Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Multiplier les disciplines ? Avancer en s’aidant des autres

p. 39-54

Résumé

Dans ce texte, il s’agit de se pencher sur la socio-anthropologie comme exemple d’interdisciplinarité et souligner tout l’intérêt heuristique qu’il y a à faire dialoguer des disciplines entre elles, sans négliger les coûts pour le chercheur d’une telle démarche. Il s’agit aussi de poser la question des conditions d’émergence de l’interdisciplinarité. Ce dernier point semble essentiel pour aborder les différences entre interdisciplinarité et pluridisciplinarité.


Texte intégral

Il ne suffit pas de cumuler des savoirs pour organiser un regard1.

1La pluridisciplinarité est un attendu quasi obligatoire actuellement pour obtenir des financements dans le cadre de la recherche. Il peut en résulter des stratégies d’écriture de projets réalisant moins une pluridisciplinarité qu’une juxtaposition de disciplines ayant toutes un intérêt pour l’objet de la recherche mais ne visant pas la production d’une plus-value scientifique, c’est-à-dire de résultats « pluridisciplinaires ». L’écriture de tels projets est souvent jugée coûteuse en terme d’énergie et de temps, mais elle est considérée comme un mal nécessaire, notamment pour financer des travaux de doctorants. Pour autant, cette vision désabusée et utilitariste de la pluridisciplinarité entre en tension avec ma manière de me présenter. Si le CNU ne me reconnaît que la seule qualité de sociologue, je prétends porter un regard socio-anthropologique sur mes sujets de recherche, tentant de réunir sociologie et anthropologie. Je m’inscris fondamentalement en sociologie mais je fais appel à l’anthropologie tant du point de vue des méthodes que des théories pour interroger mes terrains. L’anthropologie apporte un « regard éloigné2 », elle fait surgir la culture là où on ne percevait que de l’évidence3, et permet d’avoir une approche des institutions et comportements sociaux autre que celle permise par la seule sociologie. La socio-anthropologie est alors interdisciplinaire, autorisant un unique chercheur à utiliser les apports de deux sciences. Cependant, les autres SHS n’ont-elles pas les mêmes vertus et ne pouvons-nous pas multiplier les inspirations scientifiques pour mieux saisir nos objets ? Pourquoi ne pas convoquer l’histoire, la géographie, etc.? Le point de vue que je vais défendre dans ce texte est que la pluridisciplinarité n’est pas l’interdisciplinarité. Il est toujours question de multiplier les approches disciplinaires, cependant la pluridisciplinarité entraîne une collaboration de plusieurs chercheurs aux disciplines différentes quand l’interdisciplinarité est la manipulation de plusieurs sciences par une seule et même personne. Dès lors, elles n’ont pas les mêmes avantages, ni ne rencontrent les mêmes difficultés et, surtout, elles ne réclament pas le même cadre de production.

2Dans un premier temps, il s’agit de présenter les avantages et les coûts de la socio-anthropologie et d’en questionner les conditions d’émergence. Ce dernier point est, me semble-t-il, essentiel pour aborder les différences entre interdisciplinarité et pluridisciplinarité. Celle-ci sera approchée dans une seconde partie construite comme un tâtonnement réflexif et nous entraînera vers la conclusion qu’il est nécessaire de s’entourer de spécialistes des disciplines convoquées

Socio-anthropologie

3L’approche socio-anthropologique cherche des récurrences à travers la diversité des formes d’organisations sociales et des comportements humains. Pour cela, je multiplie les recherches sur les groupes professionnels – les Entrepreneurs de Travaux Forestiers (ETF – bûcheron, débardeur, sylviculteur), les soignants, les vignerons et viticulteurs – et m’appuie aussi sur celles réalisées dans mon laboratoire, le LaSA, notamment à travers les recherches doctorales. Il s’agit de vérifier s’il existe des similitudes dans les manières d’entrer et de sortir d’un groupe professionnel, d’organiser celui-ci, en particulier vis-à-vis de son marché du travail et de son monde professionnel. Il découle de ces différentes recherches deux points que je ne vais qu’esquisser ci-dessous : l’importance de placer le groupe étudié dans son tissu interactionnel, et une attention particulière à la signification que les professionnels accordent à leur activité, autrement dit à la culture professionnelle.

Réels de référence

4Tout groupe professionnel est composé de différents segments qui n’évoluent pas en parfaite indépendance. Ils entrent en interaction avec d’autres professions et partenaires, aux objectifs plus ou moins congruents, mais aussi avec des profanes qui vont être les bénéficiaires de la production (des biens ou des services). Le groupe professionnel n’est jamais « séparé4 », n’est jamais seul lorsqu’il s’agit de définir quelle sera sa production. Ces différents acteurs forment ce qu’Andrew Abbott appelle des « écologies liées5 ». Je propose de faire du monde professionnel le lieu de rencontre de ces différentes écologies. Celui-ci s’organise autour d’un groupe ou d’un segment professionnel et se constitue des différents liens que ce groupe ou segment va tisser avec ses concurrents et ses auditoires6, tous intéressés au résultat de l’activité des professionnels. Pour l’écrire autrement, un monde professionnel se compose d’une multitude d’interactions faites d’attentes réciproques et d’intérêts convergents et concurrents, en bref de relations d’interdépendances. Ici, l’anthropologie aide à aller plus loin que la seule sociologie parce qu’elle va permettre de comprendre ce qui se joue à travers la transmission des activités. Sans trop en écrire – je développe cet exemple dans la seconde partie du texte pour aborder les relations entre la sociologie et l’économie – soulignons tout de même que si la transmission permet la perpétuation d’un monde professionnel à travers les générations – ce que saisit très bien la sociologie des groupes professionnels – elle répond aussi à la nécessité anthropologique des acteurs de rendre ce qui leur a été donné7, de ne pas être l’ultime maillon d’une chaine intergénérationnelle. Si on ne tient pas compte de cette donnée anthropologique alors certaines pratiques semblent manquer de rationalité : pourquoi, par exemple, vendre son entreprise à bas prix à un individu quand un autre propose de la racheter à un prix plus élevé ?

5Pour bien comprendre les interrelations professionnelles et institutionnelles, il faut saisir comment les différents acteurs définissent les situations qu’ils affrontent. Un moyen pour ce faire est de mettre en lumière le réel de référence8 qu’ils produisent et comment la culture professionnelle donne du sens à l’activité réalisée. L’hypothèse est ici que pour entrer dans un groupe professionnel, le nouveau venu va devoir se convertir9 à la vision du monde des professionnels.

6Mon intérêt pour le réel de référence trouve son origine dans mes travaux de thèse. Les ETF développent des comportements, notamment par rapport aux risques encourus, qui ne prennent sens que si l’on suppose l’existence d’un acteur médiatisant leur relation aux accidents du travail. Cet acteur est la forêt construite comme une entité transcendante. Cependant, aucun ETF ne m’a dit que la forêt choisissait objectivement ses victimes, et je ne suis même pas certain qu’ils aient réellement conscience de faire de la forêt un être transcendant. On peut juste le déduire de leurs paroles, de leurs actes. Nonobstant, puisque cette construction symbolique est partagée par l’ensemble des ETF et non par d’autres professionnels (on n’en trouve pas trace chez les agriculteurs par exemple), puisqu’elle organise certains comportements professionnels, puisqu’elle définit les situations professionnelles, alors c’est qu’elle est réelle pour les ETF. Depuis lors, je porte une attention particulière à ces visions singulières du monde qui sont entretenues par les professionnels pour donner du sens à leur activité. Faire appel à un élément supérieur, métempirique, – la Nature, Dieu, les ancêtres – permet de juguler une partie de la violence liée au travail.

7La socio-anthropologie vise alors à utiliser les résultats de l’anthropologie pour mettre en perspective un questionnement sociologique10. Cette perspective se rapproche de l’anthropologie « des mondes contemporains11 ». Cette inscription dans la contemporanéité facilite des comparaisons entre l’ici et l’ailleurs, entre nous et eux, non pas pour faire valoir telle société par rapport à telle autre, mais pour permettre au sociologue de mieux se rendre compte que ce qu’il croyait naturel, évident, est une construction. Les chercheurs réalisent alors « que ce qu’ils conçoivent comme allant de soi […] est en fait arbitraire, à la fois volontaire et inconscient, c’est-à-dire culturel12 ». Puisque d’autres sociétés font autrement, ce qui apparaît si transparent chez nous mérite alors d’être interrogé.

Tensions académiques

8Si, à mon sens l’approche socio-anthropologique est intéressante sur le plan scientifique, elle connaît quelques limites sur le plan académique. Entre autres, la communauté des sociologues peut se montrer rétive à ce mélange des disciplines. Non pas que celle-ci soit particulièrement conservatrice mais, comme toute communauté, on y partage un certain nombre de savoirs de base, et l’importation en son sein d’un vocabulaire, de questions, d’intérêts non-disciplinaires, pose régulièrement des problèmes de compréhension de la démarche. J’ai bien souvent du mal à intéresser sociologues et ethnologues à cette approche. Celle-ci peut être perçue comme un entre-deux, pas assez sociologique pour les sociologues, pas assez anthropologique pour les anthropologues. Ainsi avoir un regard relativiste mettant sur le même plan des savoirs issus, par exemple, de la médecine scientifique, basée sur la preuve (« Evidence Based Medecine ») et d’autres issus de la radiesthésie – leveurs et barreurs de brûlure – n’est pas toujours bien perçu par mes confrères sociologues. Dire que ces deux manières de guérir – médecine d’organe et médecine cosmologique – font appel à des visions différentes du monde et du corps mais qu’il n’y a pas une opposition totale entre les deux sphères – les médecins peuvent conseiller aux patients d’aller voir un barreur et vice-versa – semble porter préjudice au monde hospitalier : le socio-anthropologue ne fait-il pas planer un doute sur le sérieux, sur la rationalité de la médecine bio-technologique ? La comparaison, sans prise de position visant à identifier une pratique légitime, est comprise comme une mise en équivalence. Dès lors, le médecin « ne vaut pas mieux » que le barreur malgré ses savoirs13. Suite à des explications et justifications, si on m’accorde généralement de ne pas avoir un regard malveillant sur la population étudiée, en revanche, le relativisme, inhabituel pour le sociologue, introduit par l’usage de l’anthropologie, brouille l’identification de ma place dans l’univers académique.

9Un autre souci, et non des moindres, porte sur ma responsabilité envers des étudiants surtout en doctorat. Oui, je pense qu’il y a un intérêt à faire de la socio-anthropologie mais celle-ci n’est pas une discipline en tant que telle, ethnologie et sociologie n’appartiennent même pas au même bureau du CNU. Dès lors, où seront qualifiés les étudiants ? Dans quelles revues doivent-ils/peuvent-ils publier ? etc… Cette approche m’a plutôt réussi en termes de carrière mais les étudiants bénéficieront-ils d’opportunités identiques ? Ces interrogations ne se posent peut-être pas en ces termes car suis-je seulement en mesure de leur proposer une autre formation que celle dont je suis issu ?

10Si on poursuit le raisonnement, il me semble qu’on trouve ici une différence fondamentale entre ce qui rend possible l’interdisciplinarité et ce qui rend possible la pluridisciplinarité. La démarche socio-anthropologique – interdisciplinaire – n’est-elle pas ici envisageable parce qu’elle m’a été présentée lors de la formation de mon « esprit de chercheur » ? Cet esprit étant maintenant formé, c’est tout mon cadre d’intelligibilité du réel qui est en place. Pour le dire autrement, est-ce qu’aujourd’hui, avec ma formation, je pourrai changer de carrière de chercheur et devenir économiste ou, de manière moins radicale, psychosociologue ? Est-ce que ma formation initiale qui organise ce en quoi je crois sur un plan scientifique est encore assez plastique pour me permettre d’y intégrer de nouveaux paradigmes ? J’imagine qu’en cas de forte tension entre les cadres proposés par la socio-anthropologie et mes observations de terrain, qu’en cas de « choc de la réalité14 », un nouveau passage à travers le miroir15 est possible mais sans cette rupture je crains de ne plus être capable de m’approprier d’autres disciplines. Cette idée est déjà ancienne, on la retrouve dans les argumentaires des défenseurs de l’interdisciplinarité aux États-Unis en 1940 pour qui l’interdisciplinarité « ne pourrait fonctionner que si les savants y étaient formés dès le début16 ». Il est bien évident que tout sociologue peut lire de l’anthropologie et s’en approprier les résultats mais il ne s’agit pas ici d’interdisciplinarité. Dans mes recherches, je mets en œuvre des résultats provenant de l’histoire, de la psychodynamique ou encore de l’économie et ce sans pour autant maîtriser les débats scientifiques internes à ces disciplines. Lire de l’histoire ne fait pas de moi un historien, je suis alors, pour l’essentiel, un consommateur d’histoire et d’autres disciplines proches de la socio-anthropologie. Je fais un usage informatif des résultats de ces disciplines au bénéfice de mes recherches. Est-ce cela la pluridisciplinarité ?

Pluridisciplinarité

11Deux manières de faire travailler ensemble des disciplines différentes peuvent exister. La première, même si je l’ai longtemps définie comme telle, n’est pas pluridisciplinaire. Elle consiste en une mobilisation de résultats et concepts provenant d’autres sciences mais sans en maîtriser les paradigmes. Je vais développer cette approche à travers une collaboration fructueuse mais, in fine, problématique entre la socio-anthropologie et la psychologie. La seconde manière fait collaborer des chercheurs aux disciplines différentes. Ici, c’est une collaboration en cours entre sociologie/socio-anthropologie et économie qui servira de terrain. Dans ce cadre, il ne s’agit plus de tenter de saisir seul de multiples dimensions d’un sujet de recherche mais bien de faire appel à d’autres regards pour renseigner une réalité.

Socio-anthropologie, psychologie et émotions au travail

12Mon premier intérêt pour le « travail émotionnel » se situe dans mes recherches sur les ETF : ils ont une activité extrêmement risquée en termes de santé et pourtant ils continuent à travailler en forêt. Dans ces conditions, comment résistent-ils à l’appréhension du danger ?

13La psychodynamique du travail, à travers le concept d’« idéologie défensive de métier », m’a été d’un grand secours pour répondre à cette question. Les professionnels développent des idéologies leur permettant de se défendre collectivement de la violence des situations qu’ils rencontrent. Le « colosse aux mains d’argile » de Marie Pézé (p. 53 et suiv., 2002) est ici, à mon sens, tout à fait exemplaire.

14Transférer des analyses portant sur les ouvriers du bâtiment n’a pas été très compliqué, les populations étant par certains points semblables : groupe masculin, appartenance aux classes populaires, travail entraînant un fort risque d’accident du travail et de nombreuses maladies professionnelles, etc.

15Pour autant des tensions sont rapidement apparues. L’une d’entre elles portait sur le vocabulaire disciplinaire : la psychologie et la psychodynamique17 parlent volontiers de « déni » des risques quand mes propres travaux m’amènent plutôt à parler de « négation » des risques. Point de détail ? Pas vraiment car derrière ces deux termes dont on fait régulièrement un usage synonymique se dissimule une différence paradigmatique d’importance. Parler de déni implique que le travailleur ait conscience des risques encourus et que par un mécanisme psychique (stratégies défensives de métier, stratégies de coping…) il tienne le danger à distance. Ce mécanisme demande une certaine énergie car elle maintient celui qui travaille dans une tension permanente pour dénier la réalité. Cette dépense d’énergie plus ou moins importante use à la longue le travailleur. Parler de négation du risque, dans mon élaboration conceptuelle, ce n’est pas dénier l’existence des risques – ils sont présents et reconnus, tous ont eu des collègues qui sont morts lors d’accident du travail – mais c’est souligner ne rien craindre de son activité tant qu’on est professionnel. Les ETF font bien évidemment attention car le bon professionnel est précautionneux mais fort de la certitude qu’ils ne risquent rien, c’est sans tension importante qu’ils se présentent sur leur lieu de travail18. Entendons-nous bien, je ne nie pas l’existence de mécanisme de déni, je souligne seulement que sur mon terrain forestier, c’est une autre stratégie qui est à l’œuvre pour résister à la violence de l’activité. Ici, la psychodynamique du travail a été le ferment de l’imagination socio-anthropologique.

16Je vais retrouver cette opposition disciplinaire sur mon terrain en soins palliatifs. Les soignants de ce type d’unité semblent très bien résister à la proximité de la mort, de la douleur, du drame, de la souillure, quand ces dimensions sont présentées comme particulièrement délétères dans d’autres services hospitaliers. Je propose une explication en termes de culture professionnelle pour résoudre cette tension : en fonction des fins poursuivies par les différents services hospitaliers, la mort et la maladie ne seront pas perçues de façon identique. Dès lors chaque service va être amené à élaborer ces évènements de manière particulière afin de pouvoir les maîtriser. Dans les services thérapeutiques, la mort et la maladie doivent être combattues19 alors qu’en soins palliatifs, ces évènements doivent être acceptés par les soignants pour qu’ils puissent en juguler la dimension négative et les prendre en charge de manière efficace. Pour ce faire, les professionnels vont élaborer collectivement les différents moments de la trajectoire des personnes malades. Puisque ces moments ont un sens, alors ils sont considérés comme normaux et n’entrainent pas de désordre : la maladie et la mort n’ont pas à être combattues en soins palliatifs. Les soignants peuvent donc « bien faire » leur travail même sans guérir la personne malade, ce qui modifie la teneur du travail émotionnel vis-à-vis des services thérapeutiques.

17Cependant, mon analyse a été déstabilisée par une psychologue d’un service m’expliquant que les émotions étant naturelles, elles ne pouvaient en aucun cas être des constructions culturelles et de citer, à l’appui de son propos, des références en psychologie. Les arguments développés dans ces textes étaient intenables en socio-anthropologie : innéité des sentiments moraux, universalité du beau, etc. Un doute – passager – quant à l’intérêt des cadres conceptuels de la psychologie m’a alors assailli. M’ouvrant de mon embarras à un ami psychologue cognitiviste, celui-ci m’apprit que les auteurs que j’avais lus appartenaient tous au mouvement de la psychologie évolutionniste, courant en vogue notamment grâce à sa capacité à vulgariser ses résultats mais très critiqué par d’autres paradigmes de la psychologie. À mon sens, je bute ici sur un biais lié à mon usage parfois simplement informatif d’autres disciplines. Je ne suis pas psychologue, je ne suis pas en mesure de faire un usage averti de ces différentes théories20. Je dois alors bien avouer que je sélectionne les écrits compatibles avec ma socio-anthropologie : la psychodynamique, oui ; la psychologie évolutionniste, non.

18Pour se protéger de ce type de risque, il faut s’entourer de spécialistes des autres disciplines qui nous permettront d’assurer un usage orthodoxe de leur discipline tout en nous en signalant les alternatives. C’est de cette collaboration que naît la pluridisciplinarité.

Socio-anthropologie et économie

19Je suis engagé dans une ANR avec des économistes. Cette recherche porte sur l’évaluation de la valeur des fermes lors de la transmission : à partir de quels critères cédant et repreneur se mettent d’accord pour définir le prix de l’exploitation (ici de l’élevage bovin) lors d’une cession/reprise. Les économistes sont à l’initiative de l’ANR et de l’appel en direction des sociologues/socio-anthropologues pour monter une équipe pluridisciplinaire. Leur demande initiale part d’un constat : ils ont une capacité à proposer différents modèles de calcul de la valeur d’une exploitation – à partir du prix de l’immobilier, du prix du foncier, du prix du matériel, du prix d’usage, de prix de la clientèle… –, cependant, ils constatent que la valeur réalisée par le cédant lors de la transaction n’est pas nécessairement optimale. L’agriculteur ne cherche pas toujours à maximiser les bénéfices qu’il pourrait obtenir de la vente de son exploitation. Dès lors, l’estimation de la valeur d’une ferme semble échapper au cadre théorique de l’économie orthodoxe, notamment à la figure de l’homo economicus.

20Avec Dominique Jacques-Jouvenot21, nous avons réalisé un travail visant à dépasser l’idée que, lors des transmissions d’entreprises, l’intérêt du cédant tenait dans la maximisation financière. On y démontre qu’une entreprise pour fonctionner ne nécessite pas uniquement des bâtiments, des outils et une clientèle mais que, plus largement, il lui faut une place dans un tissu entrepreneurial. Cette place peut se transmettre et est définie comme comprenant l’ensemble des biens matériels (bâtiments, outils, foncier…) et immatériels (clientèle, réputation, …) nécessaires pour reprendre l’activité à la suite du cédant. Le nouveau venu ne dépareillant pas du propriétaire initial, les interactions entre l’agriculteur et son monde professionnel restent stables. Il ne s’agit pas de dire que cédant et successeur sont en tous points identiques mais plutôt que cette transmission de place professionnelle est un moyen de rassurer le monde professionnel quant au fait que ce qu’il estime être fondamental (qualité des travaux, respect des délais…) sera reconduit à travers le nouveau venu. La transmission de place permet de conserver la confiance entre un prestataire et ses clients. Constituer une nouvelle place est toujours possible mais beaucoup plus long et risqué pour celui qui tente l’aventure.

21Ce qui motive la transmission d’une place au détriment parfois de la valorisation économique de cette dernière au moment de la retraite, c’est qu’elle répond à une nécessité anthropologique : l’entrepreneur qui s’apprête à céder a lui-même bénéficié en son jeune temps d’une telle transmission. Il doit alors « rendre » à son tour car s’il a l’usage de cette place, il n’en est pas pour autant le propriétaire. En effet, pour le dire comme Maurice Godelier22, il existe des objets qu’on ne peut ni vendre ni donner, qu’on conserve pour les transmettre à son tour. Les entreprises à caractère familial font partie de cette dernière catégorie : dès qu’elles sont transmises23 une première fois, elles perdent le statut d’objet-qu’on-peut-vendre pour devenir celui d’objet-qu’on-doit-transmettre. Il est anthropologiquement important de ne pas être le dernier maillon d’une chaine intergénérationnelle, de ne pas être celui par lequel un objet à transmettre sera abandonné. Dans ce contexte, ce n’est pas négocier le meilleur prix pour « son » entreprise qui est essentiel mais bien de trouver un successeur, qui plus est un successeur qui sera lui-même apte à transmettre à son tour le moment venu24.

Maladie professionnelle et transmission : hypothèses de recherche

22On trouve dans le foin servant d’alimentation aux bovins une bactérie : actinomycète. Quand l’agriculteur manipule ce foin, il peut inhaler les spores de la bactérie. Si elle se développe, elle est à l’origine d’une pathologie nommée « maladie du poumon de fermier » entrainant une insuffisance respiratoire puis cardiaque.

23Les immunologistes n’arrivent pas à caractériser la population à risque, ils n’ont pas trouvé de fragilités, de prédispositions particulières à cette maladie. Deux agriculteurs semblent manipuler le même foin, contenant la même bactérie, l’un développe la pathologie, l’autre non.

24À partir de ce constat, le LaSA a réalisé une pré-enquête qui donna un résultat : les agriculteurs qui tombent malades sont ceux qui sont dans l’impossibilité de transmettre leur ferme à la génération suivante (pas d’héritier ou des héritiers refusant la transmission). Ceci entraîna des hypothèses de recherche (non testées faute de financement) : être malade sert de justification à la non-transmission. L’agriculteur souhaitait transmettre mais, du fait de sa maladie, il n’est pas en mesure de le faire. Ce n’est donc pas un échec de la transmission mais une pathologie qui est à l’origine de la rupture de la chaine intergénérationnelle.

25Hypothèse alternative mais qui repose sur les mêmes bases : un grand nombre d’agriculteurs souffre de cette pathologie mais seuls ceux qui n’ont pas de successeur se déclarent malade (pour justifier la non transmission). Ceux qui ont un hériter vont poursuivre leur activité malgré la maladie en la déclarant supportable (et on sait que les milieux populaires25 sont « durs au mal ») pour pouvoir transmettre. La maladie de l’agriculteur prendra alors un sens différent en fonction des perspectives de transmission de l’exploitation.

26Dix années après les premières conceptualisations de la place professionnelle, les économistes nous ont obligés à nous repencher sur notre modèle théorique d’une part pour le rendre plus explicite aux non-sociologues et d’autre part en nous posant la question des rapports entre transmission et innovation. La transmission n’empêche-t-elle pas les successeurs d’évoluer dans leurs pratiques professionnelles ? Ne se retrouvent-ils pas prisonniers d’une certaine tradition ?

27Si les réponses élaborées à ces questions par D. Jacques-Jouvenot en 1997 sont toujours valides – la transmission d’une place professionnelle n’est pas une reproduction à l’identique et les fils d’agriculteur s’émancipent du modèle du père – il nous a bien fallu reconnaître qu’on ne peut pas tout faire avec une exploitation transmise et le fils repreneur de la structure familiale indépendante peut difficilement se transformer en chef d’industrie agricole sur le modèle de la ferme des « 1000 vaches » par exemple.

28Dans le monde viticole, mon terrain actuel, on trouve beaucoup d’exemples de nouveaux venus empêchés dans leur pratique professionnelle parce que contraints par la place qu’ils ont repris : il peut être par exemple difficile, en Bourgogne, de planter une vigne en cépage pinot blanc alors que c’est habituellement du chardonnay qui y pousse. Les professionnels peuvent s’insurger contre ce changement (« ici, ce sont des climats [terroirs] à chardonnay !!! »). Les clients « habituels » peuvent faire de même en regrettant le changement de goût du vin entre le père et le fils, ce qui potentiellement met à mal le modèle économique de l’entreprise vinicole et peut entrainer sa faillite ou pour le moins quelques années difficiles le temps que se constitue une nouvelle clientèle à la place de celle qui avait été transmise.

29Aurais-je porté attention à cette question si les économistes ne l’avaient pas posée ? Impossible de le dire. J’aime à croire que oui mais j’aurai tout aussi bien pu me contenter de penser mon terrain à partir du modèle qui avait été établi antérieurement. De plus, un important travail de clarification conceptuelle a été nécessaire afin que les différentes disciplines puissent dialoguer : parle-t-on de cession ou de transmission, d’acheteur ou de repreneur, de cédant ou de transmetteur…? Quel sens donne-t-on à ces différents mots ? Dans quelle situation ? Un fils succédant à son père et compensant le prix de la ferme par rapport à ses frères et sœurs est-il dans la même situation (et payera-t-il le même prix) qu’un nouveau venu qui s’installe hors du cadre familial ? Ces différentes définitions ont permis de préciser les différentes situations qui allaient influer sur la valeur de la ferme et indéniablement cela a permis de faire avancer la recherche en socio-anthropologie. Cependant, est-ce de la pluridisciplinarité quand la recherche bénéficie pour l’essentiel à une seule discipline ?

30Effectivement, les économistes attendent des sociologues qu’ils leur signalent de nouveaux indicateurs pour qu’ils puissent affiner leur modèle. Ce que les sociologues font, mais comment modéliser en économie l’impérieuse nécessité anthropologique de ne pas être le dernier maillon d’une chaine intergénérationnelle ? Je n’en ai aucune idée. Cependant, les économistes n’ont jamais demandé aux sociologues de faire de l’économie à leur place. Ce sont eux qui vont s’approprier nos résultats pour faire avancer leur discipline. La pluridisciplinarité n’est pas une interdisciplinarité, il s’agit plutôt d’aborder une situation à partir de son regard disciplinaire mais en bénéficiant des questions et matériaux apportés par d’autres disciplines.

Conclusion

31La pluridisciplinarité, ce n’est pas croiser des regards pluridisciplinaires sur un même objet mais plutôt avancer en parallèle sur la connaissance d’un même objet. En tentant de répondre aux questions des autres disciplines, nous sommes obligés de préciser notre approche disciplinaire et nous sommes amenés à explorer des questionnements qui n’auraient pas émergé dans d’autres conditions. Cependant, c’est en tant que sociologue que le sociologue peut répondre à une question de l’économiste, du psychologue, etc.

32Dans le même mouvement, les apports des autres sciences seront appropriés disciplinairement. La donnée économique une fois saisie par le socio-anthropologue perd sa « spécificité » pour devenir une donnée au service d’une démonstration socio-anthropologique. Je transforme les autres disciplines, que ce soit à travers mes lectures ou mes collaborations de recherche, en outil me fournissant des données pour approfondir ma compréhension de mon sujet.

33Dans ma conception de la pluridisciplinarité, chaque discipline apporte des matériaux aux autres, se nourrit des travaux des autres. Les autres disciplines sont moins pour moi des sciences que des ressources me permettant de penser mes objets de recherche. Cependant, il faut faire ici preuve d’un peu de tact : j’ai longtemps souffert, en tant que sociologue à l’hôpital, de cette impression de n’être qu’un supplément d’âme, d’être la « caution sciences humaines » du monde médical et, dès lors, de ne pas être réellement pris au sérieux. Cependant quoi de plus normal qu’un médecin regarde mes résultats en tant que médecin et non pas en tant que sociologue ?

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Abbott Andrew, The System of Professions, Chicago, University Chicago Press, 1988.

10.4000/books.editionsmsh.5715 :

Abbott Andrew, « Écologies liées : à propos du système des professions », in Les Professions et leurs sociologies, Menger Pierre-Michel (dir.), Paris, MSA, 2003, p. 29-50.

Abbott Andrew, « Le contexte des disciplines », in Andrew Abbott et l’héritage de l’école de Chicago, demazière Didier, Jouvenet Morgan (dir.), Paris, Éditions de l’EHESS, 2016, p. 193-236.

Augé Marc, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier, 1994.

Augé Marc, L’Anthropologue et le monde global, Paris, Armand Colin, 2013.

10.3917/dec.alter.2010.01 :

Alter Norbert, Donner et prendre, Paris, La Découverte, 2009.

Balandier Georges, Comment peut-on être socio-anthropologue ?, Bessette Jean-Michel, péquignot Bruno (dir.), Paris, L’Harmattan, 2012.

Baudry Patrick, « La socio-anthropologie n’est pas une pluri-disciplinarité », in Être socio-anthropologue aujourd’hui, Bessette Jean-Michel (dir.), Paris, L’Harmattan, 2014, p. 119-138.

Boussard Valérie, Dubar Claude, Tripier Pierre, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 2011.

Davis Fred, 1968, « Professional socialization as subjective experience : The proces of doctrinal conversion among student nurses », in Institutions and the person : Papers presented to Everett C. Hughes, Becker howard S., Geer B., Riesman D. et Weiss R. S., Chicago, Aldine, 1968, p. 235-251.

Godelier Maurice, L’Énigme du don, Paris, Fayard, 1996.

Hughes Everett C., Le Regard sociologique, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996.

Jacques-Jouvenot Dominique, Choix du successeur et transmission patrimoniale, Paris, L’Harmattan, 1997.

Jacques-Jouvenot Dominique, Veille Marchiset Gilles, Socio-anthropologie de la transmission, Paris, L’Harmattan, 2012.

Jacques-Jouvenot Dominique, Schepens Florent, « Transmettre et reprendre une entreprise : de l’homo economicus à l’homo memor », in Revue du MAUSS, 1, 29, 2007, p. 377-391.

Lévi-STrauss Claude, Le Regard éloigné, Paris, Plon, 1983.

10.3917/puf.maus.2013.01 :

Mauss Marcel, Sociologie et anthropologie, PUF, Paris, 1991.

Ménoret Marie, Les Temps du cancer, Lormont, Le bord de l’eau, 2007.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, « De la nouvelle anthropologie du développement à la socio-anthropologie des espaces publics africains », in Revue Tiers-Monde, 3, 191, 2007, p. 543-552.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, La Rigueur du qualitatif, Louvain, Bruylant, 2008.

Sibloty asmine et al., Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris, Armand Colin, 2015.

10.4000/books.pur.67364 :

Zolezio Emmanuelle, Chirurgiens au féminin ?, Rennes, PUR, 2012.

Notes de bas de page

1  Baudry Patrick, « La socio-anthropologie n’est pas une pluri-disciplinarité », in Être socio-anthropologue aujourd’hui, Bessette Jean-Michel (dir.), Paris, L’Harmattan, 2014, p. 123.

2  Lévi-STrauss Claude, Le Regard éloigné, Paris, Plon, 1983.

3  Balandier Georges, Comment peut-on être socio-anthropologue ?, Bessette Jean-Michel, Péquignot Bruno (dir.), Paris, L’Harmattan, 2012.

4  Boussard Valérie, Dubar Claude, Tripier Pierre, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 2011.

5  Abbott Andrew, « Écologies liées : à propos du système des professions », in Les Professions et leurs sociologies, Menger Pierre-Michel (dir.), Paris, MSA, 2003, p. 29-50.

6  Abbott Andrew, The System of Professions, Chicago, University Chicago Press, 1988.

7  Mauss Marcel, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1991 ; Alter Norbert, Donner et prendre, Paris, La Découverte, 2009.

8  Olivier de Sardan Jean-Pierre, La Rigueur du qualitatif, Louvain, Bruylant, 2008.

9  Hughes Everett C., Le Regard sociologique, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996.

10  Olivier de Sardan Jean-Pierre, « De la nouvelle anthropologie du développement à la socio-anthropologie des espaces publics africains », in Revue Tiers-Monde, 3, 191, 2007, p. 543-552.

11  Augé Marc, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier, 1994.

12  Augé Marc, L’Anthropologue et le monde global, Paris, Armand Colin, 2013, p. 54.

13  Les médecins semblent plutôt d’accord avec mes collègues sociologues puisqu’ils divulguent ces conseils en les accompagnant d’une consigne de discrétion – « ne dites pas que je vous ai dit ça mais je vous conseille d’aller voir un barreur » (Médecin hospitalier) – ou en s’en détachant : « Il paraît que ça marche » (Médecin hospitalier). Cependant, ce que je viens d’écrire doit être pris avec précaution, il ne s’agit que de bribes de terrain recueillies incidemment.

14  Davis Fred, « Professional socialization as subjective experience : The proces of doctrinal conversion among student nurses », in Institutions and the person : Papers presented to Everett C. Hughes, Becker howard S., Geer B., Riesman D. et Weiss R. S., Chicago, Aldine, 1968, p. 235-251.

15  Hughes Everett C., Le Regard sociologique, op. cit.

16  Abbott Andrew, « Le contexte des disciplines », in Andrew Abbott et l’héritage de l’école de Chicago, Demazière Didier, Jouvenet Morgan (dir.), Paris, Éditions de l’EHESS, 2016, p. 207.

17  Plus que de psychodynamique peut-être devrais-je plutôt parler de clinique du travail. Celle-ci est un bel exemple de pluridisciplinarité réunissant diverses disciplines : psychologie, philosophie, sociologie…

18  Hors situation exceptionnelle. Ainsi les bûcherons disaient ressentir une fatigue plus importante suite à une tempête où se rendre en forêt ressemblait parfois à s’attaquer à « un gigantesque mikado [dans lequel] on ne sait pas toujours ce qui va se passer quand on coupe tel arbre. Est-ce qu’il va tomber tout seul ? Est-ce qu’il va emmener les autres ? » (Dany, bûcheron).

19  Pour n’en citer que deux parmi une multitude : Ménoret Marie, Les Temps du cancer, Lormont, Le bord de l’eau, 2007 ; Zolezio Emmanuelle, Chirurgiens au féminin ?, Rennes, PUR, 2012.

20  J’ai d’ailleurs tendance à parler de « La » psychologie quand il faudrait, a minima, préciser s’il s’agit de psychologie sociale, cognitive…

21  Jacques-Jouvenot Dominique, Schepens Florent, « Transmettre et reprendre une entreprise : de l’homo economicus à l’homo memor », in Revue du MAUSS, 1, 29, 2007, p. 377-391.

22  Godelier Maurice, L’Énigme du don, Paris, Fayard, 1996.

23  Transmises et non simplement vendues. Dans les deux cas, on trouve un échange financier mais dans le cadre de la transmission l’entreprise est accompagnée de sa place dans le monde professionnel, on trouve alors une certaine continuité entre transmetteur et successeur. Dans le cadre d’une vente stricte, l’entreprise, dans sa dimension matérielle, est abandonnée à un acheteur.

24  Jacques-Jouvenot Dominique, Veille Marchiset Gilles, Socio-anthropologie de la transmission, Paris, L’Harmattan, 2012.

25  Siblot Yasmine et al., Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris, Armand Colin, 2015.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.