Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Esthétique du livre

 | 
Alain Milon
, 
Marc Perelman

Quatrième partie. Le livre illustré dans l’histoire

Le Coran, « Parole divine » et « Livre » : entre esthétique, religieux et politique

Soufian Al Karjousli

Texte intégral

1Il est tout à fait normal de trouver une version du Coran accrochée au mur, à l’intérieur d’une maison habitée par une famille de confession musulmane. Le livre lui-même n’est pas visible, enveloppé qu’il est dans une sorte de sac en tissu, en cuir ou en velours. Il est protégé et protège symboliquement la maisonnée. Pour un observateur étranger, ce Coran est le signe de croyance. Pour les membres de la maisonnée, il sert plutôt de décor et de talisman.

2L’objet livre, exposé ainsi et devenu comme une sorte de fétiche, est l’aboutissement d’un long parcours qui vient d’une adaptation de la Parole. Le message coranique, à l’origine récitation, a ensuite été retranscrit dans différents manuscrits (maṣāḥif).C’est une sélection parmi ces manuscrits qui a donné le Coran et fait entrer les Musulmans parmi les gens du « Livre ». Sa diffusion a été accompagnée de recherches esthétiques et a été favorisée par des progrès techniques, tels que l’invention de l’imprimerie.

3Du « Livre » dans toute sa spiritualité, le livre est progressivement devenu matière, support de symboles et d’esthétismes. Le Coran a ainsi été réapproprié en un objet sacralisé, que l’on tient près de soi pour en lire les enseignements, mais qui, souvent, est suspendu, intouchable et parfois même devient une sorte de nature morte. Le Coran est ainsi parfois transformé en un objet de collection ou de fétichisme, fait pour attirer les bonnes augures ou le regard. Les habitués des lieux ne lui prêtent même plus attention. Il est totalement apprivoisé dans un décor familier. De ce Coran, ont été extraits à titre d’illustration (parfois d’enseignement) des versets, ou fragments de versets, sélectionnés pour leur présupposée vertu magique, la beauté de leur calligraphie, les valeurs qu’ils transmettent ou encore pour leur longueur raisonnable. On leur a alors fait quitter le livre pour les faire atterrir dans un cadre, présenté comme tableau d’art (figure 1). Ces versets coraniques et l’objet livre lui-même ont maintenant des fonctions supplémentaires. Comme n’importe quel objet devenu art, le livre a perdu sa première fonction. De livre lu, il a été transformé en livre exhibé dont les fonctions oscillent entre le religieux, le politique et l’artistique. Cette souplesse que les uns lui accordent est dénaturation, voire profanation pour d’autres qui condamnent de façon intransigeante l’appropriation du « Livre » dans de nouvelles utilisations, mais en même temps lui confèrent des vertus sacralisées. Les condamnations portent notamment sur l’utilisation esthétique qui est faite du Coran.

Figure 1 : La Fatiha (première sourate du Coran) calligraphiée. Tableau d’art signé Imad Sabri, artiste syrien de Damas

De la Parole au « Livre » : l’esthétique, le religieux et le politique

4Le message coranique, au départ oral, est devenu aussi écriture, et finalement « Livre ». De tout temps, se sont mêlées recherches spirituelles, que ce soit à travers la quête du sacré ou la quête de l’esthétique, et utilisation politique du message coranique.

5Comme beaucoup d’autres livres religieux, le Coran est né de paroles. Il est ensuite devenu une réalisation matérielle, un livre, sous l’impulsion du pouvoir politique du calife. L’islam a suivi le chemin du judaïsme et du christianisme et le modèle de ces deux autres religions révélées a laissé ses empreintes au cœur du Texte coranique rassemblé en livre. La confrontation des récits, de la transformation de la révélation en écriture avec les fragments coraniques anciens, permet de mieux cerner les conditions dans lesquelles ce passage a eu lieu. Oralité et écrit sont, tous les deux, empreints d’esthétique et de sacré. Une des voies de l’accès au sacré passerait d’ailleurs par la recherche de la perfection esthétique, cette dernière étant susceptible de procurer une ivresse liée au divin, voire de se confondre avec le divin lui-même.

La beauté du message oral

  • 1Asqalānī, Al-Ḥāfiẓ b. Ḥağr, Fatḥ al Bārī bišarḥ ṣaḥiḥ Buḫārī (« L’ouverture de Dieu par l’explica (...)
  • 2 Le chiffre « sept » est symbolique et signifie la pluralité.

6Une des formes de la beauté, mais aussi du mystère du message révélé tiendrait dans la multiplicité des formes de la transmission et l’appel à des sonorités différentes : sons de la nature, puis énonciation à travers un message porté par des mots. Les paroles de Dieu à destination du prophète Mu1ammad auraient été au départ transmises grâce à des sons ressemblant au bourdonnement des abeilles, puis par une sonnerie1, enfin par des paroles, parfois prononcées à travers une « langue claire », parfois par l’intermédiaire des « sept2 » principaux dialectes arabes (dialectes Quraychite, de Tamym, de Muḍar, de Ḥimyar, de Ṭay, de Quḍā’a…).

  • 3 Muaysan Muḥammad Sālem, Tārīḫ al Qur’ān al karīm (« L’histoire du généreux Coran »), Djedda, Dār (...)

7Le message coranique était d’abord fait pour être récité, après avoir été retenu de mémoire par les premiers Musulmans. Actuellement, il est toujours appris par cœur et la qualité de la récitation est souvent valorisée. Les récitations du Coran sont en effet censées révéler la qualité esthétique du message à travers la recherche des sonorités, des rimes et des rythmes. Elles doivent refléter le caractère poétique de ce message fondateur de spiritualité. Plus tard, ces récitations ont été notées par des scribes sur des supports aussi divers que des morceaux de bois, des papyrus ou encore des os de chameau3. Là aussi, l’esthétique a semblé essentielle lors du passage à l’écrit et se lit tant à travers la calligraphie qu’à travers le choix des matériaux utilisés.

La constitution du « Livre »

  • 4 Muslim Abū Al-Ḥasan Muslim b. Al-Ḥağağ b. Muslim Al-Qašīrī Al-Nisābūrī, Ṣaḥīḥ Muslim (« Recueil de (...)
  • 5 Ibn Kaṯīr al-Dimašqī, Tafsīr al-Qur’an (« L’interprétation du Coran »), La Mecque, Al-Maktaba al-T (...)
  • 6 Zarzūr ‘Adnān, Le Coran et ses textes, Damas, ḫalid b. al-Walīd, 1980, p. 104.

8Le Coran aurait déjà été transcrit, pour une grande partie, à l’époque du Prophète. Mu1ammad aurait affirmé que le Coran avait été révélé sur « sept » lettres4 qui pourraient s’identifier aux « sept » principaux dialectes5 des tribus arabes de l’époque6. Les scribes auraient donc dès le départ veillé à garder cette diversité des dialectes en réalisant « sept » transcriptions différentes. Le Coran fut entièrement retranscrit à l’époque du premier Calife Abū Bakr (632-634). Ce dernier avait entrepris de faire noter les sourates connues, par des scribes tel que le calligraphe Zayd Ben ābet, secrétaire personnel du Prophète. La calligraphie semblait déjà à l’époque un élément important de la qualité de la transmission à l’écrit. Cette transcription avait été transmise au deuxième calife ‘Umar, après la mort duquel elle avait été gardée chez la fille de ce dernier (Ḥafṣa). Celle-ci avait alors refusé de le donner au troisième Calife ‘Uṯmān (644-656). ‘Uṯmān aurait néanmoins réussi à le récupérer par la force.

  • 7 Amdouni Hassan, Les Quatre califes, Paris, Al Qalam, 1993, p. 303.

9Il aurait alors ordonné la recension des sourates en un livre en faisant d’abord appel à quatre des plus grands érudits de l’époque en matière coranique. Deux hypothèses sont alors émises. La première avance que ‘Uṯmān aurait ordonné de garder six ou huit versions non identiques capables de contenir la beauté et la pluralité de la parole coranique basée sur le concept miraculeux de sab’aḥruf « les sept récitations ». La pluralité des versions devait permettre de conserver les différentes récitations coraniques et donc de préserver l’esthétique liée à la beauté sonore du message. Ces versions auraient été envoyées dans sept villes, puis une seule aurait été imposée. La deuxième hypothèse insiste sur le fait que ‘Uṯmān aurait, dès le départ, institutionnalisé une seule version contenant en elle-même les « sept dialectes ». La version finalement institutionnalisée aurait été élaborée à Médine en 651. Elle est connue sous le nom de Muṣḥaf ‘Uṯmān, « Manuscrit de ‘Uṯmān ». Elle a été proclamée, non sans contestations7, la seule version faisant autorité, annulant tous les autres manuscrits. Cette institutionnalisation du Coran sous le troisième calife fournit la principale version de référence jusqu’à maintenant. Autrement dit, pour les Musulmans, la référence actuelle du Texte coranique reste le « Manuscrit de ‘Uṯmān ». Cette version porte le double sceau du troisième calife : d’une part elle a été institutionnalisée par lui et, d’autre part, le document original de cette version aurait été tâché de son sang, puisque ‘Uṯmān aurait été assassiné pendant qu’il la lisait.

10Les arguments du calife ‘Uṯmān pour justifier sa « normalisation » du Coran en une seule version sont développés dans différents discours. Selon ces propos, ‘Uṯmān avait décidé qu’en cas de problème de transcription, le dialecte Quraychite devait être pris comme la référence puisqu’il était ressenti comme le plus éloquent. L’argument de l’éloquence a toujours été considéré comme essentiel pour révéler la beauté de la langue. C’est sur ce mode qu’étaient déjà conçues les joutes oratoires dès l’époque ante-islamique et c’est cette idée que reprend une forte tradition arabe de déclamation poétique. Un autre changement de taille a également été opéré dans la version institutionnalisée du Texte coranique, pour laquelle il a été adopté un autre principe de classement des versets. L’ordre chronologique a été bouleversé et un réagencement général a été réalisé. Les sourates ont été classées en fonction de leur longueur, de la plus longue à la plus courte. Cette décontextualisation historique du message coranique le place en quelque sorte en dehors du temps historique, mais elle lui donne par contre certainement un peu plus de sacralité, un peu plus d’inclination vers une démarche stylistique, donc esthétique.

11En fait, par sa décision d’institutionnaliser une seule version du Coran, ‘Uṯmān impose l’idée que les Musulmans sont aussi des « gens du Livre », ahal al-kitāb. C’est là un fondement nouveau et qui s’est finalement imposé chez les Musulmans bien que ce principe soit contraire au discours coranique. Ce dernier considère en effet les « gens du Livre » comme rassemblant uniquement les Juifs et les Chrétiens. Le Coran l’affirme 31 fois.

Aux sources du « Livre »

  • 8 Triki Fathi, L’impératif « “Lis”. Le Pouvoir et le sacré », in Dédale. Le paradoxe des représentat (...)
  • 9 Iqra était le premier mot du Coran avant la réforme du calife‘Uṯmān.
  • 10 Al Karjousli Soufian, La Polysémie et le Coran, Lille, Anrt, thèse à la carte, 2005, p. 83.
  • 11 http://www.coranix.com/200rem/index.htm

12Accédant au titre de « gens du Livre », tout comme les Juifs et les Chrétiens, les Musulmans ont, à partir de ce moment, accordé une réelle importance à ce « Livre », « Le Coran ». Le Coran se place, à ce titre, dans la continuité de l’héritage de la Thora, puis de la Bible. Cependant, il porte à travers son appellation même de « Coran » la référence à sa source orale. En effet, l’étymologie nous enseigne que le mot « coran », en arabe qur’ān, vient du syriaque. « Le terme qara’a a été introduit en Arabie par les Chrétiens et [le mot] qur’ān (Coran) est le queryâna syrien qui désigne la lecture ou la leçon de l’écriture8. » Du vocable qara’a vient un des plus fameux mot du Coran Iqra9, souvent traduit par « Récite10 ! ». Par contre, étymologiquement le mot « bible11 » vient, lui, du grec βιβλια (pluriel neutre) qui signifie « livres », par l’intermédiaire du latin. Le sens était « Les Livres (saints) », ou « la bibliothèque (sacrée) », désignant ainsi l’ensemble du corpus religieux. Il s’agit en effet, sous l’apparence d’un ouvrage unique, d’une collection d’écrits très variés (récit originel, textes législatifs, récits historiques, textes sapientiaux, prophétiques, poétiques, hagiographies, lettres) dont la rédaction s’est échelonnée pendant plus d’un millénaire.

  • 12 Gibb H. Kramers A. R., Provençal J. H., Lévi, Encyclopédie de lislam, Paris/Leiden, E. J. Brill/M (...)

13Si le terme « Coran » est employé en français pour désigner le « Livre », les Musulmans, eux, utilisent plutôt l’appellation de Muṣḥaf ‘Uṯmān, le « Manuscrit de ‘Uṯmān ». Le terme de muṣḥaf fait plus précisément référence au « manuscrit », donc à l’écrit. Ce terme a été emprunté aux Chrétiens d’Éthiopie qui nomment la Bible mushaf queddus. Il aurait déjà été suggéré pour les premières recensions coraniques par ‘Abd Allāh b. Mas’ūd qui « assurait avoir vu en Éthiopie une compilation analogue12 ». Le terme de muṣḥaf convient effectivement au Coran devenu « Livre ». La recension de ‘Uṯmān se présente sous la forme d’un manuscrit. Les premiers Musulmans avaient trouvé cette idée du livre (muṣḥaf) chez les Chrétiens du Royaume d’Axoum quand ils avaient émigré vers l’Abyssinie cherchant paix et soutien du Négus, tout au début de l’islam.

14Chez les Musulmans, s’établit progressivement une confusion entre le « Livre » en tant que message révélé et le support matériel (livre) qui fait finalement lui aussi l’objet de nombreuses attentions, non seulement sur le plan esthétique, mais aussi sur le plan identitaire.

15Envisager le rôle de la nomination de ces recueils fondateurs de religion en « Livre » nous a amené à rappeler quelques transmissions : transmission des savoirs, transmission des sens, transmission des cultures. La recherche de l’esthétique, de l’art, peut également se suivre au fil des différentes transmissions.

La diffusion du livre : quelle place pour l’esthétique ?

16Une fois institutionnalisé, le livre trouve progressivement sa place dans une société musulmane soucieuse de transmettre le message coranique. Un des principaux soucis est de dupliquer les ouvrages. Cette activité donne une nouvelle importance au support écrit. Le rôle particulier de certains manuscrits d’exception ou de certaines impressions illustre les partis que l’islam a su tirer de la matérialité même des manuscrits et des productions coraniques imprimées ou virtuelles. La recherche de l’esthétique reste une constante de ces productions.

Le manuscrit et la calligraphie

17La plus ancienne version écrite existante du Coran, celle qu’on dit tâchée du sang de Uṯmān, Muṣḥaf ‘Uṯmān, a fait l’objet d’une attention particulière. Elle a été, tout au long des siècles, très convoitée. La tradition populaire relate, à travers deux versions, la façon dont le Manuscrit de ‘Uṯmān aurait été transporté de la péninsule arabique sur le territoire de l’Ouzbékistan actuel. La première version rapporte qu’un parent du défunt Calife aurait emporté le fameux manuscrit en Transoxiane, à un moment où la ville de Médine était en proie à des troubles intérieurs. La deuxième version raconte que c’est ‘Ali Ibn Abī Ṭāleb, gendre du Prophète, qui aurait d’abord emporté le précieux manuscrit à Kufa. Au xive siècle, lors de l’arrivée de Tamerlan, ce dernier aurait confisqué cette version et l’aurait rapportée à Samarkand, au retour de sa conquête de l’Irak.

18Plusieurs siècles plus tard, en 1868, le Coran de ‘Uṯmān a été remis au Tsar par le général Von Kaufman et déposé à la Bibliothèque publique impériale de Saint-Pétersbourg. Après la Révolution d’octobre 1917, les Musulmans de Kazan emportèrent ce Coran de ‘Uṯmān dans leur ville. Des querelles opposèrent à plusieurs reprises les Musulmans de Kazan et ceux d’Ouzbékistan. Finalement, le manuscrit du Coran fut conservé à Tachkent à partir de 1924. Déposé au Musée d’histoire, il y demeura jusqu’en 1989, date à laquelle il fut confié au Conseil musulman d’Ouzbékistan qui en est le dépositaire actuel13. Le caractère précieux que ce manuscrit a acquis vient essentiellement de la sacralité qu’il porte. Rapidement, des copies ont été faites de ce manuscrit unique. Les copistes ont alors convoqué l’esthétique, notamment à travers la calligraphie, pour mener à bien leur œuvre.

19À la naissance de l’islam, ceux qui connaissaient les écritures se trouvaient parmi les Juifs et les Chrétiens que le Texte coranique nomme d’ailleurs « les gens du Livre ». Ce sont donc eux qui ont été d’abord utilisés pour les retranscriptions, notamment les rabbins. Ces derniers qu’on nomme en arabe aḥbār, ont eu pendant longtemps le monopole de duplication du Texte coranique. Ce terme de aḥbār tire d’ailleurs son origine de ḥibr, « l’encre ». En effet, les rabbins étaient connus pour avoir les doigts noircis par l’encre. De multiples copies ont ensuite été effectuées par des scribes professionnels et d’autres copistes. Chacun y est allé de ses apports esthétiques, mais aussi de multiples appropriations sous forme de réflexions, interprétations et notes. Les copistes musulmans ont pu prendre le relais dans un travail gigantesque et qui fait partie de l’épopée du livre-Coran. Différents types de calligraphie ont alors été développés puisant leurs inspirations dans des héritages anciens et variés : al-ḫaṭ al-kūfī, « la calligraphie kufique » ; al-ḫaṭ al-diwānī al-‘uṯmānī, « la calligraphie de l’administration ottomane » ; al-ḫaṭ al-nasḫī al-hindī, « la calligraphie des copistes indiens », al-ḫaṭ al-nasḫī al-irānī, « la calligraphie des copistes iraniens, ḫaṭ al-ta‘lyq al-irānī, « calligraphie d’exposition iranienne », al-ḫaṭ al-maġribī, « la calligraphie maghrébine », al-ḫaṭ al-ruq‘a al-turkī, « la calligraphie du damier turc » et bien d’autres encore. Cette variété a permis le plein développement de l’esthétique calligraphique du Coran grâce à un mariage réussi entre les différents apports géographiques, les appartenances identitaires, les diverses traditions et savoirs faire. L’esthétique relève aussi d’initiatives personnelles pour embellir les lettres et les mots. Certains se lancent dans l’embellissement du manuscrit, mariant l’héritage des savoirs locaux à des créations artistiques nouvelles sur le plan calligraphique. Quelques anecdotes nous font comprendre que le souci de l’esthétique du livre était déjà présent dès les débuts de l’islam. Il est ainsi rapporté que le deuxième calife Umar se promenant dans le souk, était tombé un jour par hasard sur un warrāq, un « papetier », qui lui avait montré un exemplaire du Coran doré et argenté. ‘Umar aurait alors avoué ne jamais en avoir vu d’aussi beau. Le prix en aurait été si élevé qu’il aurait préféré ne pas l’acheter.

Le passage à l’imprimerie et à la reliure

20Le livre-Coran, tel qu’on le connaît actuellement, se présente sous forme de livre imprimé. Il est le produit de l’histoire de l’imprimerie. Dès la fin du xve siècle, les écrits coraniques profitent de cette invention qui permet de dupliquer en nombre le Coran et de lui donner une nouvelle esthétique. À l’époque, sultans et émirs musulmans s’enorgueillissaient de posséder de beaux et volumineux recueils du Coran. L’embellissement de la présentation grâce aux procédés modernes était un motif de satisfaction certain.

21L’art de la reliure se développa à cette époque. Il semble avoir existé dans le monde musulman un peu avant l’Europe où cet art s’est essentiellement développé à la fin du xve siècle.

22La reliure reste importante de nos jours. Dans le monde arabo-musulman, les amateurs de livres achètent en général l’ouvrage « nu », de façon à ensuite personnaliser la reliure. Des artisans spécialisés proposent ce service et peuvent habiller le livre à la demande du client, en fonction de ses goûts, de ses finances et de l’usage qu’il souhaite faire du livre (instrument de travail ou livre de décor).

23Mais c’est bien sûr l’invention de l’imprimerie qui révolutionna vraiment la forme prise par les ouvrages. Héba Nayel Barakat14 montre comment c’est en Italie, et plus précisément à Venise, que parut le premier livre-Coran imprimé par les soins de Paganino de Paginate. Ce Coran fut connu sous ce nom et fut probablement imprimé au milieu du xvie siècle. Il fut suivi par une autre édition du nom de Seminary of Padua qui parut également à Venise en 1698 et qui comprenait deux volumes en langue arabe, avec une traduction abrégée en langue latine. À la même époque, le Coran fut imprimé à Hambourg par la Maison Henkelmann. Il existe deux exemplaires conservés de ce Coran. Tous les deux sont en Égypte, gardés dans deux institutions prestigieuses : Dār Al-Kutub Al-Miṣriyya et la Bibliothèque de l’Université du Caire. Cette édition est composée de 560 pages comportant chacune seize lignes et est précédée d’une introduction de quatre-vingt pages. D’autres éditions sont parues par la suite. Celle de Saint-Pétersbourg en Russie tsariste date de 1787, celle de Kazan de 1803 et celle de Leipzig de 1834. Ces différentes éditions du livre-Coran n’étaient pas exemptes d’erreurs qui résultaient principalement d’un manque de maîtrise de la langue arabe et de difficultés liées au déchiffrage de la graphie des manuscrits. Ces exemplaires du livre-Coran, imprimés pour la plupart dans le monde chrétien, avaient souvent des reliures admirables. La magnificence de ces reliures apportaient à l’édition tout le prestige nécessaire pour un livre où esthétique et sacré se mariaient.

24Le xixe et le xxe siècles connurent une prolifération d’éditions du Coran dans les pays islamiques. En 1923, fut par exemple imprimé au Caire le célèbre manuscrit du Cheikh Muḥammad ‘Alī Khalaf Al Ḥussaynī. Il fut réimprimé en 1973 sous la supervision d’une commission composée d’un groupe d’érudits de l’Université d’Al-Azhar. Ils donnèrent la priorité à la qualité linguistique du texte en promulguant une fatwa (« avis ») spéciale prohibant toute impression du livre-Coran qui n’aurait pas été précédée d’une révision minutieuse des épreuves. Curieusement, l’édition d’Al-Azhar ne donne pas beaucoup d’importance au côté esthétique. La reliure en est assez quelconque. Il existe bien sûr aussi des éditions plus récentes du livre-Coran. Elles sont souvent accompagnées d’études permettant aux lecteurs d’avoir des renseignements sur la manière de le lire en respectant les signes de ponctuations et les traits prosodiques propres à la langue arabe. Dans certains cas, la décision de la commission qui a ordonné l’impression du livre-Coran y est mentionnée. Ce sont ces seuls signes de ponctuations, ces conseils de lectures qui font à eux seuls la beauté de ce livre. Les impressions modernes ne rivalisent pas de magnificence pour les calligraphies ou les reliures. La beauté reste celle du texte lui-même dans toutes ses dimensions religieuses et poétiques.

Esthétique du « Livre », message, contre esthétique du « livre », objet

25La comparaison des éditions récentes du Coran avec les premiers manuscrits de ce texte nous permet de constater qu’une majorité des Musulmans focalisent plutôt sur le travail gigantesque, ardu et pénible qu’ont dû fournir les premiers copistes musulmans pour l’écrire. Ils semblent moins sensibles aux décorations pourtant admirables que certains manuscrits présentent. À l’image du jugement de la commission d’Al-Azhar, les théologiens semblent souvent moins attentifs à la qualité artistique de la représentation (calligraphie) et du produit fini (reliure). L’intérêt est plutôt d’observer l’évolution des graphies pour éviter les erreurs d’interprétations. Les variantes d’écritures, de reliures, les choix des couvertures du livre sont plutôt interprétés comme des indices éventuellement utiles à la compréhension ou à l’accès au « Livre » en tant que spiritualité du message, plus qu’à une beauté esthétique de l’objet « livre ». Ces indices ont aussi été étudiés (et sont étudiés) comme moyens pédagogiques pour faciliter la diffusion du « Livre ».

26La question de l’esthétique du Coran réfère en fait à deux conceptions différentes et les Musulmans restent partagés à ce sujet. Pour certains, l’esthétique est celle de la beauté de la parure et nous verrons ci-après, que dans ce cas, ils n’hésitent pas à l’embellir encore par des appropriations personnelles. Pour d’autres, la recherche de la beauté ne peut dépasser la beauté intrinsèque du « Livre » dans sa dimension spirituelle (accès au divin) et/ou littéraire (beauté des sens, perfection linguistique, dimensions métaphoriques...). Dans ce cas, manuscrits et livres imprimés ne sont que des véhicules dont la beauté de la matérialité importe peu.

27L’observation de nombreux manuscrits vient conforter cette idée que la beauté est aussi hors du visible. Beaucoup d’exemplaires coraniques sont ainsi gardés sans égard pour leurs calligraphies ou pour la « propreté » de la page. Ils sont souvent annotés et peuvent être enveloppés dans un chiffon ou un carton quelconque qui joue alors le rôle de reliure ou d’enveloppe (figure 2). La qualité du papier, la beauté de la reliure ou de la couverture ne sont alors en aucun cas un signe d’importance du manuscrit ou du livre possédé. Pour ces Musulmans, la beauté du Livre n’est alors que la beauté du sens des paroles. Par contre, le plus important est d’être capable de les conserver. C’est pour cette raison que la consultation d’un bon nombre de manuscrits coraniques est difficile. La raison alléguée en est toujours la crainte de les perdre. Ces manuscrits sont disséminés un peu partout dans les bibliothèques de différents pays. On les trouve également dans les collections des amateurs d’objets anciens et de curiosités. Certains d’entre eux, parmi les plus vieux, existent sous forme fragmentée. Ainsi peut-on en trouver un fragment à Paris, un deuxième à Rome, un troisième aux États-Unis, un quatrième en terre d’Islam. Ces fragments sont tout aussi vénérés, même s’ils apparaissent incomplets dans leur matérialité et si les feuillets ont été dispersés. Cela donne une dimension tout à fait spéciale, une sorte d’inaccessibilité qui confère une beauté cachée et une capacité à se multiplier. Chaque feuillet, chaque support renvoie à la plénitude du message, oblige à convoquer la mémoire et donc à revenir aux sources, à l’oralité du message. La beauté conservée par chaque feuillet coranique fragmenté est aussi importante qu’un ouvrage complet. En effet, ce feuillet a la qualité de s’effacer symboliquement face au message coranique qu’il porte. Cette sorte de fascination dépasse même le feuillet coranique pour atteindre tout papier sur lequel sont inscrites des écritures arabes. C’est ainsi que, dans beaucoup de pays musulmans, il est courant de considérer toute feuille écrite en arabe comme porteuse potentielle de mots coraniques. Ce principe amène à ne jamais mettre à la poubelle ce genre de papier. Ce comportement est commun, notamment pour les analphabètes pour lesquels c’est un principe de précaution élémentaire. Chaque feuille où sont tracées des lettres arabes est susceptible de porter toute la beauté et le sacré du message coranique.

Figure 2 : Carton quelconque qui sert de reliure au livre-Coran.

28La révolution informatique a permis depuis une vingtaine d’années au Coran d’accéder aux versions virtuelles du « Livre ». On peut le consulter sur ordinateur, mais aussi le garder auprès de soi grâce aux versions enregistrées sur CD (figure 3). L’objet palpable reste essentiel à sa promotion esthétique. Jusqu’à nos jours, la matérialité semble faciliter les appropriations. Remarquons ainsi qu’un des supports essentiels à la transmission du « Livre » a été (et demeure) l’utilisation de ces planchettes de bois, nommées walḥa en Afrique de l’Ouest (figure 4), ou encore law1a au Maghreb. C’est un support traditionnel d’écriture pour de nombreux élèves dans les écoles coraniques, mais c’est aussi le « Livre » le plus adapté à la vie bédouine. À la façon de l’ordinateur portable, la planchette coranique peut accompagner le voyageur. On peut y inscrire des versets, s’en imprégner, les effacer, mais ils demeurent toujours car ils ont été absorbés et ont imprégné son utilisateur. Ce sont aussi emblématiquement des feuillets dispersés. La walha peut se façonner, être personnalisée, « accueillir » certains versets, permettre l’entraînement calligraphique et possède encore bien d’autres vertus sur lesquelles nous reviendrons ci-après.

Figure 3 : CD comprenant le « Livre ».

Figure4 : Walha, planchette de bois contenant des versets coraniques. Gao (Mali).

Appropriations et exhibitions : entre esthétique, appartenance et sacré

29Les appropriations du livre-Coran sont très différentes selon la fonction qui lui est attribuée. Sa présentation varie selon les usages qui en sont réalisés. De livre lu, le Coran peut aussi devenir livre vu et vénéré.

Le livre lu

30Le fait que le livre soit relié le rend plus solide, plus durable et permet de l’utiliser dans les diverses situations de la vie quotidienne. Si vous lancez maintenant un coup d’œil sur le volume du livre-Coran qui se trouve entre les mains des Musulmans de tous les jours, vous observerez d’abord les deux feuilles de carton qui le soutiennent et qui sont censées le préserver. Les surfaces de ces deux feuilles sont généralement recouvertes de façon quelconque, sans aucune sensibilité à l’art de la reliure. La tranche du livre est souvent inégale et ondulée montrant que les pages ont été bien des fois feuilletées. Ni ornements, ni titre sur la couverture. C’est un livre qui participe à la vie quotidienne et n’est fait d’aucune parure. Mais on le protège très souvent, en le rangeant dans une boite en métal (figure 5) ou dans une sorte de chemise/pochette en tissu (figure 6). Cette dernière protection pourrait être un héritage direct du rôle du voile liturgique dans la tradition judéo-chrétienne. Coudre la pochette protectrice du livre-Coran est un travail de femmes. Cet acte peut être très simple : deux montants, une traverse, deux, trois ou quatre ficelles sans accorder d’attention particulière à la couleur des fils. Les ficelles peuvent ne pas avoir été disposées à des distances convenables. Une simple corde peut maintenir la pochette en place. Une plume est souvent insérée dans le livre-Coran : c’est peut-être ce qui reste de la mémoire du temps où l’on utilisait la plume pour écrire. C’est maintenant un marque-page. Cette plume provient soit d’un coq, soit d’un oiseau coloré comme le paon. La couture terminée, on coupe les ficelles en laissant dépasser quelques centimètres.

Figure 5 : Boite de Coran en métal. Environs de Marrakech (Maroc).

Figure6 : Pochette de Coran. Alep (Syrie).

15

31Avec ces deux exemples, on comprend rapidement que, pour tout connaisseur, l’habillage du Coran/livre n’est pas seulement une question esthétique détachée de la culture, mais qu’il est codé et peut signifier une appartenance culturelle ou identitaire.

Le livre vu et vénéré

  • 16 Notamment chez les analphabètes qui forment une bonne partie des Musulmans du monde.

32Le Coran peut être aussi un livre que l’on touche très peu16. Il n’en a pas moins des fonctions très importantes, notamment en tant qu’objet décoratif, sacré ou encore talisman. Le livre donne alors lieu à des appropriations sous forme de pratiques souvent très usitées et appréciées par « l’islam populaire », al-islām al-ša’bī. Elles peuvent être des pratiques d’adoration, être utilisées dans des usages sécurisant ou à titre purement esthétique. L’objet devient alors un support de dévotion, un porte-bonheur, un joyau ou encore une décoration. Il peut être l’unique livre trouvé à la maison. Par exemple, lors de notre enfance, mes sœurs, mes frères et moi-même, nous pensions que le livre du Coran, accroché au mur, était réservé aux seuls grands-parents. Plus tard, nous avons découvert que ces derniers ne savaient ni lire ni écrire. Mon père ne le touchait pas, ma mère débarrassait les poussières qui s’accumulaient sur lui, mais elle non plus ne savait ni lire ni écrire. Nous n’avons en fait jamais su ni comment il était arrivé, ni qui l’avait apporté. Il était à la fois décor et à la fois amulette.

33Le livre-Coran, devenu objet sacré, est porteur de pouvoirs. Il peut être invoqué par les malades, ceux qui souffrent, sont confrontés à un problème. C’est aussi l’outil de travail pour les marabouts, cheikhs et imams qui s’en servent pour professer leur savoir ou à titre magique. Le livre devient alors une sorte de certificat de légitimité. Il est également à ce titre utilisé à mauvais escient par des charlatans qui abusent de la crédulité de personnes en difficulté.

34Des versets coraniques, ou fragments de versets, extraits du « Livre » peuvent avoir cette même vertu. Ils ont souvent réussi à « s’envoler », quittant le nid préfabriqué du livre. Ces versets vivent hors livre et continuent à porter certaines propriétés du « Livre », soit par leur pouvoir magique, soit par la beauté de leur calligraphie. Ils ont échappé à la reliure, à la sacoche pour se retrouver dans un cadre, sur une tablette coranique ou sur tout autre support.

35Dans le cas du cadre, ils sont en général exhibés comme un tableau d’art. Ils sont alors écrits avec des lettres modelées en plâtre ou en lettres métalliques entièrement dorées ou argentées, ou encore finement ciselées de fils d’or ou d’argent. Il n’est alors pas nécessaire de les lire. Les prouesses de la calligraphie rendent d’ailleurs l’exercice de lecture très difficile, comme si la seule beauté du dessin était en soi suffisante à leur enseignement et à l’élévation d’esprit.

36Dans le cas de la tablette coranique, les versets sont retracés sur la planchette, à l’aide d’une préparation qui change selon les pays (charbon et gomme arabique au Mali par exemple). Quand ils sont mémorisés, ces versets sont ensuite effacés de la tablette et inscrits à jamais dans le cerveau de celui qui les avait tracés. L’eau qui sert à effacer ces versets n’est jamais jetée. Elle est souvent absorbée, ou qu’elle soit directement bue, ou qu’elle serve à des ablutions. Le liquide provenant de l’effacement de l’écriture devient un remède contre le mauvais œil, contre la maladie, contre le malheur… Les bédouins, quand ils voyagent peuvent laisser suspendu leur tablette sur leur chameau. Par le simple pouvoir des versets qui y ont été tracés, elle devient protectrice, au même titre que le « Livre ».

37D’autres supports peuvent accueillir les versets échappés du livre. Ainsi, à Damas, quand j’étais petit, les femmes analphabètes de mon quartier dessinaient des versets coraniques sur un support de velours, soit noir, soit vert, selon leur appartenance chiite ou sunnite. Elles copiaient les mots des versets sur un morceau de tissu, puis les brodaient, s’appropriant ainsi un message et ses pouvoirs. Le recopiage des mots venant du livre-Coran est considéré comme sacré et la beauté de la calligraphique peut ajouter à la sacralisation, en tout cas pour certains. Parfois, l’esthétique seule, du fait qu’elle provient d’éléments issus du « Livre », peut créer ce sacré. L’exhibition de ce qui est esthétique peut aussi renvoyer à l’époque ante-islamique, lors de laquelle, à l’issu des joutes oratoires organisées à La Mecque, les poésies gagnantes étaient accrochées sur le mur de la Kaaba.

  • 17 Siğistānī, Abū Bakr ‘Abd Allāh b. Sulīmān b. Al-’Aš’aṯ Al-anbalī, (Al-), Kitāb al-Maṣāḫif (« Le li (...)

38La recherche de l’esthétique joue incontestablement un rôle important. Ainsi, la planchette coranique qui est un outil essentiel est souvent un support travaillé. La forme qu’elle prend peut symboliquement indiquer la région de provenance (tout comme la couleur de la couverture du livre-Coran). La tablette coranique est plus qu’un simple support, elle devient elle-même source d’une attention particulière. Le livre-Coran peut, lui aussi, être l’objet de décors spécifiques dans sa conception matérielle même. Il peut devenir un véritable objet d’art, ou à défaut un élément décoratif apprécié par sa beauté17. Chaque famille, qu’elle soit fortunée ou non, possède au moins un livre de petite dimension, parfois orné comme un bijou. La confection d’une reliure d’étoffe de qualité et jugée esthétique renforce alors l’attachement à cet intime et précieux objet. Il est à la fois protégé et protecteur. Protégé car précieux, et protecteur car il est censé apporter soutien et bonheur à la famille, à la maisonnée.

39Selon le format du livre, on pourra utiliser ses fonctions en dehors de la maison. Un tout petit format permet qu’on l’introduise dans un bijou porté, pendentif par exemple (figure 7, page suivante). Dans un format un peu supérieur, il peut être glissé dans les invitations pour un mariage. Un petit format peut aussi le faire rentrer dans une petite boite damassée, ou une petite sacoche ouvragée que l’on pourra toujours avoir sur soi lors des voyages ou de tout autre déplacement. Dans le format plus classique d’un livre lu, il trouve sa place, accroché au mur. Transformé en CD, il peut aussi porter le même type de symbolique. Dans les voitures, on peut désormais le trouver suspendu sous le rétroviseur, soit en format livre, soit en format CD. Les « mises en scène » varient donc selon les usages et les lieux.

40Ce livre exhibé porte donc des fonctions qui oscillent entre le religieux et l’artistique. De livre lu, il est aussi devenu livre vu : talisman et objet décoratif. Le changement de fonctions opéré lui a permis de vivre jusqu’à nos jours et d’être à chaque fois et en chaque lieu approprié de manière spécifique. Cette nouvelle vie du livre-Coran qui donne toute liberté d’appropriations irrite un certain nombre de Musulmans.

Figure 7 : Le livre-Coran en bijou pendentif.

Fétiche politique et condamnation de l’esthétique

41L’emploi de décorations, d’ornements divers et variés est dénoncé par un certain nombre de théologiens et de pratiquants. Cependant, cette recherche de la beauté et de la mise en valeur du sacré a toujours suscité un engouement de la part de la majorité des Musulmans. Le livre-Coran est, lui-même, de plus en plus porteur de sacralités qui sont souvent instrumentalisées à des fins politiques.

Le livre comme fétiche politique

  • 18 Meskawih Abū‘Alī Ar-Rāzī, Tağārub al ‘umam (« Les expériences des peuples »), vol. 1, Téhéran, Dār (...)

42Le livre coranique, pris comme objet sacré, a aussi une fonction de revendication identitaire ou de légitimation politique et il est employé à ce titre dans une mise en spectacle. Politiciens et partisans l’utilisent pour faire entendre leurs revendications, voire s’imposer sur la scène politique. Cette fonction politique est ancienne et il semble que le livre-Coran ait été utilisé comme objet de légitimation dès les débuts de l’islam. Les premières scissions au sein de l’islam, qui opposaient les Musulmans fidèles à ‘Alī Ibn Abī Ṭāleb (Chiites d’aujourd’hui) aux adeptes de Ma’āwiya Ibn Abī Sufiān (actuels Sunnites) instrumentalisaient déjà le livre-Coran à des fins de légitimation. Abu ‘Alī Meskawih Ar-Rāzī18 rapportait ainsi que Ma’āwiya Ibn Sufiān, alors Calife de Damas, aurait pressenti qu’il allait perdre la guerre s’il n’inventait pas un stratagème imparable. Sur les judicieux conseils de ‘Amru Ibn al ‘Āṣ, il aurait alors décidé d’opérer une diversion de façon à rassembler ses propres combattants autour de lui et à diviser ceux de son ennemi ‘Alī. L’idée était de faire brandir par ses propres combattants les versions du Coran au bout de leur lance et, par ce seul geste, de déstabiliser le camp adverse. En effet, les partisans de ‘Alī seraient alors troublés. Quelle que soit leur décision, Ma’āwiya gagnerait grâce à l’incertitude créée autour de la légitimité ou non d’attaquer des gens portant le Coran. Effectivement, il sema ainsi la division chez les ennemis, les rendant alors vulnérables.

  • 19 Une distribution médiatisée du Coran a été réalisée par le président Boutefliqa aux populations si (...)

43Le livre-Coran a, par la suite, été utilisé et continue à être utilisé à de multiples reprises et dans des conditions très diverses. Il peut servir de recours à la suite d’un accident ou d’une catastrophe, comme cela a été récemment le cas lors du dernier tremblement de terre en Algérie19. Il peut aussi être utilisé lors de manifestations à buts plus précisément identitaires et revendicatifs. On voit ainsi certains Corans être brandis lors de manifestations (figures 8 et 9). La couleur rouge est celle du Coran de Warš ; la couverture verte se réfère à la version wahhabite de l’islam. Ces utilisations politiques de l’objet-Coran amènent à certaines radicalisations. Par exemple, certains commencent à contester la légitimité du Coran de Warš, à dénoncer les pratiques qui s’éloignent des codes imposés par un islam radical issu de l’école wahhabite et à considérer comme hérétique toute utilisation en dehors des nouvelles normes imposées, donc toute valorisation esthétique.

Figures 8 et 9 : Le livre Coran brandi lors de manifestations : couleur rouge pour le Coran de Warš ; couverture verte pour la version wahhabite de l’islam (lors d’une manifestation à Casablanca au Maroc). Source : Jeune Afrique L’Intelligent, hebdomadaire (12 au 25 août 2002).

Des fatwas contre l’esthétique

44Dans le monde arabo-musulman, le livre-Coran et les versets calligraphiés servent depuis longtemps de décor dans les parures des chevaux ou des chameaux, dans les transports en commun, dans les véhicules privés ou encore dans les intérieurs (habitations, mosquées…). Or désormais sa fonction de décor amène parfois des remarques critiques. Certains regards désapprobateurs tendent à contrôler ce qui est alors jugé comme « inconvenance religieuse » et les valorisations esthétiques du livre ou des versets ont tendance à devenir moins courantes.

45Certaines mouvances radicales de l’islam partent en croisade contre ce qu’elles considèrent être des hérésies. Pour elles, capturer les versets coraniques qui vivent hors livre est par exemple devenu un sport favori en tant qu’objet de lutte théologique, voire politique. Des théologiens et de simples croyants s’acharnent ainsi contre de nombreuses appropriations, telles que le livre-Coran suspendu au mur, les versets « volants » calligraphiés, les bijoux ou autres décorations se servant des lettres coraniques. Des fatwas sont émises pour signifier leur illégitimité. Cette condamnation de toute esthétique, de toute exposition et dévotion non encadrées participe à un courant de la pensée radicale islamique qui a certes traversé les siècles mais prend une ampleur inédite actuellement. Assez curieusement, les mêmes qui sont dans la dénonciation des « mauvaises » fonctions données au Coran utilisent le livre comme fétiche d’appartenance et instrument idéologique.

46Cette croisade contre les fonctions non contrôlées du livre, qu’elle soit fonction esthétique ou encore dévotion liée à la magie, se fait aussi par le biais des médias (Internet, chaînes télévisées satellitaires surtout). Les courants radicaux condamnent toute autre utilisation que celle professée par eux-mêmes. Aucune place n’est laissée aux appropriations. Selon ces doctrines intégristes, l’islam devrait se resserrer autour de « bonnes pratiques » dont elles donnent les formules et tout écart est condamné. Toute une série de fatwas sont émises pour appuyer le contrôle mis en place. On peut suivre cette épopée des fatwas sur certains sites Internet qui sont en général des sites de propagande. En voici quelques-unes qui sont très significatives du climat de prohibition qui envahit la planète. Le dialogue ci-dessous recueilli sur un site Internet en arabe20 est emblématique du climat actuel d’encadrement des Musulmans dans des pratiques plus restrictives d’où sont bannies les recherches esthétiques à propos du livre-Coran.

47À la question d’un simple Musulman du nom d’Abu Yusef sur les « bonnes pratiques » dans l’islam, ce site Internet énonce une fatwa sans équivoque au nom de l’imam Ibn ‘Ayṯamyn :

48Question :

49Bism il lahi-r raḥmān -il raīm, Al salāmu ‘alaykum wa raḥmatu l-lahi wa barakātuhu

50Ma ḥukm ta’līq ṣuwar al qur’ān al karīm ‘al-al hā’iṭ l-il tabarruki bihā aw aḫuhā badyl l-il ṣuwar al muḥarrama ? wa hal ha a yu’tabar min-al tamā’im ?

51« Au nom de Dieu le Clément, le salut pour vous et la clémence de Dieu et ses barakas !

52Quel jugement est-il donné à propos de la suspension des versets coraniques au mur, de leur utilisation pour la baraka, ou de leur utilisation à la place des images qui sont interdites ? Cette action est-elle à mettre sur le même plan que l’utilisation des grigris ? »

53Réponse :

54La yağuz ta’lyq al ayāt wa lā yağuz al tabaruk bihā wa innamā (yağuz al tabaruk) bi qirā’ atihā

55« Il n’est pas permis de suspendre les versets coraniques, il n’est pas non plus permis de leur demander la baraka. Il est permis par contre de solliciter la baraka en les lisant. »

56Toute une série de justifications est donnée à ces interdictions en faisant appel à différents Cheikhs et théologiens. Historiquement, l’islam a toujours connu ce genre de débats. Les plus extrémistes optent même pour une interdiction des écritures coraniques dans les mosquées21, ce qui menace le cœur du patrimoine arabo-musulman.

57Allant dans ce même sens restrictif, la commission de recherche de l’iftā’22 (centre de recherche religieux en Arabie mais influant dans l’ensemble du monde) affirme qu’il n’est permis d’utiliser des écritures coraniques, ni comme décor, ni pour obtenir la baraka, que ce soit à l’intérieur des maisons, des écoles ou encore dans les commerces. Une autre fatwa23 édicte qu’écrire des versets coraniques sur les horloges est un acte condamné, car ces horloges se trouvent en des lieux où ces versets ne sont pas respectés. Les justifications sont multiples et convoquent toutes sortes d’arguments pour partir en guerre contre le foisonnement des pratiques décoratives et dévotes que de nombreux Musulmans prêtent au Coran.

58Ces interdictions sonnent comme autant de coups portés contre la création libre, contre les appropriations, contre l’extraordinaire capacité d’invention et d’imagination des populations. Elles agissent comme des censeurs de l’esthétique.

Conclusion

59Le parcours du message coranique devenu « Livre », enfermé dans un objet matériel « livre », nommé « Coran », puis y échappant pour s’exprimer en pure esthétique à travers la calligraphie fait partie de cette quête incessante de la beauté. La question de l’esthétique, notamment de celle du « Livre », a permis au Coran de s’épanouir dans une seconde vie, mais elle a aussi sollicité des controverses autour des nouvelles fonctions symboliques et pratiques qui sont attribuées au livre-Coran. Les fonctions esthétiques, religieuses et politiques s’entrecroisent, se partagent le terrain. Certaines d’entre elles font l’objet de condamnations. Au nom d’une « purification » de l’islam, le livre devrait être dépouillé de tous atours. La recherche de l’esthétique et les nombreuses appropriations du livre-Coran par les Musulmans sont particulièrement visées. Cependant la recherche de l’esthétique reste indispensable à l’expression des individus et des sociétés. C’est peut-être cette extraordinaire capacité à « créer du beau » qui pourra venir à bout de la lutte acharnée que certains radicaux mènent contre toute forme d’expressions libres et créatrices.

Notes

1Asqalānī, Al-Ḥāfiẓ b. Ḥağr, Fatḥ al Bārī bišarḥ ṣaḥiḥ Buḫārī (« L’ouverture de Dieu par l’explication du livre de Ṣaḥiḥ Al Buḫārī »), Casablanca, Maktabat al salām al ğadida, 2003, vol. 1, p. 21.

2 Le chiffre « sept » est symbolique et signifie la pluralité.

3 Muaysan Muḥammad Sālem, Tārīḫ al Qur’ān al karīm (« L’histoire du généreux Coran »), Djedda, Dār al Aṣfahānī, 1393 de l’hégire, p. 130.

4 Muslim Abū Al-Ḥasan Muslim b. Al-Ḥağağ b. Muslim Al-Qašīrī Al-Nisābūrī, Ṣaḥīḥ Muslim (« Recueil de Muslim »), Egypte, Dār b. Rağab, 2002, p. 389.

5 Ibn Kaṯīr al-Dimašqī, Tafsīr al-Qur’an (« L’interprétation du Coran »), La Mecque, Al-Maktaba al-Tigarīya, 1992, vol. 4, p. 948. D’après lui, les savants ne sont pas d’accord sur la signification des sept lectures du Coran. Al-Qurṭubī a compte plus de trente cinq interpretations possibles.

6 Zarzūr ‘Adnān, Le Coran et ses textes, Damas, ḫalid b. al-Walīd, 1980, p. 104.

7 Amdouni Hassan, Les Quatre califes, Paris, Al Qalam, 1993, p. 303.

8 Triki Fathi, L’impératif « “Lis”. Le Pouvoir et le sacré », in Dédale. Le paradoxe des représentations du divin. Limage et linvisible, Maisonneuve & Larose, 1995, n° 1 & 2, p. 72.

9 Iqra était le premier mot du Coran avant la réforme du calife‘Uṯmān.

10 Al Karjousli Soufian, La Polysémie et le Coran, Lille, Anrt, thèse à la carte, 2005, p. 83.

11 http://www.coranix.com/200rem/index.htm

12 Gibb H. Kramers A. R., Provençal J. H., Lévi, Encyclopédie de lislam, Paris/Leiden, E. J. Brill/Maisonneuve & Larose, 1960-2002, 10 tomes, p. 668.

13 http://portal.unesco.org/ci/fr/ev.php-URL_ID=3931&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

14 Barakat Héba Nayel, « Les Éditions coraniques », http://www.isesco.org.ma/pub/FR/LngProphetes/Chap4.3.htm.

15 Cette dernière réforme a été adoptée par la majorité des pays, mais signalons dès à présent que certaines versions du Coran utilisent d’autres principes de lettres diacritées (Coran de Qālūn et de Warš).

16 Notamment chez les analphabètes qui forment une bonne partie des Musulmans du monde.

17 Siğistānī, Abū Bakr ‘Abd Allāh b. Sulīmān b. Al-’Aš’aṯ Al-anbalī, (Al-), Kitāb al-Maṣāḫif (« Le livre des Corans »), Beyrouth, Dār al-bašā’ir al-islāmiyya, 2002, p. 542.

18 Meskawih Abū‘Alī Ar-Rāzī, Tağārub al ‘umam (« Les expériences des peuples »), vol. 1, Téhéran, Dār Serūš, 1987, p. 354.

19 Une distribution médiatisée du Coran a été réalisée par le président Boutefliqa aux populations sinistrées.

20 Ibn Al ‘Ayṯamayn, « Des fatwa », http://www.tootshamy.com/thumbnails.php?album=66.

21 Al Imām al Nuwawī, Al tybiyān fy adab bamaltu alqurān, http://www.assiraj.biz-land.com/library/tabyan.htm.

22 Ibn Baz‘Abd al ‘Aziz, revue Buhuth, fatwa n° 2078, http://www.mom.fr/guides/jor-danie/jordanie-La.html.

23 Ibn baz ‘Abd al ‘Aziz, revue Buhuth, fatwa n° 43, http://www.mom.fr/guides/jorda-nie/jordanie-La.html.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : La Fatiha (première sourate du Coran) calligraphiée. Tableau d’art signé Imad Sabri, artiste syrien de Damas
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1901/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 781k
Légende Figure 2 : Carton quelconque qui sert de reliure au livre-Coran.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1901/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 3 : CD comprenant le « Livre ».
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1901/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Figure4 : Walha, planchette de bois contenant des versets coraniques. Gao (Mali).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1901/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Légende Figure 5 : Boite de Coran en métal. Environs de Marrakech (Maroc).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1901/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Figure6 : Pochette de Coran. Alep (Syrie).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1901/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1901/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1901/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Figure 7 : Le livre-Coran en bijou pendentif.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1901/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 453k
Légende Figures 8 et 9 : Le livre Coran brandi lors de manifestations : couleur rouge pour le Coran de Warš ; couverture verte pour la version wahhabite de l’islam (lors d’une manifestation à Casablanca au Maroc). Source : Jeune Afrique L’Intelligent, hebdomadaire (12 au 25 août 2002).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1901/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 776k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540