Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Art et mythe

 | 
Fabrice Flahutez
, 
Thierry Dufrêne

Dédicace

Thierry Dufrêne et Fabrice Flahutez

Texte intégral

1Cet ouvrage de la collection 20/21 siècles est dédié à Claude Frontisi. Nous voulons lui adresser ce geste respectueux et amical car si les Mélanges sont un usage d’un autre temps – mais peut-être n’y échappera-t-il pas pour autant ! –, dans notre esprit, qu’un numéro de la revue qu’il a créée et dont il reste le Directeur honoraire lui soit consacré devait lui aller comme un gant. Après tout, Claude est un vivant, un écrivain et un chercheur de notre temps, qui a su inspirer tant de jeunes talents : nous n’en voulons pour preuve que l’attachement que lui portent ses anciens étudiants et ses collègues. Un numéro portant sur le mythe – le numéro qu’il a le plus passionnément voulu – était particulièrement indiqué. On pourrait même dire que le mythe est son sujet de prédilection – nous y reviendrons – mais aussi celui qui le rattache à une lignée de chercheurs qui conçurent l’histoire et l’histoire de l’art singulièrement comme une ouverture sur toutes les sciences humaines. André Chastel n’eut de cesse d’inspirer un va-et-vient hors pair entre ouvre plastique, architecture et pensée philosophique ou littérature. Pierre Francastel, qu’il admira et auquel il rend volontiers hommage, voulait fonder une « anthropologie culturelle » : dans Peinture et société ou La Réalité figurative, il a mis au jour ce qui dans la peinture de la Renaissance italienne venait de ce qu’aujourd’hui on appelle la « performance » : le théâtre de rue et les fêtes. Pierre Vidal-Naquet et Jean-Pierre Vernant – avec qui il réalisa un remarquable entretien en duo avec François Lissarague pour la revue de l’INHA, Perspective – furent pour Claude Frontisi des inspirateurs et des émules : fortifié par ce regard des profondeurs de l’Antiquité, il sut pénétrer la surface des mythes réactivés de nos siècles contemporains : nous pensons notamment à son maître-livre, Anatomie d’Aphrodite et à la brutalité pasolinienne qu’il dévoile dans l’oeuvre de Paul Klee, que certains myopes s’obstinent encore à traiter comme un petit-maître. Comment aussi ne pas mentionner ici Françoise, celle qui à ses côtés sait si bien parcourir le dédale et interroger les idôles sans visage ? Marc Le Bot et Jean Laude constituèrent le pendant moderne de ce versant humaniste, baigné de psychanalyse. L’année 1913, dont on s’apprête à fêter le centenaire, le machinisme, Picabia et Picasso ont secoué les mânes de la philologie et transposé le mythe dans la modernité. Claude Frontisi a donc fait du mythe son affaire : il pensait que sa structure spéculaire qui renvoie l’un à l’autre le vainqueur et la victime, le héros et le spectateur, sans pour autant en confondre les responsabités, était un puissant outil dialectique et un levier exceptionnel pour susciter l’image.

2Dans ses textes de la revue, profilant son ombre hitchcockienne dans chacun des numéros avec une fantaisie inspirée qui rappelle le portrait intellectuel de Socrate dressé par Montaigne : Silène en surface et trésor à l’intérieur, Claude Frontisi a comme surligné son oeuvre, à petits traits, comme en marge. Dédié à Marc Le Bot, « Images politiques » est le texte fondateur de 20/21 siècles et expose sa « vocation historienne et contemporaine » loin de tout formalisme ou idéalisme. Dans « Commémorer Fluxus ? », il souligne la stimulation que l’historien de l’art trouve dans une juste distance avec l’art en train de se faire : ni trop près, ni coupé de la création. C’est dans « Calculateurs et danseurs » écrit pour Art et Science que le mathématicien qu’il fut trouve une jubilation particulière à l’échange dialectique et même à « l’intimité » des disciplines. « Images de guerre et d’après une histoire pour les enfants » est doublement militant : pour une éthique de l’image et donc son enseignement critique, pour une approche high and low sans exclusive des objets de l’histoire. « Historiographie et uchronie en art » réaffirme son credo d’une historiographie engendrée par les ouvres. La présence des artistes dans la revue : Ernest PignonErnest, Piotr Kowalski, Fluxus, Dany Leriche, Franta, l’illustre.

3Avec « Paul Klee mythographe », Claude Frontisi livre – le lecteur s’en rendra compte – un de ses textes les plus emblématiques : une analyse iconographique serrée et érudite, un démontage précis niveau par niveau, iconographique, plastique et sémantique de l’art de Klee. Plus qu’un artiste polyphonique, Frontisi montre un artiste qui, au cours du processus génétique, marque les passages d’un niveau à l’autre comme autant de pierres blanches que l’historien suit à son tour comme un chemin remis en perspective et réinventé en fonction de son propre temps.

4Lire 20-21 siècles, de 2004 à 2011, c’est lire en filigrane Frontisi, et la douce et ferme cohérence d’une pensée ouverte.

5Au chercheur infatigable, au professeur éveilleur de talents, Vale !

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540