Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ganymède ou l'échanson

 | 
Véronique Gély

Le Ganymède incertain d’un militant homosexuel de la première heure : Jacques d'Adelswärd-Fersen

Patricia Marcoz

Texte intégral

  • 1 Le Journal, 11 juillet 1903, p. 2.
  • 2 Gil Blas, 12 juillet 1903, p. 2.
  • 3 Peltier Louis, Gil Blas, 11 juillet 1903, p. 2.
  • 4 Lettre du Procureur général près la Cour d’Appel de Paris, à M. le Garde des Sceaux, 16 décembre 1 (...)
  • 5 Philip J., « Pourriture », in L’Aurore (éditorial) 14 juillet 1904, p. 1.

1Membre de la branche française des Adelswärd suédois, petit-fils de l’un des fondateurs des lucratives Aciéries de Longwy, le poète et romancier Jacques d’Adelswärd-Fersen fait la une des quotidiens parisiens en juillet 1903 dans le cadre du « scandale de l’avenue de Friedland ». Si la presse s’emploie alors à disséquer à longueur de colonnes les poèmes de ce « littérateur précoce et talentueux1 », c’est moins en raison de ses mérites littéraires (soulignés notamment par le Gil Blas, qui met en exergue des vers « parfois intéressants, souvent remarquables2 ») qu’en raison de ses orientations sexuelles de « lettré hystérique3 » : à 23 ans, Jacques d’Adelswärd-Fersen est condamné par la neuvième chambre du Tribunal de Première Instance de la Seine à six mois d’emprisonnement4 pour excitation de mineurs à la débauche. Le dossier d’instruction fait état d’atteintes sexuelles sur des mineurs de plus de 13 ans, des collégiens issus d’établissements parisiens, d’une part, et des prostitués homosexuels, d’autre part. Durant ce procès retentissant, Jacques d’Adelswärd-Fersen n’a rencontré que peu de soutien : la presse a généralement stigmatisé l’homosexualité de cet « Oscar Wilde au petit pied5 », a appelé à la protection de l’enfance et a relayé le procès idéologique contre la littérature décadente :

  • 6 Jacques est baron d’Adelswärd et comte de Fersen.
  • 7 le Roux Hugues, « La jeunesse qui vient », in Le Journal (éditorial) 16 juillet 1903, p. 1.

Il fallait s’attendre à ce qu’un scandale de littérature décadente, éclatant à Paris, fit du bruit dans l’univers. […] L’aventure du jeune baron6 aura eu cette utilité publique : elle a déchiré le voile sur une hypocrisie dont nous commencions à être écœurés. La poésie et l’art ont assez servi de paravent à une petite bande de dégénérés, qui relèvent, les uns de l’aliéniste, les autres du juge d’instruction7.

  • 8 Willy, Le Troisième sexe, Paris, Paris-Édition, 1927, p. 67-68.

2Face à cette soudaine notoriété, Jacques d’Adelswärd-Fersen choisit un « paravent » ambivalent, à la fois refuge et aveu : il s’exile dès 1905 sur l’île de Capri, « capitale sodomique en miniature8 » selon Willy, dans une villa qu’il fait construire contre la falaise, la Villa Lysis, où il vivra jusqu’à sa mort en 1923.

  • 9 Liedekerke Arnould, La Belle époque de l’opium, Paris, Éditions de la Différence, 1984, p. 224.
  • 10 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « Les romans », in Akademos IV, 15 avril 1909, p. 584.
  • 11 Titre d’un roman de Jean Lorrain publié en mai 1891.
  • 12 Frontis, « Comme sous Héliogabale », in L’Événement, 12 juillet 1903, p. 1.
  • 13 Essebac Achille, Dédé, Paris, Ambert, 1901 ; Partenza… Vers la beauté !, 1898.
  • 14 Rodes Jean, Les Adolescents, moeurs collegiennes, Paris, Mercure de France, 1904.
  • 15 Lorrain Jean, « Ganymède », in L’Ombre ardente : poésies, Paris, Éd. Fasquelle, 1897, p. 230.
  • 16 Notamment dans Poesia, la revue de Marinetti, dans Pan, et dans La Nouvelle revue.
  • 17 Mirande Lucien, Akadémos, Jacques d’Adelswärd-Fersen et « la cause homosexuelle », Lille, Cahiers (...)

3Poète et romancier que l’on décrivait il y a vingt ans comme un énième « parangon du dandy fin-de-siècle9 », Jacques d’Adelswärd-Fersen présente un corpus de 17 œuvres (plus de dix recueils de poèmes, trois romans et plusieurs récits) se déployant sur vingt ans, de 1901 – date de parution de son premier recueil de poèmes, Poèmes de l’enfance. Chansons légères –, à 1921, celle du dernier recueil, Hei Hsiang. Si la recherche universitaire continue à faire de lui un « petit décadent », Jacques d’Adelswärd-Fersen voit plus loin : il fraie avec les avant-gardes de la Belle Époque, déclare son adhésion au futurisme et entretient avec les grandes figures de la littérature décadente des relations ambiguës, raillant le « ragoût » et le « bagout10 » de Jean Lorrain, mais se parant pourtant du pseudonyme de Sonyeuse11. La littérature de « ce poète grec modern’style12 », comme le décrivait L’Événement en 1903, illustre, aux côtés de formes telles que le roman d’éphèbes de son ami Achille Essebac13 et le roman de collège de Jean Rodes14, une des variations de la thématique homosexuelle au début du xxe siècle. Il érige en principe le retour au paganisme et le souvenir de la pédérastie grecque pour retrouver le « beau rire bête, insolent et païen15 » du Ganymède évoqué par Jean Lorrain. Outre quelques contributions pour divers périodiques16, le corpus de Jacques d’Adelswärd-Fersen s’enrichit également de plusieurs critiques littéraires rédigées pour la revue éphémère Akademos, qu’il fonde et dirige en 1909 à Paris, avec l’intention affirmée de « réhabiliter l’autre Amour », en militant de la première heure de la « cause homosexuelle17 ».

Comment nommer « l’Autre Amour18 » ?

  • 18 Sonyeuse [pseudonyme de Jacques d’Adelswärd-Fersen], « In memoriam, Raymond Laurent », in Akademos (...)
  • 19 Jeddi Sophie, « Vénus pervertie, variations autour de l’anneau de Vénus ou l’émergence d’une Vénus (...)
  • 20 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « En vain qu’aurai voulu… », in Ainsi chantait Marsyas, Florence et P (...)
  • 21 « L’art et la littérature classiques le dépeignent comme un bel adolescent, protecteur des amours (...)
  • 22 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « Amour sauvage et doux », in Les Cortèges qui sont passés, poèmes, P (...)
  • 23 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « Sois Narcisse », in Le Danseur aux caresses, Paris, Albert Messein, (...)
  • 24 C’est également sous les traits d’un « Antinoüs » que l’écrivain anglophone Compton Mackenzie décr (...)
  • 25 LAS de Jacques d’Adelswärd-Fersen à Edouard Chimot, Villa Lysis, 24 septembre 1904, coll. Alexandr (...)
  • 26 Fersen Mr de, L’Hymnaire d’Adonis, à la façon de M. le marquis de Sade, Paris, Léon Vanier, 1902, (...)
  • 27 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « Urbs dolorosa », in Le Danseur aux caresses, op. cit., p. 42.
  • 28 Fersen Mr de, Messes noires. Lord Lyllian, Paris, Albert Messein, 1905, p. 31.
  • 29 Ibid., p. 12-13.
  • 30 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « Un jour, tu renaîtras », in Le Danseur aux caresses, op. cit., p. 6 (...)

4Dans le corpus adelswärdien, la référence à Ganymède intègre un système mythologique foisonnant issu de la résurrection des dieux païens desirée par l’auteur, instances divines prêtes à « ressortir des tanières où le christianisme […] les avaient relégués du temps de sa gloire19 ». Jacques d’Adelswärd-Fersen participe à cette résurrection post-nietzschéenne par la mise en lumière d’une liste éphébique comprenant d’une part les aoroï et reprenant d’autre part celle de Jean Lorrain dans L’ombre ardente, recueil publié en 1897, qui proposait un portrait de Ganymède aux côtés d’Alexis, Narcisse, Hylas, Bathyle, et Antinoüs. Dans Le Sourire aux yeux fermés, Jacques d’Adelswärd-Fersen avance, quant à lui, un Ganymède entouré d’Hylas, Alcibiade, Nysus, Corydon, Héliogabale et le berger Daphnis20. On trouve également un Éros protecteur des amours homosexuelles21, qui est sommé de s’incarner : « Apparais donc, Éros, dans un nimbe de feu22 ». L’amant, à qui le locuteur du poème ordonne « Sois Narcisse »23, doit également s’incarner en cette représentation traditionnelle. Tout aussi attendue est la figure historique d’Antinoüs24, utilisée par Jacques d’Adelswärd-Fersen pour qualifier ses préférences sexuelles dans une lettre adressée à son ami Édouard Chimot : « Je n’en veux à Antinoüs qu’entre 6 mois et demi et 18 ans. Je trouve qu’il n’est plus aussi joli, triste et tendre quand il commence à avoir des poils dans le nez.25 » Enfin, Adonis (auquel Jacques d’Adelswärd-Fersen dédie un Hymnaire26) est également mis à contribution face aux « lâches » bourgeois : « Jamais vous ne saurez de la terre effacer / L’amour dont Adonis a couronné sa tête27… », prévient le poète. C’est également par ce truchement que le narrateur décrit les mœurs sexuelles de Harold Skilde, caricature d’Oscar Wilde dans Messes noires. Lord Lyllian, premier roman de Jacques d’Adelswärd-Fersen, transposition littéraire de son procès de 1903 et variation sur les relations entre Wilde et Douglas : « Non content de célébrer Adonis, il prêcha d’exemple, et vécut, entouré d’amants reconnus28 ». On trouve également dans ce roman la caricature d’Alfred Douglas en Lord Lyllian, « jeune et beau comme Ganymède29 ». Cette image pacifique fait pendant à l’exploitation idéologique d’un « Adonis martyrisé30 » qui figure la « persécution » sociale contre les homosexuels.

  • 31 « À propos d’une enquête », in La Plume, n° 387, 15 mai 1912, p. 230.
  • 32 « Voici lord Lyllian que votre concierge nommait une tapette » (Dédicace, Fersen Mr de, Messes noi (...)

5Ces relais mythologiques permettent à l’auteur de pallier sa difficulté à nommer l’homosexualité dans son corpus littéraire – contrairement à sa correspondance, lexicalement plus souple. Répugnant à employer les termes consacrés par la fin du xixe et le début du xxe siècle, Jacques d’Adelswärd-Fersen parle peu d’uranistes, d’invertis ou de pédérastes, et il se méfie de l’« homosexualité » (« un homo – je ne sais plus quoi31 », déclare-t-il dans une enquête de La Plume). Même s’il ose un provocant « tapette » à l’endroit de lord Lyllian dans la dédicace du roman éponyme32, il a essentiellement recours aux nombreuses incarnations symboliques que nous venons d’énumérer et qui forment un système référentiel réunissant les principales figures de la mythologie gréco-latine par un procédé d’accumulation sérielle. La cohérence de ce système dépend de son dénominateur commun, la terre païenne de la Grèce antique et de la Grande Grèce, comme en témoignent les dernières paroles du personnage Axel Ansen dans Messes noires. Lord Lyllian :

  • 33 Ibid., p. 133.

Je sens l’impérieuse nature me reprendre et m’emporter en face de ces horizons où jadis Tibère passait en galère, vers Caprée. Cette terre d’Italie ! Mais tu ne la respires donc pas ? Tu ne l’écoutes donc pas ? Ce sont des cris qui sortent des pierres, des ruines anciennes, des marbres dévastés. Ce sont les paganismes romains, les cortèges somptueux des archontes de Grèce, les proconsuls victorieux dont ce sable a conservé l’empreinte et dont il redit sourdement les fastes ! […] Et j’aurai dans mes bras Adonis lui-même, Narcisse, humide et tiède des baisers de la fontaine où les nymphes l’ont épié, […] Ganymède jaloux du ciel, Apollon couronné de rosée ! Que m’importe la vie ! Que m’importe le monde ! Les temples où jadis les bergers déposaient leurs prémisses, les temples à Éros se sont dressés en face des Églises33

  • 34 Jean-Claude Féray a récemment considéré Jacques d’Adelswärd-Fersen comme le « prédécesseur » de Ro (...)
  • 35 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « La légende passionnée », in Ébauches et débauches, Paris, Léon Vani (...)
  • 36 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « Narcisse », dédié à « À Robert d’Humières », in Les Cortèges qui so (...)
  • 37 Downing Christine, Myths and Mysteries of Same-Sex Love, New York, Continuum, 1989, p. 149 et 152.
  • 38 LAS de Jacques d’Adelswärd-Fersen à Édouard Chimot, 24 septembre 1904, Villa Lysis, coll. part. Al (...)
  • 39 Peyrefitte Roger, L’Exilé de Capri, édition définitive, Paris, Flammarion, Le Livre de Poche, 1959 (...)
  • 40 Ibid., p. 204.
  • 41 LAS de Jacques d’Adelswärd-Fersen à Édouard Chimot, 15 mai 1905, Villa Lysis, coll. part. Alexandr (...)
  • 42 Peyrefitte Roger, L’Exilé de Capri, op. cit., p. 255.
  • 43 Ibid., p. 138.
  • 44 Selon le testament de Jacques d’Adelswärd-Fersen, reproduit dans Esposito Fausto, I Misteri di Vil (...)

6Parmi ces figures éphébiques qui érigent la jeunesse du corps masculin en pôle érotique majeur dans la littérature, Ganymède incarne l’éphèbe « pédérastique adelswärdienne34 » archétypal qui rejoint par sa juvénilité l’« Éros enfant35 » et « l’Enfant Narcisse36 » rêvés par l’auteur. Le Ganymède de Jacques d’Adelswärd-Fersen incarne alors un éromène paradigmatique37, selon l’expression de Christine Downing, qui prend corps à Capri : la domesticité qui entoure Jacques d’Adelswärd forme en effet une kyrielle d’avatars capriotes du bel échanson qu’il nomme ses « pages » pour attirer son ami Edouard Chimot : « Venez, j’ai un chien et des pages. Le tout dans les fleurs. Et puis ça sent Tibère… Venez !38 » Jeunes gens parmi lesquels Roger Peyrefitte a distingué Riccardo, 16 ans, valet de chambre39 et plusieurs serviteurs cinghalais40 (« J’ai reçu mon cinghalais41 », annonce le propriétaire dans une lettre à Édouard Chimot). En 1911, il s’adjoint les services d’un nouveau valet capriote de 15 ans42. Mais c’est surtout son compagnon, Nino Cesarini, qui figure un Ganymède romain enlevé à son Latium natal et à sa famille (modeste et consentante) pour servir le poète en qualité de secrétaire particulier sur les pentes de son exil capriote. Rencontré en juillet 1904 à Rome43, selon Roger Peyrefitte, Nino Cesarini, 14 ans44, figure l’éromène définitif de Jacques d’Adelswärd-Fersen, qui vivra et vieillira avec lui à Capri jusqu’à la mort du poète en 1923.

Un emblème homosexuel incertain

7Dans le contexte littéraire et biographique que nous venons de brosser à grands traits, la fonction de la référence à Ganymède n’est pas uniforme, alternant emplois attendus et inattendus. Elle sert avant tout à incarner la figure de l’homosexuel aux prises avec la condamnation bourgeoise. Dans Le Danseur aux caresses, publié en 1906, soit trois ans après son procès de 1903, Jacques d’Adelswärd-Fersen s’exclame :

  • 45 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « Vous êtes les bourgeois », in Le Danseur aux caresses, op. cit., 19 (...)

Vous êtes les bourgeois ventrus qui méprisez
Celui qui passe avec un rêve dans la tête,
Et fiers d’être nul tout en restant honnête,
Vous condamnez, sans les connaître, nos baisers !
Comme éructés sur le pavois de vos sottises,
Eunuques qui geignez contre un mal inconnu,
Vous mettez Ganymède à la porte : Il est nu !
Quoique vous en gardiez tout bas la convoitise45.

  • 46 Le Canard Sauvage, numéro spécial « Messes noires », n° 19, 26 juillet-1er août 1903, repris dans (...)
  • 47 Selon la formule de Ducrey Guy, Romans fin de siècle, p. XXXII.

8Le « vous » bourgeois appelle un « nous » opposé, incarné par le Ganymède unique derrière lequel se forme un sentiment communautaire embryonnaire. C’est sous les traits du bel échanson que la presse évoque parfois le prisonnier d’Adelswärd : le commentaire iconographique du procès de 1903 dans la revue satirique Le Canard sauvage présente un Jacques d’Adelswärd-Fersen en contemplation devant un Ganymède statufié, puis soustrait à cette vision par le rapt policier46. Ce mythème du rapt, un des « ingrédients narratifs d’affabulation47 » favoris de Jacques d’Adelswärd-Fersen, acquiert une résonance particulière dans l’œuvre du poète, en relation avec la métaphore récurrente de l’aigle, oiseau de l’apothéose et des mouvements ascensionnels : l’enlèvement salvateur du poète Ganymède par les aïeux rapaces semble le soustraire à la condamnation morale, mais constitue également l’instrument de la punition infligée par les ancêtres avant l’accession au panthéon des gloires familiales.

9Mais cette figure de Ganymède aux velléités emblématiques va se faire étonnement discrète :

  • 48 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « La prison de verre », in Le Danseur aux caresses, op. cit., p. 68.

[…] tes lèvres se sont tues
Emprisonnées par la beauté lointaine d’un tableau
Où gardant le silence et l’orgueil des statues
Ganymède pâmé s’évanouit au tombeau48 !

10La défaillance mortifère et l’évanouissement pictural subis par Ganymède constituent une étape de son effacement progressif. Gérard Maleine, protagoniste principal du troisième roman de Jacques d’Adelswärd-Fersen, Et le feu s’éteignit sur la mer, se promène dans Rome et débouche sur la Villa Médicis :

  • 49 Fersen Mr de, Et le feu s’éteignit sur la mer..., Paris, Albert Messein, 1909, p. 72.

D’un geste, il était dans les jardins de l’Académie de France et là, suivant les hautes allées de pins et de roses, il arrivait juste pour le crépuscule, sur la grande place majestueuse bordée de citronniers, d’orangers, de bambous et de verveines, où, dominés d’un côté par une monumentale statue de la Minerve, de l’autre par le svelte Mercure de Gian Bologna équilibré sur une vasque d’eau dormante, des colonnes blanches, des chapiteaux effrités et le fantôme énigmatique d’un Ganymède ou d’une Vénus s’essaimaient dans l’ombre tranquillisée. Au-dessus de ces choses, une large terrasse casquée d’arbres centenaires dominait les jardins49.

  • 50 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « En vain qu’aurai voulu… », in Ainsi chantait Marsyas, op. cit., p. (...)
  • 51 « En vain j’aurai voulu ressusciter ton corps / Qui sur ton torse lyre a fait vibrer l’Histoire, / (...)

11L’évanouissement sculptural succède ici à l’évanouissement pictural, accompagné d’une hésitation sur le genre (Ganymède ou Vénus), d’une réification (choses) et d’une temporalité transitoire (crépuscule). Contrairement aux autres figures mythologiques qui succombent (« Daphnis est mort ! Éros est mort, Nisus est mort50 ! ») et dont la tentative de résurrection est vaine51, Ganymède athanatos ne meurt jamais mais devient une figure fantomatique.

  • 52 Adelswärd-Fersen Jacques d’, Notre-Dame des mers mortes (Venise), Paris, Sevin et Rey, 1902, chap. (...)
  • 53 Ibid., chap. II.
  • 54 Léonard Véronique, « Caïn décadent ? À l’écart (1891), Alfred Valette et R. Minhar », in Mythes de (...)

12Cet effacement se double d’occurrences inattendues. Dans son premier roman, variation sur une Venise décrite simultanément comme un « marais maudit52 » et comme le « grand phare vers l’Orient53 », Jacques d’Adelswärd-Fersen relate l’amour malheureux du narrateur Jacques de Liéven pour une jeune Vénitienne, la Contarinetta. Reconnaissant Ganymède comme mythe (c’est-à-dire comme « organisation de séquences54 »), l’auteur en fait le mythe de la désillusion, de l’éternel regret, retenant une séquence composée d’« ailes meurtries » qui laisse le lecteur perplexe :

  • 55 Adelswärd-Fersen Jacques d’, Notre-Dame des mers mortes (Venise), op. cit., p. 196.

On ne se relève jamais d’un premier amour. Tel que dans le mythe de Ganymède, les ailes en demeurent éternellement meurtries et le regret subsiste. Mieux encore que la première illusion, on se souvient de la première désillusion55

Le refus du « paravent mythologique » dans Akademos

  • 56 Dumas Alexandre, Le Comte de Monte-Cristo, 1846, p. 722 : « l’histoire de Ganymède n’est pas une f (...)
  • 57 LAS de Jacques d’Adelswärd-Fersen à Georges Eekhoud, 8 décembre 1907, Bibliothèque royale de Belgi (...)

13En décidant de créer un périodique mensuel « d’Art libre et de Critique » en 1909, Jacques d’Adelswärd-Fersen aurait pu choisir de s’adjoindre le soutien allégorique56 de Ganymède. Or, Akademos n’a pas choisi l’étendard Ganymède. Son programme l’y portait pourtant : Jacques d’Adelswärd-Fersen désirait fonder une revue dans laquelle « on réhabilite l’autre Amour57 ». Cette réhabilitation s’est organisée autour de trois axes :

  • un enjeu de création littéraire : Akademos présente près de 2 000 pages de poèmes, de récits, d’études et de critiques pour 12 numéros parus en une seule année.
  • un enjeu « politique » progressiste : Jacques d’Adelswärd caresse en effet « l’espoir de former un parti58 », probablement sur le modèle du Comité scientifique humanitaire (CSH)59 allemand, créé par Magnus Hirschfeld en 1897 et qui œuvre pour l’abrogation du paragraphe 175. La terminologie employée par Jacques d’Adelswärd-Fersen l’installe dans une idéologie communautaire : qu’il réfute néanmoins devant ses lecteurs :
  • 60 La Direction, « Notre but », in Akademos I, 15 janvier 1909, p. 113.

Akademos ne prétend guère répondre aux désirs particuliers d’une coterie, d’une élite, ou d’une chapelle quelconques. Nous n’arborons pas de cocarde, nous n’attaquons pas de parti pris60.

  • un enjeu théorique, puisqu’il s’agit de « mettre en lumière la question de la liberté passionnelle – les différentes théories sensuelles61 ». Akademos se veut donc le lieu de la mise au jour d’un débat théorique sur l’homosexualité entre les trois courants médicaux majeurs de l’époque : les partisans de la théorie de la dégénérescence62, les partisans de l’inversion du sens génital (l’homosexualité comme maladie innée, donc à dépénaliser)63 et la théorisation de la sexualité par la psychanalyse (l’homosexualité comme « blocage du développement sexuel au stade infantile », selon Freud).

14Si la référence à Ganymède est reprise dans Akademos, c’est avec une valeur d’équivalent symbolique accessoire et de justification culturelle par le modèle grec, comme par exemple dans l’article fondamental de Guy Delrouze, « Le préjugé contre les mœurs. Son origine, sa valeur, ses dangers », publié en juillet 1909, qui, selon Claude Courouve, anticipe sur le Corydon d’André Gide64 :

  • 65 Delrouze Guy, « Le préjugé contre les mœurs. Son origine, sa valeur, ses dangers », in Akademos VI (...)

On a souvent parlé du miracle grec. […] Ce peuple comptait l’homosexualité comme un élément constitutionnel et congénital de son tempérament. […] les dieux montraient d’exemplaires faiblesses : Zeus avait Ganymède ; Apollon, Hyacinthe et Cyparisse ; Hercule, Hylas65.

15Un peu plus loin, dans le même article, l’allusion à l’échanson est ancrée dans la poésie arabe et persane du Moyen Âge :

  • 66 Ibid., p. 15.

De même que Platon rangeait parmi les appétits inférieurs les désirs qui portent vers les femmes, de même la poésie arabe et persane a célébré l’adolescent, l’échanson, le svelte cyprès comme digne surtout des plaisirs du sage66.

16Ou alors, Akademos signale Ganymède comme servile représentant du monde littéraire de la Belle Époque, sous la plume de Robert Scheffer, caricaturiste caustique du début du xxe siècle, qui dépeint une Rachilde-Zeus, et un Léautaud-Ganymède :

  • 67 Scheffer Robert, « Plumes d’oies et plumes d’aigles », in Akademos V, 15 mai 1909, p. 714.

Rachilde, c’est la Muse du Mercure de France, l’une des Muses plutôt, car je n’ai garde de vouloir contrister aucune des dames, habituées de l’endroit, et dont un porte-plume, en guise d’épingle, fixe sur le chignon le volumineux chapeau. Olympe ou Parnasse, ce lieu d’élection ? Il n’y a que neuf muses, et les déesses sont innombrables. Mettons que ce soit l’Olympe, où MM. Van Béver et Paul Léautaud, alternativement, jouent les Ganymède67.

  • 68 Mackenzie Compton, Le Feu des vestales, Paris, Payot, 1998, p. 263.
  • 69 Ibid., p. 265.

17Akademos n’a pas élaboré l’instument du premier militantisme communautaire à partir de la figure de Ganymède. C’est la réception qui placera la revue sous cette figure tutélaire, comme en témoigne le roman de Compton Mackenzie, Vestal Fire, publié en 1927, dans lequel le « comte Marsac », caricature de Jacques d’Adelswärd-Fersen, dirige la revue Symposion68 (titre anglophone du Banquet de Platon). Selon Mackenzie, la revue aurait plutôt dû s’appeler Le Ganymède de France, sur le modèle du Mercure69. Ce nouveau Mercure ne connaîtra pas la longévité de son concurrent : douze numéros pour une année d’existence et Jacques d’Adelswärd-Fersen mettra un terme à cette aventure éditoriale. Le directeur semble avoir refusé l’utilisation massive de la figure de Ganymède, trop « pédérastique » pour être viable et unificatrice, dans une volonté de modération affichée dès le début du projet afin de ne pas effaroucher le lectorat :

  • 70 LAS de Jacques d’Adelswärd-Fersen à Georges Eekhoud, 8 décembre 1907, Bibliothèque royale de Belgi (...)

Je voudrais, n’ayant d’ailleurs comme titre suffisant que l’orgueil de nos idées et une ardeur indicible à les savoir moins méconnus, fonder à Paris, en Février prochain, une revue d’art, de philosophie, de littérature, dans laquelle petit à petit pour ne pas en faire d’avance un scandale, on réhabilite l’autre Amour70.

  • 71 Delrouze Guy, « Le préjugé contre les mœurs. Son origine, sa valeur, ses dangers », in Akademos VI (...)
  • 72 LAS de Jacques d’Adelswärd-Fersen à Georges Eekhoud du 10 mai 1909, reproduite dans « Dossier Jacq (...)

18Si Ganymède a pu illustrer les « idées » défendues par Akademos dans l’article de Guy Delrouze71, la revue a échoué à regrouper une communauté naissante. La nostalgie pédérastique de Jacques d’Adelswärd-Fersen ne rassemblera pas tous les homosexuels, laissant de côté une homosexualité plus adulte : « toute une catégorie bien peu indulgente et nullement intellectuelle d’adonisiens me tourne le dos72 », se plaint-il à Georges Eekhoud devant les difficultés d’Akademos. Cette absence d’unité fait écho selon Jacques d’Adelswärd, à la responsabilité des homosexuels contemporains dans leur propre persécution :

  • 73 Une Jeunesse. Le Baiser de Narcisse, Paris, Albert Messein, 1907, p. 22-23.

Beaucoup ont trop à perdre pour risquer leur faible courage dans l’aveu d’une opinion honteuse semble-t-il, parce qu’on la tient cachée. Et vaincus par les préjugés, affaiblis par la peur, épuisés par la tristesse, déçus aussi par certains exemples et par certains désastres, bien des artistes ont enseveli leur rêve que Michel-Ange avait rêvé73

  • 74 « Sa vie, haletante et nerveuse, fut ravagée par un idéal très hautain et très rare, par l’Autre A (...)
  • 75 Delrouze Guy, « Le préjugé contre les mœurs. Son origine, sa valeur, ses dangers », in Akademos VI (...)
  • 76 Basch Sophie, Paris-Venise 1887-1932, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 79.
  • 77 Fersen, « L’Extase », nouvelle, in Akademos IX, 15 septembre 1909, p. 321-326.
  • 78 Ibid.
  • 79 Sonyeuse, « In memoriam : Raymond Laurent », in Akademos I, op. cit., p. 66-71.

19Enfin, ce refus permet d’afficher la volonté de nommer le comportement sexuel et d’en finir avec les périphrases : de passer de « l’amour dont Adonis a couronné sa tête » à « l’Autre Amour », (expression reprise dans le premier numéro d’Akademos, à l’occasion d’un hommage à Raymond Laurent74, puis à « l’homosexualité75 » (comme dans l’article susnommé de Guy Delrouze). D’autres figures sont exploitées dans Akademos, sans pour autant prendre le relais systématique, notamment Antinoüs et saint Sébastien. Il faudra plutôt chercher ce relais dans la modernité de nouveaux « martyr[s] de l’homosexualité76 », notamment en la personne d’Oscar Wilde, « qui naqui[t] pour rompre le maléfice de la terre et pour nous rendre les anciens Dieux77 », vampire qui se repaît du sang des éphèbes78 ; ou de Raymond Laurent, suicidé par la société : « Laurent s’est tué. Le revolver lui a été mis au poing par une époque où la maison Tellier est la seule expression d’âme permise. Il y a des façons de syvetonner les âmes d’élite : c’est par les préjugés79. » Contrairement à ces martyrs consensuels, les nouveaux supports fantasmatiques et modèles identificatoires proposés par Jacques d’Adelswärd trancheront avec le modèle grec et ne feront pas l’unanimité, participant du refus d’une partie des homosexuels contemporains de s’associer au projet Akademos :

  • 80 Quillard Pierre, « Le danseur aux caresses », in Mercure de France, n° 215, 1er juin 1906, p. 430.

et si, parce que nous les imaginons à travers les lectures grecques, les éphèbes de noms antiques Antinoüs ou Bathylle ne se représentent pas à nos esprits sous une figure déplaisante, l’enfant tamoul, le petit boy de Ceylan et surtout le petit collégien nous suscitent des images sans agrément et pour mieux dire nous répugnent80.

Notes

1 Le Journal, 11 juillet 1903, p. 2.

2 Gil Blas, 12 juillet 1903, p. 2.

3 Peltier Louis, Gil Blas, 11 juillet 1903, p. 2.

4 Lettre du Procureur général près la Cour d’Appel de Paris, à M. le Garde des Sceaux, 16 décembre 1903, dossier d’instruction, Archives nationales, BB18 -2225, dossier 1468 A 03, f. 3.

5 Philip J., « Pourriture », in L’Aurore (éditorial) 14 juillet 1904, p. 1.

6 Jacques est baron d’Adelswärd et comte de Fersen.

7 le Roux Hugues, « La jeunesse qui vient », in Le Journal (éditorial) 16 juillet 1903, p. 1.

8 Willy, Le Troisième sexe, Paris, Paris-Édition, 1927, p. 67-68.

9 Liedekerke Arnould, La Belle époque de l’opium, Paris, Éditions de la Différence, 1984, p. 224.

10 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « Les romans », in Akademos IV, 15 avril 1909, p. 584.

11 Titre d’un roman de Jean Lorrain publié en mai 1891.

12 Frontis, « Comme sous Héliogabale », in L’Événement, 12 juillet 1903, p. 1.

13 Essebac Achille, Dédé, Paris, Ambert, 1901 ; Partenza… Vers la beauté !, 1898.

14 Rodes Jean, Les Adolescents, moeurs collegiennes, Paris, Mercure de France, 1904.

15 Lorrain Jean, « Ganymède », in L’Ombre ardente : poésies, Paris, Éd. Fasquelle, 1897, p. 230.

16 Notamment dans Poesia, la revue de Marinetti, dans Pan, et dans La Nouvelle revue.

17 Mirande Lucien, Akadémos, Jacques d’Adelswärd-Fersen et « la cause homosexuelle », Lille, Cahiers Gai-Kitsch-Camp, n° 48, quatrième trimestre 2000.

18 Sonyeuse [pseudonyme de Jacques d’Adelswärd-Fersen], « In memoriam, Raymond Laurent », in Akademos I, 15 janvier 1909, p. 68.

19 Jeddi Sophie, « Vénus pervertie, variations autour de l’anneau de Vénus ou l’émergence d’une Vénus chrétienne », in Les Mythes de la décadence, Montandon Alain (dir.), Clermont-Ferrand, Université Blaise Pascal, 2001, p. 47.

20 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « En vain qu’aurai voulu… », in Ainsi chantait Marsyas, Florence et Paris, Albert Messein, 1907, p. 50.

21 « L’art et la littérature classiques le dépeignent comme un bel adolescent, protecteur des amours homosexuelles » (Martin René, Dictionnaire culturel de la mythologie gréco-romaine, Paris, Nathan, 2002, p. 106).

22 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « Amour sauvage et doux », in Les Cortèges qui sont passés, poèmes, Paris, Albert Messein, 1903, p. 173.

23 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « Sois Narcisse », in Le Danseur aux caresses, Paris, Albert Messein, 1906, p. 111.

24 C’est également sous les traits d’un « Antinoüs » que l’écrivain anglophone Compton Mackenzie décrit dans Vestal Fire le personnage de Carlo di Fiore, caricature de Nino Cesarini, compagnon de Jacques d’Adelswärd-Fersen ; Compton Mackenzie, Vestal Fire, 1927, Le Feu des vestales, Paris, Payot, 1998, p. 44-47.

25 LAS de Jacques d’Adelswärd-Fersen à Edouard Chimot, Villa Lysis, 24 septembre 1904, coll. Alexandre de Villiers.

26 Fersen Mr de, L’Hymnaire d’Adonis, à la façon de M. le marquis de Sade, Paris, Léon Vanier, 1902, 276 p.

27 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « Urbs dolorosa », in Le Danseur aux caresses, op. cit., p. 42.

28 Fersen Mr de, Messes noires. Lord Lyllian, Paris, Albert Messein, 1905, p. 31.

29 Ibid., p. 12-13.

30 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « Un jour, tu renaîtras », in Le Danseur aux caresses, op. cit., p. 64.

31 « À propos d’une enquête », in La Plume, n° 387, 15 mai 1912, p. 230.

32 « Voici lord Lyllian que votre concierge nommait une tapette » (Dédicace, Fersen Mr de, Messes noires. Lord Lyllian, op. cit).

33 Ibid., p. 133.

34 Jean-Claude Féray a récemment considéré Jacques d’Adelswärd-Fersen comme le « prédécesseur » de Roger Peyrefitte « dans le domaine de la littérature pédérastique », Jean-Claude Féray, « L’Exilé de Capri : un portrait très retouché », in Inverses. Littératures, Arts et Homosexualités, 4, 2004, faisant lui-même écho à la déclaration de Roger Peyrefitte en 1984 : « La littérature pédérastique est née dans le ciel, – naturellement, le ciel de la Grèce. Jupiter, le roi des dieux, […] se changea en aigle pour enlever dans l’Olympe un jeune berger troyen dont il s’était épris : Ganymède » (Peyrefitte Roger, « Ballets bleus chez les immortels », in Le Crapouillot, nouvelle série, n° 73, janvier 1984, p. 5-12).

35 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « La légende passionnée », in Ébauches et débauches, Paris, Léon Vanier, 1901, p. 31.

36 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « Narcisse », dédié à « À Robert d’Humières », in Les Cortèges qui sont passés, poèmes, op. cit., 1903.

37 Downing Christine, Myths and Mysteries of Same-Sex Love, New York, Continuum, 1989, p. 149 et 152.

38 LAS de Jacques d’Adelswärd-Fersen à Édouard Chimot, 24 septembre 1904, Villa Lysis, coll. part. Alexandre de Villiers.

39 Peyrefitte Roger, L’Exilé de Capri, édition définitive, Paris, Flammarion, Le Livre de Poche, 1959, p. 130.

40 Ibid., p. 204.

41 LAS de Jacques d’Adelswärd-Fersen à Édouard Chimot, 15 mai 1905, Villa Lysis, coll. part. Alexandre de Villiers.

42 Peyrefitte Roger, L’Exilé de Capri, op. cit., p. 255.

43 Ibid., p. 138.

44 Selon le testament de Jacques d’Adelswärd-Fersen, reproduit dans Esposito Fausto, I Misteri di Villa Lysis. Testamento e morte di Jacques Fersen, Capri, Edizioni La Conchiglia, 1996 : Nino Cesarini est né le 30 septembre 1889.

45 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « Vous êtes les bourgeois », in Le Danseur aux caresses, op. cit., 1906, p. 21-22.

46 Le Canard Sauvage, numéro spécial « Messes noires », n° 19, 26 juillet-1er août 1903, repris dans Le Canard sauvage. Caricaturistes et pamphlétaires de la Belle Époque, Paris, Le Pré-aux-Clers, 1982, non paginé.

47 Selon la formule de Ducrey Guy, Romans fin de siècle, p. XXXII.

48 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « La prison de verre », in Le Danseur aux caresses, op. cit., p. 68.

49 Fersen Mr de, Et le feu s’éteignit sur la mer..., Paris, Albert Messein, 1909, p. 72.

50 Adelswärd-Fersen Jacques d’, « En vain qu’aurai voulu… », in Ainsi chantait Marsyas, op. cit., p. 50.

51 « En vain j’aurai voulu ressusciter ton corps / Qui sur ton torse lyre a fait vibrer l’Histoire, / Antinoüs, dont seul notre cœur est la tombe ! » (ibid., p. 49).

52 Adelswärd-Fersen Jacques d’, Notre-Dame des mers mortes (Venise), Paris, Sevin et Rey, 1902, chap. III.

53 Ibid., chap. II.

54 Léonard Véronique, « Caïn décadent ? À l’écart (1891), Alfred Valette et R. Minhar », in Mythes de la décadence, op. cit., p. 134.

55 Adelswärd-Fersen Jacques d’, Notre-Dame des mers mortes (Venise), op. cit., p. 196.

56 Dumas Alexandre, Le Comte de Monte-Cristo, 1846, p. 722 : « l’histoire de Ganymède n’est pas une fable, Maximilien, c’est une allégorie ».

57 LAS de Jacques d’Adelswärd-Fersen à Georges Eekhoud, 8 décembre 1907, Bibliothèque royale de Belgique, cote ML 2970/265.

58 LAS de Jacques d’Adelswärd-Fersen à Georges Eekhoud du 10 mai 1909, reprise dans « Dossier Jacques d’Adelswärd-Fersen », in Cahiers Gai-Kitsch-Camp, n° 21, Lille, 1993, p. 66.

59 Wissenchaftlich Humanitär Komitee (WHK).

60 La Direction, « Notre but », in Akademos I, 15 janvier 1909, p. 113.

61 LAS de Jacques d’Adelswärd-Fersen à Georges Eekhoud, 4 août 1908, citée par Mirande Lucien, Akadémos, Jacques d’Adelswärd-Fersen et « la cause homosexuelle », Lille, Cahiers Gai-Kitsch-Camp, n° 48, quatrième trimestre 2000, p. 16.

62 Revenin Régis, Homosexualité et prostitution masculine à Paris 1870-1918, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 154.

63 Ibid., p. 155.

64 Courouve Claude, « Les vicissitudes de Corydon », site internet http://www.gidiana.net.

65 Delrouze Guy, « Le préjugé contre les mœurs. Son origine, sa valeur, ses dangers », in Akademos VII, 15 juillet 1909, p. 12.

66 Ibid., p. 15.

67 Scheffer Robert, « Plumes d’oies et plumes d’aigles », in Akademos V, 15 mai 1909, p. 714.

68 Mackenzie Compton, Le Feu des vestales, Paris, Payot, 1998, p. 263.

69 Ibid., p. 265.

70 LAS de Jacques d’Adelswärd-Fersen à Georges Eekhoud, 8 décembre 1907, Bibliothèque royale de Belgique, cote ML 2970/265.

71 Delrouze Guy, « Le préjugé contre les mœurs. Son origine, sa valeur, ses dangers », in Akademos VII, op. cit.

72 LAS de Jacques d’Adelswärd-Fersen à Georges Eekhoud du 10 mai 1909, reproduite dans « Dossier Jacques d’Adelswärd-Fersen », in Cahiers Gai-Kitsch-Camp, op. cit., p. 66.

73 Une Jeunesse. Le Baiser de Narcisse, Paris, Albert Messein, 1907, p. 22-23.

74 « Sa vie, haletante et nerveuse, fut ravagée par un idéal très hautain et très rare, par l’Autre Amour » (Sonyeuse, « In memoriam, Raymond Laurent », in Akademos I, op. cit., p. 68).

75 Delrouze Guy, « Le préjugé contre les mœurs. Son origine, sa valeur, ses dangers », in Akademos VII, op. cit., p. 12.

76 Basch Sophie, Paris-Venise 1887-1932, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 79.

77 Fersen, « L’Extase », nouvelle, in Akademos IX, 15 septembre 1909, p. 321-326.

78 Ibid.

79 Sonyeuse, « In memoriam : Raymond Laurent », in Akademos I, op. cit., p. 66-71.

80 Quillard Pierre, « Le danseur aux caresses », in Mercure de France, n° 215, 1er juin 1906, p. 430.

Auteur

Doctorante à l’Université Paris 4

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540