abondamment la première personne du sujet. lui donna donc le titre de « Mémoires », après en avoir identifié l’auteur : l’émir‘Abd Allâh, quatrième souverain ziride de Grenade. Cet ouvrage, qui s’intitule en fait Al- Tibyân’an al-hâditha al-qâ’ina bi-dawlat Banî Zîrî fî gharnâta, présente l’originalité d’avoir été rédigé par un souverain déchu, désireux de se justifier auprès de ses geôliers almoravides, mais aussi aux yeux de la postérité. ‘Abd Allâh retrace l’histoire de sa famille, puis s’arrête longuement sur son propre règne. Le Tibyân, rédigé à Aghmât, dans le sud marocain à la fin du XIe, fut donné en 1360, par le prédicateur d’Aghmat au célèbre vizir de Grenade, Ibn al-Khatîb, lorsque celui-ci se rendit sur le tombeau d’al-Mu’tamid. Le prédicateur avait pensé que cet ouvrage écrit par un Grenadin plairait au vizir. C’est peut-être ce qui explique que l’ouvrage ait été retrouvé à la grande-mosquée de Fès car c’est là que furent envoyés les biens séquestrés d‘Ibn al-Khatîb après l’arrestation et la mort tragique de ce dernier en 776/1374. Le premier fragment traite de la fin du règne de son grand-père, Bâdîs, de 456/1064 à 469/1077 ; les deuxième et troisième fragments relatent en grande partie le règne de’Abd Allâh, et se terminent sur l’année 1089. L’essentiel du texte arabe a été publié par Evariste. Lévi-Provençal, Les « Mémoires » de’Abd Allah, dernier roi ziride de Grenade, texte arabe publié d’après l’unicum de Fès, Le Caire, éditions al-Maaref, 1955. Les fragments du Tibyân ont été publié par Evariste Lévi-Provençal dans la revue Al-Andalus : volume III, 1935, p. 233-344 (texte arabe du fragment I ; traduction française du fragment I ; puis texte en arabe du fragment II) ; volume IV, 1936-1939, p. 29-86 : traduction française du fragment II ; p. 87-98, texte arabe du fragment III ; p. 99-123 : traduction française du fragment III. Les fragments A et B, découverts en 1941 ont été publiés dans la même revue par Evariste Lévi-Provençal : « Deux nouveaux fragments des Mémoires du roi ziride’Abd Allâh de Grenade, publiés et traduits par Evariste Lévi-Provençal », texte et traduction, Al-Andalus, vol. VI, 1941, p. 231-293. Pour le texte d’ensemble, voir la traduction espagnole figurant dans l’ouvrage d’Evariste Lévi-Provençal et Emilio García Gómez, El siglo XI en 1a personna. Las « Memorias » de’Abd Allâh, último rey zîrî de Granada destronado por los Almorávides (1090), Madrid, Alianza Editorial, 1980.

5 . Cette date est fournie par Ibn al-Khatîb, Al-Ihâta fî akhbâr gharnâta, éd. Abrégé du Caire, 1319 h., t. 1, appendice II, a.

6 . Après la conquête de la Péninsule par les armées arabo-musulmanes en 711, cette terre fut appelée al-Andalus. En 756, le prince omeyyade ‘Abd al-Rahmân III, rescapé du massacre de sa famille perpétré en Orient par les Abbassides, se réfugia en al-Andalus et y fonda un émirat indépendant. En 929, son descendant, ‘Abd al-Rahmân III, prit le titre califal ; c’est le début du califat omeyyade de Cordoue, considéré comme l’âge d’or de l’Espagne musulmane ; ce fut le temps de l’unité politique et d’une insolente supériorité militaire sur les petits royaume chrétiens du Nord de la Péninsule qui essayaient tant bien que mal de survivre.

7 . Rappelons qu’en Islam, la seule autorité politique légitime est celle du calife.

8 . Ce territoire correspond à la Tunisie et à l’Est de l’Algérie actuelles.

9 . À la mort du deuxième calife omeyyade, al-Hakam II, son fils et successeur, Hishâm II, âgé de 10 ans, fut rapidement évincé de la réalité du pouvoir par un homme exceptionnel, Muhammad ibn Abî‘Âmir, surnommé al-Mansûr. Ce chambellan gouverna le pays en maître absolu de 978 à sa mort en 1002, tout en respectant la fiction de l’autorité du calife omeyyade, lequel était cantonné dans un rôle d’apparat. Les fondements principaux de sa légitimité furent la défense de l’orthodoxie sunnite et la relance de la guerre sainte (sac de Barcelone en 985 puis de Saint- Jacques-de-Compostelle en 997). Ces faits d’armes se firent cependant au prix d’un recrutement massif de contingents berbères dont l’arrivée bouleversa l’équilibre ethnique et politique d’al-Andalus. La mort d’al-Mansûr en 1002 sonna le glas du califat. Ses deux fils, ‘Abd al-Malik al-Muzaffar jusqu’en 1008, puis‘Abd al-Rahmân dit « Sanchuelo » (sa mère était la fille du roi Sanche de Navarre) lui succédèrent. Ce dernier commit l’erreur de se faire désigner par Hishâm II, qui n’avait pas d’enfant, comme son successeur au califat alors qu’il n’était pas un qurayshite et qu’il ne détenait pas la légitimité nécessaire. Dans un contexte de fragilisation du pouvoir et de montée des contestations, s’ouvrit alors une période de guerre civile, de fitna, ouverte par la révolution de Cordoue qui éclata en février 1009. L’assassinat de Sanchuelo, cette même année, accrut la confusion générale.

10 . Les Zirides de Grenade sont alors les vassaux des Hammudides de Malaga qui prétendaient également accéder au califat.

11 . La ville est fréquemment appelée dans les sources géographiques « Grenade des juifs », Gharnâta al-Yahûd.

12 . Ce sont celles d’Ibn‘Idharî (fin du XIIIe siècle), d’Ibn al-Khatîb (1313-1372) et d’Ibn Khaldûn (1332-1406), tous postérieurs à ‘Abd Allâh. Ces notices en arabe ont été recopiées par Évariste dans Al-Andalus, 1936, p. 124-129.

13 . Ibn al-Khatîb (1313-1372), appelé par l’historien espagnol Francisco Simonet le « Salluste de Grenade » ou « le prince de la littérature arabo-grenadine », fut à la fois un grand vizir de la cour nasride, un excellent poète, et un précieux historien ; ses ouvrages constituent notre principale source pour l’étude du royaume nasride de Grenade (1230-1492).

14 . Les principaux acteurs sont le prince de Malaga, Tamîm, frère de’Abd Allah, celui de Séville, al-Mu’tamid, celui de Tolède, de la puissante famille des Banû dhi-l-Nû, et celui d’Alméria, Ibn Sumadîh.

15 . Ibn‘Ammâr (1031-1086) fut un grand poète qui mit ses multiples talents au service de la dynastie des Abbâdides de Séville. Proche d’al-Mu’tadid, puis de son fils, al-Mu’tamid, il exerça les fonctions de vizir avant d’être disgracié en 1078 puis assassiné des mains mêmes du souverain en 1086 ; cf. Foulon Brigitte et Tixier du Mesnil Emmanuelle, Al-Andalus. Anthologie, Paris, Flammarion, 2009, p. 237-241.

16 . Texte arabe, Al-Andalus, vol. III, 1935, p. 318-320 ; trad. Al-Andalus, IV, 1936- 1939, p. 29-33 /

17 . Al-Andalus est souvent présentée par les sources géographiques comme une île arabe entre Chrétienté et Maghreb.

18 . À plusieurs reprises, il insiste sur le fait qu’un prince doit surtout se fier à son propre jugement ; « Rien n’est mieux, pour gratter ton dos, que tes propres ongles » écrit-il.

19 . Lévi-Provençal Evariste, « Les Mémoires de’Abd Allâh, dernier roi ziride de Grenade », texte arabe dans Al-Andalus, vol. III, 1935, p. 326 ; trad., Al-Andalus, vol. IV, 1936-39, p. 48.

20 . Texte arabe, Al-Andalus, vol. III, 1935, p. 326 ; trad., Al-Andalus, vol. IV, 1936- 1939, p. 48.

21 . Ibid., texte arabe, vol. III, p. 318-319 ; trad., p. 64.

22 . Ibid., texte arabe, vol. III, p. 318-319 ; trad., p. 32.

23 . Ibid., texte arabe, vol. III, p. 320 ; traduction, vol. IV, p. 35

24 . Sisnando Davidiz (mort en 1091) était un chrétien qui resta longtemps prisonnier à la cour d’al-Mutamid de Séville. Il servit d’intermédiaire entre souverains chrétiens et musulmans et fut fait comte de Coïmbra après la prise de la ville par les chrétiens en 1064.

25 . Al-Andalus, vol. III, p. 320 ; vol. IV, p. 35-36.

26 . Ibid., p. 321-322 ; trad., p. 37-38 ;’Abd Allâh fournit de nombreux renseignement sur le déroulement des négociations ; il précise même qu’Alphonse en personne vint marchander le montant du tribu : « Il n’accepta ces raisons qu’après bien des difficultés, et je finis par conclure un accord moyennant le paiement d’une somme de 25 000 mitqâls, c’est-à-dire la moitié de ce qu’il avait demandé. Puis je fis préparer à son intention, pour me prémunir contre ses mauvais sentiments, des tapis, des étoffes, des vases, qui furent rassemblés dans une grande tente. Je l’invitai à y pénétrer, et quand il vit les étoffes, il ne les trouva pas assez belles. Nous nous mîmes d’accord sur une augmentation de 5000 mitqâls, ce qui porta le montant total du paiement à 30 000 mitqâls », ibid., p. 38. La question de la richesse de’Abd Allâh mérite d’être posée : ce souverain se plaint en permanence de la dureté des conditions financières qui lui sont imposées ; or selon diverses sources, ce sont de grandes quantités d’or et d’objets précieux que le souverain almoravide trouva à Grenade après avoir déposé ‘Abd Allâh, cf. Évariste et García Gómez Emilio, El siglo XI en la personna. Las « Memorias » de ‘Abd Allâh, último rey zîrî de Granada destronado por los Almorávides (1090), Madrid, Alianza Editorial, 1980, p. 37.

27 . Texte arabe, Al-Andalus, vol. III, 1935, p. 322 ; trad., Al-Andalus, vol. IV, 1936- 39, p. 39-40.

28 . Sur cet épisode, voir notamment la relation qu’en fait al-Himyarî : Lévi-Provençal Évariste, La Péninsule ibérique au Moyen Âge d’après le Kitâb al-Rawd al-mi’târ fî habar al-aqtâr d’Ibn’Abd al-Mu’’im al-Himyarî, Leyde, 1938, texte arabe p. 84-86 ; trad. p. 104-106.

29 . Texte arabe, Al-Andalus, vol. IV, p. 90 ; trad. dans le même volume, p. 107.

30 . « Si je prélève sur mes sujets le montant de ce tribu, ils ne manqueront pas de s’agiter et de se plaindre ; les principaux d’entre eux se rendront à Marrakech pour y exprimer leurs doléances et dire : “Il nous a pris nos biens et les a donnés aux chrétiens !” Non, dans les circonstances présentes, il me faut puiser dans mes réserves personnelles et m’en servir pour conserver intacts mon royaume et mon honneur », Al-Andalus, vol. IV, 1936-1939, p. 91 ; traduction française, Al-Andalus, vol. IV, 1936-1939, p. 107-108.

31 . Texte arabe, Al-Andalus, vol. IV, 1936-1939, p. 92 ; traduction dans le même volume, p. 110.

32 . Texte arabe, Al-Andalus, vol. IV, 1936-1939, p. 92 ; traduction dans le même volume, p. 110.

33 . Il semblerait que son sort ait été beaucoup plus enviable, d’un point de vue financier et matériel, que celui du prince de Séville, al-Mu’tamid, lui aussi exilé à Aghmât, cf. Lévi-Provençal Évariste et García Gómez Émilio, El siglo XI en 1. a personna..., op. cit., 1980, p. 37-38.

34 . Le contexte et la signification de cette écriture sont explicités par Martinez-Gros Gabriel, dans Idéologie omeyyade, Madrid, Casa de Velázquez, 1992, p. 281-310.

Auteur

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, chisco

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540