Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Déplacer les frontières disciplinaires pour intervenir sur le travail humain

p. 127-143

Résumé

Cette contribution propose une articulation entre l’ergonomie et la philosophie, par le prisme de l’ergologie, pour interroger les répercussions de l’analyse du travail humain sur les ancrages disciplinaires des intervenants dans le champ du travail. En retraçant des éléments de la construction historique de l’ergonomie et par nos expériences de recherche, nous montrerons que le travail réel et les enjeux inhérents aux situations tendent à déplacer les frontières disciplinaires. Ce déplacement apparaît s’imposer pour répondre à l’exigence de transformation des situations de travail et presse l’analyste du travail vers une indisciplinarité ancrée dans le paradigme de l’activité, fondée sur une double dimension épistémologique et sociale.


Texte intégral

1Le travail est un concept non stabilisé, de multiples disciplines ont tenté d’en produire une définition afin d’en saisir les formes et les frontières, sans jamais tout à fait y parvenir. Plusieurs disciplines s’en sont emparées et se sont constituées autour de lui : sans être exhaustif, citons Marx entre philosophie et économie au xixe, la psychosociologie qui tentait de compenser la déshumanisation du taylorisme, l’ergonomie francophone développant une analyse in situ, la psychologie du travail, la sociologie du travail ou au début du xxie siècle la sociologie de l’activité qui combine plusieurs de ces approches1. Ce rapide panorama nous montre le concept de travail caractérisé par un « nomadisme » qui facilite l’approche interdisciplinaire2 : en effet, si son appréhension scientifique par des disciplines différentes permet l’analyse de son évolution historique, cette évolution des formes de l’activité de travail apparaît également favoriser l’interdisciplinarité, en ce qu’elle ne convoque pas les mêmes disciplines selon les caractéristiques saillantes problématisées à une époque donnée.

2Ces approches disciplinaires distinctes témoignent également de la difficulté de traiter le travail en objet, c’est-à-dire en une entité définissable, aux frontières assignables et aux transformations prédictibles ou à le limiter à un contexte socio-économique dont son appréhension ne doit pourtant jamais totalement s’extraire. Par conséquent, pour ne pas réduire son champ, son analyse oblige à réévaluer « la compartimentation disciplinaire3 » en vue de permettre une réflexion globale, d’autant plus nécessaire dans une perspective de transformation concrète des situations de travail par l’intervention.

3Dans cette contribution qui a pour but d’exposer l’interdisciplinarité comme modèle pour les recherches sur le travail, nous souhaitons exposer l’historicité de deux disciplines principielles, l’ergonomie et la philosophie, ayant conduit à la proposition d’une approche, celle de l’ergologie : il s’agit de donner à voir un déplacement des champs disciplinaires au profit d’une indisciplinarité4 dans la recherche-intervention.

4Dans une première partie, nous retracerons le contexte historique qui a imposé une évolution disciplinaire aux chercheurs et donné naissance à l’ergonomie francophone de l’activité puis à l’approche ergologique.

5Dans une deuxième partie, nous montrerons que l’approche ergologique fait émerger le mode de production de connaissances sur l’activité de travail comme théoriquement ancré dans ce que nous caractérisons d’épistémologie développementale. Cette épistémologie partageable par plusieurs disciplines réunies par la centralité de l’activité humaine apparaît permettre de dépasser les frontières disciplinaires pour agir et transformer le travail. Or, cette tentative se heurte dans les pratiques de recherche et d’intervention en analyse du travail à des limites issues des postures d’expertise attribuées à chaque champ disciplinaire.

6Par conséquent, avec l’enjeu de saisir le réel instable, changeant, toujours susceptible de réinvention du fait qu’il s’incarne comme expérience et son inscription dans un milieu historico-local normé, normatif, nous terminerons par le nécessaire déplacement des contours disciplinaires dans la production de données et de savoirs sur les situations de travail, à laquelle nous engage l’approche ergologique. Cette approche, aussi exigeante que pressante pour engager des potentialités effectives de transformation, ressort comme un pas supplémentaire, incluant le champ des valeurs portées par les individus et les collectifs en activité.

Lorsque lactivité de travail impose une évolution disciplinaire aux chercheurs

7Les années 1960 en France et plus largement en Europe sont marquées par un contexte de luttes sociales autour du travail avec la remise en cause du modèle taylorien. Le mai 1968 français et les grèves de 1969 en Italie en sont des points culminants. C’est à cette période qu’un groupe de chercheurs en physiologie du travail et ergonomie du CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers) de Paris est sollicité par des syndicalistes de la CFDT (Confédération Française Démocratique du Travail) de l’ouest de la France. Wisner, médecin et directeur du laboratoire propose d’initier une recherche sur ces femmes de l’industrie électronique dont les militants ne comprennent pas l’origine des symptômes qu’ils dénoncent dans leurs tracts : fatigue physique et nerveuse, évanouissements, etc.

8La dimension de genre est ici très présente, puisqu’il s’agissait pour « la puissance masculine » de savoir si tout cela était « bien sérieux5 ». Dans la recherche développée par les ergonomes auprès des travailleuses de l’industrie électronique, les critères d’évaluation traditionnels de la pénibilité physique « fondés sur la mesure de la dépense énergétique et de la consommation d’oxygène correspondant à la majorité des travaux masculins dans les industries de l’époque6 », laissaient penser que ces opératrices occupaient des postes dépourvus de pénibilité, alors qu’elles exprimaient des plaintes multiples et des soucis de santé récurrents. De plus, le modèle expérimental de production des connaissances se basait sur les caractéristiques humaines déterminant des valeurs moyennes et ne semblait pas permettre de savoir comment appréhender les problèmes qui leur étaient renvoyés.

9L’analyse de la compréhension des atteintes à la santé des travailleurs était une attente forte de la part des militants syndicaux et des travailleurs. Elle poussait déjà les chercheurs du CNAM à déployer des connaissances pluridisciplinaires avec une ergonomie se fondant à l’intersection de quatre disciplines au moins : physiologie, médecine, psychologie et sciences de l’ingénieur7, pour comprendre d’une part les conséquences de l’exercice professionnel sur la santé et la sécurité et d’autre part l’activité humaine en interaction avec les autres composantes du système. Face à la complexité des situations de travail, ils vont être conduits à sortir d’« une fonction d’expertise externe8 ». Portés par l’ambition de décrire ce qui se joue dans le réel, les chercheurs vont engager une « expérience de coopération inédite9 » marquée par le choix épistémologique déterminant de la sortie des laboratoires pour aller mener « la bataille du travail réel10 ». Ce changement de posture représente un véritable bouleversement dont il faut souligner le caractère double : transformation du lieu de recherche et participation des personnes dont le travail est analysé à l’élaboration de l’analyse.

10La démarche ainsi proposée par les ergonomes s’appuie sur une demande sociale exprimée par les acteurs de l’organisation productive. Cette demande tient dès lors une place fondamentale dans la démarche nouvellement développée. Elle suppose une coopération entre les équipes de recherche et les militants et salariés des milieux industriels. Cette coopération induit de considérer les savoirs produits par les travailleurs et les militants comme « commensurables » aux savoirs produits par la recherche scientifique c’est-à-dire sinon équivalents, du moins comparables11. De plus, ce mode inédit de participation des acteurs ouvre l’accès à certaines connaissances jusqu’alors masquées.

11La rupture avec le modèle expérimental en vigueur représente alors une remise en cause de l’académisme au profit de l’étude du travail humain. Elle a pour origine à la fois le refus d’un modèle de gestion de l’activité productive et est déclenchée par une demande sociale. Cette irruption de la dimension historique et sociale dans le débat scientifique ne s’est pas faite sans heurts comme l’écrit Wisner relatant l’accueil glacial que reçoit l’exposé de ses travaux en 1972 à l’Ergonomics Research Society en Grande-Bretagne12. En effet, le paradigme épistémologique qu’il promouvait entrait en dissonance avec « l’image de la recherche qu’avaient les ergonomistes : l’application de données obtenues en laboratoire dans les situations de travail13 », au profit d’une analyse du travail descriptive. L’histoire de l’ergonomie francophone de l’activité devient alors celle d’une démarche scientifique qui s’attache au travail et à ses conditions réelles d’effectuation pour agir sur la santé, avec pour mission de refuser tout cloisonnement au profit de sa compréhension dynamique, sans neutralisation de sa complexité.

12Les approches théoriques de l’activité considèrent le travail comme une activité centrale et vitale pour le vivre en santé humain14. L’activité est le creuset de régulations individuelles et collectives qui aboutissent à des compromis entre efficacité productive, qualité et santé, pouvant être favorables à la santé si le travailleur peut activer des marges de manœuvre prescrites ou créées dans l’action15. Ainsi le travail est défini comme un opérateur de santé : activité singulière, finalisée et hétérodéterminée dans laquelle l’individu sujet vit dans une tentative permanente de « renormalisation16 » c’est-à-dire de transformation des normes antécédentes de son milieu de travail et de vie. La renormalisation, concept ergologique, exprime l’écart à la norme, et au-delà de l’écart prescrit-réel conceptualisé par l’ergonomie, il s’agit d’affirmer la capacité de chacun à créer de l’inédit. Considérer l’activité de travail ainsi, implique de donner un statut anthropologique inaliénable à chacun, du fait que l’individu opère une synthèse pour agir et ne se laisse jamais entièrement assujettir par ce que les déterminants matériels et sociaux tentent de lui réimposer.

13L’évolution disciplinaire et paradigmatique qu’a connu l’ergonomie francophone de l’activité initiée avec la sortie des laboratoires, nous apparaît renforcée par le développement de l’approche ergologique, paradigme épistémologique non disciplinaire17. Ce paradigme implique deux principes imbriqués : l’analyse de l’activité humaine et la co-production des connaissances. Car d’un point de vue ergologique, l’enjeu est d’instruire le point de vue de l’activité, comme le préconise l’ergonomie18, afin et pour engager la possibilité d’institutionnalisation des nouvelles normes créées par les individus et les collectifs dans l’activité19. Le mode de production des connaissances proposé par l’ergologie, reste l’analyse de l’activité pour permettre de rendre visibles une part des renormalisations opérées à l’issue des régulations, tout en mobilisant une co-production des connaissances fondée sur un dialogue des savoirs. Il s’agit de ne pas se limiter à la production de connaissances sur la situation pour instruire les transformations mais de viser l’émergence collective de connaissances sur la situation pour construire un dispositif d’implication dynamique des acteurs.

Ancrer les pratiques de recherche dans une épistémologie développementale

14Le modèle d’analyse de l’homme au travail promu par les approches que nous développons ici, issu d’une tradition historico-culturelle qui prend ses racines chez Vygotski, est celui d’une épistémologie qui ancre l’activité comme la source du développement de l’individu. Ergonomes comme analystes du travail sont tournés vers une épistémologie développementale20 en vue de produire des transformations favorables au vivre en santé des individus et des collectifs dans les organisations. Ainsi le développement « dépend des caractéristiques et des objectifs de chaque situation de travail, et s’articule avec le développement du collectif de travail21 » : c’est cette articulation qui apparaît bien souvent venir de surcroît dans les pratiques d’intervention mais que les ergonomes s’accordent à considérer comme essentielle.

15Pour instruire ces transformations, l’approche ergologique propose de s’appuyer sur la co-production des connaissances pour initier un développement des savoirs de l’analyste et des savoirs des individus participant à l’analyse, la construction d’un monde commun dans le dispositif de l’intervention étant considéré comme une base de développement : il s’agit de rendre le développement endogène par l’implication continue des acteurs de la situation de travail. Mais compte tenu des dimensions techniques, organisationnelles et politiques déjà cristallisées, toutes les formes de développement, même si elles sont souhaitées, ne sont pas possibles. Béguin22 a d’ailleurs souligné la mise en tension entre les formes du possible et les formes du souhaitable, c’est-à-dire entre la mise en œuvre effective de l’action en fonction des réalités de la situation et l’expression de la volonté en termes de prévention, de conception et d’organisation. En somme, le développement se construit dans un compromis entre ce qui peut être souhaitable et souhaité, et ce qui peut être possible et réalisé.

16Apparaît alors une dimension sociale et politique de l’activité que les ergonomes traitent comme la mise en œuvre d’un compromis social entre décideurs, porteurs des enjeux économiques et sociaux et intervenants, se faisant porteurs des enjeux du travail. L’intervenant se voit ainsi conférer une posture qui bouscule les modes de fonctionnement usuels de l’entreprise – hiérarchisés, descendants –, il est le vecteur d’une horizontalisation des rapports de pouvoir pendant le temps de l’intervention. L’ambition est de dépasser à la fois les limites temporelles de l’intervention et la dimension technique de la demande, pour proposer un nouveau façonnement des rapports décisionnels afin de faire perdurer ce mode de gestion des relations et des projets. La recherche de ce compromis entre les enjeux sociaux des différents acteurs, dont la charge reste à l’intervenant, peut expliquer pourquoi cette épistémologie développementale n’est pas toujours inscrite comme partie intégrante du mode de production des connaissances : soit parce que le contexte socio-économique ou les rapports de pouvoir dans lesquels s’inscrit la situation de travail ne le rend pas possible, soit parce que l’intervenant qui réalise l’analyse n’est pas conscient de ce que représente l’enjeu d’endosser seul le rôle de producteur des connaissances sur la situation de travail. Pour comprendre ces deux types de limites, nous voudrions revenir sur ce compromis sur lequel s’est construit l’ergonomie francophone de l’activité et souligner l’ambiguïté entretenue lors des interventions ergonomiques, et plus largement d’analyse du travail, y compris certaines des nôtres.

17L’ergonomie, discipline qui naît dans l’après-guerre, se fonde sur l’espérance d’un compromis entre les intérêts divergents de ceux qui travaillent et de ceux qui dirigent les entreprises. La tradition du catholicisme social est très présente chez ses fondateurs, comme elle l’est de manière plus générale chez les promoteurs de l’amélioration des conditions de travail du début des années 70 jusqu’aux lois Auroux23. Est également connu le poids de l’héritage chrétien au sein de la CFDT, dont la branche électronique est la commanditaire de la recherche dans l’industrie électronique précédemment évoquée. Dans la même lignée, Wisner met en avant des textes de Weil aux débuts de l’élaboration de sa professionnalité d’ergonome24 et formule l’idée d’une forme possible de co-gestion ou de co-conception de l’activité entre les travailleurs et les industriels, qui apparaît à portée de main. Ces racines historiques ouvrant la possibilité de convergence d’intérêts, de compromis perpétuel, peuvent expliquer une posture permanente de recherche de compromis dans l’intervention, et parfois la conviction qu’il est possible de le construire sans solliciter un engagement direct des acteurs dans la production des données. Nous-mêmes connaissons l’inconfort et la tentation de retomber dans une fonction d’expertise disciplinaire – tant dans les concepts mobilisés que les méthodes utilisées – satisfaisante pour le respect des relations hiérarchiques du système considéré, analysant le travail en extrayant des données des situations ; c’est-à-dire en ne proposant pas nécessairement une intervention co-produite avec les travailleurs et engageant plusieurs disciplines comme pourrait l’exiger la problématique ergonomique avec notre regard ergologique.

18Ces entraves à sortir de la posture d’expertise attendue pour proposer un nouveau modèle de dispositif pour l’intervention nous les avons éprouvées lors d’une recherche-action pour la construction de l’Observatoire des conditions de travail de l’ANPE (Agence nationale pour l’emploi)25. Le recueil de données sur l’activité de travail s’est fait par le biais d’une formation-action des agents qui a permis d’endogénéiser le regard sur l’activité de travail. Ce dispositif de co-production des données a ouvert à la fois la voie à des connaissances sur l’activité, à la mise en récit possible de ce qui n’apparaissait pas nécessairement aux agents comme signifiant et à l’élaboration de concepts communs. La focale portait bien sur des éléments partagés de l’activité et le dialogue était fécond sur les constats ressortant des analyses réalisées dans les agences locales26. Le dispositif de recherche-action assurait une médiation par une chercheuse. Ce modèle, nous le caractérisons comme basé sur une épistémologie développementale considérant chacun comme acteur de la situation de travail, à même et anthropologiquement légitime pour instruire son analyse et ses transformations. Néanmoins lors de la phase de prise de décisions de transformations, ce modèle de fonctionnement ergologique s’est effondré du fait d’un repli sur les pratiques usuelles de prises de décision hiérarchiques dans l’établissement. La dimension politique des rapports de pouvoirs dans l’établissement et dans les situations de travail ressort alors comme prégnante pour faire fonctionner la pluridisciplinarité, telle que nous l’entendons comme indisciplinarité.

Le déplacement des champs disciplinaires pour ladhérence au réel

19Nous n’entendons pas d’abord la pluridisciplinarité comme celle du travail conjoint de différentes disciplines sur le travail comme champ « objet » de recherche scientifique. La « pluridisciplinarité intégrative » telle que définie par Di Ruzza et Halevi27 n’est pas celle coopérative usuellement connue, faisant fonctionner ensemble les disciplines à l’instar de différents corps de métiers dans la construction d’un bâtiment. Elle est celle d’un dialogue de savoirs commensurables initiée par la recherche en ergonomie et conduit à s’interroger : « ne convient-il pas d’abandonner la quête de pluridisciplinarité, de transdisciplinarité, d’interdisciplinarité, et aller vers un peu plus d’indisciplinarité28 ? » Car si la production des connaissances disciplinaires ne peut dans l’approche ergologique se réaliser en « exterritorialité29 », il apparaît également que les contours disciplinaires ne résistent pas au réel tel qu’il est traité dans l’analyse de données faisant participer les travailleurs et acteurs des situations de travail.

20Pour donner à voir ce que peut signifier le déplacement des champs disciplinaires et une démarche tendue vers l’indisciplinarité, nous allons exposer des éléments d’une recherche-intervention dans le secteur des centres de tri des déchets30. L’objectif de la recherche était de mieux identifier les dimensions qui contribuent à développer la prévention des risques professionnels au regard des processus organisationnels. Les éléments d’intervention présentés ici se limitent aux enjeux de la transformation des situations de travail que nous avons abordés dans la partie précédente.

21Les centres de tri dont il est question, reçoivent les déchets issus des collectes sélectives des ménages. Ce sont des lieux de production inscrits dans leur territoire. Les acteurs territoriaux, notamment ceux des syndicats de traitement des déchets auxquels appartiennent les centres de tri donnés en gestion à un exploitant privé, prennent des décisions qui vont pour partie déterminer les conditions de travail des travailleurs du tri31. Par conséquent, un certain nombre de déterminants sur lesquels il était nécessaire d’agir pour améliorer la situation de travail étaient portés ou définis par ces décideurs des syndicats de traitement situés sur le territoire et donc hors de l’entreprise. Ces données, issues des analyses du travail portées par la chercheuse32, ont montré que les processus de prévention ne pouvaient pas se limiter aux frontières de l’entreprise et à ses acteurs traditionnels de la prévention dans l’entreprise – l’employeur et ses représentants qui d’un point de vue juridique sont garants de la santé et de la sécurité des salariés. Au contraire, la prévention doit associer des acteurs plus éloignés de la situation de travail telle qu’entendue au sens strict. Il devient alors nécessaire de mieux saisir les processus de coordination des décideurs internes à l’entreprise de tri et externes du syndicat situé à l’échelle du territoire.

22Cependant, les cadres usuels proposés par l’ergonomie ne semblaient pas suffisants pour mettre en œuvre un processus de coordination en faveur de la prévention entre des acteurs de structures juridiques différentes et géographiquement disjoints mais situés sur un territoire commun. La pluridisciplinarité s’imposait alors pour agir sur le réel. Poussés par la forme de l’activité de travail à aller chercher d’autres cadres théoriques, la première étape visait à identifier des approches pertinentes au regard de la situation étudiée. Les recherches bibliographiques orientées vers différentes disciplines (géographie, anthropologie, sociologie, sciences politiques, économie, etc.) nous ont conduits vers l’économie des proximités33. Cette école de pensée entend étudier la coordination des acteurs situés sur un même territoire, à partir de deux critères : la proximité géographique c’est-à-dire la distance kilométrique qui sépare deux acteurs et la proximité organisée relevant de la construction d’un projet commun. Ce cadre théorique paraît très adapté à l’étude des nouvelles formes de travail, où l’encadrement est souvent à distance avec un morcellement des structures juridiques des chaînes de valeur. Cependant, ce qui est entendu dans les notions associées aux proximités est très lié à la théorie économique et a dû être déplacé pour s’adapter au cadre théorique de l’ergonomie, focalisé sur l’adhérence au réel, au sens d’une discipline exclusivement tournée vers la production de données permettant la mise en récit du travail tel qu’il se réalise. L’idée était donc d’utiliser le cadre proposé par l’économie des proximités pour réinterroger nos propres processus d’intervention dans les centres de tri et identifier les critères permettant de favoriser les proximités géographiques et organisées34. Ces critères étaient le socle nécessaire pour la coordination de la prévention souhaitée par les travailleurs et les décideurs, une prévention jusque là entravée dans sa construction du fait de la disjonction pratique et conceptuelle dans les modalités d’action en prévention usuelles.

23Les résultats ainsi produits par l’analyse des processus d’intervention au prisme du cadre de la théorie des proximités ont permis d’identifier trois dimensions nécessaires pour favoriser la coordination des acteurs décisionnaires : partager un projet industriel territorialisé, articuler les enjeux de chacun autour d’un objet commun et positionner le travail comme un moyen de parvenir à la performance industrielle et commerciale recherchée par les décideurs.

24Toutefois, l’économie des proximités n’a pas été mobilisée pour travailler avec les travailleurs de l’entreprise de tri mais pour fournir des repères aux chercheurs afin de construire le dispositif de co-production de la démarche de prévention avec les décideurs. Elle a été articulée avec les cadres ergonomiques d’analyse descriptive du travail, analyse co-produite avec les travailleurs des centres de tri. Il serait possible d’imaginer un autre dispositif où l’analyse du travail et la démarche de prévention seraient co-produites avec les trois types d’acteurs : travailleurs, décideurs internes, décideurs externes. Néanmoins la déontologie de l’intervention ne permettait pas, en l’état de précarité des salariés des centres de tri, d’élaborer un dispositif de ce type auxquels ils auraient été associés.

25Ainsi, l’hybridation disciplinaire de l’ergonomie et de l’économie des proximités permettait de satisfaire à une exigence principielle de l’ergonomie dont le champ était déplacé, celle de la transformation effective des situations de travail, potentialité à créer, à rendre endogène dès les débuts de l’intervention. Ce qui a été construit s’est fondé sur les processus de l’intervention ergonomique de la chercheuse, c’est-à-dire en lien avec l’implication des acteurs décisionnaires préconisée par la discipline ergonomique dans les débuts du processus d’intervention et au cours de son ensemble. Dans le même temps, satisfaire la recherche d’un compromis dans l’entreprise, impose d’associer à l’intervention non seulement les travailleurs mais aussi ceux qui seront ensuite à même de prendre des décisions de transformation, au cours de l’ensemble du processus d’intervention et non uniquement à son pilotage.

26En résumé, la pluridisciplinarité telle que nous la définissons ne se limite pas à une hybridation disciplinaire, elle est aussi exigée socialement dans les pratiques de recherche et d’intervention du fait de différents critères de liens. Nous proposons un tableau récapitulant les dimensions de la pluridisciplinarité que nous avons recensées qui permet de réaffirmer la double dimension d’un modèle de pluridisciplinarité dans les sciences du travail ancré dans une épistémologie développementale, c’est-à-dire un modèle d’indisciplinarité. Cette épistémologie confère des principes spécifiques pour nos pratiques de recherche et d’intervention : aux exigences de la dimension épistémologique correspondent des exigences sur la dimension sociale.

Modèle des dimensions de l’indisciplinarité dans une épistémologie développementale.

Dimension épistémologiqueDimension sociale
Évolution historique, plasticité de l’activité humaineExigence d’adhérence au réel
Statut anthropologique de l’individuImplication des acteurs
Impossibilité d’accéder aux renormalisationsConstruction d’un dispositif de co-production des connaissances

27Déplacer les champs disciplinaires revient dans l’approche indisciplinaire ancrée dans le paradigme de l’activité que nous avons exposée à sortir de l’académisme, en remettant en cause à la fois les frontières disciplinaires et les acteurs qui s’y inscrivent, ce qui rappelle les débuts de l’ergonomie abordés dans notre première partie et qui ont servi de modèle. Sortir l’ergonomie des laboratoires dans les années 1960 a impliqué l’indisciplinarité, c’est-à-dire une pluridisciplinarité aux deux dimensions, épistémologiques et sociales, telles que nous les soulignons. Cette sortie de l’académisme est provoquée conjointement par la mobilisation d’acteurs aux savoirs de différentes natures, pratiques et académiques, mais aussi par l’indisciplinarité imposée à la fois par ces acteurs et par le recueil de données d’activité plastique. La plasticité nous est imposée par l’étude du travail comme activité. Ce qui implique d’ailleurs qu’on ne puisse le traiter en objet. C’est cette plasticité qui conduit à l’élaboration de modes d’intervention ou de concepts spécifiques qui entrecroisent plusieurs champs disciplinaires35.

Développer lindisciplinarité pour comprendre et transformer le travail36

28Si scientifiquement le fait de revisiter sa propre discipline ou d’en déplacer le champ peut sembler s’imposer, la question des méthodes se pose : enrichissement des approches avec des outils réadaptés, construction de nouvelles grilles de lecture, élaboration de nouveaux concepts ou encore enrichissement des concepts existants. À travers le cas de la recherche-intervention dans des centres de tri de déchets ménagers, nous avons montré comment l’analyse du travail revient à flouter les contours disciplinaires et pose la question de l’adhérence des concepts aux situations réelles de travail. L’irruption du réel tend à flouter les contours disciplinaires pour atteindre la finalité de transformation portée par l’intervention.

29En effet, l’épistémologie développementale impose pour qu’il y ait développement que celui-ci s’inscrive dans la dimension sociale de l’intervention : d’une part, lors de la phase d’analyse de l’activité des individus et des collectifs mais sans se limiter au déclenchement d’un processus réflexif chez les travailleurs ce qui ne suffirait pas à engager de réelles potentialités de transformation ; d’autre part, lors de la phase de prise de décisions de transformation, en ayant en tant qu’intervenant suffisamment associé et instruit travailleurs et décideurs au cours de l’intervention par une analyse descriptive du travail étayée par des concepts en adhérence avec l’activité réelle, c’est-à-dire en ayant rendu endogène le regard sur le travail.

30L’objectif d’une indisciplinarité telle que nous en avons proposé la modélisation, est de renouveler les possibilités d’action pour appréhender les questions de santé et de travail dans les multiples milieux professionnels sur lesquels nous sommes amenés à intervenir. Cela l’est d’autant plus dans une perspective de durabilité des transformations du travail car ce qui est en jeu ce sont les modèles de production de connaissances sur l’activité humaine et les modèles d’action en prévention. C’est aussi un enjeu pour le renouvellement disciplinaire, qui paradoxalement nécessite scientifiquement un décentrement du champ disciplinaire très difficile à développer académiquement : et ce surtout lorsqu’on n’est pas Wisner !

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Bibliographie

Beguin Pascal, « Dialogisme et conception des systèmes de travail », in Psychologie de l’interaction, n° 23/24, 2007, p. 169-198.

Boudra Leïla, Durabilité du travail et prévention en adhérence. Le cas de la dimension territoriale des déchets dans l’activité de tri des emballages ménagers, thèse de doctorat en ergonomie sous la direction de Pascal Beguin, Lyon, université Lyon 2, 2016.

Boudra Leïla, Beguin Pascal, « Quels liens entre territoire et travail ? Le cas des centres de tri des déchets d’emballages ménagers », 48e congrès de la SELF, Paris, 28-30 août 2013, 8 p.

Boudra Leïla, Delecroix Bertrand, Beguin Pascal, « La prévention dans le green business à l’échelle des proximités territoriales. Une question de performance globale pour les centres de tri des déchets d’emballages ménagers », 50e congrès de la SELF, Paris, 23-25 septembre 2015, 8 p.

10.3917/th.781.0009 :

Coutarel Fabien, Caroly Sandrine, Vezina Nicole, Daniellou François, « Marge de manœuvre situationnelle et pouvoir d’agir : des concepts à l’intervention ergonomique », in Le Travail Humain, n° 78, 2015, p. 9-29.

10.4000/activites.2249 :

Cuvelier Lucie, Caroly Sandrine, « Appropriation d’une stratégie opératoire : un enjeu du collectif de travail », in @ctivités, n° 6/2, 2009, p. 57-74.

Di ruzza Renato et Fontanel Jacques, Dix débats en économie politique, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1994.

Di ruzza Renato et Halevi Joseph, De l’économie politique à l’ergologie. Lettre aux amis, Paris, L’Harmattan, 2003.

10.3917/dec.dujar.2017.01 :

Dujarier Marie-Anne, Le Management désincarné. Enquête sur les nouveaux cadres du travail, Paris, La Découverte, 2015.

Duraffourg Jacques et VUillon Bernard, Alain Wisner et les tâches du présent. La Bataille du travail réel, Toulouse, Octarès, 2004.

10.3917/puf.falzo.2013.01 :

Falzon Pierre, Ergonomie constructive, Paris, PUF, 2013.

10.3917/pp.019.0095 :

Foucart Jean, « Travail social et construction scientifique », in Pensée plurielle, n° 19/3, 2008, p. 95-103.

10.4267/2042/51907 :

Fouquet Annie, « Un cas singulier d’interdisciplinarité : le concept nomade de travail », in Hermès, n° 67, 2013, p. 159-164.

GUerin François, Laville Antoine, Daniellou François, Duraffourg Jacques, Kerguelen Alain, Comprendre le travail pour le transformer. La Pratique de l’ergonomie, Montrouge, Anact Éditions, 1991.

Legay Jean-Marie, « Quelques réflexions à propos d’écologie. Défense de l’indisciplinarité », in Acta Oecologica, n° 7/4, 1986, p. 391-398.

Malchaire J., « Inter, multi, pluridisciplinarité au service du bien être au travail », in Journées interdisciplinaires de Lorient, Lorient, 13 mai 2003, 12 p.

Pacaud Suzanne, « L’ergonomie face aux grandeurs et aux difficultés de l’interdisciplinarité », in La Revue technique luxembourgeoise, n° 4, 1969, p. 113-129.

Prévot-carpentier Muriel, Duranton michel, Ibarmarie, Regnaut alain, Wild magali, Observatoire des Conditions de Travail – Rapport national, Schwartz Yves (dir.), Noisy-le-Grand, Agence Nationale pour l’Emploi, 2005.

Prévot-Carpentier Muriel, Les « Conditions de travail » : proposition de modélisation pour l’usage. Entre épistémologie et philosophie sociale, un mode de traitement ergologique du concept, thèse de doctorat de philosophie sous la direction de Yves Schwartz, Aix-en-Provence, université Aix-Marseille, 2013.

10.3406/ecoru.2004.5470 :

Rallet Alain, Torre André, « Proximité et localisation », in Économie rurale, Programme National Persée, 280/1, 2004, p. 5-41.

Schwartz Yves, « Ergonomie, philosophie et exterritorialité », in L’Ergonomie en quête de ses principes. Débats épistémologiques, Daniellou François (dir.), Toulouse, Octarès, 1996, p. 141-182.

Schwartz Yves, Le Paradigme ergologique ou un métier de Philosophe, Toulouse, Octarès, 2000.

Schwartz Yves et Durrive Louis, L’Activité en Dialogues – Entretiens sur l’activité humaine (II), Toulouse, Octarès, 2009.

10.4000/pistes.3045 :

Teiger Catherine, Barbaroux Liliane, David Maryvonne, Duraffourg Jacques, Galisson marie-Thérèse, Laville antoine, Thareaut Louis, « Quand les ergonomes sont sortis du laboratoire… à propos du travail des femmes dans l’industrie électronique (1963-1973) », in Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé, n° 8/2, 2006, p. 1-39.

Torre André, zuindeau Bertrand, « Économie de la proximité et environnement : état des lieux et perspectives », in Canadian Journal of Regional Science, 31/1, 2008, p. 133-160.

Tracol Matthieu, Changer le travail pour changer la vie ? Genèse des lois Auroux, 1981-1982, Paris, L’Harmattan, 2009.

Wisner Alain, Quand voyagent les usines. Essai d’anthropotechnologie, Paris, Syros, 1985.

Wisner Alain, Réflexions sur l’ergonomie (1962-1995), Toulouse, Octarès, 1995.

Notes de bas de page

1 Dujarier Marie-Anne, Le Management désincarné. Enquête sur les nouveaux cadres du travail, Paris, La Découverte, 2015.

2 Fouquet Annie, « Un cas singulier d’interdisciplinarité : le concept nomade de travail », in Hermès, n° 67, 2013, p. 159-164.

3 Di ruzza Renato et Fontanel Jacques, Dix débats en économie politique, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1994, p. 13.

4 Di ruzza Renato et Halevi Joseph, De l’économie politique à l’ergologie. Lettre aux amis, Paris, L’Harmattan, 2003.

5 Wisner Alain, Quand voyagent les usines. Essai d’anthropotechnologie, Paris, Syros, 1985, p. 24.

6 Teiger Catherine, Barbaroux Liliane, David Maryvonne, Duraffourg Jacques, Galisson Marie-Thérèse, Laville Antoine, Thareaut Louis, « Quand les ergonomes sont sortis du laboratoire… à propos du travail des femmes dans l’industrie électronique (1963-1973) », in Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé, n° 8/2, 2006, p. 8.

7 Pacaud Suzanne, « L’ergonomie face aux grandeurs et aux difficultés de l’interdisciplinarité », in La Revue technique luxembourgeoise, n° 4, 1969, p. 113-129.

8 Teiger Catherine, Barbaroux Liliane, David Maryvonne, Duraffourg Jacques, Galisson Marie-Thérèse, laville Antoine, Thareaut Louis, « Quand les ergonomes sont sortis du laboratoire… à propos du travail des femmes dans l’industrie électronique (1963-1973) », in Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé, op. cit., p. 7.

9 Ibid., p. 3.

10 Duraffourg Jacques et VUillon Bernard, Alain Wisner et les tâches du présent. La bataille du travail réel, Toulouse, Octarès, 2004.

11 Di ruzza Renato et Halevi Joseph, De l’économie politique à l’ergologie. Lettre aux amis, op. cit., p. 69.

12 Wisner Alain, Quand voyagent les usines. Essai d’anthropotechnologie, op. cit., p. 32.

13 Ibid.

14 Schwartz Yves et Durrive Louis, L’Activité en Dialogues – Entretiens sur l’activité humaine (II), Toulouse, Octarès, 2009, p. 253.

15 Coutarel Fabien, Caroly Sandrine, Vezina Nicole, Daniellou François, « Marge de manœuvre situationnelle et pouvoir d’agir : des concepts à l’intervention ergonomique », in Le Travail Humain, n° 78, 2015, p. 9-29.

16 Schwartz Yves et Durrive Louis, L’Activité en Dialogues – Entretiens sur l’activité humaine (II), op. cit., p. 259.

17 Schwartz yves, Le Paradigme ergologique ou un métier de Philosophe, Toulouse, Octarès, 2000.

18 GUerin François, Laville Antoine, Daniellou François, Duraffourg Jacques, Kerguelen Alain, Comprendre le travail pour le transformer. La Pratique de l’ergonomie, Montrouge, Anact Éditions, 1991.

19 Nous ne rendons pas synonymes les concepts de travail et d’activité. Toute activité n’est pas un travail, même si le travail doit se voir conférer un sens extensif ne le limitant pas au seul salariat, comme cela a été le cas historiquement dans les pays industrialisés depuis le XIXe siècle.

20 Falzon Pierre, Ergonomie constructive, Paris, PUF, 2013.

21 Cuvelier Lucie, Caroly Sandrine, « Appropriation d’une stratégie opératoire : un enjeu du collectif de travail », in @ctivités, n° 6/2, 2009, p. 71.

22 Beguin Pascal, « Dialogisme et conception des systèmes de travail », in Psychologie de l’interaction, n° 23/24, 2007, p. 169-198.

23 Tracol Matthieu, Changer le travail pour changer la vie ? Genèse des lois Auroux, 1981-1982, Paris, L’Harmattan, 2009.

24 Wisner Alain, Réflexions sur l’ergonomie (1962-1995), Toulouse, Octarès, 1995.

25 Cette recherche s’est inscrite dans un dispositif de recherche pluri-institutionnel entre l’ANPE représentée par sa direction des relations sociales et des partenaires sociaux membres du Comité national d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, l’université avec un directeur scientifique et une doctorante, une analyste du travail, un ergonome et un cabinet d’études économiques et sociales. La demande de la direction était de « produire une photographie des conditions de travail dans l’établissement ». Ce travail en commun a donné lieu à un rapport co-écrit avec des agents-formateurs, acteurs du dispositif. Prevot-carpentier Muriel, Duranton Michel, Ibar Marie, Regnaut Alain, Wild Magali, Observatoire des Conditions de Travail – Rapport national, Schwartz Yves (dir.), Noisy-le-Grand, Agence Nationale pour l’Emploi, 2005.

26 Prevot-carpentier Muriel, Les « Conditions de travail » : proposition de modélisation pour l’usage. Entre épistémologie et philosophie sociale, un mode de traitement ergologique du concept, thèse de doctorat de philosophie sous la direction de Schwartz Yves, Aix-en-Provence, université Aix-Marseille, 2013.

27 Di ruzza Renato et Halevi Joseph, De l’économie politique à l’ergologie. Lettre aux amis, op. cit., p. 80.

28 Ibid., p. 83. Les terminologies toujours différentes proposées dans les nombreuses contributions scientifiques (par exemple Malchaire J., « Inter, multi, pluridisciplinarité au service du bien être au travail », in Journées interdisciplinaires de Lorient, Lorient, 13 mai 2003, 12 p. ; Foucart Jean, « Travail social et construction scientifique », in Pensée plurielle, n° 19/3, 2008, p. 95-103) sont pour nous le signe de l’absence de pertinence d’en constituer. Elles seront nécessairement remises en cause par les chercheurs suivants confrontés à la double exigence de définir un objet aux contours flous et d’intégrer la participation d’acteurs initialement non engagés dans le domaine de la recherche.

29 Schwartzy ves, « Ergonomie, philosophie et exterritorialité », in L’Ergonomie en quête de ses principes. Débats épistémologiques, Daniellou François (dir.), Toulouse, Octarès, 1996, p. 141-182.

30 Cette recherche doctorale a été financée par l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) et réalisée en partenariat avec l’université Lumière Lyon 2.

31 Boudra Leïla, Beguin Pascal, « Quels liens entre territoire et travail ? Le cas des centres de tri des déchets d’emballages ménagers », 48e congrès de la SELF, Paris, 28-30 août 2013, 8 p.

32 Boudra Leïla, Durabilité du travail et prévention en adhérence. Le cas de la dimension territoriale des déchets dans l’activité de tri des emballages ménagers, thèse de doctorat en ergonomie sous la direction de Beguin Pascal, Lyon, université Lyon 2, 2016.

33 Rallet Alain, Torre André, « Proximité et localisation », in Économie rurale, Programme National Persée, 280/1, 2004, p. 25-41 ; Torre André, Zuindeau Bertrand, « Économie de la proximité et environnement : état des lieux et perspectives », in Canadian Journal of Regional Science, 31/1, 2008, p. 133-160.

34 Boudra Leïla, Delecroix Bertrand, Beguin Pascal, « La prévention dans le green business à l’échelle des proximités territoriales. Une question de performance globale pour les centres de tri des déchets d’emballages ménagers », 50e congrès de la SELF, Paris, 23-25 septembre 2015, 8 p.

35 L’appel à l’indisciplinarité de Legay en raison d’un « problème scientifique résultant d’une demande sociale » et de l’impossibilité pour une seule discipline de venir à bout du problème écologique, peut opportunément être rappelé ici. Legay Jean-Marie, « Quelques réflexions à propos d’écologie. Défense de l’indisciplinarité », in Acta Oecologica, n° 7/4, 1986, p. 391-398.

36 Titre hommage à un ouvrage principiel de l’ergonomie francophone de l’activité : Comprendre le travail pour le transformer (voir bibliographie).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.