Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphoses du regard ancien

 | 
Évelyne Prioux
, 
Agnès Rouveret

Introduction

Évelyne Prioux et Agnès Rouveret

Texte intégral

1Le présent ouvrage, qui s’intéresse à la culture visuelle de l’époque hellénistique et romaine et à la réception des collections artistiques auprès des lettrés de ces deux périodes, intervient dans une période de renouveau complet des études sur les conceptions esthétiques des Anciens. Depuis 1977, les fouilles menées en Macédoine par Manolis Andronicos et la découverte des peintures de la nécropole royale de Verghina nous ont livré des témoignages sans précédent sur les couleurs et les techniques picturales utilisées au ive siècle avant J.-C. par les contemporains de Philippe II. Alors que se poursuivent l’étude et l’interprétation de ces documents exceptionnels, de récentes découvertes papyrologiques ont en outre considérablement modifié notre perception et notre compréhension de la culture hellénistique et du regard que les érudits alexandrins portaient sur les œuvres d’art. L’événement majeur est ici la publication en 2001 des nouvelles épigrammes de Posidippe de Pella, découvertes par Claudio Gallazzi et Guido Bastianini dans un papyrus apparu sur le marché de l’art au début des années 1990. De fait, ce nouveau document nous a livré plusieurs cycles de poèmes décrivant des statues en bronze ou des gemmes et camées. Les choix d’œuvres exercés par Posidippe et les techniques de présentation qu’il privilégie nous permettent de mieux comprendre la signification symbolique que les Alexandrins prêtaient à certaines images. Ces récentes découvertes apportent aussi des éléments déterminants pour reconstituer certains débats esthétiques majeurs qui prirent place au début de l’époque hellénistique et qui devaient durablement influencer les méthodes de l’histoire de l’art en Occident.

2La première partie de cet ouvrage est précisément consacrée aux descriptions d’œuvres d’art que nous ont livrées les principaux poètes du début de l’époque hellénistique. Sandrine Dubel se penche sur les techniques d’ecphrasis retenues par Théocrite, Apollonios de Rhodes et par Moschos, et met en évidence les subtils jeux d’intertextualité qui président, chez les Alexandrins, à l’expression d’un regard sur les œuvres figurées. Un dialogue constant avec les textes homériques fournit ainsi les schèmes structurant le discours sur les images. Évelyne Prioux propose ensuite d’analyser un cycle d’épigrammes descriptives retrouvées dans le nouveau papyrus de Posidippe de Pella : les lithika, ou « épigrammes sur les pierres ». Les différents poèmes qui composent ce cycle poétique font en effet l’objet d’une disposition très concertée qui permet de refléter, dans la logique du texte, l’organisation d’une collection artistique. Les poèmes sont disposés de manière à faire ressortir des couples d’intailles et de gemmes conçus comme des pendants ou à mettre en relief certains thèmes iconographiques susceptibles de renvoyer à l’idéologie de la cour alexandrine.

3Trois contributions s’intéressent ensuite à la manière dont le discours érotique et le discours esthétique tendent à se superposer chez les poètes de l’hellénisme tardif et de la période romaine. Kathryn Gutzwiller met en évidence une série de convergences entre les représentations figurées d’Éros et la manière dont le dieu Amour est dépeint dans les poèmes de Méléagre de Gadara : ses épigrammes composent en effet un « tableau encombré » d’Amours bateliers, d’Amours jouant à la balle ou d’Amours enchaînés et punis, images qui possèdent de nombreux parallèles dans les arts mineurs et en particulier sur les sceaux de l’époque hellénistique et romaine. Or, Kathryn Gutzwiller montre que ces images ne sont pas le simple reflet d’une extravagance orientale, mais qu’elles forment bien un système signifiant destiné à traduire, sous la forme de représentations symboliques, un discours complexe et novateur centré sur les émotions de l’âme et sur l’introspection du sujet amoureux. Les poèmes de Méléagre jouent ainsi sur la connaissance partagée par le poète et ses lecteurs d’un même répertoire iconographique impliquant la figure d’Éros. Si ces poèmes ne constituent pas des ecphraseis à proprement parler, ils nous permettent de comprendre comment la culture visuelle d’une époque a pu être mise à profit pour exprimer, à travers un ensemble de métaphores inspirées des arts figurés, des réalités intangibles liées à la vie intérieure d’un poète et de renforcer la connivence avec le lecteur grâce au rappel d’ornements familiers figurés sur les objets et les décors de la vie quotidienne et mondaine. Florence Klein se penche ensuite sur les aspects métalittéraires de la description des beaux corps chez Properce et chez Ovide : deux passages fondamentaux du livre X des Métamorphoses d’Ovide – la comparaison entre le jeune Adonis et les tableaux représentant les Amours, d’une part, et l’épisode de Pygmalion, d’autre part – sont ainsi interprétés comme des réponses à l’élégie II, 12 de Properce, poème où le commentaire d’un tableau représentant le dieu Amour est suivi d’une description fugace de la beauté de la femme aimée. Revisitant ainsi des textes très célèbres, Florence Klein met en évidence la manière dont Ovide articule au discours sur les arts figurés et sur la séduction un propos métapoétique ambitieux qui vise à exprimer ses propres positions esthétiques et à les opposer à celles de ses prédécesseurs. Regina Höschele se penche sur l’œuvre du poète Rufin, auteur d’un livre d’épigrammes perdu dont nous ne conservons que des lambeaux éparpillés dans le livre V de l’Anthologie palatine. Il s’agit pour l’essentiel d’épigrammes salaces qui font état de l’émoi éprouvé par le poète face aux parties les plus inavouables de l’anatomie féminine. Tentant de restituer la logique du recueil poétique perdu, Regina Höschele montre comment la description de l’anatomie féminine passe par une série d’allusions et de clins d’œil aux opera nobilia de la grande statuaire grecque.

4La contribution de Joan Gomez Pallarès renouvelle le commentaire de l’Ode I, 2 d’Horace en proposant une nouvelle analyse des évocations de figures divines qui composent la trame de ce poème. Au fil de cette ode, le poète augustéen nomme en effet une série de divinités qui jouent un rôle important dans l’idéologie augustéenne. Joan Gomez Pallarès montre que ces noms de dieux renvoient à autant de temples et de statues de culte qui dessinent un parcours symbolique au sein de la nouvelle Rome reconstruite par Auguste. Le poème propose ainsi, de manière allusive, un inventaire des édifices de culte et des groupes cultuels les plus significatifs pour qui voudrait interpréter le nouveau paysage de Rome à la lumière de l’idéologie augustéenne.

5Si l’article de Joan Gomez Pallarès met en évidence le rôle idéologique que peut revêtir une collection d’images, Thomas Baier prolonge la réflexion métalittéraire engagée dans les contributions précédentes en étudiant la portée esthétique de la pinacothèque visitée par Encolpe dans le Satiricon. Cette galerie de peintures est en effet vue à travers les yeux d’un amoureux déçu qui projette sa propre psyché sur les tableaux et devient ainsi aveugle à leur contenu réel. Pétrone ne souhaiterait-il pas attirer ici l’attention de ses lecteurs sur le problème de la mimesis et sur la nature labile des confins entre réel et imaginaire dans les différents récits qui composent le Satiricon ? Thomas Baier souligne le rôle qu’une telle description peut avoir dans l’entreprise de déconstruction du genre romanesque à laquelle se livre Pétrone.

6Le contrepoint de ces réflexions de lettrés et de poètes de cour sur les collections d’images nous est fourni, en guise d’épilogue, par la contribution d’Anna Santucci qui explore les thèmes mythologiques mis en œuvre dans la « pinacothèque » qui orne les murs du tombeau du vétéran Ammonius. Il s’agit de voir comment un particulier peut se réapproprier les mythes et les images du mythe et les mettre en série de manière à composer l’équivalent visuel d’un éloge funéraire.

7Cet ouvrage est issu d’une réflexion engagée au cours de l’année 2004 dans un groupe de travail international réunissant des collègues qui ont accepté d’adhérer à ce projet en lui apportant la richesse de leur expertise dans leurs domaines de compétence variés. C’est dans cette diversité que réside l’un des apports de ce volume conçu comme un florilège d’articles qui tentent d’élucider les modes de fonctionnement du regard ancien qu’il soit mis en scène dans des fragments de discours sur les images ou qu’il puisse être reconstitué à partir de collections d’objets singuliers.

8C’est un agréable devoir de remercier ceux et celles qui ont permis que ce livre existe : les auteurs qui nous confié des articles de fond en les livrant parfois aux aléas de la traduction, ainsi que les collègues et instances qui nous ont permis d’organiser des rencontres régulières dans les séminaires de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense et de l’INHA et lors d’une table ronde qui s’est tenue à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, avec le concours du Centre d’Études Anciennes, le 10 décembre 2004. Nous remercions plus particulièrement Mme Monique Trédé, Professeur de littérature grecque à l’ÉNS Ulm, qui a co-organisé cette journée et l’a rendue possible, Mme Irene Bragantini qui a autorisé la publication d’une version remaniée de la communication d’Anna Santucci présentée au Xe congresso internazionale del AIPMA (Naples, septembre 2007).

9Ce livre n’aurait pas vu le jour sans le concours financier de l’UMR 7041 ArScAn, de l’École Doctorale « Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent », du Centre d’Études Anciennes de l’École Normale Supérieure et de la Ludwig-Maximilians-Universität de Munich.

10Nous remercions aussi le conseil scientifique de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, le directeur et l’équipe des Presses universitaires de Paris Ouest qui nous ont permis de fonder la collection « Modernité Classique », née d’une collaboration étroite entre l’Université et le CNRS et dont cet ouvrage constitue le premier volume.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540