Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Esthétique du livre

 | 
Alain Milon
, 
Marc Perelman

Quatrième partie. Le livre illustré dans l’histoire

Frontispices des « secrétaires » anglais du xviiie siècle : quels modèles ?

Alain Kerhervé

Texte intégral

  • 1 The Complete Letter-Writer, publié par S. Crowder et H. Woodgate en 1755, connaît au moins trente- (...)
  • 2 Pour cette définition, voir Haroche-Bouzinac Geneviève, L’Épistolaire, Paris, Hachette, 1995, p. 5 (...)
  • 3 Voir la liste en annexe.
  • 4 On note l’épaisseur exceptionnelle de l’ouvrage de Hogg Henry, The New and Complete Universal Lett (...)
  • 5 Sur ce point, voir Elbert N. S., Thompson, Literary Bypaths of the Renaissance, Freeport, Books fo (...)
  • 6 The Lady’s Polite Secretary, or New Female Letter Writer Containing an elegant Variety of Interest (...)

1Les « secrétaires » font l’objet d’une véritable ferveur au xviiie siècle en Angleterre : on compte plus de quarante manuels différents publiés au cours du siècle, dont certains connaissent de nombreuses éditions1. Ce sont de « petits ouvrages […] conçus comme des aides à la rédaction des lettres2 ». Leur largeur, parfois inférieure à 8 cm, n’excède jamais 10,5 cm, pour une hauteur3 comprise entre 12 et 18 cm. La plupart contiennent entre 100 et 150 modèles de missives extraites de correspondances fictives ou réelles, fréquemment précédées d’une dizaine de pages de conseils théoriques et souvent suivies de suggestions relatives à la rédaction de divers documents administratifs, de poèmes ou de chansons4. Héritiers des traités de rhétorique classiques et des formulaires médiévaux d’apprentissage de différentes formes écrites5, ces ouvrage visent à proposer des modèles de lettres à leurs lecteurs. Il suffit d’ailleurs d’en consulter les titres pour s’en convaincre : deux d’entre eux contiennent le mot « modèles », bon nombre d’autres « exemples6 ». Assez souvent, en face de la page de titre, figure un frontispice que l’on découvre, lui aussi, dès l’ouverture du manuel. Dix-huit titres et vingt frontispices – certains ouvrages connaissant des rééditions avec une illustration différente – ont servi de base à la présente étude. On peut s’interroger sur la portée de ce type d’illustration : le frontispice est-il adapté au caractère exemplaire du manuel dans lequel il figure ? Pour répondre à cette question, on pourra tout d’abord examiner les modèles artistiques qui inspirent les auteurs des frontispices. On pourra ensuite chercher à comprendre de quels éléments se compose le frontispice type. On cherchera enfin à établir des liens entre le frontispice et le contenu du manuel qu’il illustre.

2Pour chercher à distinguer les modèles artistiques dont s’inspirent les frontispices, on examinera tout d’abord les modèles picturaux de l’époque, puis on verra comment les graveurs s’inspirent de frontispices déjà existants pour les modifier à leur gré.

3Dans un premier temps, si l’on se penche sur les modèles artistiques qui inspirent les auteurs des frontispices, chronologiquement, on constate que les premiers secrétaires du siècle ne représentent ni lettres ni personnes s’affairant à l’acte d’écriture, alors que c’est presque toujours le cas par la suite. Héritier du siècle précédent, l’ouvrage intitulé Epistolae Ho-Aelianae, qui connaît sa septième parution en 1705, puis est réédité en 1713 et 1737, propose un frontispice tout-à-fait original pour le xviiie siècle : organisé en trois colonnes, il présente dix vignettes qui encadrent le titre de l’ouvrage : cinq portraits dont, probablement, celui de l’auteur dans la partie inférieure, quatre saynètes et une figure allégorique, vraisemblablement celle d’un Hermès, messager des dieux.

  • 7 85 portraits conservés à la National Portrait Gallery, dont ceux de Defoe, Cromwell et de plusieur (...)
  • 8 Pourtant, c’est un type fréquent de frontispice pour les romans du xviie siècle au milieu du xviii(...)

4On note le peu d’importance attachée au réalisme des images et portraits : l’éditeur procède en 1737 à une nouvelle distribution de la page, changeant la place des vignettes, sans pour autant changer celle des noms propres ni celle des légendes. Pour leur part, les frontispices des deux tomes des Familiar Letters of Love, Gallantry and Several Other Occasions (1718) sont des portraits, qui portent les références de leurs auteurs et graveurs : initialement peints par Sir Geoffroy Kneller, les deux portraits sont gravés par Michael van der Gucht7. D’origine allemande, mais installé en Angleterre depuis les années 1670, Kneller domine le début du siècle en tant que peintre officiel de la reine Anne, puis de Georges Ier qui l’élève au titre de baron. Avec lui, les frontispices s’inscrivent dans la grande tradition du portrait qui connaît ses heures de gloire en Angleterre au xviiie siècle. Mais, là aussi, ce type de frontispice fait figure d’exception parmi les manuels épistolaires de l’époque8.

  • 9 Deidre Dawson fait un bilan de la présence des lettres dans l’art pictural des xviie et xviiie siè (...)

5Une deuxième catégorie de frontispices montre des personnages attablés en train de rédiger des missives. Peut-être peut-on y déceler l’influence de la peinture européenne des xviie et xviiie siècles. En effet, à partir de la seconde moitié du xviie siècle, apparaissent les premiers tableaux représentant des hommes ou femmes occupés à écrire ou à lire des lettres. On pense par exemple à The Letter Writer Surprised (1660) de Gabriel Metsu, à The Letter (1660) de Borch ou à plusieurs chefs-d’œuvre de Vermeer9. On constate que, dans tous ces exemples, ce sont des femmes qui sont représentées comme destinataires ou rédactrices de lettres. Il en est de même pour les deux frontispices qui présentent un personnage unique : ce sont ceux de The Ladies Complete Letter Writer (1763) et The Lady’s Polite Secretary (1775). Les gravures qui présentent des hommes, comme dans An Useful and Entertaining Collection of Letters (1745), The British Letter Writer (1765) ou The Universal Letter-Writer (1795) les montrent en compagnie d’un serviteur ou de leur épouse, alors que les frontispices du début du siècle mettent essentiellement en scène des hommes.

  • 10 Sambrook James, The Eighteenth Century, London, Longman, 1993, p. 170-172 et Cervantès Xavier, L’A (...)

6La plupart des autres frontispices relèvent davantage de la « conversation piece », type de tableau représentant un groupe de personnes engagées dans quelque activité quotidienne, qui connaît une vogue sans précédent dans la seconde moitié du xviiie siècle en Angleterre. Aux côtés de William Hogarth (1697-1764), Arthur Devis (1711-1787), Joseph Highmore (1692-1780) et Francis Hayman (1708-1776) comprirent rapidement que l’essor de la gravure et de ses progrès techniques permettaient de diffuser l’art bien au-delà des seuls amateurs fortunés, notamment dans les livres. Hogarth inonda le marché de l’art de ses gravures peu coûteuses, Highmore triompha en illustrant Pamela de Richardson, Hayman comme graveur de scènes pour les œuvres de Shakespeare, Milton, Pope et bien d’autres10. Les secrétaires s’inscrivent dans cette tradition. L’exemple le plus typique est probablement The Familiar Letter-Writer de Brown (1779).

  • 11 « La page de titre illustrée, remplie d’allusions iconologiques, pompeux portail conduisant au roy (...)

7Y sont représentées quatre personnes, deux hommes, une femme et une jeune fille. L’intérieur est cossu, si l’on en juge par l’élégante bibliothèque de l’arrière-plan, le dossier de la chaise de la femme ou l’imposante tenture du côté gauche. De plus, les tenues vestimentaires sont, elles aussi, élégantes et l’on comprend aisément que l’on a affaire à la représentation d’une famille noble dont deux membres sont attablés et écrivent, tandis que la jeune fille, au premier plan, se voit présenter un ouvrage – probablement celui qui est illustré par le frontispice. Dans ce milieu noble, deux notions sont mises en valeur : celle de culture – suggérée par les livres qui s’alignent sur les étagères de la bibliothèque, s’entassent sur la table et jonchent le sol – et celle d’éducation : l’homme au premier plan figure quelque précepteur qui enseigne peut-être l’art d’écrire des lettres à la jeune fille. On retrouve ce type de représentations à la fin du siècle dans The Royal Letter Writer et The Familiar Letter Writer (1788) de Newbery. Ces scènes d’intérieur sont parfois complétées par des figures allégoriques (assez rares chez Hogarth) qui semblent établir un lien entre la peinture anglaise et la peinture italienne de l’époque, à l’image des frontispices de The Court Letter-Writer (1773) ou The New Letter Writer (1775) dont l’illustration initiale est reprise dans The Universal Letter Writer (1788). C’est donc sans surprise que les frontispices suivent la mode picturale du siècle, où triomphe, comme on peut le voir sur bon nombre d’entre eux, le style baroque11.

8Dès lors que sont établis un certain nombre de modèles externes, dont s’inspirent les graveurs pour composer leurs illustrations, on peut essayer d’expliquer des choix spécifiques des éditeurs, qui débouchent sur des modèles internes au genre du frontispice de secrétaire.

  • 12 The New English Letter-Writer, 1771, p. II.
  • 13 Robert Dodd (1748-1815) fut un peintre et graveur anglais. Il exposa ses œuvres à la Society of Ar (...)
  • 14 Il illustre les sept tomes d’un autre ouvrage épistolaire, The Letters Writ by a Turkish Spy, dans (...)

9Il est difficile de connaître les auteurs de la plupart des frontispices étudiés, qui ne sont que rarement signés, encore plus rarement identifiés par l’éditeur dans la préface, comme c’est le cas pour The English Letter-Writer (1779), attribué à George Brown, dont l’imprimeur termine la préface ainsi : « Be careful to observe that every copy has an original frontispiece executed by Dodd and Page12. » Il s’agit de deux artistes à la mode, le premier spécialisé dans l’art naval, le second dans la gravure13. A priori, nulle autre raison que celle de leur célébrité ne peut expliquer leur implication dans l’illustration d’un manuel épistolaire. Le frontispice de The Lady’s Polite Secretary est attribué à Isaac Taylor (1730-1807), graveur qui acquit une notoriété certaine dans la seconde moitié du siècle pour ses illustrations d’ouvrages. Pourtant, aucun de ces techniciens ne semble s’être fait du frontispice de secrétaire une spécialité au point de Frederick Van Hove à la fin du xviie siècle. Ce dernier crée alors plusieurs frontispices pour Epistolae Ho-Elianae (1688, 1705) et Wits Cabinet (1684, 1685) qui sont reprises dans les éditions du xviiie siècle14.

  • 15 Sur 160 des ouvrages consultés sur le site ECCO (Eighteenth Century Ressources online), un tiers c (...)

10On peut ajouter que la présence d’un frontispice au début d’un ouvrage constitue souvent un choix de l’éditeur pour la plupart des ouvrages publiés et non seulement pour les secrétaires. Il s’agissait de combiner message commercial et valeurs esthétiques, les deux s’enrichissant mutuellement. C’est le cas pour Alex Hogg, l’imprimeur londonien du 16 Paternoster Row, à qui l’on doit plusieurs éditions de secrétaires et qui fait ce type de choix illustratif pour bon nombre des autres ouvrages qu’il publie à l’époque, qu’il s’agisse de livres d’histoire, de géographie ou d’œuvres littéraires (Bunyan, Cervantès par exemple)15. Ainsi, on devine la parenté du style des auteurs de certains des frontispices de manuels avec ceux d’autres ouvrages qu’il publie : The New, Comprehensive, Impartial and Complete History of England from the Very Earliest Period of Authentic Information (1791) ou The New and Impartial Universal History of North and South America, and of the Present Trans-Atlantic War (1782) par exemple. John Cooke, pour sa part, publie plusieurs manuels épistolaires : on lui doit The British Letter-Writer, Every Man His Own Letter-Writer de James Wallace et Charles Townshend, mais aussi The Universal Letter-Writer, compile par Thomas Cooke, qui connaît plusieurs éditions en Angleterre mais aussi en Amérique. Tous ces ouvrages comportent des frontispices de même style, bien que les images en soient différentes. Ainsi, graveurs comme éditeurs font-ils parfois le choix de présenter des frontispices dans leurs ouvrages et s’inscrivent-ils dans cette tradition de frontispices de secrétaires qui suppose aussi des influences entre diverses illustrations d’un même genre.

11On constate que les frontispices eux-mêmes servent de modèles à d’autres frontispices, ou du moins qu’ils subissent des modifications. Trois exemples permettent d’illustrer trois types d’évolution du modèle.

12On comprend assez bien tout d’abord qu’il faille remettre un modèle au goût du jour, de manière à respecter le cadre de vie de l’époque. Ainsi, quand on compare les frontispices de The Young Secretary’s Guide publié par Hill en 1719 puis en 1724, on ne peut que constater l’évolution historique.

  • 16 Sayer, dont la caricature « A Hint to the Ladies to Take Care of their Heads » met en scène la duc (...)

13En fait, l’édition de 1719 reprend à l’identique une gravure initialement publiée en 1687. En 1724, la mise au goût du jour concerne tout d’abord l’architecture, intérieure comme extérieure. Dans la partie supérieure droite des deux images, on devine l’évolution du bâtiment à travers l’apparition d’un rebord de toit ou la taille de la cheminée. Dans la partie supérieure gauche apparaît, en 1724, un long bâtiment de style géorgien, là où l’on ne pouvait pas voir grand-chose en 1687. Dans la partie inférieure, on a une vision assez nette de l’évolution de l’intérieur d’une demeure cossue au début du xviiie siècle : les fenêtres s’agrandissent pour laisser entrer la lumière, les murs se parent de décorations comme des colonnes doriques, la bibliothèque n’occupe plus une simple étagère, mais se compose de plusieurs rayons, au sol pavé fait place un plancher. Les personnages de la partie inférieure de l’image changent eux aussi. La mode vestimentaire évolue, le frontispice en tient compte : la robe de la femme prend du tour, à mesure que s’ajoutent les vertugadins au xviiie siècle ; ses cheveux, comme ceux des deux hommes sur la gauche et ceux de l’enfant au centre, sont bien plus volumineux, et font penser aux variations des coiffures dont Montesquieu, par les mots, et Sayer16, par le dessin, font la caricature en France et en Angleterre à l’époque. Pourtant, l’objectif n’est pas ici le même. Tout au plus s’agit-il de suivre, en parallèle de la mode vestimentaire, quelque tendance artistique : la représentation se veut plus dynamique, à l’image de l’homme central dont les jambes écartées et le buste légèrement penché suggèrent le mouvement, tout comme l’éventail ouvert qu’agite son épouse et plus nettement encore l’agitation du chien au premier plan, alors qu’il était immobile sur la gravure précédente, ce qui n’est pas sans rappeler l’opposition, dans l’œuvre d’Hogarth, entre les chiens statiques de certains portraits (et la gravure de 1687 tient davantage de cette tradition) et ceux, plus mobiles, de certaines scènes d’action (dont s’inspire peut-être celle de 1724). L’histoire de l’architecture, comme celle de la mode vestimentaire ou celle de l’art, commandent donc l’évolution du modèle.

14À l’évolution historique s’ajoute une dimension géographique, suggérée par le globe qui figure dans le coin inférieur gauche de deux frontispices publiés à trois ans d’intervalle par Cooke, le premier en 1791, dans une édition américaine de The Universal Letter-Writer, le second en 1794, dans une édition britannique. On perçoit peu de différences entre les deux, à première vue.

  • 17 En 1795, Brookes publia une nouvelle carte de l’Amérique du nord, après des années de travail. La (...)

15Dans le détail, toutefois, il paraît évident qu’une des deux gravures a servi de modèle à l’autre, avec quelques modifications. La luminosité est supérieure en 1794, elle permet un jeu d’ombres plus subtil, qui repose sur un contraste plus grand : on discerne mieux, par exemple, les traits du serviteur ou l’ombre portée de l’épistolier sur le paravent. En 1794, le souci du détail semble plus grand, qu’il s’agisse des pieds de l’homme assis ou du ciel dessiné à l’arrière-plan, où moins de place est accordée à la végétation derrière la fenêtre. Les couleurs sont plus nuancées (le blanc écrase moins les détails). Cela permet aussi de voir que les tenues vestimentaires ne sont pas les mêmes : l’Américain porte une cravate, l’Anglais un foulard, leurs deux couvre-chefs aussi diffèrent. En fait, ils n’ont ni le même âge, ni le même embonpoint. Pourtant, il s’agit probablement du même graveur, comme le laissent penser deux éléments qui occupent une position centrale : la partie supérieure du paravent représente une ombre en forme d’Angleterre, dans un cas, en forme d’Amérique du Nord17, dans l’autre, comme si le graveur renvoyait à l’autre de ses dessins. Pour ramener cela à la relation épistolaire, on pourrait aller jusqu’à imaginer une correspondance ici suggérée entre un père et un fils séparés par l’océan atlantique. Le décalage entre les deux serait donc d’ordre principalement géographique.

16Enfin, l’évolution des idées et mentalités est parfaitement illustrée par les frontispices publiés en 1782 dans Everyman His Own Letter-Writer et en 1800 dans The Universal Letter-Writer de Hogg.

17Cette fois-ci, la différence entre les deux illustrations saute aux yeux : sur la gauche de l’image, le globe terrestre qui occupait le premier plan est remplacé par une figure féminine, assise devant une table où elle est occupée à écrire. Le modèle a donc subi une altération. Celle-ci s’inscrit assez bien dans l’ensemble d’un point de vue formel : la table reprend la structure perpendiculaire de la partie droite de l’image, son pied s’ajoute aux lignes verticales dessinées par les rayons de la bibliothèque, les colonnes du temple ou le corps du personnage central. Pourtant, d’un point de vue narratif, elle rompt le lien des regards des deux personnages initiaux, est posée au-delà de l’ellipse refermée par l’ange et le monstre qui contenait la trame narrative et on comprend assez mal pourquoi seul le jeune homme pourrait être couronné de lauriers et tendre vers le doigt levé de l’excellence. Il s’agit, dans l’intention de l’éditeur, d’accorder une place aux deux sexes : dans les deux cas, une légende, placée sous l’illustration, décrit le frontispice. En 1782, on trouve bien un « jeune homme » qui se voit félicité et couronné de lauriers pour l’excellence de ses lettres : « Minerva congratulating a Youth for Having by Study acquired the Knowledge of Writing Letters on the various Occurrences of Life and for which Genius crowns him with a wreath of Laurel While Ignorance, ashamed of being seen lies crouching at his Feet. » En 1800, des jeunes gens des deux sexes sont concernés par les recommandations et tous deux peuvent atteindre l’excellence : « Minerva Recommending Youth of Both Sexes to acquire a Knowledge of Writing Letters on the various Occurrences of Life, while Genius attends with a Crown of Laurel and Ignorance ashamed of being seen is trodden under foot. » On note l’emploi intransitif du verbe « attend », qui, contrairement à l’image, laisse suggérer que la jeune femme puisse, elle aussi, être couronnée de lauriers. L’image initiale, comme sa légende, visait sans doute, en 1800, à afficher une prise en compte de la place de la femme, peu après la publication des Vindications of the Rights of Women (1792) de Mary Wollstonecraft.

18S’ils s’inscrivent dans un courant pictural en général assez reconnaissable, les frontispices de secrétaires évoluent donc, sous la houlette des éditeurs et graveurs, en fonction de l’époque, s’adaptant à la mode, à la géographie ou à l’histoire des idées.

***

19On peut maintenant s’interroger sur la nature des modèles proposés, c’est-à-dire essayer de discerner un certain nombre d’éléments constitutifs du frontispice de secrétaire au xviiie siècle, de manière à voir à qui s’adresse, sinon le secrétaire, du moins son frontispice. On s’attachera tout d’abord au cadre de rédaction ; on examinera ensuite la dimension symbolique et allégorique des scènes présentées.

20L’écriture épistolaire est tout d’abord associée, dans la plupart des cas, à des scènes d’intérieur. Le frontispice met en scène l’acte d’écriture dans un cadre souvent précis.

21Dans quatorze frontispices figure au minimum une table, tantôt ronde, tantôt rectangulaire, tantôt très sobre, tantôt élégamment sculptée, le plus souvent découverte, à l’occasion recouverte d’une nappe. Logiquement, sur la table figurent les encrier, plume et papier nécessaires à l’écriture, mais aussi parfois des livres, peut-être pour établir le lien avec le secrétaire, qui présente des modèles de lettres dont on s’inspire et qui doit se trouver sur la table au moment où l’on écrit. Même si les chaises sont le plus souvent masquées par les personnes qui s’y trouvent assises, on constate qu’elles ont, pour la plupart, de hauts dossiers, susceptibles d’apporter quelque confort à l’épistolier. En dépit de la variété des types de mobilier, une certaine sobriété (exception faite du Lady’s Polite Secretary) se dégage de ces supports d’écriture qui représentent les conditions techniques minimales de la rédaction de lettres.

22À quelques exceptions près (Lady’s Polite Secretary et British Letter Writer), le graveur accorde une place plus importante au cadre de rédaction. La pièce comporte très souvent une bibliothèque, sans doute parce qu’il n’était pas rare de rédiger des missives dans cette partie de la maison réservée aux activités littéraires, mais aussi peut-être pour rappeler que le frontispice est celui d’un ouvrage qu’on est susceptible de garder sur les étagères du lieu d’écriture. On comprend ainsi que la porte de la bibliothèque soit ouverte dans le Familiar Letter Writer de Brown, par exemple, comme si l’on venait d’en sortir l’ouvrage qui est posé sur la table, près des deux épistoliers, et celui tenu par le personnage qui fait figure de précepteur, au premier plan. L’écriture est ainsi placée dans un contexte plus largement littéraire. L’intérieur se pare d’autres éléments de mobilier : des mappemondes, des tableaux accrochés aux murs, un vase antique. Ils confortent l’idée de manuels destinés à une classe dominante, habituée à vivre dans un cadre cossu. Les murs sont souvent ornés de moulures et autres colonnes de style classique ; on le voit par exemple dans The Ladies Complete Letter-Writer (1763) et The Court Letter-Writer (1773). Enfin, les rideaux et tentures ornent fréquemment l’arrière-plan des scènes. Ils contribuent à habiller les murs, tout en conférant une impression de richesse et de chaleur à l’intérieur ; ils sont aussi prétexte à ajouter un mouvement de tissu dans l’esprit de l’art baroque ; ils participent de la mise en scène de la gravure, comme dans le cas de Everyman his own Letter-Writer (1782) où les costumes des personnages, leurs positions théâtrales, la figure callibanesque de l’ignorance sous la table et le rideau figurent une représentation théâtrale. Enfin, les tentures sont associées à la fenêtre. L’ouverture de ces scènes d’intérieur sur l’extérieur se fait par la fenêtre, qui occupe une place prépondérante à bien des titres. Si le cas du Young Secretary de Hill, où monde intérieur et monde extérieur occupent respectivement les parties inférieure et supérieure de l’illustration, est exceptionnel, la fenêtre permet de donner une profondeur au tableau, tout en montrant la capacité du graveur à représenter un paysage, la nature ou une baie et ses navires comme dans The Universal Letter-writer (1788). Cela permet parfois de faire figurer à l’arrière-plan du tableau quelques temples ou fabriques, qui fleurissent dans les jardins anglais de l’époque. Deux exemples peu différents figurent à l’arrière-plan des éditions de 1775 et 1800 de The New Letter-Writer. La fenêtre est aussi la principale source de lumière qui permette l’écriture en intérieur. Elle apparaît dans plus de la moitié des manuels étudiés.

  • 18 Voir article « Livre », Encyclopedia Universalis.

23Si les frontispices proposaient de véritables reflets hédonistes d’une société qui se contemple dans son miroir18, ils affichaient aussi un goût pour la culture à travers les nombreuses références mythologiques de ces illustrations.

24D’un bout à l’autre du siècle, plusieurs frontispices sont ainsi placés sous le signe de l’Antiquité. Si les colonnes doriques ou ioniques sont autant des éléments de décoration intérieure que des accessoires d’un décor théâtral, les figures allégoriques ont une autre valeur : elles inscrivent l’acte d’écriture épistolaire dans une tradition rhétorique classique. Les Epistolae Ho-Elianae de Howell sont placées sous l’égide de César, Cicéron, Marc Aurèle et Sénèque, illustres représentants de l’histoire et de la philosophie, toutes deux apparaissant sous forme humaine, entourées de livres, l’une dans la nature, l’autre en intérieur. Le frontispice de The entertaining Correspondent (1759) multiplie aussi les références classiques.

25Son personnage central est un bel Apollon dont les attributs figurent à la fois sur le sol (la lyre, l’arc et les flèches, le laurier), dans ses mains (la lyre) et sur sa tête (le laurier). Dieu des arts, plus précisément de la musique et de la poésie, il est ici associé au théâtre (le masque), mais aussi à la poésie à travers la présence de Pégase, qui semble frapper de son sabot le mont Hélicon, demeure des Muses, d’où émane l’eau du ruisseau qui serpente au premier plan, peut-être issue de la source Hippocrène, où s’abreuvent les poètes. À moins que ce ruisseau ne figure l’eau du Tempé dans laquelle Apollon se purifie après avoir tué la drákayna, serpent fabuleux de Delphes (d’où la présence de la lance). La ville de l’omphalos serait alors figurée par le temple à l’arrière-plan. La chouette de Minerve (Athéna), si elle peut avoir quelque lien avec Pégase, symbolise plus probablement ici la sagesse. On note encore qu’elle est posée entre Apollon, une branche d’olivier (autre attribut d’Athéna) et un exemplaire de l’Iliade d’Homère, où elle est omniprésente.

  • 19 Everyman his Own Letter-Writer, The Universal Letter-Writer de 1800 ont le même frontispice, tout (...)
  • 20 « In Silent Words Minerva Aids the Youth » (The New Letter-Writer) ; « Minerva congratulating a Yo (...)
  • 21 « Genius crowns him with a wreath of Laurel While Ignorance, ashamed of being seen lies crouching (...)
  • 22 While Friendship joins and shows the road to Fame, / For Moral Virtue and a Guiltless Flame.

26Si l’on compte sans doute sur la culture des lecteurs de secrétaires du début du xviiie siècle au point de multiplier les références à l’Antiquité, le message, dans la seconde moitié du siècle, se veut davantage monosémique, dans les frontispices de The Court Letter-Writer (1773), de Everyman his Own Letter-Writer (1782), The Universal Letter-Writer de 1800, The New Letter-Writer et The Universal Letter-Writer de 1788, qui utilisent au total quatre frontispices différents19. Ainsi, trois de ces quatre premières pages contiennent une légende qui aide à décoder les figures allégoriques du frontispice. Minerve y est nommée à trois reprises20, et on la retrouve aussi représentée dans The Court Letter-Writer (1773) et, sous la forme de la chouette, dans The Entertaining Correspondent (1759). Elle se pose ainsi comme principale source d’inspiration de l’écriture épistolaire. Déesse de la guerre – elle est parfois représentée avec casque, bouclier et lance –, elle est aussi déesse de la sagesse, celle qui enseigne tout un art de vivre en société. D’autres tableaux de l’époque exploitent cette dimension du personnage. On pense, par exemple, à celui de René Antoine Houasse, Minerve enseignant la sculpture aux Rhodiens (1688) et à celui de Pierre Charles Trémolières, Minerve enseignant à une jeune fille l’art de la tapisserie (1737). Dans plusieurs frontispices de secrétaires, elle enseigne l’art d’écrire des lettres. Elle y est parfois accompagnée par un angelot potelé, représentant tantôt le Génie qui récompense l’excellence21, tantôt l’amitié22. Sur d’autres frontispices, les petits anges sont des chérubins, qui célèbrent l’amour, armés de flèches ou de couronnes qu’ils dirigent vers des couples susceptibles d’échanger leurs sentiments par lettres. La tradition chrétienne se trouve alors parfois mêlée aux références classiques, comme dans le cas de The Young Secretary’s Guide (1687, 1719, 1724, 1754, 1764) :

The Sun Behold, an Emblem of Good Sense,
Pegassus’s Speed, Mercury of Eloquence
Integrity declar’d is by the Dove
Which underneath sound judgement does approve.

  • 23 Voir Robertson Jean, The Art of Letter Writing, London, University Press of Liverpool, 1942, p. 2.

27On retrouve ici mentionnés Pégase et Mercure, aux côtés de la colombe, dans une image par laquelle ils sont assimilés. Pour autant, Mercure et son caducée apparaissent assez logiquement dans quelques autres frontispices, où le messager des dieux est mis en relation avec les messages épistolaires. Si Pégase participe aussi à cette tradition classique, il est peut-être encore assimilé au cheval qui servait à transporter le courrier à l’époque : le cheval qui figure dans la vignette inférieure gauche des Epistolae Ho-Elianae (1687) n’est pas ailé, mais porte un cavalier qui tient une lettre, comme ceux qui illustrent déjà The Prompters Packet of Letters au début du xvie siècle23.

28Scènes de la vie courante et références à l’Antiquité classique proposent donc un certain nombre de sources d’inspiration et d’éléments qui se côtoient parfois, dans la pure tradition baroque, au sein des frontispices. Ils semblent concerner principalement une société d’élites, qu’elles soient culturelles – références antiques et littéraires – ou qu’elles soient sociales – richesse du cadre de vie.

***

29Dès lors, dans un troisième temps, on peut s’interroger sur la cohérence entre les frontispices et le contenu des secrétaires concernés : les modèles picturaux des couvertures correspondent-ils à l’esprit des manuels et aux modèles de lettres proposés au sein des ouvrages ? En examinant tout d’abord la place de la lettre comme objet dans les frontispices, on pourra chercher à discerner la véritable prise en compte par l’illustrateur du manuel et de son objectif principal.

30En premier lieu, on constate l’absence totale de lettre dans plusieurs illustrations : c’est le cas du frontispice de Tavernier, qui privilégie les portraits d’hommes célèbres ; c’est aussi le cas des frontispices de The Compleat English Secretary (1714), des diverses éditions de The Royal Letter Writer et de A New Academy of Compliments (1727, 1734, 1741, 1754 et 1784). Ces manuels mettent l’accent sur les relations humaines, plus particulièrement sur les relations de séduction entre les deux sexes. Les quatre scènes illustrant A New Academy of Compliments se passent à l’extérieur, dans le jardin d’une belle demeure qui apparaît à l’arrière-plan sur trois d’entre elles. On y voit des couples dont les membres conversent assis ou debout, se font la révérence ou échangent quelque présent. Les petits anges représentés dans la partie haute de trois des frontispices éclairent la nature de leurs relations : il s’agit bien d’amour. On trouve d’ailleurs l’expression « True Love is Crowned Above » en 1784, qui montre des amours qui ne décochent plus de flèches mais tiennent des couronnes de laurier dont ils entendent coiffer les « vrais amants ». Cette image est peut-être inspirée par le frontispice de The Compleat English Secretary paru en 1714. En fait, les frontispices placent l’accent sur divers éléments des sous-titres des manuels, dont certains (mis en gras) figurent en gros caractères : A New Academy of Compliments ; Or, The Lover’s Secretary: Being Wit and Mirth Improv’d by the Most Elegant Expressions Used in the Art of Courtship, in Divers Examples of Writing or Indicting Letters Relating to Love or Business. Bien que les termes « secretary », « writing » et « letters » employés ici se réfèrent directement à l’art épistolaire, ce ne sont pas ceux qui ont été retenus par les illustrateurs.

  • 24 Cécile Dauphin développe cette dichotomie de la mise en scène pour les manuels épistolaires frança (...)
  • 25 Sur ce point, voir, par exemple, Bannett Eve Tavor, Empire of Letters. Letter Manuals and Transatl (...)

31Pourtant, la missive apparaît bien comme objet dans plusieurs autres frontispices. Elle est alors parfois placée sur les tables, ce qui semble logique car le manuel a pour objectif d’apprendre à rédiger : une personne est alors concentrée dans l’acte d’écriture, dans The Lady’s Polite Secretary et dans The Ladies Complete Letter-Writer par exemple. Ici, le frontispice introduit le seul acte de rédaction, sans tenir compte de la fonction du manuel qu’il illustre. De plus, le frontispice remplace fréquemment l’acte d’écriture par l’échange d’une lettre. Il s’agit le plus souvent d’un serviteur qui apporte le courrier ou se charge de faire parvenir à son destinataire la missive que vient de rédiger son maître ou à laquelle ce dernier va répondre. C’est le cas dans Epistolae Ho-Elianae (1705), An Useful and Entertaining Collection of Letters (1745) ou dans les deux éditions de The Universal Letter-Writer (1794 et 1795) de Cooke. Dès lors, on a, à nouveau, détournement du motif premier du manuel. On note aussi le subtil jeu sur la modification de la forme du pli dans ces deux cas : dans l’édition britannique, la lettre est pliée sur elle-même et l’on devine le cachet de cire qui la referme ; dans l’édition américaine, la missive est enfermée dans une enveloppe. Les deux pratiques étaient courantes en Angleterre au xviiie siècle. Quoi qu’il en soit, la lettre figure alors au centre de l’image et ramène bien le lecteur du secrétaire à son contenu essentiel : un ensemble de lettres. De plus, on trouve parfois un livre sur la table, près de la personne qui écrit comme dans The New Letter-Writer (1775) où l’on peut même lire le titre du manuel concerné, dans The Elegant Letter-Writer (1779) et dans The Universal Letter-Writer (1788). D’autres frontispices montrent une personne debout à côté d’une autre attablée à écrire. Celle qui est debout est une femme qui lit un livre, probablement le manuel, dont on devine qu’elle rapporte, voire dicte le contenu à haute voix. C’est le cas de The British Letter-Writer. Dans The Court Letter-Writer, la jeune fille qui écrit se tourne vers une femme d’âge mûr qui la conseille et personnifie l’apport du manuel, faisant pendant aux scènes où Minerve préside à l’acte d’écriture, comme portant la sage parole contenue dans le manuel épistolaire. On se trouve à nouveau dans une situation d’apprentissage qui n’est pas sans rappeler une scène d’enseignement par précepteur. La visée pédagogique du manuel est alors prise en compte : le frontispice illustre bien la place du secrétaire au moment de la rédaction d’une missive. Écartelée entre deux tendances – réaliste, qui montre la lettre et le manuel, et subjective, qui implique les sentiments des acteurs –, la mise en scène de la lettre diffère selon les secrétaires24. Cela vient du statut perméable de la frontière entre art épistolaire et art de la conversation, qui fait qu’au terme des manuels épistolaires, la lettre elle-même semblait parfois quelque peu perdue de vue25.

  • 26 Pour le xviiie siècle anglais, voir Kerhervé Alain, « L’expression de l’intimité chez les épistoli (...)

32On peut aussi s’interroger sur l’adéquation entre la place affichée de la femme sur le frontispice et la part qui lui est accordée au sein du secrétaire. Les rares études récentes de manuels épistolaires cherchent à définir la place qu’y occupe la femme, or les frontispices présentent bon nombre de figures féminines26. Sur les vingt exemplaires étudiés, on compte au total 41 personnages masculins pour 27 personnages féminins (39,7 %). Le frontispice des Epistolae Ho-Elianae (1687) fait largement pencher ce chiffre en faveur du sexe fort, tout comme quelques autres manuels publiés d’un bout à l’autre du siècle, dont les illustrations ne présentent que des hommes : An Useful and Entertaining Collection of Letters (1745) et les deux frontispices de Cooke (1794 et 1795) par exemple. À l’opposé de cette tendance, dans la seconde moitié du siècle, deux frontispices présentent une femme seule occupée à écrire, dans The Ladies Complete Letter-Writer (1763) et The Lady’s Polite Secretary (1775), tandis que The Royal Letter-Writer met clairement en scène trois femmes. On note enfin le parfait équilibre des sexes qui figure en première page de A New Academy of Compliments (de 1714 à 1784) et de The Elegant Letter-Writer (1779). Force est de constater que la femme paraît fort concernée par l’écriture de lettres. C’est d’ailleurs une réalité au xviiie siècle en Angleterre où s’illustrent plusieurs épistolières de renom (Lady Mary Wortley Montagu et Mary Delany notamment). Toutefois, on peut se demander s’il existe une corrélation entre cet affichage pictural et l’objectif, voire le contenu, du manuel épistolaire : la gravure initiale est-elle le reflet du reste du secrétaire ?

33Le tableau ci-dessous dresse le bilan des parts respectives occupées par les femmes, à la fois sur le frontispice (colonne 3) et au sein de quelques secrétaires assez représentatifs : part des lettres écrites et reçues par des femmes.

34Ces exemples permettent de distinguer plusieurs tendances assez nettes. Tout d’abord, on note que les secrétaires féminins The Ladies Complete Letter-Writer et The Lady’s Polite Secretary proposent une relative cohérence d’ensemble : de même que leurs frontispices présentent exclusivement des femmes, la quasi-totalité des lettres qu’ils donnent en exemple sont rédigées par le sexe féminin. On pourrait rapprocher de cette catégorie The Royal Letter-Writer, dont le titre peut paraître trompeur, mais dont le sous-titre est clair : « Or Every Lady’s Own Secretary ». Son frontispice présente uniquement trois femmes – deux ladies élégamment coiffées et une jeune fille qui reçoit leurs conseils – plus de trois quarts de ses lettres sont rédigées par une main féminine. Les secrétaires qui n’accordent que peu de place aux femmes dans leur illustration initiale demeurent, eux aussi, assez cohérents, même si l’on perçoit une certaine ironie dans la présence d’une dame sur le frontispice des Epistolae Ho-Elianae, alors qu’aucune lettre ne provient d’une épistolière, et qu’une seule est dirigée au sexe sans doute considéré comme trop faible, au tournant du siècle pour faire l’objet de correspondance. L’équilibre est pourtant respecté dans le cas de The Young Secretary’s Guide où les lettres féminines occupent proportionnellement la même place que les femmes sur l’illustration initiale. Enfin, les frontispices de deux secrétaires, A New Academy of Compliments (1727) et The Universal Letter-Writer (1800), laissaient espérer un traitement égal des deux sexes. Il n’en est rien : dans le premier figurent des lettres adressées par des hommes à des hommes, à l’exception de trois missives, l’une étant rédigée par un homme pour sa femme et ses enfants, une autre échangée entre deux femmes, une dernière entre deux amants (p. 53, 55, 60) ; dans le second, seul un quart des missives est rédigé par des femmes. L’illustration initiale voulait peut-être compenser les choix des deux gravures uniquement masculines précédemment sélectionnées pour ce même manuel (éditions de 1794 et 1795), qui pouvaient donner l’illusion que le secrétaire n’était pas destiné aux femmes. Cette dernière sélection tombe dans le travers inverse. De toute évidence, si certains manuels peuvent encore se permettre, au milieu du xviiie siècle, de n’accorder aucune place aux écrits épistolaires féminins, les frontispices sont moins sexistes et accordent presque toujours une place aux femmes, même si cela les rend moins représentatifs du contenu du secrétaire qu’ils illustrent.

35À partir de ce constat, on peut se demander si, d’une manière plus générale, les frontispices présentent un reflet cohérent du manuel qu’ils illustrent. Pour cela, on tentera d’établir des liens entre l’illustration, le titre et le contenu d’une sélection de manuels représentatifs.

  • 27 William Congreve, by Sir Godfrey Kneller, Bt (1709), oil on canvas, 36 in. x 28 in. (914 mm x 711 (...)
  • 28 John Dryden by Sir Godfrey Kneller, Bt Date: 1693 Medium: oil on canvas Measurements: 49 in. x 39 (...)

36Dans certains cas, on comprend assez bien le choix de l’illustrateur, qui travaillait probablement de conserve avec l’éditeur. Les portraits qui parent les deux tomes des Familiar Letters of Love, Gallantry and Several Other Occasions (1718), copiés de Sir Geoffroy Kneller, représentent deux illustres auteurs, William Congreve (1670-1729), dramaturge de la fin du xviie siècle, et John Dryden (1631-1700), poète et dramaturge. A priori, aucun des deux n’est célèbre pour sa correspondance. Pourtant, on trouve dans le premier tome du secrétaire quatre lettres de la main de Congreve27 et deux qui lui sont destinées ; Dryden28 est, pour sa part, le traducteur de bon nombre des missives de Voiture proposées dans le second volume, comme cela est précisé dès la page qui en détaille le contenu : « Translated by Mr Dryden… » (p. 9) ; ce second tome contient également une lettre adressée au poète (p. 260).

  • 29 The Complete Letter-Writer, Containing Familiar Letters on the Most Common Occasions in Life. Also (...)

37Dans d’autres cas, on chercherait en vain à établir des liens entre le frontispice et le reste du manuel. Ainsi on note l’absence d’utilisation des références mythologiques au sein des secrétaires qui portent les figures classiques et/ou allégoriques préalablement repérées. Tout au plus leurs noms apparaissent-ils de façon très occasionnelle dans les lexiques orthographiques qui figurent à la fin de certains ouvrages. Dans « An English Spelling Dictionary » à la fin de The Complete Letter-Writer (1781)29, on trouve « Mercure » et « Pégase » ; à la fin de The new Complete letter-writer (1788), « Minerve » et « Pégase », mais ce sont là de rares exceptions qui n’établissent pas de véritable lien avec l’art épistolaire. Unique en son genre, le frontispice du secrétaire de Tavernier, The Entertaining Correspondent (1759), nomme trois auteurs d’épopées, de renommées distinctes : Homère, Virgile et Glover. Les noms des deux premiers sont sans doute influencés par la préface de l’ouvrage dans laquelle est fait l’éloge assez peu convaincant de l’écriture épistolaire en ces termes :

  • 30 Tavernier, Entertaining Correspondent, op. cit., p. 3.

The art of speaking by letters] preserves the works of the immortal part of man, so as to make the dead still useful to the living. To this we are beholden for the works of Demosthenes and Cicero, of Seneca and Plato ; without it the Iliad of Homer, and Aeneid of Virgil had died with their authors, but by this art those excellent men still speak to us30.

38C’est bien l’Iliade d’Homère dont le nom apparaît sur le frontispice, au côté d’un ouvrage de Virgile. On s’interroge sur la présence du troisième, Glover – auteur du poème épique Leonidas, paru pour la première fois en 1737, plus de vingt ans avant ce secrétaire –, aux côtés des deux auteurs antiques. Peut-être faut-il y voir une volonté de ne pas lancer une querelle des Anciens et des Modernes en accordant une place aux deux époques. Quoi qu’il en soit, il paraît difficile d’établir un lien véritable entre épopée et écriture épistolaire. Les noms des trois auteurs ou de leurs œuvres, comme tout style héroïque, sont absents du reste du manuel.

39De manière plus générale et thématique, les « conversation pieces » qui ouvrent The Court Letter Writer (1773), The New English Letter-Writer (1779) et The Universal Letter Writer (1788) correspondent assez bien à la tonalité générale de ces manuels : à l’atmosphère familiale suggérée par la présence d’enfants répondent bon nombre de lettres échangées entre deux générations, celle des parents et celle des enfants ; à l’impression de luxe dégagée par les lieux et personnages répondent bon nombre de lettres échangées entre nobles ou membres des classes supérieures de la société (« middling orders ») ; au sentiment d’élitisme intellectuel figuré par les bibliothèques et figures allégoriques fait échos l’idée, contenue dans les titres, qu’il s’agit bien de secrétaires destinés à ceux qui désirent « écrire avec bienséance et style ».

  • 31 Voir The Court Letter Writer (1773) qui compare écriture et conversation (p. 42-43) : « Out of an (...)

40Pourtant, un frontispice peut paraître en parfaite adéquation avec le titre de l’ouvrage sans pour autant en refléter le contenu. C’est le cas de celui A New Academy of Complements (1727) qui propose trois saynètes où s’entretiennent des couples, sous l’influence d’un petit amour qui bande son arc dans le coin supérieur droit de l’image. Tout cela illustre bien l’art de faire sa cour qui est revendiqué dans le titre complet du manuel (« The Art of Courtship », « The Lover’s Secretary »). Toutefois, le but principal du secrétaire paraît totalement délaissé : il s’agit d’un secrétaire – et le mot figure dans le titre complet de l’ouvrage (« lover’s secretary ») – qui propose non pas des situations de conversation lors de rencontres dans un jardin, mais bien des modèles de lettres (« divers Examples of Writing or Indicting Letters, Relating to Love or Business »). À une époque où l’art d’écrire était souvent associé à celui de la conversation31, sans doute faut-il voir ici un souci de l’illustrateur, qui répond peut-être à la commande de l’éditeur, de choisir lui aussi une première partie de titre quelque peu détournée, pour attirer l’attention des jeunes gens. Le secrétaire comprend en fait assez peu de lettres dont le thème soit en lien direct avec son titre : « To Court a Gentlewoman upon Honourable Terms » (p. 6), « To accost a Lady and enter into Discourse with her » (p. 8), « To entertain a Lady amongst company » (p. 9). Une seule missive y est adressée par un homme à une femme : « A Letter from a Husband to his Wife and Children » (p. 53) et une seule intitulée « A Letter from a Lover to a lover » (p. 60), la der-nière de l’ouvrage, qui se réduit à six lignes. À la fin du manuel figure toutefois « A Never Failing Method for Women to get good husbands » (p. 72-75). Dès lors, si le frontispice peut paraître en décalage avec le contenu du manuel, cela provient vraisemblablement du décalage patent qui existe entre le titre du manuel et son contenu.

41Les frontispices ne sont donc que rarement en parfaite adéquation avec les secrétaires qu’ils introduisent, cela tient sans doute au fait qu’il s’agissait d’œuvres de commande auxquelles les illustrateurs et graveurs n’accordaient pas toujours assez de temps ; cela tient tout autant au contenu hétéroclite du secrétaire, dont il était sans doute fort difficile de prendre en compte toute la diversité.

***

  • 32 Dauphin Cécile, op. cit., p. 32-44 et 122-128. Voir aussi la page consacrée aux manuels épistolair (...)
  • 33 Choderlos de Laclos, Les Liaisons dangereuses (1782), lettre XLVII.

42Inspirations picturales multiples, représentations élitistes et décalages entre programme initial et contenu, telles sont les principales caractéristiques des frontispices qui illustrent les secrétaires anglais au xviiie siècle. Le frontispice est donc à la fois adapté et inadapté au type de manuel qu’il illustre. Il est adapté en ce qu’il cherche à se rattacher à des modèles : auteurs célèbres, époque classique, modèles picturaux de son époque. L’image extérieure, l’esprit du secrétaire sont en ce sens, dans l’ensemble, respectés. Il est inadapté car il n’offre qu’un reflet souvent très partiel et partial du contenu du secrétaire, au point d’avoir parfois très peu de rapport avec son esprit. On comprend alors que le frontispice, œuvre de commande, ne soit qu’une illustration initiale destinée à capter l’attention du lecteur de l’ouvrage : le graveur ne tient compte ni de la table des matières du manuel, ni du détail de son contenu. Si l’on compare les résultats de notre approche à ceux de l’étude, préalablement menée, des frontispices des secrétaires français du xixe siècle32, il semble difficile de trouver une véritable filiation entre les supports visuels : l’époque change, le cadre de référence géographique aussi, les influences culturelles et artistiques également. Tout au plus demeurent quelques constantes, liées à la situation d’écriture (la table, la bibliothèque, la fenêtre) qui connaît peu de variantes possibles, tout au moins lorsqu’elle est donnée en modèle : il n’est pas certain que les lettres écrites par Valmont sur le corps de la courtisane Émilie dans Les Liaisons dangereuses (1782) aient pu, de quelque façon que ce soit, être jugées recommandables33.

Annexe. Liste des secrétaires anglais du xviiie siècle
comportant un frontispice

43Epistolæ Ho-Elianæ. Familiar letters, domestick and foreign. Divided into four books. Partly historical, political, philosophical, upon emergent occasions. By James Howell,... The seventh edition. London : printed for T. G. and sold by S. Crouch, and William Davis, 1705., 1713, 1737.

44Familiar letters of love, gallantry, and several occasions, by the wits of the last and present age… From their originals. With their effigies curiously engraved… Together with Mr. T. Brown’s remains ; The whole in two volumes, compleat. London : Printed for Sam. Briscoe. R. Smith, G. Strahan, E. Symons, J. Osborne, [and 10 others in London], 1718.

45The young secretary’s guide: or, a speedy help to learning, in writing of letters, & c. In two parts… By J. Hill. London : printed for, and sold by A. Wilde. 1719, 1724, 1754, 1764.

46A new academy of complements: or the lover’s secretary: being wit and mirth improv’d by the most elegant expressions used in the art of courtship, in divers examples of writing… Also the silent language: ... To which is added, a choice collection of above 120 love songs,... The eleventh edition, with additions. London : printed for A. Bettesworth, and C. Hitch: J. Hodges: and S. Bates, 1734.

47A new academy of compliments: or the compleat English secretary. Containing the true art of indicting letters, suitable to the capacity of youth and age… To which is added, I. The art of good breeding and behaviour,... With a collection of the newest play-house songs. London : printed for R. Ware ; C. Hitch ; and J. Hodges, 1748.

48An useful and entertaining collection of letters upon various subjects ; several now first published from their original manuscripts, by the most eminent hands. London : printed for W. Bickerton, 1745.

49The Entertaining Correspondent ; or, newest and most compleat polite letter writer. In three parts… To which is prefixed, a large introduction,... The whole illustrated with a beautiful frontispiece, and a map of the world. By John Tavernier, Esq. Berwick : Printed and sold by R. Taylor, 1759.

50The British letter-writer: or letter-writer’s complete instructor ; containing a course of letters on the most useful, important, instructive, and entertaining subjects,... To which is added, a plain and easy English grammar. And instructions for addressing persons of all ranks either in writing or discourse. London : Printed for J. Cooke, [1765 ?

51The New English Letter-writer ; or, whole art of general correspondence. Consisting of a series of the most important, instructive, and interesting entire new letters,... By the Rev. George Brown… London : Printed for Alex. Hogg, [1780 ?

52Every man his own letter-writer: or, the new and complete art of letter-writing made plain and familiar to every capacity. Containing a collection of upwards of two hundred original letters,... By the Reverend James Wallace, D.D. and Charles Townshend, A.M. London : printed for J. Cooke, [1782 ?

53The new, and complete universal letter-writer: or, whole art of general and polite correspondence. Containing a great variety of plain, easy, entertaining, and familiar original letters,... By Henry Hogg, A.M. and the Rev. George Brown,... London : printed by W. Taylor ; for Alex. Hogg., 1800.

54The Court Letter writer ; or the complete English secretary for town and country. Containing variety of original familiar letters on all manner of subjects and occasions ; To which are added, variety of poetical letters, or epistles,... To which is prefixed, a complete grammar of the English language… London : Printed for S. Bladon, 1773.

55The New Letter Writer ; or, the art of correspondence. Containing letters on the most important subjects,... composed by writers eminent for their perspicuity and elegance of expression… To which are added the principles of politeness,... Whitehaven : Printed for John Dunn, [1775 ?

56The Universal Letter-writer: Or, New Art of Polite Correspondence. Containing… letters on the most important, instructive, and entertaining subjects, which may serve as copies… To which is added, the complete petitioner: ... By the Rev. Thomas Cook,... London : Printed for J. Cook ; and S. Hodgson, Newcastle, [1795 ? 1788. 1794. 1795.

57The Ladies Complete Letter-writer ; Teaching the Art of Inditing letters… Being a Collection of Letters, Written by Ladies,... The Whole Forming a Polite and Improving Manual… London: Printed for the Editor, and Sold by T. Lownds, 1763 [Dublin : Printed by and for James Hoey, Junior, in Skinner-Row, 1763].

58The Lady’s Polite Secretary, or New Female Letter Writer. Containing an Elegant Variety of Interesting and Instructive Letters,... To Which are Added, Instances, to Serve as Beacons to the Inexperienced,... To Which is Prefixed a Short, but Comprehensive, Grammar of the English Language… By the Right Hon. Lady Dorothea Du Bois. London : printed for J. Coote, and T. Evans, [1771].

59Newbery’s familiar letter writer: containing a variety of useful letters, calculated for the most common occurrences, and adapted to the capacities of young people… London : Printed for E. Newbery, 1788.

60The Royal Letter Writer or Every Lady’s Own Secretary: Containing Letters on Every Subject that Can Call for Attention… Not Only on the More Important Religious, Moral, and Social Duties, but on Subjects of Every Other Kind that Usually Interest the Fair Sex. With Various Forms of Messages by Cards. London, [J. Roach, 1793 ?]

Notes

1 The Complete Letter-Writer, publié par S. Crowder et H. Woodgate en 1755, connaît au moins trente-huit rééditions avant la fin du siècle : 1755, 1756, 1757, 1758, 1759, 1761, 1762, 1763, 1765, 1767, 1768, 1770, 1771, 1772, 1773, 1774, 1775, 1776 (2 éditions), 1778 (3), 1780, 1781 (3), 1785, 1786, 1789, 1792, 1795 (2), 1796 (3), 1797, 1800 (2).

2 Pour cette définition, voir Haroche-Bouzinac Geneviève, L’Épistolaire, Paris, Hachette, 1995, p. 51. Pour une présentation de quelques secrétaires français du xviiie siècle, voir Grassi Marie-Claire, « Correspondances intimes (1700-1860). Étude littéraire, stylistique et historique », Thèse d’État. Université de Nice, 1985, p. 85-88.

3 Voir la liste en annexe.

4 On note l’épaisseur exceptionnelle de l’ouvrage de Hogg Henry, The New and Complete Universal Letter-Writer (1790), dont la première page revendique plus de deux cents lettres.

5 Sur ce point, voir Elbert N. S., Thompson, Literary Bypaths of the Renaissance, Freeport, Books for Libraries Press, 1968, p. 91-126 (« Familiar Letters ») ; Irving William Henry, The Providence of Wit in the English Letter Writers, Durham, Duke University Press, 1955 ; Daybell James, « Recent Studies in Sixteenth-Century Letters », English Literary Renaissance (35.2), 2005, p. 331-362.

6 The Lady’s Polite Secretary, or New Female Letter Writer Containing an elegant Variety of Interesting and Instructive Letters, intended as Models to form the Style on every Point essential to the Happiness and Entertainment of the Sex. Ed. Lady Dorothea Dubois. London: J. Coote, [1775 ?] ; The New English Letter-Writer ; Or, Whole Art of General Correspondence, Consisting of a Series of the Most Important, Instructive, and Interesting Entire New Letters on Every Occurrence in Life […] In the Models for Indicting Epistles on the Various Occasions of Human Life… (1779)

7 85 portraits conservés à la National Portrait Gallery, dont ceux de Defoe, Cromwell et de plusieurs souverains.

8 Pourtant, c’est un type fréquent de frontispice pour les romans du xviie siècle au milieu du xviiie siècle. Sur ce point, voir Barchas Janine, Graphic Design, Print Culture, and the Eighteenth-Century Novel, Cambridge UP, 2003, p. 19-59.

9 Deidre Dawson fait un bilan de la présence des lettres dans l’art pictural des xviie et xviiie siècles en Europe dans « La Lettre dans la vie et l’œuvre de Fragonard (1732-1806) », in Bérubé George et Silver Marie-France (dir.), La Lettre au xviiie siècle et ses avatars, Toronto, CREF, 1996, p. 327-332.

10 Sambrook James, The Eighteenth Century, London, Longman, 1993, p. 170-172 et Cervantès Xavier, L’Angleterre au xviiie siècle, Rennes, PUR, 1998, p. 148-150.

11 « La page de titre illustrée, remplie d’allusions iconologiques, pompeux portail conduisant au royaume du livre, est une véritable création du baroque » écrit O. Benesch, voir article « Livre », Encyclopedia Universalis.

12 The New English Letter-Writer, 1771, p. II.

13 Robert Dodd (1748-1815) fut un peintre et graveur anglais. Il exposa ses œuvres à la Society of Arts à partir de 1780 et à la Royal Academy, à Londres, de 1782 à 1809. Pour plus de détails sur Robert Dodd, voir http://www.proarts.at/index.php?ang=1&thema= bio&start=438&show=bio_alph&letter=d

14 Il illustre les sept tomes d’un autre ouvrage épistolaire, The Letters Writ by a Turkish Spy, dans les dix dernières années du xviie siècle.

15 Sur 160 des ouvrages consultés sur le site ECCO (Eighteenth Century Ressources online), un tiers comporte des frontispices. En revanche, les ouvrages religieux et mathématiques publié chez Alex Hogg ne sont pas illustrés.

16 Sayer, dont la caricature « A Hint to the Ladies to Take Care of their Heads » met en scène la duchesse de Devonshire, surmontée par une perruque qui met le visage de la jeune femme « au milieu d’elle-même », pour reprendre l’expression de Montesquieu. Voir par exemple Foreman Amanda, Georgiana, Duchess of Devonshire, Londres, Harper Collins Publishers, 1998, p. 208 bis (illustr.). Montesquieu, Lettres persanes, lettre 99.

17 En 1795, Brookes publia une nouvelle carte de l’Amérique du nord, après des années de travail. La carte précédente remontait à celle de Brion en 1764. Pour plus de détails, voir John Goss, The Mapping of North America. Three Centuries of Map-making. 1500-1860, Secaucus, The Wellfleet Press, 1990.

18 Voir article « Livre », Encyclopedia Universalis.

19 Everyman his Own Letter-Writer, The Universal Letter-Writer de 1800 ont le même frontispice, tout comme The New Letter-Writer et The Universal Letter-Writer de 1788.

20 « In Silent Words Minerva Aids the Youth » (The New Letter-Writer) ; « Minerva congratulating a Youth for Having by Study acquired the Knowledge of Writing Letters on the various Occurrences of Life » (Everyman His Own Letter-Writer, 1782) ; « Minerva Recommending Youth of Both Sexes to acquire a Knowledge of Writing Letters on the various Occurrences of Life » (Universal Letter-Writer, Hogg, 1800).

21 « Genius crowns him with a wreath of Laurel While Ignorance, ashamed of being seen lies crouching at his Feet » (Everyman 1782) ; « Genius attends with a Crown of Laurel and Ignorance ashamed of being seen is trodden under foot » (ULW Hogg, 1800).

22 While Friendship joins and shows the road to Fame, / For Moral Virtue and a Guiltless Flame.

23 Voir Robertson Jean, The Art of Letter Writing, London, University Press of Liverpool, 1942, p. 2.

24 Cécile Dauphin développe cette dichotomie de la mise en scène pour les manuels épistolaires français du xixe siècle. Voir C. Dauphin, op. cit., p. 45-46.

25 Sur ce point, voir, par exemple, Bannett Eve Tavor, Empire of Letters. Letter Manuals and Transatlantic Correspondence 1680-1820, Cambridge, Cambridge UP, 2006.

26 Pour le xviiie siècle anglais, voir Kerhervé Alain, « L’expression de l’intimité chez les épistolières anglaises au xviiie siècle : de la théorie à la pratique », in La Lettre et l’intime. L’émergence d’une expression du for intérieur dans les correspondances privées (xviie-xixe siècles), Servais P. et Van Ypersele L. (dir.), Louvain-la-Neuve, 2007, p. 81-119.

27 William Congreve, by Sir Godfrey Kneller, Bt (1709), oil on canvas, 36 in. x 28 in. (914 mm x 711 mm), National Portrait Gallery NPG D20959 ; William Congreve, by Michael Van der Gucht, after Sir Godfrey Kneller, Bt, Date: published 1718 (1709), Medium: line engraving, Measurements: 5 5/8 in. x 4 1/4 in. (144 mm x 107 mm) paper size. Not on display.

28 John Dryden by Sir Godfrey Kneller, Bt Date: 1693 Medium: oil on canvas Measurements: 49 in. x 39 3/4 in. (1 245 mm x 1 010 mm) On display at the National Portrait Gallery

29 The Complete Letter-Writer, Containing Familiar Letters on the Most Common Occasions in Life. Also, a Variety of Elegant Letters… (Edinburgh, 1781), p. 261 (« Mercury »), 266 (« Pegasus ») ; The new complete letter-writer or, the art of correspondence Containing letters on the most important subjects… (London, 1788), p. 257 (« Minerva »), 260 (« Pegasus »).

30 Tavernier, Entertaining Correspondent, op. cit., p. 3.

31 Voir The Court Letter Writer (1773) qui compare écriture et conversation (p. 42-43) : « Out of an hundred good speakers scarce 10 will be found who write in the same degree of perfection… […] Far greater exactness is required for writing than speaking. […] The surest rule for writing well is to write as we speak, deliberately, without art, without affectation ; but after having maturely weighed the subject in our minds… » ; dans The Complete Letter-Writer (Crowder, 1775), p. 32, on trouve : « When you sit down to write a letter remember that this sort of writing should be like Conversation. » À la fin du siècle, WEBSTER FOSTER Hannah, dans The Boarding School ; or, the Lessons of a Preceptress to her Pupils, écrit encore : « But the species of writing, which is open to every capacity, and ornamental to every station, is the epistolary. This […] is a happy substitute for personal conversation.» Voir Folger Collective, Women Critics 1660-1820 (Bloomington & Indianapolis : Indiana University Press, 1995), p. 282. Pour une approche plus complète de cette question, voir par exemple Sousa de Almeida Teresa, op. cit., p. 863 et Stewart Keith, « Towards Defining an Aesthetic for the Familiar Letter in Eighteenth-Century England », in Prose Studies, n° 5, 1982, p. 179-192.

32 Dauphin Cécile, op. cit., p. 32-44 et 122-128. Voir aussi la page consacrée aux manuels épistolaires français du xixe siècle par le centre Joseph Sablé (http://www.chass.utoronto.ca/french/sable/recherche/catalogues/manuels/home.htm, consulté le 12 octobre 2006).

33 Choderlos de Laclos, Les Liaisons dangereuses (1782), lettre XLVII.

Auteur

Alain Kerhervé est agrégé d’anglais, maître de conférences à l’université de Brest. Ses travaux de recherche concernent la théorie et la pratique de l’épistolaire. Il a consacré plusieurs communications et articles aux manuels anglais d’apprentissage de l’écriture de lettres ; il a publié un ouvrage sur Mary Delany, épistolière anglaise du xviiie siècle (L’Harmattan, 2004). Il est membre de la Société d’études anglo-américaines des xviie et xviiie siècles et appartient à l’Équipe d’Accueil 4249 (HCTI) à l’Université de Brest (UEB).

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540