Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographes et voyageurs au Moyen Âge

 | 
Henri Bresc
, 
Emmanuelle Tixier du Mesnil

Du pèlerinage à la découverte du monde : voyage et écriture de la géographie

Le récit de voyage (Hodoiporikon) de Constantin Manassès (1160-1162)

Élisabeth Malamut

Texte intégral

Introduction

  • 1 Magdalino Paul, « In Search of the Byzantine Courtier : Leo Choirosphaktes and Constantine Manasse (...)
  • 2 Les ekphraseis étaient un genre littéraire hérité de l’Antiquité tardive qui consistait en des des (...)
  • 3 Première édition du texte grec par Horna K., « Das Hodoiporikon des Konstantinos Manasses », in By (...)
  • 4 Outre l’Hodoiporikon, cette ambassade est connue du chroniqueur byzantin Jean Kinnamos, témoin trè (...)
  • 5 Jean Kontostéphanos, qui semble être son patron en été 1160, était le fils d’Andronic Kontostéphan (...)
  • 6 Ioannis Cinnami Epitome rerum ab Ioanne et Alexio Comnenis gestarum, éd. Meineke August, Bonn, « C (...)

1Constantin Manassès, né vers 1130 à Constantinople, est un produit typique de l’aristocratie de cour1. Il a fait l’essentiel de sa carrière sous le règne de Manuel Ier Comnène auquel il a consacré de nombreux éloges ainsi qu’à son logothète des sékréta Michel Hagiothéodoritès. Son œuvre littéraire est riche de monodies diverses et réputée pendant toute l’époque médiévale pour sa Chronographie d’Adam à 1081 en vers et de style homérique. Il est l’auteur d’un roman, l’Amour d’Aristandros et Kallithéa, composé sur le modèle de Leukippe et Kleitiphon d’Achille Tatios, auteur grec d’Alexandrie du iie siècle de notre ère, très à la mode du temps de Manassès. Il écrivit également plusieurs de ces ekphraseis2, qui plaisaient tant aux Byzantins : il en a composé sur une chasse de Manuel à la grue avec son vieux faucon du Caucase ; sur un nain qui était amené de Chios pour être exhibé au palais impérial ; sur la beauté de la cour ; sur le sport préféré du prince, la chasse au faucon, etc. L’œuvre qui nous intéresse ici est l’Hodoiporikon3, c’est-à-dire le récit que Manassès fit de son voyage lors d’une ambassade envoyée en Palestine par l’empereur Manuel Ier pour lui trouver une épouse après la mort de sa première femme Irène (Berthe de Sulzbach, belle-sœur de Conrad III) en 11594. Quand Manassès est sollicité pour faire partie de ladite ambassade pendant l’été 1160, c’est encore un homme jeune de tout juste trente ans. Il n’avait pas de fonction précise, mais il était connu des bonnes maisons, qu’il fréquentait assidûment, en particulier celle de Jean Kontostéphanos, sébaste, de famille impériale5, qui était chargé de diriger l’ambassade. Ce grand général était en même temps envoyé en Palestine pour une mission militaire. En effet, si Constantin Manassès n’en souffle mot, nous savons par d’autres sources que Jean Kontostéphanos avait été envoyé « pour rencontrer le roi Baudouin et convenir avec lui de fournir les contingents alliés qu’il avait promis au basileus en cas de besoin6. » Ces troupes étaient nécessaires à Manuel pour mener une expédition contre Kilidj Arslan, sultan de Konya. Constantin Manassès était le poète de l’ambassade, le client de Jean Kontostéphanos, mais il n’avait aucune responsabilité. D’ailleurs jusqu’à son arrivée à Samarie, il ne sut même pas quel était l’objectif de l’ambassade :

  • 7 Hodoiporikon, v. 122-129.

Et comme notre séjour prenait fin [à Samarie], le dessein caché fut révélé au grand jour : en effet, le sébaste avait été persuadé que le mieux était de garder par devers lui le projet secret de l’empereur et de ne révéler à personne le but de notre voyage7.

  • 8 Magdalino Paul, The Empire of Manuel I Komnenos (1143-1180), Cambridge University Press, 1993, p. (...)
  • 9 Hodoiporikon, I, v. 134-140 ; Guillaume de Tyr, Histoire des croisades, 3, 18,. Guizot M. (éd), Pa (...)
  • 10 « Celle de vos deux cousines que vous aurez vous même choisie » (ibid.).
  • 11 Analyse et commentaire détaillés dans Markovich Miroslav, « The Itinerary of Constantine Manasses  (...)
  • 12 Markovich Miroslav, « The Itinerary of Constantine Manasses », op. cit., p. 280-281.

2On peut néanmoins se demander si Manassès ignorait vraiment tout du voyage jusqu’à son arrivée à Samarie. Il devait savoir qu’il s’agissait d’une ambassade vue sa composition car, outre Jean Kontostéphanos, un certain Théophylacte l’Excubite, connu pour être un interprète latin, sans doute un Italien du Sud8, faisait partie du voyage. De plus, la rumeur s’était répandue que l’empereur s’entretenait depuis quelques mois d’un nouveau mariage avec ses conseillers9. En revanche, peut-être Manassès ignorait-il la teneur du message impérial à Baudouin III. Manuel y exprimait son désir de prendre une seconde épouse dans la parenté de Baudouin, soit Millicent, la sœur du comte de Tripoli, soit la fille la plus jeune du prince d’Antioche, et c’était à Baudouin que revenait le choix10. Baudouin choisit Millicent, la sœur de Raymond III de Tripoli, mais, après une année de tractations, Manuel préféra s’unir à Marie d’Antioche. L’incident diplomatique fut grave. Tout cet aspect diplomatique n’est pas abordé par Manassès et on le comprend car, une fois revenu à Constantinople, il n’aurait pas été de bon ton d’évoquer des événements fâcheux à la cour de la nouvelle impératrice. Notre propos sera donc d’analyser la relation du voyage par Manassès, ce qu’il dit de l’itinéraire, des conditions matérielles, des pays qu’il a visités et de leurs habitants, de ses relations avec ces derniers. Une telle analyse est par certains côtés une gageure. Le récit, un long poème de 796 vers dodécasyllabiques, divisé en quatre logoi, a été écrit de façon discontinue, en grande partie pendant le voyage, puis révisé à son retour11, car il fallait bien faire l’éloge de la nouvelle fiancée, la princesse Marie d’Antioche, dont le voyage fut préparé par une autre ambassade que celle de Jean Kontostéphanos. La spontanéité a entièrement disparu de l’œuvre définitive, qui s’inscrit dans le mouvement romantique de l’époque comnène et dans une littérature psychologique qui entend donner libre cours aux émotions et aux réflexions du poète12. Néanmoins, le vécu de l’homme de la capitale et ses déboires donnent quelque idée de ce voyage qui dura deux ans.

Le récit de voyage

L’itinéraire et les moyens de transport

  • 13 Hodoiporikon, I, v. 77-84.

3L’ambassade a pris la voie de terre passant par Nicée, Iconion, la Cilicie et Antioche13. En 1160, l’empire détenait l’ensemble des provinces côtières de l’Asie Mineure. En 1159 une campagne victorieuse avait permis, en effet, de rétablir l’autorité byzantine directe sur les villes côtières de Cilicie et de soumettre le prince arménien Thoros qui tenait l’intérieur de la Cilicie et, surtout, Antioche où Renaud de Châtillon avait dû prêter serment de vassalité à l’empereur. Par ailleurs, le règne de Manuel se caractérise par une relative sécurité des voies de terre, comme en témoigne d’ailleurs le trajet de l’ambassade à travers l’Asie Mineure, qui aurait été tout à fait impensable quelques années auparavant, ce que conforte cette mention d’Eustathe de Thessalonique :

  • 14 Cité dans Magdalino Paul, The Empire of Manuel I Komnenos (1143-1180), op. cit., p. 126.

Les routes qui étaient auparavant impraticables pour les Chrétiens étaient devenues maintenant des avenues largement ouvertes à la circulation et pas seulement des hommes en armes […] Désormais des femmes s’aventuraient sur ces routes et certaines d’entre elles habituées au luxe, des citadines que le désir de sainteté encourageait à visiter les Lieux saints14 .

  • 15 Hodoiporikon, I, v. 80.
  • 16 Magdalino Paul, The Empire of Manuel I Komnenos (1143-1180), op. cit., p. 126.

4Plus curieux en revanche est le passage par Iconion que le poète qualifie de « ville aux habitants innombrables15 », témoignant de l’importance de la capitale du sultanat seldjoukide. Que les ambassades byzantines aient pu passer par Iconion avant 1160, c’était très possible, vus les bons rapports entre le sultan et l’empereur byzantin. En revanche, depuis 1159 les relations se sont tendues – le passage des troupes byzantines par le territoire turc était d’ailleurs l’une des pommes de discorde – et, comme nous l’avons dit, une partie de la mission de Jean Kontostéphanos consistait justement à rassembler des troupes latines contre Kilidj Arslan. L’Hodoiporikon nous apprend donc que les routes continuaient de fonctionner et que le sultan laissa passer l’ambassade par Iconion. Il est vrai que l’année suivante, en 1161, Kilidj Arslan se rendit en grande pompe dans la capitale pour renouveler le traité d’alliance avec Manuel Ier. Et, selon les poètes de cour, il put, chemin faisant, contempler les nouvelles forteresses byzantines, qui s’égrenaient de Konya à Constantinople et attestaient le programme entrepris par Manuel de la remilitarisation du cœur de l’Asie Mineure16.

  • 17 Hodoiporikon, I, v. 92 : la mention de « ports » dans ce passage renforce notre hypothèse d’itinér (...)
  • 18 Ibid., I, v. 93-99.
  • 19 Récits des premiers pèlerins chrétiens au Proche-Orient (ive-viie siècle), Textes choisis, présent (...)

5Ensuite, l’ambassade est passée par les ports de Syrie et de Palestine et il y a fort à parier qu’elle emprunta tout au long la voie maritime, mais l’auteur ne précise pas depuis quel port d’embarcation. D’ailleurs, il ne suit pas l’ordre géographique. Il énumère successivement « les ports de Sidon, Tyret Bèrytos17 », en sens inverse par conséquent de la route suivie. Les voyageurs quels qu’ils fussent, commerçants, pèlerins, ambassadeurs, prenaient sans doute le bateau à Antioche pour longer la côte en faisant escale à chaque port pour embarquer et débarquer les gens et les marchandises. Arrivés à Ptolémaïs (Akko), les voyageurs reprirent la route de terre et se dirigèrent vers Samarie18 avant de se rendre à Jérusalem où les attendait Baudouin III. Ptolémaïs comme point de départ de la route terrestre pour les Lieux saints est déjà indiqué par le Pèlerin de Plaisance en 56019.

  • 20 Hodoiporikon, I, v. 220-300.
  • 21 Ibid. II, v. 7-8.
  • 22 Ibid. II, v. 63 (Chypre) ; le poète quitte Tripoli : IV, 36. Voir à ce sujet : Markovich Miroslav, (...)

6Après avoir séjourné quelque temps à Jérusalem, Manassès visita les Lieux saints en longeant la vallée du Jourdain jusqu’à atteindre Nazareth20. Puis, on le retrouve sur un bateau voguant vers Tyr avec les autres membres de l’ambassade21. Ils ont très probablement embarqué à Acre. Manassès, qui est tombé malade, va séjourner quelque temps à Chypre avant de rejoindre l’ambassade à Tripoli22.

  • 23 Hodoiporikon, IV, 36-43.
  • 24 Récits des premiers pèlerins chrétiens au Proche-Orient (ive-viie siècle), op. cit., p. 206.

7Puis se situe la route du retour de l’ambassade : depuis Tripoli, l’ambassade est passée par l’Isaurie et à Sykè [Sykaion près d’Attaleia] elle a pris le bateau pour Chypre23. L’itinéraire était cette fois maritime : Chypre, sans doute Rhodes et Constantinople. Certes, il paraît beaucoup plus facile que l’itinéraire terrestre, mais, à Chypre, les ambassadeurs durent patienter quelque temps à cause des pirates envoyés par Raymond de Tripoli. Cet itinéraire est celui-là même qu’emprunta en sens inverse depuis Constantinople le Pèlerin de Plaisance qui passa par Tripoli avant de gagner Béryte, Sidon, Tyr et Ptolémaïs [Acre]24.

  • 25 Itinéraires russes en Orient, traduits pour la société de l’Orient latin par V. N. Khitrovo, Genèv (...)
  • 26 Relation des voyages de Saewulf à Jérusalem et en Terre Sainte pendant les années 1102 et 1103, in (...)
  • 27 The Itinerary of Benjamin of Tudela, Critical text, translation and commentary by Marcus Nathan Ad (...)
  • 28 Guillaume de Tyr, Histoire des croisades, op. cit. p. 377-378.
  • 29 Ibid., p. 380.

8L’itinéraire maritime est mentionné par les pèlerins du xiie siècle. Ainsi, les pèlerins russes depuis Constantinople passent par les îles de l’Égée en longeant la côte de l’Asie Mineure jusqu’à Rhodes, font escale aux célèbres sanctuaires de Myra et Chélidonia sur la côte de Pamphylie, embarquent alors pour Chypre et de là naviguent vers Jaffa de Palestine25. Le pèlerin Saewulf, en 1103, depuis Jérusalem passe par Chypre, la Cilicie, Rhodes jusqu’à Constantinople avec des escales dans les îles égéennes26. Benjamin de Tudèle faisant route pour la Palestine depuis Constantinople emprunta une route identique passant par Mitylène, Chios, Samos, Rhodes et Chypre pour gagner le continent à Korykos de Cilicie27. Quant à Guillaume de Tyr en mai 1180, il emprunta également la route maritime pour regagner son siège depuis Constantinople en passant par les îles de l’Égée, Rhodes et Chypre, sans préciser s’il a fait escale dans une ou plusieurs îles avant d’aborder à Antioche, ce qui est probable28. Ensuite, il s’est rendu à Béryte pour rejoindre le roi de Jérusalem, puis a regagné Tyr toujours par voie de mer29.

L’œil du poète sur les lieux traversés

9Les lieux traversés par Constantin Manassès sont décrits avec plus ou moins de précision. Son jugement très positif sur certaines villes contraste avec le dénigrement complet d’autres villes. J’aurais tendance à penser qu’il faut se méfier des éloges qui semblent bien conventionnels et me paraissent inspirés d’autres récits de voyages ou de descriptions connues.

  • 30 Hodoiporikon, I, v. 79. Description proche de Strabon 12, 7, voir Aerts W. J., « A byzantine trave (...)

10Ainsi, de Nicée il vante la beauté sans être plus disert et jusqu’à Iconion il ne voit que de « riches plaines30 ». Ensuite, des villes de Cilicie qu’il n’a pas dû visiter, il dit simplement :

  • 31 Hodoiporikon, I, v. 80-81.

J’ai vu l’habitat de Cilicie, les villes très prospères, belles à voir et dont les sites étaient encore plus beaux31 .

11En revanche, la route du retour par l’Isaurie ne lui a pas laissé le même souvenir :

  • 32 Ibid., IV, v. 39-40.

Nous sommes revenus par l’Isaurie, abandonnant les tourbillons du Drakôn qui est le fleuve d’Isaurie, et laissant derrière nous la sauvage Sykè, la ville tout à fait haïssable, maudite et détestable32 .

12Il fait l’éloge appuyé d’Antioche de façon tout à fait banale :

J’ai vu Antioche, l’éclat, le charme, l’harmonie parmi la multitude des pays d’Asie,

13ce qui rend peu crédible un témoignage direct, surtout si l’on considère le passage qui suit :

  • 33 Ibid., v. 84-89.

La très belle Daphnè s’est réfléchie dans mon œil comme dans un miroir ; je me suis abandonné aux sources de Castalie, non seulement au breuvage de leur doux nectar, mais encore au contact de leurs flots rafraîchissants et limpides33 .

  • 34 Strabon 16, 2.
  • 35 Aerts W. J., « A byzantine traveller to one of the Crusader States », op. cit., p. 176 n. 28.
  • 36 Wilson Nigel Guy, Scholars of Byzantium, Londres, Duckworth, 2003, p. 196-204.
  • 37 Downey Glanville « Libanius’ Oration in Praise of Antioch (Oration XI) », in Proceedings of the Am (...)

14Or nous savons que Daphnè près d’Antioche était un site antique célèbre pour sa source et ses nymphes et le laurier d’Apollon propice aux oracles : il est peu probable que l’ambassade s’y soit arrêtée. Du bateau il devinait le site, avec peut-être des réminiscences de Strabon34 ou d’Homère, ou encore d’Étienne de Byzance35 – on rappellera que Constantin Manassès est le contemporain d’Eustathe de Thessalonique qui a commenté tous ces auteurs36 –, à moins que l’éloge d’Antioche par Libanios, auteur bien connu de la seconde moitié du ive siècle, ne fût très présent à son esprit comme il l’était à beaucoup de lettrés pendant toute la période byzantine37.

15Il ne dit rien de Sidon, mais de Tyr il ne garde pas un bon souvenir :

  • 38 Hodoiporikon, II, v. 8-10.

Tyr […] La ville que je hais, où l’on peut à peine trouver un verre d’eau, ô toi, la très mauvaise et très haïssable Tyr, car, oui, l’air y est lourd et suffocant autant que la flamme brûlante du soleil38 .

16Et son opinion concernant Ptolémaïs (Acre, Akko) est encore bien pire : d’abord dans le Livre I quand il décrit son itinéraire :

  • 39 Ibid., I, v. 93-99.

La ville mortifère de Ptolémais, cette Ptolémaïs digne de perdition et des ténèbres, dont, Jésus, Lumière de la Lumière éternellement jaillissante, tu pourrais consumer la flamme du soleil et ombrager la pupille qui voit tout afin de ne plus voir la ville abominable39 .

  • 40 Ibid., IV, v. 9.

17Ensuite dans le Livre IV, quand il mentionne tous les lieux qu’il a haïs pendant son voyage, il y revient par deux fois : « la ville de Ptolémée où l’on étouffe40 » et évoquant Constantinople :

  • 41 Ibid.,v.16-19.

Elle n’exhale pas un mauvais souffle d’air ; elle ne voit pas les monceaux de cadavres transportés hors de la ville pour être ensevelis comme les habitants de Ptolémaïs peuvent le remarquer tous les jours41 .

  • 42 Guillaume de Tyr, Histoire des croisades, 2, 10, Guizot M. (dir.), Paris, « Collection des mémoire (...)

18Or Acre était depuis l’établissement des Croisés un port actif, bien apprécié des contemporains qui louaient ses jardins, ses vignes et sa terre à blé42, une ville cosmopolite où se côtoyaient latins, juifs, musulmans, chrétiens orientaux, une ville peuplée et industrieuse. Constantin Manassès a visité cette ville en plein été sous une chaleur difficilement supportable. Sans doute y avait-il alors une épidémie, si l’on en croit les charrettes avec les cadavres qu’il évoque. Peut-être même soupçonne-t-il d’y avoir contracté la maladie qu’il a plus tard terrassé.

19C’est tout en contraste avec Acre que le poète décrit la ville de Samarie (Néapolis, Naplouse) :

  • 43 Hodoiporikon,I,v.99-111

Puis je suis allé à Samarie et j’ai vu cette bourgade fleurie de toutes les beautés des grâces, agréable à voir, bien située ; l’air y est pur et frais, les nombreux rus ont de belles eaux transparentes, saines et toujours en mouvement ; la terre porte des arbres qui ont toutes sortes de fruits [elle produit du blé, toutes sortes de fruits et de nombreuses vignes], une foule d’oliviers et abondance de légumes. Une plaine bien dessinée pour monter à cheval ; des routes praticables ; des pelouses ornées de roses qui exhalent un agréable parfum ; un site de douceur adapté à cette bourgade : tu dirais en le voyant une mère aimante tenant dans ses bras un nourrisson43.

20Poursuivant la métaphore, le poète se lance dans une description de la ville, localisée entre deux hautes collines :

  • 44 Ibid., v. 112-118

D’un côté, s’élève une colline haute et inaccessible, que l’on ne peut envahir ni prendre d’assaut ; elle est dépourvue de sentier, mais aligne des pics pointus et rocheux sur une grande distance. De l’autre côté, une autre colline s’élève à pic jusqu’au ciel ; elle a deux versants abrupts, couverts de pierres ; elle est raide, escarpée avec des ravins profonds. La bourgade se trouve au milieu des deux, comme un nouveau-né étroitement emmailloté par sa mère ou une charmante petite fille sur laquelle veille une tendre femme de chambre aimant les enfants44 .

21En plein été il n’y a pas de doute que Samarie, située à l’intérieur des terres, à une altitude de 570 m, bien arrosée et entourée elle-même de monts plus élevés, a dû procurer un grand bien-être à nos voyageurs fatigués. La ville de Samarie était, en tout as, un lieu de résidence assez agréable pour que Mélisende de Jérusalem, la mère de Baudouin III de Jérusalem, y ait séjourné de 1152 jusqu’à sa mort en 1161. D’ailleurs, Millicent, la promise, se trouve également à Samarie, quand arrive l’ambassade.

  • 45 Sa visite est relatée dans le chant I : Le poète visite le tombeau de Jésus (v. 225), Golgotha (v. (...)
  • 46 Hodoiporikon, I, v. 279-280.

22Enfin, le séjour de Constantin Manassès à Jérusalem est on ne peut plus classique : c’est celui d’un pèlerin visitant tous les lieux saints de la ville45. On ne sait pas combien de temps l’ambassade est restée à Jérusalem, mais il est clair que le poète a été écarté des négociations. Il ne décrit même pas la cour de Baudouin, ce qui est très surprenant. On peut même se demander s’il n’était pas relégué dans une auberge pour pèlerins. Il est allé à Bethléem et à Jéricho46. Il a longé le Jourdain, est allé visiter Nazareth et Capernaum dont il garde un épouvantable souvenir :

  • 47 Ibid., v. 305-310.

de tous les polichnia de Palestine les plus déplorables et les plus rébarbatifs, l’odieuse Capernaum et Nazareth, une fournaise approvisionnée en charbon47 .

23J’ai tendance à penser que le poète est allé visiter les Lieux saints avec d’autres pèlerins pendant que les ambassadeurs se livraient à des occupations beaucoup plus politiques dont il fut totalement exclu. Ce qui est certain, c’est qu’il dut les rejoindre au moins à Tyr, puisque, pris là-bas d’une fièvre terrible, il fut envoyé en toute hâte par Jean Kontostéphanos à Chypre.

L’issue de l’ambassade

  • 48 Ibid., v. 146-153.
  • 49 Ibid., v. 159-200. Conformément aux canons de l’époque, elle était d’une blancheur de neige et ava (...)

24Du déroulement de l’ambassade finalement Constantin Manassès ne dit pas grand-chose, parce qu’il en était en grande partie exclu. Nous avons vu que c’est seulement une fois arrivé à Samarie qu’il aurait appris l’objectif du voyage, secret jalousement gardé par le chef de l’ambassade Jean Kontostéphanos. Néanmoins, c’est à Samarie dans la pénombre d’une petite église que Constantin Manassès eut l’occasion de voir la promise48. Sans doute Samarie fut-elle une première étape dans les négociations : nous avons vu que la tante de Millicent y résidait. Peut-être y eut-il une présentation de la jeune fille aux ambassadeurs qui devaient s’assurer de sa beauté, ce qui fut confirmé d’après l’ekphrasis de la jeune fille par Manassès49.

  • 50 Hodoiporikon, IV, v. 42-51. Ce fait est relaté également par Guillaume de Tyr, Histoire des Croisa (...)
  • 51 Ibid., p. 149-150. Voir Grousset René, Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem, t. (...)
  • 52 Guillaume de Tyr relate l’ensemble des événements mais assimile à tort les ambassadeurs venus à An (...)

25Constantin Manassès n’évoque la suite de l’ambassade que dans le Livre IV quand, abordant à Chypre, ils furent menacés par les vaisseaux pirates envoyés par Raymond de Tripoli en représailles de l’humiliation essuyée par le choix de l’empereur qui préféra Marie d’Antioche à Millicent50. Il ne mentionne donc pas la longue attente pendant une année entière des ambassadeurs à Tripoli et les préparatifs actifs de Baudouin III de Tripoli pour le mariage de sa sœur, minutieusement relatés par Guillaume de Tyr, concernant sa suite et sa dot. Laquelle consistait en bijoux et objets précieux « chaînes, pendants d’oreilles, bracelets, jarretières, bagues, colliers et des couronnes de l’or le plus pur […] vases en argent d’un poids énorme et d’une grandeur inouïe pour le service des cuisines, pour les mets et les salles de bain » et autres présents comme des selles de chevaux que la promise devait apporter à Constantinople. Le comte avait armé douze galées pour la suite de sa sœur qu’il comptait lui-même accompagner jusqu’au palais impérial51. Manassès ne mentionne pas non plus que tous les hauts barons du royaume de Jérusalem étaient venus à Tripoli pour assister au départ de la fiancée. Il ne dit pas que le roi de Jérusalem finit par envoyer l’ambassadeur Otton de Risberge à Constantinople pour savoir ce qu’il en était, que l’ambassade avait été un échec et que ce ne fut qu’à la fin de l’été 1161, en se rendant personnellement à Antioche, que Baudouin découvrit une autre ambassade byzantine conduite par Basile Kamatéros venue chercher la fille de Constance, Marie52.

  • 53 Grousset René, Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem, op. cit., p. 424-425 ; Mag (...)
  • 54 Hodoiporikon, IV, v. 51-55.
  • 55 Ces allégations d’un témoin peu objectif, le secrétaire de Manuel Ier Comnène, ne faisaient vraise (...)

26Il n’est pas dans notre propos d’évoquer en détail les raisons politiques – capture de Renaud de Châtillon par les Turcs et demande de la régente Constance à l’empereur byzantin, son suzerain, de l’appuyer alors que s’y opposait Baudouin de Jérusalem qui aurait préféré remettre le gouvernement au patriarche latin Aymeri53 – qui ont modifié le choix de l’empereur trop heureux d’étendre son influence sur Antioche, mais notons que Constantin Manassès ne donne aucune raison du revirement de Manuel Ier et qu’il ne fait que glorifier le nouveau choix impérial54, sans conforter les allégations du chroniqueur Jean Kinnamos quant à la maladie de Millicent et à sa bâtardise55.

La maladie du voyageur

  • 56 Hodoiporikon, II, v. 16-44.
  • 57 Markovich Miroslav, « The Itinerary of Constantine Manasses », op. cit., p. 283.
  • 58 Hodoiporikon, III, v. 34-41 : « Une douleur très vive des reins dans le dos […] il m’est impossibl (...)
  • 59 La première hypothèse est avancée par Markovich Miroslav, « The Itinerary of Constantine Manasses  (...)
  • 60 Hodoiporikon, III, v. 77-82.
  • 61 Ibid., IV v. 78-79.

27Il ne semble pas que Constantin Manassès ait été affecté si peu que ce soit par l’échec de l’ambassade à laquelle il fut intégré. Le souci du poète fut, il est vrai, concentré sur les diverses maladies dont il fut victime au cours du voyage, en particulier la première, la plus grave, en arrivant à Tyr après avoir séjourné quelques mois, semble-t-il, en divers lieux de Palestine, en particulier Acre, Samarie et Jérusalem et être passé par les Lieux saints. Considérons les symptômes donnés par le poète : une fièvre intense, l’épuisement, la chute des cheveux, un amaigrissement tel qu’il ne lui laisse que la peau sur les os, des vomissements, des diarrhées56. On a donc pu penser à une fièvre typhoïde57, ce qui était courant en Palestine où se posait le problème de la rareté en eau, surtout l’été, d’où sa stagnation et sa contamination. La fièvre donne des troubles digestifs comparables à ceux décrits par notre auteur. Ensuite on retrouve notre poète à Tripoli quelques mois plus tard (décembre 1160-janvier 1161) avec des problèmes de douleur dans les reins58. Cette nouvelle maladie était-elle de l’arthrite rhumatoïde ou plus prosaïquement une maladie sexuelle pour laquelle l’auteur a sciemment utilisé le terme ambigu de « nephros59 ». Dans cette hypothèse, la guérison par les bains chauds laisse néanmoins perplexe et me laisserait davantage penser à une sciatique60. Enfin, pendant son second séjour à Chypre, au printemps 1162, Constantin Manassès dit lui-même qu’il est atteint d’une fièvre quarte61.

  • 62 Dauphin Claudine, La Palestine byzantine 1-3 : Peuplement et population, Oxford, Bar International (...)

28Finalement, on peut se demander si, mise à part la maladie du poète à Tripoli, les autres accès ne seraient pas le signe que notre poète avait contracté le paludisme, la forme dite P malariae qui provoque la fièvre quarte. Dans une étude sur les maladies en Palestine protobyzantine, Claudine Dauphin consacre un chapitre sur la malaria qui constitue la plus grande partie des fièvres recensées à cette époque62. La fièvre s’élève jusqu’à 41°, provoquant des maux de tête, des sueurs profuses, des douleurs musculaires, des nausées et des vomissements. Plusieurs indices confortent l’hypothèse selon laquelle Manassès a bien attrapé cette forme de paludisme : l’incubation est extrêmement variable, le plus souvent de dix jours à quatre semaines. Les facteurs favorisant le pullulement des anophèles sont une température de 16° à 32° et une humidité proche de 60 % et par conséquent, l’été, certains tronçons de la côte palestinienne étaient particulièrement propices, notamment la région d’Haïfa : notons qu’Acre se situe exactement dans cette zone et que Constantin Manassès débarqua en Palestine en été. Enfin, la primo-invasion se caractérise par plusieurs accès consécutifs sur une période pouvant aller jusqu’à deux ans. Dans cette optique, nous allons tenter d’analyser plus précisément le déroulement de la maladie du poète.

  • 63 Hodoiporikon, II, v. 64.

29Nous constatons que le premier accès de fièvre frappe Manassès à Tyr après quelques semaines de séjour en Palestine. Comme nous l’avons vu, Manassès dit bien que : « l’air est lourd et étouffant et la flamme du soleil brûlante ». On se situe à la fin de l’été 1160. Pendant cet accès, qui le rend à moitié mourant, il est envoyé à Chypre pour qu’il récupère « grâce à un air plus pur63 », d’après la croyance de l’époque selon laquelle l’air était précisément le vecteur des maladies. Constantin Manassès se reconstitue grâce aux soins du gouverneur, mais immédiatement après se situe un deuxième accès de la maladie :

  • 64 Ibid., v. 66-83.

Maladie scélérate qui m’attaqua comme un sanglier surgi d’un taillis, comme une lionne. Elle grinça des dents, elle ouvrit en menaçant la bouche : elle se préparait à me dévorer avec une force terrible, elle desséchait toute la peau de mon corps […] elle charriait le flux des intestins64 .

30Après cet accès Manassès finit par recouvrer la santé. Il est à nouveau victime d’une maladie à Tripoli l’hiver suivant, qui ne semble pas être liée cette fois aux accès palustres. En été 1161, les ambassadeurs ont fui Tripoli. Ils sont passés par la Cilicie et l’Isaurie et de là ont embarqué pour Chypre où ils sont restés au moins jusqu’en juin 1162. Et pendant ces quelques mois de résidence à Chypre, à nouveau, le poète a ressenti la fièvre quarte qui est typique d’un nouvel accès palustre.

Chypre autour de 1160

Un Constantinopolitain en province

31Du fait de sa maladie et de l’itinéraire de retour des ambassadeurs depuis Tripoli, Constantin Manassès a résidé deux fois dans l’île et chaque fois un temps assez long : le premier séjour pendant l’été et l’automne 1160 ; le second de l’été 1161 à la Pentecôte 1162 au moins.

32Nous apprenons plus de choses sur Manassès lui-même, son état physique et moral, ses goûts que sur Chypre et ses habitants. Pourtant le poète eut le loisir de fréquenter la société chypriote qui se réunissait à l’office religieux comme en témoigne une anecdote que l’on a coutume de citer tant elle révèle le fossé entre Constantinople et sa province et l’arrogance méprisante de l’homme de cour vis-à-vis d’un provincial, qui n’appartenait pas à la classe dirigeante :

  • 65 Hodoiporikon, IV, v. 95-130.

C’était un jour de fête sacrée, que nous avons l’habitude d’appeler Pentecôte ; nous étions tous réunis dans nos églises et assistions à l’office du soir. Je me trouvais près des portes du narthex : voici qu’arrive un homme, un Chypriote de naissance, l’emportant sur tous les Chypriotes par sa stupidité. Il entre, il s’approche et s’arrête juste près de moi ; il pue le vin et plus encore l’ail. Et moi dont les narines sont pleines de ce mélange d’odeurs fétides […] je suis pris de malaise, je commence à tourner de l’œil. Et voici l’obscurité qui envahit mes pupilles et je suis près de tomber à terre à demi mort. Je lui dis alors en jetant de son côté un regard amical : « Mon brave, écarte-toi un peu, ne t’approche pas, tu sens l’ail, va-t’en plus loin. Je ne peux pas supporter cette odeur ». Mais il n’y prêta pas attention et ne s’éloigna aucunement. Je lui dis de nouveau de façon plus rude : « Eh là, éloigne-toi un peu, tu me fais suffoquer ; ta bouche exhale une odeur de bourbier ». Mais c’était comme un aspic qui se bouche l’oreille. Il ne se souciait pas plus de moi qu’un sanglier d’un moucheron ou un lion d’une mouche. Je compris donc que les mots étaient superflus et qu’il fallait raisonner l’homme par la force, je serrai le poing courageusement et courageusement je donnai au rustre un bon coup à l’oreille, un soufflet où était concentrée toute ma colère. Et le bruit fut si perçant qu’il me regarda en entendant son oreille craquer. Alors, enfin, le scatophage déguerpit et voici ce qui s’est passé, bien que pour cela je mérite quelque reproche65 .

  • 66 Varzos Kônstantinos, La Généalogie des Comnènes, op. cit. n° 119.
  • 67 Malamut Élisabeth, Les Îles de l’Empire byzantin : viiie-xiie siècles, op. cit., II, p. 506-511 ; (...)

33Si le lettré de Constantinople ne ressentait aucune affinité avec l’habitant moyen de Chypre, il s’entendit bien avec le gouverneur de l’île, Alexis Bryennios Doukas qui le soigna et dispensa de nombreux cadeaux aux membres de l’ambassade avant leur départ, après la pentecôte 1162. Celui-ci, issu de lignée impériale, puisqu’il était le petit-fils d’Anne Comnènei66 et constantinopolitain d’origine, fut également duc de Dyrrachion et d’Ochrid. Chypre représentait donc une étape dans son ascension sociale comme pour tous les membres de cette haute aristocratie liés par parentèle à la famille impériale et promus aux plus hauts postes de commandement67.

34Par ailleurs, la situation de l’île à cette époque était fragilisée par les événements extérieurs, liés justement à l’objet même de l’ambassade à laquelle avait pris part Manassès. En effet, quand il gagna Chypre en été 1161, l’île était menacée par les marins que Raymond de Tripoli avait engagés pour dévaster les terres byzantines. De plus, au-delà de cet épisode fâcheux, mais temporaire, le poète ne cesse de souligner la menace continuelle des débarquements des ennemis sur terre et, plus encore, des pirates et de leurs extorsions sur mer :

  • 68 Hodoiporikon, IV, v.171-180.

Il est préférable de plonger dans le feu d’un volcan que d’être capturé par les misérables pirates des mers. Pauvre de lui le malheureux homme qui se trouve pris dans leurs filets […] ils cherchent des valises remplies d’or et, si celui-là ne les donne pas [où les trouver en effet ?], ils le suspendent par les couilles, ils le frappent à coups de bâton, ils l’attachent bien solidement aux cordes du mât et le font passer sous la quille jusqu’à ce qu’il rende l’âme de force68 .

La situation politique et le contexte économique

  • 69 Ioannis Cinnami Epitome rerum ab Ioanne et Alexio Comnenis gestarum, op. cit., p. 178-179 ; Kinnam (...)

35Alors que le règne de Manuel se caractérise par un rétablissement de l’autorité sur le continent, il est vrai que l’on constate une relative instabilité sur mer, due d’ailleurs en priorité aux problèmes de Constantinople avec les républiques italiennes, qui avaient souvent comme issue des actes de piraterie. Mais il y avait également la présence des Normands de Sicile en Égée et dans la mer ionienne. En ce qui concerne Chypre, la menace était déjà auparavant venue des Latins de Palestine et des Arméniens de Cilicie : Chypre fut livrée à un terrible pillage lors de l’expédition commune en 1156 de Renaud de Châtillon et de Thoros69. Cet épisode très récent avait laissé des traces que rappelle la nouvelle incursion pirate consécutive à l’échec du mariage de Millicent, d’où la complainte de Manassès sur le sort éternel de l’île.

  • 70 Magdalino Paul, The Empire of Manuel I Komnenos (1143-1180), op. cit., p. 36.
  • 71 Nuovi Documenti del commercio veneziano dei secoli xi-xiii, Lombardo A., Morozzo Della Rocca R. (é (...)
  • 72 Jaubert Pierre Amédée, La Géographie d’Édrisi, Amsterdam 1975, p. 130.

36L’histoire de Chypre au xiie siècle est intimement liée à l’histoire des provinces orientales : on rappellera que Jean II avait le projet de constituer un apanage pour son fils Manuel, qui aurait compris Chypre, Attaleia et la Syrie avec Antioche70. Après les années troublées dues aux révoltes de Renaud de Châtillon et de Thoros, le rétablissement de l’autorité byzantine sur la côte de la Cilicie et sur Antioche permit à l’île de s’épanouir. Elle retrouve son rôle naturel de plaque tournante entre Attaleia, les ports de Syrie-Palestine (Saint-Syméon d’Antioche, Tripoli, Tyr, Acre et Jaffa) et les ports de Cilicie et, quoiqu’en dise Manassès, Paphos était un port extrêmement fréquenté par les Vénitiens qui s’y étaient établis71 sans oublier Limassol, Leukosia et autres villes citées par Idrîsî72 à peine quelques années auparavant. Donc il faut nuancer les propos très négatifs de Manassès à la lumière de ces faits bien établis et les expliquer, d’une part, par le contexte politique immédiat et, d’autre part, par l’impossibilité de ce lettré de Constantinople de s’adapter à un milieu différent du sien, qui, nous le consentons volontiers, n’était guère culturel.

Un désert culturel ?

  • 73 Hodoiporikon, II, v. 91-98.
  • 74 Eche Youssef, Les Bibliothèques arabes publiques et semi-publiques en Mésopotamie, en Syrie et en (...)
  • 75 Mango Cyril, Hawkins Ernest J. W., « The Hermitage of St. Neophytos and its Wall Paintings », in D (...)
  • 76 Tsiknopoulos Ioannès, Kypriaka Typika, Nicosie 1969 ; traduction dans Byzantine Monastic Foundatio (...)
  • 77 Ibid., ch. 12. Voir Mango Cyril, Hawkins Ernest J. W., « The Hermitage of St. Neophytos and its Wa (...)
  • 78 Malamut Élisabeth, Les Îles de l’Empire byzantin : viiie-xiie siècles, op. cit., II, p. 577-578. O (...)
  • 79 Hodoiporikon, I, v. 192.
  • 80 Ibid., v. 9-12.

37Ce qui est le plus insupportable pour Constantin Manassès, c’est la pauvreté de Chypre en bibliothèques – le poète ne trouve aucun livre pour assouvir ses passions de bibliophile nocturne73, ni aucun auditoire pour exercer ses talents d’orateur. Nous savons qu’à l’époque médiévale il n’y avait hors de Constantinople aucune école secondaire, et à fortiori aucune école supérieure et donc il n’y a rien d’étonnant dans les propos de Manassès. Quant aux cercles de lettrés, ils n’existaient que dans la capitale au sein de la famille impériale et de ses proches. L’exemple de Chypre est néanmoins intéressant, car l’île était réputée à l’époque protobyzantine et pendant les siècles obscurs pour posséder de bonnes bibliothèques, notamment d’auteurs antiques. Elle aurait été vidée de ses bibliothèques par les Arabes, en particulier le calife al-Mam’ûn en 819i. À la fin du xiie siècle, Néophyte, fondateur du monastère de l’Enkleistra, se plaint lui aussi d’avoir cherché pendant 37 ans une copie de 74l’Hexaèmeron de saint Basile dans l’île, alors que c’était un ouvrage fort répandu75. Néanmoins, illettré au départ, il reçut une instruction élémentaire au monastère de Saint-Jean Chrysostome près de Leukousia (Nicosie) et finit par devenir un lettré76. Il a rassemblé une bibliothèque d’une quarantaine de volumes ; il a composé lui-même des œuvres ascétiques, des homélies, des commentaires bibliques et liturgiques, des écrits pénitentiels et de petites chroniques77. Chypre est ainsi assez comparable à d’autres villes ou grandes îles de l’empire où la culture a été conservée au sein des monastères : il y a des manuscrits, des scriptoria, des novices qui apprennent à lire, des prêts de livres pour les moines mais aussi pour les laïcs. Évidemment les livres sont de contenu religieux, si l’on en croit la teneur de la bibliothèque de Patmos, dont nous avons un inventaire pour l’an 1200, et l’exemple de Néophyte est caractéristique de la constitution de ces bibliothèques monastiques insulaires dont le noyau est formé des livres et des écrits du fondateur auquel s’ajoutent ensuite les dons des divers higoumènes mais aussi des fidèles. Par ailleurs, nous savons que les autorités laïques et ecclésiastiques de l’île du xiie siècle faisaient copier des manuscrits à l’extérieur de l’île, ce qui témoigne d’une certaine diffusion de la culture78. Évidemment pour un poète de cour comme Constantin Manassès, qui était un familier de l’Iliade, comme en témoigne l’ekphrasis de Millicent où il compare la jeune fille à Hélène de Troie79, et qui s’endormait avec le Banquet des sophistes d’Athénée de Naucratis, auteur du iiie siècle de notre ère80, tout cela était assez méprisable. Sans compter le fait que le gouverneur de l’île, sans doute avant tout un militaire, ne pouvait guère se comparer à la sébastocratorissa Irène, belle-sœur de Manuel et patronne des lettres à cette époque, à laquelle il avait dédié sa Chronographie.

Conclusion

  • 81 Ainsi les paysans de la Thrace se mirent à vilipender les Constantinopolitains qui quittaient leur (...)

38En conclusion, on peut dire que l’Hodoiporikon de Constantin Manassès n’apporte guère de renseignement sur l’ambassade et ses enjeux. Il n’apporte pas non plus une somme d’informations sur les conditions du voyage et la terre d’accueil. En revanche, comme le récit se concentre sur les sentiments et le vécu de Manassès, il donne une assez bonne idée des pandémies de l’époque en Palestine, en particulier de l’extension du paludisme. Il évoque également l’autre pandémie, la piraterie omniprésente en Méditerranée orientale à partir justement du milieu du xiie siècle. Enfin, il décrit avec un ton très juste le fossé entre la capitale et sa province, fossé qui conduira à l’indifférence complète des provinciaux vis-à-vis de la prise de Constantinople en 1204 et, mieux, au ressentiment qui s’exprimera à cette occasion81.

Notes

1 Magdalino Paul, « In Search of the Byzantine Courtier : Leo Choirosphaktes and Constantine Manasses », in Byzantine Court Culture from 829 to 1204, Maguire Henry (dir.), Washington, D. C., Dumbarton Oaks Research Library and Collection, 1997, p. 141-165.

2 Les ekphraseis étaient un genre littéraire hérité de l’Antiquité tardive qui consistait en des descriptions laudatives d’une personne, d’une ville, d’un paysage ou autre.

3 Première édition du texte grec par Horna K., « Das Hodoiporikon des Konstantinos Manasses », in Byzantinische Zeitschrift 13, 1904, p. 325-347. Nouvelle édition et traduction anglaise par Aerts W. J., « A byzantine traveller to one of the Crusader States », in East and West in the Crusader States. Context-Contacts-Confrontations III. Acta of the Congress held at Hernen Castle in September 2000, Cigaar Krijnie and Teule Herman (éd.), Leuven-Dudley, Ma « Orientalia Lovanensia Analecta 125 », 2003, p. 165-221.

4 Outre l’Hodoiporikon, cette ambassade est connue du chroniqueur byzantin Jean Kinnamos, témoin très précieux, car il fut le secrétaire particulier de l’empereur Manuel Ier Comnène. Il était très proche de ce dernier avec qui il discutait philosophie. Mais il n’est pas pour autant un témoin impartial. L’autre source est Guillaume de Tyr. Sobre, elle est bien documentée et conforte les informations données par l’Hodoiporikon. Voir Chalandon Ferdinand, Les Comnènes, 2 : Jean II Comnène (1118-1143) et Manuel I Comnène (1143-1180), Paris, Picard, 1912, p. 517-521.

5 Jean Kontostéphanos, qui semble être son patron en été 1160, était le fils d’Andronic Kontostéphanos et deThéodora Comnène, d’une origine donc à la fois illustre par son père et impériale par sa mère, cousine issue de germain de l’empereur. Lui-même s’était marié en 1150 avec une Théodora d’origine aristocratique, mais dont on ne sait rien si ce n’est qu’elle était illustre selon les propres termes de Constantin Manassès qui composa deux monodies lors de sa mort, cf. Varzos Kônstantinos, La Généalogie des Comnènes (en grec), Thessalonique, Centre de recherches byzantines, « Byzantina Keimena kai Meletai 20 », 1984, n° 104, p. 48-49.

6 Ioannis Cinnami Epitome rerum ab Ioanne et Alexio Comnenis gestarum, éd. Meineke August, Bonn, « Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae XXVI », 1836, p. 199 ; Jean Kinnamos, Chronique, trad. J. Rosenblum, Paris, Les Belles Lettres, « Faculté de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de Nice 10 », 1972, p. 132-133 : il s’agit de troupes pour combattre les Seldjoukides qui se sont emparés de Laodicée de Phrygie ; voir Chalandon Ferdinand, Les Comnènes, 2, op. cit, p. 459.

7 Hodoiporikon, v. 122-129.

8 Magdalino Paul, The Empire of Manuel I Komnenos (1143-1180), Cambridge University Press, 1993, p. 222.

9 Hodoiporikon, I, v. 134-140 ; Guillaume de Tyr, Histoire des croisades, 3, 18,. Guizot M. (éd), Paris, « Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France 18 », 1924, p. 148 : l’auteur mentionne les délibérations à ce sujet de l’empereur avec les « illustres du sacré palais ».

10 « Celle de vos deux cousines que vous aurez vous même choisie » (ibid.).

11 Analyse et commentaire détaillés dans Markovich Miroslav, « The Itinerary of Constantine Manasses », in Byzantium and its Legacy, Newman J. K. (dir.), University of Illinois, « Illinois Classical Studies 12. 2 », 1987, p. 277-291. Voir aussi Aerts W. J., « A byzantine traveller to one of the Crusader States », op. cit., p. 166. Les deux manuscrits que nous possédions de l’Hodoiporikon sont du xive siècle : le Marcianus 524 ne contient que I 1-269 alors que le Vaticanus 1881 contient le poème entier sauf I 124-212 qui correspond à la description (ekphrasis) de l’extraordinaire beauté de Millicent, ce qui veut dire que la version du Vaticanus est la dernière version de Manassès quand ladite Millicent choisie par le roi de Jérusalem n’était plus la promise et qu’il était bon d’omettre l’éloge de sa beauté. Nous avons préféré appeler cette princesse Millicent [dont l’autre forme du prénom est Mélisende] pour la distinguer de Mélisende, mère de Baudouin III, roi de Jérusalem.

12 Markovich Miroslav, « The Itinerary of Constantine Manasses », op. cit., p. 280-281.

13 Hodoiporikon, I, v. 77-84.

14 Cité dans Magdalino Paul, The Empire of Manuel I Komnenos (1143-1180), op. cit., p. 126.

15 Hodoiporikon, I, v. 80.

16 Magdalino Paul, The Empire of Manuel I Komnenos (1143-1180), op. cit., p. 126.

17 Hodoiporikon, I, v. 92 : la mention de « ports » dans ce passage renforce notre hypothèse d’itinéraire maritime.

18 Ibid., I, v. 93-99.

19 Récits des premiers pèlerins chrétiens au Proche-Orient (ive-viie siècle), Textes choisis, présentés et annotés par Pierre Maraval, Paris, Éditions du Cerf, « Sagesses Chrétiennes », 1996, p. 207 : « À partir de Ptolémaïs nous avons quitté la route maritime. »

20 Hodoiporikon, I, v. 220-300.

21 Ibid. II, v. 7-8.

22 Ibid. II, v. 63 (Chypre) ; le poète quitte Tripoli : IV, 36. Voir à ce sujet : Markovich Miroslav, « The Itinerary of Constantine Manasses », op. cit., p. 284. Voir l’interprétation différente de W. J. Aerts, « A byzantine traveller to one of the Crusader States », op. cit., p. 170 : la délégation byzantine, après avoir séjourné à Tripoli et à Jérusalem, puis aurait reçu l’ordre de Kontostéphanos d’aller en Isaurie à la rencontre de la seconde ambassade dépêchée par Manuel, mais, devant le danger des pirates envoyés par Raymond III, aurait finalement décidé d’embarquer pour Chypre avant de prendre la route définitive du retour. Constantin Manassès serait resté en Chypre pendant tout ce temps. L’épisode de la seconde maladie et de la guérison par les bains chauds se serait déroulé par conséquent à Chypre.

23 Hodoiporikon, IV, 36-43.

24 Récits des premiers pèlerins chrétiens au Proche-Orient (ive-viie siècle), op. cit., p. 206.

25 Itinéraires russes en Orient, traduits pour la société de l’Orient latin par V. N. Khitrovo, Genève, « Société de l’Orient latin. Série géographique » 5, 1889, p. 7-9 ; Malamut Élisabeth, Les Îles de l’Empire byzantin viiie-xiie siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, « Byzantina Sorbonensia, 8 », 1988, II, p. 548.

26 Relation des voyages de Saewulf à Jérusalem et en Terre Sainte pendant les années 1102 et 1103, in Recueil de voyages et de Mémoires publiés par la Société de Géographie IV, Paris 1839, p. 852-853 ; Malamut Élisabeth, Les Îles de l’Empire byzantin : viiie-xiie siècles, op. cit., II, p. 549-550.

27 The Itinerary of Benjamin of Tudela, Critical text, translation and commentary by Marcus Nathan Adler, Londres, Oxford University Press, 1907, p. 14-15 ; Malamut Élisabeth, Les Îles de l’Empire byzantin viiie-xiie siècles, op. cit., II, p. 549-550.

28 Guillaume de Tyr, Histoire des croisades, op. cit. p. 377-378.

29 Ibid., p. 380.

30 Hodoiporikon, I, v. 79. Description proche de Strabon 12, 7, voir Aerts W. J., « A byzantine traveller to one of the Crusader States », op. cit., p. 176, n. 25.

31 Hodoiporikon, I, v. 80-81.

32 Ibid., IV, v. 39-40.

33 Ibid., v. 84-89.

34 Strabon 16, 2.

35 Aerts W. J., « A byzantine traveller to one of the Crusader States », op. cit., p. 176 n. 28.

36 Wilson Nigel Guy, Scholars of Byzantium, Londres, Duckworth, 2003, p. 196-204.

37 Downey Glanville « Libanius’ Oration in Praise of Antioch (Oration XI) », in Proceedings of the American Philosophical Society 103, 1959, p. 652-686. Pour la diffusion de Libanios, Wilson Nigel Guy, Scholars of Byzantium, op. cit., p. 28.

38 Hodoiporikon, II, v. 8-10.

39 Ibid., I, v. 93-99.

40 Ibid., IV, v. 9.

41 Ibid.,v.16-19.

42 Guillaume de Tyr, Histoire des croisades, 2, 10, Guizot M. (dir.), Paris, « Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France 17 »,1924,p.100 ;Jacques de Vitry, Histoire Orientale [25], introd. édition critique et traduction par Jean Donnadieu, Brepols, Turnhout, 2008.

43 Hodoiporikon,I,v.99-111

44 Ibid., v. 112-118

45 Sa visite est relatée dans le chant I : Le poète visite le tombeau de Jésus (v. 225), Golgotha (v. 230), le mont Sion (v. 239), la maison des apôtres (v. 246), la maison de la Pentecôte (v. 252-257), le lieu de la mort de Marie (v. 258-260), la scène où Pierre s’est repenti (v. 261-263), le tombeau de la Vierge à Gethsemane (v. 264-274) et finalement le mont de l’ascension de Jésus (v. 275-278).

46 Hodoiporikon, I, v. 279-280.

47 Ibid., v. 305-310.

48 Ibid., v. 146-153.

49 Ibid., v. 159-200. Conformément aux canons de l’époque, elle était d’une blancheur de neige et avait un visage rayonnant. Elle était blonde et d’un teint très clair. Elle se tenait droite comme un jeune palmier et était bien proportionnée. Elle avait des sourcils bien arrondis et des cils bien dessinés. Son regard était doux, enjoué et rayonnant. Ses lèvres charmantes, cramoisies, rouges aussi rouges qu’elles pussent l’être… Pour des descriptions comparables de jeunes filles dont on veut célébrer la beauté, voir Malamut Élisabeth, Alexis Ier Comnène, Paris, Ellipses, 2007. Et pour la noblesse de son origine, Constantin Manassès n’hésite pas à évoquer son lignage remontant à Jules César.

50 Hodoiporikon, IV, v. 42-51. Ce fait est relaté également par Guillaume de Tyr, Histoire des Croisades, 3, 18, éd. M. Guizot, Paris, « Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France 18 », 1924, p. 154.

51 Ibid., p. 149-150. Voir Grousset René, Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem, t. 2, Monarchie franque et monarchie musulmane : l’équilibre, Paris, Plon, 1935, p. 428-429.

52 Guillaume de Tyr relate l’ensemble des événements mais assimile à tort les ambassadeurs venus à Antioche avec ceux qui avaient séjourné si longtemps à Tripoli : Guillaume de Tyr, Histoire des Croisades, 3, 18, op. cit., p. 151. Il vaut mieux sur ce point suivre l’historien byzantin Jean Kinnamos : Ioannis Cinnami Epitome rerum ab Ioanne et Alexio Comnenis gestarum, op. cit., p. 210 ; Jean Kinnamos, Chronique, op. cit., p. 139.

53 Grousset René, Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem, op. cit., p. 424-425 ; Magdalino Paul, Manuel I Komnenos, 1143-1180, op. cit., p. 72.

54 Hodoiporikon, IV, v. 51-55.

55 Ces allégations d’un témoin peu objectif, le secrétaire de Manuel Ier Comnène, ne faisaient vraisemblablement que reprendre des rumeurs qui circulaient à la cour de Constantinople pour justifier le déni de la parole impériale, cf. Ioannis Cinnami Epitome rerum ab Ioanne et Alexio Comnenis gestarum, op. cit., p. 209-210 ; Jean Kinnamos, Chronique, op. cit., p. 138-139.

56 Hodoiporikon, II, v. 16-44.

57 Markovich Miroslav, « The Itinerary of Constantine Manasses », op. cit., p. 283.

58 Hodoiporikon, III, v. 34-41 : « Une douleur très vive des reins dans le dos […] il m’est impossible de marcher, difficile de rester debout et rester allongé est encore plus insupportable ». Un peu plus loin (ibid., v. 56-65), le poète nous dit que l’une de ses jambes était comme immobile, et qu’il ne pouvait rien avaler tellement son estomac s’était rétréci à la suite de toutes les souffrances qu’il avait dû endurer et qui lui avaient ôté tout appétit.

59 La première hypothèse est avancée par Markovich Miroslav, « The Itinerary of Constantine Manasses », op. cit., p. 283, la seconde par Aerts W. J., « A byzantine traveller to one of the Crusader States », op. cit., p. 167-168.

60 Hodoiporikon, III, v. 77-82.

61 Ibid., IV v. 78-79.

62 Dauphin Claudine, La Palestine byzantine 1-3 : Peuplement et population, Oxford, Bar International Series 726, 1998, II, p. 467-472.

63 Hodoiporikon, II, v. 64.

64 Ibid., v. 66-83.

65 Hodoiporikon, IV, v. 95-130.

66 Varzos Kônstantinos, La Généalogie des Comnènes, op. cit. n° 119.

67 Malamut Élisabeth, Les Îles de l’Empire byzantin : viiie-xiie siècles, op. cit., II, p. 506-511 ; Malamut Élisabeth, Alexis Ier Comnène, op. cit., p. 116-118.

68 Hodoiporikon, IV, v.171-180.

69 Ioannis Cinnami Epitome rerum ab Ioanne et Alexio Comnenis gestarum, op. cit., p. 178-179 ; Kinnamos Jean, Chronique, p. 121 ; Chronique de Michel le Syrien, patriarche jacobite d’Antioche (1166-1199), III, Chabot J. B. (éd.), Paris 1905, p. 314-315 ; Chronique de Mathieu d’Édesse (962-1136) avec la Continuation de Grégoire le Prêtre jusqu’en 1162, Dulaurier E. (éd.), Paris, « Bibliothèque Historique Arménienne ou Choix des Principaux Historiens Arméniens », 1858, p. 187. Voir Magdalino Paul, The Empire of Manuel I Komnenos (1143-1180), op. cit., p. 67.

70 Magdalino Paul, The Empire of Manuel I Komnenos (1143-1180), op. cit., p. 36.

71 Nuovi Documenti del commercio veneziano dei secoli xi-xiii, Lombardo A., Morozzo Della Rocca R. (éd.), Venise, « Documeni e studi per la storia del commercio e del diritto commerciale italiano 20 », 1953, n° 74, p. 77-78 : Quittance concernant une dissolution de compagnie (1139) ; n° 82, p. 85-86 : Attestation du règlement d’une dette effectuée à Chypre (1143) ; n° 373, p. 366-7 : Procuration relative à la dette d’un habitant de Chypre (1189). Voir Malamut Élisabeth, Les Îles de l’Empire byzantin : viiie-xiie siècles, op. cit., II, p. 455.

72 Jaubert Pierre Amédée, La Géographie d’Édrisi, Amsterdam 1975, p. 130.

73 Hodoiporikon, II, v. 91-98.

74 Eche Youssef, Les Bibliothèques arabes publiques et semi-publiques en Mésopotamie, en Syrie et en Égypte au Moyen Age, Damas, « Institut français de Damas », 1967, p. 29. Voir Malamut Élisabeth, Les Îles de l’Empire byzantin : viiie-xiie siècles, op. cit., II, p. 576.

75 Mango Cyril, Hawkins Ernest J. W., « The Hermitage of St. Neophytos and its Wall Paintings », in Dumbarton Oaks Paper, 20, 1966, p. 127.

76 Tsiknopoulos Ioannès, Kypriaka Typika, Nicosie 1969 ; traduction dans Byzantine Monastic Foundations Documents, Thomas John et Hero Angela Constantinides (éd.), Washington DC, Dumbarton Oaks, 2000, n° 45, ch. 4.

77 Ibid., ch. 12. Voir Mango Cyril, Hawkins Ernest J. W., « The Hermitage of St. Neophytos and its Wall Paintings », op. cit., p. 128.

78 Malamut Élisabeth, Les Îles de l’Empire byzantin : viiie-xiie siècles, op. cit., II, p. 577-578. On rappellera sa description très comparable d’Hélène de Troie dans sa chronique ; cf. Constantini Manassis Breviarium historiae metricum éd. Bekker, Bonn, « Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae », 1837, p. 51. Voir Markovich Miroslav, « The Itinerary of Constantine Manasses », op. cit., p. 282.

79 Hodoiporikon, I, v. 192.

80 Ibid., v. 9-12.

81 Ainsi les paysans de la Thrace se mirent à vilipender les Constantinopolitains qui quittaient leur ville devant la IVe Croisade ; cf. Nicetae Choniatae historia, Van Dieten Ioannes Aloysius (éd.), Berlin, W. de Gruyter, « Corpus Fontium Historia Byzantinae. 11. 1. Series Berolensis », 1975, p. 593-594. Sur ce sujet, voir Ahrweiler Hélène, L’Idéologie politique de l’empire byzantin, Paris, PUF, « Collection SUP », 1975, p. 87-102.

Auteur

Université de Provence, UMR 6572

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540