Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Penser l’organisation du travail pour une recherche action participative. Éléments pour une approche transdisciplinaire

p. 145-162

Résumé

Ce chapitre vise à expliciter notre compréhension de la transdisciplinarité, vue comme une articulation de l’organisation du travail des différentes disciplines autour d’un même objet. Il vise également à dépasser le travail du chercheur pour penser la collaboration de l’ensemble des parties prenantes autour de l’objet de la recherche. Cette analyse est issue de l’analyse de deux terrains : la Cité des Sciences et de l’Industrie (CSI) et la Fabrique des Territoires Innovants (FTI). Ces deux organisations sont très différentes par leurs statuts (EPIC vs SCIC), leur dimension (1000 salarié.e.s vs 15 salarié.e.s). Elles sont ici comparées au regard de leurs enjeux communs : la vulgarisation scientifique et la transdisciplinarité. Nous les analysons au prisme de leur mise en œuvre dans la dimension éthique, opérationnelle et organisationnelle du métier de chercheur.euse.


Texte intégral

1Le présent ouvrage a l’ambition de penser le travail comme objet interdisciplinaire. Lors de la journée d’études du 20 octobre 2016, les contributeurs à cet ouvrage ont questionné la nécessité de croiser les disciplines pour comprendre les enjeux et l’impact du travail sur les salariés. En cherchant à rassembler cette réflexion au prisme de nos propres expériences de recherche, nous proposons d’analyser l’organisation du travail dans un espace où des chercheurs sont rassemblés de façon pluridisciplinaire (au sens de l’accolement de plusieurs disciplines sur un objet commun mais travaillé séparément) pour chercher à comprendre leur organisation transdisciplinaire.

2Nous pourrions illustrer l’interdisciplinarité de deux façons : deux disciplines incarnées par deux personnes qui collaborent sur un objet commun, ou, une personne qui mobilise deux disciplines. Dans cette seconde acception, il nous semble que l’enjeu de l’interdisciplinarité reste assez binaire en ce sens que les professionnels de la recherche vivent inévitablement un paradoxe entre deux postures, entre celle de la légitimité disciplinaire, qui peut tendre à une reproduction intellectuelle, et celle de l’originalité pluridisciplinaire qui pourrait tendre à l’émancipation comme à la stigmatisation. La première acception nous semble plus intéressante puisqu’elle nous a obligés à penser les modes de collaboration entre deux disciplines, qui sont incarnées par des individus et doivent se rejoindre dans les interstices du découpage social des disciplines. L’ouverture à l’altérité, au-delà de la discipline, est la première démarche méthodologique qui permet non seulement d’enrichir, mais aussi de faire avancer un objet scientifique.

3C’est ce questionnement autour de l’organisation du travail de recherche qui nous anime, dans deux contextes de recherche assez particuliers puisqu’ils s’inscrivent entre le cadre universitaire, la vulgarisation scientifique et les terrains de recherche en tant que tels, en mettant l’aspect institutionnel volontairement de côté. Cet article est issu de l’analyse de deux terrains : la Cité des Sciences et de l’Industrie (CSI) et la Fabrique des Territoires Innovants (FTI). Ces deux organisations sont très différentes par leurs statuts (EPIC vs SCIC), leur dimension (1000 salarié.e.s vs 15 salarié.e.s). Ces deux espaces scientifiques cherchent à valoriser les objets scientifiques et sociaux de façon transdisciplinaire, en allant au-delà d’une démarche croisée entre plusieurs disciplines scientifiques, pour y adjoindre des expert.e.s, des entreprises, des acteurs publics et des citoyen.ne.s en cherchant à les capaciter1, et réciproquement, afin de travailler ensemble à s’approprier l’objet de la recherche.

Que faire de linjonction à la pluridisciplinarité ? les difficultés rencontrées par la cité des sciences

4Dans cette section, nous nous appuyons sur nos travaux réalisés dans le cadre d’une recherche doctorale à la Cité des Sciences et de l’Industrie (CSI)2 afin de mettre en avant l’importance de certains facteurs sur le bien-être des travailleurs et travailleuses, et particulièrement dans une organisation du travail dans laquelle évoluent des chercheurs et chercheuses et des médiateurs et des médiatrices des sciences. Ce contexte professionnel illustre notre propos puisque la CSI porte un triple enjeu à structurer sur le long terme : la maîtrise disciplinaire hors de l’institution de recherche, un travail de veille scientifique, sociale et technique, et également un travail de pédagogie, de vulgarisation et de développement de procédés de médiation des sciences. Ce triple enjeu fait que la Cité des Sciences et de l’Industrie porte une certaine idée de la démocratisation des sciences3, sujet qui nous est devenu cher dans le même temps que cette étude avançait. Nous pouvons affirmer qu’elle a réussi sa mission auprès de ses publics, mais que le manque de structuration durable de solutions à ces enjeux pourrait provoquer la fin de ce succès. Cela se traduit déjà par le manque d’implication des parties prenantes, salariées ou non, sur la durée, par le manque de transdisciplinarité et enfin par un surcroît de bureaucratie4. Mais on remarque aussi que l’organisation du travail n’a pas réussi à dépasser la pluridisciplinarité, soit l’accolement superficiel de disciplines les unes à côté des autres. En revanche, ce sont des individus engagés qui ont permis cette illusion de réussite, nous l’avons observé, parce qu’ils incarnent la maîtrise de plusieurs disciplines comme des autres facteurs opérationnels et pédagogiques qu’ils parviennent à mobiliser de façon « intersectionnelle ».

La vulgarisation à la CSI : une ambition à portée scientifique et sociale

5La vulgarisation scientifique soulève des problèmes en lien avec les difficultés rencontrées par les chercheurs et leurs organisations pour porter un objet de façon transdisciplinaire. Elle n’est pas toujours bien perçue dans les milieux scientifiques, ne fait pas l’objet d’une évaluation ou d’un enjeu professionnel partagé de façon institutionnelle et reste à la main des militants des sciences. En quoi consiste exactement cette vulgarisation ?

6Ackermann et Dulong posent un principe qui doit être un moteur de réflexion pour les sciences, en référence aux travaux de Boltanski et Maldidier5 : la vulgarisation ne dévalorise pas son producteur ou sa productrice à partir du moment où il ou elle a une place centrale dans sa discipline. C’est pourquoi le jeune chercheur ou la jeune chercheuse, encore peu légitime, favorisera une production à destination de l’institution scientifique ou universitaire. Au final, la vulgarisation parvient difficilement à faire tomber les frontières entre chercheurs et profanes. Celles et ceux qui cherchent à approfondir une connaissance en ont déjà acquis l’importance. Celles et ceux qui ne connaissent même pas son existence restent sur le banc de touche. Cependant il est nécessaire de continuer à tenter de lui faire une place puisque communiquer les sciences permet de modifier l’ordre social, par une « dissolution du clergé scientifique parmi les laïcs » (ibid., p. 387). De la même manière que le suffrage censitaire décharge le peuple de ses responsabilités politiques, nous avons déchargé « sur un corps de savants la fonction de connaissance » (ibid). Il faut donc affirmer la vulgarisation comme une situation particulière de capacitation, regarder le contexte de son émission, sa signification sociale, etc. et ensuite considérer que l’information peut être soit consommée, soit constituée en savoir. Elle peut être considérée comme une information dégradée, souvent au regard des experts, mais aussi comme une information réappropriée et ressuscitée par celles et ceux qui la portent. Et son inexactitude continuera à vivre en dehors des sciences et de leur volonté de maîtrise du sens. C’est à partir de cette prise de conscience que l’on peut essayer d’analyser concrètement les conséquences de ces informations sur les individus, quels supports employer pour quels types de publics, quelle interactivité, etc., considérant que l’information sera obligatoirement transformée et que sa prime accessibilité aura des conséquences directes sur sa réappropriation.

7Le rapport à la culture scientifique que porte la CSI a commencé par une démarche militante de scientifiques qui s’est peu à peu ouverte à un public amateur. L’idée de « faire descendre la science dans la ville » vient du congrès de 1973 regroupant des physiciens, qui font « un travail politique sur le rapport entre scientifiques et profanes, mais aussi de critique des modes de production des savoirs scientifiques6 ». Cette démarche vient d’une perspective plus globale des sciences, dont témoignent les travaux de sociologie des sciences qui se développent dans la même période. Cette dynamique se prolonge dans des réseaux plus larges que ceux de la simple animation, ouvrant une nouvelle voie pédagogique. Pour lui, une des étapes-clefs qui fait ce qu’il appelle « le fait social […] d’institutionnalisation » des sciences et techniques est la loi d’orientation de la recherche de 1982, qui prévoit notamment la mission des chercheuses et chercheurs en termes de « diffusion de la culture et de l’information scientifique et technique dans toute la population » mais dont la mise en œuvre reste encore et toujours à inventer.

8Nous avons retrouvé dans les archives de la CSI plusieurs rapports de Réal Jantzen7 en direction de ses différents directeurs et présidents8. Il veut sortir les scientifiques de leur « solitude » et favoriser leur intérêt à aller voir les publics. Espérant qu’ainsi, ils puissent répondre à des demandes et des besoins sociétaux en allant à la rencontre de ceux-ci. Mais quelle gestion de la réalité du monde de la recherche propose-t-il ? Lorsque le nombre de titulaires de l’enseignement supérieur et de la recherche est en chute constante, comment mobiliser leur temps et leur énergie sur des aspects non valorisables, voire dévalorisants dans leur propre milieu professionnel ? La vulgarisation est une question qui n’a donc pas eu d’application opérationnelle concrète à la CSI. Elle est victime des hésitations liées à la peur de ne pas assez faire le pont ou la synthèse entre les chercheurs et chercheuses ponctuellement appelés à collaborer (surtout via des conseils scientifiques), tout en ayant l’objectif de faire en sorte que le public comprenne ce qui est énoncé. Au milieu, les équipes qui doivent user de cette compétence sont difficilement identifiables, en dehors des médiateurs ou muséologues dont c’est l’explicite spécialité, et notamment les enseignants et enseignantes détachés ou les jeunes chercheurs et chercheuses en thèse, mais qui ne sont pas explicitement appelés à collaborer sur la réalisation des expositions.

Lorsque l’organisation du travail scientifique repose essentiellement sur des machers

9Si le projet est lancé en 1979, ce sont d’abord des scientifiques de renom organisés en groupes disciplinaires qui ont pensé l’objet du musée pendant les années précédant son ouverture (1986). Ils ont mené plus ou moins régulièrement ces comités disciplinaires jusqu’à ce qu’un point d’arrêt soit marqué par une volonté de passer plus fortement à une dimension opérationnelle (qui recruter, quels budgets, etc.), à deux ans de l’ouverture du musée9. Cela démontre qu’à l’époque, il était encore impossible d’envisager, dans un projet aussi grand que la CSI, la possibilité de travailler des projets opérationnels avec des scientifiques et de façon transdisciplinaire, c’est-à-dire en intégrant toutes les parties prenantes à laquelle la CSI souhaite se référer (pédagogues, journalistes, industriels, politiques, etc.). Il existe dans le rapport fondateur de la CSI, rédigé en 1979 par Maurice Levy, cette intuition quant à la nécessité de penser les objets scientifiques de façon ouverte et collaborative, de manière à produire à la fois du savoir démocratique, de l’innovation et du développement économique. Il précise même que la formation des équipes est essentielle et devra être pensée de façon continue. Mais finalement, par manque de structuration de cette volonté dans l’organisation du travail et dans les valeurs partagées, nous retrouverons dès 1992 la (re)production d’un travail « en silos » des différentes disciplines et expertises de la CSI, complétement désincarné d’une mise en œuvre muséale concrète et pourtant bien théorisée.

10Ainsi nous avons remarqué de façon récurrente et continue dans les archives du musée les difficultés à embaucher des profils adaptés à l’activité spécifique de vulgarisation des sciences ; et à mettre en place une formation continue pour des profils qui doivent être en lien constant avec les innovations sociales, technologiques et industrielles. Les équipes ont en effet été recrutées en un temps très court sans toujours avoir clairement identifié les missions affectées à chacun et à chacune. La plupart des personnes recrutées avaient peu d’expérience et peu de diplômes. Cependant, si la structure globale n’a pas réussi à intégrer toutes ses parties prenantes, cela n’empêche pas qu’en certains micro-espaces muséaux, les « mini cités », il puisse y avoir eu des machers10 étant parvenus à imposer la mise en œuvre de ce travail transversal et transdisciplinaire. Face à une montée en mal-être, certains salariés ont réussi à garantir des espaces de travail hors de l’organisation bureaucratique pour continuer à mener des projets ambitieux et innovants, à la marge du reste des équipes, et qui s’avèrent être les plus visibles et efficaces auprès des publics comme des investisseurs. Nous avons ainsi trouvé des espaces remplis de projets professionnels, construits autour de personnalités connues et reconnues dans la durée au sein du musée, que nous avons appelés machers.

11Cherchant à définir le leadership, Laville et Sainsaulieu11 rappellent que la diversité des enjeux de pouvoir et les stratégies au sein d’un système sont influencées par le regard des promoteurs sur l’action engagée. Ils organisent l’action pour eux et l’action pour autrui de façon distincte. Les individus maximisent leur pouvoir selon l’expertise, la communication, l’allocation de ressources, ou la redéfinition des règles, et cherchent à se forger une position sociale ; cela se traduit aussi par la capacité de création de contacts ou de réseaux avec le milieu extérieur. L’effet des actions de ces machers sur la Cité des sciences est considérable en termes de développement économique comme de bien-être au travail. Concentrés sur des projets innovants, ils se constituent à la marge du flou, des injustices et de la complexité du projet d’établissement. En affirmant une position forte et claire, leur posture est séduisante pour les équipes de la Cité, usées par un projet muséal qui s’est effacé derrière le poids de l’organisation bureaucratique. Grâce aux machers, ils peuvent porter l’innovation sociale et technologique comme la médiation scientifique auprès du grand public, une des principales vocations de la CSI. Cependant, il est dangereux, selon nos résultats de recherche, de s’appuyer sur les ressources individuelles dans la durée puisqu’elles peuvent s’épuiser lorsqu’elles sont saisies de façon renouvelée et répétée.

12L’échec du bien-être de beaucoup de salariés à la CSI tel que nous le décrivons dans la thèse se traduit par un manque de dispositifs de reconnaissance12 de la construction et de la valorisation de la spécificité interdisciplinaire telle qu’elle a été inventée et développée par la CSI et ses équipes. Face à une organisation bureaucratique, les ressources de la créativité et de l’innovation des équipes se trouvent mises à mal. De même, une organisation du travail en silo empêche le mouvement inter et transdisciplinaire des équipes, alors même qu’il est au centre de la réussite d’un travail de vulgarisation des sciences et techniques. L’objectif de la mobilisation de plusieurs disciplines autour d’un seul objet (une exposition par exemple) a eu des effets pervers : les scientifiques n’ayant pas eu la capacité à créer l’organisation « cité des sciences » ont été stigmatisés et remerciés pour manque de compétence alors que les machers sont devenus essentiels à la survie du projet. Or pour nous, cette « incompétence » observée est davantage le résultat de l’absence de mise en place d’une organisation adaptée et transdisciplinaire, de processus organisationnels et d’une culture empathique visant la construction de l’interdisciplinarité, plutôt que le résultat de caractéristiques individuelles. Il est tout de même étrange d’avoir été surpris par le manque de pragmatisme en gestion RH d’astronautes ou de biologistes. Pourquoi ne pas avoir fait appel aux sciences humaines sur cette question explicite ? Mais d’une certaine manière, il était sans doute difficile d’expérimenter au milieu des années 80 une organisation de recherche qui rompe de façon très disruptive avec des pratiques professionnelles encore très enracinées aujourd’hui, plus de trente ans après.

13Maintenant, voyons comment la FTI, au regard des difficultés rencontrées par la CSI, peut explorer autrement les freins à la collaboration transdisciplinaire pré-identifiés à la CSI et proposer de nouvelles hypothèses concernant la gestion des ressources humaines, l’organisation du travail, et les liens avec son écosystème.

Faire vivre la transdisciplinarité, lexemple de la Fabrique des Territoires innovants

14Créée en octobre 2014, la Fabrique des Territoires Innovants (FTI) est née de la rencontre de travaux et expériences autour de plusieurs objets de recherche : les dynamiques de développement économique local endogène, l’innovation ouverte et participative, l’entrepreneuriat social et collaboratif, le projet comme bien commun. Elle s’exerce par la collaboration de plusieurs disciplines : les sciences de gestion, la sociologie, l’anthropologie, l’urbanisme, l’économie et l’agronomie. Pour agir, elle mobilise des acteurs variés (citoyens, usagers, scientifiques, collectivités territoriales et acteurs publics, sociétés industrielles, associations, etc.) avec pour objectif de co-créer de l’activité économique à impact social et environnemental dans les territoires.

Créer des alliances d’acteurs pour co-construire les objets de recherche

15Le travail de recherche tel que le conçoit la FTI est atypique. La jeunesse des expériences la caractérise tant par son histoire (créée en 2014), que par celle des chercheurs et chercheuses qui y travaillent (essentiellement de jeunes chercheuses et doctorantes). Cette réalité recouvre des explications très matérielles ; une jeune chercheuse aura moins de chance d’être recrutée à l’université ou au CNRS. C’est une start up au statut coopératif (les salariés et les actionnaires partagent les décisions), qui prétend résoudre des enjeux de mise en lien entre l’action sociale, l’entrepreneuriat, le développement économique et la gestion des politiques publiques par la mise en œuvre d’une série d’expérimentation sur des territoires, qu’ils soient ruraux ou de filières, ou sur des organisations. Ce projet d’accompagnement des territoires vise à faire collaborer plusieurs types d’acteurs pour penser l’environnement territorial. Cette collaboration se fait en plusieurs étapes que chacune des disciplines traite de son côté autour d’un enjeu spécifique, une problématique particulière. Par exemple, dans le cas d’une situation de crise sur une filière économique, il s’agit de s’atteler aux spécificités de cette filière. Si elle est de nature agro-alimentaire, alors c’est une chercheuse en agronomie qui interviendra dans la réflexion.

16Pour faire participer les parties prenantes de l’objet à la co-construction du diagnostic, il s’agit d’intervenir pour la capacitation des individus avec lesquels nous travaillons en tant que chercheur ou chercheuse. C’est-à-dire que nous n’intervenons pas seul et ne pouvons poser un diagnostic sans avoir senti, étudié et s’être ajusté avec la communauté des acteurs auxquels on s’adresse ou dont on fait référence. À la FTI, les chercheuses comme les opérationnels travaillent auprès de relais locaux, aux profils et aux compétences différentes mais qui ont des caractéristiques communes que nous avons cherché à caractériser à l’aide des travaux réalisés autour du community organizing. Ce mouvement prend de la valeur depuis ces dernières années en France, des chercheurs et chercheuses de la ville mobilisent ces notions sous l’impulsion de la participation citoyenne qui a vécu un essor dans la socialisation des mairies et des projets urbains ces dix dernières années. Mais ce terme est d’abord une référence d’origine américaine : le community organizing porte à notre sens une coloration citoyenne privée, portée comme un mouvement social : Saul Alinsky13 l’a théorisé dès les années 30 en distinguant le community organizing du développement communautaire. Il s’agit pour le community organizer, à la manière de Paulo Freire, théologien brésilien de la libération des opprimés dans la même période, d’outiller les démunis pour la mobilisation citoyenne. Mais là où Paolo Freire pense en termes d’éducation, Alinsky prône l’action. En ce sens, ces deux auteurs étaient d’abord des civils militant contre les injustices et ayant décidé d’agir là où l’État libéral ou dictatorial est absent et où il est nécessaire d’agir contre la surexploitation, l’isolement et le gouffre d’injustices sociales qui attend les enfants et les adultes les plus démunis, issus de communautés étrangères, etc. L’ouvrage qu’Alinsky a écrit à destination de ses organizers propose littéralement des « règles aux radicaux » là où la traduction française propose comme titre : Guide de l’animateur social, pour une action non-violente. Cela démontre l’écart France-États-Unis vis-à-vis du rapport au mouvement social : Alinsky y propose des méthodes efficaces, quelques fois à la marge du politiquement correct, là où l’éducation populaire en France propose une approche plus consensuelle. Ce que l’on retient de ce guide, c’est finalement que pour mobiliser un territoire et ses habitants, il est nécessaire d’effectuer un puissant travail pour les mobiliser et les former ; c’est ce qui recouvre la vision de la capacitation de la FTI.

17Ainsi, une des questions de recherche de la FTI est de savoir « comment favoriser l’émergence d’un intérêt individuel à s’impliquer dans la constitution d’un collectif sans pour autant que la cohésion nécessaire au partage des ressources stratégiques ne débouche sur la constitution d’une communauté fermée sur elle-même14 ». Pour outiller cette réalité qui pourrait paraître décourageante et sans vouloir être « normatif15 », nous pensons que le chercheur ou la chercheuse permet de penser ET d’accompagner la subtilité des relations sociales. Partant du principe que la richesse d’une analyse scientifique peut aller tester des hypothèses et en restituer les résultats au fil de l’action sociale, au risque de l’influencer, quitte à la secouer, sans pour autant être taxé de militantisme. Le chercheur ou la chercheuse porte évidemment des valeurs qui vont guider son jugement et son interprétation. Il existe un parti-pris fort dans l’idée d’un interventionnisme du scientifique sur le social. Mais le fait de ne pas le faire relève lui aussi d’un choix. Nous ne prétendons pas encore pouvoir tirer toute la pertinence de la posture de recherche-action participative. Des écueils ont déjà été identifiés comme la relation au commanditaire, jusqu’à l’échec même de la collaboration dès ses débuts. En ce sens, nous souhaitons montrer l’importance de la méthode à construire. Enfin, la posture des chercheurs et chercheuses nous encourage à regarder avec humilité chacun des résultats d’une hypothèse. Qu’elle s’avère fausse est tout autant satisfaisant scientifiquement qu’une hypothèse vraie, au-delà d’un certain échec en termes de conquête sociale.

La recherche action participative, une méthode qui nécessite d’animer son organisation

18La perspective d’une recherche action participative n’est pas vue dans la littérature comme étant liée à une discipline en particulier. Cependant, on sait que cette méthode n’est pas abordée par toutes les sciences humaines et que sa pratique elle-même peut être l’objet de débats. Dans tous les cas, seule la relation dialogique outillée peut permettre de trouver des solutions. En France, elle est utilisée pour appuyer le diagnostic et l’intervention territoriale d’acteurs publics ou qui ont pour vocation de s’intéresser à leurs résident.e.s, citoyen.ne.s, patient.e.s, etc. Selon le rapport de sciences citoyennes qui tentent de rassembler toutes les initiatives de ce type16 la recherche participative pose la question de la co-recherche portée par les individus non-chercheurs impliqués dans les recherches-actions.

19L’idée de co-construire l’analyse est centrale à la FTI. Tout d’abord dans l’idée que plusieurs disciplines sont nécessaires à la compréhension d’un objet, sur les jeux d’acteurs autant que sur les enjeux matériels et techniques. Mais sur ces deux dimensions, nous n’oublions pas que le rapport de force étant une donnée essentielle de l’analyse des interactions sociales sur un territoire ou dans une organisation, il appartient aussi aux scientifiques d’outiller son désamorçage. La technique en est une des voies de solutions. Il est impossible de faire collaborer des individus de façon ad hoc. Toute interaction sociale doit se faire dans un champ régulé pour désamorcer les rapports sociaux. Si l’on s’en réfère aux travaux féministes matérialistes, on s’aperçoit que les organisations positionnent naturellement les individus dans leurs champs de compétences socialement admis (les femmes aux travaux de finesse, les hommes aux travaux de force), les empêchant ainsi de se positionner en tant que tels, mais plutôt en tant que catégorie sociale (genre, type de diplôme, compétences, etc.). Au cours de nos travaux de recherche, nous constatons que les préjugés sont tellement ancrés et reproduits que les conflits du travail aboutissent plus souvent à la stigmatisation d’un individu qu’à la remise en cause des éléments organisationnels qui poussaient à sa stigmatisation17. Pour nous, la place de la méthode et de la façon dont on va mettre les différentes disciplines ensemble au travail autour d’un même objet est plus que déterminante sur la production de cet objet et quant à la réalité qu’il va recouvrir, suite à notre recherche. Vincent de Gaulejac rappelle que la sociologie doit « cerner les turbulences de la vie sociale en lien avec l’expérience intime de l’homme, ses tragédies, ses relations au sacré, ses excès dans l’érotisme, la guerre, la fête, les jeux et toutes les activités humaines qui ont une “valeur communielle au sens actif du mot, c’est-à-dire en tant qu’elles sont créatrices d’unité” (Bataille, 1937, cité par Hollier, p. 39) […] tout ce qui constitue “les éléments viraux” de la société ; l’attention aux farces obscurs de la vie sociale […] à l’engagement du sociologue dans la connaissance et dans l’action comme deux faces indissociables d’un même mouvement18 ».

20L’avantage des circonstances françaises pour le chercheur ou la chercheuse, c’est que dans le cadre de son intervention sur le territoire, il va pouvoir s’appuyer sur des professionnels rémunérés et formés pour s’impliquer, dans le cadre d’une intervention respectant les règles du droit du travail. Contrairement à l’enquête dans les communautés américaines d’Alinsky où nos collègues peuvent investiguer, la nuit comme le jour, sans compter leurs heures, nous cherchons la conciliation vie professionnelle et vie personnelle, nécessaire à la santé. Mais cela ne suffit à résoudre les enjeux de bien-être au travail pour des chercheurs et chercheuses présentes sur les territoires, enquêtant sur les nébuleuses entrepreneuriales, relationnelles et politiques. Vouloir développer une collaboration avec un territoire consiste à l’investir. Investir ses rues, son histoire, ses évènements, les acteurs et actrices du monde social, politique et économique. En ce sens, les chercheurs et chercheuses investiguent, chacune à partir de sa discipline, côte à côte comme séparément. Ces investigations se font forcément à des temporalités différentes avec des outils différents. Mais peu à peu ces travaux se consolident de façon croisée lors de différentes actions de croisement des disciplines, et en premier lieu des individus qui les portent. Nous vous proposons ici un schéma qui récapitule la dynamique organisationnelle d’une recherche action participative transdisciplinaire telle que nous la concevons aujourd’hui ; elle est le résultat d’une expérience consolidée mais sera bien entendu amenée à évoluer :

Image 10000000000003BA0000021FF9BBE732E33AB774.jpg

Source : Jacquelin/FTI, 2017.

Le protocole de recherche (flèche 1)

21Il doit être formalisé de façon explicite : méthodologie d’enquête, guides d’entretiens, logiciels utilisés, modalités de traitement des données, recueil de consentement, déclaration CNIL, modalité de communication scientifique et civile, etc. Bien que formelle et contraignante, cette étape nous apparait aujourd’hui d’une grande justice dans la mesure où nous pouvons être amenés à travailler non pas avec des pairs, mais avec des collègues d’autres disciplines choisis pour leurs expertises et non pour leur proximité géographique ou disciplinaire. Elle est alors la garantie d’un « alignement des intérêts19 » dont on considère qu’ils peuvent toujours évoluer, mais qui auront été l’objet d’un engagement de départ. Au-delà, elle permet de s’interroger sur la place du consentement pour les personnes interviewées, le droit de disposer des données conservées sur elles, les modes de restitution, tout ce qui permet de rendre compte du travail effectué à ceux qui y contribuent souvent bénévolement, mais aussi de répondre à la législation sur le droit des données.

L’évaluation des projets (flèche 2)

22L’objet étudié recouvre en réalité plusieurs projets d’étude (répondant aux hypothèses proposées) qui seront suivis séparément et conjointement par les experts pertinents. Mais l’objet « zéro » de cette recherche à ne pas négliger sera l’évaluation de la capacité des individus à collaborer sur l’objet. Au-delà de l’aide à la formulation d’un discours scientifique et argumenté sur l’objet par le projet, l’expertise scientifique permet d’orienter les valeurs et le devenir du projet, de le valoriser, et de proposer des indicateurs ou des pistes d’analyses pertinentes pour mesurer de façon quantitative et surtout qualitative, l’impact du projet sur l’objet.

La co-construction du diagnostic et de l’action (flèche 3)

23Cette étape est essentielle, puisqu’elle se construit à partir d’une charte de valeur et d’action. Elle est proposée par le(s) coordinateur(s) de la recherche mais est complétée et approuvée par signature suite à des discussions par l’ensemble des chercheurs, chercheuses et autres personnes associées à la recherche. Cette charte est le média d’une discussion sur les engagements et attendus individuels et collectifs qui seront les jalons du contrat de consortium20. Elle permet d’énoncer aux tiers qui interviendront de près ou de loin tout au long de cette recherche de connaître l’objet, les hypothèses, les précautions méthodologiques ou éthiques qui aident à décider si oui ou non on souhaite y contribuer. La RAP est conçue ensuite comme la mise en place des process et d’outils de design pour l’implication des parties prenantes séparément et entre elles, d’où la succession de modules participatifs préparés en amont avec des comités ajustés aux objectifs de ces modules. Comme tous les publics ne sont pas appelés à collaborer entre eux, et dans le cas où cette collaboration est attendue, elle doit être construite progressivement, par la volonté des uns et des autres, en proposant des modalités et contenus de capacitation des participants. Nous avons accolé dans les schémas plusieurs modules participatifs, mais la réalité recouvre plus de complexité. On peut y retrouver des rendez-vous informels (chez des agriculteurs par exemple), un bal populaire, un évènement dans un café, un événement public, un entretien dans un club de bridge, des questionnaires, etc.

Coordination (flèche 4)

24Nous proposons une double coordination, celle du chercheur ou de la chercheuse et celle de l’animateur ou de l’animatrice de la communauté des parties prenantes de l’objet de la recherche. C’est une dynamique d’accompagnement de cet objet qui est gérée par le binôme opérationnel/ recherche. La première étape est le lancement de la recherche :

  • repérage d’un objet de recherche qui supporte du flou ;

  • rétroplanning et budgets ;

  • modalités de communication sur la recherche ;

  • définition des comités de suivi entre chercheurs et chercheuses et avec les tiers identifiés ;

  • liste des personnes à mobiliser et modalités de mobilisation ;

  • définition des livrables attendus (scientifiques, institutionnels et vulgarisation).

25Une fois le consortium signé, les bases de la confiance sont théoriquement posées puisque l’exercice force à se projeter sur les attendus de chacun. En cas de désaccord, cette étape ne doit pas être négligée et le projet doit rester en suspend jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé.

26D’autres étapes de travail nous semblent exigibles dans ce processus pour rester cohérents avec la valeur travail et les grandes dimensions santé pensées tout au long de nos travaux doctoraux. Ainsi, pour penser une autonomie, une charge de travail, un développement professionnel, des contenus cohérents tout en donnant du sens à l’action – quelle que soit l’issue réelle du projet de recherche mené – il nous semble nécessaire de porter a minima une gestion RH aussi structurée que dans des organisation classiques, et appliquant le droit social à la lettre, ce que nous n’avons pas l’espace de développer ici.

27Pour nous, c’est donc la transdisciplinarité qui nous invite à réfléchir au réel du travail de collaboration entre les disciplines, entre chercheurs et chercheuses, et donc entre travailleurs et travailleuses. Pour comprendre les enjeux de la médiation des sciences, de la vulgarisation scientifique ou de la recherche-action participative, il faut comprendre qu’elles rassemblent un ensemble d’éléments matériels et immatériels qu’il faut bien envisager pour pouvoir les mobiliser en suivant les règles que l’on souhaite y fixer : production de savoirs nouveaux, partage des savoirs établis, acceptation par l’autre des apports de soi, création de moments d’écoute, de moments d’échange, travail de veille, de monitoring21, etc. En ce sens, certains événements scientifiques contribuent à l’émergence de la pluridisciplinarité. Mais la transdisciplinarité va plus loin en ce sens que c’est une entreprise de recherche. Elle mérite d’être outillée comme l’est une organisation, supportée, accompagnée, formée, rémunérée. La science ne doit pas résulter d’un génie ou d’un sacerdoce mais plutôt d’une organisation qui doit viser la justice sociale et l’équité22. Enfin la transdisciplinarité s’entend pour nous comme la capacité des chercheurs et chercheuses à interroger et co-construire avec les parties prenantes d’un objet, dont ils reconnaissent en faire partie.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Bibliographie

Alinsky Saul, Manuel de l’animateur social. Une action directe non violente, Paris, Éditions du Seuil, 1976 (1re édition en anglais 1971).

Boltanski Luc, Maldidier pascale, « Carrière scientifique, morale scientifique et vulgarisation », in Information sur les Sciences Sociales, IX, (3), 1970, p. 99-118.

10.3917/riges.302.0079 :

Brun Jean-Pierre, Dugas Ninon, « La reconnaissance au travail : analyse d’un concept riche de sens », in Gestion, vol. 30, n° 2, 2005, p. 79-88.

10.3917/sopr.017.0015 :

Castel Robert, Enriquez Eugène, STevens Hélène, « D’où vient la psychologisation des rapports sociaux ? », in Sociologies pratiques, n° 17, 2008, p. 15-27.

Desforges Marc, GilliFrédéric, Cordoba Vanessa, Territoires et innovations, Travaux n° 17, DATAR, la Documentation française, 2013.

Gaulejac Vincent de, Hanique Fabienne et Roche Pierre, La Sociologie clinique, Toulouse, Erès, 2007.

Gaxie Daniel, Le Cens caché : inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Éditions du Seuil, 1978.

Goffman Erving, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les Éditions de Minuit, 1975.

Jacquelin Anne, Les Conflits et le mal-être à la cité des sciences et de l’industrie, entre trajectoires et organisation, Régine Bercot (directrice de thèse), professeure de sociologie, Paris 8 – CRESPPA GTM, 2016, 483 p.

Lasvergnas olivier, « La culture scientifique et les non scientifiques, entre allégeance et transgression de la catégorisation scolaire », Note de synthèse pour l’habilitation à diriger des recherches, présentée le 13 septembre 2011.

Las Vergnas Olivier, « L’institutionnalisation de la “culture scientifique et technique”, un fait social français (1970-2010) », in Savoirs, n° 27, 2011, p. 9-60.

Laville Jean-Louis et Sainsaulieu Renaud, Sociologie des associations, Paris, Desclée de Brouwer, 1997.

10.1145/358916 :

Putnam Robert D., Bowling Alone : The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon and Schuster, 2000.

STorup Bérengère (dir.), La Recherche participative comme mode de production des savoirs. Un état des lieux des pratiques en France, 2013, http://sciencescitoyennes.org/wp-content/uploads/2013/05/FSC-recherche_participative-FdF.pdf

Notes de bas de page

1  Nous faisons ici référence à la notion d’empowerment vu au sens de Saul Alinski, soit l’idée de mettre en place les moyens d’une émancipation individuelle et collective (2015, Peugeot http://www.pouvoirdagir.fr/?sermons=breve-histoire-de-lempowerment-a-reconquete-sens-politique)

2  Notre travail de thèse avait pour objectif de comprendre les raisons du mal-être des salariés. La Cité des Sciences et de l’Industrie est un musée des sciences et techniques qui a ouvert ses portes en 1986, suite à un travail préparatoire en plus de 7 années. L’enquête a été conduite entre 2012 et 2014, à partir d’une évaluation des risques psychosociaux. Des entretiens individuels et en groupe avec les directeurs et délégués, des représentants syndicaux, les professionnels des équipes en charge de la santé et de la sécurité au travail, ainsi que plusieurs salariés ont été menés. Un questionnaire en ligne a été passé à l’ensemble des équipes. Des documents de travail contemporains ainsi que des archives métiers et des présidences successives depuis 1979 ont également été traités.

3  Las Vergnas Olivier, « L’institutionnalisation de la “culture scientifique et technique”, un fait social français (1970-2010) », in Savoirs, n° 27, 2011, p. 9-60.

4  Jacquelin Anne, Les Conflits et le mal-être à la cité des sciences et de l’industrie, entre trajectoires et organisation, thèse de doctorat de sociologie sous la direction de Régine Bercot, 2016, 483 p.

5  Boltanski Luc, Maldidier Pascale, « Carrière scientifique, morale scientifique et vulgarisation », in Information sur les Sciences Sociales, IX, (3), 1970, p. 99-118.

6  Las Vergnas Olivier, « La culture scientifique et les non scientifiques, entre allégeance et transgression de la catégorisation scolaire », note de synthèse pour l’habilitation à diriger des recherches, présentée le 13 septembre 2011.

7  En 2003, il était conseiller du président de la Cité des sciences et de l’industrie et maître de conférences à l’université Paris 6. Il est à la retraite depuis 2009.

8  Il est difficile de mesurer l’impact réel de ses travaux sur la prise de décision. Par ailleurs, la visibilité des archives retrouvées ne rime pas nécessairement avec la visibilité des travaux produits.

9  Travail issu des archives de la CSI. Jacquelin Anne, Les Conflits et le mal-être à la cité des sciences et de l’industrie, entre trajectoires et organisation, op. cit.

10  Robert Putnam distingue les machers, mot yiddish pour désigner les personnes qui font en sorte qu’il se passe des choses dans la communauté et les schmoozers qui sont ceux qui passent plus de temps à partager des moments et discussions ; ces derniers sont plus spontanés, volontaires et flexibles. Les machers, eux, formalisent leurs activités et les liens sociaux. Voir : Putnam Robert D., Bowling Alone : The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon and Schuster, 2000.

11  Laville Jean-Louis et Sainsaulieu Renaud, Sociologie des associations, Paris, Desclée de Brouwer, 1997.

12  Brun Jean-Pierre, Dugas Ninon, « La reconnaissance au travail : analyse d’un concept riche de sens », in Gestion, vol. 30, n° 2, 2005, p. 79-88.

13  Alinsky Saul, Manuel de l’animateur social. Une action directe non violente, Paris, Éditions du Seuil, 1976 (1re édition en anglais 1971).

14  Desforges Marc, Gilli Frédéric, Cordoba Vanessa, Territoires et innovations, Travaux n° 17, DATAR, la Documentation française, 2013, p. 8.

15  Eugène Enriquez raconte ce phénomène de psychologisation du phénomène social en décrivant en ces termes assez critiques un groupe de travail visant la collaboration des acteurs : « On est dans une vision très normative : il faut évoluer dans ses pensées, dans ses actions, et à la fin on passe d’un moment où on ne se comprend pas, où on ne s’aime pas, à un moment où le “groupe se termine bien”, les gens ont évolué et sont plus ouverts pour travailler ensemble. » (Castel Robert, Enriquez Eugène, STevens Hélène, « D’où vient la psychologisation des rapports sociaux ? », in Sociologies pratiques, n° 17, 2008, p. 15-27). Or, cette vision des choses pourrait nous inviter à ne plus donner crédit à des systèmes démocratiques sous couvert que la décision est altérée. Nous ne pensons qu’il peut y avoir horizontalité réelle des acteurs en référence au cens caché (Gaxie Daniel, Le Cens caché : inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Éditions du Seuil, 1978) mais nous pensons que les artifices sont nécessaires pour ne pas laisser le plus démunis aux crochets des dominants.

16  STorup Bérengère (dir.), La Recherche participative comme mode de production des savoirs. Un état des lieux des pratiques en France, 2013, http://sciencescitoyennes.org/wp-content/uploads/2013/05/FSC-recherche_participative-FdF.pdf

17  Goffman Erving, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les Éditions de Minuit, 1975 ; Jacquelin Anne, Les Conflits et le mal-être à la cité des sciences et de l’industrie, entre trajectoires et organisation, op. cit., 2016.

18  Gaulejac Vincent de, Hanique Fabienne et Roche Pierre, La Sociologie clinique, Toulouse, Erès, 2007, p. 33 et suiv.

19  Desforges Marc, Gilli Frédéric, Cordoba Vanessa, Territoires et innovations, op. cit.

20  Un contrat de consortium a selon nous plusieurs fonctions : protéger la propriété intellectuelle des signataires sur leurs apports dans le projet, définir le périmètre d’action de chacun, les attendus concernant le projet, les modalités de mobilisation du projet par chacun, les droits et devoirs afférents. D’autre part, il explicite les modalités de sortie du projet, de rémunération et de propriété suite à investissement dans le projet.

21  Narcy-Combes Jean-Paul, « La problématique action research/recherche-action et le travail coopératif », in ASp, 19-22, 1998, p. 229-238.

22  DUBet François, La Préférence pour l’inégalité. Comprendre la crise des solidarités, Paris, Éditions du Seuil, « La république des idées », 2014.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.