Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Résumés des contributions

p. 181-185


Texte intégral

Le travail interdisciplinaire : la réflexivité académique au service de la construction de lobjet

1La servitude volontaire comme condition du capitalisme moderne : un itinéraire interdisciplinaire pour penser le travail humain

2Nicolas Chaignot Delage

3En raison de son statut philosophique particulier et de sa centralité politique contemporaine autour des enjeux de santé, le travail humain implique nécessairement une pratique renouvelée et décloisonnée de la recherche scientifique. À partir d’une expérience doctorale portant sur les liens entre servitude volontaire et capitalisme, ce chapitre tend à rendre compte de la manière dont l’interdisciplinarité (au sens large par opposition à la monodisciplinarité) peut être diversement construite pour répondre aux réquisits de l’argumentation. Ainsi, la multidisciplinarité en a été le point de départ et conçue comme un dialogue qui se fonde sur une certaine « éthique de la discussion » entre les disciplines telles que le droit, la psychodynamique du travail, la sociologie et la philosophie. La deuxième étape a été de penser l’articulation des savoirs qui en résultent à partir d’une théorie générale de la modernité, elle-même reconstruite à l’aune d’une socio-histoire de l’esclavage en occident. De ces prémisses théoriques, l’analyse interdisciplinaire (au sens strict d’un discours articulé et critique des savoirs mobilisés) peut alors se déployer pour comprendre comment l’oxymoron la servitude volontaire permet de mettre en exergue certaines réalités du travail contemporain soumis aux conditions actuelles du capitalisme.

4Multiplier les disciplines ? Avancer en s’aidant des autres

5Florent Schepens

6Dans ce texte, il s’agit de se pencher sur la socio-anthropologie comme exemple d’interdisciplinarité et souligner tout l’intérêt heuristique qu’il y a à faire dialoguer des disciplines entre elles, sans négliger les coûts pour le chercheur d’une telle démarche. Il s’agit aussi de poser la question des conditions d’émergence de l’interdisciplinarité. Ce dernier point semble essentiel pour aborder les différences entre interdisciplinarité et pluridisciplinarité.

7Croiser les pratiques d’écriture scientifique sur le travail : construire des ponts au-dessus des frontières académiques ?

8Constance Perrin-Joly et Valérie Ganem

9Considérant le travail scientifique comme une activité professionnelle, ce chapitre propose une analyse réflexive sur l’organisation d’un colloque puis l’écriture d’un ouvrage interdisciplinaire, amenant à croiser sociologie et psychodynamique du travail, mais également droit et sciences de gestion. Cette contribution entend identifier les arguments épistémologiques à des justifications de l’identité professionnelle, qui ont permis à chaque discipline d’obtenir une reconnaissance institutionnelle. C’est en particulier au sujet de la place laissée à la parole profane que les disciplines vont s’opposer et révéler ainsi les rapports de domination qui traversent la pratique professionnelle dans le domaine scientifique. La recherche de compromis pour permettre la publication d’un ouvrage faisant le pont à la fois entre disciplines et entre praticiens et chercheurs s’est cependant révélée être un moteur de l’innovation scientifique.

10Élaborer une critique sociale du travail. Entre sociologie et philosophie sociale

11Nial Tekin

12Au sein des sciences sociales, une orientation de recherche montre qu’aujourd’hui le travail est éprouvé dans le stress, la souffrance, le mal-être, l’instrumentalisation, l’impuissance, l’insignifiance et la peur, notamment parce que le monde du travail fonctionne à travers une série de contradictions et de paradoxes. Via une étude de terrain consacrée à une usine de construction automobile en Turquie, cet article s’inscrit dans cette orientation de recherche en défendant l’idée que les transformations du travail, avec leurs paradoxes, engendrent des expériences sociales négatives et des formes d’aliénation. Analyser ces transformations en termes d’aliénation signifie qu’une telle analyse s’inscrit dans une démarche critique entendue ici au sens de la Théorie critique francfortoise et de la démarche de la philosophie sociale. L’objectif de ce chapitre est d’interroger les rapports entre la sociologie et la philosophie sociale en ce qui concerne l’élaboration d’une critique sociale du travail.

Comprendre et définir le travail en contexte pluriprofessionnel : un travail denquête interdisciplinaire

13Pluridisciplinarité et nouvelles collaborations au sein des services de santé au travail : une division du travail de prévention sous contraintes

14Blandine Barlet

15Ce texte se penche sur les conséquences de la réforme des services de médecine du travail entamée au début des années 2000. Au titre d’une pluridisciplinarité encouragée par les textes européens mais aussi par le déficit de médecins du travail, de nouveaux personnels, intervenants en prévention des risques professionnels ou IPRP, doivent mener une action complémentaire à celle des médecins qu’ils secondent. Cependant, les parcours et les positionnements professionnels des médecins sont hétéroclites et, pour pouvoir mobiliser un IPRP, ils doivent se sentir suffisamment à l’aise sur une problématique, sans pour autant que cette dernière fasse partie de ce qu’ils considèrent être leur « cœur de métier ». L’exemple de la prévention des RPS illustre bien la difficulté à trouver un mode de collaboration consensuel. De plus, le statut d’IPRP, à la différence du salariat « protégé » des médecins du travail, les expose à un risque d’instrumentalisation de la part de leur employeur, dans un contexte où l’organisation de la prévention prend de plus en plus la forme d’une assistance à la gestion des risques professionnels.

16L’enquête comme expérience de décloisonnement. Comment le problème du travail nucléaire est devenu public au Commissariat à l’énergie atomique dans les années 1970

17Marie Ghis Malfilatre

18À partir de l’étude de la problématisation des conditions de travail dans l’usine de La Hague, en combinant la description des troubles suscités par les opérations en « zone chaude » à celle des activités menées par des acteurs directement affectés et d’autres indirectement touchés, ce chapitre s’attache à reconstituer le processus de décloisonnement qui a permis de faire émerger publiquement les dangers du travail nucléaire au cours des années 1970. Nous montrerons comment la dynamique d’enquête engagée par les travailleurs de l’atome est devenue une force motrice, jouant un rôle catalyseur capable de dépasser, provisoirement au moins, des cloisonnements disciplinaires, professionnels et politiques. Nous montrerons toutefois que le pluralisme des acteurs engagés et la publicisation de l’enquête dans un contexte particulier de nucléarisation de la France ont comporté un certain nombre d’épreuves concourant à entraver la (re)connaissance des atteintes à la santé provoquées par le travail dans cette industrie.

Transformer le travail, subvertir les disciplines

19Déplacer les frontières disciplinaires pour intervenir sur le travail humain

20Muriel Prévot-Carpentier et Leïla Boudra

21Cette contribution propose une articulation entre l’ergonomie et la philosophie, par le prisme de l’ergologie, pour interroger les répercussions de l’analyse du travail humain sur les ancrages disciplinaires des intervenants dans le champ du travail. En retraçant des éléments de la construction historique de l’ergonomie et par nos expériences de recherche, nous montrerons que le travail réel et les enjeux inhérents aux situations tendent à déplacer les frontières disciplinaires. Ce déplacement apparaît s’imposer pour répondre à l’exigence de transformation des situations de travail et presse l’analyste du travail vers une indisciplinarité ancrée dans le paradigme de l’activité, fondée sur une double dimension épistémologique et sociale.

22Penser l’organisation du travail pour une recherche action participative. Éléments pour une approche transdisciplinaire

23Anne Jacquelin

24Ce chapitre vise à expliciter notre compréhension de la transdisciplinarité, vue comme une articulation de l’organisation du travail des différentes disciplines autour d’un même objet. Il vise également à dépasser le travail du chercheur pour penser la collaboration de l’ensemble des parties prenantes autour de l’objet de la recherche. Cette analyse est issue de l’analyse de deux terrains : la Cité des Sciences et de l’Industrie (CSI) et la Fabrique des Territoires Innovants (FTI). Ces deux organisations sont très différentes par leurs statuts (EPIC vs SCIC), leur dimension (1000 salarié.e.s vs 15 salarié.e.s). Elles sont ici comparées au regard de leurs enjeux communs : la vulgarisation scientifique et la transdisciplinarité. Nous les analysons au prisme de leur mise en œuvre dans la dimension éthique, opérationnelle et organisationnelle du métier de chercheur.euse.

25Modéliser les pratiques de prévention des risques au travail : une opportunité de lecture et d’action pluridisciplinaire avec l’exemple des violences au travail

26Marc Favaro et Jacques Marc

27L’étude du travail nécessite l’imbrication de la psychologie et de l’action organisée, de la subjectivité et des contraintes, et l’association de registres d’action (techniques, organisationnels, décisionnels, sociaux, etc.) fortement interdépendants. Cet article s’intéresse à la prévention des risques au travail dans un contexte où les professionnels tendent à s’emparer des questions de prévention qui les préoccupent de façon intégrative plutôt que selon des modalités d’analyses qui seraient peu ou prou calquées sur des logiques disciplinaires.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.