Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

Travail et interdisciplinarité

p. 9-18


Texte intégral

1Les études réunies dans ce volume proviennent d’une journée d’études, coorganisée par Sophiapol et le réseau Gestes1, qui s’est tenue le 20 octobre 2016 et qui portait sur l’interdisciplinarité dans les recherches sur le travail. Dans la mesure où le terme « interdisciplinarité » peut-être entendu en des sens différents, il requiert quelques précisions préalables. Ce terme peut être entendu en un sens plus ou moins large. Au sens le plus large, on peut parler d’interdisciplinarité pour désigner les démarches qui mobilisent plusieurs disciplines. En un sens plus spécifique, la pluridisciplinarité, la transdisciplinarité et l’interdisciplinarité peuvent être distinguées. On parlera de recherche pluridisciplinaire lorsque différents chercheurs sont appelés à répondre à une question commune chacun à sa manière, selon la perspective de recherche propre à leur discipline. On parlera plutôt de recherche transdisciplinaire à propos d’une recherche qui, tout en se déployant à partir d’un point de vue disciplinaire particulier, s’étend au dehors des frontières de cette discipline pour mobiliser des principes, des concepts et des méthodes d’enquêtes qui appartiennent à d’autres disciplines. Enfin, on peut parler d’interdisciplinarité, au sens le plus étroit ou spécifique, pour désigner des recherches faisant intervenir conjointement plusieurs perspectives disciplinaires, dans un processus d’hybridation qui subvertit les partages disciplinaires. Dans le domaine de l’étude du travail, de même que dans d’autres domaines, les recherches peuvent se développer sous ces trois formes. Par exemple, le réseau Gestes a organisé des congrès pluridisciplinaires sur des questions comme « la santé au travail2 ». L’étude du travail a également donné lieu à l’élaboration de projets de recherche transdisciplinaires, comme la psychodynamique du travail : la psychopathologie du travail s’y est développée hors de ses frontières disciplinaires initiales en incorporant des concepts et des méthodes provenant de l’ergonomie, de la sociologie et de la psychanalyse. Enfin, l’étude du travail a également pu donner lieu à différentes recherches interdisciplinaires au sens étroit du terme, notamment dans le réseau Gestes, et c’est de ce type de recherche que relèvent les études réunies dans ce volume.

2Même s’il n’est pas douteux que les recherches pluridisciplinaires et transdisciplinaires sur le travail ont toute leur légitimé et même si elles ont fait la preuve de leur pouvoir heuristique, il n’est pas non plus douteux que les recherches interdisciplinaires au sens étroit du terme présentent elles aussi un intérêt, alors qu’elles se heurtent à des difficultés de différents ordres ainsi qu’à de fortes objections. Parmi les difficultés, mentionnons que la recherche en sciences humaines et sociales semble être engagée dans un mouvement de spécialisation toujours plus poussée qui conduit les chercheurs à se cantonner de manière toujours plus exclusive dans une sous-discipline particulière. Non seulement les frontières disciplinaires s’en trouvent renforcées, mais les capacités à mettre en dialogue une recherche particulière avec des enjeux plus généraux s’en trouvent amoindries. Ajoutons que pour les jeunes chercheurs en recherche de poste, et certains des contributeurs relèvent de cette catégorie, l’enjeu est de parvenir à s’intégrer dans un champ de recherche hautement spécialisé, c’est-à-dire d’obtenir la reconnaissance de leurs compétences selon les normes d’une sous-discipline particulière. Il leur est dès lors particulièrement difficile de s’engager dans des recherches interdisciplinaires. La pression de l’évaluation par les pairs à laquelle sont soumis les chercheurs constitue un autre obstacle. Les normes de l’évaluation sont toujours des normes disciplinaires ou sous-disciplinaires, de sorte qu’avoir réalisé une recherche interdisciplinaire peut s’avérer problématique. Le monde de la recherche semble donc structuré de telle sorte que les incitations aux recherches interdisciplinaires sont faibles, ou encore que les injonctions à l’interdisciplinarité sont paradoxales. De tout cela résulte ce qu’on pourrait appeler des obstacles motivationnels à l’interdisciplinarité. Mais l’organisation de l’enseignement et de la recherche produit d’autres obstacles encore qui ne manqueront pas de surgir si les obstacles motivationnels sont surmontés. Étant donné que tous ceux qui sont susceptibles de s’engager dans un projet interdisciplinaire ont été socialisés à la recherche dans une discipline particulière, leur confrontation aux approches propres à d’autres disciplines ne manquera pas de produire sur eux le sentiment que les langages théoriques des disciplines sont intraduisibles les uns dans les autres, que leurs méthodes d’enquête sont trop hétérogènes pour pouvoir être mobilisées conjointement, que leurs intérêts de connaissance sont tout simplement divergents. Aux obstacles motivationnels s’ajoutent donc des obstacles de type épistémologique. Les études réunies dans ce volume partent du principe qu’il est possible de surmonter ces difficultés et que les surmonter peut contribuer à enrichir la connaissance du travail. Elles s’opposent donc à la thèse suivant laquelle ces obstacles ne peuvent ni ne doivent être surmontés. Examinons brièvement les arguments qui peuvent être associés à cette thèse.

3Cette thèse peut tout d’abord s’appuyer sur ce qu’on pourrait appeler l’argument du métier, au sens où par exemple P. Bourdieu, J.-C. Chamboredon et J.-C. Passeron ont pu parler du « métier du sociologue ». L’argument consiste à souligner que le processus de socialisation dans la recherche est analogue à l’apprentissage d’un métier, tandis que l’activité de chercheur est analogue à l’exercice d’un métier. Toute activité de recherche serait donc fondée sur un ensemble de savoir-faire et de compétences constitutifs d’un métier déterminé dont il serait vain d’espérer pouvoir soudainement s’affranchir dans des recherches interdisciplinaires. En définitive, l’interdisciplinarité ne serait qu’une illusion. Les chercheurs croyant se livrer à une production de savoir interdisciplinaire continueraient à mobiliser les savoir-faire et compétences qui sont constitutives de leur métier. Ils continueraient à faire leur métier disciplinaire en croyant faire autre chose. À y regarder de plus près, cet argument se contente de souligner la difficulté à surmonter les obstacles qui surgissent dans une recherche interdisciplinaire. Celle-ci suppose en effet d’accepter de s’engager dans un processus de déshabituation des usages disciplinaires, d’apprentissage de nouvelles manières de penser, de parler et de faire, de co-construction de problématiques communes. Contentons-nous d’ajouter que ces obstacles apparaîtront d’autant plus insurmontables qu’ils seront considérés abstraitement, du point de vue d’une théorie du métier de chercheur, plutôt que concrètement, du point de vue des pratiques de l’interdisciplinarité. Les pratiques de l’interdisciplinarité procèdent rarement d’une simple décision théorique de combiner des disciplines différentes. Elles présupposent le plus souvent l’intérêt commun de chercheurs de différentes disciplines pour un même objet et une question particulière. Elles présupposent alors également de la part de chacun de ces chercheurs le sentiment que sa propre perspective disciplinaire ne suffit pas à répondre complètement à cette question commune, alors qu’une autre discipline pourrait apporter des éclairages complémentaires. Sur la base de cet intérêt et de ce sentiment communs, il devient possible de partir de problèmes à résoudre, et de réfléchir à la manière dont l’autre discipline les pose, au lieu de seulement partir de sa propre manière de poser les problèmes. Et si l’on part des problèmes, il devient également possible de construire des manières de construire des solutions, au lieu d’envisager directement la réponse aux questions du point de vue de sa propre perspective disciplinaire.

4Le deuxième argument contre l’interdisciplinarité ne met pas en doute sa possibilité mais sa légitimité. Pour qu’une recherche soit rigoureuse, il faudrait nécessairement qu’elle s’insère dans un cadre disciplinaire particulier pour deux raisons principales. D’une part, du fait que chaque discipline donnerait un sens spécifique à ces concepts, sens qui dépend des types de méthodes d’enquête qui leur confère leur potentiel heuristique ; d’autre part, parce que chaque discipline construirait son objet à sa manière en fonction d’un ensemble d’hypothèses et de concepts théoriques, de même qu’en fonction de méthode d’enquêtes spécifiques. Il en résulterait que chercher à combiner des hypothèses, des concepts et des méthodes d’enquêtes dotées d’ancrages disciplinaires différents serait se condamner à produire un pseudo-savoir tissé de confusions. De même, croire que différentes disciplines pourraient communiquer par un même objet susceptible d’appeler des éclairages complémentaires reviendrait à ignorer que tout objet est construit théoriquement. Ces arguments épistémologiques, de type bachelardien, supposent que les partages disciplinaires des sciences humaines et sociales sont analogues à ceux des sciences de la nature. Or, contrairement aux sciences de la nature, il n’existe pas d’accord, au sens des sciences humaines et sociales, sur les cadres théoriques de référence et les méthodes d’enquête légitimes. Chaque discipline est traversée par des conflits de paradigmes, de sorte qu’il peut exister parfois plus de proximité entre les tenants d’un même paradigme au sein de deux disciplines distinctes (par exemple entre un microéconomiste et un sociologue de l’acteur rationnel) qu’entre les tenants de deux paradigmes rivaux au sein d’une même discipline (par exemple entre un ethnométhodologue et un anthropologue structuraliste). Si au sein de disciplines distinctes, deux chercheurs coulent leurs recherches dans le moule d’un même paradigme, ils disposent bel et bien d’un cadre théorique de référence commun pour co-construire l’objet de leur recherche interdisciplinaire, de même que d’un vocabulaire théorique commun. Ces arguments bachelardiens font également comme si les sciences humaines et sociales n’avaient pas vu se développer en leur sein des programmes de recherche interdisciplinaires, comme par exemple l’ethnopsychiatrie de Devereux qui se revendique d’une « épistémologie complémentariste ». Si au sein de deux disciplines différentes, deux chercheurs partagent les hypothèses théoriques de tels programmes de recherche interdisciplinaires, par exemple une psychanalyste et un anthropologue, de nouveau, l’idée d’une incommensurabilité théorique des disciplines perd son sens.

5Nous avons déjà indiqué que ce volume a pour objectif d’illustrer le fait que l’interdisciplinarité est possible et utile dans l’étude du travail. Nous venons d’expliquer pourquoi les arguments généraux susceptibles d’être opposés à cette conviction nous semblent d’un faible poids. Ajoutons que la question de l’interdisciplinarité nous semble se poser d’une manière particulière dans les recherches sur le travail, notamment parce que le travail est un objet qui plus facilement que d’autres peut permettre de surmonter les obstacles motivationnels et épistémologiques que nous avons évoqués.

6Commençons par rappeler à ce propos que le travail fait l’objet de nombreuses études sous-disciplinaires : sociologie du travail, psychologie du travail, médecine du travail, psychopathologie du travail, droit du travail, économie du travail, histoire du travail, etc. Il n’est sans doute pas indifférent que ces sous-disciplines soient souvent dévalorisées par rapport à d’autres sous-disciplines jugées plus nobles. Cette dévalorisation relative, au sein de chaque discipline, dont on peut penser qu’elle exprime une dévalorisation sociale plus générale des activités de travail par rapport à des activités plus reconnues ou distinguées, comme notamment les activités artistiques, s’illustre tout particulièrement dans le cas de la psychologie du travail et de la médecine du travail. Mais elle vaut également dans d’autres disciplines, et peut-être dans toutes. Il est possible que cette dévalorisation relative pousse ceux qui s’intéressent au travail à chercher des alliés dans d’autres disciplines plutôt que dans sa discipline propre. Il est également probable que la spécialisation dans une sous-discipline relativement dévalorisée s’explique par un intérêt spécifique pour l’objet « travail ». On peut en effet constater que la plupart de ceux qui se sont spécialisés dans l’étude du travail sont convaincus que le travail constitue une question majeure, injustement sous-estimée. Cette conviction ne définit pas seulement un intérêt de connaissance commun sur lequel peuvent se fonder des collaborations interdisciplinaires. Elle favorise également une motivation pour l’étude des différents aspects de l’importance du travail, telle qu’elle peut être établie selon différentes perspectives disciplinaires. On verra à la lecture des contributions de ce volume comment les chercheurs peuvent ainsi prendre conscience de l’intérêt d’une combinaison de différentes échelles d’analyse et d’éclairage disciplinaires. Ces contributions montrent que l’interdisciplinarité est souvent motivée par la volonté de mieux rendre compte de la complexité des relations sociales de travail mais aussi, et plus spécifiquement, de rendre compte des différentes dimensions de l’expérience du travail : l’expérience de la pénibilité (ou du plaisir) physique, psychique ou moral au travail ; l’expérience du travail prise dans une multiplicité de contraintes et marges de manœuvre in situ, ainsi que dans un cadre légal, mais aussi orientée par des projets éthiques ou politiques.

7Un autre facteur favorisant la recherche interdisciplinaire concerne la structuration spécifique du champ de l’étude du travail. En plus des sous-disciplines du travail qui ont été évoquées, le travail est également pris pour objet par des disciplines qui ont été fondées sur des hybridations disciplinaires, comme l’ergonomie qui, en tant qu’étude du comportement des humains au travail, se caractérise par des emprunts disciplinaires variés, à la physiologie, à la médecine, à la psychologie, aux sciences de l’ingénieur, et à d’autres encore. Nous avons également mentionné l’existence de programmes de recherche transdisciplinaires comme la psychodynamique du travail, et l’on peut ajouter l’ergologie qui constitue un développement original de l’ergonomie, par incorporation notamment de concepts et de thèses philosophiques. Muriel Prévot-Carpentier et Leïla Boudra montrent ainsi dans leur contribution comment l’analyse ergologique se répercute sur les ancrages disciplinaires des intervenants dans le champ du travail. Le travail réel et les enjeux inhérents aux situations tendent à déplacer les frontières disciplinaires. Dans le contexte francophone tout particulièrement, l’étude du travail n’est pas seulement subdivisée selon des partages disciplinaires mais aussi par des disciplines ou des programmes de recherche transdisciplinaire ou interdisciplinaires. Les sous-disciplines du travail n’ont donc pas seulement la possibilité de dialoguer les unes avec les autres, mais aussi avec ces disciplines ou programmes de recherche transdisciplinaires ou interdisciplinaires qui subvertissent les partages disciplinaires et qui modifient les conditions de la recherche interdisciplinaire.

8Un dernier facteur favorisant la recherche interdisciplinaire concerne l’articulation de la production de connaissance et de l’action. Les sciences du travail sont en effet souvent sollicitées pour analyser ce qui aujourd’hui est problématique dans l’organisation du travail en général, ou bien dans telle ou telle entreprise ou institution. L’analyse de problèmes sociaux ou psychologiques liés au travail a alors pour fonction de contribuer à des transformations qui permettraient de résoudre les problèmes. Or, dès que la connaissance est ainsi dotée d’une fonction non plus seulement théorique mais aussi pratique, la multiplicité des facteurs à prendre en considération pousse à combiner des perspectives disciplinaires. Plusieurs des études de ce volume posent dans cette perspective la question de la contribution de connaissance du travail à sa transformation, ou celle des formes de l’intervention destinée à améliorer le travail. S’intéressant aux mécanismes plurifactoriels de formation des violences en milieu professionnel, Marc Favaro et Jacques Marc montrent l’imbrication de la psychologie et de l’action organisée, de la subjectivité et des contraintes, et l’association de registres d’action (techniques, organisationnels, décisionnels, sociaux, etc.) fortement interdépendants. Dans ce contexte, « les professionnels tendent à s’emparer des questions de prévention qui les préoccupent de façon intégrative plutôt que selon des modalités d’analyses qui seraient peu ou prou calquées sur des logiques disciplinaires ». L’interdisciplinarité a donc pour avantage d’offrir un cadre d’analyse plus large pour la compréhension des acteurs et de leurs activités. C’est aussi dans cet objectif de transformation du travail, et plus précisément pour penser la collaboration autour d’un objet de parties prenantes provenant de différentes disciplines qu’Anne Jacquelin analyse et compare deux organisations œuvrant dans le domaine de la vulgarisation scientifique. L’interdisciplinarité permet également de mieux mesurer la divergence des intérêts et des positions d’acteurs. Tout cela est utile pour déterminer s’il est possible, et comment, de trouver des compromis autour de transformations souhaitables.

9Nous avons avancé plus haut que la possibilité et la légitimité de l’interdisciplinarité apparaissaient sous des jours différents suivant qu’elles étaient considérées de manière abstraite ou concrète. Les études réunies ici le confirmeront tout en montrant qu’il convient de distinguer entre des situations très différentes. On constatera notamment que les problèmes rencontrés ne sont pas les mêmes si les chercheurs partent d’un programme de recherche transdisciplinaire ou d’un paradigme propre à une sous-discipline particulière. On constatera également que les difficultés sont différentes si l’on combine les approches de différentes disciplines dotées de méthodes d’enquête empiriques, de sorte que la co-construction de la connaissance peut se faire à partir d’un terrain, ou au contraire qu’on mobilise une discipline sans terrain comme la philosophie. Dans le premier cas, les coûts et les avantages de l’interdisciplinarité s’évaluent au fur et à mesure de l’investigation empirique, comme l’illustre la contribution de Florent Schepens autour de la socio-anthropologie. Dans le second cas, l’interdisciplinarité se construit selon les objectifs de l’argumentation, et peut se fonder sur une « éthique de la discussion » entre les disciplines, comme le présente Nicolas Chaignot Delage, à propos d’une étude sur la servitude volontaire dans le capitalisme moderne, qui fait dialoguer le droit, la psychodynamique du travail, la sociologie et la philosophie. Bien sûr, entre « le terrain » et « les concepts », il existe tout un continuum, exploré notamment dans la contribution de Nial Tekin, qui, à partir d’une étude de terrain dans une usine de construction automobile en Turquie, rejoint la démarche critique de l’école de Francfort et de la philosophie sociale autour du concept d’aliénation. On constatera enfin que les obstacles sont différents suivant que les chercheurs s’inscrivent dans des disciplines plus ou moins homogènes et autarciques, et qu’ils sont plus ou moins soumis à la pression de l’évaluation selon des critères disciplinaires.

10Aborder les problèmes de la recherche interdisciplinaire sur le travail de cette manière concrète, à partir des problèmes rencontrés et des tentatives de les résoudre, cela revient à s’interroger sur le type de travail spécifique qui est effectué dans la recherche interdisciplinaire sur le travail. Ce volume est également fondé sur cette conviction qui transforme le travail en méthode d’analyse : on gagne à étudier la recherche interdisciplinaire, sur le travail ou sur un autre objet, en termes de travail. On a déjà mentionné que c’est par référence au lexique du travail, en l’occurrence au métier, que l’on critique parfois les projets interdisciplinaires. On présuppose alors qu’exercer son métier signifie toujours l’exercer ou bien de manière solitaire, ou bien dans un collectif de travail composé de pairs exerçant le même métier, en l’occurrence avec des chercheurs d’une même discipline. Mais les sciences du travail savent qu’un collectif de travail peut être composé de professionnels exerçant différents métiers. L’analyse de cette pluriprofessionnalité est d’ailleurs riche d’enseignements sur ce que les formations professionnelles et disciplinaires font au quotidien de travail et à la recherche de consensus, comme le souligne Blandine Barlet à propos de la prévention des risques psycho-sociaux dans les services de médecine du travail. De plus, dans les métiers correspondant aux emplois de service, on ne travaille pas seulement avec des professionnels mais aussi avec des non professionnels bénéficiaires du service. L’hôpital fournit l’illustration classique de ces évidences.

11Par quelles négociations s’effectuent les interactions entre professionnels de différents métiers au sein d’un même collectif de travail ? Comment les normes professionnelles de l’activité peuvent-elles entrer en conflit avec les normes que les bénéficiaires d’un service associent à cette activité et comment les professionnels cherchent-ils à résoudre ces conflits ? Ces questions classiques de la sociologie du travail peuvent également être posées dans le cadre de l’analyse des difficultés rencontrées au cours des recherches interdisciplinaires. Le propre des études interdisciplinaires est qu’elles modifient les habitudes de travail de ceux qui s’y engagent, d’une part parce qu’elles modifient les collectifs de travail dans lesquels se développent l’activité de recherche, d’autre part, parce qu’elles introduisent de nouveaux problèmes à résoudre qui exige la mobilisation de nouvelles manières de résoudre les problèmes. Marie Ghis Malfilatre montre ainsi comment, au cours des années 1970, les dangers du travail nucléaire sont devenus publics, grâce à une dynamique d’enquête qui a été capable de dépasser, provisoirement, les cloisonnements disciplinaires, professionnels et politiques. Si l’on veut donc poser concrètement les difficultés et les spécificités des recherches interdisciplinaires, on a tout intérêt à les analyser en termes de travail parce que c’est la meilleure manière d’analyser ces transformations. Inversement, analyser les recherches interdisciplinaires en termes de travail permet de mieux analyser le travail des chercheurs. On verra à la lecture des contributions à ce volume que l’interdisciplinarité conduit à modifier la vision que les chercheurs avaient de leur travail tel qu’il s’exerçait dans leur cadre disciplinaire de référence. Ceci est particulièrement visible dans l’étude réflexive de Constance Perrin-Joly et Valérie Ganem sur un projet de recherche interdisciplinaire mêlant sociologie, psychodynamique du travail, droit et sciences de gestion. Des difficultés concrètes (quelle place laisser à la parole profane, par exemple) expriment en fait des conflits plus fondamentaux entre registres de justification inscrits dans les identités professionnelles des chercheurs ; on constatera cependant que la recherche de compromis reste possible et qu’elle peut s’avérer un moteur pour l’innovation scientifique. Analyser ce mouvement, au cours duquel les acteurs accèdent à une nouvelle compréhension de leur travail, permet également, du point de vue de l’observateur, de mieux comprendre la spécificité des types de problèmes, des types de relations sociales et des cadres institutionnels qui sont propres au travail des chercheurs.

Notes de bas de page

1  http://gestes.cnrs.fr/journee-detude-le-travail-comme-objet-interdisciplinaire- 20-octobre-2016-universite-paris-nanterre/

2  Ibid, « Le travail et la santé au travail : perspectives pluridisciplinaires et internationales ».

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.