Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mythe et fiction

 | 
Danièle Auger
, 
Charles Delattre

Du mythe à la mythologie

Un usage romain d’un mythe grec : l’Arcadie, un nom et des images ?

Jacqueline Fabre-Serris

Texte intégral

1« Arcadies, Arcadies ! » écrivait Giono en titre à un de ses essais sur la Provence, où il n’est pas une fois question de la Grèce. Le nom suffit à convoquer, en quelque sorte, en exergue des réflexions de l’écrivain sur sa terre natale, les représentations que la tradition culturelle occidentale a attachées à cette région du Péloponnèse. Le lieu est grec, mais ces représentations sont un héritage de Rome, dont la Renaissance contribua à assurer la survie, l’Arcadia de Sannazzaro ayant connu un succès fulgurant et une postérité multiple.

  • 1 Ce livre s’intitule Rome, l’Arcadie et la mer des Argonautes. Essai sur la naissance d’une mytholo (...)

2Une des questions débattues dans le colloque qui nous réunit se pose dans le cas de l’Arcadie avec une acuité particulière. Peut-on recourir au mot « mythe » à propos de ces représentations, qui consistent essentiellement en images attachées à un nom de lieu ? Et dans ce cas, ne doit-on pas reconsidérer ce que nous mettons sous ce terme, du moment que la catégorie que les études sur les mythes grecs nous ont conduits à attendre, celle du récit, occupe ici une place mineure. Les histoires y sont, en effet, peu nombreuses et leur intrigue est minimale. Pour tenter une réponse, je vous propose une évocation de ce phénomène dont l’ampleur fut considérable au ier siècle avant J.-C. et les supports divers : des textes évidemment, mais aussi l’art des jardins et les fresques sacro-idylliques. Je m’appuie sur les analyses d’un livre1 que je viens d’écrire, en partie, sur ce sujet ; mais mon parcours sera, faute de temps, sélectif et orienté par la question que je viens de poser.

3Au ier siècle avant J.-C., Rome est frappée par une crise grave qui touche les institutions, les croyances religieuses, les usages, les valeurs et la concorde civique. Cette violente remise en question de leur modèle culturel conduit les Romains à revenir sur leur histoire et à s’interroger sur les origines et l’évolution de leur cité. Ce retour sur le passé prend la forme d’un vaste mouvement d’enquête, menée sur plusieurs fronts (ethnique, mythographique, linguistique, juridique) qui vise à retrouver les fondements de la culture romaine dans la perspective de la régénérer. Or, parmi les récits d’émigration à propos des populations qui se seraient primitivement établies en Italie, il y avait celui d’une venue d’Arcadiens dans le Latium. Au ier siècle av. J.-C., cette histoire, prise dans la dynamique des recherches sur les origines ethniques et la topographie de l’Urbs, va se trouver réactivée, avec des stratégies différentes selon le point de vue et les objectifs de ceux qui vont s’y intéresser.

4Je commencerai par Denys d’Halicarnasse, qui, dans les Antiquités romaines, fait état de deux traditions sur l’émigration d’Arcadiens en Italie. Selon la première, des habitants de cette région, conduits par un fils de Lycaon, Oenôtros, sont les premiers Grecs à franchir la mer Ionienne. Une deuxième expédition, conduite par Évandre, a lieu ensuite, peu avant la guerre de Troie. Évandre reçoit du chef des Aborigènes, Faunus, l’autorisation d’établir une colonie au bord du Tibre, autrement dit, sur l’emplacement de la future Rome. Outre des usages religieux (le culte de Pan), ces Arcadiens introduisent l’alphabet grec et la pratique de divers instruments, dont la flûte. Ils instituent des lois, des techniques et des coutumes diverses. En un mot, leur rôle est civilisateur : ils reproduisent dans le Latium l’évolution de la sauvagerie à la culture dont l’Arcadie, première terre habitée, passait, en Grèce, pour avoir été autrefois le cadre. Ces premiers habitants ont laissé des traces que l’on peut encore observer à la fin du ier siècle avant J.-C. et que notre historien relève : dans le paysage urbain, la grotte du Lupercal, des autels érigés en l’honneur d’Évandre et de sa mère Carmenta, la Porte dite Carmentale, et dans les usages religieux, la fête des Lupercales en l’honneur de Pan ou encore celle des Consualia en l’honneur de Poséidon Hippios.

5Il suffit à Denys d’Halicarnasse que ces traditions aient en leur faveur l’autorité des historiens, des mythographes et des poètes chez qui il les a trouvées. Cette croyance en l’historicité du phénomène est, de fait, nécessaire au point de vue qu’il défend : Rome est d’origine grecque, un point de vue dont le corollaire est que la culture est grecque. On peut noter qu’en matière de récit, celui de l’émigration arcadienne est singulièrement peu détaillé : des hommes anonymes, un chef nommé, lui (mais dont la généalogie est succinctement indiquée : il serait le fils d’Hermès et d’une nymphe appelée par les Romains Carmenta) ; tous passent de leur patrie à une autre région où ils s’établissent en y conservant leurs usages (ce qui est un schéma relativement classique en cas d’émigration).

6Avec Virgile – mon deuxième exemple – nous passons à un point de vue romain sur l’émigration arcadienne. L’auteur de l’Énéide offre à son lecteur (via un séjour d’Énée venu proposer une alliance) deux jours de visite chez Évandre et, à cette occasion, une digression sur cette occupation grecque des sept collines. Pour ce qui est du récit, il est simple, conforme à ce que l’on peut attendre d’une ambassade venue demander une aide guerrière. Les Troyens sont accueillis, Énée formule sa requête, elle est acceptée ; lui et ses hommes passent la nuit sur place, après un repas en leur honneur.

7L’important est ailleurs : s’il ne saura rien de précis sur les Arcadiens (à peine le nom et l’âge du roi, Évandre, et de son fils, Pallas), à l’issue de l’épisode, le lecteur a eu sa moisson d’images, en matière de mode de vie et de lieux. Il sait que les Arcadiens sont pieux (l’arrivée d’Énée interrompt une cérémonie religieuse), pauvres (en témoignent le repas et la demeure d’Évandre) et guerriers (ils passent leur temps à combattre leurs voisins et acceptent d’aider Énée contre leurs ennemis communs). Il reste enfin – et surtout – au lecteur un souvenir saisissant du Latium arcadien tel qu’Énée l’a vu, le soir où Évandre l’a emmené se promener sur le futur emplacement de Rome : des bois, des ruines des monuments qu’élevèrent autrefois Saturne et Janus, deux prédécesseurs des Arcadiens sur les bords du Tibre, un autel et une porte (Virgile précise que les Romains l’appelleront Carmentale), l’humble demeure du roi et des troupeaux mugissants là où sera plus tard le forum.

8Il ne faudrait cependant pas surestimer, dans la reconstruction des origines proposée par Virgile, le moment de l’établissement arcadien, qui se trouve, en fait, pris entre deux autres histoires d’émigration auxquelles le poète donne plus de poids : l’arrivée de Saturne d’un côté et celle d’Énée de l’autre. L’œuvre civilisatrice dont Denys d’Halicarnasse créditait les Arcadiens d’Évandre est déplacée sur le premier de ces personnages. Saturne, exilé du ciel par Jupiter, se serait réfugié dans le Latium (cette information, qui est donnée à Énée par Évandre, est une innovation virgilienne sans précédent connu). Une fois dans le Latium, le dieu aurait édicté des lois, enseigné des techniques et instauré l’âge d’or. Mais l’événement capital, car il concerne la naissance de la nation romaine et met en scène un ancêtre de la gens Julia, est, pour Virgile, la venue d’Énée. Le prince ramène les Troyens dans leur pays d’origine et c’est de la fusion de son peuple avec les Latins que seraient issus les Romains. Une des particularités de l’Énéide réside dans les liens que son auteur tisse entre passé et présent : c’est ainsi qu’au cours de son séjour chez Évandre, Énée entend du roi l’histoire d’un combat entre un brigand local, Cacus, et le héros grec, Hercule, dont Virgile a subtilement travaillé le portrait de façon à évoquer, par une série d’allusions, Auguste.

9À quoi sert, dans la trilogie des origines, le passage consacré à l’émigration arcadienne ? Principalement à contrebalancer ce qu’il pouvait y avoir de négatif dans l’épisode troyen. La ville d’où vient Énée était en effet une métropole prestigieuse, mais aussi un des lieux de la luxuria associée à l’Orient. Virgile, qui passe son temps à montrer qu’Énée est l’antithèse de Pâris, a trouvé dans le mode de vie pastoral des Arcadiens pauvres, pieux et guerriers, une anticipation de celui des premiers Romains, ou plus exactement de la vision qu’en ont ses contemporains. La visite d’Énée à Évandre met en évidence le fait que ce mode de vie a été pratiqué sur l’emplacement futur de Rome bien avant l’arrivée des Troyens. Ceux-ci d’ailleurs à la fin de l’Énéide doivent, pour que cesse l’hostilité de Junon, accepter, au moment de leur fusion avec les populations locales, de renoncer à leur nom, à leur langue et à leurs usages (XII, 834).

  • 2 « On te rappelle souvent le nom de l’Arcadien Évandre : c’est lui l’étranger fameux dont les rames (...)

10Les textes d’Ovide sont souvent une réponse à ceux de Virgile en même temps qu’une correction, sur le plan idéologique en particulier. L’auteur de l’Énéide avait fait du règne d’Évandre un moment – entre deux – des origines de Rome. Celui des Fastes ne néglige aucune occasion de souligner l’importance de la période arcadienne. Il s’attache, à partir des fêtes du calendrier, à mettre en valeur toutes les traces qu’elle a laissées dans la culture romaine. Sans entrer dans le détail, disons que des trois exilés venus s’installer dans le Latium, Saturne, Évandre et Énée, celui dont l’action aura été la plus décisive pour la culture romaine, est manifestement, pour Ovide, l’Arcadien. Un exemple suffira : un passage fameux du livre VIII de l’Énéide est l’apparition du Tibre à Énée, que le dieu rassure sur son avenir par une prophétie au moment où le héros s’apprête à aller demander une alliance aux Arcadiens par la voie fluviale. Le Tibre, dans le rôle inspirateur souvent attribué aux divinités, apparaît aussi à Ovide, mais c’est pour lui parler… d’Évandre dans des termes qui pourraient s’appliquer à Énée : Arcadis Euandri nomen tibi saepe refertur : / ille meas remis aduena torsit aquas2. Manifestement dans la mémoire du fleuve la remontée la plus marquante n’est pas celle qui est racontée dans l’Énéide.

  • 3 Montanari Enrico, Nomen Fabium, Lecce, Milella, 1973.

11Non seulement les Fastes accumulent les témoignages de l’importance de l’ancrage arcadien dans les lieux et les rites considérés comme les plus anciens (l’exemple le plus frappant est celui des Lupercales, longuement développé), mais plusieurs passages (que je n’aurai pas le temps d’analyser) associent Faunus et une des plus grandes familles républicaines, la gens Fabia, qui s’illustra dans les guerres cruciales que Rome mena contre les Étrusques et les Carthaginois. Il semble, si l’on suit la démonstration convaincante proposée par E. Montanari dans un livre consacré à cette gens3, que cette connexion s’explique par le fait que Faunus ait été la divinité gentilice des Fabii. On serait ici dans le même cas que pour le récit de l’émigration troyenne, accueilli avec faveur par certaines gentes romaines qui revendiquèrent des liens de parenté avec différents héros grecs : celui de l’émigration arcadienne aurait eu, pour des raisons similaires, l’appui de la gens Fabia. Au lecteur qu’Ovide sollicite constamment dans les Fastes, d’en conclure, par contrecoup, que le poids accordé par Virgile à la geste d’Énée n’était finalement qu’une reconstruction des origines parmi d’autres, un choix opéré dans les multiples traditions répertoriées par les historiens et les antiquaires, qui, toutes, étaient largement orientées par les intérêts des grandes familles. La femme d’Ovide appartenait peut-être à la gens Fabia ; le poète était, en tout cas, un ami personnel de Paullus Fabius Maximus.

12Le vaste mouvement d’enquête sur les origines de Rome qui s’est développé tout au long du ier siècle avant J.-C. a été concomitant avec la réception de la littérature hellénistique. Autant sans doute qu’elle en a bénéficié, la réactivation du passé arcadien de l’Urbs a favorisé l’intérêt que les poètes manifestèrent alors pour une des inventions de la littérature alexandrine, la poésie pastorale.

13L’Arcadie est un des espaces pastoraux évoqués dans les Bucoliques. Pour cette raison, on l’a considérée comme un lieu virgilien. Une des thèses de mon livre est que toutes les références à l’Arcadie présentes dans les Bucoliques renvoient à Gallus. Avec les Amores, ce dernier avait lancé, avec succès, un genre qui renouvelait la poésie érotique : l’élégie. Virgile répliqua, en en proposant un autre, la bucolique, où il revendiquait pour modèle Théocrite. Les deux genres avaient en commun l’amour et l’inspiration pastorale, mais des points de vue différents sur l’un et sur l’autre.

14L’Arcadie apparaît, sous la forme du nom Arcadia, du mot Arcades ou à travers la mention de ses monts, dans quatre Bucoliques : la 4e, la 7e, la 8e et la 10e. Je prendrai pour principal exemple la Bucolique 10, où le rapport à Gallus est le plus évident. Le poème lui est nommément adressé et la parole lui est donnée dans une mise en scène reprise à Théocrite et adaptée au cas de l’amant élégiaque. Le texte utilisé est l’Idylle 1 : Gallus est placé par Virgile dans la même situation que le fondateur – mortel – de la poésie pastorale, Daphnis. Il est en train de mourir d’amour, en pleine nature, et reçoit, dans cet état, la visite de personnages humains et divins. Je me bornerai, sans commenter dans le détail cette poésie complexe, à relever les éléments qui incitent à rattacher l’Arcadie à Gallus. Puisque la Bucolique 10 évoque un poète, Gallus, en le plaçant dans une situation et un cadre empruntés à un autre poète, Théocrite, on est en droit de supposer qu’un certain nombre d’éléments renverront à Gallus et d’autres à Théocrite. Comme nous possédons le texte de Théocrite, ce qui permet de contrôler ce que Virgile en a tiré, tout ce qui n’y correspond pas (et qui n’a pas d’équivalent dans les autres Bucoliques) est, de facto, susceptible d’avoir été tiré des Amores : sinon on ne voit pas en quoi le propos de Virgile pourrait être pertinent.

  • 4 Je laisse de côté le cas, plus complexe, d’Aganippé, sans développer les indices qui laissent supp (...)

15Prenons le cas du paysage où Gallus dépérit d’amour. Il est question du Ménale et du Lycée, deux monts absents dans le modèle théocritéen, où les lieux sont siciliens : l’Etna, l’Anapos, l’Acis (les autres monts évoqués dans la Bucolique 10, le Parnasse et le Pinde, sont présents aussi chez Théocrite4). Autre changement qui fait aussi surgir l’Arcadie : Théocrite faisait intervenir auprès de Daphnis Hermès, Priape et Cypris. Virgile leur a substitué Apollon, Silvain et Pan. Le second est un doublet italique du troisième, qui est qualifié de deus Arcadiae.

16Daphnis mourait d’un refus de céder à la passion, Gallus de son incapacité à y résister. Cette différence d’attitude est l’effet d’une différence de position, chez Théocrite et chez Gallus, à l’égard des souffrances amoureuses. En la matière, le modèle théocritéen construit par Virgile dans les Bucoliques est basé d’un côté sur l’Idylle 1, de l’autre sur l’Idylle 11, modèle de la Bucolique 2. Dans la première, un amant ne cesse de lutter contre sa passion ; dans la seconde, il y renonce, guéri par la pratique même du chant bucolique. Le genre élégiaque est, à l’inverse, conçu par Gallus comme l’expression des plaintes d’un amant qui n’envisage d’autre issue à ses souffrances que la réciprocité amoureuse ou la mort. Dans la première partie de la Bucolique 10, Gallus est décrit comme un anti-Daphnis ; dans la troisième, Virgile nous le montre en train de tenter une thérapie en abandonnant l’élégie au profit de la pratique du chant bucolique à la manière de Théocrite.

17Entre-temps, il donne la parole à Gallus, qui, comme Daphnis, mais beaucoup plus longuement, répond aux propos de ses visiteurs en les appelant Arcades. Le dernier d’entre eux, Pan, lui a conseillé de se modérer, l’Amour n’ayant cure des souffrances. Dans sa réponse, Gallus confronte le mode de vie et la pratique de la poésie propres à ces Arcadiens à son cas personnel, en regrettant de ne pouvoir être l’un d’entre eux. Il propose de la vie en Arcadie une série d’images, qui consistent en l’évocation d’un mode de vie et des lieux qui en sont le cadre. Les occupations (garder les troupeaux, vendanger) alternent ou sont concomitantes avec des loisirs (être allongé sous les ombrages, tresser des guirlandes, chanter) dont la tranquillité s’accorde à la douceur des lieux où ils se déroulent : inter salices, lenta sub uite, gelidi fontes, mollia prata, nemus. Les amours y sont interchangeables (…siue Phyllis siue esset Amyntas / seu quicumque furor…) et fidèles jusqu’à la mort (hic ipso tecum consumerer aeuo).

18Dans la mesure où cette évocation des amours et de la vie pastorales n’a pas d’équivalent dans les autres bucoliques, on peut supposer que ce texte prononcé par Gallus est fortement inspiré par les Amores, comme c’est le cas pour le mode de vie élégiaque, évoqué immédiatement après. Gallus oppose en effet au bonheur des Arcadiens les souffrances d’existences régies par la passion. Les amants sont séparés : lui est au loin, entraîné par son amour « insensé » de la guerre ; Lycoris, sa maîtresse, devenue entre-temps infidèle, est partie. Les lieux sont farouches et hostiles : lui se trouve exposé aux traits de l’ennemi ; elle affronte la glace des Alpes enneigées et les frimas du Rhin.

19Dans la troisième partie du texte, Gallus cherche, je l’ai dit, à se guérir en changeant de genre littéraire ; il essaie de moduler les vers – élégiaques – qu’il a déjà composés, sur le pipeau de Théocrite, ce qui donne, comme dans la première partie, un mixte à partir des Idylles et des Amores. Là encore, je n’entrerai pas dans le détail du texte. Ce qui m’intéresse simplement, c’est d’en souligner la forte composante arcadienne. L’Arcadie est évoquée à travers ses monts (le Ménale et le Parthénios : Maenala, Parthenios saltus) et ses espaces sauvages (per rupes lucosque) propices à la chasse (acris uenabor apros). On a là une vision très différente de celle qu’avait donnée la deuxième partie du texte, mais pour opposées qu’elles soient, ces deux images sont conformes à la tradition littéraire la plus ancienne. Tout lecteur de l’Hymne homérique à Pan sait que la région natale du dieu conjoint les extrêmes, avec, d’un côté, des cimes inaccessibles, des hauteurs enneigées, des sentiers pierreux et de l’autre, mille sources et des prairies molles « où innombrables les fleurs odorantes du crocus et de la jacinthe se mêlent à l’herbe » (v. 25-26). On a conclu d’allusions trouvées dans des textes des poètes augustéens se référant nommément ou implicitement à Gallus, qu’un des exempla mythologiques auxquels recourait ce dernier était celui de Milanion, qui conquit l’insensible Atalante en se faisant son serviteur à la chasse. Cette histoire avait l’Arcadie pour cadre. On peut donc supposer que les Amores comportaient deux visions de l’Arcadie, l’une, associée au mode de vie pastoral, avec des amours heureuses sur fond de prairies, sources et ombrages ; l’autre, sauvage et rude, en rapport avec la conception élégiaque de la passion, illustrée par l’exemple du seruitium amoris auquel s’était soumis Milanion. Je terminerai en indiquant, sans l’argumenter faute de temps, que le nom de Lycoris, donné par le poète à la mime Cythéris, a une consonance arcadienne.

20Les poètes contemporains identifiaient évidemment les motifs galliens des Bucoliques, ce qui ne sera pas le cas de Sannazzaro. Les élégiaques, qui firent de l’amour la valeur suprême de leur vie, refusèrent d’opposer genre pastoral et genre élégiaque de la façon qui était proposée dans la Bucolique 10. Je prendrai pour seul exemple Tibulle. Comme Gallus, il associa à la campagne, d’un côté, des amours heureuses et fidèles (ainsi dans les Élégies I, 5 et II, 5), de l’autre, des souffrances amoureuses de type élégiaque. L’Élégie II, 3 est ainsi consacrée à un épisode mythologique de seruitium amoris : celui auquel se soumit Apollon pour vivre aux côtés d’Admète, un cas similaire donc à celui de Milanion. J’ai parlé de campagne, sans précision : si le nom d’Arcadie n’est jamais prononcé par Tibulle, il n’en reste pas moins que sa présence est sous-jacente.

21Reprenons le cas de l’Élégie II, 3. Où Apollon garda-t-il les troupeaux d’Admète ? La réponse attendue n’est pas la plus sûre. Admète est roi de Phères en Thessalie. Mais, si l’on en croit Ovide, le dieu habitait alors l’Élide et la Messénie, deux régions qui sont limitrophes… de l’Arcadie. Les détails ajoutés par Ovide ne laissent aucun doute sur l’épisode auquel il fait allusion :

  • 5 « C’était l’époque où tu étais vêtu d’une peau de berger, la main gauche chargée d’un bâton coupé (...)

Illud erat tempus quo te pastoria pellis / texit onusque fuit baculum siluestre sinistrae, / alterius dispar septenis fistula cannis. / Dumque amor est curae, dum te tua fistula mulcet / incustoditae Pylios memorantur in agros / processisse boues5.

22On supposera donc qu’il existait une autre tradition sur cet épisode de la vie d’Apollon et qu’elle était manifestement connue à Rome à la fin du ier siècle avant J.-C.

23Si l’on passe à l’Élégie II, 5, un texte qui évoque les amours heureuses d’un berger et d’une jeune fille, on retrouve le Latium pré-troyen, qui était alors arcadien. C’est une version corrigée de la description virgilienne du domaine d’Évandre. D’une part, Tibulle intègre à l’héritage légué par la pseudo-histoire la tradition pastorale, en faisant allusion à Pan et à son instrument de musique, une syrinx évidemment qu’il décrit longuement :

  • 6 « Il y avait là sous l’ombre d’une yeuse, arrosés de lait, un Pan et une Palès en bois taillée par (...)

Lacte madens illic suberat Pan ilicis umbrae
et facta agresti lignea falce Pales,
pendebatque uagi pastoris in arbore uotum,
garrula siluestri fistula sacra deo,
fistula cui semper decrescit harundinis ordo :
nam calamus cera iungitur usque minor6.

24D’autre part, il change un élément dans le mode de vie que Virgile attribuait à ses Arcadiens. S’ils sont toujours pauvres et pieux, l’amour a pris la place des occupations guerrières : le passage se termine sur l’évocation de la liaison heureuse d’une jeune fille et d’un berger.

25Passons maintenant à une autre façon d’envisager la vie en Arcadie. Je prendrai pour point de départ, dans l’Appendix vergiliana (un recueil de poèmes considérés à tort comme virgiliens et qui date probablement du début du ier siècle après J.-C.), un texte, la Copa, où la parole est donnée à une cabaretière qui interpelle ainsi le client :

  • 7 « Il y a un paysage composé selon les règles de l’art, des pavillons, des coupes, des roses, une f (...)

Sunt topia et calybae, cyathi, rosa, tibia, chordae,
et triclia umbrosis frigida harundinibus
en et Maenalio quae garrit dulce sub antro
rustica pastoris fistula more sonat7.

  • 8 Vitruve, VII, 5, 2 : portus promuntoria litora flumina fontes euripi fana luci montes pecora pasto (...)

26Le mot topia est d’origine picturale. Vitruve l’emploie à propos « d’images réalisées à partir des caractères propres des lieux » (ab certis locorum proprietatibus imagines, VII, 5) : c’est ainsi que l’on peint « ports, promontoires, rivages, sources, canaux, sanctuaires, bois sacrés, montagnes, troupeaux, bergers8 ». Les jardiniers romains en ont fait une notion fondamentale de l’art du paysage. Le texte ici évoque un jardin où l’on peut boire sous les tonnelles. Une grotte avec une flûte de berger, qui « chante à la manière des oiseaux » comme dans l’Élégie II, 5 de Tibulle, figure l’un des plus célèbres monts associés à Pan. Il y est question aussi de couronnes de fleurs faites de violettes, de roses et de lis amenés par une « nymphe de l’Achéloüs », sans doute peu farouche. Tout cela compose le cadre d’un lieu de plaisirs, une version évidemment un peu facile de la vie heureuse en Arcadie, qui rappelle de loin les propos nostalgiques de Gallus dans la Bucolique 10.

27Le texte de la Copa se poursuit en évoquant la présence d’un ruisseau, de fleurs, de fruits et de divinités, qui sont probablement des statues : Cérès, l’Amour, Bromios. On voit bien à sa lecture que l’art des jardins a consisté en l’élaboration d’un répertoire d’éléments symboliques qui correspondaient en fait à ceux que la littérature avait associés à l’Arcadie des bergers, soit d’un côté des ombrages, des sources, des fleurs, des grottes, et de l’autre des divinités pastorales sous l’aspect de statues. Dans les jardins romains, on trouve Pan, les faunes, le satyre Marsyas, les silènes, les nymphes, Dionysos, ou encore le berger Pâris. L’ensemble authentifie le paysage comme un lieu à part où l’on peut se retirer loin des occupations urbaines et expérimenter un autre mode de vie, qui correspond à un idéal de bonheur. Sur ce point évidemment, les interprétations ont différé et le champ d’expérimentation a varié, selon les propriétaires des villas, de comportements inspirés par des convictions philosophiques au simple hédonisme, comme dans la Copa.

  • 9 « Ah ! Si j’avais été l’un de vous, un gardien de votre troupeau ou un vendangeur de raisin mûr » (...)

28À la fin du ier siècle avant J.-C., l’art des jardins fait partie de la culture romaine. Son succès est alors concomitant de l’engouement pour les tableaux de paysages, et en particulier pour ce qui devient une mode : les fresques dites sacro-idylliques. Le mode de composition de ces tableaux qui envahissent les murs des villas est double. On trouve à la fois des éléments naturels, des rochers, des arbres, ou plutôt, le plus souvent, un seul arbre dont le tronc s’élève, se ramifie et se perd dans le feuillage, et qui à lui seul figure toute la nature sauvage, de l’eau et des éléments dus à la main de l’homme, divers édifices sacrés (colonnes, tours, pilastres, petit temple, portes…) et des statues de divinités, généralement peu identifiables. Ces lieux sont peuplés de bergers avec leurs troupeaux et de visiteurs aux formes à peine ébauchées, venus, semble-t-il, faire acte de dévotion. Les paysages sacro-idylliques témoignent de la valorisation de la vie des bergers, en même temps qu’ils attestent la vivacité d’une piété qui renvoie aux origines et se pratique dans des lieux écartés, où il ne reste plus de la présence divine que des traces. Cette mise en scène d’hommes, de femmes et d’enfants, venus accomplir des actes pieux, atteste, me semble-t-il, l’importance qu’a jouée dans toutes les évocations de l’Arcadie le sentiment de nostalgie. Les commanditaires de ces tableaux sont aussi exclus de cet univers que Gallus au moment où il dit aux Arcadiens dans la Bucolique 10 : Atque utinam ex uobis unus uestrique fuissem / aut custos gregis aut maturae uinitor uuae9 !

29La multiplication des textes sur l’Arcadie ou la vie pastorale, l’art des jardins, le succès des fresques sacro-idylliques, sont concomitants avec la refonte idéologique opérée par le Principat, qui la centra sur une version romanisée du récit hésiodique de l’âge d’or. Ces manifestations parallèles sont autant de réponses aux inquiétudes et aux aspirations d’une société en plein bouleversement qui s’interroge sur les rapports de l’homme à ses semblables, à la nature, aux dieux. L’Arcadie, première terre habitée en Grèce, et les sept collines au temps d’Évandre, premier espace civilisé dans le Latium, ont servi de cadre à une reconstruction de ce qu’ils avaient pu être au moment des origines tenu pour le plus heureux. L’idée que ces rapports avaient, plus ou moins, perduré dans la communauté des bergers et des paysans a induit une autre question : était-il possible ou non de les recréer, par un mode de vie approprié, dans tout lieu présentant les mêmes caractéristiques et donc susceptible d’incarner, une nouvelle fois, la nature aux origines ? En adoptant le récit, probablement grec, d’une émigration arcadienne, les Romains ont amorcé un mouvement de déplacement spatial et temporel qui n’a été qu’un préalable à une multitude d’autres : du Latium archaïque à l’Italie du ier siècle avant J.-C. et à n’importe quel espace du bassin méditerranéen, d’où le titre de Giono dont je parlais en introduction.

30Pour en revenir à l’objet du colloque, je crois qu’on peut user du mot mythe à propos des différentes représentations et phénomènes associés directement ou indirectement au nom d’Arcadie, à cause de leur origine (la mise en question du modèle culturel romain), de leur fonction qui a été de permettre de débattre des questions suscitées par cette crise et de leur visée qu’on peut caractériser globalement comme refondatrice. Le corollaire de ce choix est qu’on est alors amené à reconsidérer la notion de mythe telle qu’elle a été élaborée à partir des enquêtes menées dans le domaine grec.

  • 10 « Je chanterai les cérémonies sacrées, leurs jours et les anciens noms des lieux » (IV, 1, 69-70).

31Ce qui a été déterminant ici, c’est, non pas les récits (peu nombreux et qui servent seulement de préliminaires), mais le poids donné aux noms et, ce qui va d’ailleurs avec, l’importance reconnue aux lieux. Or ce sont deux particularités de la culture romaine. Je rappellerai, d’une part le goût marqué des poètes romains pour les « beaux noms » géographiques aux connotations mythologiques, qui suggèrent d’un mot tout un passé fabuleux, et de l’autre, l’intérêt que les antiquaires portent au ier siècle avant J.-C. à la topographie romaine et les débats qui en résultent sur les sites, les monuments et leurs noms. Le point de jonction, ce sont les poèmes de type étiologique, un genre qui se développe dans cette période de recherche sur les origines. Properce a écrit, à ce sujet, un vers particulièrement significatif : sacra diesque canam et cognomina prisca locorum10.

32Dans le cas de l’Arcadie, le nom a une charge poétique incontestable, mais il n’est pas toujours présent, précisément à cause des déplacements temporels et spatiaux dont la région a fait l’objet et des actualisations successives qui en ont résulté. Quant à la géographie, elle varie des lieux sauvages (les monts, les bois, les rochers) à des éléments du paysage plus ou moins modifiés par la main de l’homme (les prairies, les arbres, les fleurs, les sources, les grottes aménagées, les édifices sacrés…), d’où la différence d’imagines selon que les supports de ces représentations sont des textes, des jardins ou des peintures.

33Ces lieux sont le cadre d’un mode de vie plutôt que de récits fictionnels, ce qui est aussi un choix culturel. Comme les mythographes modernes l’ont souvent déploré, les récits indigènes sur le modèle grec sont peu nombreux à Rome et en Italie. En revanche, le terme même et l’importance du mos maiorum dans la culture latine sont représentatifs de l’intérêt que les Romains ont toujours porté aux pratiques de vie. Certes les genres de vie associés aux paysages « arcadiens » ont été divers, mais c’est là le signe d’un phénomène vivant, susceptible de multiples variations.

34Je conclurai donc par la proposition d’ajouter, comme catégories constitutives du « mythe romain », à côté du récit fictionnel, le nom et l’image, déclinée elle-même dans les lieux et les modes de vie.

Notes

1 Ce livre s’intitule Rome, l’Arcadie et la mer des Argonautes. Essai sur la naissance d’une mythologie des origines en Occident, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, « Mythes, Imaginaires, Religions », 2008.

2 « On te rappelle souvent le nom de l’Arcadien Évandre : c’est lui l’étranger fameux dont les rames tordirent mes eaux » (Fastes, V, 643-644).

3 Montanari Enrico, Nomen Fabium, Lecce, Milella, 1973.

4 Je laisse de côté le cas, plus complexe, d’Aganippé, sans développer les indices qui laissent supposer qu’elle était évoquée dans les Amores.

5 « C’était l’époque où tu étais vêtu d’une peau de berger, la main gauche chargée d’un bâton coupé dans les bois, l’autre d’une flûte aux sept roseaux inégaux. Tandis que l’amour était ton souci, que ta flûte te charmait, tes vaches que tu ne gardais plus pénétrèrent, dit-on, dans les champs de Pylos… » (Ovide, Métamorphoses, II, 680-685).

6 « Il y avait là sous l’ombre d’une yeuse, arrosés de lait, un Pan et une Palès en bois taillée par une faucille rustique, et, suspendue à un arbre, offrande laissée par un berger vagabond, une flûte au chant pareil à celui des oiseaux consacrée au dieu des forêts, une flûte dont la rangée de roseaux va toujours décroissant, car c’est toujours un chalumeau plus court que la cire rattache aux autres » (Tibulle, II, 5, 27-32).

7 « Il y a un paysage composé selon les règles de l’art, des pavillons, des coupes, des roses, une flûte, des instruments à corde, des tonnelles fraîches ombragées de roseaux ; voilà qu’un pipeau rustique qui chante doucement dans un antre ménalien résonne sur le mode pastoral » (v. 7-10).

8 Vitruve, VII, 5, 2 : portus promuntoria litora flumina fontes euripi fana luci montes pecora pastores.

9 « Ah ! Si j’avais été l’un de vous, un gardien de votre troupeau ou un vendangeur de raisin mûr » (Bucolique 10, 34-35).

10 « Je chanterai les cérémonies sacrées, leurs jours et les anciens noms des lieux » (IV, 1, 69-70).

Auteur

Université Charles de Gaulle-Lille 3

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540