Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Élaborer une critique sociale du travail. Entre sociologie et philosophie sociale

p. 73-86

Résumé

Au sein des sciences sociales, une orientation de recherche montre qu’aujourd’hui le travail est éprouvé dans le stress, la souffrance, le mal-être, l’instrumentalisation, l’impuissance, l’insignifiance et la peur, notamment parce que le monde du travail fonctionne à travers une série de contradictions et de paradoxes. Via une étude de terrain consacrée à une usine de construction automobile en Turquie, cet article s’inscrit dans cette orientation de recherche en défendant l’idée que les transformations du travail, avec leurs paradoxes, engendrent des expériences sociales négatives et des formes d’aliénation. Analyser ces transformations en termes d’aliénation signifie qu’une telle analyse s’inscrit dans une démarche critique entendue ici au sens de la Théorie critique francfortoise et de la démarche de la philosophie sociale. L’objectif de ce chapitre est d’interroger les rapports entre la sociologie et la philosophie sociale en ce qui concerne l’élaboration d’une critique sociale du travail.


Texte intégral

1En s’appuyant sur une étude empirique réalisée dans une usine de construction automobile en Turquie, cet article vise à interroger les rapports complexes entre les disciplines mobilisées au sein de cette recherche. Les questions liées aux interactions entre les disciplines se posent tant dans la construction de son objet que dans ses analyses. Dans un premier temps, nous ferons ressortir les grandes lignes de notre recherche en parallèle des arguments empirico-critiques. Dans un deuxième temps, nous discuterons de la manière dont nous cherchons à élaborer une critique sociale du travail dans l’interdépendance de la sociologie et de la philosophie sociale.

2Dans cette recherche, nous partons de l’idée que, dans la phase actuelle du capitalisme, le monde du travail a connu des changements considérables du point de vue de l’organisation du travail et de la production des biens et services, ainsi que du point de vue des relations salariales. Ces changements sur le terrain du travail ont conduit les théories à se transformer afin de pouvoir décrire et critiquer leurs effets sur les individus et les collectifs. Une partie de ces recherches, dans différentes disciplines traitant du même objet, le travail, montrent que ce dernier, alors qu’il pourrait être vécu comme riche de sens, de coopération et de réalisation de soi, est éprouvé dans le stress, la souffrance, le mal-être, l’instrumentalisation, l’impuissance, l’insignifiance et la peur, et cela parce que le monde du travail fonctionne à travers une série de contradictions et de paradoxes. Les dispositifs et pratiques actuels demandent aux salariés de s’impliquer et de disposer d’une autonomie sans leur en donner les moyens. Les entreprises revendiquent la qualité sans fournir les outils nécessaires pour l’atteindre. En parallèle de l’individualisme, la collaboration est revendiquée par le teamwork sans s’ouvrir à une coopération réelle. Une évaluation est mise en œuvre à partir de référentiels ne prenant pas en compte la réalité du travail. Une performance toujours plus élevée est sollicitée chez les salariés sans qu’une rétribution particulière leur soit accordée.

3Dans ce cadre, à l’encontre de certaines interprétations du postfordisme1, il nous paraît légitime de supposer qu’exécuter le travail à travers ces paradoxes agit sur le rapport au travail, ainsi que sur le rapport des travailleurs à eux-mêmes et au monde social. La détérioration de ces rapports fait l’objet de nombreuses études dans lesquelles les chercheurs démontrent qu’au cœur des transformations, il existe de nouvelles formes de contrôle social, une intensification du travail, ainsi que différentes formes de contraintes, de prescriptions et de pressions2. Elles démontrent que les travailleurs se trouvent exposés à des expériences d’insignifiance et d’impuissance dans leur travail en raison des effets de la concurrence, de la performance, de l’isolement ou de la désaffiliation. Ces analyses provenant des sciences sociales nous semblent importantes pour développer l’analyse aussi bien que la critique sociale du monde actuel du travail.

4Notre recherche s’inscrit dans cette orientation via une étude de terrain consacrée à une usine de construction automobile. Cette usine en question, installée en Turquie depuis 1969, s’est mise aux normes d’un groupe global de construction automobile à partir de 2002. Elle a intégré le mode de production en flux tendu, les normes de qualité totale et l’organisation du travail en teamwork. Sa capacité actuelle de production est de 60 véhicules par heure et de 360 000 véhicules par an. L’usine exporte plus de 85 % de sa production vers un marché élargi à 84 pays.

5Par le biais d’une enquête qualitative, nous tâchons d’interpréter la modernisation et la transformation du travail, ainsi que ses effets négatifs sur les dimensions subjectives et sociales du vécu des travailleurs. En développant des arguments empirico-critiques, nous défendons l’idée que les transformations du travail, avec ses paradoxes, engendrent des expériences sociales négatives et des formes contemporaines d’aliénation, cette dernière étant définie dans notre recherche comme une impossibilité de la part du sujet social de s’approprier3 son expérience de travail individuellement et collectivement, de s’y identifier, de lui attribuer du sens et de la transformer.

Une conceptualisation opératoire de laliénation

6Les nouveaux dispositifs et nouvelles politiques managériales ont déjà été étudiés sous les catégories de surveillance4, de domination5, d’idéologie6 ou d’exploitation7, mais celle d’aliénation nous paraît la plus pertinente s’il s’agit de saisir les effets d’intensification de la mobilisation de la subjectivité et d’instrumentalisation des interactions dans le travail, ainsi que leur interrelation avec la dimension sociale de l’expérience du travail. Ce concept d’aliénation, forgé par Marx et ses héritiers, est d’après nous toujours d’actualité, car comme A. Honneth l’explique8, en vertu de son contenu, ce concept est particulièrement adapté au diagnostic des problèmes sociaux spécifiques des sociétés modernes.

7En suivant cette idée, nous pouvons affirmer que le fait d’étudier le monde du travail, c’est-à-dire étudier les expériences sociales négatives, leurs facteurs et leurs effets, en termes d’aliénation, s’inscrit dans une orientation de sociologie critique. Certes, la sociologie critique, telle qu’on l’entend en France, fait référence, presque de manière spontanée, à la sociologie bourdieusienne consolidée par la critique de la domination basée sur un « constructivisme structuraliste9 ». Cependant, cette sociologie a suscité de nombreux débats dans les années 1990 et 2000, qui ont notamment conduit à un rejet du concept de domination allant de pair avec celui de la sociologie critique10. L’une des critiques les plus notables de la sociologie critique émane de Luc Boltanski du point de vue d’une sociologie de la critique. Cette sociologie de la critique s’inscrit dans un cadre constructiviste. Elle veut prendre ses distances avec les conceptions d’« un monde social déjà fait » et elle met en exergue les capacités de l’acteur en partant du principe que la sociologie atteint son objectif « quand elle donne un tableau satisfaisant des compétences sociales des acteurs11 ». Mais il est possible d’entendre l’idée de sociologie critique en un sens plus large. Dans notre étude de l’aliénation au travail, nous suivons Fabien Granjon qui défend une sociologie critique à partir d’une conception de la critique inspirée par la Théorie critique francfortoise12.

8Notre recherche, fondée sur la problématique de l’aliénation plutôt que sur celle de la domination, s’inscrit dans la lignée du programme de la Théorie critique13 reformulée dernièrement par Axel Honneth. Ce programme est comparable par bien des traits à celui de la sociologie critique, comme l’a souligné Fabien Granjon, qui défend une sociologie critique à partir d’une conception de la critique inspirée par la Théorie critique francfortoise. Il existe une double intention à ce programme, qui inspire aussi le fondement théorique de notre recherche : d’une part, la Théorie critique analyse les problèmes sociaux14 qui gangrènent les sociétés modernes, en décrivant les violations des conditions d’une vie réussie, c’est-à-dire l’ensemble des blocages structurels qui entravent les conditions de sa réalisation ; d’autre part, elle vise un déblocage de ces situations au moyen d’une théorie normative de l’émancipation15.

9En adoptant une telle posture critique, notre recherche, partant des données empiriques, tente de montrer comment les expériences sociales négatives des travailleurs se perpétuent à travers l’organisation, les pratiques et les dispositifs actuels du travail, et donnent lieu à des rapports aliénés en révélant les processus destructeurs inhérents à la modernisation capitaliste du monde du travail. En ce sens, exprimer et diagnostiquer les facteurs et formes d’aliénation au travail, c’est aussi fournir un langage aux débats à la fois publics et sociologiques, au sujet du vécu des travailleurs dans ce monde d’entreprise et du travail, et des dysfonctionnements de la vie sociale en général.

10Par exemple, la problématique de l’aliénation semble structurer un certain nombre de discours des travailleurs de notre usine. Puisque cette usine applique la méthode du juste-à-temps en parallèle de la mise en œuvre des outils socio-productifs16, des termes comme la performance, la productivité ou l’accélération relèvent fréquemment du discours des travailleurs lors des entretiens, pour expliquer la contrainte et la pression auxquelles ils sont confrontés dans leur quotidien :

On pensait qu’avec le nombre de robot croissant, notre travail serait plus facile. Je vous assure que non. Ils [la direction de l’usine] nous demandent toujours d’être plus performants. Aujourd’hui l’usine bat des records d’exportation, on le voit dans les journaux alors qu’on s’épuise à tenir le rythme de la chaîne.
Ouvrier de montage, 42 ans, entretien en 2015.

La technologie et l’automatisation prennent de plus en plus d’importance dans l’usine. Mais les conditions de travail se dégradent en parallèle. Entre 2007 et 2009, la vitesse de la chaîne de production a accéléré d’un tiers. Celui qui ne peut pas suivre ce rythme se retrouve sur la liste des premiers à licencier.
Ouvrier de montage, 36 ans, entretien en 2012.

Ça fait deux ans que je travaille ici, mais je vais partir dès que je trouve autre chose. Je ne sais pas comment font les autres, mais la pression est trop forte pour moi. Ici, chaque minute implique une voiture. Il faut tout faire pour éviter la rupture.
Ouvrier de montage, 28 ans, entretien en 2012.

11La demande de performance, correspondance à l’exigence de continuité du flux de production, n’est pas possible sans implication de la part des opérateurs, sans un idéal au travail17 qui devient désormais une norme. Cependant, comme le montrent les trois citations ci-dessus, cette implication reste contrainte et instrumentalisée au prix de cet idéal. D’après Jean-Pierre Durand, cette situation s’explique d’une part par l’augmentation des contraintes dans le travail engendrées par la concurrence et la nouvelle organisation du marché, et d’autre part par l’augmentation de l’implication des salariés suscitée par le développement technologique et la réorganisation du travail, dans le but de les rendre plus efficaces. J.-P. Durand emploie le terme d’implication contrainte pour expliquer comment le flux tendu, en générant du stress et un sentiment d’insécurité permanents, mobilise les salariés, qui se conforment finalement aux exigences de ce flux18. En effet, comme le décrivent certains auteurs19, le management de la subjectivité est devenu une politique centrale dans les entreprises en quête d’efficacité. L’implication et l’engagement des travailleurs se trouvent aussi au cœur des discours managériaux de l’usine. L’objectif du management concernant cette implication est expliqué ainsi par le département des RH de l’usine :

Encourager les salariés à prendre des initiatives et à se montrer créatifs. Accroître la satisfaction et la motivation des salariés, c’est accroître leur engagement et leur sentiment de fidélité envers l’entreprise.

12Nous constatons dans ces discours managériaux une instrumentalisation de la recherche par le travailleur d’une appropriation de son travail. Cette recherche ne trouve guère de place pour s’exprimer dans le flux tendu, alors qu’elle devient pour le management, de façon distordue, un facteur clé de la performance. Dans ce contexte, le travail est vécu comme une expérience sociale négative, qui s’exprime par le malaise, la peur, l’instrumentalisation, l’impuissance et l’insignifiance. Tout cela relève de rapports aliénés dans lesquels les sujets sociaux se trouvent dans des relations déficientes et appauvries à eux-mêmes, à leur activité et à leurs environnements sociaux.

Le rapport entre la sociologie et la philosophie sociale

13Quand nous qualifions un rapport d’aliéné, « décrivons-nous une condition ou établissons-nous une norme20 ? » D’après la lecture de la philosophie sociale francfortoise à laquelle nous recourons dans notre recherche, le concept d’aliénation, comme les autres concepts critiques tels que le mépris ou la réification, étant un concept de diagnostic, est d’emblée à la fois descriptif et normatif. Cette capacité de mobiliser une perspective normative « en se mêlant à des descriptions et explications du monde21 » est une vertu nécessaire pour élaborer une forme de critique sociale. Selon Jean De Munck, l’aliénation, comme les autres concepts de la sociologie critique, remplit cette condition. La critique sociale propose à la fois de décrire, d’expliquer, de comprendre et d’évaluer, et l’aliénation permet de construire de telle jonctions car elle « est un schème interprétatif grâce auquel nous pouvons simultanément découvrir, interpréter et évaluer certains phénomènes dans le monde22 ».

14Le rapport entre le descriptif et le normatif se formule, pour la Théorie critique francfortoise, dans un programme de recherche interdisciplinaire, voire transdisciplinaire. Autrement dit, elle défend l’idée que la théorie doit être complétée par un fond normatif vigoureusement alimenté et constamment reformulé par la pratique et par la connaissance du monde social, et par un fond cognitif produit par la sociologie, la psychologie, l’anthropologie, le droit, l’économie, l’histoire, etc.23 Cette ambition de travaux interdisciplinaires se révèle aussi chez A. Honneth. Ce dernier propose de recomposer les liens entre la théorie normative corrélée aux évolutions du temps présent et les savoirs empiriques de la recherche sociale, ce qui nécessite une relation de dépendance entre philosophie sociale et recherche sociale. Dans son article intitulé « Axel Honneth et la sociologie24 », Olivier Voirol analyse spécifiquement la manière dont A. Honneth recourt à la sociologie dans l’élaboration de sa théorie de la reconnaissance. O. Voirol formule ce rapport entre la démarche sociologique et la philosophie sociale (honnethienne) comme une interdépendance. Puisque la philosophie sociale ne constitue pas une discipline ou une sous-discipline mais un programme de recherche, O. Voirol ne parle pas d’interdisciplinarité mais d’interdépendance. Il résulte de cette interdépendance une forte articulation entre la partie normative et la partie descriptive.

15Pour la sociologie critique, le profit d’une telle interdépendance est, d’après nous, double. Premièrement, étant donné que la posture critique défend « la nécessité de fonder rationnellement ses appuis normatifs, c’est-à-dire de les affirmer et de les expliciter pour qu’ils ne soient plus des implicites s’exerçant en contrebande25 », cette interdépendance nous permet d’aborder notre point d’ancrage normatif nécessaire pour pouvoir décrire, évaluer et critiquer les expériences du travail en termes d’aliénation. Par exemple, dans la sociologie de François Dubet concernant les injustices au travail, nous trouvons une explication claire concernant sa base normative. C’est le vocabulaire des acteurs, que F. Dubet appelle la syntaxe des principes, qui forme le socle de l’activité normative26 des travailleurs. Pour F. Dubet, « la capacité critique des individus est largement suffisante pour que nous ne lui substituions pas la nôtre en déclarant que les travailleurs sont aveugles et aliénés quand ils ne comblent pas nos attentes27 ». Selon lui, l’injustice est alors une catégorie des acteurs.

16Notre recherche, en s’inspirant de la Théorie critique, propose plutôt de « mettre au jour les obstacles qui se dressent sur le chemin de ce processus d’émancipation28 ». Pour cela, « [l]a perspective critique ne se satisfait donc pas de la possibilité d’une critique uniquement interne (une sociologie de la critique immanente), reposant sur les capacités de sujets sociaux considérés comme nécessairement compétents quant à l’élévation de prétentions analytiques et morales29 ». Autrement dit, contrairement à la méthodologie de François Dubet, pour nous, l’aliénation n’est pas une catégorie des acteurs mais une catégorie d’analyse de l’expérience des sujets sociaux. Dans cette recherche, nous ne tentons donc pas de construire une théorie de l’aliénation à partir de ce que les acteurs expriment sur le sujet. Par le biais de certaines caractéristiques comme la perte de sens et le sentiment d’impuissance, nous les identifions comme des expériences d’aliénation. Nous tentons de montrer comment certaines contraintes structurelles, procédures et pratiques suscitent ces expériences sociales négatives, et comment les travailleurs les vivent et les éprouvent, sans non plus négliger les « implicites positifs30 » de cette normativité qui entend le travail comme potentiellement riche de sens, de coopération et de réalisation de soi, s’ouvrant à de nouvelles pistes d’émancipation31.

17Cependant, il ne s’agit pas non plus de partir d’une base normative exclusivement externe, s’élaborant de façon spéculative et indépendante de la connaissance du monde social. Au contraire, les éléments normatifs doivent être cherchés d’une manière immanente aux expériences sociales négatives qui s’accomplissent à travers les rapports sociaux, les dispositifs et les institutions. En d’autres termes, les expériences sociales négatives relèvent de contraintes, de l’imposition de formes standardisées, comme les procédures d’évaluation individualisée, les dispositifs d’implication, les normes de qualité totale, etc. En termes francfortois, elles relèvent d’un « déficit de la rationalité sociale32 ». Les travailleurs éprouvent leur travail sans s’impliquer significativement ni posséder le pouvoir de le transformer, et par conséquent ne se reconnaissent pas dans leur rapport à eux-mêmes et au monde. À travers les exemples, descriptions, récits et métaphores exposés par les travailleurs, nous essayons de saisir la manière dont ils éprouvent ces expériences sociales négatives. Nous tentons donc de les traduire dans le langage de l’aliénation.

18Le second apport que la sociologie critique peut tirer d’une interdépendance avec le programme de la philosophie sociale se révèle être le déploiement d’une capacité d’analyse qui s’ouvre à des recherches réalisées dans différentes disciplines. Étant liée en partie au premier apport (théorie normative ancrée dans la pratique sociale), cette interdépendance nous ouvre la voie pour mobiliser d’autres disciplines qui prennent elles aussi le travail comme objet d’étude, conformément à leurs méthodologies et paradigmes propres telles que la psychodynamique du travail, la psychologie et l’économie. Ce partage disciplinaire nous permet de mieux cerner et analyser le monde actuel du travail, où la subjectivité engagée est axée sur l’organisation du travail et les politiques managériales vers l’accroissement de la productivité.

19Par exemple, au sein de l’usine en question, nous remarquons dans de nombreux ateliers des petits miroirs avec le message suivant : « Regardez, c’est la personne qui est responsable de votre sécurité au travail. » À travers cet acte de la direction de l’usine, nous constatons que cette dernière se décharge de son devoir de sécurité au travail et c’est aux travailleurs eux-mêmes qu’incombe cette responsabilité. Autrement dit, les tâches de coordination en vue d’assurer la sécurité ne relèvent plus de la hiérarchie mais des travailleurs. Comme ces derniers sont désormais responsables de leur propre sécurité, en cas d’accident de travail, ils deviennent fautifs aux yeux de la direction. Dans ce contexte, comme le montre le psychanalyste du travail Christophe Dejours, puisqu’il existe un déni de la réalité du travail et une survalorisation de la conception de la part du management, en cas d’erreur ou d’accident, la faute relève de l’homme et s’explique par la notion de « facteur humain », utilisée de manière péjorative33. Or, comme nous l’avons déjà montré, ce n’est qu’avec le facteur humain que le maintien d’un « idéal de fluidité34 » sera possible.

20En outre, comme l’explique un team-leader, la survenue d’un accident au travail joue un rôle fondamental dans l’évaluation des travailleurs. « Pour l’évaluation individuelle, nous prenons en compte certains points importants comme l’absentéisme et les accidents du travail. » (Team-leader, 34 ans, entretien en 2012). Cela confirme l’affirmation de Christophe Dejours : « l’évaluation fonctionne surtout comme un moyen d’intimidation et de domination35 ». En nous basant sur ces analyses dans différentes disciplines, nous désignons donc l’évaluation individuelle comme un facteur d’aliénation.

21Cette recherche en sociologie du travail, s’inspirant d’une conception de la critique francfortoise, vise à rendre le concept d’aliénation empiriquement opératoire pour une critique sociale afin de « conserver une acuité critique qui ne se laisse pas désarmer par les fausses rétributions d’un capitalisme rendu “éthique”36 », tout en propageant un certain discours « humaniste37 ». Pour ce faire, nous partons d’une certaine critique normative de la philosophie sociale, tout en la confrontant à nos données empiriques, et tentons de parvenir à une actualisation de la critique sociale du monde actuel du travail. Cette interdépendance avec la philosophie sociale nous montre que la critique sociale n’est pas un débordement du théoricisme mais une forme de partage, où la critique sociale met régulièrement à jour sa base normative en élargissant son cercle d’analyse interdisciplinaire.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Bibliographie

Appay Béatrice, La Dictature du succès : le paradoxe de l’autonomie contrôlée et de la précarisation, Paris, L’Harmattan, 2005.

Aubert Nicole et Gaulejac Vincent de, Le Coût de l’excellence, Paris, Éditions du Seuil, 2007.

Bernoux Philippe, Un travail à soi, Toulouse, Privat, 1981.

Bernoux Philippe, Mieux-être au travail : appropriation et reconnaissance, Toulouse, Octarès, 2015.

Bodin Romuald (dir.), Les Métamorphoses du contrôle social, Toulouse, La Dispute, 2012.

Boltanski Luc, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009.

Boltanski Luc et Chiapello Ève, Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

Bourdieu Pierre, Choses dites, Paris, Les Éditions de Minuit, 1987.

Corcuff Philippe, Où est passée la critique sociale ?, Paris, La Découverte, 2012.

De MUnck Jean, « Les trois dimensions de la sociologie critique », in SociologieS [En ligne], 2011 (URL : https://sociologies.revues.org/3576, consulté le 27 mars 2017).

Dejours Christophe, Travail vivant, tome 2 : Travail et émancipation, Paris, Payot, 2009.

Dejours Christophe, Souffrances en France : la banalisation de l’injustice sociale, Paris, Éditions du Seuil, 1998.

10.3917/amx.049.0073 :

Deranty Jean-Philippe, « Travail et expérience de la domination dans le néolibéralisme », in Actuel Marx, n° 49, 2011, p. 73-89.

Deranty Jean-Philippe et Christophe Dejours, « The Centrality of Work », in Critical Horizons, vol. 11, n° 2, 2010, p. 167-180.

Dubet François, Injustices : l’expérience des inégalités au travail, Paris, Éditions du Seuil, 2006.

10.3917/puf.dujar.2006.01 :

Dujarier Marie-Anne, L’Idéal au travail, Paris, PUF, 2006.

Durand Jean-Pierre, La Chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude volontaire, Paris, Éditions du Seuil, 2004.

Ferrarese estelle, « Les “pathologies sociales”. Passé et présent d’une critique », in De quoi la critique est-elle le nom ?, Granjon Fabien (dir.), Paris, Mare & Martin, 2014, p. 181-200.

Gaulejac Vincent de, La Société malade de la gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social, Paris, Éditions du Seuil, 2005.

Granjon Fabien, « Prolégomènes. De quoi la critique est-elle le nom ? », in De quoi la critique est-elle le nom ?, Granjon Fabien (dir.), Paris, Mare & Martin, 2014, p. 9-93.

Haber Stéphane, L’Aliénation : vie sociale et expérience de la dépossession, Paris, PUF, 2007.

Honneth Axel, « Les pathologies du social. Tradition et actualité de la philosophie sociale », in La Société du mépris, Honnethaxel (dir.), Paris, La Découverte, 2008, p. 39-100.

10.3917/cite.028.0125 :

Honneth axel, « Héritage et renouvellement de la Théorie critique », in Cités, n° 28, 2006, p. 125-158.

Jacquot Lionel, Travail, gouvernementalité managériale et néolibéralisme, Paris, L’Harmattan, 2016.

Jaeggi Rahel, Alienation, New York, Columbia University Press, 2014.

Linhart Danièle, La Comédie humaine du travail : de la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale, Toulouse, Erès, 2015.

Linhart Danièle, Travailler sans les autres ?, Paris, Éditions du Seuil, 2009.

Petitet Vincent, Enchantement et domination. Le management de la docilité dans les organisations, Paris, Archives contemporaines, 2007.

Pezé Marie, Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés. Journal de la consultation « Souffrance et Travail », Paris, Pearson, 2013.

Renault Emmanuel, Reconnaissance, conflit, domination, Paris, CNRS, 2017.

10.3917/socio.031.0087 :

Renault Emmanuel, « De la sociologie critique à la théorie critique ? », in Sociologie [En ligne], n° 1, vol. 3, 2012. (URL : https://sociologie.revues.org/1237, consulté le 28 mars 2017).

Vatin François La Fluidité industrielle. Essai sur la théorie de la production et sur le devenir du travail, Paris, Méridiens-Klincsieck, 1987.

10.3917/dec.caill.2007.01.0243 :

Voirol Olivier, « Axel Honneth et la sociologie : reconnaissance et théorie critique à l’épreuve de la recherche sociale », in La Quête de reconnaissance. Nouveau phénomène social total, Caillealain (dir.), Paris, La Découverte, 2007, p. 243-268.

Zarifian Philippe, La Nouvelle Productivité, Paris, L’Harmattan, 2000.

Notes de bas de page

1  Par exemple, Philippe Zarifian souligne plutôt le versant positif des transformations du monde du travail en insistant sur les processus de déconcentration du pouvoir, une organisation moins hiérarchisée, et le développement de l’autonomie et de la puissance d’action des travailleurs dans un univers de la compétence. Zarifian Philippe, La Nouvelle Productivité, Paris, L’Harmattan, 2000.

2  Dejours Christophe, Souffrances en France : la banalisation de l’injustice sociale, Paris, Éditions du Seuil, 1998 ; Appay Béatrice, La Dictature du succès : le paradoxe de l’autonomie contrôlée et de la précarisation, Paris, L’Harmattan, 2005 ; Pezé Marie, Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés. Journal de la consultation « Souffrance et Travail », Paris, Pearson, 2013 ; Linhart Danièle, Travailler sans les autres ?, Paris, Éditions du Seuil, 2009 ; Aubert Nicole et Gaulejac Vincent de, Le Coût de l’excellence, Paris, Éditions du Seuil, 2007.

3  Le concept d’appropriation a été étudié par plusieurs sociologues, surtout par Philippe Bernoux, (Un travail à soi, Toulouse, Privat, 1981 ; Mieux-être au travail : appropriation et reconnaissance, Toulouse, Octarès, 2015) qui définit l’appropriation comme une maîtrise des objets et des relations entourant l’activité concrète du travail. Cependant, nous nous référons particulièrement à la manière dont Lionel Jacquot mobilise ce concept. Ce dernier décrit les formes d’appropriation en les articulant en trois niveaux : appropriation dans, du et par le travail. Jacquot Lionel, Travail, gouvernementalité managériale et néolibéralisme, Paris, L’Harmattan, 2016.

4  Bodin Romuald (dir.), Les Métamorphoses du contrôle social, Toulouse, La Dispute, 2012.

5  Petitet vincent, Enchantement et domination : le management de la docilité dans les organisations, Paris, Archives contemporaines, 2007.

6  Boltanski Luc et Chiapello ève, Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

7  Deranty Jean-Philippe, « Travail et expérience de la domination dans le néolibéralisme », in Actuel Marx, n° 49, 2011, p. 73-89.

8  Honneth Axel, « Héritage et renouvellement de la Théorie critique », in Cités, n° 28, 2006, p. 149.

9  « Par structuralisme ou structuraliste, je veux dire qu’il existe, dans le monde social lui-même, […] des structures objectives indépendantes de la conscience et de la volonté des agents, qui sont capables d’orienter ou de contraindre leurs pratiques ou leurs représentations. Par constructivisme, je veux dire qu’il ya une genèse sociale d’une part des schèmes de perception, de pensée et d’action qui sont constitutifs de ce que j’appelle habitus, et d’autre part des structures sociales, et en particulier de ce que j’appelle des champs ». Bourdieu Pierre, Choses dites, Paris, Les Éditions de Minuit, 1987, p. 147.

10  D’après Emmanuel Renault, ce rejet peut s’expliquer par la disqualification de l’ensemble des signifiants du marxisme. Renault Emmanuel, « De la sociologie critique à la théorie critique ? », in Sociologie [En ligne], n° 1, vol. 3, 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : https://sociologie.revues.org/1237

11  Boltanski Luc, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009, p. 49.

12  Granjon Fabien « Prolégomènes. De quoi la critique est-elle le nom ? », in De quoi la critique est-elle le nom ?, Granjon Fabien (dir.), Paris, Mare & Martin, 2014, p. 9-93.

13  Dans cette recherche, nous nous efforçons de donner un programme plutôt homogène de la Théorie critique de l’École de Francfort sans trop détailler la posture de chaque génération ou encore de chaque auteur.

14  Les « pathologies sociales » dans le langage de la Théorie critique.

15  Honneth Axel, « Les pathologies du social. Tradition et actualité de la philosophie sociale », in La Société du mépris, Paris, La Découverte, 2008, p. 39-100.

16  Durand Jean-Pierre, La Chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude volontaire, Paris, Éditions du Seuil, 2004.

17  Dujarier Marie-Anne, L’Idéal au travail, Paris, PUF, 2006.

18  Durand Jean-Pierre, La Chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude volontaire, op. cit.

19  Gaulejac Vincent de, La Société malade de la gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social, Paris, Éditions du Seuil, 2005.

20  Jaeggi Rahel, Alienation, New York, Columbia University Press, 2014, p. 26 (traduction personnelle).

21  De MUnck Jean, « Les trois dimensions de la sociologie critique », in SociologieS [En ligne], 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : https://sociologies.revues.org/3576

22  Jaeggi Rahel, Alienation, op. cit., p. 26 (traduction personnelle).

23  Voir par exemple : Renault Emmanuel, Reconnaissance, conflit, domination, Paris, CNRS, 2017.

24  Voirol Olivier, « Axel Honneth et la sociologie : reconnaissance et théorie critique à l’épreuve de la recherche sociale », in La Quête de reconnaissance. Nouveau phénomène social total, Caille Alain (dir.), Paris, La Découverte, 2007, p. 262.

25  Granjon Fabien, « Prolégomènes. De quoi la critique est-elle le nom ? », in De quoi la critique est-elle le nom ?, Granjon Fabien (dir.), Paris, Mare & Martin, 2014, p. 11.

26  « Les principes de justice ne surplombent pas l’expérience sociale comme des sortes de juges de paix, mais ils engagent l’activité critique des individus, leur activité normative. […] Chaque principe de justice est indépendant de l’acteur et le précède, il existe avant lui et “s’impose” à lui. Mais la polyarchie de ces principes, associée à la diversité des situations sociales, conduit les individus à développer une activité morale propre au sein de cadres, de règles et de combinatoires ». Dubet François, Injustices : l’expérience des inégalités au travail, Paris, Éditions du Seuil, 2006, p. 15.

27  Ibid., p. 42.

28  Voirol Olivier, « Axel Honneth et la sociologie : reconnaissance et théorie critique à l’épreuve de la recherche sociale », in La Quête de reconnaissance. Nouveau phénomène social total, op. cit., p. 248.

29  Granjon Fabien, « Prolégomènes. De quoi la critique est-elle le nom ? », in De quoi la critique est-elle le nom ?, op. cit., p. 63.

30  Corcuff Philippe, Où est passée la critique sociale ?, Paris, La Découverte, 2012, p. 98.

31  Ici, nous nous référons à la thèse de la centralité (épistémique, sociale et politique) du travail telle qu’élaborée par Christophe Dejours (avec la contribution des philosophes Jean-Philippe Deranty, Emmanuel Renault et Franck Fischbach). D’après ces derniers, le travail se trouve au cœur de l’organisation sociale, et l’expérience du travail est une expérience centrale dans la formation du sujet. Il est le moyen central pour la médiation entre l’individu et la société, entre l’expérience sociale de l’individu et la construction des rapports sociaux. Deranty Jean-Philippe et Dejours Christophe, « The Centrality of Work », in Critical Horizons, vol. 11, n° 2, 2010, p. 167-180.

32  Ferrarese Estelle, « Les “pathologies sociales”. Passé et présent d’une critique », in De quoi la critique est-elle le nom ?, op. cit., p. 184.

33  Dejours Christophe, Souffrances en France…, op. cit., p. 85.

34  Vatin François, La Fluidité industrielle. Essai sur la théorie de la production et sur le devenir du travail, Paris, Méridiens-Klincsieck, 1987.

35  Dejours Christophe, Travail vivant, tome 2 : Travail et émancipation, Paris, Payot, 2009, p. 39.

36  Granjon Fabien, « Prolégomènes. De quoi la critique est-elle le nom ? », in De quoi la critique est-elle le nom ?, op. cit., p. 77.

37  Linhart Danièle, La Comédie humaine du travail : de la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale, Toulouse, Erès, 2015.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.