Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

L’enquête comme expérience de décloisonnement. Comment le problème du travail nucléaire est provisoirement devenu public dans les années 1970

p. 107-123

Résumé

À partir de l’étude de la problématisation des conditions de travail dans l’usine de La Hague, en combinant la description des troubles suscités par les opérations en « zone chaude » à celle des activités menées par des acteurs directement affectés et d’autres indirectement touchés, ce chapitre s’attache à reconstituer le processus de décloisonnement qui a permis de faire émerger publiquement les dangers du travail nucléaire au cours des années 1970. Nous montrerons comment la dynamique d’enquête engagée par les travailleurs de l’atome est devenue une force motrice, jouant un rôle catalyseur capable de dépasser, provisoirement au moins, des cloisonnements disciplinaires, professionnels et politiques. Nous montrerons toutefois que le pluralisme des acteurs engagés et la publicisation de l’enquête dans un contexte particulier de nucléarisation de la France ont comporté un certain nombre d’épreuves concourant à entraver la (re)connaissance des atteintes à la santé provoquées par le travail dans cette industrie.


Texte intégral

1La santé au travail ayant suscité une attention croissante au sein des sciences sociales ces deux dernières décennies, les ressorts de la connaissance et de l’ (in) action publique en la matière commencent à être documentés1. Des chercheurs en sciences sociales aux acteurs institutionnels de la santé au travail, un consensus semble ainsi se dégager quant à la fécondité des démarches de connaissance et de mobilisation fondées sur une approche « pluridisciplinaire » des risques du travail, laquelle figure en outre dans le droit français depuis 20022. Renvoyant le plus souvent à une définition élargie, la « pluridisciplinarité » implique, au-delà de la réunion de plusieurs disciplines scientifiques, la collaboration entre une pluralité d’acteurs professionnels et institutionnels autour d’un même problème3 et, ce faisant, la mise en œuvre d’une telle démarche soulève des enjeux multiples et affronte diverses épreuves.

2Cet article propose de contribuer à la compréhension de ces enjeux en étudiant la constitution du travail nucléaire en problème public au cours des années 1970. L’attention porte sur une dynamique mise en œuvre par des salariés de l’usine de la Hague à partir de leur expérience du travail exposé aux dangers de la radioactivité. En s’appuyant sur une approche pragmatiste de l’enquête4, il s’agit d’étudier le processus de problématisation et de publicisation engagé par les travailleurs eux-mêmes puis repris par une pluralité d’acteurs, des premiers troubles suscités par les opérations en « zone chaude » jusqu’aux enquêtes qui ont fait (ré)émerger5 publiquement les dangers du travail nucléaire dans le contexte particulier d’accélération du programme électronucléaire français.

3Nous verrons d’abord comment les travailleurs exposés, premières sentinelles des risques industriels, se mettent à questionner leur environnement de travail, de manière discrète d’abord, puis, comment, avec l’appui de syndicalistes élus dans les Comités d’hygiène et de sécurité (CHS), de médecins et de scientifiques, ils rendent progressivement public un ensemble d’informations relevant, de leur point de vue, de l’intérêt général. L’enquête devient alors une force motrice, un catalyseur, capable de dépasser, provisoirement au moins, des cloisonnements disciplinaires, professionnels et politiques. La publicisation de l’enquête dans un environnement de plus en plus polarisé par le développement du programme nucléaire comporte toutefois un certain nombre d’épreuves qui menacent la possibilité de poursuivre cette dynamique et finissent par entraver la (re)connaissance des atteintes à la santé provoquées par le travail dans cette industrie.

Premiers troubles dans lusine atomique de la hague

4Qu’une telle dynamique s’amorce au Commissariat à l’énergie atomique (CEA) dans les années 1970 peut paraître à première vue surprenant. Secret professionnel, recrutements soumis à enquête policière, menaces exercées à l’encontre de représentants syndicaux, organisation du travail fortement hiérarchisée sont autant d’aspects qui caractérisent une institution créée au lendemain de la seconde guerre mondiale et où objectifs civils et militaires se mêlent, contribuant à construire un fort cloisonnement entre salariés6. Une véritable séquence de problématisation s’ouvre néanmoins, agrégeant une pluralité d’acteurs et voyant monter une critique interne de l’industrie nucléaire arrimée au problème des risques du travail.

5Construite à la fin des années 1950, l’« usine atomique » de la Hague, comme elle est appelée en ses débuts7, doit permettre la production de plutonium, alors destiné à l’armement nucléaire de la France8. La mise en route de l’usine commence en 1967 avec le retraitement de premiers éléments combustibles9. Les anciens salariés rencontrés évoquent à propos de cette période l’esprit « pionnier » qui règne alors dans une usine où travaillent essentiellement des ouvriers originaires de la région, qui voient dans leur recrutement une opportunité d’accéder à un statut stable et valorisé. L’enthousiasme qui caractérise l’état d’esprit des salariés de la Hague dans ses premières années de rodage va néanmoins se dissiper à partir de 1970.

6L’étude des comptes rendus de réunions du CHS de la Hague et des archives syndicales de la CFDT du site – syndicat majoritaire à l’époque qui, sur environ 800 salariés, compte près de 300 adhérents – témoigne en effet d’une préoccupation grandissante, à partir du début des années 1970, pour les conditions de travail et le thème de la santé au travail. Le tonnage de déchets traité par l’usine augmente alors fortement – il passe de 158 tonnes en 1969 à 245 en 1970 – entraînant une série d’incidents. Les combustibles s’accumulent et leur taux de combustion augmente, aggravant les risques liés à leur retraitement. Les troubles se multiplient : contaminations atmosphériques, inflammations spontanées de l’uranium dans les piscines de dégainage, blocages mécaniques au niveau de l’entrée du dissolveur chimique. Un rapport des représentants CFDT au Comité d’hygiène et sécurité (CHS) de la Hague donne à voir plus précisément le type de problèmes auxquels les salariés sont confrontés :

  • Atelier dégainage : les barreaux explosent dans les piscines et polluent l’eau, l’air. Nombreuses contaminations internes. Près de 150 en décembre […]. Les conditions de travail sont telles que des périodes de travail de 3 minutes ne sont pas exceptionnelles. Le port de tenue étanche impose d’autre part des efforts importants à l’organisme. Perte de poids journalière : 2 à 3 kg.

  • Bâtiment MA. Pu : la contamination en Pu [Plutonium] est très importante. Des irradiations des mains en particulier sont élevées […]. Le SPR [Service de protection radiologique] propose des solutions originales « port de gants plombés ». Poids : environ 1 kg10 !

7Le personnel supporte des contaminations de plus en plus fréquentes et une élévation des doses d’irradiation intégrées. En 1970, la dose moyenne d’irradiation reçue par les agents de la Hague est la plus élevée de tous les sites du CEA. Début 1971, dans un tract de la section CFDT destiné aux salariés du site qui commence par rappeler les limites règlementaires d’exposition aux rayonnements ionisants11, les auteurs accusent ainsi « l’Administration » du site de « veiller aux intérêts de la bourgeoisie régnante qui se soucie peu de [la] santé » des salariés12. La direction de l’usine est soupçonnée de vouloir « éliminer les facteurs de ralentissement de la production », tels que « la protection » des salariés. Le tract se termine par une préconisation qui témoigne d’une certaine conflictualité autour du thème des conditions de travail et de la santé : « Malgré eux, veillez à votre capital santé ». La santé au travail est ici saisie comme un des enjeux de la lutte syndicale – et politique – qui oppose les salariés à leur direction. Les accusations lancées contre la direction vont peu à peu s’enrichir grâce à une dynamique d’enquête impulsée par la CFDT et relayée au sein du CHS.

Enquêtes syndicales et usage fécond du chs

8À partir de questionnaires, d’observations et d’entretiens, les militants syndicaux de la Hague consignent, dès le début des années 1970, un ensemble de problèmes que rencontrent les salariés, « experts bruts13 », dans les différentes installations de l’usine. L’enquête syndicale « Nos conditions de travail14 » réalisée en 1973 témoigne de cette démarche. Fondée sur le recueil et l’analyse de 345 questionnaires (329 répondants sont des agents du CEA et 16 des salariés des entreprises extérieures), elle permet de dégager plusieurs problèmes : le peu de confiance des salariés dans leur hiérarchie, le sentiment d’insécurité dans l’usine, ou encore l’usure physique prématurée des décontamineurs. En guise de conclusion, les auteurs de l’enquête soulignent le vœu général de voir l’usine dotée d’une médecine du travail plus « efficace » et « constructive » ; une usine « propre », avec moins de contamination, et une diminution des horaires de travail pour les postes les plus pénibles (agents postés, décontamineur, interventions mécaniques).

9Le récit des salariés et les enquêtes syndicales qui les relaient permettent de documenter la dégradation des conditions de travail et l’augmentation des risques auxquels sont exposés les salariés, mais aussi d’en cerner les causes. Les défauts de conception de cette usine vont ainsi être mis en lumière. Cette usine fonctionne « en ligne » ce qui a pour conséquence que si un problème intervient à l’occasion d’une des étapes du « retraitement15 » toute l’usine est arrêtée. Les salariés sont ainsi encouragés à régler les problèmes « à chaud » sur du matériel qui est en contact avec des sources extrêmement radioactives, ce qui conduit à des interventions coûteuses en terme d’exposition à la radioactivité.

10Les problèmes recensés avec ces enquêtes syndicales sont répercutés au sein du CHS grâce à l’engagement dans cette arène de représentants syndicaux sensibles à la question des conditions de travail et de la santé au travail. Aussi, le CHS de la Hague devient un espace d’enregistrement mais également une chambre d’amplification de ces différents troubles, nourrissant un rapport de force entre la direction et les salariés, et ce d’autant plus que les relations entre les représentants du personnel et les salariés sont marquées par une forte cohésion, le taux de syndicalisation étant élevé à la Hague comme dans l’ensemble des sites du CEA. Sur ce site, la CFDT est majoritaire et bien implantée dans les différentes instances représentatives. Ce faisant, l’inquiétude des ouvriers directement affectés trouve un important écho au sein de la CFDT et du CHS.

11Les informations transmises par la médecine du travail dans l’enceinte du CHS sont en outre cruciales pour appuyer la critique de cette dégradation des conditions de travail liée à l’augmentation de la production et aux défauts de conception de cette usine prototype. Celles-ci sont l’objet d’une importante réappropriation de la part de la CFDT, dont la critique se montre de plus en plus argumentée et capable de contredire, à l’appui des chiffres fournis par le service de médecine du travail et des enquêtes réalisées par ses propres moyens, les discours de la direction du centre qui célèbrent les progrès de la radioprotection.

12Néanmoins, les conditions de travail se dégradent encore en 1973 avec l’arrivée de combustibles EDF supplémentaires, et plus irradiés encore que ceux traités au démarrage de l’usine. Dans son rapport annuel de 1973, le médecin du travail analyse la situation des travailleurs exposés à la radioactivité. Les doses moyennes par agent CEA sont en hausse sensible : 409 mRems en 1973 contre 375 mRems en 1972 ; une augmentation encore plus importante est repérée pour les entreprises extérieures : 482 mRems en 1973 contre 293 mRems en 197216. Le médecin s’alarme de voir « une augmentation des risques d’incidents d’irradiation et de contamination » et souligne la « nécessité de veiller de près à la sécurité du travail, à la sécurité radiologique en même temps qu’à la surveillance du personnel ». Une vigilance accrue qui suppose des « examens médicaux complémentaires » et une « augmentation d’activité du Service Médical et de ses besoins17 ». Si le médecin de la Hague ne s’inscrit pas dans le mouvement des médecins critiques qui cherchent à cette même période à réinventer la médecine ouvrière18, il se montre attentif aux interrogations soulevées par les représentants du personnel et met en place en 1974 un groupe d’étude qui doit lui aussi enquêter sur l’épineux problème de l’atelier dégainage19. Cette démarche d’enquête est ainsi mise en œuvre par une pluralité d’acteurs – médecin du travail, syndicalistes et représentants du CHS – et tient à une confluence de facteurs : un contexte marqué par une forte dégradation des conditions de travail et des défauts de conception dans l’usine, une forte implantation de la CFDT, la confiance que lui accordent les salariés, l’implication des représentants du personnel dans l’instance du CHS, et la relative réactivité du médecin du travail20.

13Cette dynamique locale s’amplifie en 1973 et, plus encore, en 1974, dans un contexte national marqué par l’annonce du plan Messmer, prévoyant le développement de l’industrie électronucléaire pour que celle-ci remplace le pétrole comme moteur de la croissance de la production et de la consommation énergétique21. Cette nouvelle politique énergétique cristallise les problèmes des travailleurs de la Hague qui, avec les apports de scientifiques et syndicalistes sensibilisés aux dangers du travail exposé à la radioactivité et occupant des mandats nationaux, vont mobiliser et publiciser à l’extérieur des installations nucléaires des savoirs complémentaires, propres à leurs formations scientifiques et à leurs positions professionnelles spécifiques, qui étaient jusque-là restés confinés.

Élargissement savant et légitimité accrue de la dynamique denquête

14Dans le centre de recherche de Saclay, le plus ancien et principal site du CEA situé en région parisienne, au bureau national du SNPEA – le Syndicat national des personnels de l’énergie atomique, affilié à la CFDT – s’engage également un travail d’investigation tourné vers le recueil et la diffusion d’informations sur le fonctionnement de l’industrie nucléaire. Deux syndicalistes jouent un rôle déterminant à cette période : Jean-Claude Zerbib, ingénieur responsable du laboratoire d’analyse nucléaire du centre de Saclay, secrétaire général du SNPEA-CFDT de 1969 à 1972 puis président du syndicat de 1972 à 1980, et Bernard Laponche, polytechnicien et physicien nucléaire, permanent du syndicat de 1973 à 1976. Si l’intérêt pour les conditions de travail et les problèmes liés à la radioactivité est ancien chez Jean-Claude Zerbib, et intimement lié à son expérience professionnelle au laboratoire d’analyse nucléaire où il est affecté dès son recrutement, le récit biographique de Bernard Laponche éclaire le chemin parcouru entre son arrivée au CEA et son engagement ultérieur. Recruté en 1961, il réalise une thèse en physique nucléaire sur les propriétés neutroniques du plutonium. À cette époque, se souvient-il, il ne s’était pas du tout intéressé aux risques du plutonium, les connaissances étant alors fortement compartimentées et les finalités de la recherche absentes de ses préoccupations. C’est à l’occasion d’une de ses visites dans le Cotentin, alors qu’il vient d’être élu permanent, que Bernard Laponche fait pour la première fois l’expérience des conditions de travail en milieu contaminé :

Je suis descendu avec un ouvrier, Léon Lemonnier. C’était la première fois que je me retrouvais directement exposé à la radioactivité. Il devait intervenir en zone, on avait dû mettre les tenues shadocks22. Il devait couper un tuyau pour changer une pompe, on était dans des espèces de souterrains lugubres, et je me suis alors rendu compte de ce que c’était. Tout était tellement compartimenté que la plupart d’entre nous, les physiciens, ne connaissions rien aux risques. Certains d’entre nous travaillaient dans les applications militaires, un secteur couvert par le secret, d’autres dans les usines comme à la Hague ou à Marcoule, d’autres encore dans la recherche fondamentale. Le nucléaire n’était pas le problème pour eux puisqu’ils faisaient de la physique. Moi, par exemple, j’ai fait ma thèse sur le plutonium (Pu), mais je n’ai jamais étudié ou connu les risques du Pu. Je devais expliquer le sens des résultats d’expériences faites par d’autres ; le risque, ce n’était pas mon problème. On s’est aperçu de tout cela au début des années 1970. Chacun connaissait à peu près ce qu’il faisait, mais n’avait aucune idée de ce que faisaient les autres ni de ce qu’était au juste cette utilisation de l’énergie nucléaire23.

15Avec cette immersion en zone radioactive, une expérience qui va particulièrement le marquer, Bernard Laponche éprouve lui aussi le trouble qui affecte les salariés et se sent concerné. Cette expérience déterminante – qui procède d’un décloisonnement pratique, celui de la plongée d’un physicien dans les ateliers de la Hague – suscite un désir d’enquête. Et l’enquête engendre elle-même des transformations dans le positionnement de ce syndicaliste, et dans celui des autres enquêtés, des transformations concrètes et « existentielles24 ». C’est à cette même période que les discussions au sein du syndicat soulignent que chacun connait bien son métier et son domaine de connaissances associé, mais qu’aucun document ne permet de les réunir ni de les partager. Ce constat critique se transforme en acte.

16À destination des adhérents de la CFDT d’abord, les membres du bureau, avec Bernard Laponche à leur tête, se lancent dans la rédaction et la diffusion de deux ambitieuses brochures visant à combler ce vide. La première paraît en 1974 et se concentre sur la physique, la fission, et le fonctionnement des centrales nucléaires tandis que la seconde, achevée quelques mois plus tard, s’attelle aux risques en termes de sûreté nucléaire, de santé au travail et de santé environnementale. L’impulsion de cet important travail est donnée par Bernard Laponche, que la position de permanent rend disponible pour ce travail. Il va ainsi mettre à contribution ses propres connaissances en physique nucléaire et va également faire appel au savoir et à l’expérience de Jean-Claude Zerbib, ingénieur et responsable du laboratoire d’analyse nucléaire. D’autres chercheurs du CEA, syndiqués à la CFDT, et pour certains membres de la CGT, seront sollicités. Les services d’une dessinatrice et d’une secrétaire pour mettre en forme l’ensemble des contributions s’ajouteront à cette dynamique, qui articule des disciplines et des savoirs complémentaires.

17Le résultat de cette collaboration inédite est bien accueilli par la CFDT et, plus généralement, par les salariés du CEA. Plus étonnant, la direction du CEA elle-même salue la démarche. Dans une lettre adressée au bureau du SNPEA en 1974, l’administrateur général André Giraud, le plus haut responsable de l’institution, félicite en effet les auteurs des deux brochures :

J’ai particulièrement apprécié vos plaquettes. Celles-ci permettant d’éliminer les discussions qui porteraient sur de faux problèmes. Ce second rapport, à part si je mets de côté quelques expressions de l’introduction que je ne fais pas miennes, est extrêmement bien documenté et intéressant à lire. Il constitue une représentation remarquablement claire du problème25.

18D’abord célébré, ce travail suscite toutefois des réactions plus mitigées dès lors qu’il sort des enceintes du CEA. En 1975, à la demande de Jean-Marc Lévy-Leblond, physicien et professeur d’université qui travaille pour la collection Points (série sciences) au Seuil, les deux brochures sont reprises sous la forme d’un ouvrage, L’Électronucléaire en France26, édité à plus de 50000 exemplaires. Alors que les brochures sont des publications destinées à circuler à l’intérieur du CEA, la publication de L’Électronucléaire fait basculer la dynamique d’enquête produite par la CFDT dans un régime de publicité élargi. La presse accueille avec enthousiasme cette publication, et ce d’autant plus qu’elle intervient dans un contexte de pénurie d’informations au moment même où la « nucléarisation de la France » s’accélère27. En sortant de l’espace qui l’a vu naître, ce travail syndical et scientifique d’information devient une charge critique dans un environnement marqué par une polémique nationale sur le développement de l’industrie nucléaire qui prend bientôt la tournure d’un affrontement avec l’accélération du programme nucléaire et le renforcement du mouvement antinucléaire qui lui fait face.

Politisation et reconfinement de lenquête dans un contexte daffrontement

19En parallèle à cette dynamique amorcée directement par des salariés du CEA occupant des positions professionnelles et hiérarchiques distinctes, issus de différentes disciplines, des liens déjà établis avec des militants écologistes et des activistes politiques issus de Mai 1968 sont activés au profit d’une plus grande visibilité des conséquences d’un programme énergétique visant le « tout nucléaire ». Parmi les initiatives nées de ces « rencontres improbables28 », celle du film Condamnés à réussir incarne de manière singulière la force de la dynamique d’enquête impulsée autour des conditions de travail à la Hague et sa capacité instituante, comme elle permet aussi de saisir les difficultés que font apparaître la publicisation de l’enquête et son transfert dans une arène politique conflictuelle.

20À la Hague, les travailleurs cherchent des moyens originaux pour faire connaître, en dehors de l’usine, leur situation. Ils pensent à un film et Bernard Laponche, qui a fait l’expérience du travail en zone radioactive, en parle à un ami, François Jacquemain. Ancien membre du Parti Communiste, proche du mouvement situationniste, celui-ci fait preuve d’une certaine expérience de l’agitation politique et du cinéma militant, qu’il préfère appeler « cinéma d’intervention ». L’objectif, avec ce film qu’il accepte de réaliser en compagnie de plusieurs connaissances, est de se placer du point de vue des ouvriers sur leurs propres conditions de travail et, par le biais de l’enquête filmique, de produire une situation où les personnes se rencontrent et parlent de leurs problèmes en vue de pouvoir les résoudre29.

21Financé par le SNPEA-CFDT et tourné clandestinement en janvier 1976 avec les ouvriers de l’usine jouant leur propre rôle, ce film soulève des enjeux importants et suscite des tensions parmi les salariés et syndicalistes qui en assurent la réalisation. Ces difficultés sont en partie liées à la pluralité des acteurs impliqués et au soupçon que suscite la position d’extériorité de l’équipe de tournage. Jusque-là à l’initiative des enquêtes concernant leurs problèmes, les ouvriers et les syndicalistes de la Hague se confrontent à un nouveau collectif enquêteur, extérieur au CEA. Léon Lemonnier se souvient des tensions que le tournage fait naître au sein du syndicat :

On leur a demandé aux gars de Paris : qu’est-ce qu’ils voulaient faire comme film ? Est-ce que c’était seulement sur les conditions de travail ? Est-ce que ça risquait d’alimenter le mouvement antinucléaire ? Fallait qu’on le sache, nous, parce que ça engageait autre chose que pour eux… Ils ont répondu que ça allait être dur. Ils ne pouvaient pas faire un film qui ne dirait pas la vérité et ne poserait pas les bonnes questions […] Ils [les représentants syndicaux de la Hague] étaient un peu nerveux avec cette histoire de film. Ils avaient peur que la destinée du film leur échappe, ils avaient peur que ça donne des billes aux antinucléaires… Moi, je savais que ça allait donner des billes parce que le film soulève un tas de questions sur le nucléaire, au-delà du corporatisme, et qui concerne tout le monde30.

22Les intentions de cette équipe – « les gars de Paris » – sont ainsi source d’inquiétudes (« Ce film va-t-il donner des billes aux antinucléaires ? »), partiellement dissipées par la méthode mise en place : les ouvriers jouent leur propre rôle, les espaces de travail sont fidèlement reconstitués dans une laiterie désaffectée, et le scénario est co-écrit avec les salariés. La narration du film elle-même, qui se compose de séquences alternant des images d’archives appartenant au CEA, des scènes d’habillage (revêtement de la tenue shadock), de travail en « zone chaude » (découpe de tuyaux), et des extraits d’entretiens avec des habitants, des (anciens) travailleurs du site et des syndicalistes, confère à ce document une qualité d’enquête sérieuse et convaincante. Si bien que, lorsque le film est diffusé publiquement au cours de l’automne 1976, au démarrage de la plus grande grève que le CEA ait jamais connue, les agents et syndicalistes, tous syndicats confondus, s’y retrouvent, et considèrent qu’il s’agit de leur film. Les salariés de la Hague en assurent eux-mêmes plus de deux cent projections à travers toute la France dans les mois qui suivent.

23Cette effervescence éclipse pendant un temps les inquiétudes sur l’usage qui pourrait être fait du film par le mouvement antinucléaire. Mais la publicisation des alliances constituées autour de ce film attise bientôt de nouvelles tensions au sein du syndicat, qui se convertissent en nouveaux soupçons à l’encontre des syndicalistes entretenant des liens avec des antinucléaires. L’un de ces anciens syndicalistes se souvient ainsi avec amertume du traitement médiatique fait des projections du film par l’un des plus importants titres de la presse régionale. Selon lui, les photos illustrant ces soirées, qui rassemblaient régulièrement entre 200 et 300 personnes, présentaient le plus souvent un cadrage resserré sur un syndicaliste de l’usine et une figure du mouvement antinucléaire local, à l’exclusion, donc, des autres syndicalistes venus eux aussi présenter le film. Rétrospectivement, cette attention médiatique aux liens constitués autour de ce film peut être interprétée comme un indice de leur caractère inédit et intéressant, du point de vue de la presse, mais les anciens syndicalistes de la Hague interrogés sur ce point l’entendent autrement. De leur point de vue, il s’agissait, au contraire, pour le journaliste spécialiste des questions nucléaires dans ce journal et hostile au mouvement antinucléaire, de déstabiliser la dynamique syndicale impulsée à la Hague. Montrer les accointances de certains militants CFDT avec le mouvement antinucléaire aurait été une manière de les mettre en difficulté, en les isolant des autres syndicalistes et en suggérant qu’ils soutenaient d’autres causes et poursuivaient d’autres intérêts que ceux de leur organisation syndicale. Cette lecture a posteriori ne permet pas d’élucider les motivations réelle du journaliste en question, mais elle permet néanmoins de comprendre l’épreuve endurée par les syndicalistes de la Hague avec l’amplification de la publicité des liens établis avec le mouvement antinucléaire et écologiste effectuée par le film Condamnés à réussir.

24L’élargissement du public constitué autour du problème du travail nucléaire auquel a procédé le film a aussi eu pour effet d’inscrire ce problème dans un registre partisan, avec des conséquences immédiates et d’autres différées. Dans un premier temps, cette politisation du problème nucléaire a fragilisé la dynamique syndicale locale, divisée sur la position à tenir vis-à-vis du mouvement antinucléaire. Si certains voyaient dans la convergence avec ce mouvement l’occasion de procéder à un véritable débat sur les conséquences du développement nucléaire et de « populariser » le refus d’un programme énergétique jugé dangereux, d’autres y voyaient une source de discrédit pour une organisation syndicale devant borner sa réflexion et ses actions aux frontières professionnelles. Dans un second temps, cette politisation dans un contexte national prenant la forme d’un affrontement a aussi eu pour effet indirect de dissoudre le public constitué à l’intérieur de cette industrie. Dans les mois qui suivent la reprise du travail à la Hague, quelques rares syndicalistes continuent à transmettre des informations sur les dysfonctionnements, les incidents et les problèmes intervenant au CEA, mais ils se voient reprocher de « donner des billes aux antinucléaires » et, bientôt, d’« attaquer l’outil de travail ». La montée de ce soupçon et la dispersion de l’équipe syndicale, dont plusieurs membres sont en outre l’objet de pressions de la part de la direction, signent la fin de cette séquence de décloisonnement et de problématisation qui a permis l’émergence des dangers du travail nucléaire dans l’espace public national.

25La dynamique d’enquête partie de la Hague agrège progressivement des acteurs aux propriétés distinctes, qui instruisent et éclairent tour à tour différents aspects problématiques de la production nucléaire contribuant ainsi à un triple décloisonnement : disciplinaire, professionnel et politique. Restituer cette dynamique permet de saisir comment les troubles autour du travail ont fait advenir un public d’enquêteurs aux caractéristiques plurielles et, rétroactivement, comment la diversité des inscriptions disciplinaires, professionnelles et politiques et les compétences scientifiques et techniques qui leur étaient associées ont permis aux enquêtes de gagner en robustesse et en publicité. En agrégeant des groupes d’acteurs relevant de différentes disciplines et métiers, mais également inscrits dans différents mondes sociaux, cette mobilisation autour des conditions de travail dégradées à la Hague indique une des voies possibles pour surmonter le cloisonnement des savoirs et la fragmentation des expériences. Elle permet aussi de repérer les difficultés auxquelles une telle dynamique s’expose dès lors qu’elle émerge publiquement et s’inscrit dans un registre partisan. C’est en effet avec l’élargissement du public institué par la dynamique d’enquête et la publicisation du problème nucléaire dans un contexte particulier que des tensions émergent, allant jusqu’à menacer la possibilité même de poursuivre l’enquête. La publicité donnée aux différents problèmes que pose cette industrie à un moment où la lutte antinucléaire se constitue en mouvement social de grande ampleur met en danger les appartenances professionnelles.

26Cette dynamique de décloisonnement a finalement eu des conséquences dont il faut souligner les ambivalences. Elle a permis la mise en place pendant plusieurs mois d’un CHS élargi chargé de faire le point sur les problèmes de sécurité et de conditions de travail. De même, elle a conduit à l’embauche de salariés sous-traitants intervenant sur des opérations particulièrement exposées aux dangers du travail nucléaire. Le décloisonnement disciplinaire puis politique dont a procédé cette dynamique d’enquête, facilité par les caractéristiques d’un syndicat CFDT fort et largement implanté au CEA dans les années 1970, a toutefois produit des conséquences qui invitent à nuancer les apports d’une telle démarche dans la résolution des problèmes de santé au travail liés à l’industrie nucléaire. Si cette dynamique d’enquête a permis de faire connaître les problèmes du travail nucléaire à l’extérieur des installations, la publicité et la politisation des dangers du travail à laquelle elle a procédé ont aussi eu pour effet de l’interrompre. Le mouvement critique parti des travailleurs du CEA a mis en danger les appartenances professionnelles dès lors qu’il a été rejoint et réapproprié par des acteurs extérieurs au secteur nucléaire tenant un agenda qui leur est propre. En sortant des installations nucléaires pour être discutés dans des arènes médiatiques et politiques nationales, la question des conditions de travail et de la santé au travail a certes gagné en visibilité, mais elle a finalement été éclipsée par des revendications et le cadrage d’acteurs qui n’étaient pas directement affectés par ces problèmes.

27La publicisation puis l’éclipse du problème du travail nucléaire s’incarne dans le parcours des syndicalistes les plus actifs au cours de cette séquence mais aussi, plus généralement, dans l’évolution que suit la CFDT à la fin des années 1970. Le « recentrage » de la confédération en 1979 et la chasse aux « coucous gauchistes » annoncée par Edmond Maire31 tout comme l’investissement dans une grande pétition nationale pour un débat sur l’énergie et le soutien au Parti Socialiste contribuent au morcellement puis à la disparition du public constitué autour du travail nucléaire. À la Hague, la plupart des militants CFDT quittent l’usine pour d’autres sites du CEA tandis que le problème des conditions de travail est confiné au CHS élargi sans pour autant être résolu. Des incidents de gravité diverses se multiplient à la fin des années 1970 alors que l’usine est passée du CEA à la Cogema, un des plus graves étant une « tentative de meurtre à l’atome » commise en 1978 par un jeune ouvrier de l’atelier dégainage à l’encontre de son supérieur hiérarchique. L’implantation de la CFDT sur le site de la Hague ne cesse en outre de reculer, à la faveur de la CGT, qui, sur ce site au moins, pratique une toute autre stratégie syndicale, particulièrement hostile à toute critique syndicale pouvant servir le mouvement antinucléaire. La publicité des problèmes liés au travail nucléaire est ainsi proscrite et les problèmes eux-mêmes encore plus difficilement perceptibles avec le recours accru à des entreprises soustraitantes au cours des années 1980. Peu représentés dans différentes arènes des entreprises et en outre très peu syndiqués, ces salariés restent, aujourd’hui encore, les plus exposés aux dangers du travail inhérents à cette industrie.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Bibliographie

Barlet Blandine, « De la médecine du travail à la santé au travail. Les groupes professionnels à l’épreuve de la “pluridisciplinarité” », université Paris Nanterre, thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de Valérie Boussard, 2015.

Bécot Renaud, « Syndicalisme et environnement en France de 1944 aux années quatre-vingt », thèse de doctorat en histoire, Paris, EHESS, 2015.

Bruno Anne-Sophie, Geerkens Eric, Hatzfeld Nicolas, Omnès Catherine (dir.), La Santé au travail, entre savoirs et pouvoirs (xixe-xxe siècles), Rennes, PUR, 2011.

Dedessus-le-Moustier Nathalie, « La pluridisciplinarité en santé au travail : analyse juridique », in Travail et emploi, n° 103, 2005, p. 65-78.

Defaud Nicolas, La CFDT (1968-1995). De l’autogestion au syndicalisme de proposition, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

10.4000/books.editionscnrs.18765 :

Dewey John, Le Public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010 (1re édition en anglais 1927).

Dewey John, Logique. Théorie de l’enquête, Paris, PUF, 1993 (1re édition en anglais 1938).

Fellinger Anne, « Du soupçon à la radioprotection. Les scientifiques face au risque professionnel de la radioactivité en France », thèse de doctorat en histoire des sciences et des techniques, sous la direction de Bernard Ancori et de Soraya Boudia, Strasbourg, université Louis Pasteur, 2008.

10.3917/arss.163.0004 :

Gollac Michel, Volkoff Serge, « La santé au travail et ses masques », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 163, 2006, p. 4-17.

Hecht Gabrielle, Le Rayonnement de la France : énergie nucléaire et identité nationale après la seconde guerre mondiale, Paris, La Découverte, 2004.

10.3917/scpo.henry.2017.01 :

Henry Emmanuel, Ignorance scientifique et inaction publique. Les Politiques de santé au travail, Paris, Presses de Sciences Po, 2017.

Jobin Paul, Maladies industrielles et renouveau syndical au Japon, Paris, Éditions de l’EHESS, 2006.

10.3917/arss.196.0114 :

Marichalar Pascal, Pitti Laure, « Réinventer la médecine ouvrière ? Retour sur des mouvements médicaux alternatifs dans la France post-1968 », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 196-197, 2013, p. 114-131.

Pitti Laure, « Experts “bruts” et médecins critiques. Ou comment la mise en débats des savoirs médicaux a modifié la définition du saturnisme en France durant les années 1970 », in Politix, n° 91, 2010, p. 103-132.

10.3917/rhmc.561.0005 :

Rosental Paul-André, Omnès Catherine, « L’histoire des maladies professionnelles, au fondement des politiques de “santé au travail” », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 56-1, 2009, p. 5-11.

Thébaud-Mony Annie, De la Connaissance à la reconnaissance des maladies professionnelles en France : acteurs et logiques sociales, Paris, La Documentation française, 1991.

Thébaud-Mony annie, Davezies Philippe, Vogel Laurent, Volkoff Serge, Les Risques du travail. Pour ne pas perdre sa vie à la gagner, Paris, La Découverte, 2015.

Topçu Sezin, « L’agir contestataire à l’épreuve de l’atome : critique et gouvernement de la critique dans l’histoire de l’énergie nucléaire en France (1968-2008) », thèse de doctorat en histoire des sciences et des techniques, sous la direction de Dominique Pestre, Paris, EHESS, 2010.

Touraine Alain, Hegedus Zsuzsa, Dubet François, Wieviorka Michel, La Prophétie antinucléaire, Paris, Éditions du Seuil, 1980.

10.3917/ving.101.0163 :

Vigna Xavier, Zancarini-Fournel Michelle, « Les rencontres improbables dans “les années 68” », in Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 101, 2009, p. 163-177.

Zonabend Françoise, La Presqu’île au nucléaire, Paris, Odile Jacob, 1989.

Notes de bas de page

1  Bruno Anne-Sophie, Geerkens Eric, Hatzfeld Nicolas, Omnès Catherine, (dir.), La Santé au travail, entre savoirs et pouvoirs (xixe-xxe siècles), Rennes, PUR, 2011 ; Gollac Michel, Volkoff Serge, « La santé au travail et ses masques », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 163, 2006, p. 4-17 ; Henry Emmanuel, Ignorance scientifique et inaction publique. Les Politiques de santé au travail, Paris, Presses de Sciences Po, 2017 ; Jobin Paul, Maladies industrielles et renouveau syndical au Japon, Paris, Éditions de l’EHESS, 2006 ; Rosental Paul-André, Omnès Catherine, « L’histoire des maladies professionnelles, au fondement des politiques de “santé au travail” », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 56-1, 2009, p. 5-11 ; Thébaud-Mony Annie, De la Connaissance à la reconnaissance des maladies professionnelles en France : acteurs et logiques sociales, Paris, La Documentation française, 1991 ; Thébaud-Mony Annie, Davezies Philippe, Vogel Laurent, Volkoff Serge, Les Risques du travail. Pour ne perdre sa vie à la gagner, Paris, La Découverte, 2015.

2  Dedessus-le-Moustier Nathalie, « La pluridisciplinarité en santé au travail : analyse juridique », in Travail et emploi, n° 103, 2005, p. 65-78.

3  Barlet Blandine, « De la médecine du travail à la santé au travail. Les groupes professionnels à l’épreuve de la “pluridisciplinarité” », université Paris Nanterre, thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de Valérie Boussard, 2015.

4  Tel que Dewey l’entend, une enquête se met en place autour de l’expérience d’un trouble et agrège une pluralité d’acteurs, au-delà des personnes directement affectées. Le succès d’une telle dynamique voit l’émergence d’un public d’enquêteurs – dont l’unicité s’organise dans la pluralité – engagé dans l’élucidation et la résolution du problème qui l’a institué. Dewey John, Le Public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010 (1re édition en anglais 1927) ; Dewey John, Logique. Théorie de l’enquête, Paris, PUF, 1993 (1re édition en anglais 1938).

5  Une première séquence de problématisation des dangers du travail nucléaire s’est déroulée dans les années 1920 en France et aux États-Unis sous l’impulsion de travailleurs directement affectés par les effets de la radioactivité (scientifiques, radiologues, ingénieurs et ouvrières). Cette séquence a conduit à la création de premières normes de radioprotection ainsi qu’à la loi de 1931, permettant, en France, la reconnaissance de certaines pathologies radioinduites en maladies professionnelles. Voir Fellinger Anne, « Du soupçon à la radioprotection : les scientifiques face au risque professionnel de la radioactivité en France », thèse de doctorat en histoire des sciences et des techniques, sous la direction de Bernard Ancori et de Soraya Boudia, Strasbourg, université Louis Pasteur, 2008.

6  Hecht Gabrielle, Le Rayonnement de la France : énergie nucléaire et identité nationale après la seconde guerre mondiale, Paris, La Découverte, 2004 ; Bécot Renaud, « Syndicalisme et environnement en France de 1944 aux années quatre-vingt », thèse de doctorat en histoire, Éditions de l’EHESS, Paris, 2015.

7  Zonabend Françoise, La Presqu’île au nucléaire, Paris, Odile Jacob, 1989.

8  Au cours de son séjour dans le réacteur, le combustible évolue et voit sa composition changer avec l’apparition de plutonium et de produits de fission. Sortis des réacteurs et « refroidis » en piscine pendant quelques semaines, les différents éléments qui le composent peuvent être séparés et le plutonium extrait.

9  Le retraitement du combustible a pour but la séparation de ses différents composants, de façon à pouvoir en réutiliser certains (uranium, plutonium) et à stocker ceux qui sont inutilisables mais dont la radioactivité impose d’importantes précautions. Ces opérations présentent un certain nombre de risques liés à l’importante radioactivité de l’uranium, aux émissions de rayons alphas du plutonium et au risque de criticité (réaction en chaîne).

10  Archives de la CFDT de la Hague, document CHS « Conditions de travail à la Hague », 1971.

11  La limite d’exposition était alors de 20 millirems (mRm) par jour et de 100 mRm par semaine. Pour comparaison, 100 mRm correspondent à 1 millisievert (mSv), unité de mesure actuellement utilisée. La limite règlementaire d’exposition aujourd’hui en vigueur en France est de 1 mSv par an pour le public et de 20 mSv pour les travailleurs du nucléaire.

12  Tract SNPCEA-CFDT – Section Hague, 6 janvier 1971, archives de la CFDT consultées à Saclay.

13  Pitti Laure, « Experts “bruts” et médecins critiques. Ou comment la mise en débats des savoirs médicaux a modifié la définition du saturnisme en France durant les années 1970 », in Politix, n° 91, 2010, p. 103-132.

14  Enquête « Nos conditions de travail », SNPEA-CFDT, la Hague, 1973.

15  Les opérations de retraitement reposent sur une série d’étapes : le combustible métallique est d’abord cisaillé, puis dissout dans de l’acide nitrique, ensuite l’uranium et le plutonium sont extraits du reste des déchets, puis l’uranium et le plutonium sont séparés.

16  Rapport annuel du CHS 1973 (édité le 15 mars 1974), consulté aux archives CFDT de Saclay.

17  Rapport annuel du médecin du travail 1974.

18  Marichalar Pascal, Pitti Laure, « Réinventer la médecine ouvrière ? Retour sur des mouvements médicaux alternatifs dans la France post-1968 », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 196-197, 2013, p. 114-131.

19  Compte rendu de la 60e réunion du Comité d’hygiène et sécurité tenue le 3 janvier 1975.

20  Cette « réactivité » du médecin du travail est jugée toute relative par des anciens salariés et syndicalistes de la Hague qui l’accusent d’avoir par la suite fait obstacle, pour plusieurs travailleurs, à la reconnaissance en maladie professionnelle de leurs pathologies cancéreuses.

21  Touraine Alain, Hegedus Zsuzsa, Dubet François, Wieviorka Michel, La Prophétie antinucléaire, Paris, Éditions du Seuil, 1980.

22  Combinaison étanche et ventilée devant permettre une protection intégrale.

23  Entretien avec Bernard Laponche, 8 septembre 2014.

24  L’enquête, pour Dewey, relève plus d’une logique de création que d’une logique de découverte dans la mesure où l’expérimentation sur laquelle elle se fonde entraine des transformations concrètes, « existentielles » aux objets étudiés comme au sujet étudiant (p. 31). Voir : Dewey John, Le Public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010 (1re édition en anglais 1927).

25  Lettre d’André Giraud adressée au bureau du SNPEA et datée du 8 octobre 1974. Archives personnelles de Bernard Laponche.

26  Le succès de l’ouvrage est tel qu’il est réédité deux fois, en 1980 et en 1981.

27  Topçu Sezin, « L’agir contestataire à l’épreuve de l’atome : critique et gouvernement de la critique dans l’histoire de l’énergie nucléaire en France (1968-2008) », thèse de doctorat en histoire des sciences et des techniques, sous la direction de Dominique Pestre, Paris, EHESS, 2010.

28  Vigna Xavier, Zancarini-Fournel Michelle, « Les rencontres improbables dans “les années 68” », in Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 101, 2009, p. 163-177.

29  Entretiens répétés avec François Jacquemain.

30  Entretien avec Léon Lemonnier, vendredi 3 octobre 2014.

31  Defaud Nicolas, La CFDT (1968-1995). De l’autogestion au syndicalisme de proposition, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.