Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La servitude volontaire comme condition du capitalisme moderne. Un itinéraire interdisciplinaire pour penser le travail humain

p. 21-38

Résumé

En raison de son statut philosophique particulier et de sa centralité politique contemporaine autour des enjeux de santé, le travail humain implique nécessairement une pratique renouvelée et décloisonnée de la recherche scientifique. À partir d’une expérience doctorale portant sur les liens entre servitude volontaire et capitalisme, ce chapitre tend à rendre compte de la manière dont l’interdisciplinarité (au sens large par opposition à la monodisciplinarité) peut être diversement construite pour répondre aux réquisits de l’argumentation. Ainsi, la multidisciplinarité en a été le point de départ et conçue comme un dialogue qui se fonde sur une certaine « éthique de la discussion » entre les disciplines telles que le droit, la psychodynamique du travail, la sociologie et la philosophie. La deuxième étape a été de penser l’articulation des savoirs qui en résultent à partir d’une théorie générale de la modernité, elle-même reconstruite à l’aune d’une socio-histoire de l’esclavage en occident. De ces prémisses théoriques, l’analyse interdisciplinaire (au sens strict d’un discours articulé et critique des savoirs mobilisés) peut alors se déployer pour comprendre comment l’oxymoron la servitude volontaire permet de mettre en exergue certaines réalités du travail contemporain soumis aux conditions actuelles du capitalisme.


Texte intégral

1Le travail humain pourrait-il constituer un des « schèmes cognitifs réorganisateurs1 » pour les sciences humaines et sociales de demain ? Edgar Morin soulignait déjà en 1994 l’impasse que représente l’hyper-disciplinarité pour la recherche scientifique en général et la nécessité de fonder « la voie difficile de l’entre-articulation entre des sciences ». Ce besoin de coopération et d’association des savoirs qu’illustrent les pratiques pluri ou poly- disciplinaires, interdisciplinaires ou transdisciplinaires, est particulièrement accru concernant la question du travail et cela pour au moins deux raisons. La première est liée à l’idée même du travail, à son statut philosophique, qui en fait un objet à part. Bien qu’il n’existe pas à ce jour de véritable consensus sur ce point, la centralité anthropologique du travail – au-delà de ses formes sociales et contingentes tel que l’emploi – est devenue une thèse dont on peut difficilement nier la pertinence et son caractère pluridisciplinaire2. La seconde raison est d’ordre empirique et renvoie au contexte contemporain du travail marqué par une crise morale et politique profonde3, appelant de fait à une coopération entre les disciplines qui soit bien plus significative qu’elle ne l’est aujourd’hui.

2Créer de nouveaux outils épistémiques capables d’articuler de manière intelligible les disciplines et ainsi saisir un réel plus complexe, résonne comme une nécessité théorico-pratique pour penser le travail humain. Comment peut se construire une argumentation interdisciplinaire ? Quelles sont ses différentes formes possibles ? Quels sont les obstacles à surmonter ? Dans cette contribution, je souhaiterais montrer à partir d’une expérience de recherche doctorale portant sur les liens entre servitude volontaire et capitalisme4, l’intérêt de la démarche interdisciplinaire pour elle-même et pour la compréhension du travail contemporain.

Un projet interdisciplinaire

3Le choix d’un sujet de recherche est en général rarement fortuit. Comme l’ont écrit Karl Marx et Friedrich Engels, « la production des idées […] est le langage de la vie réelle5 ». Mon point de départ a été la lecture du Discours de la servitude volontaire d’Étienne de La Boétie6 et la conviction que cette œuvre était d’une grande actualité. En particulier, la question du capitalisme, son triomphe idéologique et le constat partagé d’une certaine banalisation des injustices sociales7, formaient un paradoxe qui n’était pas sans rappeler l’oxymoron du philosophe de la Renaissance.

4Dans un ouvrage qui a fait date, Le Nouvel Esprit du capitalisme, Luc Boltanski et Ève Chiapello8 décrivaient cette apparente contradiction comme étant le résultat d’un effondrement de la critique face aux mutations du travail et de l’emploi. En s’appuyant sur le concept wébérien d’esprit du capitalisme, ils expliquaient comment refonder cette critique à partir notamment des nouvelles pratiques émergentes du management. L’analyse, qui se fondait sur une interdisciplinarité particulièrement riche et stimulante, néanmoins consensuelle avec le capitalisme9, laissait surtout en marge de la discussion les enjeux essentiels de la domination, de la violence et du consentement à celles-ci. Au-delà du discours hégémonique du capitalisme, la transformation en profondeur des rapports sociaux de travail qui était à l’œuvre, laissait une place légitime pour une interprétation normative à partir du concept de servitude volontaire.

5Le projet initial de la thèse s’inscrivait dans la discipline philosophique, plus précisément dans le champ philosophie sociale et politique, dans un dialogue ouvert avec les sciences sociales10. La recherche devait être avant tout théorique, dans une perspective qui était à la fois pensée comme épistémologique et normative. En raison du caractère transdisciplinaire de l’objet servitude volontaire et des nombreux enjeux qu’il soulevait autour de la question du travail moderne, le périmètre interdisciplinaire s’est considérablement augmenté. L’analyse s’est successivement appuyée sur l’histoire des idées, la théorie sociale, l’histoire des esclavages et du travail, la sociologie économique, la sociologie des organisations, la sociologie du travail, la psychodynamique et la psychopathologie du travail ainsi que le droit social. La thèse a mobilisé plusieurs modes d’agencement de ces disciplines qui correspondent également à différentes étapes dans l’argumentation. Schématiquement, trois formes se distinguent et coexistent dans le corps du texte : la pluridisciplinarité, la construction d’un cadre théorique interdisciplinaire et une analyse interdisciplinaire articulant interrogation normative et observation empirique.

6Conçue comme une étape préalable de la recherche interdisciplinaire, la multidisciplinarité répondait avant tout au besoin essentiel de compréhension globale et d’identification des enjeux qui étaient vastes. Elle se justifiait par l’idée que l’entendement du réel et la recherche de vérité n’admettent, au fond, ni frontières disciplinaires, ni esprit de propriétaires… Elle s’inscrivait donc dans l’idée d’une « éthique de la discussion11 » appliquée, de la possibilité d’un dialogue fécond entre disciplines où une « raison communicationnelle » pourrait émerger, à condition que chaque point de vue disciplinaire renonce ultimement à imposer son propre régime de véridiction aux autres. Cette première étape au demeurant nécessaire, posait cependant dès le début la question de la cohérence épistémique finale, et donc de l’importance de penser les conflits d’interprétation. L’objectif étant de soutenir une thèse, le choix argumentatif est aussi décisif. Pour répondre à ces réquisits, une deuxième étape intermédiaire a alors cherché à construire un cadre théorique précisant les conditions de recevabilité de l’analyse interdisciplinaire finale.

Le travail et la servitude volontaire au prisme du rapport dialectique « Esclavages et modernités »

7Pour penser les rapports entre la servitude volontaire, le travail moderne et le capitalisme contemporain, il a fallu concevoir une théorie générale permettant de penser leur articulation et de souligner leurs enjeux. L’étude approfondie du texte de La Boétie depuis l’histoire des idées nous a mis sur la voie. Le Discours de la servitude volontaire a été élaboré dans un contexte politique marqué par la progression du pouvoir de l’État dans la société, c’est à dire le moment qui inaugure l’avènement de la modernité politique occidentale. Si les principales références de l’auteur sont antiques, l’anthropologie politique du texte ne l’est pas. La servitude volontaire est distincte de l’esclavage classique, qui est la condition commune de l’antiquité gréco-romaine. La tyrannie, telle quelle est décrite par l’auteur, est désirée par des citoyens libres « par nature » mais qui ont préféré la vilenie à « la vertu ». Ce point est capital, car il nous donne une caractéristique majeure qui fait toute la modernité critique du texte. La servitude peut coexister avec la liberté alors qu’elle en constitue sa négation. Avec sa construction oxymorique, La Boétie fournit ici les bases d’une matrice de réflexion singulière pour penser dialectiquement les paradoxes de la modernité (comme le pensera ensuite de manière analogue Marx, avec le principe de retournement en son contraire des fondements modernes de liberté et d’égalité dans la société capitaliste). Le Discours de la servitude volontaire est une œuvre résolument moderne, mais qui peut être interprétée en même temps comme une critique radicale des prétentions de la modernité.

8Une théorie de la modernité est apparue d’autre part inévitable pour articuler la servitude volontaire, le travail et le capitalisme. Mais il a été nécessaire de reconstruire sa signification profonde, ce qui a de nouveau élargi la perspective interdisciplinaire de départ. Ainsi, la servitude volontaire présuppose le monde moderne et ses prétentions à la liberté et l’égalité. Elle n’est une réalité possible dans le capitalisme qu’à partir du moment où celui-ci s’inscrit dans un cadre juridico-politique qui reconnaisse par principe les individus comme étant libres et égaux en droits. Le travail moderne est celui qui s’exerce dans une société où l’esclavage est juridiquement interdit. La modernité apparaît comme un présupposé central pour l’analyse des rapports sociaux contemporains. Mais la notion reste fondamentalement protéiforme, ambiguë, voire très idéologique tant elle est trop souvent assimilée à un eurocentrisme glorificateur12. Dans le prolongement des travaux de Jacques Bidet sur la « métastructure » moderne13 puis de Peter Wagner sur « l’ambivalence discursive » de la modernité14, une réinterprétation du concept de modernité a été proposée à partir de son antinomie la plus significative, l’esclavage.

Une socio-histoire des esclavages et de leurs abolitions : une nécessaire réévaluation philosophique

9L’intérêt de la recherche interdisciplinaire réside dans sa capacité à mettre en liens les disciplines afin qu’elles parviennent à frayer de nouveaux chemins pour la connaissance. Elle doit permettre de remettre en cause le statu quo des savoirs et d’en déconstruire les non-dits. La construction d’une sociologie historique de l’esclavage15 a cherché à répondre à cette exigence critique en procédant en trois temps :

10La socio-histoire de l’esclavage a d’abord permis de faire apparaître les différences essentielles entre la civilisation gréco-romaine et la modernité. La pensée moderne apparaît bien comme le miroir inversé de l’Antiquité. L’esclavagisme antique arrivait en pointe d’un triptyque mental16 : le mépris aristocratique du travail manuel, la stagnation des techniques et le primat de la pensée spéculative sur le matérialisme. Mais ce contraste antiquité esclavagiste/modernité libre, qui est une des caractéristiques de l’idéologie moderne17, passe sous silence la résurgence d’un esclavagisme de masse qui se développa paradoxalement de manière simultanée à la naissance de la modernité, au moment de la colonisation des Amériques par les nations européennes à la fin du xve siècle.

11Du xvie au xixe siècle, les continents européen, africain et américain étaient reliés par un important commerce de « bétail humain ». Près de 13 millions de personnes ont été déportées de l’Afrique (essentiellement de l’Ouest) par bateaux négriers à destination de camps d’esclavage dans les colonies du « nouveau monde ». Au regard de la profitabilité de ce système économique pour les États européens, une interrogation apparaît dès lors centrale. La modernité se serait-elle économiquement fondée sur le paradoxe d’un renouveau de l’esclavagisme antique ? La comparaison des deux modes d’esclavage tend à montrer deux tendances lourdes. Si l’esclavagisme européen constitue une métamorphose de l’esclavagisme antique, le premier présente des spécificités irréductibles : la question raciale autour du préjugé épidermique et la constitution d’un système d’économie politique tendanciellement capitaliste.

12Enfin, cette socio-histoire de l’esclavage a cherché à rendre compte de l’importance des abolitions de l’esclavagisme européen pour la modernité politique et économique en Occident. Si, en tous temps et en tous les lieux où l’esclavage a sévi, les esclaves n’ont eu de cesse de secouer le joug, une révolte d’une particulière ampleur a permis de sonner le glas de tout un système. Dans le contexte des révolutions américaine et française, la révolution haïtienne (1791-1804) a été l’élément déclencheur de toutes les abolitions de l’esclavagisme européen18. Sans cette insurrection fondamentale, l’anti-esclavagisme anglais, américain et français, n’aurait pu jouer un rôle moral et politique décisif dans ce processus historique au long court19. Le succès de l’abolitionnisme doit aussi à l’incroyable conversion de l’Empire britannique, première puissance esclavagiste pendant plusieurs siècles, en une puissance anti-esclavagiste de premier rang. Mais ce virage à 360° de l’Empire britannique suggère aussi la forte connexité entre la fin de ce « capitalisme esclavagiste » et l’émergence d’un nouveau capitalisme20.

13La socio-histoire de l’esclavagisme transatlantique et de ses abolitions conduit à une réévaluation philosophique et politique où le travail joue un rôle-clé. Malgré ses lourdes contradictions dont il est indirectement porteur (impérialisme et colonialisme), l’acte d’abolition de l’esclavage et de la traite d’êtres humain apparaît comme porteur d’un réel progrès humain. Cette interdiction fondamentale de l’esclavage est peut être à considérer comme le commencement véritable de la modernité politique en Occident. En outre, l’hypothèse d’un enchevêtrement de la question sociale dans le creuset de la question servile mérite aussi d’être posée. L’idéologie abolitionniste opposait « le travail servile » dans la périphérie des colonies au « travail libre » du centre. Elle a ainsi contribué à légitimer l’émergence du capitalisme industriel et à conforter son hégémonie. Au cœur du monde « moderne », le travail ne pourrait être que libre, la servitude ne pouvant exister. Le travail salarié subordonné devait être « la norme sociale universelle ». Cette dichotomie idéologique entre « travail servile » et « travail libre » va structurer durablement les débats sur la question de la liberté réelle du travail. Elle fait écran sur le fait qu’un travail formellement libre peut être tout aussi oppressant, aliénant, voire asservissant. Elle paralyse de la même manière toute critique qui se fonderait sur la question de la liberté du travail.

Modernité contemporaine et servitude volontaire

14La mise en perspective historique des rapports entre modernité et esclavage était une étape nécessaire pour mettre en évidence des enjeux fondamentaux qui structurent en profondeur les rapports entre le travail contemporain et le capitalisme. L’actuelle crise morale et politique du travail apparaît plus fondamentalement comme l’expression d’une crise plus profonde qui est celle de la modernité21. Les fondements modernes de la liberté, de l’égalité et de la dignité sont aujourd’hui soumis à l’épreuve du marché total mondialisé22. La critique de la servitude volontaire vient interroger du point de vue théorique ce retournement en leur contraire des valeurs modernes.

15Comme l’a montré Peter Wagner23, les sociétés occidentales traversent une seconde crise de la modernité, caractérisée par la contestation du fonctionnalisme étatique et par la critique de la pertinence de la nation et des identités collectives. De cette crise, émerge « la modernité libérale élargie », qui se caractérise par une désorganisation de la société, par une instabilité constante et par un pluralisme social. Dans cette modernité changeante tout semble faire reposer sur l’individu la responsabilité de son existence dans un contexte d’inégalités de biens sociaux. Se renouvelle ainsi l’idée d’individualisme possessif comme ethos qui rend de moins en moins possible la fondation de références communes nécessaires à une auto-détermination collective. Le projet moderne risque donc l’auto-annihilation de lui-même dans une société qui apparaît de plus en plus comme un agrégat d’individus isolés se revendiquant être la source de ce à quoi ils doivent se soumettre. La critique de la servitude volontaire interroge à ce niveau d’analyse cette exaltation sans borne de la volonté individuelle qui n’est autre qu’une dupe de soi.

16Pour Étienne de La Boétie, deux causes majeures expliquent cette « opiniâtre volonté de servir ». La liberté naturelle peut accoucher du monstre de la servitude volontaire sous l’effet d’abord de la coutume. L’habitude d’être asservi engendre l’illusion que l’état de servitude est une condition sociale et politique légitime. La seconde, qui est le ressort et le fondement de toute domination selon l’auteur, est la corruption. Celle-ci dérive du désir de dominer autrui et conduit le sujet au désastre : l’identification à la figure de l’agresseur-tyran et in fine, la désubjectivation et l’auto-destructivité. La pensée de La Boétie interroge d’autre part la question du consentement et de la volonté du sujet. S’il existe une servitude volontaire, alors il existe également une servitude involontaire lorsque la puissance d’agir du sujet est contrainte par la violence d’autrui24, ce qui est le cas de l’esclavage et de l’aliénation salariale au sens marxien. Philosophie du sujet autant que politique, l’idée de servitude volontaire constitue avant tout un questionnement normatif, c’est à dire politique et moral. Dans le contexte d’une hégémonie du capitalisme moderne, l’hypothèse de la servitude volontaire se pose à partir des réalités du travail.

De la pluridisciplinarité à lanalyse interdisciplinaire : comment agencer les savoirs ?

17Dans quelle mesure l’idée de servitude volontaire, en tant que problématique philosophique, permet-elle d’interroger des réalités contemporaines du travail soumis aux conditions actuelles du capitalisme ? L’argument soutenu n’a pas été celui qui consisterait à affirmer que le travail contemporain s’identifierait à une construction idéal-typique de la servitude volontaire et que l’on pourrait observer ensuite dans les rapports sociaux. À l’inverse, il ne relève pas non plus de la pure spéculation philosophique déconnectée d’un réel observable. Le défi qu’il fallait relever était donc d’éviter tant l’écueil du réductionnisme positiviste que celui de l’extrapolation théoriciste. Pour cela, l’analyse interdisciplinaire a donc cherché à articuler interrogation normative et observation empirique en ayant recours notamment à l’ethnographie25 et en procédant à des entretiens. Ce choix de recourir directement au terrain n’a pas été pensée comme une condition sine qua non (tel que dans le modèle de la théorie ancrée), mais davantage comme une manière d’équilibrer et de renforcer l’argumentation.

18Quel nouvel agencement des connaissances et des disciplines a t-il été nécessaire pour soutenir l’argumentation ? Pour répondre à l’exigence de cohérence épistémique, l’analyse interdisciplinaire s’est fondée sur la complémentarité existante des connaissances tout en réfléchissant aux limites inhérentes à chacune des disciplines convoquées. Le spectre des connaissances interrogées étant large, un travail d’articulation des différents niveaux d’interprétation correspondant aux différentes discursivités disciplinaires a été nécessaire.

19Ainsi, le recours à la normativité juridique, énoncée notamment dans le droit du travail (national et international), a consisté à donner le cadre institutionnel de références et à rechercher quelles étaient les réponses possibles en terme de droit. Si la dimension juridique permet une analyse des enjeux en termes de justice légale notamment, elle ne permet pas de savoir comment les acteurs ou les agents interagissent avec les normes dans leurs rapports sociaux. La sociologie contemporaine du capitalisme et du travail a alors permis de mettre en lumière les représentations mentales et idéologiques ainsi que les différents types de relations sociales qui sont observables dans les rapports entre le capitalisme, le management et le travail.

20Cependant, l’analyse sociologique ne permet pas de percevoir la dimension fondamentale du rapport subjectif au travail. La psychodynamique du travail donne à voir les ressorts fondamentaux de la subjectivité au travail et permet de comprendre plus finement la complexité des incidences des nouvelles formes d’organisation du travail sur la vie des travailleurs. La réalisation d’une enquête ethnographique a complété cette analyse en mettant à l’épreuve la subjectivité du chercheur qui s’est retrouvé « dans la peau d’un gestionnaire des ressources humaines ».

Une analyse interdisciplinaire : la servitude volontaire comme problématique du capitalisme contemporain

Perversion de l’agir managérial : de la soumission à la tyrannie capitaliste à l’exigence de servitude volontaire du travail salarié

21Pour comprendre les transformations récentes du capitalisme et refonder sa critique, il apparaît nécessaire de ne pas en rester au niveau du discours managérial. Par essence, le management est ce qui relève de l’organisation du travail au sens large du terme. Il doit donc être perçu comme une volonté de maîtrise et de contrôle du procès de travail (c’est-à-dire les travailleurs, les machines, les outils, les procédures, etc.) pour un objectif de rendement économique. Spécifiquement en régime capitaliste, le management est une forme de rationalité stratégique en vue de permettre l’accumulation de capital. Cet agir managérial est structurellement dans une relation particulière de soumission au capitalisme puis de domination du travail salarié. Comment ce double rapport social a-t-il évolué au regard des transformations majeures du capitalisme ?

22Dans le contexte d’une prédominance d’un mode actionnarial de capitalisme, le management tendrait à s’uniformiser autour du modèle de la valeur financière. Ce rapport fait état en apparence d’une volonté de re-discipliner le management pour l’extraction de la plus-value. Il montrerait d’autre part, une perversion de l’agir managérial qui tendrait à devenir une véritable bureaucratie d’entreprise s’enrichissant au détriment des petits actionnaires. Ce lien entre capitalisme et management apparaît analogue au thème de la servitude volontaire et à la critique de la corruption des tyranneaux d’Étienne de La Boétie.

23La relation entre accumulation capitaliste et management engendre des conséquences essentielles dans la manière de maîtriser et contrôler le travail en vue de la création du profit. Si le management prétend dans son idéologie une libéralisation des contraintes sur le travail, voire son émancipation et une plus grande autonomie décisionnelle, de nombreuses analyses sociologiques du travail26 ont pu observer en revanche une forte re-disciplinarisation invisible dans les modes de production. Pris dans le paradoxe d’une « implication contrainte », chaque travailleur salarié serait sous l’empire du nouveau management « obligé de s’engager, de s’impliquer et d’adhérer à la culture et aux objectifs de l’entreprise27 ». D’autres outils à disposition des managers permettent d’asseoir une véritable domination sur le travail de production. Ainsi en est-il du management de la qualité dite totale, de la culture de l’entreprise, du « top ranking » (la classification) des travailleurs, le coaching et l’évaluation individualisée des performances. L’analyse donnée par la sociologie critique du travail montre bien cette contrainte à la servitude qui atteint subjectivement les travailleurs. Mais, davantage pensée comme une servitude involontaire, elle ne permet pas d’envisager la question du consentement.

Consentement et résistance à l’exigence de servitude volontaire dans le travail contemporain : l’échec du sujet contemporain

24Cette question du « consentir » est particulièrement délicate car elle met en jeu un ensemble de problèmes moraux fondamentaux qui ne se laissent pas facilement observer. La honte de soi, le sentiment d’indignité et de trahison de soi qui y sont associés, relèvent d’une analyse approfondie de la subjectivité. Dans le contexte du capitalisme contemporain, le consentement à la servitude volontaire est une question que chacun peut malheureusement avoir à affronter dans son travail. La compréhension de cette question dérangeante mais incontournable requiert une démarche casuistique permettant l’analyse des ressorts multiples qui poussent à consentir jusqu’au mépris de soi.

25À partir de la clinique, la psychodynamique du travail montre ainsi que les travailleurs ne sont pas passifs face aux organisations du travail. Même dans les situations les plus difficiles, ils parviennent à déployer une intelligence subjective qui leur permet de résister à la volonté d’emprise du management et aux risques de la maladie mentale. L’analyse du consentement à l’exigence de servitude volontaire implique donc de considérer à l’inverse la question de la résistance à cette contrainte perverse. Mais cette résistance ne doit pas être pensée comme nécessairement victorieuse. Au contraire, elle est aujourd’hui tenue en échec comme le montre la multiplication et l’aggravation des pathologies mentales et psychosomatiques en situation de travail.

26Qu’en est-il de celles et ceux qui ne sombrent pas dans la maladie mentale ou psychosomatique ? Sont-ils nécessairement des complices d’un système qui les tyrannisent ? La philosophie de La Boétie peut nous amener à nuancer certaines formules que l’on pourrait verser à l’emporte-pièce. Le consentement à la servitude volontaire n’apparaît jamais pleinement actif pour tous dans son Discours. Pour l’auteur, « l’artisan » et « le laboureur » bien qu’ils aient perdus l’idée de liberté, en sont quittes après avoir servi « leurs maîtres ». Ils ne sont pas, pour La Boétie, ces « tyranneaux », c’est à dire ceux qui ont un intérêt plus grand de servir la tyrannie. Dans le contexte du capitalisme contemporain, il existerait aussi une servitude volontaire malgré soi28, qui engendre une forte culpabilité d’après coup et que révèlent de nombreuses analyses cliniques avec de l’idée de « souffrance éthique » (c’est-à-dire le fait de souffrir d’accepter d’agir à l’encontre de son éthique personnelle).

27Cet échec du sujet à résister aux nouvelles formes d’organisation du travail traduit une dimension importante de la crise de la modernité contemporaine. Il constitue le visage tragique de cette victoire de l’individualisme possessif, du recul du civisme et de l’érosion du sens moral commun dans les sociétés occidentales. Face à la gravité de la situation, certaines réponses du droit sont apparues particulièrement significatives.

Une réponse forte du droit : le droit à la protection de la santé physique et mentale au travail

28Il a fallu attendre la fin du XXe siècle en Europe pour que l’un des premiers principes de l’OMS puisse se concrétiser juridiquement au travail. En effet, la constitution de l’OMS proclamait en 1946 en préambule que la « santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». Le 12 juin 1989, la directive-cadre 89/391/CEE29 pose le principe selon lequel l’employeur est « obligé d’assurer la sécurité et la santé des travailleurs dans tous les aspects liés au travail » (article 5 alinéa 1). Un ensemble de principes de prévention sont énoncés ainsi qu’une méthodologie : « éviter les risques, combattre les risques à la source, adapter le travail à l’homme, tenir compte de l’état d’évolution de la technique30 ».

29En France, 2002 est l’année des grands changements juridiques concernant la protection de la santé au travail. La loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002 crée la catégorie juridique de harcèlement moral et introduit pour la première fois dans le Code du travail la notion de « santé physique et mentale31 ». Le 28 février 2002, la chambre sociale de la Cour de Cassation rend quant à elle, une série d’arrêts fondateurs rendant justice aux travailleurs victimes de l’amiante, dans lesquels elle énonce un attendu de principe fondamental selon lequel « en vertu du contrat de travail, l’employeur est tenu envers le salarié d’une obligation de sécurité de résultat ». Depuis cette date, une jurisprudence particulièrement exigeante s’est constituée pour faire respecter auprès des employeurs l’obligation qui leur incombe de protection de la santé et de la sécurité des travailleurs et ainsi les inciter à promouvoir une politique générale de prévention de la santé32.

30Le droit de la santé au travail donne ainsi une réponse concrète qui permet de préserver un minimum de justice sociale face à certaines nouvelles formes d’organisations du travail et de l’économie qui aimeraient en faire table rase. S’il ne constitue pas la panacée pour éradiquer cette « plaie incurable » de la servitude volontaire, il peut néanmoins contribuer à fonder d’autres pratiques de travail plus respectueuses de la santé et de la dignité humaine.

La persistance de l’esclavage et le combat contemporain

31L’importance du droit et notamment du droit du travail se vérifie lorsque celui-ci est faible ou inexistant. L’analyse interdisciplinaire revient ultimement sur le rapport entre esclavages et modernité. Sans une norme juridique protectrice du travail, c’est moins le problème de la servitude volontaire qui se pose que celui de la servitude tout court. Cette affirmation se confirme un peu partout dans le monde où la loi est absente. Selon l’Organisation Internationale du travail et d’autres organisations non-gouvernementales, entre 25 et 30 millions de personnes dans le monde sont soumis à un travail forcé (ce chiffre n’inclut pas les situations d’exploitation du travail encore plus nombreuses), plus de 210 millions d’enfants travaillent dont plus de 5 millions dans des conditions analogues à l’esclavage. Les profits du travail forcé sont élevés, environ 150 milliards de dollars estimés33 annuellement, dont les deux tiers résultent de l’exploitation sexuelle. Dans ses conclusions, l’OIT souligne la forte corrélation entre la pauvreté, l’endettement et le travail forcé dans pratiquement tous les pays étudiés. Ce point est important, car si ces situations ne concernent pas les États où une protection sociale existe encore, elles pourraient devenir une réalité si l’ultra-libéralisme devenait la norme. Il existe aujourd’hui une compatibilité de plus en plus ouverte entre un capitalisme mondialisé néolibéral et les avatars de l’esclavage en périphérie et au centre : le drame du Rana Plaza (24 avril 2013), l’industrie du travail pénitentiaire aux États-Unis, la construction des infrastructures du mondial du Quatar (pour 2022), « les minerais du sang » en République démocratique du Congo, etc… Les exemples connus sont nombreux et en progression. Leur identification ne constitue pas le principal problème. Comme l’a récemment souligné le politologue Jean-Claude Fritz34, ce dont il faut véritablement se soucier est cette « banalisation de la brutalité des rapports sociaux » dans le monde. Celle-ci peut apparaître comme une conséquence de la servitude volontaire au travail, laquelle se fonde sur la cécité à l’égard de sa propre souffrance et celle d’autrui. Cette porosité grandissante entre le salariat juridiquement libre et le travail non libre, forcé ou obligatoire n’est pas à sous-estimer concernant les effets à moyen ou long terme. Elle sonnerait tout simplement la fin du projet moderne.

32Cette contribution a cherché à mettre en visibilité le travail interdisciplinaire sous-jacent d’une recherche doctorale qui interroge la nature des rapports sociaux du travail contemporain depuis la problématique de la servitude volontaire et d’une théorie de la modernité. L’interdisciplinarité, justifiée par le caractère transdisciplinaire du concept de travail et de l’idée de servitude volontaire, a évolué selon différentes formes et à différents moments de l’argumentation. Ainsi, si la multidisciplinarité a constitué le point de départ de l’analyse, un cadre théorique interdisciplinaire a cependant été nécessaire pour structurer l’argument et faire ressortir les dimensions fondamentales. L’analyse finale qui s’est nourrie de cette étape intermédiaire, a procédé d’une articulation entre un questionnement normatif et une observation empirique nourrie d’enquêtes de terrain. Il en ressort une conception plus ouverte de la science qui fait davantage appel à l’interprétation que l’explication. Le travail de terrain comme point d’ancrage empirique, n’était pas conçu comme une condition nécessaire à la réalisation du projet mais comme un moyen de renforcer l’argumentation en tenant compte de l’expérience subjective du chercheur.

33Les recherches concernant le travail humain appellent à des formes variées d’interdisciplinarité dont la modélisation s’établit spécifiquement en rapport avec le sujet traité. Par rapport à la monodisciplinarité, les progrès de la connaissance s’avèrent indéniables. Toutefois, le décloisonnement des disciplines plonge également le chercheur dans une incertitude permanente qui l’oblige à faire preuve de créativité épistémique et d’adaptation par rapport aux exigences respectives des disciplines. Ces dernières constituent en dernière instance, une assise incontournable pour réaliser à bien un projet interdisciplinaire. Et cette remarque vaut également sur le plan professionnel pour les chercheurs. Dans le statu quo du partage arbitraire du savoir organisé en disciplines, l’interdisciplinarité, même si elle est de toute part plébiscitée, est une démarche risquée notamment en terme de carrière professionnelle. Elle est même disons-le, quasiment impossible aujourd’hui hors des forteresses disciplinaires.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Bibliographie

Appel Karl Otto, Éthique de la discussion, Mark Hunyadi (trad.), Paris, Éditions du Cerf, 1994.

10.3917/puf.lokji.2002.01 :

Bidet jacques, « L’esprit du capitalisme. Questions à Luc Boltanski et Ève Chiapello », in Les Sociologies critiques du capitalisme, Lojkine Jean (dir.), Paris, PUF, 2002.

Bidet Jacques, Théorie générale : théorie du droit, de l’économie et de la politique, Paris, PUF, « Actuel Marx confrontation », 1999.

Boltanski Luc, Chiapello Ève, Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

10.3917/cpsy.065.0045 :

Chaignot Delage Nicolas, « À propos de l’histoire de l’esclavage et de son interdiction : une dialectique de la pensée, du corps et du droit », in Champ psy, 2014/1, n° 65, p. 45-69.

Chaignot Nicolas, Esclavages et modernités. La servitude volontaire comme problématique du capitalisme contemporain, thèse de doctorat en sciences politiques et sociales, 26 mai 2010, sous la direction de Peter Wagner, Institut universitaire Européen, Florence, Italie.

Chaignot Nicolas, La Servitude volontaire et le discours contemporain du management, mémoire de diplôme d’études avancées en philosophie, sous la direction de Jacques Bidet, université Paris 10, 2001.

Dadoun Roger, « Des servitudes très volontaires, ou non », in Vers un discours de la nouvelle servitude volontaire – X – Alta, n° 5, de Henri Vaugrand, Roger Dadoun, Fabien Ollier, Paris, X – Alta, 2001, p. 19-30.

Dejours Christophe, Souffrance en France – La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Éditions du Seuil, 1998.

Dejours Christophe, Travail vivant, deux tomes, Paris, Payot, 2009.

DUrand Jean-Pierre, La Chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : du flux tendu à la servitude volontaire, Paris, Éditions du Seuil, 2004, réédition en 2012.

Finleymoses I., Esclavage antique et idéologie moderne, Paris, Les Éditions de Minuit, « Le sens commun », 1981.

10.14375/NP.9782070293353 :

Foucault Michel, Les Mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966.

10.4000/droitcultures.3596 :

Fritz Jean-Claude, « Les métamorphoses de l’esclavage, mutations et avatars contemporains », in Droit et cultures [En ligne], 70 | 2015-2, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 23 août 2016. URL : http://droitcultures.revues.org/3596

Habermas Jürgen, De l’éthique de la discussion, Paris, Flammarion, 1999.

ILO, Profits and Poverty : The Economics of Forced Labour, Report ILO, 2014.

La Boétie Etienne de, Le Discours de la servitude volontaire, Teste Charles, léonard Pierre, abensour Miguel (dir.), Paris, Payot, 1976.

10.1016/S1240-1307(97)86232-2 :

Latour Bruno, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, 2005.

Marx Karl et Engels Friedrich (1845), L’Idéologie allemande, Paris, Éditions sociales, 1975.

Morinedgar, « Sur l’interdisciplinarité », in Bulletin Interactif du Centre International de Recherches et Études transdisciplinaires, n° 2, 1994. Consulté le 1er juin 2016. Article initialement publié dans l’ouvrage collectif, Kourilsky François (dir.), Carrefour des sciences, Paris, CNRS, p. 21-31.

Moulier-Boutang Yann, De l’esclavage au salariat : économie historique du salariat bridé, Paris, PUF, 1998.

Schiavone Aldo, L’Histoire brisée. La Rome antique et l’Occident moderne, Paris, Belin, « L’Antiquité au présent », 2003 (édition italienne de 1996, Rome-Bari, Laterza).

SUpiot Alain, L’Esprit de Philadelphie. La justice sociale face au marché total, Paris, Éditions du Seuil, 2010.

Wagner Peter, Liberté et discipline : les deux crises de la modernité [« A Sociology of Modernity : Liberty and Discipline »], Paris, Métailié, 1997.

Wagner Peter, « The Problématique of Economic Modernity : Critical Theory, Political Philosophy and the Analysis of Capitalism », in The Economy as a Polity : The Political Constitution of Contemporary Capitalism, Joerges Christian, Stråth Bo, Wagner Peter (dir.), Londres, London UCL Press, 2005, p. 37-55.

Notes de bas de page

1  Morin Edgar, « Sur l’interdisciplinarité », in Bulletin Interactif du Centre International de Recherches et Études transdisciplinaires, n° 2, 1994. Consulté le 1er juin 2016. Article initialement publié dans l’ouvrage collectif, Kourilsky F. (dir.), Carrefour des sciences, Paris, CNRS, p. 21-31.

2  Si de plus en plus de disciplines convergent vers l’idée d’une centralité pluridimensionnelle du travail (sociale, historique, psychologique, politique), on pourrait également soutenir plus radicalement, à l’instar de Michel Foucault l’idée selon laquelle le travail serait avant tout une des conditions a priori de l’expérience humaine. Voir Foucault Michel, Les Mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966 : « ces “quasi-transcendantaux” que sont pour nous la Vie, le Travail, le Langage » (p. 262-263).

3  Voir notamment, Supiot Alain, L’Esprit de Philadelphie. La justice sociale face au marché total, Paris, Éditions du Seuil, 2010 ; Dejours Christophe, Travail vivant, deux tomes, Paris, Payot, 2009.

4  Chaignot Nicolas, Esclavages et modernités. La servitude volontaire comme problématique du capitalisme contemporain, Peter Wagner (dir.), thèse de doctorat en sciences politiques et sociales, Institut universitaire Européen, Florence, Italie, 2010.

5  Marx Karl et Engels Friedrich (1845), L’Idéologie allemande, Paris, Éditions sociales, 1975, p. 20.

6  Parmi les nombreuses éditions de ce texte inclassable, La Boétie Etienne de, Le Discours de la servitude volontaire, Teste Charles, léonard Pierre, abensour Miguel (dir.), Paris, Payot, 1976.

7  Voir Dejours Christophe, Souffrance en France – La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Éditions du Seuil, 1998.

8  Boltanski Luc, Chiapello Ève, Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

9  Voir Bidet Jacques, « L’esprit du capitalisme. Questions à Luc Boltanski et Ève Chiapello », in Les Sociologies critiques du capitalisme, Lojkine Jean (dir.), Paris, PUF, 2002.

10  Chaignot Nicolas, La Servitude volontaire et le discours contemporain du management, Jacques Bidet (dir.), mémoire de diplôme d’études avancées en philosophie, université Paris Nanterre, 2001.

11  Habermas Jürgen, De l’éthique de la discussion, Paris, Flammarion, 1999 ; Appel Karl Otto, Éthique de la discussion, Mark Hunyadi (trad.), Paris, Éditions du Cerf, 1994.

12  Voir Latour Bruno, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, 2005.

13  Bidet Jacques, Théorie générale : théorie du droit, de l’économie et de la politique, Paris, PUF, « Actuel Marx confrontation », 1999.

14  Wagner Peter, Liberté et discipline : les deux crises de la modernité [« A Sociology of Modernity : Liberty and Discipline »], Paris, Métailié, 1997.

15  Pour plus de précisions, voir Chaignot delage Nicolas, « À propos de l’histoire de l’esclavage et de son interdiction : une dialectique de la pensée, du corps et du droit », in Champ psy, 2014/1, n° 65, p. 45-69.

16  Schiavone Aldo, L’Histoire brisée. La Rome antique et l’Occident moderne, Paris, Belin, « L’Antiquité au présent », 2003 (édition italienne de 1996, Rome-Bari, Laterza).

17  Voir Finley Moses I., Esclavage antique et idéologie moderne, Paris, Les Éditions de Minuit, « Le sens commun », 1981.

18  Cette révolution inédite dans l’histoire humaine consacre à elle seule une modernité politique essentielle. Elle est l’illustration historique de la dialectique hégélienne du maître et de l’esclave, avec le rôle central de la libération du travail asservi comme moteur de l’émancipation politique.

19  Un siècle sépare la première abolition de l’esclavage (Haïti) de la dernière (au Brésil).

20  Voir l’œuvre magistrale de Moulier-Boutang Yann, De l’esclavage au salariat : économie historique du salariat bridé, Paris, PUF, 1998.

21  Entendue non pas comme une situation donnée mais comme une problématique normative qui interroge la manière dont la question de l’autonomie collective se pose dans une société donnée à un moment donné de son histoire. Voir Wagner Peter, « The Problématique of Economic Modernity : Critical Theory, Political Philosophy and the Analysis of Capitalism », in The Economy as a Polity : The Political Constitution of Contemporary Capitalism, Joerges Christian, Stråth Bo, Wagner Peter (dir.), Londres, London UCL Press, 2005, p. 37-55.

22  SUpiot Alain, L’Esprit de Philadelphie. La justice sociale face au marché total, op. cit.

23  Wagner Peter, Liberté et discipline : les deux crises de la modernité, op. cit.

24  On peut ainsi reprendre la distinction donnée par Aristote entre « actes consentis » et « actes non consentis » dans Éthique à Nicomaque, Livre III, « Le consentement, la décision et la responsabilité ».

25  Une enquête ethnographique a été réalisée à partir d’une expérience personnelle de travail de gestionnaire des ressources humaines dans une entreprise du secteur marketing. Cette observation participante a été essentielle pour garder à l’esprit ce rapport au réel du travail tout au long de la recherche.

26  Voir notamment Durand Jean-Pierre, La Chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : du flux tendu à la servitude volontaire, Paris, Éditions du Seuil, 2004, réédition en 2012.

27  Ibid., p. 372.

28  De même qu’il existerait des « servitudes très volontaires ». Voir Dadoun Roger, « Des servitudes très volontaires, ou non », in Vers un discours de la nouvelle servitude volontaire – X-Alta, n° 5, de Henri Vaugrand, Roger Dadoun, Fabien Ollier, Paris, X-Alta, 2001, p. 19-30.

29  Directive 89/391/CEE du Conseil du 12 juin 1989 concernant la mise en œuvre de mesures visant à promouvoir l’amélioration de la sécurité et de la santé des travailleurs au travail.

30  Article 6 alinéas 1 et 2 que l’on retrouve aux articles L. 4121-1 et L. 4121-2 du Code du travail.

31  À noter qu’en matière de harcèlement moral, la jurisprudence protège contre le management pathogène, Cass, soc., 10 novembre 2009 (pourvoi n° 07-45.521).

32  Voir le célèbre arrêt SNECMA du 5 mars 2008 (Cass. soc., n° 06-45888).

33  Prots and Poverty : The Economics of Forced Labour, Report ILO, 2014, http://www.ilo.org/global/publications/ilo-bookstore/order-online/books/WCMS_243391/lang--fr/index.htm

34  Fritz Jean-Claude, « Les métamorphoses de l’esclavage, mutations et avatars contemporains », in Droit et cultures [En ligne], 70 | 2015-2, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 23 août 2016. URL : http://droitcultures.revues.org/3596

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.