Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Esthétique du livre

 | 
Alain Milon
, 
Marc Perelman

Troisième partie. Livre et lieu d’exposition

La reliure, objet de création1

Marie Akar

Texte intégral

  • 1 Nous nous intéressons ici à la reliure d’art – appelée aussi reliure de création – c’est-à-dire à (...)

1Relier : La « spécialisation [du terme] pour “assembler les feuilles d’un livre”, d’abord à propos d’un manuscrit (fin du xiie siècle), puis d’un livre imprimé (xvie siècle) est ancienne et est devenue un emploi autonome du verbe (relier), détaché de lier. Il a alors une double valeur, générale et particulière, désignant l’opération finale par laquelle on donne au volume assemblé une couverture rigide. » Quant à la définition de reliure, ce « nom féminin, apparu après l’invention de l’imprimerie, désigne l’action de relier, puis l’art, la technique. Dans ce sens, il donne lieu à une riche terminologie qui reflète la nature et l’évolution de cet art, tant du point de vue des matériaux (cuirs, vélin, maroquin, veau, basane, chagrin, etc., puis cartons, matériaux synthétiques…) que du décor (reliure aux armes, à la fanfare, à la cathédrale, mosaïquée, etc.) ou du style d’un relieur (reliure signée) ».

2Ces définitions du Dictionnaire historique de la langue française nous éclairent sur les dimensions de la reliure, à la fois techniques – assembler les pages, leur donner une couverture protectrice – et artistiques. En effet, un livre est un objet architecturé : deux plats, deux contreplats, un dos, une épaisseur. Un volume, donc, qui double sa surface une fois ouvert. Cette capacité d’extension conditionne la conception de son décor.

3Le relieur est un artisan d’art qui met en œuvre un savoir-faire séculaire. Il travaille de ses mains pour garantir la longévité du livre – celui-ci étant à la fois un contenu digne d’être conservé et la forme matérielle qui l’accueille – et créer un décor qui rend chaque volume unique. De son intervention dépend l’apparence de la reliure, dictée par la nature de l’ouvrage et l’usage auquel il est destiné. Que le livre demeure dans la bibliothèque d’un monastère ou voyage à travers les continents, très tôt se sont mises en place des techniques garantes de la diffusion dans le temps et l’espace de la pensée qu’il renferme. Elles correspondent à une succession d’étapes, qui vont de l’assemblage des feuilles à sa couverture et visent à la fois à protéger et embellir l’ouvrage. Par la reliure, la valeur fonctionnelle du livre s’enrichit d’une valeur esthétique.

4En effet, le livre se présente à la vue et au toucher par sa reliure. Ce premier contact, avant la lecture, met en jeu notre jugement esthétique et conditionne notre appréciation, notre attirance – ou notre rejet – pour l’objet-livre et ses caractéristiques physiques, pour l’équilibre de son ornementation, pour la douceur de sa peau. La reliure témoigne des soins dont on a souhaité entourer l’ouvrage, du désir de prolonger son existence et de celui qu’il serve sans se détériorer, elle témoigne aussi du besoin de le personnaliser. Elle est révélatrice de l’art du temps, du style qui l’a inspirée (janséniste, Renaissance, romantique, etc.) et reflète le goût du relieur. Jusqu’au début du xxe siècle, elle ne révèle pas le sujet du livre. Elle indique, sous forme cryptée (armoiries, devises, anagrammes, initiales entrelacées, etc.), l’époque, le relieur, parfois le propriétaire du livre, et elle n’introduit au texte qu’en citant le titre, le nom de l’auteur.

5L’objet de cette présentation est, après une brève visite dans l’atelier d’un relieur et une petite histoire de cette discipline, de montrer la richesse et la vitalité de la reliure d’art aujourd’hui.

Le travail du relieur

6Singulière activité que celle du relieur qui peut travailler sans lire le livre et commence par démonter, décoller, découdre, rogner, couper, avant de recomposer le corps d’ouvrage, c’est-à-dire de réassembler les cahiers en les cousant ensemble. Ensuite, il réalise la couverture, autrefois en bois, aujourd’hui en carton recouvert de peau ou de papier, et assemble corps d’ouvrage et couverture. Puis vient le décor, inspiré par les courants artistiques qui l’ont précédé et son propre univers créatif.

Outillage et fournitures

7La reliure nécessite des outils et du matériel spécifiques, qui restent traditionnels :

8Pour mesurer : équerres, règles, gabarits d’angle, compas. Pour travailler le cuir : couteau à parer, tas à battre, pierre à parer. Pour découper : ciseaux, cutter, scie. Pour travailler le papier : plioir, râpe, frottoir. Pour endosser (donner sa courbure au dos) : marteau.

9Des feuilles de cartons, des ais de grecquage en carton, des ais de bois pour la mise en presse, différentes colles, des papiers : japon pour les onglets, de soie pour les réparations, cristal pour frotter, bouffant, Ingres, vélin ou encore japon pour les gardes blanches, Kraft pour faire cambrer les cartons, papiers unis ou décorés pour les gardes de couleurs. Sans oublier fils et ficelles : le fil de couture sert à réunir les cahiers entre eux. La ficelle sert à réunir les cartons avec le livre. De préférence en chanvre, elle est incrustée dans le dos du livre et maintenue par le fil de couture. Le cas échéant, des fils pour la tranchefile.

10Des textiles sont également nécessaires : toile, mousseline, soie.

11Des papiers ou des peaux pour la couvrure, généralement de mouton, chèvre, veau ou porc.

12Le gros outillage est constitué de la presse à percussion, la cisaille, l’étau à endosser, la presse à rogner, le cousoir, la presse à main, la presse à dorer sur tranche.

Les principales étapes

13Suivant la nature du livre, sa fonction, son format, la qualité du papier et les éventuels souhaits du bibliophile lui confiant l’ouvrage, l’artisan choisit le type de reliure à réaliser (bradel, demi-chagrin, plein maroquin, etc.), les matériaux à employer (cuir, carton, carte, papier des gardes unis, marbrés, dominotés, tranchefile), le graphisme du décor et de la dorure. Ce sont donc à la fois les compétences techniques et le sens artistique du relieur qui sont sollicités.

14La plaçure : le relieur démonte le livre broché et le prépare en vue du nouvel assemblage qu’il a conçu : débrochage, nettoyage, réparations éventuelles des feuillets, montage des gravures sur onglets, gardes blanches et fausse garde, mise en presse à percussion, ébarbage, grecquage, couture, passure en colle, arrondissure, endossure.

15La pose des couvertures : choix des cartons et coupe, encoche des ficelles, passure en carton, arrondissure définitive, mise en presse, pose de la mousseline, rognage, tranchefile, pose des goudrons, ponçage du dos, ponçage des cartons, collage définitif des ficelles, taille, élagage, collage du faux dos, taille de la toile ou de la peau (après avoir préparé celle-ci).

16La couvrure : application par collage sur les plats du matériau choisi (cuir, toile, papier), recoupe des remplis et comblage du contreplat, taille et collage du papier de garde couleur, coupes des gardes couleur, coupe et collage de la garde contreplat, mise en presse de finition.

17Réalisation du décor : il peut être apposé sur le cuir de couvrure par estampage (en pressant un objet sur le cuir humide pour y imprimer un dessin), dorure (en imprimant un dessin, un caractère, une ligne ou un filet au fer ou au fleuron), mosaïque. Les techniques de base du décor sur cuir se sont peu modifiées au fil des siècles, les innovations consistant principalement dans la forme des motifs. Toutefois, depuis le xxe siècle, des matériaux nouveaux ont fait leur apparition augmentant les possibilités décoratives.

18La pièce de titre : elle était réalisée sur un morceau de cuir que l’on plaçait au dos du livre, sur laquelle le doreur intervenait pour indiquer le titre de l’ouvrage et le nom de son auteur. Depuis le début du xxe siècle, ces mentions ne figurent pas systématiquement. Leur emplacement est variable, elles migrent parfois sur les plats et font partie du décor lui-même ; ou sont même absentes de la reliure.

Petite histoire de la reliure française2

  • 2 Source : Persuy Annie et Evrard Sün, La Reliure, Paris, Denoël, 1983.

19Dès que le support de l’écrit prend la forme du codex dans les premiers siècles de notre ère et que, à partir de l’Égypte, il se répand dans le bassin méditerranéen, apparaît la nécessité d’assembler les pages entre elles pour en permettre la lecture (contrairement au rouleau qui ne nécessitait aucune pagination) et de les protéger. C’est la naissance de l’art du livre, notamment dans les monastères coptes qui inventent une technique de couture des cahiers et de couverture en bois, ainsi qu’un système de décors inspiré de l’art égyptien : des dessins géométriques réalisés le plus souvent avec des fers sur le cuir humide.

20En France, avant le xiie siècle, les reliures sont en parchemin ou en peau de mouton, truie, cerf à peine aminci, trop grossier pour être orné. Elles sont munies de fermoirs, de quatre cornières en métal et d’un clou central (appelé ombilic) pour éviter l’usure de la couverture. Les belles reliures sont en général réalisées par les ivoiriers et les orfèvres qui savent travailler l’étoffe (velours, brocart), le bois incrusté de pierreries ou de plaques d’ivoire, le métal précieux orné de sculptures.

21Les xiie, xiiie, xive siècles. Cette période se caractérise par un renouveau artistique dû à un essor économique. Les relieurs s’installent hors des monastères, près des universités où une clientèle instruite est en attente de livres plus petits et plus soignés. Deux grandes catégories de reliure se distinguent : les reliures d’orfèvrerie et les reliures de cuir décoré par ciselure ou estampage. Cette dernière technique utilise la pression de blocs de buis, puis de fer ou cuivre gravé laissant leur empreinte sur le cuir humide. Les motifs sont essentiellement religieux. Au xiiie siècle, certaine reliures bénéficient d’empreintes dorées à l’or. Au siècle suivant, le veau lisse et le cuir de bœuf, parfois teints en rouge ou en vert, font leur apparition.

22Le xve siècle. Gutenberg imprime sa première bible à la fois sur papier et sur parchemin. On passe rapidement de quelques centaines d’éditions manuscrites à environ vingt millions d’exemplaires imprimés entre 1450 et 1500 en Europe. Le cuir est du veau brun ou de la basane. Une grande innovation est introduite par des ouvriers gréco-byzantins : la couture « à la grecque » permet, au lieu de coudre sur nerfs, d’incruster les ficelles dans le dos. Cette nouvelle technique de couture est par la suite – officiellement en 1750 en France – devenue la règle. Alors que la couture à l’ancienne (sur nerfs) n’exerce pas de tirage sur le papier du livre, la nouvelle couture « à la grecque » est bien plus brutale : on scie dans les cahiers de grandes entailles en V pour y loger les ficelles, la tension du fil tire sur le papier, mais l’ensemble est très solide. De nouvelles techniques de décor voient le jour : les premières plaques gravées (vers 1480) offrent la possibilité d’orner le centre des plats en une fois ; des fers héraldiques apparaissent, marques de propriété, la roulette, disque fixé au bout d’un manche, laisse la trace d’un filet de largeur variable ou d’un motif gravé qui se répète.

23Le xvie siècle. Grâce à des artisans talentueux et à des mécènes royaux (Louis XII, François Ier, Henri II et Henri III) et bibliophiles (Jean Grolier, Anne de Montmorency, etc.), les livres réalisés à la Renaissance se caractérisent par une rare harmonie entre la qualité du papier, la typographie, la mise en pages, l’illustration et la reliure. Une technique nouvelle donne les moyens de dorer sur tranche, un cuir de grande qualité – le maroquin de Cordoue – arrive en France vers 1536, qui facilite la réalisation des décors. Ceux-ci s’enrichissent considérablement : décors géométriques faits d’entrelacs, de filets et de fleurons dorés, rectangles-losanges contenant des armoiries, introduction de la couleur avec des décors à la plaque rehaussés de cire teintée, décors mosaïqués, à la fanfare, au semé, etc.

24Le xviie siècle. L’édition connaît un important développement. La grande majorité des livres est reliée, souvent en veau brun. Les armoiries sont très présentes dans l’ornementation du livre, seules ou accompagnées d’une marque, d’un emblème ou d’un chiffre. C’est le début du papier marbré ou peigné pour doubler les plats. De nouveaux décors s’imposent : à compartiments géométriques, à l’éventail, dos à la grotesque. Les dorures parfois très chargées font réagir les Jansénistes qui bannisent tout ornement des plats. La création, en 1686, de la corporation des relieurs-doreurs donne un statut à part entière à la profession.

25Le xviiie siècle. Comme le xvie siècle, le xviiie – jusqu’à la Révolution – est une période brillante pour les arts graphiques, la typographie, l’illustration, ainsi que la reliure. Celle-ci témoigne d’un grand raffinement, notamment par les matières employées : veau blond ou écaille, granité, marbré, maroquin rouge, vert, bleu ou citron. Les fers sont d’une grande finesse et les décors mosaïqués plus fréquents. Le titre n’est plus indiqué directement sur le dos, mais sur une pièce de titre, morceau de cuir collé sur le dos. L’ornement caractéristique au xviiie est le décor à la dentelle réalisé avec différents fers : fleurettes, coquilles, fleurs, feuilles stylisées sont des motifs empruntés à la dentelle et à la broderie.

26La période de la Révolution ne favorise pas la reliure de luxe qui, assimilée à des besoins inutiles de l’aristocratie, va pratiquement disparaître. Le cuir est médiocre, les papiers sont unis, les armoiries au centre des plats sont remplacées par des emblèmes révolutionnaires.

27Le xixe siècle. Le goût de l’antique s’impose sous l’Empire. Les plats sont ornés d’encadrements à la roulette aux motifs typiques du style Empire : grecques, sphinx, lyres, branches de chêne ou de laurier. Les dos restent divisés en compartiments pointillés d’or par des roulettes à la place des nerfs.

28Sous la Restauration, le style Empire perdure quelque temps. Le maroquin et le veau glacé adoptent de nouvelles teintes : gris, lilas, rose, feuille morte, violet. La demi-reliure aux dos ornés est à la mode. En même temps que s’affirme, à l’époque du romantisme, la mode des cartonnages gaufrés et des reliures d’éditeur, existent plusieurs types de motifs sur les reliures de luxe : encadrements de filet reliés aux angles par des fleurons de style rocaille, plaques à la cathédrale, sobres jeux de filets, etc.

29La période 1840-1880 est celle du pastiche de style ancien : copie de reliures filigranées du xviiie et de riches dorures, copie du style Louis XV.

30Puis, à la fin de ce siècle, un renouveau se produit, de même qu’en Allemagne et en Angleterre, grâce à l’influence de l’Art nouveau.

31Ainsi, poussés par les progrès techniques (emploi de certains métaux pour fabriquer de nouveaux fers ou plaques, tannage et teinture des peaux, vernis colorés), les influences étrangères (liées à la circulation des biens et des personnes), les régimes politiques (favorisant ou pas le mécénat des bibliophiles, réglementations nouvelles relatives au statut de la profession), les relieurs ont écrit leur histoire en mettant au point des procédés pour améliorer la protection des livres et en inventant de nouveaux décors pour les embellir.

Panorama de la reliure contemporaine

Les débuts du xxe siècle3

  • 3 Source : Relieurs dart aujourdhui, catalogue d’exposition, Metz, Bibliothèque de la ville de Met (...)

32Une véritable renaissance de la reliure a lieu au xxe siècle. Les cercles de bibliophiles et les collectionneurs ont probablement joué un rôle déterminant dans cette évolution en suscitant la collaboration d’éditeurs, d’artistes – dessinateurs, peintres, graveurs – et de relieurs. Citons Marius Michel, représentatif d’une œuvre qui connaîtra un grand succès avant d’être taxée d’académique, probablement à cause de la répétition de ses motifs floraux. Il déclare en 1922 :

  • 4 Cité par Devauchelle Roger dans La Reliure. Recherches historiques, techniques et biographiques su (...)

Je ne passe plus maintenant pour un révolutionnaire. De même qu’en politique, on est toujours le réactionnaire de quelqu’un, en arts décoratifs, on est toujours pompier pour la génération suivante4.

33Cette distinction entre le concepteur du décor et l’artisan qui l’exécute ira en s’accentuant, notamment entre les deux guerres, et attirera vers le livre des décorateurs attentifs aux conceptions nouvelles. Parmi eux, Georges Cretté (1893-1969), successeur de Marius Michel, est particulièrement influencé par l’Art nouveau. Mais le plus célèbre reste Pierre Legrain (1889-1929) : il a permis de renouveler en profondeur la conception du décor en reliure, et le vocabulaire graphique utilisé a bénéficié de l’influence des mouvements artistiques du moment, en particulier le cubisme :

  • 5 Chapon François, Mystères et splendeurs de Jacques Doucet, Paris, Lattès, 1984, p. 256, 257.

[…] Un rythme créé à partir d’éléments géométriques, d’entrelacs simplifiés, de couleurs organisées va rendre possible une équivalence abstraite de l’esprit d’un volume, sans empiéter sur les privilèges dévolus au mot ni sur ceux de l’illustration5.

34Par ailleurs, il supprime les nerfs du dos, ce qui permet de prolonger la composition d’un plat à l’autre.

35Le travail de Rose Adler (1890-1959) est également novateur. Elle a suivi les cours de l’École des arts décoratifs et traduit avec un grand talent les leçons du cubisme dans la conception de ses compositions.

36Paul Bonet (1889-1971) est célèbre pour ses « reliures irradiantes » et son interprétation, par des techniques comme l’adjonction de métal, d’œuvres surréalistes.

37L’Art déco n’est pas en reste, qui influence Robert Bonfils (1886-1972), dont la formation n’est pas non plus celle de relieur, mais de peintre et graveur.

38Citons encore Henri Creuzevault (1905-1971) et ses célèbres arabesques, ses décors dits « aux filets d’or » ou « à la chevelure ». Ce fils de relieur a excellé dans l’élaboration de maquettes tout en exerçant son talent dans d’autres disciplines artistiques.

  • 6 Toulet Jean, Georges Leroux, catalogue d’exposition, Paris, Filipacchi/Bibliothèque nationale, 199 (...)

39Georges Leroux (1922-1999) a durablement marqué son siècle : son œuvre, selon Jean Toulet, « totalise la reliure moderne et la réfute en la dépassant. Elle voue ses successeurs à l’imitation ou aux ruptures radicales6 ». Pour des ouvrages issus du mouvement surréaliste et des livres illustrés d’œuvres de peintres et de graveurs contemporains, il a conçu des compositions qui ont entièrement renouvelé l’ornementation en reliure et qui ont permis de donner un essor sans précédent à cette discipline, parfois menacée de répétition.

40Une association, créée en 1945 par six relieurs de talent – Jacques Anthoine-Legrain, Paul Bonet, Henri Creuzevault, Georges Cretté, Robert Bonfils et Rose Adler –, a permis, au sortir de la guerre, de donner un nouveau souffle à la reliure d’art. L’activité de la Société de la reliure originale consistait, entre autres, à mettre en contact relieurs et bibliophiles par l’organisation d’expositions ; elle existe encore aujourd’hui sous le nom des Amis de la reliure originale. Ses actions ont sans doute permis à des passionnés d’arts appliqués de se consacrer à la reliure de création, contribuant au rayonnement international de la France dans ce domaine. Parmi eux, citons Pierre-Lucien Martin, Georges Leroux, Henri Mercher, Germaine de Coster et Hélène Dumas, Roger Devauchelle, Alain Lobstein, Claude Honnelaître, Colette et Jean-Paul Miguet, Monique Mathieu, Paule Ameline.

41Loin des réflexions centrées uniquement sur la construction spatiale du décor, le travail de Jean de Gonet, dans les années 1970, a ouvert des voies jusque-là insoupçonnées. Il souhaite rendre visible la structure de la reliure, donc celle du livre, et mène des recherches qui vont révolutionner la reliure traditionnelle :

  • 7 Garrigue Marie, Regards en marge, catalogue d’exposition, Bibliothèque alsatique, Strasbourg, 2008 (...)

Il innove en traitant différemment les matières : il les teint, ponce, patine, perfore… Ses décors sont ainsi le résultat d’une incroyable alchimie entre la structure et l’exploitation artistique de la matière : des décors subtils, le plus souvent d’une grande sobriété. De nombreux relieurs se sont inspirés de ses créations, d’autres se sont aventurés plus loin dans le chemin qu’il a tracé. Jean de Gonet a donné, en quelque sorte, un nouveau statut à la profession, celui d’artiste-relieur. Les années 80-90 ont été celles de toutes les audaces […]. Elles ont vu émerger une nouvelle génération de relieurs qui ont su se nourrir des expériences de leurs aînés7.

La recherche aujourd’hui

42La vitalité de cet artisanat d’art s’affirme aujourd’hui dans le fait que les relieurs ne se conforment pas nécessairement à un style ou à un courant esthétique, mais expriment des idées et des conceptions personnelles. Une volonté de sortir du carcan de la reliure traditionnelle – qui, au xixe siècle s’en remettait fréquemment au pastiche – a vu le jour au début du siècle suivant et elle poursuit sa progression sur le chemin de l’innovation. Les relieurs n’ont de cesse de mener des recherches pour inventer de nouvelles structures, de nouvelles techniques de décor et employer de nouveaux matériaux. Chacun puise son inspiration dans l’histoire de la reliure, dans celle du livre, dans sa propre créativité et participe au développement d’expressions d’une grande diversité.

La structure du livre

43De nombreux relieurs, dans les années 1970, ont essayé différentes techniques, afin de mettre au point des procédés d’assemblage des cahiers entre eux, et avec la couverture, sans perdre de vue la finalité esthétique de leur métier. Parmi eux, Sün Evrard, guidée par son désir d’obtenir une reliure souple, au lieu des plats rigides, ainsi qu’une ouverture du livre bien plus ample qu’avec une structure classique et sa couture sur nerf, s’inspire des pratiques traditionnelles pour mettre en œuvre des coutures et des assemblages qui enrichissent les possibilités de décor. Par exemple, la reliure à plats rapportés ouvre un champ immense d’expérimentations puisque le relieur réalise son décor sur les cartons de la couverture avant assemblage. Ce qui lui donne la possibilité de recommencer s’il n’est pas satisfait, sans avoir à refaire le corps d’ouvrage. La reliure à mors ouverts convient aux livres de grand format, lourds et épais, car la couture compensée sur nerfs permet notamment de diminuer le tirage du fil de couture sur le papier. Cette structure est un outil précieux pour les livres anciens. Ou encore, la reliure à agrafes, également souple, qui est constituée d’une couverture intérieure, au lieu des gardes volantes, et d’un bloc livre cousu séparément. Ils sont retenus ensemble par des agrafes qu’elle préfère en or, soutenues par des plaquettes de bois.

  • 8 Entretien de l’auteur avec Sün Evrard, octobre 2006.

44Pour elle, « il y a d’abord une envie esthétique, une image de ce que l’on aimerait faire, comme un habit que l’on veut donner à un livre. Petit à petit, se dégage de cette envie une idée qui demande un développement technique particulier. Finalement, ce sont des réflexions très techniques qui font progresser dans le domaine de l’artisanat d’art8 ».

45Son respect du livre l’a également conduite à un apparent paradoxe : intervenir le moins possible sur l’ouvrage (relier un livre sans le débrocher, c’est-à-dire sans défaire la couture d’origine), notamment lorsqu’elle réalise des reliures de conservation. Le système qu’elle a mis au point correspond à ses constantes préoccupations : faire en sorte qu’il y ait le moins de tirage possible sur la couture, les agrafes et le dos, assurer la souplesse de l’ouvrage et sa bonne ouverture, conserver l’intégrité du volume. En effet, si on coupe les fils qui retiennent l’ouvrage à sa reliure, on retrouve le livre broché intact. Elle travaille fréquemment pour des bibliophiles privés et publics, dont la Bibliothèque nationale de France, et des institutions comme le musée d’Érasme à Bruxelles qui, n’appréciant pas les pastiches et connaissant son goût des compositions minimalistes, lui demandent de réaliser des reliures sur des ouvrages anciens, parfois du xvie siècle.

Hésiode, Théogonie. Gravures de Georges Braque, © Éditions Faton, Art et métiers du livre. Exemplaire 117/150 signé par Georges Braque. Maeght, 1955.
Reliure de Sün Evrard, 1998. Reliure à mors ouvert. Le livre est cousu sur onze lanières (en peau de buffle bleu et en parchemin) fixées au plat par les agrafes en or. Les plats sont en peau de veau teintée en ocre, roux et marron, tramée et cirée. Les différents morceaux, aux contours ondulés, sont assemblés sur un fond de papier japon bleu-vert. Dos en peau de chèvre dépolie et teintée. Gardes contre-plats en veau teinté. Garde volante en veau mat.

46Toutefois, on manque aujourd’hui de recul pour affirmer si ces structures seront pérennes. C’est également vrai pour les nouveaux matériaux, comme certains cuirs ou matières plastiques, ce qui conduit de nombreux relieurs aujourd’hui à revenir vers une structure traditionnelle avec passure en carton et décors plus classiques, qui plaisent d’ailleurs à un plus grand nombre de bibliophiles – clients des relieurs, ne l’oublions pas.

Les matériaux

47Le cuir. Matériau de couvrure « historique », il prend des noms variés selon les animaux dont il provient, les traitements et les effets obtenus.

48Le mouton : basane (peau lisse à pores visibles, fragile, à l’épiderme lâche, convient pour la reliure ordinaire), agneau velours (préparé pour être utilisé côté chair, en « daim »).

49La chèvre : chagrin (peau de chèvre d’Europe ou d’Inde à petits grains), maroquin (chèvre d’Afrique du Sud à gros grains), oasis (chèvre du Niger à grain irréguliers, à l’épiderme élastique).

50Le veau : peau lisse mate ou légèrement satinée, souvent veinée ; box (peau perméable lisse et brillante).

51Le porc : peau grainée, très élastique ; on peut l’empoyer côté chair en « daim ».

  • 9 Persuy Annie et Evrard Sün, La Reliure. Recherches historiques, techniques et biographiques sur la (...)

52Le parchemin : il en existe de mouton, de chèvre ou de veau, d’épaisseurs variables. Côté chair, il ressemble à du papier, côté fleur, on distingue les pores et des veines de la peau9.

53Ces cuirs sont disponibles en couleur naturelle ou préalablement teintés.

54Pour le décor, on utilise aussi, mais de manière plus récente, la peau d’autres animaux, comme le buffle, le lézard ou le serpent, plus rarement la grenouille, l’iguane ou l’hippopotame, mais aussi la peau de différents poissons. Le cuir marin a en effet ses adeptes. Le galuchat, peau de squale ou de raie, est exploité pour la gainerie depuis le xviiie siècle, puis, deux siècles plus tard, par les artisans d’art de l’ameublement, et en reliure, par exemple sur des compositions de Pierre Legrain en 1925. Actuellement, le relieur québécois Odette Drapeau est connu pour son utilisation de peaux de saumon, sole, anguille, truite, etc.

55Outre l’emploi de certains cuirs non traditionnels, c’est le traitement de la matière – l’intervention du relieur en modifie l’aspect initial – qui ouvre des perspectives nouvelles.

56Le papier. La diversité des papiers que l’on peut choisir comme matériau de couvrure permet des rendus de matières surprenants : Kraft, papiers de magazine, papiers aux effets de transparence (pelure de japon, papier de soie, cristal, calque), etc. De plus, leur teinture réalisée par le relieur à l’aide de couleurs à l’eau ou à l’alcool, de gouache ou d’encres typographiques offre une vaste palette chromatique. La combinaison de cette diversité et des possibilités de coloration ouvre un large champ d’investigations, le papier étant à la fois support de couverture et élément décoratif.

  • 10 Source : Rousseau Florent, Reliure. Les décors en papier de Florent Rousseau, Paris, Faton, 2005.

57Selon les propriétés du papier, les techniques varient : teinture, froissage, plissage, effet poncé, coloré, empreinte, pochoir, papiers déchirés, effets de rythme par destructuration des motifs, par exemple en découpant des bandes10.

58Le bois dont Alain Taral est le grand spécialiste. Il emploie une technique classique de reliure et choisit pour les plats du livre des bois durs comme le noyer, le chêne, l’acacia. Pour le décor en placage, il préfère des bois plus rares, semi-précieux d’Afrique ou d’Amérique latine. Il lui arrive également d’introduire en incrustation d’autres matériaux dans sa composition. La richesse des tonalités de couleurs des bois lui suffit en général et il ne les teint que rarement.

59Le polycarbonate. Se sentant limité dans sa création par les techniques traditionnelles, Edgar Claes se tourne vers le polycarbonate, matériau contemporain d’une solidité à toute épreuve. Pour exploiter ce plastique de manière inédite comme couverture de livre, il a dû surmonter de nombreux écueils et, par exemple, inventer des systèmes d’attaches et d’articulation. De même pour le décor, la gravure du polycarbonate, sa coloration, etc. Naturellement, les outils sont ici bien différents de ceux de la reliure traditionnelle : perceuse, fraiseuse, scie électrique. Les éléments qui servent à construire le livre, tels que charnière, dos, etc., font, chez lui, partie intégrante de la composition. Ses motifs, souvent géométriques, font penser à des architectures imaginaires, des paysages de science-fiction, des machines infernales ou des engrenages à la Metropolis.

  • 11 Source : De Coster Annie, « Véronique Van Mol, la reliure haute couture », in Art & métiers du liv (...)

60Divers textiles peuvent également servir de matériaux de couvrure. Outre la présence de collages et de papiers décorés, les reliures en tissu de Véronique Van Mole renouent avec la tradition des livres brodés du Moyen Âge. Elle affectionne particulièrement le lin qui se décline en de nombreux coloris et joue, pour composer ses décors, avec les qualités d’autres tissus – transparence, souplesse, relief, douceur, etc. –, avec des fils et des rubans brodés, et des points de couture plus ou moins apparents11.

Jean Gabriel Coscullucla, Dehors n’est pas déshabité, illustrations de Serge Plagnol, © Éditions Faton, Art et métiers du livre. Éditions L’Amourier, 2000, exemplaire n° 17/40.
Reliure d’Alain Taral. Reliure en bois de padouk, charnières doubles, liaisons en palissandre. Gardes en peau de velours toscane. Patchwork de différentes essences chaudes (acajou, satiné, rubané, etc.). Collection particulière.

Pierre Reverdy, Le Chant des morts. Poèmes. Lithographies originales de Pablo Picasso, Paris, Tériade, 1948. © Éditions Faton, Art et métiers du livre.
Exemplaire n° 172/270 sur vélin d’Arches, signé par l’auteur et l’artiste.
Reliure d’Edgar Claes, 2006, dos en polycarbonate. Les plats ajourés de très nombreux cercles sont constitués de deux plaques en polycarbonate entre lesquelles sont montés de rouages découpés dans du PVC, imbriqués les uns aux autres et que l’on peut faire tourner tous ensemble en manipulant un des rouages extérieurs.

61Sans oublier des matériaux insolites qui attirent certains relieurs, car ils correspondent à leur univers créatif. Ainsi les plaques de métal rouillé qu’Annie Robine agrémente d’improbables personnages faits de boulons et autres écrous, ou ses grilles formant les plats de l’ouvrage, entièrement garnies de coquillages.

Les décors

62Le décor n’est plus une arme, un fleuron, un filet doré. Les relieurs, bénéficiant depuis le xxe siècle d’une grande liberté d’expression, puisent dans cette typologie classique, mais créent également leurs propres motifs. Le décor est conçu en fonction de son support, de la position de celui-ci dans l’espace – posé sur les rayonnages d’une bibliothèque, pris en main, ouvert ou fermé –, de son format. Le résultat est un exemplaire unique. Certains relieurs, à la manière des peintres, ont leur style, aisément reconnaissable. Parfois, le matériau de couvrure est travaillé de sorte à devenir le décor lui-même. Pour d’autres, il s’agit d’inventer des procédés pour utiliser des matières non traditionnelles. Des recherches approfondies sont menées pour obtenir des traitements aux effets inédits et les terrains d’expérimentation sont nombreux. Par exemple, le cuir – élément de couvrure on ne peut plus classique – est, suivant la voie ouverte par Jean de Gonet, brossé, griffé, incrusté, ciré, patiné, décoloré, etc. On peut aussi sur ce support transférer des images par ordinateur.

63Pourtant, si le répertoire technique est loin d’être infini, le choix des motifs est immense, comme en témoigne la variété des résultats. Ainsi que l’indique Jacky Vignon, relieur spécialisé dans la réalisation de coffrets à décor :

  • 12 Art & métiers du livre, n° 259, avril-mai 2007, p. 46.

Il existe finalement un petit nombre de techniques de base que nous déclinons et, éventuellement, mêlons : empreinte, incision, mosaïque, teinture, ponçage, déglaçage12.

64Elles sont comme un alphabet maîtrisé par les relieurs qui traduisent dans leurs œuvres leur monde intérieur. L’agencement graphique des différents éléments sur les plats du livre sont l’expression d’une vision esthétique :

  • 13 Rousseau Florent, Reliure. Les décors en papier de Florent Rousseau, op. cit., p. 11.

le point, la ligne, la surface, le volume, l’espace et la couleur […] régissent tout procédé de composition13.

65Explosion de couleurs, sobriété, décor géométrique, minimaliste, parlant, figuratif, abstrait : la reliure aujourd’hui se caractérise par une grande variété. Voici quelques exemples.

  • 14 Art & métiers du livre, n° 266, mai-juin 2008, p. 28.

66Après avoir étudié, comme Sün Evrard, la structure du livre pour inventer des systèmes de couture ou d’assemblage qui donnent une plus grande souplesse au livre – reliures souples, structures japonaises, croisées, à plats rapportés, etc. –, Florent Rousseau revient vers un corps d’ouvrage classique, procédé historiquement éprouvé, pour se concentrer sur la structure de la couvrure – cuir, papier – et des décors. Il conserve toutefois une technique mise au point par Martine Mélin : un système d’onglets rapportés cousus qui donne au livre une belle ouverture, impossible en reliure traditionnelle puisque les cahiers sont directement solidaires du dos. Il n’emploie jamais une matière sans la traiter de sorte à en créer une nouvelle : il préfère prendre un cuir brut, le travailler et le « transformer » pour lui donner l’allure, par exemple, du galuchat. L’intérêt est d’éviter de rencontrer les problèmes techniques liés à cette peau de poisson, tout en présentant le même aspect. Avant de commencer, il a en tête l’image de la composition achevée et ne dessine jamais de maquette. À partir d’un concept graphique, il effectue ses recherches de matières et une technique de base – teinture, application, empreinte, etc. – lui permet de développer de nombreuses variations en intervenant sur les motifs, les couleurs, les assemblages, les effets de contraste – matité, brillance, incrustation, relief, etc. : « Utiliser le box tel quel n’apporte rien, à mes yeux, cela a déjà été fait. C’est l’étude de la matière, voir jusqu’où je peux aller qui me fascine14 », explique-t-il. Guidé par un souci d’esthétique, il explore les ressources de la peau ou du papier, et parvient à produire des ambiances tour à tour feutrées, raffinées, gaies, chamarrées, obscures ou énigmatiques.

Jean-Paul Sartre, Situation de New York, illustré par Gottfried Salzmann, 1989, Paris, Les Bibliophiles de France, © Éditions Faton, Art et métiers du livre.
Exemplaire n° 72/180 sur vélin d’Arches.
Reliure de Florent Rousseau en plein cuir en veau. Le veau est teint avec applications de divers petits fers de dorure, 2001, signé F. Rousseau. Collection Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Paris.

67Formé, entre autres, dans l’atelier de Florent Rousseau, Carlos Sanchez Alamo, jeune relieur madrilène installé en France, est passionné par les techniques du déglaçage et du transfert, ainsi que par la conception de décors sur ordinateur. Il scanne plusieurs de ses gravures, les assemblent et les modifient pour former une nouvelle œuvre qu’il transfère ensuite, après l’avoir recolorée, sur le cuir de couvrure. Il affirme ainsi sa position d’artiste-relieur, qui, tout en se situant dans la filiation d’un métier traditionnel, entend user d’outils contemporains.

68Paule Ameline préfère réaliser une structure classique et s’applique à la conception du décor en jouant sur les cuirs, les coloris et les formes pour créer des compositions mosaïquées. Elle apprécie particulièrement le box pour la couvrure, car ce cuir lisse met en valeur les éléments décoratifs. Ses recherches sont longues avant de trouver l’idée de départ. Celle-ci doit s’imposer comme une évidence, de même que les éléments – matières et coloris – qui vont la structurer. Elle utilise fréquemment la technique de l’aérographe sur cuir ou papier, avec laquelle on obtient de nombreuses nuances de coloration, accentuant les subtilités du cuir. Sa gamme chromatique est riche : des rouges, bruns, ocres, des verts, des jaunes, sans oublier d’intéressantes nuances de bleus. Un vocabulaire graphique s’impose, original, empreint de sensibilité, dont les signes sont constitués par l’agencement des couleurs et des matières – des peaux et des papiers découpés – posées sur la surface des plats avec mesure ou profusion. Elles composent de vastes motifs apparentés au monde minéral, végétal ou animal, aux dessins ondulants ou géométriques, fluides ou structurés par une symétrie axiale. La réussite de l’ensemble tient à la clarté des formes, à la précision du tracé, à la profondeur des compositions construites dans la quête permanente de l’équilibre et de l’harmonie.

Jean Cocteau, Le Potomak 1913-1914, précédé d’Un prospectus 1916 et suivi des Eugène de la guerre 1915, Paris, Société littéraire de France. 1919, édition originale. © Éditions Faton, Art et métiers du livre. Exemplaire n° 30/50 sur hollande avec envoi manuscrit.
Reliure de Paule Ameline, 2001, en box grenat. Décor en box jaune et vert de différentes nuances. Une ligne sinueuse de petits carrés verts traversent le dos.

69« La reliure, comme la peinture, est une expression de soi », affirme volontiers August Kulche en citant le peintre abstrait Jo Delahaut. Pour ce relieur belge, atypique, volontiers provocateur, il est essentiel de nourrir son travail des œuvres produites par les arts plastiques, et il souhaiterait que soit dispensée une formation artistique dans les écoles de reliure. Il a fait preuve de grande originalité en appliquant, dès les années 1980, la technique de la sérigraphie à la reliure. Il emploie, de préférence aux matières nobles comme le maroquin et le box, la vachette qui lui permet de s’affranchir de certaines contraintes techniques ; les encres d’imprimerie, peintures pour cuir, vernis font partie de ses matériaux de prédilection. Ses compositions sont très critiquées – épaisses couches de peinture et de vernis –, car la liberté dont il fait preuve peut sembler en contradiction avec la conception classique du relieur humble au service du livre. Elles sont sans rapport avec le contenu de l’ouvrage, ce qui, depuis Marius Michel, est devenu presque choquant. Pour August Kulche, le relieur est un artiste qui a le droit de créer sans tabous et la perfection technique n’est intéressante que si elle est source d’inspiration. Les conventions ne devant pas prendre le pas sur l’expression, il considère les plats de l’ouvrage comme une toile blanche :

  • 15 De Coster Annie, « August Kulche », in Art & métiers du livre, n° 264, janvier-février 2008, p. 30

Les décors [d’August Kulche] témoignent d’un graphisme plus libre où le geste spontané du dessin commence à jouer un rôle. […] Les décors se composent sur la reliure dans un jet d’action […] et le décor devient action painting15.

Nuno Judice, La Phrase et le monde, photographies sur papier au gélatino-chlorobromure de Julie Garcin, Éditions Fata Morgana, Montpellier, 1994, © Éditions Faton, Art et métiers du livre. Exemplaire n° 24/30.
Reliure d’August Kulche. Reliure collée (pas de couture). Simple emboîtage renforcé par la toile. Décor à la peinture en haut relief à dominance bleu nuit et or.

70Et Georges Colin d’ajouter :

  • 16 Colin Georges, Kulche-Kulche, catalogue d’exposition, Bibliotheca Wittockiana, 1995. Cité par De C (...)

La vérité, c’est qu’il n’est ni relieur, ni curieux de reliure, mais artiste ne vivant que pour l’art16.

71Dans un style différent, Daniel Knoderer, autre relieur atypique, par ailleurs peintre et musicien, a ouvert, depuis la fin des années 1970, des perspectives totalement nouvelles en reliure. Si la structure du corps d’ouvrage reste classique, son besoin de liberté et son audace le conduisent à réaliser des plats – souvent en polycarbonate – aux découpes dissymétriques qui dépassent largement le format du livre. Il aime utiliser le veau pour ses qualités de matière et de couleurs, pourtant difficile à appliquer sur les reliefs et les contours, et se sert d’autres peaux de façon secondaire. Mais il emploie surtout pour ses décors spectaculaires des objets de récupération qu’il détourne et transforme – pinces à linges, piles électriques, touches de piano, morceaux de plastique – créant de véritables reliures-objets qui s’apparentent à des sculptures.

Gisèle Prassinos, Brelin le Frou, Paris, Éditions Belfond, 1975, © Éditions Faton, Art et métiers du livre.
Reliure de Daniel Knoderer, 1998. Plein veau noir bordé de chagrin rouge, des pinces de bois peintes sont fixées sur la couverture, lettres poussées à chaud à l’œser sur dos et plats (il s’agit du nom des personnages du livre), contre-gardes en veau marbré, trois paires de gardes de couleurs.

72Son travail est lui aussi controversé au sein de la profession en raison de son expression tellement radicale qu’elle ne respecte pas le livre au sens où l’entend la bibliophilie : l’effacement du relieur devant le livre sacralisé n’est pas le propos de Knoderer. Il revendique un geste avant tout artistique et personnel. Tant pis s’il est quasiment impossible de ranger ses livres dans une bibliothèque !

73À l’opposé de l’abstraction lyrique d’un Kulche ou des objets non immédiatement identifiés de Knoderer, citons les reliures minimalistes de Mechthild Lobisch. Elle privilégie l’art conceptuel du livre et son enseignement dans l’école de Burg Giebichenstein, Hochschule für Kunst und Design à Halle (Allemagne), qu’elle a dirigée de nombreuses années. Elle tient à mener une réflexion approfondie sur la nature et la place du livre :

  • 17 Lobisch Mechthild, Le Livre médiateur, travaux du département Livre et art conceptuel, Halle a.d. (...)

Des conceptions personnelles ou communes sont développées, de nouvelles techniques ou procédures inventées. Afin de comprendre le livre en tant que médium artistique/formateur, les étudiants se servent aussi bien des techniques simples ou expérimentales que des techniques classiques et raffinées de la reliure. La reliure n’est pas un espace fonctionnant comme une illustration ou une peinture. Elle fait partie d’un objet tridimensionnel et dynamique17.

Le titre : la dorure

74Les mentions d’auteur et de titre étaient autrefois indiquées par le doreur sur un morceau de cuir appelé pièce de titre, placé sur le dos du livre. De la simple fonction informative (titre de l’ouvrage visible lorsque celui-ci est rangé sur un rayonnage), le titre est devenu, au cours du xxe siècle, partie intégrante du décor, courant parfois du plat recto au plat verso, participant à la structure même de sa composition. Toutefois, chez certains relieurs, il a tout simplement disparu.

75Le métier de doreur a considérablement évolué. L’or, très rarement utilisé aujourd’hui, a cédé la place au film œser. Ce papier cellophane sur lequel a été déposé un pigment mêlé d’apprêt se décline en une large palette de couleurs, enrichissant notablement les accords chromatiques avec la composition. Le choix de la police de caractères, de l’emplacement du titre au sein du décor, des couleurs se fait souvent en étroite collaboration avec le relieur. Les critères de lisibilité sont essentiels (empattements, espacement entre les lettres, graisse, alignement), de même que l’aspect esthétique (place du titre, nombre de mots, de lettres, dessin de la lettre, harmonie avec l’ensemble, avec l’époque de l’auteur, avec le contenu du livre, etc.).

L’inspiration

  • 18 Rousseau Florent dans Art & métiers du livre, n° 266, mai-juin 2008, p. 30.

76Le choix d’un décor correspond à la fois à l’expression de l’univers du relieur et à une interprétation du livre. Il est d’ailleurs intéressant de constater à quel point un même texte peut donner lieu à des reliures très différentes selon la personne qui le relie, preuve que cette discipline est, outre la démonstration d’une maîtrise technique, l’expression de la sensibilité du relieur et de son sens artistique. Si tous ne lisent pas l’ouvrage qu’ils vont relier, la grande majorité s’imprègne de l’atmosphère dégagée par le texte, son époque, les illustrations, la mise en page, la typographie, les lettrines, la qualité du papier, etc., et, à partir des impressions qu’elle suscite, donne libre cours à son inspiration, chacun en fonction de sa personnalité, de sa créativité, de ses matières ou coloris de prédilection. Plusieurs possibilités s’offrent au relieur : réaliser un décor au pied de la lettre, directement inspiré du travail de l’écrivain et, le cas échéant, de l’artiste illustrateur, s’en éloigner totalement pour éviter de paraphraser ou encore, dégagé des contraintes de l’évocation, représenter ce qu’est ce livre pour lui. Pour Florent Rousseau, « le relieur doit être modeste, suggérer sans démontrer, s’effacer tout en mettant en valeur l’intérieur du livre. Être relieur est un choix qui n’est pas celui d’être artiste. Sinon, autant s’exprimer sur une toile blanche18 ». Un livre consensuel, une pièce jolie mais qui n’apporterait rien à l’histoire de la reliure, ni à celle de l’art, n’a, pour lui, pas de raison d’être.

77Certains relieurs « voient » l’image du livre relié et du décor, avant d’entamer le travail. C’est le cas de Daniel Knoderer qui relie uniquement des ouvrages qu’il a lus et aimés. Après un temps pour assimiler le livre et ce qu’il contient, texte – et illustrations, le cas échéant –, il peut commencer, sans a priori et de manière presque totalement improvisée : les choix techniques, plastiques, de couleurs, de matières s’imposent au fil de la réalisation.

78De même pour Sün Evrard. Elle lit le livre, laisse passer un certain temps, puis lui vient une représentation qu’il lui faut réaliser. À partir des outils d’expression de la reliure – techniques (dont la structure choisie), matériaux, couleurs –, elle crée une reliure qui protège, introduit ou suggère quelque chose de nouveau, qui ne soit ni l’illustration du sujet du livre, ni la pâle copie des œuvres de l’illustrateur.

79D’autres, comme le Belge August Kulche, utilisent les plats du livre comme le lieu de leur expression, sans nécessairement la rattacher au texte et aux illustrations.

80Ainsi, cohabitent les tendances les plus diverses : représentations figuratives, constructions abstraites aux formes géométriques ou proches de la peinture gestuelle, décors à base de compositions typographiques, simplicité apparente du minimalisme, etc. Le relieur conçoit des formes qui, entre communion avec l’ouvrage et interprétation personnelle, sont inspirées sans être illustratives et restent dans la parenté de l’auteur, du graveur. Le sujet ou l’histoire, l’époque, la langue font surgir des images qui nourrissent sa propre inventivité, et, si le décor n’est pas nécessairement en rapport avec le contenu du livre, il en restitue le plus souvent l’esprit.

81La culture du relieur, ses centres d’intérêt, son attirance pour certains artistes conditionnent probablement son travail, et l’on peut s’interroger sur l’influence des mouvements artistiques sur la reliure de création. Paule Ameline se déclare volontiers intéressée par les œuvres de Serge Poliakoff, Vassily Kandinsky ou Nicolas de Staël. Germaine de Coster dans l’immédiate après-guerre, lorsqu’elle pratiquait sur certaines de ses œuvres des décors constitués de plaques de métal déchiré et oxydé, ou de cordes, était probablement influencée par l’Arte Povera. Paul Bonet a réalisé quelques reliures dites « constructivistes ». Mais, comme l’explique Claude Bourdois, ancien président de l’ARO :

  • 19 Entretien de l’auteur avec Claude Bourdois, septembre 2004.

En tant qu’artisan d’art appliqué, les relieurs sont en décalage par rapport aux courants esthétiques. Ils ne sont probablement pas précurseurs dans ce domaine. Ils s’inspirent des mouvements artistiques passés qui nourrissent leur inspiration19.

82Ainsi, du Moyen Âge à nos jours, la reliure a-t-elle considérablement évolué. Elle est passée d’un artisanat proche de l’orfèvrerie à une expression qui traduit l’esprit du livre, car l’art contemporain a permis aux relieurs une immense liberté dans leur inspiration. Le clergé, les rois, les mécènes, l’aristocratie faisaient relier les ouvrages sur lesquels ils souhaitaient apposer leurs emblèmes, mais aussi, de même que les bibliophiles aujourd’hui, ceux qu’ils jugeaient dignes de passer à la postérité. En effet, la reliure d’art est à plusieurs titres une introduction au livre, une entrée en matière faisant appel à l’œil, au toucher, à l’esprit : sensualité de la peau, vibration des couleurs et des motifs, indices de ce que renferme le livre.

83Pourtant toute couverture, même réalisée industriellement, est une invitation à ouvrir le livre, à lire et à contempler les illustrations. Dès lors, qu’apporte la reliure de création ? Elle se distingue des ouvrages de librairie en ajoutant des éléments inimitables : unicité de l’objet après intervention du relieur, démonstration de la valeur du livre jugé digne d’être préservé et embelli. Faire relier un livre a un prix qui conditionne la qualité des ouvrages que donne un bibliophile à l’artisan : outre un intérêt littéraire, il s’agit en général d’éditions rares. Et le travail du relieur ajoute une plus-value au livre : esthétique, mais aussi financière. Son prix augmente de façon significative lors des ventes aux enchères, lorsque la reliure – comme un tableau – est signée d’un nom célèbre. La reliure est également apparentée à une œuvre lorsqu’elle est exposée au même titre qu’une peinture ou une sculpture, ce qui peut laisser croire à une équivalence de statut entre ces modes d’expression. L’emploi de deux termes, que ce soit dans l’expression « artisanat d’art » ou « reliure de création », est cependant révélateur d’une nette ambiguïté concernant à la fois le métier et le produit fini, le travail du relieur se situant à la frontière entre savoir-faire technique et expression artistique. C’est là que les postures divergent : certains relieurs se considèrent avant tout comme des artisans au service du livre qui, conversant silencieusement avec leurs confrères des siècles passés, incarnent la richesse de l’histoire du livre ; d’autres estiment que les plats sont avant tout le lieu de leur propre formulation artistique et réfutent la notion d’art appliqué. Aussi, entre fidélité à la tradition, démarche expérimentale, liberté du geste, épure ou exagération, ces différentes conceptions donnent lieu à d’abondantes modulations, pour le plus grand bonheur des amateurs, des collectionneurs et des bibliophiles.

Notes

1 Nous nous intéressons ici à la reliure d’art – appelée aussi reliure de création – c’est-à-dire à la reliure décorée, et non à la reliure courante exempte d’ornement, utilisée pour conserver des volumes administratifs, des registres de mairie, des archives diverses.

2 Source : Persuy Annie et Evrard Sün, La Reliure, Paris, Denoël, 1983.

3 Source : Relieurs dart aujourdhui, catalogue d’exposition, Metz, Bibliothèque de la ville de Metz, 2001.

4 Cité par Devauchelle Roger dans La Reliure. Recherches historiques, techniques et biographiques sur la reliure française, Paris, Éditions Filigrane, 1995, p. 289.

5 Chapon François, Mystères et splendeurs de Jacques Doucet, Paris, Lattès, 1984, p. 256, 257.

6 Toulet Jean, Georges Leroux, catalogue d’exposition, Paris, Filipacchi/Bibliothèque nationale, 1990, p. 17.

7 Garrigue Marie, Regards en marge, catalogue d’exposition, Bibliothèque alsatique, Strasbourg, 2008, p. 72.

8 Entretien de l’auteur avec Sün Evrard, octobre 2006.

9 Persuy Annie et Evrard Sün, La Reliure. Recherches historiques, techniques et biographiques sur la reliure française, op. cit., p. 41.

10 Source : Rousseau Florent, Reliure. Les décors en papier de Florent Rousseau, Paris, Faton, 2005.

11 Source : De Coster Annie, « Véronique Van Mol, la reliure haute couture », in Art & métiers du livre, n° 262, octobre-novembre 2007, p. 44-53.

12 Art & métiers du livre, n° 259, avril-mai 2007, p. 46.

13 Rousseau Florent, Reliure. Les décors en papier de Florent Rousseau, op. cit., p. 11.

14 Art & métiers du livre, n° 266, mai-juin 2008, p. 28.

15 De Coster Annie, « August Kulche », in Art & métiers du livre, n° 264, janvier-février 2008, p. 30.

16 Colin Georges, Kulche-Kulche, catalogue d’exposition, Bibliotheca Wittockiana, 1995. Cité par De Coster Annie, op. cit., p. 31.

17 Lobisch Mechthild, Le Livre médiateur, travaux du département Livre et art conceptuel, Halle a.d. Saale, Hochschule für Kunst und Design, 2002, p. 15.

18 Rousseau Florent dans Art & métiers du livre, n° 266, mai-juin 2008, p. 30.

19 Entretien de l’auteur avec Claude Bourdois, septembre 2004.

Table des illustrations

Légende Hésiode, Théogonie. Gravures de Georges Braque, © Éditions Faton, Art et métiers du livre. Exemplaire 117/150 signé par Georges Braque. Maeght, 1955.Reliure de Sün Evrard, 1998. Reliure à mors ouvert. Le livre est cousu sur onze lanières (en peau de buffle bleu et en parchemin) fixées au plat par les agrafes en or. Les plats sont en peau de veau teintée en ocre, roux et marron, tramée et cirée. Les différents morceaux, aux contours ondulés, sont assemblés sur un fond de papier japon bleu-vert. Dos en peau de chèvre dépolie et teintée. Gardes contre-plats en veau teinté. Garde volante en veau mat.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1898/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Jean Gabriel Coscullucla, Dehors n’est pas déshabité, illustrations de Serge Plagnol, © Éditions Faton, Art et métiers du livre. Éditions L’Amourier, 2000, exemplaire n° 17/40.Reliure d’Alain Taral. Reliure en bois de padouk, charnières doubles, liaisons en palissandre. Gardes en peau de velours toscane. Patchwork de différentes essences chaudes (acajou, satiné, rubané, etc.). Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1898/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Pierre Reverdy, Le Chant des morts. Poèmes. Lithographies originales de Pablo Picasso, Paris, Tériade, 1948. © Éditions Faton, Art et métiers du livre.Exemplaire n° 172/270 sur vélin d’Arches, signé par l’auteur et l’artiste.Reliure d’Edgar Claes, 2006, dos en polycarbonate. Les plats ajourés de très nombreux cercles sont constitués de deux plaques en polycarbonate entre lesquelles sont montés de rouages découpés dans du PVC, imbriqués les uns aux autres et que l’on peut faire tourner tous ensemble en manipulant un des rouages extérieurs.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1898/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 862k
Légende Jean-Paul Sartre, Situation de New York, illustré par Gottfried Salzmann, 1989, Paris, Les Bibliophiles de France, © Éditions Faton, Art et métiers du livre.Exemplaire n° 72/180 sur vélin d’Arches.Reliure de Florent Rousseau en plein cuir en veau. Le veau est teint avec applications de divers petits fers de dorure, 2001, signé F. Rousseau. Collection Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Paris.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1898/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 942k
Légende Jean Cocteau, Le Potomak 1913-1914, précédé d’Un prospectus 1916 et suivi des Eugène de la guerre 1915, Paris, Société littéraire de France. 1919, édition originale. © Éditions Faton, Art et métiers du livre. Exemplaire n° 30/50 sur hollande avec envoi manuscrit.Reliure de Paule Ameline, 2001, en box grenat. Décor en box jaune et vert de différentes nuances. Une ligne sinueuse de petits carrés verts traversent le dos.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1898/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 639k
Légende Nuno Judice, La Phrase et le monde, photographies sur papier au gélatino-chlorobromure de Julie Garcin, Éditions Fata Morgana, Montpellier, 1994, © Éditions Faton, Art et métiers du livre. Exemplaire n° 24/30.Reliure d’August Kulche. Reliure collée (pas de couture). Simple emboîtage renforcé par la toile. Décor à la peinture en haut relief à dominance bleu nuit et or.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1898/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Gisèle Prassinos, Brelin le Frou, Paris, Éditions Belfond, 1975, © Éditions Faton, Art et métiers du livre.Reliure de Daniel Knoderer, 1998. Plein veau noir bordé de chagrin rouge, des pinces de bois peintes sont fixées sur la couverture, lettres poussées à chaud à l’œser sur dos et plats (il s’agit du nom des personnages du livre), contre-gardes en veau marbré, trois paires de gardes de couleurs.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1898/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 592k

Auteur

Marie Akar est titulaire d’une Maîtrise des arts et de la culture, option métiers du livre (Université Paris Ouest Nanterre La Défense). Elle est actuellement éditrice free-lance. Elle travaille sur l’art de la reliure aujourd’hui. Elle collabore régulièrement à la revue Arts et métiers du livre. Derniers articles parus : « Alain Taral ou l’art de relier le livre et le bois » ; « Anne Giordan et la reliure : l’éclectisme d’une artiste de talent » ; « L’atelier Habiller le livre », contribution au catalogue de l’exposition « 69 reliures de création par Sanchez Alamo » (2008) à la librairie Privat.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540