Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Croiser les pratiques d’écriture scientifique sur le travail. Construire des ponts au-dessus des frontières académiques ?

p. 55-72

Résumé

Considérant le travail scientifique comme une activité professionnelle, ce chapitre propose une analyse réflexive sur l’organisation d’un colloque puis l’écriture d’un ouvrage interdisciplinaire, amenant à croiser sociologie et psychodynamique du travail, mais également droit et sciences de gestion. Cette contribution entend identifier les arguments épistémologiques à des justifications de l’identité professionnelle, qui ont permis à chaque discipline d’obtenir une reconnaissance institutionnelle. C’est en particulier au sujet de la place laissée à la parole profane que les disciplines vont s’opposer et révéler ainsi les rapports de domination qui traversent la pratique professionnelle dans le domaine scientifique. La recherche de compromis pour permettre la publication d’un ouvrage faisant le pont à la fois entre disciplines et entre praticiens et chercheurs s’est cependant révélée être un moteur de l’innovation scientifique.


Texte intégral

1Les laboratoires de recherches comme les chercheurs subissent une injonction croissante à l’interdisciplinarité notamment via le développement de financements sur projet. Nombre de travaux se sont posés la question du caractère réellement interdisciplinaire des recherches et de ses effets sur la production scientifique1. Ils ont aussi remis en cause la possibilité de sortir des cadres qu’imposent les disciplines. La pluridisciplinarité est en effet entravée par le cadre même de l’activité de recherche : « faire de la recherche en sciences sociales s’apparente à un travail comme un autre. Il s’effectue dans un cadre institutionnel contraignant2 », celui où le travail du chercheur est évalué : les revues, les institutions d’évaluation ou qui participent à la carrière du chercheur (HCERES, Comité national des universités, dans une moindre mesure Commissions CNRS).

2Pourtant l’idée d’une unicité des sciences sociales3 s’est construite sur l’explication historique des séparations disciplinaires plus qu’épistémologiques4. Les frontières des différentes sciences sociales sont aujourd’hui très critiquées5. Par ailleurs de nombreuses sciences sociales s’appuient sur un corpus d’études pluridisciplinaires comme la psychodynamique du travail ou les sciences de gestion. La plupart s’accorde à dire qu’un objet aussi complexe que le travail invite à croiser les regards et les disciplines. Néanmoins la distinction entre les disciplines persiste. Cette séparation a été expliquée soit par une posture du chercheur spécifique : chaque discipline adopte des lunettes singulières pour étudier le même objet6, soit pour des raisons institutionnelles : à défaut d’être une profession7, les disciplines sont exercées par des chercheurs comme un « travail » qui s’inscrit dans des logiques institutionnelles et produit une identité sociale spécifique.

3Plutôt que de constater la division institutionnelle des sciences sociales tout en réfutant leur segmentation idéologique, nous nous proposons dans cet article de les articuler. Les arguments épistémologiques sont ici considérés comme des justifications d’une identité professionnelle singulière, qui a permis la reconnaissance institutionnelle de chaque discipline. Dit autrement, c’est en mobilisant des arguments épistémologiques et une méthodologie garantissant sa scientificité qu’une activité peut négocier sa reconnaissance en tant que discipline scientifique. La communauté construit ensuite sa légitimité et use du pouvoir que lui confère cette reconnaissance institutionnelle pour conquérir ou élargir son monopole d’expertise. Ainsi épistémologie, institution et profession doivent être comprises dans leur interaction pour saisir les pratiques professionnelles de chaque discipline. La place réservée aux enquêtés nous a paru particulièrement révélatrice des processus de construction de deux disciplines étudiées ici : la sociologie et la psychodynamique du travail, et heuristique pour saisir leur potentielle difficulté à travailler de concert.

4Notre propos se fondera sur un travail réflexif mené par les deux maîtresses de conférences, co-auteures de cet article, sur leur participation à l’organisation d’un colloque scientifique puis à la coordination d’un ouvrage collectif issu de cet évènement, en 2013. Parti d’une motivation commune (interroger une pratique émergente de la gestion des ressources humaines), et encouragé par le cadre de la formation dans laquelle il exerce (un Institut Universitaire de Technologie), l’ensemble des enseignants-chercheurs (3 enseignantes-chercheuses pilotes et rédactrices de l’ouvrage collectif, 11 membres du comité d’organisation, dont 4 doctorants) engagés dans l’organisation de ce colloque ont dû trouver des compromis, fondés sur la volonté conjointe d’agir sur le réel. Nous nous appesantirons dans un premier temps sur une ligne de partage qui tient à l’objectif que poursuit le chercheur au travers de ses travaux et à la manière dont il souhaite en conséquence les diffuser. En décrivant le rapport que les deux disciplines8 phares dans le comité d’organisation entretiennent avec leur « terrain », nous essaierons de montrer qu’elles s’appuient sur une vision différente des enquêtés qui introduit un rapport spécifique aux « savoirs profanes ». Ce rapport aux profanes (enquêtés, lectorat, public…) va dans la pratique générer des modes de diffusion et d’écriture diverses. Dans un second temps, nous décrirons les compromis établis permettant de dépasser ces divergences au profit d’une écriture à plusieurs voix. Ces compromis s’appuient sur le parcours des chercheurs et leur socialisation institutionnelle, les rendant plus ou moins sensibles à une éventuelle tension entre demande sociale et normes professionnelles.

Pratiques scientifiques : de la méthode à linstitutionnalisation de la discipline

5Il s’agit ici de considérer en quoi la méthode parce qu’elle permet la reconnaissance institutionnelle de la discipline, fondée sur sa capacité à prouver la production de connaissances valides, scelle une certaine identité professionnelle. La sociologie et la psychodynamique du travail vont se distinguer par exemple du droit en mettant au cœur de leur activité la pratique d’enquête et la posture critique. Cependant les enquêtes vont prendre des formes différentes, fondant des pratiques et des identités spécifiques.

Méthode denquête et logiques dobjectivation

6La sociologie a gagné ses lettres de noblesse et sa reconnaissance institutionnelle par l’université, en formalisant son approche à la fois épistémologique et méthodologique, via la tradition positiviste en France avec Durkheim ou la tradition compréhensive, portée davantage en Allemagne par des auteurs comme Simmel et Weber. Quelle que soit leur tradition, les auteurs s’accordent sur le processus d’objectivation. Ce processus, nous le verrons, participe de la construction d’une distance entre le chercheur et son terrain qui s’oppose à la posture adoptée par les psychodynamiciens du travail.

7La démarche explicative (la tradition positiviste) implique une posture d’extériorité du chercheur par rapport à son objet. Cela a également alimenté une méfiance envers les « prénotions », ce savoir profane que construirait tout acteur sur le social, y compris le chercheur. La promotion par la suite de l’auto-analyse des chercheurs en lien avec leur objet et leur enquête participe de ce travail de mise à distance de son propre ancrage social :

Le sociologue n’a quelque chance de réussir son travail d’objectivation que si, observateur observé, il soumet à l’objectivation non seulement tout ce qu’il est, ses propres conditions sociales de production et par là les « limites de son cerveau », mais aussi son propre travail d’objectivation, les intérêts cachés qui s’y trouvent investis, les profits qu’ils promettent9.

8Cet idéal de la posture du chercheur qui explicite sa propre position sociale rejoint dans ses applications l’objectif de neutralité axiologique proposé par Weber. Il plébiscite une posture professionnelle propre au chercheur qui n’agit plus en tant qu’être social, « oubliant » sa situation biographique particulière, pour mettre en place une procédure scientifique10. Cette recommandation, selon Corcuff « pourrait déboucher sur un effort d’explicitation des dimensions axiologiques du travail sociologique contribuant à le rendre plus rigoureux. On entendrait alors la “neutralité axiologique” en un sens d’inspiration kantienne comme un horizon régulateur11 ».

9Certes, cette posture est loin d’être incompatible avec l’engagement, mais nécessite au moment de l’analyse de suspendre son jugement et lors de la publication des résultats de rendre explicites les conditions de recueil et de construction des données. Elle incite également à s’éloigner de la parole des enquêtés. Il peut s’agir de prendre de la « hauteur », que ce soit au travers d’une construction théorique rigoureuse de son objet12, ou dans une perspective de dévoilement qu’a promu Bourdieu, au risque d’être jugé surplombant, ou encore pour permettre de rendre intelligible le sens des actions des individus dans une démarche compréhensive. Là encore, la sociologie compréhensive rejoint la démarche explicative. En distinguant (sans la disqualifier) la connaissance ordinaire de la connaissance scientifique qui serait une connaissance de second degré, Schütz met temporairement à distance le sens commun des acteurs, pour appliquer à sa démarche les règles classiques de la méthode scientifique : formulation logique et correspondance avec l’expérience13.

10La séparation entre savoir profane et savoir savant n’existe en revanche pas en psychodynamique du travail. Le point de départ de toute intervention est la souffrance du travailleur et la formulation d’une demande d’intervention relative à cette dernière. La parole des volontaires qui participent à l’intervention est centrale à l’instar de la démarche compréhensive décrite précédemment. L’enquête passe par la constitution de petits groupes, composés de volontaires. Ceux-ci s’identifient à partir d’une réunion d’information au cours de laquelle les intervenants présentent la démarche à tout le personnel de l’organisation. Le matériel recueilli sera ensuite rapporté aux salariés lors d’une séance consacrée à la restitution orale. La lecture du rapport « mot à mot » fera l’objet de discussions jusqu’à la validation par les participants et les intervenants14. De plus, si les principes méthodologiques de l’enquête en psychodynamique du travail sont clairs, leur mise en oeuvre concrète et leurs effets sont peu interrogés, comme le rappelait Pascale Molinier : « L’enquête et l’interprétation en psychodynamique du travail apparaissent aux yeux de beaucoup comme relevant d’une sorte d’alchimie secrète et mystérieuse, dont on ne comprend pas très bien comment elle s’opère15. » Alors que la sociologie a produit de nombreux écrits sur le travail d’enquête, en psychodynamique du travail il existe peu d’écrits sur ce sujet, comme si la psychodynamique du travail « ne jugerait pas nécessaire de modéliser l’activité de ses chercheurs16 ». La prescription peu formelle en termes de méthodologie d’enquête et d’interprétation tient compte des difficultés de l’intervention qui s’adapte aux réalités et aux singularités des situations sur lesquelles elle porte. Nous allons voir que ces méthodes engendrent deux formes de rapport aux enquêtés et plus largement aux savoirs profanes.

Rapport aux savoirs profanes

11Pour Dessors, en psychodynamique du travail, « la méthode consiste à mener des entretiens collectifs dans un cadre méthodologique donnant accès à une parole authentique. Le plaisir, la souffrance, les conflits psychiques n’appartiennent pas, en effet, au champ du visible : la parole des sujets est le seul moyen d’y accéder, à la condition que ces derniers y prêtent leur concours17 ». L’enquête consiste donc en « l’interprétation de la parole18 », mais le concept de « parole authentique » utilisé par les psychodynamiciens met en lumière le respect de son expression, le refus d’y ajouter une interprétation du chercheur qui ne serait pas partagée par le sujet.

12Chaque individu est pris dans sa singularité, considérant qu’« il n’existe aucun échantillon représentatif des subjectivités19 ». C’est pourquoi chaque membre du groupe constitué parle en son nom propre de ce qu’il ressent, sans s’autoriser de « représenter » qui que ce soit, relativement à quelque mandat que ce soit. Les enquêtes consistent donc à cheminer dans une mosaïque de récits dont le sens émerge au fur et à mesure.

13La subjectivité est également assumée du côté des intervenants, il est donc recommandé de réaliser l’enquête à deux, y compris si le second intervenant, quoique sensibilisé à la psychodynamique du travail, n’est pas un chercheur. Le fait d’analyser la situation à plusieurs intervenants est considéré comme permettant d’éviter des interprétations trop personnelles qui sont fréquentes lorsqu’on manie ces questions très subjectives. Les conflits d’interprétation qui naissent lors des débats au sein du collectif d’intervenants seraient révélateurs des conflits existants au sein du collectif d’enquête et donc utiles à la compréhension de la situation.

14« Dans ce sens, l’approche de la PDT est intersubjective20. » Le chercheur en psychodynamique du travail ne se positionne pas en expert, il anime la discussion, amène les participants à comprendre leur souffrance, leurs conduites et introduit les apports théoriques de la psychodynamique et de la psychopathologie du travail. Le rapport rédigé à l’occasion de ces investigations est systématiquement validé par les participants qui en sont les premiers destinataires et décident de sa diffusion. La co-construction de ce rapport constitue une réelle difficulté du travail. Le passage du temps du débat oral à celui de l’écrit est ardu, et les allers-retours sont nombreux avant d’arriver à un document qui fasse consensus, mais le temps passé à reprendre l’écrit fait partie intégrante de la démarche pour une pratique scientifique fondée sur le paradigme de la recherche-action21.

15À l’inverse, en sociologie, y compris lorsque les chercheurs plébiscitent des méthodes qualitatives, l’écriture reste l’apanage du chercheur même si ce dernier peut confronter son point de vue avec celui d’informateurs éclairés. Même dans ce dernier cas, il s’agit rarement de réelle co-écriture, mais c’est la forme du dialogue qui sera adoptée car elle permet à chacun de s’exprimer selon sa place dans le système social et dans la production du savoir22.

16La place spécifique réservée à la parole de l’acteur se retrouve également dans la difficulté du travail de restitution qu’exposent les quelques sociologues qui, dans le champ académique, promeuvent une sociologie d’intervention. C’est ce que rappelle Dubet : « Il s’agit d’une épreuve intellectuelle non négligeable, et plus encore, une épreuve personnelle puisque le chercheur y abolit la plupart de ses privilèges23. » Elle a plus souvent une dimension pédagogique24, et si elle peut participer à la co-construction du savoir que certains appellent de leurs vœux25, elle ne constitue que rarement une co-écriture.

17La parole des profanes si elle n’est négligée par aucune des deux disciplines, ne tient donc pas la même place dans la construction du savoir. La sociologie construit sur le savoir profane alors que la psychodynamique construit avec. C’est là que se confrontent deux approches scientifiques qui fondent deux identités et pratiques professionnelles divergentes. On peut en particulier l’observer dans le travail d’écriture des chercheurs.

Pratiques décriture : convergence et divergences de normes et dintérêts

18Le principal point d’achoppement de l’expérience de travail collectif, confrontant notamment psychodynamique du travail et sociologie dans le cadre du colloque présenté en introduction, a été l’écriture et la coordination d’un ouvrage collectif. Ce processus a été perpétuellement traversé par une tension entre reconnaissance académique et diffusion publique qui recoupe les différentes places laissées à la parole profane dans les disciplines engagées dans l’écriture. En dépit d’un rapport de force plus favorable à la sociologie, les compromis trouvés sont le résultat d’un consensus sur les objectifs de l’entreprise d’écriture.

Le cadre institutionnel du projet : conditions favorables et obstacles

19Le cadre institutionnel dans lequel s’inscrivent les enseignantes-chercheuses est traversé par des tensions : d’un côté le cadre de l’enseignement encourage la coopération entre différentes disciplines et entre champs académique et champs pratique. De l’autre, le cadre de l’enseignement va jouer comme un signal négatif dans l’évaluation du travail de recherche. L’espace institutionnel de la recherche reste fondamentalement disciplinaire.

20Les principaux acteurs du comité d’organisation se sont rapidement mis d’accord sur un appel à communications de deux pages. Ce qui émerge au début du projet et permettra à ce dernier d’aboutir, c’est d’une part le partage d’un diagnostic, fondé sur une vision critique des nouvelles formes de management et d’un objectif, sensibiliser les praticiens tout comme faire avancer la recherche. D’autre part les conditions pratiques du travail du comité d’organisation vont faciliter la coopération de ses membres.

21Cette rencontre d’intérêts n’est pas le fruit du hasard mais le résultat d’un cadre institutionnel favorable, celui d’un Institut Universitaire de Technologie, qui a soutenu le colloque. D’une part, les IUT proposent des enseignements de plus en plus déconnectés des appartenances disciplinaires. En Gestion des entreprises et des administrations (GEA), de nombreux modules invitent au « décloisonnement des disciplines » (par ex. : l’introduction au management mêle des savoirs sociologiques et gestionnaires ; les méthodes et techniques d’enquêtes invitent à croiser statistiques, informatique, psychologie et sociologie…). Par conséquent, le collectif des enseignants qui y intervient est lui-même divers et habitué à coopérer sur différents projets pédagogiques et institutionnels. Pour peu que les collaborations scientifiques soient encouragées (ce qui reste toutefois rare), elles sont nécessairement interdisciplinaires. Le noyau dur du comité d’organisation a par ailleurs un intérêt à assurer une bonne coopération de l’ensemble de ses membres, étant (ou ayant été) amenés à travailler ensemble sur le long-terme.

22D’autre part, les IUT proposent un enseignement à visée professionnelle, les étudiants devant s’insérer sur le marché du travail après leur DUT ou leur licence. Les cours sont donc très en lien avec la pratique, les intervenants issus du monde de l’entreprise y sont nombreux. Les enseignants eux-mêmes sont le produit de ce rapprochement entre monde du travail et université. Ils sont socialisés à la logique de professionnalisation, parce que leur prise de responsabilité administrative les intègre dans la logique organisationnelle de l’institution mais aussi parce que le plus souvent ils connaissent la sphère privée, pour y avoir travaillé au cours de leur carrière ou pour avoir un conjoint qui y exerce26.

23La congruence entre le projet et l’institution, assurée ici tant par la thématique (travail, organisation, gestion des ressources humaines) que par la visée du colloque (faire un pont entre les résultats de recherches en sciences sociales menées sur le travail et les pratiques des acteurs qui interviennent dans les entreprises) fait de l’IUT un espace favorable à la tenue de ce colloque. Cet objectif est renforcé par l’expérience d’enseignants qui participent à la professionnalisation de futurs gestionnaires, en particulier de gestionnaires des ressources humaines dont il convient d’éveiller les consciences et l’imagination pour qu’une fois en poste ils soient en mesure de proposer d’autres formes de management27.

24Les cadres institutionnels de la recherche et de son évaluation vont a contrario ramener les membres du comité d’organisation à des logiques disciplinaires plus strictes. L’enseignement en IUT joue plutôt comme un signal négatif dans l’évaluation d’un dossier par les pairs qui constateront surtout l’importance des charges administratives et du suivi des étudiants aux dépens de la recherche et les compromis d’enseignement, ce dernier n’étant pas toujours disciplinaire. Les revues, espace de reconnaissance par excellence, s’inscrivent également dans une appartenance disciplinaire souvent stricte parce qu’elles jouent un rôle central dans la reconnaissance et la construction identitaire de ces mêmes disciplines. Les membres du comité d’organisation en ont fait l’expérience lorsqu’ils se sont rendus compte de la difficulté à trouver une revue francophone à la fois reconnue en psychologie, en sociologie, en gestion et en droit pour y proposer un article de synthèse tiré du colloque. L’abandon de cette première ambition va entraîner la défection d’un membre du comité d’organisation dont le CNU ne prend en compte que les publications dans des revues.

25Si la crispation sur les critères académiques met a priori en péril le projet d’écriture pluridisciplinaire, le second objectif du colloque (s’adresser aux intervenants en entreprise et donner la parole aux praticiens) va permettre de trouver un modus operandi. Un ouvrage collectif, format reconnu par les CNU de psychologie et de sociologie, semble offrir un « bon compromis » entre volonté de toucher un large public et reconnaissance institutionnelle. Néanmoins vont être appliquées à la rédaction de cet ouvrage des normes d’écriture académiques qui vont rendre complexe sa réalisation.

L’imposition des normes décriture académique de la sociologie

26Si publier un ouvrage collectif paraît à certains une bonne option, c’est à la condition qu’il réponde aux exigences académiques, censées être garantes de sa qualité. C’est lors du processus de sélection et des allers-retours avec les auteurs que les tensions vont à nouveau s’exprimer.

27Dans une volonté de faire davantage que juxtaposer des points de vue disciplinaires, les directrices de l’ouvrage font le choix de faire évaluer en double aveugle les articles et notamment par au moins un collègue extérieur à la discipline. La sélection des articles va s’avérer sévère envers les écrits proposés par les psychodynamiciens du travail, notamment parce que les sociologues vont leur reprocher de ne pas respecter les canons de ce qu’ils estiment être au fondement de leur reconnaissance disciplinaire, en particulier le travail d’objectivation décrit précédemment. L’importance prise par l’évaluation sociologique est ici liée à la domination institutionnelle de la discipline (qui possède son propre CNU, une reconnaissance séculaire) sur la psychodynamique du travail qui est un paradigme difficilement situable étant une synthèse théorique interdisciplinaire (ergonomie de l’activité, psychosomatique, psychanalyse, sociologie des rapports de domination) et d’existence plus récente, comme à sa plus grande importance numérique (large réseau de sociologues mobilisés lors du colloque, champ plus restreint de la psychodynamique du travail).

28Ainsi les critiques formulées par les sociologues aux auteurs psychodynamiciens vont se focaliser sur trois points :

  • L’absence ou la faiblesse des données empiriques. « Les données empiriques sont lacunaires : combien de cas analysés, dans quel cadre, selon quelle méthode… » commente ainsi un évaluateur ou « il n’est pas fait référence à une enquête particulière, avec évocation de la méthode » dans un autre texte. Les psychodynamiciens sont donc sommés ici de suivre le processus d’objectivation au cœur de la méthode sociologique.

  • L’absence d’une position de « neutralité axiologique » supposée nécessaire à l’écriture scientifique. Un texte en particulier va à la fois susciter un grand intérêt des évaluateurs sur le fond (la thèse défendue par l’auteur) mais donner lieu à d’importantes critiques sur la forme prise par l’écriture. Voici le retour que nous fait par email un évaluateur : « D’un côté, je suis d’accord avec l’auteur, même s’il faudrait nuancer, préciser son argument. […] Mais d’un autre côté, l’auteur ne respecte pas les canons en vigueur dans le milieu de la recherche pour rédiger un texte sinon scientifique au moins rigoureux ». En particulier, les évaluateurs sociologues vont encourager l’auteur psychodynamicien à nuancer son propos en présentant la diversité des points de vue des acteurs, notamment celle des cadres. Or bien souvent les groupes qui constituent la base de réflexion des études psychodynamique du travail étant des groupes homogènes en termes de niveau hiérarchique, cette démarche d’éclairage de l’ensemble des points de vue peut être difficile à mettre en œuvre et contraire à l’idée d’une analyse des singularités. À l’inverse, les psychodynamiciens évaluant les articles vont apprécier que les auteurs se positionnent personnellement par rapport à leur propos : « Sur la fin du texte, la rigueur juridique cède le pas à des points de vue personnels, qui mériteraient d’ailleurs d’être plus étoffés et distincts de la seconde partie. À l’issue de cette seconde partie, nous pourrions en effet regretter une absence de conclusion, ou d’ouverture, qui dégage les enjeux, opinions ou convictions de l’auteur. » écrit un évaluateur issu de la psychodynamique du travail.

  • Le non respect des normes supposées de l’écriture scientifique. « Le choix d’un langage parlé ne sert pas le propos de l’auteur. La structuration du texte, sans intertitres, tous les paragraphes s’enchaînant les uns après les autres, donne à lire un texte rédigé sur le mode de la conversation. » est une critique émise par un évaluateur sociologue à un auteur psychodynamicien.

29Ces principales critiques des sociologues-évaluateurs (objectivation, neutralité, normes des articles scientifiques) visent à adopter un mode d’écriture considéré comme propre à la science, qui la distingue d’une conversation profane. Cette imposition des normes académiques des sociologues aux textes de l’ouvrage se fonde sur la mise à distance de la parole profane (celle des enquêtés, celle des praticiens). Mais, par leur sophistication, ces normes participent aussi à mettre à distance un lectorat hors de l’université. Elles font en conséquence à la fois obstacle à l’interdisciplinarité tout comme elles risquent de faire manquer l’objectif de lier théorie et action, et de diffusion au-delà du champ scientifique que visait le colloque et l’ouvrage. C’est pourquoi au fil de l’écriture, différents compromis vont être adoptés.

Les tentatives de dialogue interdisciplinaire : convergence et posture disciplinaire

30Deux principes implicites dans la pratique d’écriture et dans l’évaluation des contributions ont permis de garder ce cap, en dépit de nécessaires renoncements : parler de la pratique pour forcer les disciplines et les savoirs (profanes et académiques) à se confronter, et respecter les postures de chacun en maintenant, malgré tout, les frontières. Concrètement, ces principes s’illustrent dans le choix du sujet, l’importance accordée aux données de terrain, l’orientation des introductions de chapitre, et la place donnée aux écrits de praticiens.

31Le colloque portait sur les dispositifs de gestion des ressources humaines qualifiés de « personnalisation ». Ce concept, s’il est présent en gestion, est d’abord un terme de la pratique : il apparait dans les années 2000 dans des articles traitant de marketing28. De 2000 à 2015, les quelques articles qui traitent de personnalisation des ressources humaines ont été publiés dans la revue Management et Avenir, moins reconnue dans les classements de revue de gestion (CNRS, AERES, FNEGE) que d’autres revues francophones29. Le concept émane et se développe d’abord sous la plume des praticiens30 dans les ouvrages qui prétendent renouveler les RH31. Partir d’un terme du terrain met l’ensemble des disciplines au même niveau en les obligeant à lui trouver des traductions dans leur langage propre, dépassant ainsi un dialogue deux à deux où chaque discipline traduit les concepts de l’autre dans son champ. Partir du vocabulaire des « enquêtés » s’inscrit également dans une volonté de donner de l’importance aux données de terrain, en lien avec la démarche compréhensive. Y compris dans les contributions en droit, les auteurs retenus sont ceux qui partent de cas juridiques concrets ou de jurisprudence, présentent des données, citent des entretiens. Certains textes jugés ainsi trop théoriques ou programmatiques ont été écartés.

32Le pont entre savoirs profanes et savoirs académiques s’est aussi construit par la place laissée aux auteurs praticiens. L’ouvrage collectif donne la parole à une psychologue, un avocat, et un médecin du travail. Chaque auteur s’est vu bénéficier des conseils des coordinatrices. Dans certains cas, ce travail d’aller-retour a paru fastidieux aux auteurs, et il a fallu parfois proposer directement des compléments, des réécritures ou des formats moins chronophages comme celui de l’interview pour obtenir la parole de ces praticiens. Il en résulte une grande hétérogénéité des textes mais aussi du processus auquel ils ont été soumis, qui a justifié de conserver formellement les frontières entre savoir profane et savoir académique. Les textes de praticiens sont qualifiés de « témoignage », les distinguant des textes académiques à vocation plus générale, et recoupant les distinctions déjà existantes lors du colloque entre ateliers, conférences de chercheurs et table ronde d’intervenants.

33Si les frontières ont été ouvertes entre les disciplines et savoirs, il s’est donc agi de ne pas les abolir, le risque étant d’affaiblir certaines cultures disciplinaires selon les rapports de pouvoir qu’elles entretiennent. Chaque introduction de chapitre a donc à la fois tenté de définir le concept de « personnalisation » selon la focale de sa discipline, mais aussi d’analyser comment les textes issus d’une autre science venaient alimenter la réflexion de chacune des coordinatrices en tant que sociologue, juriste ou psychodynamicienne du travail.

34La sociologie et la psychodynamique du travail n’occupent ni la même place dans les institutions de recherche, ni n’accordent le même rôle aux savoirs profanes. Ainsi en dépit d’un cadre organisationnel favorable (un IUT), les difficultés du dialogue entre les disciplines, en particulier de l’écriture scientifique, cristallisent les différences de pratiques de recherche, héritières de la construction de sa scientificité et de sa reconnaissance institutionnelle.

35L’expérience de ce colloque montre que l’objectif alloué à la recherche est un horizon qui permet de coordonner les différentes disciplines et de trouver des compromis en particulier dans l’écriture. Ici l’importance accordée à la pratique, que ce soit au travers des témoignages, du public que l’on cherche à toucher ou des données d’enquête empirique, a permis de faire converger les efforts, mais non sans frottements. Or c’est dans ces tensions ou frottements, comme sur un terrain d’enquête, que s’expriment les profondeurs du social. Le travail réflexif participe en conséquence à faire mûrir le projet d’écriture disciplinaire, en mettant au jour les mécanismes qui ont permis les compromis mais aussi leurs limites et les rapports de force qui les sous-tendent.

36L’équilibre entre reconnaissance scientifique et vulgarisation s’il a permis le dialogue interdisciplinaire n’a pas toujours atteint son objectif initial d’une large diffusion. Il est ainsi difficile de dire si le parti pris de l’ouvrage permettra de toucher un large public. Une intervenante professionnelle en RH assurant la relecture a ainsi souligné que les normes académiques ont encouragé l’usage de concepts abscons, démotivant la lecture pour un praticien en GRH, rendant l’ouvrage inaccessible à ceux qu’elle nomme les « petites mains » (les gestionnaires RH).

37La construction d’un pont entre les scientifiques et les praticiens ne va donc pas de soi. Les pesanteurs académiques de la science, en imposant leurs normes disciplinaires, contribuent plus à renforcer les frontières qu’à construire des ponts ; que ce soit entre les disciplines ou entre les chercheurs et les praticiens. Mais elles permettent également sans doute, comme toute contrainte, de faire émerger des pratiques (ici d’écriture) nouvelles qui en cherchant à contourner les logiques institutionnelles, participent à l’innovation scientifique.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Bibliographie

10.7202/008833ar :

Alderson Marie, « La psychodynamique du travail : objet, considérations épistémologiques, concepts et prémisses théoriques », in Santé mentale au Québec, vol. 29, n° 1, 2004, p. 243-260.

Beaud Stéphane, amrani Younès, Pays de malheur ! Un jeune de cité écrit à un sociologue. Suivi de Des lecteurs nous ont écrit, Paris, La Découverte, 2005.

Berthelot Jean-Michel, Durkheim. L’Avènement de la sociologie scientifique, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1995.

Berthelot Jean-Michel, Épistémologie des sciences sociales, Paris, PUF, 2001.

10.3917/puf.berth.1998.01 :

Berthelot Jean-Michel, L’Intelligence du social, Paris, PUF, 1990.

Bourdieu Pierre, « Sur l’objectivation participante. Réponses à quelques objections », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 23, 1978, p. 67-69.

Bourdieu Pierre, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Éditions Raison d’agir, 2004.

10.1515/9783112322062 :

Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude et Passeron Jean-Claude, Le Métier de sociologue. Préalables épistémologiques, Paris, Éditions de l’EHESS/Mouton, 1983 (1re édition 1968).

10.4000/sociologies.3533 :

Corcuff philippe, « Le savant et le politique », in SociologieS [En ligne], La Recherche en actes. Régimes d’explication en sociologie, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 20 août 2016. URL : http://sociologies.revues.org/3533. 2011.

Corouge christian, Pialoux michel, Résister à la chaîne. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue, Paris, Agone, 2011.

10.3917/trav.007.0119 :

Daniellou François, « L’action en psychodynamique du travail : interrogations d’un ergonome », in Travailler, n° 7, 2002, p. 119-130.

Dejours Christophe, Travail : usure mentale, Paris, Bayard, 1993, Addendum théorique, 1980.

10.3917/puf.dejou.2016.03 :

Dejours Christophe, Situations du travail, Paris, PUF, 2016.

Dubet François, « Plaidoyer pour l’intervention sociologique », in Vrancken Didier, Kuty Olgierd (dir.), La Sociologie et l’intervention, enjeux et perspectives, Bruxelles, De Boeck, 2001.

Durkheim Émile, Les Règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 1981 [1895].

Friedberg Erhard, « L’intervention : système stratégique et communauté de projet sur l’espace public », in Vrancken Didier, Kuty Olgierd (dir.), La Sociologie et l’intervention, enjeux et perspectives, Bruxelles, De Boeck, 2001.

Galambaud Bernard, Réinventer le management des ressources humaines, Paris, Éditions Liaisons, 2014.

Ganem valérie, « Clinica y transformacion de las situaciones de trabajo » (Clinique et transformation des situations de travail). Symposium Trabajo, actividad, subjectividad, 1er symposium internacional, Cordoba, 10 mai 2012, p. 83-100.

Giddens Anthony, Les Conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 1994.

10.7202/001297ar :

Gingras Yves, « L’institutionnalisation de la recherche en milieu universitaire et ses effets », in Sociologie et sociétés, 23 (1), 1991, p. 41-54.

L’estoile Benoît de, « Introduction », in Genèses, n° 89, 2012, p. 2-9.

10.3917/ethn.084.0617 :

Macdonald Charles, « L’anthropologie sociale en France, dans quel état ? », in Ethnologie française, 2008, vol. 38, n° 4, p. 617-625.

Masson Philippe, SUTeau Marc, « Histoire, sociologie, ethnographie. De nouvelles lignes de partage ? », in Histoire, ethnographie, approches combinées, Arborio anne-Marie, Cohen Yves Fournier Pierre, Hatzfeld Nicolas, Lomba Cédric, MUller Séverin, Paris, La Découverte, 2008.

10.3917/trav.007.0131 :

Molinier Pascale, « Souffrance et théorie de l’action », in Travailler, n° 7, 2002, p. 131-146.

Osty florence, « Sociologie de l’entreprise et pratiques d’intervention », in La Sociologie et l’intervention, enjeux et perspectives, Vrancken Didier, Kuty Olgierd (dir.), Bruxelles, De Boeck, 2001.

Passeron Jean-Claude, Le Raisonnement sociologique. L’Espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, « Essais et recherches », 1991.

Perrin-Joly Constance, Ganem Valérie, Lafuma Emmanuelle, « Participer à la professionnalisation des RH ? Un questionnement d’enseignantes-chercheures à trois voix », in Travailler, n° 29, 2013, p. 215-242.

Prudhomme julien, Gingras yves, « Les collaborations interdisciplinaires : raisons et obstacles », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 210, 2015, p. 40-49.

Schütz Alfred, Le Chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens Klincksieck, 1987 (1re édition en anglais 1971).

Singly François de, Giraud Olivier, Martin Claude, Nouveau manuel de sociologie, Paris, Armand Colin, 2013.

10.3917/dec.stein.2018.01 :

STeiner Philippe, La Sociologie de Durkheim, Paris, La Découverte, 1994.

Tralongo Stéphanie, « Devenir un “manager” de formation et un “professionnel” de la professionnalisation des étudiants ? Enquête sur la socialisation professionnelle des enseignants et enseignants-chercheurs en IUT » Communication au colloque du RESUP, Lyon, 11-13 décembre 2014, University Missions : Reconfigurations, Interplay, and Contradictions, 2014.

10.3152/147154400781777241 :

Van leeuwen Theo N., Tijssen Robert W., « Interdisciplinary dynamics of modern science : analysis of cross-disciplinary citation fows », in Research Evaluation, 9 (3), 2000, p. 183-187.

Verrier Gilles, Réinventer les RH, Paris, Dunod, 2007.

Wallerstein Immanuel, Impenser la science sociale. Pour sortir du xixe siècle, Paris, PUF, 1991.

Notes de bas de page

1  Par exemple : Van leeuwen Théo n., Tijssen Robert W., « Interdisciplinary dynamics of modern science : analysis of cross-disciplinary citation fows », in Research Evaluation, 9 (3), 2000, p. 183-187 ; Prudhomme Julien, Gingras Yves, « Les collaborations interdisciplinaires : raisons et obstacles », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 210, 2015, p. 40-49.

2  Masson Philippe, SUTeau Marc, « Histoire, sociologie, ethnographie. De nouvelles lignes de partage ? », in Histoire, ethnographie, approches combinées, Arborio Anne-Marie, Cohen Yves Fournier Pierre, Hatzfeld Nicolas, Lomba Cédric, MUller Séverin, Paris, La Découverte, 2008, p. 235.

3  L’estoile Benoît de, « Introduction », in Genèses, n° 89, 2012, p. 2-9.

4  Passeron Jean-claude, Le Raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, « Essais et recherches », 1991 ; Wallerstein Immanuel, Impenser la science sociale. Pour sortir du xixe siècle, Paris, PUF, 1991.

5  Macdonald Charles, « L’anthropologie sociale en France, dans quel état ? », in Ethnologie française, 2008, vol. 38, n° 4, p. 617-625.

6  Singly François de, Giraud Olivier, Martin Claude, Nouveau manuel de sociologie, Paris, Armand Colin, 2013.

7  Gingras Yves, « L’institutionnalisation de la recherche en milieu universitaire et ses effets », in Sociologie et sociétés, 23 (1), 1991, p. 41-54.

8  Le comité d’organisation était également composé d’économiste, gestionnaires et juristes. Nous donnerons quelques éclairages complémentaires en s’appuyant plus secondairement sur ces disciplines.

9  Bourdieu Pierre, « Sur l’objectivation participante. Réponses à quelques objections », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 23, 1978, p. 68.

10  Schütz Alfred, Le Chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens Klincksieck, 1987 (1re édition en anglais 1971).

11  Corcuff Philippe, « Le savant et le politique », in SociologieS [En ligne], La Recherche en actes. Régimes d’explication en sociologie, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 20 août 2016. URL : http://sociologies.revues.org/3533. 2011.

12  Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude et Passeron Jean-Claude, Le Métier de sociologue. Préalables épistémologiques, Paris, Éditions de l’EHESS/Mouton, 1983 (1re édition 1968).

13  Schütz Alfred, Le Chercheur et le quotidien, op. cit.

14  Ganem Valérie, « Clinica y transformacion de las situaciones de trabajo » (Clinique et transformation des situations de travail). Symposium Trabajo, actividad, subjectividad, 1er symposium internacional, Cordoba, 10 mai 2012, p. 83-100 ; Dejours Christophe, Travail : usure mentale, Paris, Bayard, 1993, Addendum théorique, 1980.

15  Molinier Pascale, « Souffrance et théorie de l’action », in Travailler, n° 7, 2002, p. 133.

16  Daniellou François, « L’action en psychodynamique du travail : interrogations d’un ergonome », in Travailler, n° 7, 2002, p. 125.

17  Dessors Dominique, citée par Ganem Valérie, « Clinica y transformacion de las situaciones de trabajo » (Clinique et transformation des situations de travail), op. cit.

18  Dejours Christophe, Travail : usure mentale, op. cit., p. 242.

19  Ganem Valérie, « Clinica y transformacion de las situaciones de trabajo » (Clinique et transformation des situations de travail), op. cit.

20  Alderson Marie, « La psychodynamique du travail : objet, considérations épistémologiques, concepts et prémisses théoriques », in Santé mentale au Québec, vol. 29, n° 1, 2004, p. 245.

21  Molinier Pascale, « Souffrance et théorie de l’action », in Travailler, n° 7, 2002, p. 131-146.

22  Par exemple : Beaud Stéphane, Amrani Younès, Pays de malheur ! Un jeune de cité écrit à un sociologue. Suivi de Des lecteurs nous ont écrit, Paris, La Découverte, 2005 ; Corouge Christian, Pialoux Michel, Résister à la chaîne. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue, Paris, Agone, 2011.

23  Dubet François, « Plaidoyer pour l’intervention sociologique », in La Sociologie et l’intervention, enjeux et perspectives, Vrancken Didier, Kuty Olgierd (dir.), Bruxelles, De Boeck, 2001, p. 107.

24  Friedberg Erhard, « L’intervention : système stratégique et communauté de projet sur l’espace public », in La Sociologie et l’intervention, enjeux et perspectives, op. cit.

25  Osty Florence, « Sociologie de l’entreprise et pratiques d’intervention », in La Sociologie et l’intervention, enjeux et perspectives, op. cit.

26  Tralongo Stéphanie, « Devenir un “manager” de formation et un “professionnel” de la professionnalisation des étudiants ? Enquête sur la socialisation professionnelle des enseignants et enseignants-chercheurs en IUT. » Communication au colloque du RESUP, Lyon, 11-13 décembre 2014, University Missions : Reconfigurations, Interplay, and Contradictions, 2014.

27  Perrin-Joly Constance, Ganem Valérie, Lafuma Emmanuelle, « Participer à la professionnalisation des RH ? Un questionnement d’enseignantes-chercheures à trois voix », in Travailler, n° 29, 2013, p. 215-242.

28  Parmi les articles scientifiques francophones publiés entre 2000 et 2005 (consultés sur la base de données CAIRN) associant les mots clés « ressources humaines » et « personnalisation », 14 articles traitent de questions marketing.

29  La valorisation des résultats de recherche au travers de la publication en sciences de gestion se fait très majoritairement en anglais. Il conviendrait de pousser l’investigation pour savoir quelle traduction est donnée à ce terme et quelle place il tient dans les publications anglophones.

30  Quoiqu’en sciences de gestion la séparation « praticiens »/ « académiques » ou « chercheurs » soit parfois floue et discutable.

31  Par exemple : Verrier gilles, Réinventer les RH, Paris, Dunod, 2007 ; Galambaud Bernard, Réinventer le management des ressources humaines, Paris, Éditions Liaisons, 2014.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.