Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Les auteurs

p. 187-189


Texte intégral

1Blandine Barlet est sociologue et intervenante en santé au travail. Elle est actuellement en contrat post-doctoral à l’IRISSO (université Paris Dauphine). Ses travaux s’intéressent à la santé au travail et à l’organisation de la prévention des risques dans ce domaine, dans une perspective croisée de sociologie du travail et des professions et de sociologie de l’action publique.

2Leïla Boudra est chercheuse post-doctorante en ergonomie rattachée au laboratoire Environnement Ville Société (UMR 5600). Elle a consacré ses travaux aux processus de construction et de développement de la prévention des risques professionnels avec pour finalité de proposer des orientations pour une prévention « en adhérence ». Ses travaux portent sur divers secteurs économiques (industries, services, services publics) et interrogent la durabilité des conditions de travail dans des formes d’emploi et de travail traditionnelles et plus atypiques, au sens où leurs caractéristiques s’éloignent de la norme de référence que constitue l’entreprise, ou compte tenu de leur ancrage territorial structurant.

3Nicolas Chaignot Delage est philosophe et sociologue du travail et du droit social, chercheur associé à l’Institut de psychodynamique du travail (Paris). Il est notamment l’auteur de La Servitude volontaire aujourd’hui (PUF, 2012), Clinique du travail et évolutions du droit (ouvrage collectif en co-direction avec Christophe Dejours, PUF, 2017).

4Marc Favaro est docteur en psychologie, responsable d’étude INRS – laboratoire EPAP (Ergonomie et Psychologie Appliquées à la Prévention).

5Valérie Ganem est maîtresse de conférences en psychologie du travail à l’université Paris 13, Sorbonne Paris Cité. Chercheuse à l’UTRPP (EA 4403), Associée à l’université Paris 5-Descartes, Sorbonne Paris cité, Psychologie Clinique, Psychopathologie, Psychanalyse (PCPP), (EA 4056) THEMA « Société, Violence, Travail », elle s’intéresse aux origines des nouvelles pathologies liées au travail, et aux conduites de résistances et de désobéissance au travail dans un contexte post-colonial.

6Marie Ghis Malfilatre est doctorante en sociologie à l’EHESS (CEMS/ IMM) et chercheuse associée au laboratoire PACTE de Grenoble. Sa thèse porte sur la santé au travail et les mobilisations collectives dans l’industrie nucléaire en France. Elle est l’auteure notamment de « La CGT face au problème de la sous-traitance nucléaire à EDF. Le cas de la mobilisation de Chinon (1987-1997) », in Sociologie du travail [En ligne], vol. 59, n° 1, 2017 et de « L’impossible confinement du travail nucléaire. Expériences professionnelle et familiale de salariés sous-traitants de l’industrie électronucléaire en France », in Travail et emploi, n° 147 (3), 2016, p. 101-124.

7Anne Jacquelin est docteure en sociologie du travail. Elle est associée au laboratoire CRESPPA-GTM (Paris 8). Elle a mené ses travaux de recherche doctorale sur les questions de santé au travail, organisation du travail et trajectoires professionnelles. Depuis sa thèse, elle est responsable de la recherche à la Fabrique des Territoires Innovants, où elle mène des projets de recherche action participative en lien avec les questions de collaboration territoriale et d’organisation du travail. La Fabrique des Territoires Innovants est une SCIC qui accompagne les individus et les organisations dans leur projets collaboratifs inclusifs – www.territoiresinnovants.org.

8Jacques Marc est docteur en psychologie, responsable d’étude INRS – laboratoire EPAP (Ergonomie et Psychologie Appliquées à la Prévention).

9Constance Perrin-Joly est maitresse de conférences en sociologie à l’université Paris 13, Sorbonne Paris Cité et chercheuse à l’IRIS (UMR 8156). Actuellement déléguée au Centre Français d’Études éthiopiennes (IFRE CNRS, Addis Abeba), elle s’intéresse aux politiques d’entreprise qui répondent à des enjeux moraux (lutte contre les discriminations, santé au travail, responsabilité sociale des entreprises…). Le dernier ouvrage qu’elle a co-édité avec V. Ganem et E. Lafuma interroge les nouvelles formes de gestion des ressources humaines : dispositifs de personnalisation, acteurs et effets. Regard pluridisciplinaire est sorti à la rentrée 2017 chez Octarès.

10Muriel Prévot-carpentier est chercheuse post-doctorante en philosophie et ergonomie à l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis. Chercheuse au laboratoire Paragraphe, équipe C3U, elle a consacré sa thèse de doctorat en philosophie au concept de « conditions de travail ». Ses travaux concernent essentiellement les tensions entre les prescriptions explicites et implicites auxquelles sont confrontés les individus et collectifs dans les organisations de travail et de vie et la normativité propre qu’ils tentent de déployer.

11florent Schepens est professeur de sociologie à l’université Bourgogne-Franche-Comté. Il est chercheur au Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie (LaSA, EA 3189). Ses travaux portent principalement sur la socio-anthropologie des groupes professionnels.

12Nial Tekin est doctorante au Sophiapol (université Paris Nanterre) et au Centre Pierre Naville (université d’Evry-Val d’Essonne). Sa recherche est consacrée à l’analyse du travail dans le postfordisme. Dernièrement, elle a publié un article portant sur une grève dans le secteur métallurgie en Turquie : « Une résistance collective : la grève de 2015 dans la métallurgie en Turquie », in Les Mondes du travail, n° 18, 2016, p. 89-104.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.