Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphoses du regard ancien

 | 
Évelyne Prioux
, 
Agnès Rouveret

Corp(u)s rufinien : l’ecphrasis du corps féminin dans la collection de Rufin

Regina Höschele

Texte intégral

  • 1 Les épigrammes rufiniennes sont regroupées dans une section du livre V de l’Anthologie Palatine : (...)
  • 2ντὶ δέ μοι παίδων ἀδόλου χροὸς ἤρεσε γύψου / χρώματα xαὶ φύxους ἄνθος ἐπεισόδιον (vv. 3-4). Pour (...)
  • 3 On ne pourrait guère citer qu’un seul poème philopédique (X P.), où Rufin rejette les avances d’un (...)
  • 4 Lamanière dont les épigrammes de Rufin firent leur entrée dans la collection de Céphalas n’est pas (...)

1Οὐκέτι παιδομανὴς ὡς πρίν ποτε, νίν δὲ xαλοῦμαι / θηλυμανής (« Je ne suis plus fou de garçons comme jadis, maintenant on dit que je suis fou de femmes ») – telle est l’initiale d’une épigramme attribuée à Rufin (VI P. = Anthologie palatine V, 19), dont trente-sept poèmes sont transmis par le cinquième livre de l’Anthologie palatine1. L’épigrammatiste déclare, de manière à la fois ironique et programmatique, qu’il préfère l’amour féminin à l’éros pédérastique, en constatant que le maquillage artificiel lui semble plus attirant que la peau naturelle des garçons2. En réalité, Rufin se présente, dans la plupart des épigrammes conservées, comme « l’homme qui aime les femmes3 ». Bien que nous ne sachions rien sur la manière dont les poèmes furent publiés, je crois pouvoir montrer que le poète conçut lui-même une édition de ses textes dont on peut toujours distinguer des traces dans l’Anthologie4. Parmi les poèmes rufiniens, il n’y a pas une seule pièce qui puisse être qualifiée d’« ecphrastique » au sens où les commentateurs modernes entendent ce terme : les pièces de Rufin se rangent toutes sous la catégorie des ἐρωτιxά (épigrammes amoureuses). Mais on verra que les poèmes érotiques peuvent eux aussi comporter des éléments ecphrastiques dans la mesure où Ῥουφῖνος θηλυμανής décrit le corps féminin ; dans un cas (XXI P. = Anthologie palatine V, 60), on pourrait même avoir l’impression que la femme nue est décrite à la manière d’une statue.

2Mon article a, par conséquent, deux objectifs : premièrement, je voudrais faire ressortir quelques éléments qui accréditent l’hypothèse de l’existence d’une telle collection. Ce sont, en particulier, les vestiges de l’ordre original des épigrammes et le fait que le premier poème rufinien transmis par l’Anthologie constitue, à mon avis, l’épigramme initiale du recueil. J’examinerai ensuite un choix de textes afin d’illustrer la manière dont Rufin transpose le langage ecphrastique dans l’épigramme érotique.

  • 5 Pour une lecture linéaire d’un recueil d’épigrammes, cf. par exemple Merli Elena, « Epigrammzyklen (...)
  • 6 Sur les recueils hellénistiques, cf. avant tout Gutzwiller Kathryn, Poetic Garlands. Hellenistic E (...)
  • 7 Cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit., p. 119-124.

3Des études récentes sur les collections poétiques dans l’Antiquité ont permis de démontrer que les différents poèmes d’une même collection étaient conçus en vue d’une lecture linéaire et que le contexte du livre servait à influencer la compréhension de ses éléments5. Bien que les éditions originales des épigrammes grecques n’existent plus, il est toujours possible d’en trouver des vestiges6. Dans le cas de Rufin, c’est principalement la triade des épigrammes XIV, XVI et XVII P. qui me paraît apte à illustrer ce phénomène7. Les deux premiers poèmes (Anthologie palatine V, 41 et 43), qui ne sont séparés que par une seule épigramme rufinienne dans l’Anthologie, présentent deux variations sur le même sujet, et le troisième poème, qui les suit immédiatement (Anthologie palatine V, 44), est lié à cette paire d’épigrammes par la présence d’une allusion intertextuelle à Asclépiade.

  • 8 Τίς γυμνὴν οὕτω σε xαὶ ἐξέβαλεν xαὶ ἔδειρεν ; / τίς ψυχὴν λιθίνην εἶχε xαὶ οὐx ἔβλεπεν ; / μοιχὸν (...)
  • 9 Ἐxβάλλει γυμνήν τις, ἐπὰν εὕρῃ ποτὲ μοιχὸν, / ὡς μὴ μοιχεύσας, ὡς ἀπὸ Πυθαγρου ; / εἶτα, τέxνον, x (...)
  • 10 Comme me le suggère É. Prioux, le troisième vers pourrait contenir un jeu de mots sur l’Aphrodite (...)
  • 11γιν xαὶ Κλεοφῶντα xαὶ Ἀνταγόρην, ἕν’ ἑxάστη, / γυμνούς, ναυηγῶν ἥσσονας, ἐξέβαλον (vv. 3-4).

4Dans XIV P., Rufin demande à une femme pourquoi elle s’est retrouvée à la porte, toute nue8. Il soupçonne que son mari l’a surprise en flagrant délit avec un autre homme et essaie de la consoler en disant « così fan tutte » : πᾶσαι τοῦτο ποοῦσι, τέxνον (v. 4). Dans XVI P., le poète parle à la même femme et promet qu’elle rencontrera un autre homme, par son entremise personnelle. Ce nouvel amant ne la regardera pas de si près et ne la frappera pas si fort – à charge au lecteur d’imaginer qui pourrait être cet homme9… À première vue, XVII P. n’entretient pas de rapport évident avec les deux épigrammes précédentes : ici, le poète met les jeunes hommes en garde contre deux prostituées du port, en disant ἀλλὰ, νέοι, πανδημὶ τὰ λῃστριxὰ τῆς Ἀφροδίτης φεύγεθ’ (« jeunes gens, fuyez en foule ces corsaires d’Aphrodite », v. 3-4). Lembion et Kerkourion, dont les noms sont dérivés des mots grecs λέμβος et xέρxουρος qui désignent des formes d’embarcation, sont toutes deux identifiées à des bateaux pirates, sans que le poète nous apprenne ce qui les rend si dangereuses10. Une réponse possible est offerte par un hypotexte de l’épigramme rufinienne : le même avertissement (τὰ λῃστρικ τῆς Ἀφροδίτης φεύγετε) se retrouve en effet, mot pour mot, dans un poème d’Asclépiade (V, 161 = XL G.-P.). Le poème d’Asclépiade évoque trois prostituées du port qui ont mis à la porte trois hommes qui se trouvaient alors dans le plus simple appareil11. Une telle juxtaposition peut-elle être l’œuvre du hasard ? Je ne le pense pas.

  • 12 Cf. Gutzwiller Kathryn [Poetic Garlands. Hellenistic Epigrams in Context, op. cit.] sur la présenc (...)
  • 13 Pour cette épigramme, cf. Robert Louis, « Sur des inscriptions d’Ephèse : fêtes, athlètes, empereu (...)

5À supposer que Rufin ait réellement publié ses textes dans une collection d’épigrammes, il est probable que le premier poème ait été particulièrement remarquable : cette pièce liminaire devait notamment receler des éléments métapoétiques12. Or, nous connaissons bel et bien une épigramme de ce type parmi les textes que nous a livrés l’Anthologie palatine : Anthologie palatine V, 9 aurait pu occuper la position initiale dans le recueil perdu13.

  • 14 « Moi, Rufin, à ma très douce Elpis, je te souhaite bien de la joie, si tu peux avoir de la joie e (...)

Ῥουφῖνος τῇ ’μῇ γλυxερωτάτῃ Ἐλπίδι πολλὰ
χαίρειν, εἰ χαίρειν χωρὶς ἐμοῦ δύνασαι.
οὐxέτι βαστάζω, μὰ τὰ σ’ ὄμματα, τὴν φιλέρημον
xαὶ τὴν μουνολεχῆ σεῖο διαζυγίην,
ἀλλ’ αἰεὶ δαxρύοισι πεφυρμένος ἢ ’πὶ Κορησὸν
ἔρχομαι ἢ μεγάλης νηὸν ἐς Ἀρτέμιδος.
αὔριον ἀλλὰ πάτρη με δεδέξεται, ἐς δὲ σὸν ὄμμα
πτήσομαι, ἐρρῶσθαι μυρία σ’ εὐχόμενος14.

  • 15 Cf. Rosenmeyer Patricia, « Epistolary Epigrams in the Greek Anthology », op. cit., p. 145 : « We m (...)

6Le poète écrit une lettre à sa bien-aimée Elpis afin de lui dire à quel point elle lui manque. Quand Rufin constate qu’il est « baigné de larmes », l’expression δαxρύοισι πεφυρμένος (v. 5) fait allusion à une tournure utilisée trois fois dans l’Odyssée à l’égard de Pénélope : son lit est δάxρυσ’ ἐμοῖσι πεφυρμένη (Od. XVII, 103 et XIX, 596), depuis que son époux est parti pour Troie (Rufin, lui aussi, déplore son lit désert : μουνολεχῆ σεῖο διαζυγίην, v. 4). Dans le troisième cas, Eurynomè engage Pénélope à se parer et à ne pas se présenter aux prétendants δαxρύοισι πεφυρμένη (Od. XVIII, 173). Rufin est donc séparé d’Elpis comme Pénélope est séparée d’Ulysse : tous deux en sont également désolés. Dans la première lettre des Héroïdes, Pénélope exige de son mari nil mihi rescribas tu tamen – ipse veni (« mais ne me réponds pas – viens toi-même ! »). Pendant que Rufin écrit sa lettre, une idée similaire lui vient à l’esprit : le poète décide de revenir et sa lettre perd ainsi toute fonction réelle15. Dans son rôle de « rapatrié », Rufin ressemble, d’une certaine manière, à Ulysse. L’épigramme évoque donc, à maints égards, ce couple classique.

  • 16 Cicéron, Lettres familières, 15, 16, 2 : « Et pas seulement à l’égard de toi, qui te trouves dans (...)
  • 17 Cf. Pseudo-Démétrios, Du Style, II, 223 : εἶναι γὰρ τὴν ἐπιστολὴν οἷον τὸ ἕτερον μέρος τοῦ διαλόγο (...)
  • 18 Cf. Cicéron, Lettres familières, 15, 16, 1 : fit enim nescio qui, ut quasi coram adesse videare, c (...)

7L’expression ἐς δὲ σὸν ὄμμα πτήσομαι (v. 7-8) est extrêmement remarquable : on attendrait plutôt une promesse comme « je volerai vers tes bras ». Rufin jure par les ὄμματα d’Elpis (v. 3), et évoque, de manière indirecte, ses propres yeux lorsqu’il affirme être « baigné de larmes ». Pourquoi les yeux jouent-ils un rôle si important ? D’abord, on pourrait penser à la théorie optique d’Épicure, selon laquelle de petites images (εἰδωλα) sortant de chaque objet pénètrent dans nos yeux. Dans une lettre à C. Cassius, Cicéron fait allusion à cette doctrine et se demande s’il pourrait disposer librement de ces εἴδωλα : neque solum de te, qui mihi haeres in medullis, sed si insulam Britanniam coepero cogitare, eius εἴδωλον mihi advolabit ad pectus16 ? Le point de départ de ce raisonnement est le topos de la présence-absence, qui veut que la lettre soit « la moitié d’une conversation17 » : les auteurs anciens soulignent bien souvent que leurs interlocuteurs sont pour ainsi dire présents alors qu’ils écrivent leurs lettres18.

  • 19 Cf. Pseudo-Julien, Épîtres, 188 Bidez-Cumont : ἐγὼ δέ σε xαὶ εἶδον ἤδη τοῖς γράμμασι xαὶ τῆς ἱερᾶς (...)

8Pourtant, Rufin ne réussit pas à évoquer la présence de sa bien-aimée. Aussi doit-il aller la retrouver en personne. Il est néanmois possible que ce ne soit pas le sujet poétique qui vole vers les yeux d’Elpis, mais les mots de son épître. Rufin se confondrait alors avec la lettre qu’il écrit, ce qui est concevable dans la topique épistolaire, les lettres étant considérées comme des « images de l’âme19 ». Nous pouvons ainsi identifier l’épître à son auteur.

  • 20 Schröder Bianca-Jeanette [Titel und Text. Zur Entwicklung lateinischer Gedichtüberschriften. Mit U (...)
  • 21 Pour d’autres exemples, cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. c (...)

9Supposons un instant que l’épigramme ne soit pas seulement le premier poème rufinien de l’Anthologie, mais qu’elle ait aussi occupé la première position dans la collection originale. Dans ce cas, le premier mot de cette collection serait Ῥουφῖνος. Dans la mesure où l’incipit d’un livre pouvait tenir lieu de titre20, il serait possible que le nom Ῥουφῖνος désigne l’édition de ses épigrammes prises comme un tout. La Monobiblos de Properce, qui s’ouvre sur le mot Cynthia, montre que des noms propres pouvaient être utilisés dans ce sens : dans le deuxième livre du poète romain, quelqu’un constate d’ailleurs et tua sit toto Cynthia lecta foro (II, 24, 2 : « et ta Cynthie est lue partout sur le forum »). Dans les Apophoreta, Martial fait lui aussi référence à l’œuvre de jeunesse de Properce en l’appelant Cynthia, facundi carmen iuvenale Properti (189)21.

10Cette épigramme, qui comporte la sphragis de l’auteur, serait particulièrement apte à ouvrir une collection de poèmes. Dans la mesure où les lettres étaient fermées à l’aide de sceaux, Rufin pourrait évoquer à travers la fiction de la rédaction d’une lettre à Elpis l’acte de composition de la sphragis du recueil. Il me semble d’ailleurs que ce texte pourrait posséder une dimension métapoétique. Elpis, vers les yeux de laquelle Rufin, sa lettre ou son livre désirent voler, pourrait représenter le public du poète. Le choix du nom d’Elpis, qui pourrait renvoyer aux espoirs que le poète fonde sur ses lecteurs, s’accorderait assez bien avec cette interprétation. Si nous rapportons la formule ἐς δὲ σὸν ὄμμα πτήσομαι (v. 7-8) à la lecture de la lettre par Elpis, on conçoit aisément qu’on puisse identifier la destinataire de cette épître aux lecteurs de la collection poétique.

  • 22 Cf. West Martin Litchfield, Hesiod. Theogony. Edited with Prolegomena and Commentary, Oxford, 1966 (...)
  • 23 Des grammairiens hellénistiques observaient cette anomalie, cf. Corpus dei Papiri Filosofici Greci (...)

11Jusqu’ici, j’ai supposé que la fidélité de Rufin envers Elpis était l’égale de celle que Pénélope témoigna à Ulysse. Le deuxième distique (οὐxέτι βαστάζω, μὰ τὰ σ’ ὄμματα, τὴν φιλέρημον / xαὶ τὴν μουνολεχῆ σεῖο διαζυγίην) signifierait alors que le poète ne supporte plus d’être séparé de sa bien-aimée et qu’il doit, par conséquent, retourner chez elle. Mais Rufin pourrait aussi sous-entendre qu’il lui faut chercher la compagnie d’autres puellae – compagnie qui mettrait un terme à sa solitude. Certes, le poète annonce son retour, mais le dernier vers pourrait, lui aussi, cacher une telle ambiguïté. En effet, le texte qui nous a été transmis par l’Anthologie palatine et par Planude est le suivant : ἐρρῶσθαι μυρίας εὐχόμενος, « en disant adieu aux mille femmes (que j’ai vues en ton absence) ». Quelle conclusion para prosdokian ! Cette leçon soulève toutefois une difficulté : normalement, l’alpha de l’accusatif pluriel μυρίας devrait être long, ce qui est impossible, étant donné sa position dans le pentamètre. Faut-il pour autant renoncer à cette interprétation ? Plusieurs exemples, qui remontent notamment à Hésiode, montrent que la poésie grecque pouvait utiliser un alpha bref pour l’accusatif pluriel du féminin22 ; le vers le plus célèbre de l’œuvre d’Empédocle atteste précisément un tel usage dans le cas de l’adjectif μύριος : τρίς μιν μυρίας ὧρας ἀπὸ μαxάρων ἀλάλησθαι23 (115, 6 D.-K.).

  • 24 Cette correction de Hecker est généralement acceptée. Kores(s)os était un quartier d’Éphèse où se (...)
  • 25 Étienne de Byzance, Ethnika, 373 : « Koressos, un quartier d’Ephèse [...] parce que Léto, après av (...)

12Si nous acceptons l’idée que Rufin est à la recherche de femmes, les lieux qu’il visite pendant ses promenades reçoivent une signification particulière : est-ce le fruit du hasard si le nom de Koresos24 est apparenté au mot grec signifiant « fille » ? En effet, les Anciens faisaient dériver ce nomdu terme κόρη, comme nous l’apprend un récit étiologique préservé par le grammairien Étienne de Byzance : Κορησσός, πόλις τῆς Ἐφεσίας … διὰ τὸ τὴν Λητὼ τεxοῦσαν xαὶ τὴν Ἄρτεμιν xομίζουσαν γενομένην xατὰ τὸν τόπον, οὗ νῦν βωμὸς αὐτῆς, τῆς δὲ πυθομένης τίνος ἐστὶν ὁ τόπος, xόρη σός εἰπεῖν25.

  • 26 Floridi Lucia [Stratone di Sardi. Epigrammi. Testo critico, traduzione e commento, op. cit.] donne (...)
  • 27 Cf. Cameron Alan, « Strato and Rufinus », op. cit. (n. 4) ; ID., The Greek Anthology fromMeleager (...)

13Or, l’un des lecteurs anciens de Rufin est à l’origine d’une sorte de reader response destinée à ce poème : Straton de Sardes, épigrammatiste qui publia une collection appelée la Μοῦσα παιδιxή sous le règne d’Hadrien ou, plus probablement, avant le temps de Martial26, semble en effet faire allusion à ce poème dans l’une de ses propres épigrammes. Les jeux d’intertextualité qui lient la poésie de Straton et celle de Rufin fournissent, à mon avis, les meilleurs indices pour dater l’œuvre de ce dernier27. Voici le texte de l’épigramme de Straton (Anthologie palatine XII, 226) :

  • 28 « Les yeux toute la nuit de larmes inondés, je calme un peu ce cœur rendu insomniaque par la doule (...)

Πάννυχα μυδαλόεντα πεφυρμένος ὄμματα xλαυθμῷ
ἄγρυπνον ἀμπαύω θυμὸν ἀδημονίῃ,
ἥ με xατ’ οὖν ἐδάμασσεν ἀποζευχθέντος ἑταρου,
μοῦνον ἐπεί με λιπὼν εἰς ἰδίην Ἕφεσον
χθιζὸς ἔβη Θεόδωρος• ὃς εἰ πάλι μὴ ταχὺς ἔλθοι,
οὐxέτι, μουνολεχεῖς xοῖται, ἀνεξόμεθα28.

  • 29 Dans deux épitaphes, le mot désigne quelqu’un qui n’a dormi qu’avec un seul partenaire : Peek Wern (...)

14Comme Rufin, Straton souffre d’une séparation : dans un cas comme dans l’autre, l’un des partenaires se trouve à Éphèse et il est question d’une journée de séparation (αὔριον – χθιζός). L’emploi de l’adjectif μουνολεχής est particulièrement remarquable, dans la mesure où la signification « dormant seul » n’est attestée que dans ces deux poèmes29 (Anthologie palatine V, 9, 3 et Anthologie palatine XII, 226, 6). En prétendant, après une seule journée de séparation, que la solitude lui est devenue insupportable, Straton surenchérit de manière ironique sur les propos de Rufin dans l’affirmation de l’intensité de sa douleur : cette dimension ironique constitue, à mes yeux, l’un des arguments qui doivent nous inciter à considérer que le poème rufinien est l’hypotexte de l’épigramme de Straton. Straton laisse sous-entendre qu’il se donnera la mort en désespoir de cause, ou qu’il lui faudra chercher un autre garçon. Quoi qu’il en soit, il est aisé de relever la disproportion qui sépare l’intensité de la réaction de l’amant et le caractère insignifiant du motif qui l’a causée. À première vue, la plainte de Rufin paraît plus sincère, mais il est bien possible que Straton se soit contenté de rendre plus explicite une ironie qui filtrait déjà dans l’épigramme de son prédécesseur littéraire.

  • 30 Pour d’autres arguments en faveur de cette thèse, cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der E (...)
  • 31 Cf. Baldwin Barry, « Notes on Rufinus », in Phoenix, 34, 1980, p. 337-346, spéc. p. 343 ; ID., « R (...)

15Nous avons donc affaire à un recueil d’épigrammes qui fut probablement publié au ier siècle après J.-C.30. Il ne s’agit pas d’une collection d’ecphraseis, mais le corpus rufinien comprenait plusieurs épigrammes dans lesquelles le poète décrit le corps féminin. Examinons, d’abord, le poème XXI P. (Anthologie palatine V, 60), où Rufin observe une jeune fille à la toilette31 :

  • 32 « Une jeune fille aux pieds d’argent se baignait, arrosant les pommes d’or de ses seins de lait ; (...)

Παρθένος ἀργυρόπεζος ἐλούετο, χρύσεα μαζῶν
χρωτὶ γαλαxτοπαγεῖ μῆλα διαινομένη•
πυγαὶ δ’ ἀλλήλαις περιηγέες εἱλίσσοντο
ὕδατος ὑγροτέρῳ χρωτὶ σαλευόμεναι•
τὸν δ’ ὑπεροιδαίνοντα xατέσxεπε πεπταμένη χεὶρ
οὐχ ὅλον Εὐρώταν, ἀλλ’ ὅσον ἠδύνατο32.

16Le premier distique est consacré à la description des seins mouillés par l’eau : l’or des χρύσεα μῆλα contraste avec l’argent des pieds (ἀργυρόπεζος). Ensuite, Rufin regarde le derrière de la fille, dont il qualifie la chair de ὕδατος ὑγροτέρῳ, plus douce ou plus humide que de l’eau. Les vers finaux parlent d’un Eurôtas renflé, partiellement couvert par une main. À quoi le nom de ce fleuve lacédémonien peut-il se rapporter ?

  • 33 Waltz Pierre (éd.), Anthologie grecque, première partie. Anthologie palatine. Tome II (Livre V), P (...)

17D’après la Souda, περὶ αἰδοίου ἀνδρὸς ὁ λόγος (E 3709) : « il est question du membre viril ». On a généralement rejeté cette thèse, peut-être de façon précipitée. La communis opinio considère que l’Eurôtas est une manière voilée de désigner le vagin de la fille. En 1801, Friedrich Jacobs proposa de rapporter Eurôtas à l’adjectif εὐρύς (« large »). Si cette hypothèse est juste, le poète voudrait dire que la femme est εὐρεῖα, en raison de la fréquence excessive de ses rapports sexuels. L’opinion de Pierre Waltz est délicieuse : « Il nous fait croire qu’il fait le portrait d’une belle jeune fille, et sa description finit en queue de poisson – ou pis encore33. » Alan Cameron, en revanche, voit dans le mot Eurôtas une référence au fleuve lui-même :

  • 34 Cameron Alan, « Notes on the Erotic Art of Rufinus », op. cit., p. 181.

We may picture the scene as follows. This evidently rather well-endowed young Spartan woman bends over to wash her breasts in the water (lines 1-2), and the movement causes her buttocks to undulate in the way Rufinus so graphically describes. Faced with this double provocation, Eurotas, who like all Greek rivers is at once a body of water, and a god with all too human reactions, is unable to restrain himself, and begins to ‘swell over’. ὑπεροιδαίνω is an ideal word to suggest both aspects of the arousal of a river god34.

  • 35 Cf. LSJ « cover entirely ». Contra Cameron, cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigram (...)

18Une telle interprétation ne me semble pas justifiée, parce que le verbe xατέσxεπε (v. 5) ne peut pas signifier « repousser », comme le propose Alan Cameron : suivant son interprétation, la fille se défendrait contre l’attaque du dieu émoustillé en le repoussant, alors que xατασxέπειν (= xατασxεπάζειν) porte le sens de « cacher (entièrement)35 ».

  • 36 Cette idée est proposée par Höschele Regina, Konstan David, « Eurotas : Wide or Dank ? A Note on R (...)
  • 37 Cf. Richlin Amy, The Garden of Priapus. Sexuality and Aggression in Roman Humor, New York, Oxford, (...)

19Revenons alors à l’idée qu’un jeu de mots se cache dans le nom du fleuve. Faut-il nécessairement rapporter Eurôtas à l’adjectif εὐρύς ? Peut-être pourrions-nous aussi penser au substantif εὐρώς = « pourriture, humidité36 » ? Après tout, les accusatifs εὐρῶτα et Εὐρώταν ne diffèrent que par une seule lettre : le nu final. Dans l’Antiquité, le vagin était souvent considéré comme quelque chose de répugnant, de putride ; aussi est-il concevable que Rufin fasse ironiquement allusion à cette tradition misogyne37. De toute façon, le calembour fonctionnerait non seulement au niveau du signifiant, mais encore au niveau du signifié. En effet, la notion d’humidité, déjà présente dans les deux premiers distiques, trouverait un prolongement dans le choix d’un fleuve comme désignation métaphorique des pudenda muliebria. Bien sûr, cela n’exclurait pas la possibilité que le nom du fleuve puisse, en même temps, évoquer la notion de largeur : rappelons que la fille n’arrive pas à cacher la totalité de son sexe.

20Bien que la solution proposée dans la Souda qui consiste à rapporter ces vers au membre viril puisse sembler absurde à première vue, l’idée n’est pas si aberrante. Lors d’une lecture au premier degré, le participe ὑπεροιδαίνοντα pourrait bien nous faire penser à un phallus en érection : οἰδάω est utilisé dans ce sens par l’épigrammatiste Érykios, lorsque celui-ci ordonne à Priape d’apaiser son membre et de le dissimuler sous ses robes : ἀλλὰ xαταπρήυνε τὸν ἐξῳδηκότα φαλλὸν (Anthologie de Planude 242, 5). Mais si l’on se penche sur la probable signification du terme Eurôtas, cette première impression se révèle fausse. Dans un premier temps, le lecteur peut être quelque peu déconcerté face à la question de savoir qui cache quoi…La vue des seins et des fesses semble exciter Rufin, mais, si nous acceptons l’interprétation proposée ici, le locuteur du poème éprouve un dégoût marqué à la vue du sexe féminin. La situation de la baigneuse est alors très piquante : qu’elle soit ou non consciente de la présence du poète-voyeur, la fille tente précisément de cacher la partie de son corps qui ne l’excite pas.

  • 38 Cf. Janka Markus, Ovid. Ars Amatoria. Buch 2. Kommentar, Heidelberg, 1997, ad loc.
  • 39 Il ne s’agit donc pas d’une circumambulation complète, mais partielle ; pour la circumambulation c (...)
  • 40 Cf. Zanker Graham, Modes of Viewing in Hellenistic Poetry and Art, Madison, 2004, p. 109 et 119.
  • 41 Cameron Alan [« Notes on the Erotic Art of Rufinus », op. cit.] pense lui aussi à une statue, mais (...)

21D’une certaine manière, Rufin ressemble à un spectateur, qui fait le tour d’une statue, promenant son regard des seins au sexe de la fille, non sans s’attarder, au passage, sur la contemplation de ses fesses. On soulignera que la fameuse Aphrodite de Cnide sculptée par Praxitèle arborait une pose voisine de celle de notre baigneuse. Le Pseudo-Lucien décrit la statue en disant qu’elle était toute nue, πλὴν ὅσα τῇ ἑτέρᾳ χειρὶ τὴν αἰδῶ λεληθότως ἐπιxρύπτειν « sauf qu’elle cachait secrètement son sexe avec une main » (Amores 13). Il est possible qu’Ovide ait également pensé à une telle statue, quand il écrivait : ipsa Venus pubem, quotiens velamina ponit / protegitur laeva semireducta manu (Ars II, 613 sqq.)38. De plus, chez le Pseudo-Lucien, les spectateurs regardent la statue de front et de derrière (le temple est pourvu de deux entrées : l’une depuis l’avant, l’autre depuis l’arrière, ce qui permet aux visiteurs d’admirer l’Aphrodite sous tous les angles39). En outre, la pose de la Cnidienne est souvent interprétée comme une réaction au regard d’un spectateur entrant dans la pièce40. L’impression d’avoir affaire à une sculpture41 est renforcée par la présence d’une référence intertextuelle à un poème de Philippe de Thessalonique (Anthologie palatine IX, 709) : les mots ὑδατος ὑγροτέρῳ (v. 4), utilisés ici afin de qualifier la chair des fesses, se trouvent dans une épigramme dédiée à l’ecphrasis d’une statue de bronze qui représente précisément l’Eurôtas ! Le bronze de celle-ci paraît si vivant qu’il est « plus liquide que de l’eau » :

Εὐρώταν ὡς ἄρτι διάβροχον ἔν τε ῥεέθροις
εἱλxυσ’ ὁ τεχνίτης ἐν πυρὶ λουσάμενον•
πᾶσι γὰρ ἐν xώλοις ὑδατούμενος ἀμφινένευxεν
ἐx xορυφῆς ἐς ἄxρους ὑγροβατῶν ὄνυχας.
ἁ δὲ τέχνα ποταμῷ συνεπήριxεν. ἆ τίς ὁ πείσας
χαλxὸν xωμάζειν ὕδατος ὑγρότερον ;

  • 42 Cf. Rossi Laura, The Epigrams Ascribed to Theocritus : A Method of Approach, Louvain – Paris, Ster (...)
  • 43 Cette allusion nous donne un terminus post quem pour Rufin, qui écrivit ses poèmes, avec toute vra (...)

22Comme c’est un topos très répandu de dire qu’une œuvre d’art est plus vivante que son modèle42, une telle expression semble bien naturelle dans le contexte de Philippe. Chez Rufin, cette tournure surprend davantage : pourquoi la peau serait-elle plus liquide que de l’eau ? On peut donc estimer que c’est Rufin qui fait allusion à Philippe – et non l’inverse43. Or, la polysémie de l’épigramme rufinienne est absolument remarquable : une baigneuse, qui ressemble à une statue, couvre son Eurôtas, pendant que la description de ses fesses évoque l’ecphrasis d’une statue de l’Eurôtas qui semble plus vivante que le fleuve lui-même. Ainsi, la référence intertextuelle au poème de Philippe nous prépare-t-elle au calembour sur le mot Eurôtas (il faut aussi noter que le terme Eurôtas apparaît à l’initiale de l’épigramme de Philippe, alors qu’il figure dans le dernier vers chez Rufin). Notre poète a l’air d’être excité par la beauté du corps nu, mais la partie que la fille essaie vainement de cacher est précisément celle qui le dégoûte – paradoxe piquant qui se trouve entièrement dissimulé dans l’emploi du nom d’un fleuve.

23Les liens entre corps féminin et corps sculpté se resserrent encore dans un poème où Rufin se lamente sur l’absence de sculpteurs capables de représenter la beauté de Mélitè à la manière d’un Praxitèle ou d’un Polyclète (IV P. = Anthologie palatine V, 15) :

  • 44 « Où est maintenant Praxitèle ? Où sont les mains de Polyclète, ces mains qui jadis donnaient la v (...)

Ποῦ νῦν Πραξιτέλης ; ποῦ δ’ αἱ χέρες αἱ Πολυxλείτου
αἱ ταῖς πρόσθε τέχναις πνεῦμα χαριζόμεναι ;
τίς πλοxάμους Μελίτης εὐώδεας ἢ πυρόεντα
ὄμματα xαὶ δειρῆς φέγγος ἀποπλάσεται ;
ποῦ πλάσται, ποῦ δ’ εἰσὶ λιθοξόοι ; ἔπρεπε τοίῃ
μορφῇ νηὸν ἔχειν ὡς μαxάρων ξοάνῳ44.

  • 45 Il y a, bien sûr, beaucoup d’anecdotes sur des artistes dont les œuvres furent inspirées par quelq (...)
  • 46 Pour ces cas d’agalmatophilie, cf. Robert Renaud, « Ars regenda amore. Séduction érotique et plais (...)

24Les boucles parfumées, les yeux de feu, le cou brillant : Rufin se limite ici à l’évocation du buste de la femme aimée et renonce à décrire le reste de son corps. Pour brève qu’elle soit, cette description s’avère extrêmement efficace : Rufin nous laisse entrevoir une fille capable d’exciter les sens par son odeur, la chaleur de son regard et l’éclat de son teint. Rufin souhaite qu’une telle beauté soit immortalisée sous la forme d’une statue. Pourquoi exiger qu’un sculpteur donne vie à une statue de Mélitè, pendant qu’elle est là elle-même, toute vivante45 ? Rufin veut lui élever un temple et y poser son image divine – peut-être que Mélitè n’est pas seulement aussi belle qu’une déesse, mais encore aussi inaccessible. Serait-il plus facile d’adorer une sculpture (comme le fait Pygmalion) qu’une femme réelle ? Ou est-ce que le désir érotique passe par la transformation du corps féminin en objet d’art, comme dans le cas des sculpteurs qui recherchaient l’inspiration de leur art auprès d’une maîtresse46 ? Quoi qu’il en soit, les artistes contemporains de Rufin ne sauraient pas rendre la beauté délicate de Mélitè. Il est en tout cas remarquable que le poète, dont les vers parviennent à accomplir une tâche dont les sculpteurs ne parviennent pas à se charger, souhaite faire réaliser le portrait de telle fille, tandis qu’il décrit telle autre sous les traits d’une sculpture (XXI P.).

  • 47 Cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit. (n. 1), p. 100-106.

25Le poème XI P. (= Anthologie palatine V, 35) nous montre Rufin dans le rôle d’arbitre ; trois filles lui ont demandé de juger de la beauté de leurs fesses47 :

  • 48 « J’ai jugé, à moi seul, un concours de fesses entre trois femmes ; c’est elles qui m’avaient choi (...)

Πυγὰς αὐτὸς ἔxρινα τριῶν, εἱλοντο γὰρ αὐταὶ
δείξασαι γυμνὴν ἀστεροπὴν μελέων.
xαί ῥ’ ἡ μὲν τροχαλοῖς σφραγιζομένη γελασίνοις
λευxῇ ἀπὸ γλουτῶν ἤνθεεν εὐαφίῃ,
τῆς δὲ διαιρομένης φοινίσσετο χιονέη σὰρξ
πορφυρέοιο ῥόδου μᾶλλον ἐρυθροτέρη,
ἡ δὲ γαληνιόωσα χαράσσετο xύματι xωφῷ
αὐτομάτη τρυφερῷ χρωτὶ σαλευομένη.
εἰ ταύτας ὁ xριτὴς ὁ θεῶν ἐθεήσατο πυγάς,
οὐκέτ’ ἂν οὐδ’ ἐσιδεῖν ἤθελε τὰς προτέρας48.

  • 49 Cf. notamment, pour l’Aphrodite de Cnide, Anthologie de Planude 161, 165-166, 169-170, 172.

26Le jugement de Pâris, un topos répandu dans l’épigramme ecphrastique49, est ainsi réduit à un jugement de fesses : τὰς προτέρας (v. 10) se rapporte clairement aux croupes des déesses. Lors d’une lecture naïve, on pourrait penser que le pronom démonstratif ταύτας au début du vers 9, qualifie les femmes, mais la fin de la ligne montre qu’il est toujours question de leurs πυγαί.

  • 50 Μιτυληναῖοι τὸ τῆς γυναιxός• xαὶ τὸ σύνεθες (Hesych. ρ 403 Schm.) ; τὸ γυναιxεῖον μόριον xαὶ ῥόδον (...)
  • 51 Cf. aussi ῥοδόπυγος dans Anthologie palatine V, 55, 1.

27Les croupes des filles se distinguent par des qualités différentes : tandis que la première est plus blanche que la neige, la seconde devient plus rouge qu’une rose. Page expliquait le distique de la manière suivante : « The meaning is that when she spread her legs the colour of her skin showed a change from white to red, i.e. what now appeared was red, whereas what had been shown before was white. » L’interprétation de Page semble concorder avec celle que je voudrais proposer ici : à mon avis, Rufin décrit le rouge lumineux de l’anus qui apparaît lorsque les fesses sont écartées. Dans l’Antiquité, le mot ῥόδον pouvait être utilisé pour désigner les parties génitales d’une femme, comme le montrent une notice d’Hésychius et une scholie à l’œuvre de Théocrite50 ; Dioscoride parlait en outre d’une πυγὴ ῥοδοειδής dans un de ses poèmes51 (Anthologie Palatine V, 54, 5).

28Il semble qu’une amélioration qualitative s’accomplisse lors du passage de la première à la deuxième croupe. Cependant, la description de la troisième πυγή a l’air anti-climatique, car les fesses de la femme y sont comparées à une mer sans vent. Mais la figure pourrait évoquer celle de la néréide Galénè, personnification de la mer calme, qui est réputée pour sa beauté et qui était représentée dans l’art (cf. l’agalma de Galénè au sanctuaire de Poséidon à Corinthe mentionné par Pausanias II, 1, 9, 4 et la gemme avec l’image de la néréide décrite par l’épigrammatiste Addaios, Anthologie palatine IX, 544). Et la particularité de cette croupe est liée au fait qu’elle se ride αὐτομάτη (v. 8) comme lamer peut se couvrir de vagues silencieuses. L’expression κύματι κωφῷ (v. 7) ne possède qu’une seule autre occurrence dans la littérature grecque : en dehors de l’épigramme de Rufin, la formule n’apparaît que dans le quatorzième chant de l’Iliade. Le narrateur y décrit l’indécision de Nestor, qui ne sait s’il doit se rendre auprès d’Agamemnon ou des autres Grecs, au moyen de la comparaison suivante (Il. XIV, 16-20) :

  • 52 « On voit parfois la vaste mer frémir d’une houle muette ; elle pressent le vif assaut des vents s (...)

ὡς δ’ ὅτε πορφύρῃ πέλαγος μέγα xύματι xωφῷ
ὀσσόμενον λιγέων ἀνέμων λαιψηρὰ xέλευθα
αὔτως, οὐδ’ ἄρα τε προxυλίνδεται οὐδ’ ἑτέρωσε
πρίν τινα xεxριμένον xαταβήμεναι ἐx Διὸς οὖρον,
ὣς ὁ γέρων ὥρμαινε, δαïζόμενος xατὰ θυμόν52.

29L’image de la mer tranquille sert à illustrer l’état psychique d’un homme chez Homère, l’état physique d’une croupe féminine chez Rufin. Il me semble probable que l’épigrammatiste fasse intentionnellement allusion au passage homérique : deux autres mots renforcent en effet la référence intertextuelle. L’adjectif πορφυρέοιο (v. 6) rappelle le verbe homophone πορφύρῃ (Il. XIV, 16) et le participe xεxριμένον (Il. XIV, 19) est apparenté à xρίνειν (v. 1) et xριτής (v. 9). Comme une décision doit être prise et par Nestor et par Rufin, l’épigrammatiste pourrait signaler sa propre indécision à l’aide de cette allusion.

30Mais peut-être qu’une autre association est également possible. La mer homérique est régie par le fameux calme avant la tempête et si nous identifions la croupe à cette mer, on pourrait s’attendre à ce que quelque chose de similaire au vent de Zeus surgisse chez Rufin. Nous n’apprenons pas ce que c’est, mais si les fesses de la fille sont sous la même tension que cette mer-là, l’agitation intérieure pourrait éventuellement s’expliquer par le fait qu’une tempête va éclater sous la forme d’un coït a tergo. Le vent chez Homère est appelé xεxριμένος : si l’on suit la logique induite par la référence intertextuelle, cela pourrait signifier que le xριτής Rufin a décidé quelle croupe lui semble la plus belle. La fille, alors, devine la forme de sa récompense comme la mer devine « le vif assaut des vents », et c’est pourquoi sa πυγή frissonne d’elle-même.

  • 53 Cf. Burzacchini Gabriele, « Rufin AP, V, 36, 2 », in Giornale filologica ferrarese, 7, 1984, p. 11 (...)

31Peut-être il est même possible de considérer la succession des trois πυγαί (un arrière train blanc, un arrière-train entr’ouvert, un arrière-train sur le point d’être pénétré) comme trois phases connues par une seule et même croupe avant la pénétration. De toute façon, la troisième πυγή, qui dispose d’éléments épiques, constitue une digne conclusion pour l’ensemble de ce trio. Soulignons en outre que la référence intertextuelle à l’Iliade nous prépare au fait que le poème suivant tourne, en quelque sorte, autour d’un héros homérique. Dans l’Anthologie palatine, XII P. vient directement ensuite (Anthologie palatine V, 36), et je pense que les deux poèmes se trouvaient aussi côte à côte dans la collection originale, ou du moins tout près l’un de l’autre. Le texte est le suivant53 :

  • 54 « Une querelle s’était élevée entre Rhodopè, Mélitè et Rhodocleia : laquelle des trois avait le Me (...)

Ἤρισαν ἀλλήλαις Ῥοδόπη, Μελίτη, Ῥοδόxλεια,
τῶν τρισσῶν τίς ἔχει xρείσσονα Μηριόνην,
xαί με xριτὴν εἱλοντο xαὶ ὡς θεαὶ αἱ περίβλεπτοι
ἔστησαν γυμναί, νέxταρι λειβόμεναι.
xαὶ Ῥοδόπης μὲν ἔλαμπε μέσος μηρῶν πολύτιμος
οἷα ῥοδὼν πολιῷ σχιζόμενος ζεφίρῳ […]
τῆς δὲ Ῥοδοxλείης ὑάλῳ ἴσος, ὑγρομέτωπος,
οἷα xαὶ ἐν νηῷ πρωτογλυφὲς ξόανον.
ἀλλὰ σαφῶς ἃ πέπονθε Πάρις διὰ τὴν xρίσιν εἰδὼς
τὰς τρεῖς ἀθανάτας εὐθὺ συνεστεφάνουν54.

  • 55 Pour cette pratique, cf. Dover Kenneth J., Greek Homosexuality, Cambridge (MA), 1989², p. 98.

32On pourrait d’abord avoir l’impression que Rufin dédouble le récit du concours et que les trois filles qui sont ici désignées par leurs noms se confondent avec les protagonistes du poème XI P. Cette fois, cependant, il est question de leur Meriones. En constatant que le Mérion de Rhodopè se trouve μέσος μηρῶν (v. 5), entre ses cuisses, Rufin indique qu’il faut rapprocher cette désignation du mot μηρός : il s’agit, donc, d’une allusion au sexe féminin. Rappelons-nous qu’un autre nom propre – Eurôtas – avait justement cette fonction dans un autre poème (XXI P.). Rufin n’était pas le seul à utiliser le nomde Mérion dans un contexte érotique. Antipater de Sidon nous livre l’ecphrasis d’un garçon qui est beau μέσφα ποτὶ Μηριόνην (Anthologie palatine XII, 97, 2), « jusqu’à son Meriones », c’est-à-dire du torse jusqu’aux reins. Straton demande quant à lui à Théodore d’être à la fois son serviteur et son amant, comme Mérion l’était pour Idoménée : xαὶ σὺ τὰ μὲν βιότοιο πανήμερος ἔργα τέλει μοι, / νύxτα δὲ πειρῶμεν, ναὶ Δία, Μηριόνην (XII, 247, 5-6). « Essayer le Mérion » fait probablement allusion à la pratique sexuelle du διαμηρίζειν55. Pourtant, chez Rufin, le nom du héros sert, comme nous avons vu, à désigner le sexe féminin.

  • 56 Cf. Burzacchini Gabriele, « Rufin AP, V, 36, 2 », op. cit., p. 111.
  • 57 Cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit., p. 108-110 et White(...)
  • 58 Cf. Kilmer Martin, « Genital Phobia and Depilation », in Journal of Hellenic Studies, 102, 1982, p (...)

33L’image du bouquet de roses fendu par un souffle de vent s’accorde bien avec une telle interprétation, car les Anciens utilisaient la rose pour désigner les pudenda muliebria. Étant donné l’ambiguïté de cette fleur, il est particulièrement significatif que deux filles sur trois aient des noms commençant par Rhodo-. Lors d’une lecture au second degré, Rhodocleia apparaît comme la femme réputée pour son vagin, et le nom de Rhodopè peut être dérivé des mots ῥόδον et ὀπή (« trou ») : ce dernier terme est quant à lui un synonyme de cunnus56. Pour ce qui est de Mélitê, il nous est impossible de nous prononcer avec certitude dans la mesure où le distique en question est perdu57. Quoi qu’il en soit, il convient de se demander pourquoi le Mérion de Rhodopè est qualifié de ὑάλῳ ἴσος, ὑγρομέτωπος et comparé à une statue à peine sculptée (le mot ξόανον apparaissait déjà en IV P., où Rufin parlait d’une Mélitè !). Page pensait que c’était une image pour la couleur ou la transparence de la peau et comprenait ὑγρο- plutôt au sens de souple qu’au sens d’humide. Je suis d’accord avec lui à cet égard, mais il me semble que Rufin fait ici allusion à une texture particulière de l’entrée du vagin : grâce à l’épilation, celui-ci pourrait paraître aussi lisse qu’un cristal ou qu’une statue dont la surface viendrait d’avoir été polie. Dans l’Antiquité, les femmes avaient l’habitude d’ôter les poils du pubis en les brûlant ou en les épilant : ce processus pourrait bien être comparé au processus de polissage d’une sculpture de bois58.

  • 59 Cf. Antyllus, apud Oribasius 50, 3, 6 et Rufus Ephesius, De satyriasmo et gonorrhoea, 5 (LSJ I c).

34Cette fois, Rufin se souvient des conséquences désastreuses que le jugement de Pâris avait eues et c’est pourquoi il se décide à donner la couronne à toutes les trois. Dans son commentaire récent sur Straton, Lucia Floridi propose que ce passage recèle une signification obscène, le mot στεφάνη désignant, entre autres, la corona glandis de l’homme59. Je pense moi aussi que le « couronnement » est ici d’ordre sexuel, ce qui provoquerait une chute amusante, d’autant que συνεστεφάνουν est le dernier mot du poème. Une telle interprétation pourrait confirmer l’hypothèse que j’ai formulée sur la fin de l’épigramme précédente. De toute façon, les deux poèmes forment une paire étroitement liée par des références intratextuelles. Suivant le principe de la variatio, le poète nous parle de deux concours érotiques, en variant le sujet et, peut-être, les prix respectifs.

35Une troisième variation sur ce sujet est offerte par Straton, qui décrit le bain de son bien-aimé (Anthologie palatine XII, 207) :

  • 60 « Hier aux bains, Dioclès fit, hors de la baignoire, jaillir son « lézard », une Vénus sortant des (...)

Ἐχθὲς λουόμενος Διοxλῆς ἀνενήνοχε σαύραν
ἐx τῆς ἐμβάσεως τὴν Ἀναδυομένην.
ταύτην εἴ τις ἔδειξεν Ἀλεξάνδρῳ τότ’ ἐν Ἴδῃ
τὰς τρεῖς ἂν ταύτης προxατέxρινε θεάς60.

  • 61 Léonidas, Anthologie de Planude, 182 ; Antipater de Sidon, Anthologie de Planude, 178, Julien l’Ég (...)

36Alors que, chez Rufin, ce sont trois filles qui surpassent les déesses dans la beauté de leurs πυγαί, chez Straton, le pénis d’un seul garçon est capable de vaincre à lui seul Athéna, Junon et Aphrodite. L’expression σαύρα Ἀναδυομένη fait, bien sûr, allusion à la naissance d’Aphrodite, et si nous considérons le fait que celle-ci est née du membre viril d’Ouranos, le pénis de Dioclès ne rappelle pas seulement la déesse de l’amour, mais aussi le membre puissant d’un grand dieu. Straton parodie en outre un topos de l’épigramme ecphrastique : plusieurs poèmes célébraient le peintre Apelle en disant que son Aphrodite Anadyomène était plus belle que les deux autres déesses ne l’étaient en réalité61. Cette autre épigramme de Straton constitue à mon avis un nouvel indice permettant de trancher en faveur de l’antériorité chronologique de Rufin. Il me semble en effet que Straton cherche à surenchérir sur la plaisanterie de Rufin, en impliquant que le pénis d’un seul garçon vaut autant que les fesses de trois filles.

  • 62 Pour la description de Rhodocleia dans XXVII P. (= Anthologie palatine V, 73), cf. Höschele Regina (...)
  • 63 Boas Marcus, « De sylloge rufiniana », in Philologus, 73, 1914, p. 1-18, spéc. p. 11.
  • 64 À l’égard du poème Anthologie palatine V, 2, qu’il croit rufinien, Boas Marcus [« De sylloge rufin (...)

37Nous avons vu comment Rufin décrit le corps féminin dans quelques-uns de ses poèmes62. Le sujet poétique choisi par l’épigrammatiste est un spectateur frivole qui aime observer les filles nues et qui ne recule pas devant des ambiguïtés érotiques. En 1914, Marcus Boas a traité les poèmes de Rufin de « Schmutz épigramme63 » et formula même le vœu que ces poèmes salaces n’eussent jamais été écrits64. En vérité, les poèmes de Rufin se distinguent par leur esprit et la subtilité de leurs références inter- et intra-textuelles. Rufin a contribué à enrichir le répertoire de l’épigramme grecque, entre autres en fondant dans des textes uniques les motifs issus de l’épigramme ecphrastique et de l’épigramme érotique : la femme peut ressembler à une statue, mais elle réussit toujours à exciter le poète (et le lecteur ?) ne serait-ce que par ses fesses…

Notes

1 Les épigrammes rufiniennes sont regroupées dans une section du livre V de l’Anthologie Palatine : Anthologie palatine V, 2-103. Page Denys [The Epigrams of Rufinus, Cambridge, 1978] en offre un commentaire, sans être pour autant convaincu de leur valeur littéraire : « The justification for a monograph on Rufinus will not be immediately apparent to all ; the work being done, I ask myself what it may have been. » (p. ix). Pour une récente interprétation de l’œuvre de Rufin, cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, Tübingen, « ClassicaMonacensia » 31, 2006.

2ντὶ δέ μοι παίδων ἀδόλου χροὸς ἤρεσε γύψου / χρώματα xαὶ φύxους ἄνθος ἐπεισόδιον (vv. 3-4). Pour l’ironie de cette déclaration et la pointe obscène de l’épigramme cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit., p. 94-100.

3 On ne pourrait guère citer qu’un seul poème philopédique (X P.), où Rufin rejette les avances d’un garçon autrefois aimé, parce que celui-ci a vieilli ; cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit., p. 90-94.

4 Lamanière dont les épigrammes de Rufin firent leur entrée dans la collection de Céphalas n’est pas claire (elles n’étaient pas contenues dans les anthologies de Méléagre, Philippe ou Agathias) ; pour l’anthologie hypothétique du ive siècle après J.-C., dans laquelle Céphalas pourrait avoir trouvé les poèmes rufiniens, cf. Cameron Alan, The Greek Anthology from Meleager to Planudes, Oxford, 1993, p. 78-96 ; pour un panorama général sur cette question, cf. Page Denys, The Epigrams of Rufinus, op. cit., p. 3-14 et Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit., p. 27-47. La datation de Rufin a posé beaucoup de problèmes, comme l’observe Page Denys, The Epigrams of Rufinus, op. cit., p. IX : « His date is so uncertain that half a millennium [i.e. du ier au ive siècle après J.-C.] is required to cover the range of guesses. » Pour un résumé des essais de datation cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit., p. 49. Page Denys, The Epigrams of Rufinus, op. cit., suppose que Rufin date du ive siècle après J.-C. ; il me semble plus probable que Rufin ait vécu pendant la seconde moitié du ier siècle après J.-C. ; cf. Cameron Alan, « Strato and Rufinus », in Classical Quarterly, 32, 1982, p. 162-173 ; ID., The Greek Anthology from Meleager to Planudes, op. cit., p. 65-69 ; Holzberg Niklas, Martial und das antike Epigramm, Darmstadt, 2002, p. 29 ; Floridi Lucia, Stratone di Sardi. Epigrammi. Testo critico, traduzione e commento, Alessandria, Edizioni dell’Orso, « Hellenica » 24, 2007 ; Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit., p. 49-61. Cette datation se fonde, avant tout, sur les effets d’intertextualité que l’on peut déceler chez Straton de Sardes, l’auteur de la Mousa Paidike (ier ou iie siècle après J.-C.), qui fait apparemment allusion à plusieurs poèmes rufiniens ; cf. ci-dessous.

5 Pour une lecture linéaire d’un recueil d’épigrammes, cf. par exemple Merli Elena, « Epigrammzyklen und ‘serielle Lektüre’ in den Büchern Martials », in Toto notus in orbe. Perspektiven der Martial-Interpretation, Grewing Farouk (dir.), Stuttgart, 1998, p. 139-156 ; Holzberg Niklas, Martial und das antike Epigramm, op. cit. ; Lorenz Sven, « Waterscape with Black and White : Epigrams, Cycles, and Webs in Martial’s Epigrammaton Liber Quartus », in American Journal of Philology, 125, 2004, p. 255-278 (sur Martial) ; Holzberg Niklas, « Impotence ? It Happened to the Best of Them ! A Linear Reading of the Corpus Priapeorum », in Hermes, 133, 2005, p. 368-381 (sur les Carmina Priapea).

6 Sur les recueils hellénistiques, cf. avant tout Gutzwiller Kathryn, Poetic Garlands. Hellenistic Epigrams in Context, Berkeley/Los Angeles/Londres, 1998.

7 Cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit., p. 119-124.

8 Τίς γυμνὴν οὕτω σε xαὶ ἐξέβαλεν xαὶ ἔδειρεν ; / τίς ψυχὴν λιθίνην εἶχε xαὶ οὐx ἔβλεπεν ; / μοιχὸν ἴσως ηὕρηxεν ἀxαίρως xεῖνος ἐσελθών / γινόμενον• πᾶσαι τοῦτο ποοῦσι, τέxνον. / πλὴν ἀπὸ νῦν, ὅταν ἐστὶν ἔσω, xεῖνος δ’ ὅταν ἔξω, / τὸ πρόθυρον σφήνου, μὴ πάλι ταὐτὸ πάθῃς.

9 Ἐxβάλλει γυμνήν τις, ἐπὰν εὕρῃ ποτὲ μοιχὸν, / ὡς μὴ μοιχεύσας, ὡς ἀπὸ Πυθαγρου ; / εἶτα, τέxνον, xλαίουσα xαταδρύψεις τὸ πρόσωπον / xαὶ παραριγώσεις μαινομένου προθύροις ; / ἔxμαξαι, μὴ xλαῖε, τέxνον, χεὐρήσομεν ἄλλον, / τὸν μὴ xαὶ τὸ βλέπειν εἰδότα xαὶ τὸ δέρειν.

10 Comme me le suggère É. Prioux, le troisième vers pourrait contenir un jeu de mots sur l’Aphrodite Pandémos.

11γιν xαὶ Κλεοφῶντα xαὶ Ἀνταγόρην, ἕν’ ἑxάστη, / γυμνούς, ναυηγῶν ἥσσονας, ἐξέβαλον (vv. 3-4).

12 Cf. Gutzwiller Kathryn [Poetic Garlands. Hellenistic Epigrams in Context, op. cit.] sur la présence de poèmes métapoétiques au début et à la fin d’un recueil : Asclépiade (p. 123 ; 148-149), Callimaque (p. 212), Hédyle (p. 179), Léonidas (p. 107-112), Méléagre (p. 298), Nossis (p. 75-79 ; 82 ; 85-86 ; 303) et Posidippe (p. 154).

13 Pour cette épigramme, cf. Robert Louis, « Sur des inscriptions d’Ephèse : fêtes, athlètes, empereurs, épigrammes », in Revue de philologie, 41, 1967, XLI, p. 7-84, spéc. p. 73-77 ; Cameron Alan, « Strato and Rufinus », op. cit., p. 164-166 ; Robert Louis, « La date de l’épigrammatiste Rufinus. Philologie et réalité », in Comptes rendus de l’académie des inscriptions et belles lettres, 1982, p. 50-63, spéc. p. 52-59 ; White Heather, « Five Epigrams by Rufinus », in New Essays in Hellenistic Poetry, Amsterdam, 1985, p. 33-51, spéc. p. 48-51 ; Rosenmeyer Patricia, « Epistolary Epigrams in the Greek Anthology », in Hellenistic Epigrams, Harder M. Annette, Regtuit Remco, Wakker Gerrigje (dir.), Louvain, « Hellenistica Groningana » 6, 2002, p. 137-149, spéc. p. 144-145 et Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit., p. 68-80.

14 « Moi, Rufin, à ma très douce Elpis, je te souhaite bien de la joie, si tu peux avoir de la joie en mon absence. Non, je ne puis plus, j’en jure par tes yeux, supporter cette séparation d’avec toi, cette solitude de mon lit, cet isolement auquel je me condamne ; toujours baigné de larmes, je m’en vais soit au Coressos soit au temple de la grande Artémis. Mais demain ma patrie m’aura reçu et je volerai vers tes yeux, en te donnant mille amitiés. » (Les traductions sont empruntées à l’édition « CUF », avec des modifications ponctuelles).

15 Cf. Rosenmeyer Patricia, « Epistolary Epigrams in the Greek Anthology », op. cit., p. 145 : « We may observe a tension between epistolary verisimilitude and epigrammatic or poetic effect in this particular choice of temporal marker. »

16 Cicéron, Lettres familières, 15, 16, 2 : « Et pas seulement à l’égard de toi, qui te trouves dans mon cœur, mais encore, si je commence à penser à l’île britannique, son εἴδωλον va-t-il voler vers ma poitrine ? »

17 Cf. Pseudo-Démétrios, Du Style, II, 223 : εἶναι γὰρ τὴν ἐπιστολὴν οἷον τὸ ἕτερον μέρος τοῦ διαλόγου.

18 Cf. Cicéron, Lettres familières, 15, 16, 1 : fit enim nescio qui, ut quasi coram adesse videare, cum scribo aliquid ad te, neque id κατ’ εἰδώλων φαντασίας.

19 Cf. Pseudo-Julien, Épîtres, 188 Bidez-Cumont : ἐγὼ δέ σε xαὶ εἶδον ἤδη τοῖς γράμμασι xαὶ τῆς ἱερᾶς σου ψυχῆς τὴν εἰxόνα xαθάπερ ὀλίγῃ σφραγῖδι μεγάλου χαραxτῆρος τύπον ἀνεμαξάμην ; Pour le motif de l’εἰκὼν ψυχῆς, cf. Thraede Klaus, Grundzüge Griechisch-Römischer Brieftopik, Munich, « Zetemata » 48, 170.

20 Schröder Bianca-Jeanette [Titel und Text. Zur Entwicklung lateinischer Gedichtüberschriften. Mit Untersuchungen zu lateinischen Buchtiteln, Inhaltsverzeichnissen und anderen Gliederungsmitteln, Berlin, New York, 1999, p. 16-20] s’oppose à l’idée qui voudrait que les premiers mots d’une œuvre aient été généralement utilisés comme titres ; quoi qu’il en soit, ces mots pouvaient être utilisés pour désigner le livre de manière métonymique.

21 Pour d’autres exemples, cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit., p. 74.

22 Cf. West Martin Litchfield, Hesiod. Theogony. Edited with Prolegomena and Commentary, Oxford, 1966, p. 85.

23 Des grammairiens hellénistiques observaient cette anomalie, cf. Corpus dei Papiri Filosofici Greci e Latini I (Autori noti), 1, 2, Florence 1992, n° 49 (Empedocles) 2T, p. 146-147.

24 Cette correction de Hecker est généralement acceptée. Kores(s)os était un quartier d’Éphèse où se trouvait le port de la ville ; cf. Robert Louis, « Sur des inscriptions d’Éphèse : fêtes, athlètes, empereurs, épigrammes », op. cit., p. 73-77 et ID., « La date de l’épigrammatiste Rufinus. Philologie et réalité », op. cit. (n. 13), p. 55-59.

25 Étienne de Byzance, Ethnika, 373 : « Koressos, un quartier d’Ephèse [...] parce que Léto, après avoir donné naissance à Artémis et après avoir pris soin d’elle, vint à l’endroit où se trouve son autel aujourd’hui, et répondit à la petite qui lui avait demandé « à qui est cette place ? », κόρη σός, ma fille, elle est à toi. »

26 Floridi Lucia [Stratone di Sardi. Epigrammi. Testo critico, traduzione e commento, op. cit.] donne un résumé des propositions faites à l’égard de la date de Straton.

27 Cf. Cameron Alan, « Strato and Rufinus », op. cit. (n. 4) ; ID., The Greek Anthology fromMeleager to Planudes, op. cit., p. 65-69 ; Floridi Lucia, Stratone di Sardi. Epigrammi. Testo critico, traduzione e commento, op. cit. (n. 4) ; Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit., p. 59-61, 78-80, 85-86, 105-106.

28 « Les yeux toute la nuit de larmes inondés, je calme un peu ce cœur rendu insomniaque par la douleur qui m’a terrassé lorsque mon compagnon a quitté l’attelage et que, me laissant tout seul, vers sa chère Éphèse, hier, il est parti, mon Théodore. Ah ! s’il ne revient vite, nous ne pourrons plus vous supporter, lits solitaires ! »

29 Dans deux épitaphes, le mot désigne quelqu’un qui n’a dormi qu’avec un seul partenaire : Peek Werner, Griechische Vers-Inschriften I, Berlin, 1955, n° 261, 9 et n° 2030, 18.

30 Pour d’autres arguments en faveur de cette thèse, cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit. (n.1).

31 Cf. Baldwin Barry, « Notes on Rufinus », in Phoenix, 34, 1980, p. 337-346, spéc. p. 343 ; ID., « Rufinus, AP V, 60 », in Journal of Hellenic Studies, 100, 1980, p. 182-184 ; Cameron Alan, « Notes on the Erotic Art of Rufinus », in Greek, Roman and Byzantine Studies, 22, 1981, p. 179-186, spéc. p. 179-183 ; Höschele Regina, Konstan David, « Eurotas : Wide or Dank ? A Note on Rufinus AP 5.60 », in Classical Quarterly, 55, 2005, p. 623-627 ; Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit., p. 113-119.

32 « Une jeune fille aux pieds d’argent se baignait, arrosant les pommes d’or de ses seins de lait ; ses fesses rondes palpitaient, d’un mouvement inconscient, et l’on voyait frissonner leur chair plus ondoyante que l’eau ; cependant, de sa main étendue, elle voilait [ou essayait de voiler] le renflement de son… Eurôtas, non pas en entier, mais seulement ce qu’elle pouvait couvrir. »

33 Waltz Pierre (éd.), Anthologie grecque, première partie. Anthologie palatine. Tome II (Livre V), Paris, « CUF », 1928, p. 43, n. 3.

34 Cameron Alan, « Notes on the Erotic Art of Rufinus », op. cit., p. 181.

35 Cf. LSJ « cover entirely ». Contra Cameron, cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit., p. 114-115.

36 Cette idée est proposée par Höschele Regina, Konstan David, « Eurotas : Wide or Dank ? A Note on Rufinus, AP 5.60 », op. cit.

37 Cf. Richlin Amy, The Garden of Priapus. Sexuality and Aggression in Roman Humor, New York, Oxford, 1992², p. 26 : « The female genitalia are almost exclusively described as disgusting – squashy and foul in texture and constitution […], salty and rank. » Cf. aussi CIL IV, 1516 : Hic ego nu[nc] [f]utue formosa (m) fo[r]ma puella (m) / laudata(m) a multis : set lutus intus [e]rat (référence donnée par Alessandro Barchiesi).

38 Cf. Janka Markus, Ovid. Ars Amatoria. Buch 2. Kommentar, Heidelberg, 1997, ad loc.

39 Il ne s’agit donc pas d’une circumambulation complète, mais partielle ; pour la circumambulation comme topos érotique, cf. Robert Renaud, « Ars regenda amore. Séduction érotique et plaisir esthétique : de Praxitèle à Ovide », in Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 104, 1992, p. 373-438, spéc. p. 409. Le parallèle avec la reproduction de l’Aphrodision de Cnide dans la Villa Hadriana et les épigrammes de l’Anthologie (Anthologie de Planude 160 et 169) suggèrent, par contre, que le contexte d’exposition de la Cnidienne était une tholos ouverte de tous côtés : cf. Ortolani Giorgio, Il padiglione di Afrodite Cnidia a villa Adriana : progetto e significato, Rome, 1998.

40 Cf. Zanker Graham, Modes of Viewing in Hellenistic Poetry and Art, Madison, 2004, p. 109 et 119.

41 Cameron Alan [« Notes on the Erotic Art of Rufinus », op. cit.] pense lui aussi à une statue, mais il s’agirait selon lui d’une sculpture du fleuve.

42 Cf. Rossi Laura, The Epigrams Ascribed to Theocritus : A Method of Approach, Louvain – Paris, Sterling, « Hellenistica Groningana » 5, 2001, p. 18 avec d’autres références bibliographiques. Pour le poème de Philippe, cf. Männlein-Robert Irmgard, « Griechische Kunst und römischer Stil : Zum Eurotas-Epigramm des Philipp von Thessalonike (AP IX, 709 = G.-P. I, 63) », in Würzburger Jahrbücher, n. s. 28, 2004, p. 35-48.

43 Cette allusion nous donne un terminus post quem pour Rufin, qui écrivit ses poèmes, avec toute vraisemblance, après la publication de la Couronne qui se situe vers 40 ap. J.-C. (ou, si l’on suit Cameron, pendant le règne de Néron : cf. Cameron Alan, The Greek Anthology from Meleager to Planudes, op. cit. (n. 4), p. 15).

44 « Où est maintenant Praxitèle ? Où sont les mains de Polyclète, ces mains qui jadis donnaient la vie aux œuvres d’art ? Qui reproduira les boucles parfumées de Mélitè, ses yeux de feu et l’éclat de sa gorge ? Où trouver des modeleurs, où trouver des sculpteurs ? À cette beauté, c’est un temple qu’il faudrait consacrer, comme aux antiques statues des dieux. »

45 Il y a, bien sûr, beaucoup d’anecdotes sur des artistes dont les œuvres furent inspirées par quelque maîtresse (cf. Robert Renaud, « Ars regenda amore. Séduction érotique et plaisir esthétique : de Praxitèle à Ovide », op. cit. [n. 39]), mais le cas de Rufin est clairement différent.

46 Pour ces cas d’agalmatophilie, cf. Robert Renaud, « Ars regenda amore. Séduction érotique et plaisir esthétique : de Praxitèle à Ovide », op. cit. (n. 39) et Bettini Maurizio, The Portrait of the Lover, Berkeley, Los Angeles/Londres, 1999.

47 Cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit. (n. 1), p. 100-106.

48 « J’ai jugé, à moi seul, un concours de fesses entre trois femmes ; c’est elles qui m’avaient choisi comme arbitre, et elles me montrèrent l’éclair nu de leurs corps. Pour la première, on voyait fleurir la blancheur et la douceur de sa croupe creusée de fossettes arrondies. La deuxième écarta les jambes, et sa chair neigeuse prenait un ton plus vermeil qu’une rose de pourpre. La troisième, au contraire, gardait l’immobilité d’une mer tranquille : des vagues silencieuses se dessinaient seulement sur sa peau délicate, agitée de frissons involontaires. Si l’arbitre des déesses avait contemplé ces fesses-là, il n’aurait même plus voulu regarder les premières. »

49 Cf. notamment, pour l’Aphrodite de Cnide, Anthologie de Planude 161, 165-166, 169-170, 172.

50 Μιτυληναῖοι τὸ τῆς γυναιxός• xαὶ τὸ σύνεθες (Hesych. ρ 403 Schm.) ; τὸ γυναιxεῖον μόριον xαὶ ῥόδον xαὶ ῥοδωνιάν φασιν (Scholie à Theocrite, Idylles, XI, 10). cf. aussi Sandin Pär, « An Erotic Image in Asclepiades 5 », in Mnemosyne, 53, 2000, p. 345-346.

51 Cf. aussi ῥοδόπυγος dans Anthologie palatine V, 55, 1.

52 « On voit parfois la vaste mer frémir d’une houle muette ; elle pressent le vif assaut des vents sonores, et, calmement, sans précipiter ses flots ni par ici ni par là, elle attend qu’une brise franche descende du ciel sur eux. De même, le vieillard, l’âme déchirée, flotte entre deux desseins. »

53 Cf. Burzacchini Gabriele, « Rufin AP, V, 36, 2 », in Giornale filologica ferrarese, 7, 1984, p. 111-112 ; White Heather, « Five Epigrams by Rufinus », op. cit., p. 38-43 ; Bornmann Fritz, « Appunti di lettura a poeti ellenistichi e tardi », in Munus amicitiae. Scritti in memoria di A. Ronconi II, Florence, 1988, p. 1-10 ; Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit., p. 106-112.

54 « Une querelle s’était élevée entre Rhodopè, Mélitè et Rhodocleia : laquelle des trois avait le Meriones le plus beau ? Elles me choisirent pour arbitre ; et, comme les fameuses déesses, elles se tenaient debout, toutes nues, arrosées de nectar. Chez Rhodopè, il brillait au milieu de ses cuisses, joyau précieux, comme un bouquet de roses qu’entrouvre un vif souffle du Zéphyr… Celui de Rhodocleia avait l’éclat du cristal, comme une statue au visage bien poli qu’on adore, à peine sculptée, dans un temple. Mais je savais trop bien ce qu’a souffert Pâris à cause de son jugement, et je me suis empressé de couronner à la fois les trois immortelles. »

55 Pour cette pratique, cf. Dover Kenneth J., Greek Homosexuality, Cambridge (MA), 1989², p. 98.

56 Cf. Burzacchini Gabriele, « Rufin AP, V, 36, 2 », op. cit., p. 111.

57 Cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit., p. 108-110 et White Heather, « Five Epigrams by Rufinus », op. cit., p. 41 sqq.

58 Cf. Kilmer Martin, « Genital Phobia and Depilation », in Journal of Hellenic Studies, 102, 1982, p. 104-112.

59 Cf. Antyllus, apud Oribasius 50, 3, 6 et Rufus Ephesius, De satyriasmo et gonorrhoea, 5 (LSJ I c).

60 « Hier aux bains, Dioclès fit, hors de la baignoire, jaillir son « lézard », une Vénus sortant des flots ! Qui, jadis, sur l’Ida, l’eût fait voir à Pâris, eût déclassé en sa faveur les trois déesses. »

61 Léonidas, Anthologie de Planude, 182 ; Antipater de Sidon, Anthologie de Planude, 178, Julien l’Égyptien, Anthologie de Planude, 181 ; cf. Gutzwiller Kathryn, « Art’s Echo : The Tradition of Hellenistic Ecphrastic Epigram », in Hellenistic Epigrams, Harderm. Annette, Regtuit Remco, Wakker Gerrigje (dir.), Louvain, « Hellenistica Groningana » 6, 2002, p. 85-112, spéc. p. 102 sqq.

62 Pour la description de Rhodocleia dans XXVII P. (= Anthologie palatine V, 73), cf. Höschele Regina, Verrückt nach Frauen. Der Epigrammatiker Rufin, op. cit., p. 125-127. Il est assez remarquable que Rufin identifie à nouveau une femme à la toilette avec une statue en l’appelant θεῖον τύπον (v. 4). Cette fois, il craint même de provoquer la μῆνις d’une déesse en la voyant toute nue.

63 Boas Marcus, « De sylloge rufiniana », in Philologus, 73, 1914, p. 1-18, spéc. p. 11.

64 À l’égard du poème Anthologie palatine V, 2, qu’il croit rufinien, Boas Marcus [« De sylloge rufiniana », op. cit., p. 4] dit qu’il s’agit d’un « Epigramm, dasman amliebsten ungeschrieben haben und worüber man selbst am liebsten schweigen möchte ».

Auteur

University of Toronto, Canada

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540