Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Esthétique du livre

 | 
Alain Milon
, 
Marc Perelman

Pour quelle esthétique du livre ?

Alain Milon

Texte intégral

1Ce livre est né de la volonté de décliner une piste que nous n’avions pu aborder dans notre précédent ouvrage, Le Livre et ses espaces, qui envisageait le livre dans sa mise en scène spatiale, réelle et métaphorique, que ce soit à travers l’espace du livre – ses dimensions –, l’espace dans le livre – la typologie de la page –, ou l’espace hors du livre – la bibliothèque par exemple. Dans L’Esthétique du livre par contre, c’est le livre comme lieu d’expériences sensibles que nous souhaitons traiter. Mais que l’on ne s’y méprenne pas ; c’est plus la question de la perception du livre comme objet, industriel ou non, que ses liens éventuels avec la création artistique qui nous intéresse. Et plutôt que d’en rester à la simple analyse du beau livre avec les deux sous-entendus qui l’accompagnent : le beau livre serait le livre d’artiste ou le livre d’art, et l’esthétique du livre l’affaire exclusive des bibliophiles, nous avons préféré partir des perceptions suscitées par l’objet livre pour creuser ses dimensions esthétiques et les impressions qu’il engendre.

2Pour éviter de revenir sur la question de savoir quelle est la nature réelle de l’esthétique – principe subjectif, théorie des sentiments moraux, philosophie de l’art du beau artistique, philosophie de la critique d’art, science de l’art –, parce qu’elle est sans fin, nous avons préféré en rester à l’idée que l’esthétique appliquée au livre est autant l’occasion de questionner son extériorité (sa forme) que son intériorité (le texte qui le compose). L’esthétique du livre ne se limite pas à son support comme sa forme, sa typographie, sa composition, son papier, sa couverture, sa reliure… Le livre est aussi une présence qui n’est pas enfermée uniquement dans sa matérialité. Et si le livre reste un objet, sa lecture esthétique ne se réduit pas aux dichotomies habituelles : le livre est laid parce qu’il est un objet industriel ; le livre est beau parce que c’est un livre d’artiste.

  • 1 Blanchot Maurice, L’Entretien infini, Paris, Gallimard, 1983, p. 621.

3En réalité, l’esthétique du livre va au-delà du beau livre, du livre d’art, ou du livre d’artiste. Elle est d’abord une expérience, la mise en œuvre d’un instant singulier propre à chacun, instant sensible qui concerne autant le « beau livre » que le livre usagé, écorné, jauni ou sali. Le livre est dans ce rapport étrange qui lie le dehors et le dedans. Cela signifie aussi que l’expérience esthétique du livre, au-delà de toute perception phénoménologique, est avant tout le moyen de poser la question du devenir de l’œuvre, du devenir du livre quand celui-ci est reconnu comme un champ d’expérimentation. Cette lecture particulière du livre comme espace du dehors devient par exemple l’absence de livre chez Maurice Blanchot au sens où le livre reste finalement le lieu de sa disparition. Plus le livre est présent, plus il rend compte d’une écriture, et plus il traduit son absence, autrement dit cette impossibilité d’écrire. L’écriture ne sert, et c’est sa force, qu’à montrer la prise de conscience de son incapacité à être autre chose qu’un éloignement. Dans L’Entretien infini, M. Blanchot écrit que « le livre est le Livre. À lire, à écrire, toujours déjà écrit1 », tout en précisant que le livre n’existe que par la ruse qui pousse l’écriture à aller vers l’absence de livre. La folie d’écrire devient ainsi l’acceptation de ce refus.

4Dans ces conditions, il n’y a pas plus d’esthétique du livre qu’il n’y a d’histoire, de sociologie ou de philosophie du livre. L’esthétique est juste une modulation du livre au sens où le livre est un corps qui module selon les propres respirations de celui qui l’investit, qu’il soit écrivain, éditeur, lecteur, bibliothécaire… À ce compte, l’esthétique du livre sera perçue, non pas comme le moyen de limiter le livre à sa simple apparence, mais plutôt comme l’occasion de saisir la complexité du devenir du livre. Le livre est par nature une mise en puissance, un devenir que certains comme Blanchot pressentiront comme un point d’impossibilité, l’esthétique du livre exprimant ce devenir dans son impossibilité.

5Nous avons découpé ces expériences esthétiques du livre en quatre moments :

  • Le moment des variantes de l’expérience esthétique quand elle interroge les formes multiples du livre dans son rapport au monde ;
  • Le moment du livre quand il est le lien de l’écrivain et de son éditeur ;
  • Le moment du livre quand il s’expose et que sa matérialité devient à elle seule un objet d’art ;
  • Le moment du livre illustré et de son histoire lorsqu’il devient par ses illustrations l’occasion d’interroger son espace de figuration ou de défiguration.

6Le premier moment pose la question phénoménologique de l’expérience esthétique du livre. Le livre est un morceau de mémoire inscrit dans un espace et un temps de lecture et d’écriture et, comme tel, son expression esthétique transcende sa matérialité. Le livre devient un lieu imaginaire qui génère des expériences sensibles. Le livre s’affirme alors comme un lieu de représentation aux métaphores multiples. Le livre se livre, davantage par le sens qu’il porte que par l’objet qu’il représente. Il s’offre au lecteur comme une expérience phénoménologique. Il se livre, et son « se livrer » lui garantit son principe d’individuation, pas seulement parce que chaque livre est unique, mais parce que la relation que le lecteur entretient avec lui est unique. S’il est unique, c’est parce que derrière chaque livre, il y a un « se livrer » et derrière chaque « se livrer », une expérience singulière et non renouvelable.

7La deuxième partie aborde plus spécifiquement la complexité du lien entre l’éditeur et l’écrivain. Dans ce lien, c’est l’approche éthique que l’auteur met en place et la relation entre le contenu du livre et la manière dont il est édité qui sont traitées. À travers la question de la « belle ouvrage », l’artiste interroge les limites du livre jusqu’à le pousser dans ses retranchements les plus décisifs. Il y a là un véritable enjeu éthique que l’esthétique du livre met en place. Le livre traduit un engagement que l’auteur actualise dans l’édition et la mise en page de son texte. Quelles sont finalement les possibilités qu’offre le couple œuvre-livre ? De nombreux exemples tenteront de répondre à cette question.

8La troisième partie s’interroge sur la manière dont le livre revendique une fonction d’exposition. Cette revendication ne se limite pas aux livres d’artiste exposant le travail d’un peintre par exemple ; elle transparaît aussi et surtout dans sa mise en scène du texte. Le lieu du livre s’affirme comme la propre scénarisation du texte. Il fait éclater son support qu’il soit page, couverture, reliure… Le livre, non seulement par son contenu, mais par l’objet qu’il représente, devient son propre espace d’exposition. Le livre comme lieu hybride fait éclater ses repères familiers. Cette partie sera l’occasion de montrer des formes inhabituelles de livres lorsqu’il est affiche, prospectus ou journal.

9Le dernier moment, à partir d’un parcours plus historique sur le problème de l’esthétique du livre, réfléchit sur la place de l’illustration et de l’image dans les différentes formes de livre, qu’il soit livre sacré, roman illustré, fac-similé ou art de la miniature. Cette approche ne prétend à aucune exhaustivité ; elle permet simplement de décliner les formes multiples du rapport que l’image entretient avec le livre.

10Les quatre moments de cet ouvrage collectif sont quatre moments choisis parmi d’autres. D’autres voies restent à prospecter. Notre intention future est de clôturer ce triptyque avec un dernier volet. Après les espaces du livre, après l’esthétique du livre, c’est la question du rapport que le corps entretient avec le livre qui nous intéressera. Le corps, comme le livre, ne se réduit pas à une étendue physique. Il est double. À la fois corps mortel, à la fois corps éternel, le corps et le livre possèdent un certain génie du lieu qui dépasse leur géométrie. C’est la nature de ce génie du lieu que les liens entre le livre et le corps interrogent.

Notes

1 Blanchot Maurice, L’Entretien infini, Paris, Gallimard, 1983, p. 621.

Auteur

Alain Milon est Professeur de philosophie esthétique des Universités, université Paris Ouest Nanterre La Défense. Directeur des Presses universitaires de Paris Ouest. Derniers ouvrages publiés : Violence et écriture : la fêlure du cri, Paris, Les Belles lettres, « Encre marine », 2010 ; Bacon, l’effroyable viande, Paris, Les Belles Lettres, « Encre marine », 2008 ; Levinas Blanchot : penser la différence, Paris, coédition Unesco/Presses Universitaires de Paris Ouest, Hoppenot E. et Milon A. (dir.), 2008 ; Dictionnaire du corps, Paris, Presses Universitaires de France, Marzano M. (dir.), 2007 ; Le Livre et ses espaces, Perelman M. et Milon A. (dir.), Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2007 ; L’Écriture de soi : ce lointain intérieur. Moments d’hospitalité littéraire autour d’Antonin Artaud, La Versanne, Encre Marine, 2006 ; La Réalité virtuelle. Avec ou sans le corps, Paris, Autrement, « Le corps plus que jamais », 2005 ; Contours de lumière : les territoires éclatés de Rozelaar Green. 40 ans de voyages en pastels et dessins, Paris, Draeger, 2002 ; L’Art de la Conversation, Paris, PUF, « Perspectives critiques », 1999 ; L’Étranger dans la Ville. Du rap au graff mural, Paris, PUF, « Sociologie d’aujourd’hui », 1999 ; La Valeur de l’information : entre dette et don, Paris, PUF, « Sociologie d’aujourd’hui », 1999. À paraître en 2010, Blanchot et la philosophie, E. Hoppenot et A. Milon (dir.), Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2010.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540