Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographes et voyageurs au Moyen Âge

 | 
Henri Bresc
, 
Emmanuelle Tixier du Mesnil

Du pèlerinage à la découverte du monde : voyage et écriture de la géographie

Les merveilles, les rois et les savants : le voyage d’Ibn Battûta

Gabriel Martinez-Gros

Texte intégral

1Peut-être faut-il commencer en rappelant une évidence : la matière première de l’histoire, et la seule véritable réalité à laquelle elle accède, ce sont les textes, même et surtout si ces textes donnent la parfaite illusion de la vie, comme c’est le cas des Voyages d’Ibn Battûta ; même et surtout s’ils empruntent la forme autobiographique, celle qui revendique le plus haut son statut de vérité : je suis témoin, j’ai vécu, j’avoue que j’ai vécu…

  • 1 Lejeune Philippe, Le Pacte autobiographique, Paris, Éditions du Seuil, 1975.

2À vrai dire, de cet aveu, dont Foucault ou Lejeune1 font le principe même de l’autobiographie depuis les Confessions de Saint Augustin – parce que l’aveu de culpabilité est supposé plus vrai que toute autre forme de discours – on ne trouve rien, ou presque, chez Ibn Battûta, non plus en général que dans les textes arabes médiévaux, à l’exception peut-être de ces mystiques qui prennent sur eux la charge du blâme du monde. Mais ce n’est ici pas le cas. D’abord pour une première raison qui nous importe : ce texte, rédigé à la première personne, ce n’est pas Ibn Battûta qui l’écrit, mais un secrétaire andalou du souverain mérinide de Fès Abû ‘Inân, un certain Ibn Juzayy, qui se nomme dans les premières et les dernières pages du récit.

3La tâche d’Ibn Juzayy fut simplement de transcrire, dans l’arabe le plus élégant, la relation de voyage d’Ibn Battûta. Le fait que ce soin n’ait pas été confié à l’auteur peut avoir deux significations qui ne s’excluent pas nécessairement. La première c’est qu’Ibn Battûta n’en était pas capable, qu’il n’était pas le lettré qu’il prétend être dans son récit.

  • 2 Ibn Battûta, Voyages, Paris, Éditions FM/La Découverte, Paris, 1982. C’est cette traduction que j’ (...)
  • 3 Voyages, III, p. 57 ; Ibn Khaldûn, Le Livre des Exemples, trad. Abdesselam Cheddadi, Paris, Gallim (...)

4Sans doute, le fait de dicter sa matière n’est-il pas unique parmi les voyageurs. Marco Polo a lui-même, quelques décennies auparavant, dicté son Devisement du monde. Mais l’enjeu n’est pas le même. Marco Polo est un marchand, un homme qui sait se servir d’une plume, mais pas un clerc. Or Ibn Battûta, lui, prétend au rang de clerc – de ‘âlim. Stéphane Yérasimos, dans son introduction à la réédition de la traduction française des Voyages2, penche pour cette première hypothèse – l’insuffisance littéraire d’Ibn Battûta – qu’il appuie sur deux brèves allusions défavorables à l’auteur, toutes deux maghrébines : l’une du cadi de Malaga al-Balafiqî et l’autre d’Ibn Khaldûn, d’une génération plus jeune qu’Ibn Battûta, qu’il rencontra cependant à Fès au retour du voyageur. Tous deux semblent considérer qu’Ibn Battûta est un menteur – au moins est-ce le premier mouvement du jeune Ibn Khaldûn, même si la réflexion l’amène ensuite à douter. Et tous deux semblent penser qu’il s’efforce par son mensonge d’entrer par effraction dans le cercle des clercs auquel il n’appartient pas3.

  • 4 Usâma Ibn Munqidh, Les Enseignements de la vie, trad. André Miquel, Paris, Imprimerie nationale, 1 (...)

5En fait, la chose n’est pas si simple. Qu’un auteur laisse à un secrétaire la tâche de mettre en forme la matière qu’il lui livre n’est pas rare, même chez des lettrés reconnus. Ainsi Usâma ibn Munqidh dicte son I‘tibâr, probablement en dialecte syrien, selon André Miquel4. Cette pratique n’implique nullement que l’auteur ait été à demi inculte, mais plutôt que son récit a été jugé assez neuf, ou assez remarquable, pour recevoir une sorte de certificat d’entrée en écriture publique, délivré par le souverain du Maghreb par le biais de son secrétaire andalou. Si le voyage d’Ibn Battûta a été réécrit, c’est peut-être que, parmi tous les voyages, il a été jugé digne qu’un roi décide de le ranger, dans une langue royale – l’arabe des secrétaires – parmi les instruments de sa gloire, comme le dit d’ailleurs Ibn Juzayy dans l’inévitable éloge de son maître qu’il place à la fin de son introduction :

  • 5 Voyages, I, p. 72-73.

Un auguste commandement lui prescrivit de dicter à un scribe la description des villes qu’il avait vues pendant son voyage, le récit des événements curieux qui étaient restés dans sa mémoire, de faire mention des personnages qu’il avait visités, comme les rois des régions étrangères, leurs savants les plus distingués et leurs saints les plus pieux. Ibn Battûta dicta donc sur ces matières des détails capables de plaire à l’esprit, de réjouir les oreilles et les yeux, savoir toute espèce de choses étranges et merveilleuses, par l’exposition et la révélation desquelles il a été utile et nous a gratifiés de connaissances tout à fait nouvelles5.

Les merveilles, les rois et les savants…

6Presque tout est dans l’hétérogénéité de cette courte liste que dresse le secrétaire andalou des mérites du texte qu’il transcrit. Une hétérogénéité plus nette peut-être pour un lecteur du xive siècle que pour nous. Car il y a là mélange de genres, et de genres déjà bien établis. Soulignons qu’il est d’autant plus impérieux, dans ces siècles tardifs, de s’inscrire dans un genre qu’on écrit dans une langue qu’on ne parle pas, et que l’écriture est toujours guindée et renvoyée à des références littéraires d’autant plus explicites qu’écrire rompt d’emblée avec la langue quotidienne.

  • 6 Voir Touati Houari, Islam et Voyage au Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil, 2000, p. 35-38 en part (...)
  • 7 Pour l’étude détaillée d’un de ses réseaux, dont on voit l’émergence au xiie siècle, voir Urvoy Do (...)

7Dans quel genre d’écriture sommes-nous donc ? Le premier auquel on pense, et auquel appartient à peu près à coup sûr le premier tome du livre d’Ibn Battûta, c’est la fahrasa, la liste des maîtres et des voyages d’études. Genre très prisé et très commun en ce Moyen Âge islamique tardif. Ce thème de la recension des maîtres est intimement lié à celui du voyage, à cause de la préférence longtemps accordée à l’écoute directe sur l’écriture dans l’apprentissage savant – et donc de la nécessité de la présence physique du disciple devant le maître, de sa prise de notes sous la dictée6. Aux xe-xie siècles en particulier, le voyage d’études, souvent associé au pèlerinage de La Mecque, devient une nécessité pour les jeunes savants des périphéries de l’Islam, Transoxiane, Sind, al-Andalus ou Maghreb. Sans doute cette nécessité s’atténue-t-elle à partir du xiie siècle avec la généralisation de l’ijâza – la licence d’enseigner, délivrée à distance et par écrit –, mais surtout parce que des réseaux locaux se constituent dans les principales régions du monde musulman7. Et ce d’autant plus que l’unité linguistique du monde musulman se brise à la même époque : à l’est de l’Iraq, au nord de la Syrie, c’est le persan qui devient langue de cour, et parfois de savoir, même si certaines disciplines, comme le droit ou les sciences religieuses restent attachées à l’arabe.

8Le grand voyage d’Ibn Battûta n’en devient que plus remarquable, puisqu’il est plus rare. Il est souvent couplé avec la visite aux tombeaux (ziyâra) qui ne se diffuse guère, en milieu sunnite maghrébin, avant les xiie-xiiie siècles. Ces dévotions font désormais partie de la formation des clercs à mesure que la fonction cléricale quitte la cour pour s’attacher à la mosquée ; à mesure aussi qu’avec la diffusion du soufisme et des attaches confrériques, l’« opinion », et la plèbe urbaine surtout, exige du savant qu’il unisse aux capacités techniques du juriste la piété, voire les karamât, les signes manifestes des grâces divines.

  • 8 Un autre exemple tout différent serait la Rihla d’Ibn Khaldûn. Ibn Battûta tient une position inte (...)

9Une des premières, et des plus célèbres fahrasas, est sans doute celle de l’Andalou Ibn Jubayr (fin xiie siècle) qu’on classe souvent, lui aussi, parmi les géographes, et qui n’est sans aucun doute pas indifférent à l’idéologie des Almohades, comme le dit avec justesse Yann Dejugnat ; mais qui donne à sa relation, comme Ibn Battûta, le ton général d’un voyage d’études dévot8.

L’itinéraire d’Ibn Battûta

  • 9 « Lorsque le pèlerinage fut terminé, je me dirigeai vers Djedda afin de m’embarquer vers le Yémen (...)

10Va pour le premier tome, le pèlerinage de La Mecque à travers l’Egypte et la Syrie. Mais il en reste deux qu’on ne peut guère identifier à ce genre de la fahrasa. Il faut ici reprendre le trajet d’Ibn Battuta que je n’ai pas encore décrit. L’homme est né à Tanger en 1304. On ne sait à peu près rien de sa formation. On sait en revanche qu’il s’engage dans ses voyages à l’âge de vingt et un ans, en 1325, dans l’intention de se rendre à La Mecque en pèlerinage. Il y est en 1326. Puis, en rayonnant à partir de La Mecque, où il revient pour le pèlerinage de 1327, et où il séjourne ensuite jusqu’en 1330, il visite l’Iraq, le Fars (le sud-ouest de l’Iran), la Jéziré et Mossoul, et même Tabriz et l’actuel Azerbaïdjan iranien. Puis en 1330, il se dirige vers le sud, traverse le Yémen, visiblement déjà pour se rendre en Inde. La peur de la traversée de l’océan Indien, semble-t-il, lui fait rebrousser chemin vers le nord, La Mecque, puis l’Egypte9, la Syrie, l’Anatolie, la traversée de la mer Noire, le Qiptchaq, le Khwarizm, la Transoxiane, le Khorassan, l’Afghanistan, et enfin l’Inde, où il arrive probablement en 1334. Il y réside jusqu’en 1342, dans la suite du sultan de Delhi Muhammad ibn Tughlüq. Puis il quitte la cour de Delhi d’abord pour diriger une ambassade en Chine qui se perd dans les aléas de la traversée des pays hostiles et des naufrages ; puis pour les Maldives, où on lui offre la charge de qâdî, ce qui le place au premier rang des dignitaires des îles, mais ne va pas sans susciter des jalousies qui le renvoient en Inde du sud, à Ceylan, à Sumatra…

11La description qui suit du voyage en Chine a toujours paru suspecte à beaucoup. Quoi qu’il en soit, Ibn Battûta revient en Inde où il demeure jusqu’en 1346 au moins sans jamais plus approcher la cour de Delhi, où il craint de devoir répondre des biens de l’ambassade chinoise qu’il a perdus, et de ses relations amicales avec plusieurs princes musulmans du sud du sous-continent que Delhi tient pour des rebelles. Enfin en 1346, il reprend la route de l’ouest. Il est au Moyen-Orient au printemps de 1347, avec la Peste, qu’il a sans doute déjà croisée dans le sud de l’Inde, à Madura, dans les années 1340. Il atteint le Maghreb, et Fès en particulier à la fin de 1349. Il repart pour al-Andalus, peu après que la Peste y a tué devant Gibraltar le roi de Castille Alphonse XI (et ainsi sauvé le royaume de Grenade) en 1350-1351, puis pour le royaume du Mali, alors à son apogée, et d’où il revient dans une caravane de 500 esclaves de sexe féminin (pour ne parler visiblement que du plus précieux de la cargaison) en 1352-1353. En 1355 enfin, trente ans après le début de ses pérégrinations, il dicte son texte à Ibn Juzayy.

Vendre son exotisme

12Il est probable que si on écarte l’hypothèse de l’insuffisance littéraire d’Ibn Battûta, celle que nous suggèrent il est vrai les témoignages des doctes, l’explication de ce livre, de sa copie par les soins du souverain et de sa chancellerie, de son entrée en bibliothèque royale, tient sans doute à cette partie du voyage qui commence en 1330, et dont les héros ne sont plus seulement les savants et les saints, dont les lieux ne sont plus seulement les mosquées et les tombeaux. Si le savant Balâfiqî réprouve tandis que le souverain mérinide approuve et transcrit ; si Ibn Khaldûn se partage entre le dédain du ‘âlim et l’intérêt passionné qu’il aura toujours éprouvé pour le pouvoir et les récits de pouvoir, c’est qu’Ibn Battûta change alors de ton et de registre, et qu’il franchit plusieurs frontières. En 1330, après cinq ans de séjour dans les capitales de l’Orient arabe, il peut se réclamer d’une formation solide qui devrait lui assurer une situation stable dans le milieu savant marocain. Tout semble prouver qu’il n’en est rien, et que notre voyageur s’est trompé d’époque. Comme on le disait plus haut, les formations intellectuelles les plus efficaces socialement, celles qui assurent postes et fonctions, se prodiguent désormais sur place. C’est à Fès qu’on gagne ses galons de qâdî des provinces mérinides, et non plus à Bagdad, ni même au Caire, comme on l’aurait conçu à l’âge classique des ixe-xie siècles. C’est qu’il y avait alors un empire, qui n’existe plus. Ses immenses voyages n’assureront jamais au voyageur revenu dans sa petite patrie l’autorité intellectuelle dont ils l’auraient sans doute investi trois ou quatre siècles plus tôt.

13C’est probablement ce qu’Ibn Battûta a compris lorsqu’il se dirige vers l’Inde. Sans doute peut-on y voir le goût des voyages et des nouveautés. Mais il faut surtout attribuer sa décision à un calcul simple : les connaissances acquises, le prestige conquis à dure peine, il pourra le vendre avec beaucoup plus de profit en Inde qu’au Maroc mérinide. Car c’est bien l’Inde qui est d’emblée le but de son voyage. Il échoue à l’atteindre à partir du Yémen et du ‘Umân. L’immense boucle qu’il décrit ensuite à travers le monde turc ne vise qu’à contourner l’obstacle de l’océan Indien et à réparer ce premier échec. Peut-être même comprend-il ou apprend-il qu’il est préférable d’aborder l’Inde par le côté de ses vainqueurs turcs et de ses administrateurs persans.

  • 10 Voyages, II, p. 422, sur le fait que nul ne réussit jamais à rapporter chez lui les fabuleuses ric (...)
  • 11 Les exemples les plus frappants en sont les révoltes et les usurpations de Khurraw Khan, Voyages… (...)

14Pourquoi l’Inde ? Parce que c’est un pays de richesses fabuleuses sans doute – des richesses aussi vite dissipées que gagnées, des richesses de cocagne10. L’Inde est un pays d’aventures, ou mieux, c’est un terrain de colonisation de l’Islam depuis qu’au début du xie siècle, Mahmûd de Ghazna en a entrepris le pillage et la conquête ; depuis qu’à la fin du xiie siècle la résistance hindoue a cédé sous la poussée des Ghourides, dont les mamelouks fondent le sultanat de Delhi dans les premières années du xiiie siècle. L’Islam tient son Amérique. En quelques décennies du xiiie siècle, les musulmans se sont emparés de toute la vallée du Gange, entre Delhi et le Bengale où vit peut-être la moitié des 60 ou 70 millions d’habitants du sous-continent – le sixième au moins de la population du monde d’alors. Bien sûr l’immense majorité de ces sujets reste hindoue. Mais précisément pour cette raison, pour contenir l’hostilité de cette masse immense – une hostilité dont Ibn Battûta fait constamment mention11 – les pouvoirs musulmans successifs, qu’il s’agisse des Mamelouks fondateurs (1206-1290), des Khaljis (1296-1320) qui élargissent les conquêtes au Deccan, ou enfin des Tughlüqides (1320-1414), ont besoin de soldats, d’administrateurs, de juristes musulmans, venus des terres centrales de l’Islam, sur lesquels ils puissent compter, grâce auxquels ils puissent reconstituer un environnement musulman familier.

  • 12 Voyages, I, p. 377
  • 13 Ibid., p. 379.
  • 14 Voyages, II, p. 274-275.
  • 15 Ibid., p. 299.
  • 16 Entre Shiraz et Ispahan, le pays est presque entièrement turc, Voyages, I, p. 402-403 ; et ces pop (...)

15Ibn Battûta se dirige donc tout simplement vers la nouvelle et grande source de richesses où il pourra, mieux qu’au pays natal, vendre ses capacités. En ce sens, son voyage n’est pas très différent de celui qu’Ibn Khaldûn entreprendra bien plus tard dans sa vie, à 50 ans, pour aller au Caire à la rencontre de son public étudiant. Tout comme Ibn Khaldûn juge que le Maghreb en ruines ne peut soutenir ni diffuser sa pensée, Ibn Battûta constate la déchéance du vieux centre de l’Islam : à Basra, qui fut la capitale de la grammaire, les prédicateurs multiplient les fautes d’arabe12. Le tombeau de Malik est inaccessible, gardé par des bêtes sauvages13. Bukharâ, la ville natale de l’imâm Bukhârî, le maître du hadîth, est en ruines14, tout comme Balkh, dont le « maudit Tenkiz Khân » a détruit la mosquée, une des plus belles que l’Islam ait jamais édifiée15. La Transoxiane, l’Iran, l’Iraq, submergés par la vague mongole, sont durablement abaissés par le triomphe des Turkmènes16, au moment même où l’Inde, mais aussi l ‘Anatolie et l’Afrique s’ouvrent.

16Il est d’autant plus nécessaire d’y insister qu’il faut ici combattre une thèse implicite mais d’autant plus répandue, en particulier en France et dans le monde arabe : celle du déclin de l’Islam après les « derniers feux » des xiie-xiiie siècles. La double et indiscutable réalité des avancées méditerranéennes de la Chrétienté, en Sicile et en Espagne, et du déclin arabe conduit le plus souvent à imaginer un recul général de l’Islam qu’un examen plus ample des mouvements de la longue durée ne justifie nullement. Les invasions turques et mongoles, qui ont infligé tant de destructions au vieux monde islamique entre xie et xiiie siècles, lui ont aussi permis de reprendre l’initiative militaire sur la plupart des fronts. Il est vrai que l’Islam se replie en Méditerranée face aux Francs. Mais il conquiert partout ailleurs, en Anatolie, en Inde et en Afrique noire.

  • 17 Comme le dit bien, en d’autres termes Stéphane Yérasimos dans son introduction. Dans le vieux mond (...)

17Ce sont précisément les trois grands ensembles sur lesquels portent les deux derniers tomes des voyages d’Ibn Battûta, lui qui part au contraire d’un Maghreb acculé par la Reconquista ibérique. Son mouvement suit l’expansion de l’Islam. Il va nourrir les terres nouvelles de l’Islam de l’indispensable substance des anciennes. Etudiant arabe, en langue arabe, il s’établit dans des pays où cette qualification fait cruellement défaut. En Inde, la masse est hindoue, la cour parle persan, les soldats sont turcs ou afghans le plus souvent, comme le sont les origines de la dynastie des Tughlüq. Or l’arabe est nécessaire à l’administration du droit – d’enseignement à proprement parler, il n’est jamais question dans la relation de l’Inde d’Ibn Battûta. À Delhi, il est le shaykh arabe qu’il n’est précisément pas à Fès. À Fès au contraire, au retour, il joue de son habit de soufi (la sainteté peut excuser l’ignorance) et surtout de ce qu’il a vu des merveilles et des munificences du pouvoir. À Delhi, il est savant dans un pays sans savants ; à Fès, il est princier dans un pays de petits princes sans grand faste. Même s’il remarque, à propos de Mashhad et de Nishapur que leurs plus beaux édifices n’égalent pas la madrasa Bû ‘Inâniya de Fès, pour laquelle son admiration n’est pas feinte, il sait bien que la prodigalité du sultan de Delhi n’a pas d’équivalent dans les royaumes du Maghreb ou de l’Iran divisé par la chute des Ilkhans. Il est significatif, si on en croit du moins le témoignage d’Ibn Khaldûn, qu’on l’ait traité de menteur précisément sur ce point. Abû ‘Inân aurait pu s’irriter de cette description irréelle de l’opulence d’un empire islamique qui n’était pas le sien. Il n’en fut rien visiblement, et Ibn Battûta réussit à vendre les merveilles de l’Inde au Maroc aussi bien qu’il avait su négocier la science arabe à Delhi17.

La norme et la langue

  • 18 Je reprends ici le terme qu’André Miquel a choisi pour désigner la géographie de l’An Mil à son ap (...)
  • 19 Voyages, III, p. 223-224, 225-226.
  • 20 Ibid., p. 229, 246.

18Il est commun de penser qu’on voyage pour découvrir, quand bien même on découvrirait ce qu’on savait déjà, quand bien même la découverte ne serait qu’une reconnaissance. La géographie arabe classique des ‘ajâ’ib et de l’Atlas18, celle de Mas‘ûdî et de Muqaddasî telle que l’a si brillamment étudiée André Miquel, correspond assez bien à ce schéma. Tout ce qu’on a dit d’Ibn Battûta montre un cas tout différent. Ici le voyageur ne sollicite du pays qu’il aborde aucun savoir, puisqu’il est, lui, le savant ; aucune connaissance, puisqu’il est, lui, le critère de la connaissance. Toute autre pratique que la sienne est une déviance qu’il est de son rôle de réprimer, qu’on lui demande de réprimer au nom d’un islam vrai, au nom d’une tradition pure. N’y voyons aucune vanité personnelle en effet, aucun aveuglement racial. Ibn Battûta joue le rôle qu’on lui demande d’interpréter : celui de la Loi musulmane, ou mieux de ce complexe plus vaste qu’on peut qualifier de norme islamique. Dans ce nouveau monde musulman, à peine conquis, mal islamisé, et qui sait si peu d’arabe, il s’impose d’être le redresseur des mœurs là où ses ancêtres géographes de l’An Mil auraient joui de la diversité des coutumes et des étonnements de la Création. Aux Maldives, la population est douce, accueillante et profondément musulmane – c’est bien sûr de sa propre description que je tire ces traits19. Mais aussitôt qu’il est nommé qâdî, Ibn Battûta fait fouetter ceux qui s’en tiennent aux coutumes locales, comme la cohabitation des époux divorcés, et il mène une campagne tout aussi active qu’infructueuse, contre les seins nus des femmes20.

  • 21 Voyages, I, p. 432, à Bîr Mallâha, entre Kûfa et al-Hilla. D’une manière générale, tout le sud de (...)
  • 22 Voyages, I, respectivement p. 199 et p. 192-193.

19Une étude plus poussée serait nécessaire pour cerner la norme, à partir de ce qu’elle n’est pas là où on la respecte, ou à partir l’exception qu’elle constitue là où ne la respecte pas. Etrangement peut-être à première vue, mais logiquement nous dirait Frédéric Barth, la norme, c’est-à-dire l’Islam, n’est pleinement dit qu’à ses frontières, et mieux encore dans l’espace incertain d’un au-delà proche, quand elle proclame la civilisation à la face de la barbarie. Le discours d’Ibn Battûta établit alors des rapprochements qu’on n’aurait pas soupçonnés, entre les Shiites, ismaéliens, nusayris ou duodécimains d’une part, les Hindous d’autre part. Il est impossible, pour un voyageur musulman, de loger en pays hérétique21. L’éloignement est réciproque : les Nusayris insultent quotidiennement l’appel à la prière, abritent leurs bestiaux dans les mosquées qu’on les a obligés à construire, mais qu’ils maintiennent loin de leurs habitations. Les Ismaéliens du nord de la Syrie leurs voisins n’acceptent aucun étranger (à la secte) parmi eux22. De la même façon, lorsqu’en Inde Ibn Battûta se retrouve, à l’issue d’un combat dans la région d’Aligarh, isolé de ses compagnons, perdu dans un pays totalement païen, il est menacé de périr de faim et de soif plus encore que du sabre de l’ennemi :

  • 23 Voyages, III, p. 160.

Je restai dans cet état (c’est-à-dire en évitant toute rencontre humaine) pendant sept jours… Le septième jour, j’arrivai à un village d’idolâtres, bien peuplé, où se trouvaient un bassin d’eau et des champs de légumes. Je demandais à manger aux habitants, mais ils refusèrent… Je trouvai, auprès d’un puits situé près du village, des feuilles de raifort que je mangeai. J’entrai ensuite dans le village et y vis une troupe d’idolâtres gardée par des sentinelles qui m’interpellèrent. Mais je ne répondis pas et m’assis par terre. Un des Hindous s’avança avec l’épée nue qu’il leva, afin de m’en frapper. Je ne fis aucune attention à lui, tant ma fatigue était grande. Il me fouilla et ne trouva rien sur moi. Il prit ma chemise23

  • 24 Voyages, II, p. 385

20Ce sentiment d’isolement dans l’océan hostile de l’infidélité marque en fait l’ensemble de l’aventure musulmane en Inde : Gwalior, dans la région d’Agra, est une prison parfaite pour les princes déchus parce qu’elle est environnée d’Infidèles dont la menace coupe court, mieux que le gardien le plus sévère, à toute velléité d’évasion24.

  • 25 Voir Veinstein Gilles, Résumé des cours au collège de France, 2006-2007, sur la lettre que Mehmet (...)
  • 26 Voyages, II, respectivement p. 91-92 et 84.
  • 27 Voyages, III, p. 420. Ibn Battûta attribue ce trait en particulier au sultan régnant Muhammad ibn (...)
  • 28 Voyages, III, p. 89-93.
  • 29 Voyages, II, p. 461, l’exemple de deux frères venus du Ferghana, exécutés pour avoir tenté de rega (...)
  • 30 Voyages, II, p. 463-465.

21Ces abcès d’infidélité en Syrie ou en Inde, ont pour pendant, à l’inverse, des oasis d’Islam dans le désert de l’idolâtrie. Deux traits les font connaître, qui définissent souvent l’Islam en général dans ces siècles médiévaux tardifs : le jihâd et le pèlerinage25. Le jihâd sauve les pires barbaries. Ainsi les Noirs de Kilwa – sur la côte de l’actuelle Tanzanie – sont-ils loués d’être shafiites et de mener le combat de Dieu dont ils donnent le bénéfice du butin aux descendants du Prophète, tandis que les Somalis de Zeïla sont hérétiques, et par conséquent sales et très noirs de peau26. Mais c’est bien sûr en Inde que le jihâd est la règle et l’expression par excellence du pouvoir musulman. Le pays est gouverné par des musulmans étrangers, auxquels le sultan de Delhi donne systématiquement sa préférence27. D’une manière générale, on nomme en Inde ces musulmans venus de l’ouest khurassaniens, en mémoire sans doute de l’entreprise fondatrice de Mahmûd de Ghazna, seigneur du Khurasan et premier conquérant. La tombe du neveu du héros est encore honorée et visitée comme celle d’un saint dans la vallée du Gange où il est tombé en combattant (en 1033), et le sultan s’y rend aussitôt après avoir vaincu la révolte de son serviteur hindou ‘Ayn al-Mulk. À l’occasion de cette même révolte, les troupes loyales avaient d’ailleurs reçu pour mot de passe et de reconnaissance « Delhi » et « Ghazna28 ». Ces étrangers sont si nécessaires au trône que le départ leur est interdit, et que la transgression de cet ordre est punie de mort29. En 1330, Muhammad ibn Tughlüq ordonne de déplacer le siège du sultanat de Delhi à Deogir, rebaptisée Dawlatabad, dans le Deccan, en plein territoire infidèle, où il transfère autoritairement la population de l’ancienne capitale – et il faut bien sûr voir d’abord dans cette mesure un acte de jihâd, la promesse d’une expansion méridionale que la dynastie des Khaljis avait amorcée30.

  • 31 Voyages, II, p. 348. Le Sind, conquis dès le début du viiie siècle, sous les Omeyyades, est réputé (...)
  • 32 Voyages, III, p. 87, 89 : « Les émirs du Khurasân, ainsi que tous les étrangers, étaient ceux qui (...)
  • 33 Voyages, III, p. 217-220.
  • 34 Voyages, III, p. 269-276. C’est dans les États de ce petit souverain qu’Ibn Battûta est témoin de (...)

22Ibn Battûta lui-même nous conte son premier combat, aussitôt franchies les limites du territoire de l’Inde proprement dite31. Il reviendra à plusieurs reprises sur la vigueur de la guerre toujours latente, souvent ouverte, entre l’Islam et l’Infidélité dans le sous-continent. Avec le combat de Chandigarh, on a déjà mentionné la révolte de ‘Ayn al-Mulk, d’autant plus dangereuse que ce favori hindou du souverain a fait main basse sur les éléphants et reçu le soutien de plusieurs chefs tatars, dont la fidélité incertaine à l’Islam est une fois encore soulignée. La révolte, qui peut compter sur plusieurs dizaines de milliers de combattants, est écrasée par la mobilisation de tous les « étrangers ». Ibn Battûta en est32. Après 1342, quand il aura quitté Delhi pour le sud du sous-continent, Ibn Battûta sera enrôlé dans le jihâd méridional mené par des princes indépendants du sultanat, comme l’émir de Honavar33 ou celui de Madûra, Ghiyâth al-Dîn al-Damaghânî, un ancien officier turc de la cavalerie du sultanat qui a réussi à se tailler un royaume éphémère en pays tamoul34. L’Inde est ainsi la seule région du monde où l’auteur trouve l’occasion – ou soit soumis à la nécessité – de se joindre à la guerre sainte.

  • 35 Voyages, III, p. 310-313.

23Ne doutons pas qu’il y voie une forme d’épanouissement, pour son salut comme pour celui du sultanat. Rien ne vaut, pour sonder les intentions d’un auteur, que de l’affranchir des pesantes nécessités du véridique qui entravent l’historien. Quand il décrit le royaume du Champa, dans le sud de l’actuel Vietnam, Ibn Battûta n’est tributaire que de ses souvenirs littéraires. Et qu’y voit-il ? Un royaume dirigé par des femmes, qui parlent turc et qui font la guerre. Ce peuple est idolâtre, mais la reine y lit l’arabe et sait transcrire la shahâda, qu’elle donne à lire, comme un mot de passe, au voyageur. L’ensemble de ces traits, la langue turque des guerriers, la langue arabe du jihâd, et le caractère belliqueux de l’Etat sont évidemment liés. La préférence que la reine accorde au qâdî maghrébin (c’est ainsi qu’Ibn Battûta se désigne lui-même), outre qu’elle rejoint la tradition du voyage galant dont l’ambassade de Ghazal auprès des Vikings offre sans doute le modèle, révèle l’empreinte naturelle de l’Islam sur les peuples lointains qui n’en ont pas encore reçu le message35. Le jihâd n’est pas un commandement arbitraire, c’est une impulsion naturelle que l’Islam a simplement inscrite dans sa Loi.

  • 36 Voyages, II, p. 347-348.
  • 37 Ibid., p. 391-392. Faiblesse physique qui n’exclut ni la bravoure, ni la loyauté. Un prince hindou (...)

24En Inde, ce jihâd est pour l’heure victorieux – du moins avant la grande offensive du Vijayanagar dans le sud, qui commence précisément au milieu du xive siècle avec le déclin du sultanat de Delhi. Les Hindous sont constamment battus. Ibn Battûta l’explique par leur faiblesse physique, dont il donne plusieurs exemples. Dès son premier combat, à son entrée en Inde, Ibn Battûta engage avec 22 compagnons la bataille contre une troupe de 80 fantassins hindous, dont une douzaine sont tués, sans que les musulmans éprouvent de dommage sérieux malgré leur infériorité numérique. L’auteur et son cheval sont touchés par des flèches qui ne pénètrent pas les chairs : « les traits lancés par les Indiens n’ont pas de force », dit-il, en ajoutant cependant qu’un des chevaux touchés dut être sacrifié, et que les Turcs de l’escorte en firent festin. Peuple de piétons contre ethnie cavalière, mœurs pusillanimes des Hindous contre instinct guerrier des Turcs, tout est déjà dit36. Un peu plus loin, Ibn Battûta décrit l’assassinat du dernier des sultans Khaljis, Turc comme tous les souverains de Delhi, par son favori hindou Khusraw Khân. Sous prétexte d’une cérémonie de conversion à l’Islam, le favori fait entrer dans le palais ses partisans hindous qui tuent le chef de la garde et s’approchent de la loge royale. Le sultan Qutb al-Dîn perçoit enfin le danger, s’efforce de rentrer dans le palais pour s’y retrancher. Khusraw Khan s’accroche à lui, mais le sultan, plus lourd et plus vigoureux la terrasse. Il faut tout un groupe d’Hindous pour venir finalement à bout du souverain37.

Pèlerinage

  • 38 Voyages, II, p. 440-443.

25Avec le jihâd, le pèlerinage est la preuve et l’argument de l’Islam. On en retrouve l’exigence dans l’itinéraire même d’Ibn Battûta, dont La Mecque fut l’un des ancrages les plus durables ; mais surtout en Inde comme en pays turc et en Afrique, et toujours lié à la langue arabe. Ainsi en Inde, un émir bédouin syrien devenu le beau-frère du sultan se prend de querelle avec l’un des huissiers du palais, qu’il blesse. Il est aussitôt arrêté, et confié à la garde d’un dignitaire qui avait fait le pèlerinage de La Mecque, et qui parlait bien l’arabe. « Savoir l’arabe » ne se réduit pas à une capacité linguistique, précisément parce que cette connaissance est liée à la pratique du pèlerinage : elle garantit tout à la fois l’attachement à l’islam – à la religion musulmane, et à ses fondateurs, les Arabes. Tatar Malik, auquel le sultan a fait remettre son beau-frère arabe, prend le parti de son prisonnier et tente de le sauver devant la cour qui le juge38.

  • 39 Ibid., p. 148.
  • 40 Voyages, III, p. 431-435.

26À Ladhik/Denizli, l’ancienne Laodicée du Méandre, Ibn Battûta et ses compagnons tombent au milieu d’une querelle qui les regardent apparemment, mais dont ils ne comprennent rien faute de savoir le turc. La situation est dénouée par un ancien pèlerin qui sait l’arabe, et de la manière la plus favorable : les deux groupes en conflit appartiennent à deux confréries dont chacune réclame l’honneur de recevoir les invités arabes39. Mais nulle part ailleurs qu’en Afrique le signe favorable que donne l’arabe n’est aussi net. Dans cet empire du Mali qui ne lui plut guère, Ibn Battûta trouva, près de Tombouctou, un gouverneur de province sage et réellement pieux – puisqu’il évite les cérémonies de lamentations funèbres dont la religion ne s’accommode pas. Ibn Battûta l’aborde par le biais du qâdî du lieu, qui sait par fonction lire l’arabe, même s’il ne le parle pas. Il écrit donc quelques mots sur une tablette pour réclamer des provisions de voyage. Mais le qâdî, à sa surprise, lit à haute voix, et l’émir le comprend. Et pour cause, il fut pèlerin, et possède plusieurs livres arabes dans la salle d’audience du gouvernement. Il accueille Ibn Battûta avec chaleur, lui offre une véritable hospitalité et une jeune esclave damascène, probablement d’un très grand prix40 .

27Notons que l’arabe est ici – dans ce lieu ou dans ce récit – une langue publique, écrite, directement associée à un complexe de valeurs musulmanes du bon gouvernement et de la piété qu’on doit aux étrangers – surtout s’ils sont eux-mêmes arabes. Le livre d’Ibn al-Jawzî qu’Ibn Battûta en vient à feuilleter est conservé dans le mishwar – la salle d’audience et de délibérations du gouvernorat. On l’a déjà dit, Ibn Battûta vend de l’arabe et de la norme – les deux ensemble, bien sûr : l’arabe est la langue des origines de l’Islam, du Coran, des hadîth, du Prophète et des Compagnons, c’est-à-dire de tous les textes et de toutes les traces qui fondent le droit musulman. Partout dans le monde islamique, cette situation reste vraie.

Limites

  • 41 Voyages, I, p. 429 et 382 respectivement.
  • 42 Voyages, II, p. 71 et 134 pour l’arabe bédouin des Béja, p. 86 pour le sultan de Mogadiscio, qui p (...)
  • 43 Ibid., p. 440-443.
  • 44 Ibid., p. 320.
  • 45 Voyages, III, p. 302-304, en particulier à Sumatra. L’aloès est musulman, le cocotier infidèle.

28Il s’en faut de beaucoup cependant, que la position de l’arabe soit partout la même. L’arabe savant et musulman se distingue d’abord de l’arabe bédouin. Ibn Battûta en est assez conscient pour marquer des frontières : de Howayza, au Khuzistan, il note que c’est la dernière ville de langue persane avant les territoires arabes ; et à Abadân, il ajoute que là s’achève la terre qui commence en al-Andalus41 – mais cette ultime terre arabe est bédouine et dominée par une ville en ruines, Basra, où la pratique de la langue châtiée, on l’a vu, s’est profondément dégradée depuis l’époque glorieuse de la grande école grammaticale des viiie-ixe siècles. C’est encore un arabe bédouin qu’on repère en Afrique de l’Est, sur la côte des Béja, alors que l’arabe du roi « berbère » de Mogadiscio est la langue du pouvoir42 ; ou encore en Inde, à la cour même des sultans, où Ibn Battûta est mis en danger par la violence d’un Arabe bédouin que le sultan a eu la faiblesse d’admettre pour son beau-frère43. D’autres limites sont repérables : ainsi le désert qui sépare le pays des Turcs de l’Inde propre (en fait le Baloutchistan)44, ou encore la mutation de la végétation entre l’Inde musulmane et l’Asie du sud-est encore païenne, plus exubérante que le territoire de l’Islam45. Il ne s’agit pas seulement de la distinction d’espaces politiques, mais de véritables espaces linguistiques, où le composé de langues, leurs fonctions respectives et par conséquent la position d’Ibn Battûta diffèrent. Cet avertissement là, Ibn Battûta ne nous le donne pas. C’est à nous qu’il convient, par l’examen de son discours, de déterminer à l’intérieur de quelles limites il s’inscrit, dans quel composé il entre, sur quel clavier il joue. Nous allons en reprendre les trois exemples principaux de l’Inde, des pays turcs, et du pays des Noirs.

L’Inde

  • 46 Voyages, II, p. 307-308, sur les esclaves indiennes ramenées au Khûrâsân par les raids turcs (ces (...)
  • 47 Voyages, II, p. 343-347, sur la fertilité de la terre indienne et les deux récoltes annuelles qu’o (...)
  • 48 Voyages, II, p. 404, 417 dans le portrait de Muhammad ibn Tughlüq ; III, p. 118 pour la descriptio (...)
  • 49 Qu’il arrive à Ibn Battûta d’admirer ou de plaindre, on va y revenir : l’auteur condamne ainsi les (...)
  • 50 Voyages, III, p. 71 (pour le rapprochement entre les langues franques et les langues indiennes) ; (...)

29Parmi les trois directions de l’expansion musulmane, l’Inde est de loin privilégiée dans le texte d’Ibn Battûta. C’est le but de ces voyages, c’est la halte la plus longue du voyageur, entre 1334 et 1346 au total. Mais si l’Inde a toutes les préférences d’Ibn Battûta, c’est aussi parce qu’il y retrouve un pouvoir impérial – à la différence de ce qu’il a éprouvé dans le monde turc, entre Anatolie et Transoxiane, et de ce qu’il éprouvera au Mali. Un pouvoir qui compose autour de lui un paysage complexe de fonctions et de langues. L’Inde est une terre musulmane, d’abord parce qu’elle abrite la plus forte entreprise de jihâd du temps. L’islam y est prouvé par le nombre même des Infidèles qu’il y subjugue, par le butin qu’on y accumule : comme l’Afrique, l’Inde est terre d’esclaves46 et de richesses considérables nées d’une terre fertile47, richesses que le sultan draine à la fois par l’impôt et par les razzias qu’il mène contre les incessantes révoltes. Ainsi en 1334, quelques semaines après l’arrivée d’Ibn Battûta à Delhi, le sultan Muhammad ibn Tughlüq rentre dans sa capitale après avoir ravagé les districts du Gange et de la Yamuna, dans l’actuel Uttar Pradesh. À son arrivée, il fait disposer de petites balistes sur les éléphants et tirer des bourses de pièces d’argent et d’or sur la foule qui acclame son retour d’expédition victorieuse48. Ennemis ou victimes49, les Hindous trouvent leur place dans ce monde islamique, souvent par analogie avec des situations de frontière guerrière plus familières au voyageur maghrébin. Ainsi Ibn Battûta remarque que les Indiens mangent des lézards, comme les Majus, et surtout que roi se dit chez eux ray comme chez les Francs. Enfin en Afrique comme en Inde, la justice païenne, qui ignore la Loi religieuse, et peut-être parce qu’elle ignore les adoucissements de la sharî‘a, est aussi exacte qu’impitoyable. L’Infidélité, comme l’Islam, a ses constances50.

  • 51 Voyages, III p. 204. C’est à l’extrême sud du domaine musulman, dans le nord de l’actuel Kérala, d (...)
  • 52 Ibid., p. 114.
  • 53 Voyages, II, p. 332-333. C’est l’un des premiers traits qui frappent Ibn Battûta à son arrivée au (...)
  • 54 Voyages, III, p. 269-276. À la suite du récit de l’extermination systématique des paysans hindous (...)

30Sur cette terre de conflit sacré, où la nature est parfois engagée51, ce sont les Turcs qui mènent le combat quotidien de l‘Islam, pour le meilleur et pour le pire. Mamelouks, Khaljis et Tughlûq, tous ceux qui ont régné sur l’Inde depuis l’origine du sultanat de Delhi dans les premières années du xiiie siècle sont turcs, et il ne fait guère de doute qu’une large part des succès, mais aussi de la violence extrême du pouvoir islamique de l’Inde ne soit liée à ces origines aux yeux d’Ibn Battûta. Comme tous les souverains issus du monde turc, le sultan de Delhi fait porter devant lui en procession la ghashiya, housse de selle du cavalier des steppes, et bannière des victoires du nouvel Islam52. Mais l’Inde partage aussi avec l’ensemble du monde turc, depuis l’Egypte mamelouke jusqu’au Jaghataï et au Qiptchaq, des châtiments neufs, répandus par les succès mongols, que la Loi religieuse n’envisage pas, bien sûr, et que la tradition arabo-persane de l’empire des premiers siècles ignorait tout autant. Les plus communs consistent à fendre en deux les condamnés, ou à les empaler ; les plus atroces à les écorcher vifs, puis en empailler les cadavres pour les exposer53. La terreur naturelle que ces supplices inspirent est encore renforcée chez le Maghrébin par leur nouveauté. S’il est réservé quand il s’agit de juger le sultanat, Ibn Battûta est plus explicite sur les émirats locaux, en particulier sur l’émirat de Madura, fondé en pays tamoul par un ancien sipah du sultanat qui y mène une guerre impitoyable aux Hindous. L’auteur est aussi enthousiaste dans sa description des brillantes victoires de l’émir – parmi les plus spectaculaires de l’Islam indien – que choqué par les exterminations dont il se rend coupable à l’égard des plus humbles paysans infidèles, et qui n’épargnent ni femmes ni nouveaux-nés. Avant même qu’un remède destiné à raviver la vigueur sexuelle ne vienne à bout du glorieux massacreur, la peste avait frappé sa famille, sa mère, son fils unique, et son peuple – c’est à Moutra/Madura, sur les terres de l’émirat tamoul, qu’Ibn Battûta semble l’avoir rencontré pour la première fois en 1344, et il ne craint pas d’y voir un châtiment divin54.

  • 55 À cette assertion, il faut immédiatement objecter le cas des Afghans, encore assez neufs sur la sc (...)
  • 56 Voyages, II, p. 324-331.
  • 57 Voyages, II, p. 351-352. Là encore, comme lorsqu’il est mis en présence des châtiments turcs, Ibn (...)
  • 58 Voyages, III, p. 156-161.
  • 59 Ibid., p. 241 (pour les Maldives), III, p. 256 (pour le pays tamoul), III, p. 316-317 (pour la mon (...)

31Si la guerre est turque, l’empire est persan55. L’évidence de l’hégémonie de la langue persane s’impose au voyageur dès l’Indus atteint. Ibn Battûta multiplie en quelques pages les traductions de noms, de toponymes ou d’institutions, pour la plupart persans, à la fois pour faire montre de sa capacité linguistique auprès de son lecteur arabe maghrébin, et pour l’avertir de son entrée dans un monde différent56. Comme l’arabe dans l’empire abbasside, le persan déborde largement les frontières de la religion musulmane pour s’étendre à l’islamique, c’est-à-dire à l’ensemble des mœurs et des pratiques des populations soumises au pouvoir de l’Islam. Ainsi les femmes hindoues de qualité qui choisissent le suicide par le feu à la mort de leur époux – coutume indienne par excellence, totalement étrangère à l’islam – prononcent leurs dernières paroles en persan57. Capturé par des Hindous en plein pays païen près d’Aligarh, Ibn Battûta n’a d’autre recours que le persan pour tenter d’attendrir ses gardiens comme pour comprendre son sauveur58. En pays tamoul, aux Maldives, il communique par le biais des rares indigènes qui entendent le persan, dont il faut rappeler qu’il était assez largement utilisé par l’administration Yuan – de la dynastie mongole de Chine59.

  • 60 Voyages, II, p. 422-424 et aussi, III, 137.
  • 61 Voyages, II, p. 455.
  • 62 Ibid., p. 433-434. Pour faire mentir (et donc confirmer) le stéréotype de la libéralité arabe, cet (...)
  • 63 Ibid., p. 440 et suivantes.
  • 64 De la famille des Khudawandzadeh ; Voyages, II, p. 292, note 82. Ce même Sayyid, descendant du Pro (...)
  • 65 Voyages, III, p. 120.
  • 66 Voyages, III, p. 120.

32Enfin et surtout la dynastie et la cour parlent persan, à commencer par le souverain. Dans le récit de sa première entrevue avec Muhammad ibn Tughlûq, Ibn Battûta s’attache à rapporter si exactement l’instant qu’il cite les paroles du prince en persan60. En ce sens, il serait erroné de conclure, d’après les origines de sa famille, que Muhammad ibn Tughlûq est « Turc ». Il est le pouvoir, le sultanat, probablement le seul, dans un monde islamique d’où les Ilkhans viennent de disparaître, qui puisse se comparer, par son faste et sa puissance, par tous les caractères de l’Etat islamique qu’il a rassemblés, au sultanat des Mamelouks du Caire. Ce qui converge en sa personne, ce sont les héritages de l’empire et du califat, en particulier la gestion des peuples qui servent le trône selon les stéréotypes que la culture classique a enracinés dans le patrimoine du pouvoir islamique. Ainsi les Turcs sont fidèles mais brutaux et ignorants. Une seule anecdote suffit à le dire. Le sultan ordonne à deux juristes du Sind (qui se réclament donc d’une origine arabe) de gérer une province de concert avec un commandant militaire turc. Comme de coutume dans la tradition des oulémas, les juristes refusent les fonctions d’autorité, et n’acceptent que le contrôle des actes du gouverneur militaire. « Certes, votre but est de manger et dissiper mes biens, et d’attribuer cela à ce Turc ignorant » répond le souverain, et il les fait exécuter61. N’y voyons bien sûr aucune hostilité de principe aux Arabes, que le sultan vénère comme la nation du califat, et donc comme le garant de tout pouvoir islamique. Muhammad ibn Tughlûq reçoit avec une chaleur et un éclat particulier un héritier des Abbassides, au point de placer sa nuque sous le pied de l’Arabe après un incident dont il s’attribue le tort62. Un peu plus tard, on l’a dit, il honore un important chef bédouin de Syrie en lui offrant sa sœur en mariage63. C’est dans ce contexte d’empire, dont le souverain n’appartient par définition à aucun des groupes, mais arbitre leurs querelles et pèse leur juste mérite au regard des exemples de l’histoire des empires islamiques, qu’il faut comprendre les mots d’Ibn Battûta. Comme le sultan demande à ses proches, dont il est désormais, de désigner les fonctions qu’ils convoitent dans l’Etat, un Sayyid persan de Tirmidh revendique aussitôt le vizirat et la chancellerie64. Ibn Battûta, interrogé en arabe, déclare : « Les fonctions de vizir ni celles de secrétaire ne sont faites pour moi ; quant à la dignité de juge ou de shaykh, c’est là mon occupation et celle de mes ancêtres. Quant aux charges militaires, vous savez bien que les barbares (‘Ajam, en fait les Persans) n’ont adopté l’islam que forcés par les sabres des Arabes ». Propos qu’on pourrait tenir pour étrangement anachroniques si le but n’en était pas de confirmer le lieu commun d’un discours dans l’endroit précis et presque unique où on peut le tenir, c’est-à-dire la cour de l’empire, héritier du califat et par conséquent des querelles de la shu‘ûbiya65. Le souverain est informé de ces propos, sans doute par des ennemis du géographe qui entendent souligner l’offense faite aux Persans, voire aux Turcs dont il est. Mais précisément, dans sa fonction de souverain, il n’est pas Turc, mais héritier des sultans et des califes, et garant des topoi impériaux. Il approuve les mots d’Ibn Battûta, qu’il désigne comme juge, bien que ce juge ne parle pas la langue de ses justiciables, mais auquel, bien sûr, il ne confie aucune fonction militaire, comme l’impliquerait à première vue son assentiment au discours guerrier du Maghrébin66.

  • 67 Voyages, III, p. 145-146
  • 68 Voyages, II, p. 442-443. Ibn Battûta est un peu plus loin traité d’Arabe de Berbérie qui casse les (...)

33Cet arbitrage de la vénérable querelle de la shu‘ûbiya s’entend dans les deux sens. Les Arabes forment clan, par fonction lié aux hommes de religion. La faute de l’un d’entre eux retombe sur tous. Ibn Battûta échappe de peu à la disgrâce et à l’exécution pour avoir fréquenté un saint homme qui osa tenir tête au sultan et en mourut sous la torture67. Il pâtit surtout de l’arrogance du bédouin syrien dont le prince a fait son beau-frère, et qui blesse dans une querelle un huissier du palais. Les termes méprisants du parti iranien de la shu‘ûbiya reviennent spontanément aux lèvres du prince : « Exilez le mangeur de rats » (mush khor), entendons l’Arabe68.

Le monde turc

  • 69 Ibid., p. 428.
  • 70 Ibid., p. 146.
  • 71 Voyages, II, p. 314, 364.
  • 72 Ibid., p. 174-175.
  • 73 Voyages, I, p. 392.
  • 74 Voyages, II, p. 168-169.
  • 75 Voyages, I, p. 451, 457.

34Des trois espaces d’expansion de l’Islam médiéval, l’Inde, par la puissance de ses sultans et la solidité d’une foi exaltée par le jihâd, par l’articulation raffinée des fonctions, des discours et des groupes ethniques qui appuient l’Etat, est le plus proche des modèles impériaux. Le monde turc et l’Afrique en sont, pour les résumer brièvement, des versions mutilées, des ébauches déficientes ou manquées. Dans le monde turc, c’est l’Etat qui fait défaut. Cette violence que le sultanat de Delhi mobilise au service du jihâd déborde sans mesure au centre du monde musulman. Après la chute des Ilkhans, l’Iran se divise en principautés, dont les roitelets déploient un pouvoir arbitraire. L’un d’eux reproche aux oulémas d’une petite ville du Fars d’avoir tardé une heure à lui faire allégeance, et donne l’ordre en turc à ses soldats de les mettre tous à mort69. En Anatolie, l’émirat des Germiyanoghlu de Kütahya est tenu pour une entreprise de brigandage, propos qui décrit d’ordinaire les tribus bédouines étrangères au gouvernement d’un État70. À deux reprises, Ibn Battûta rapporte la même histoire. Il acquiert un jeune esclave turc, dont un vénérable shaykh le convainc de se séparer. Quelques semaines, quelques mois plus tard, il apprend que ce jeune esclave a tué, un enfant dans le premier cas, son maître dans le second (et qu’il a été exécuté dans les deux cas)71. Cette assez claire allusion aux tribulations de Mûsâ et d’al-Khidr donne probablement le sens ultime du topos turc chez Ibn Battûta : un peuple ébauché, à demi révélé, encore à demi dissimulé, dont on connaît la barbarie, dont on espère la pleine conversion. Les preuves de la sauvagerie abondent encore : on a vu que l’émir de Magnésie faisait sécher le cadavre de son fils dans un cercueil suspendu72 ; un autre, dans le Fars, ivrogne opiniâtre, demande à Ibn Battûta et à ses compagnons de danser pour la guérison de son fils unique agonisant – probablement à la manière des derviches73. L’abandon du statut des dhimmis – à Birgi, dans la vallée du Méandre récemment conquise, un médecin juif est placé au dessus des lecteurs du Coran, et c’est à Ibn Battûta qu’il revient encore de faire respecter le droit74 – tout comme la liberté des femmes relèvent des dérèglements d’une société sans gouvernement véritable, sans institutions et sans cour. Les sultans des Ilkhans conviaient leurs épouses à contresigner leurs actes, et au marché de Tabriz, les joailliers font présenter leurs joyaux par de jeunes et beaux esclaves mâles qui attirent des foules de femmes turques – puisse Dieu nous préserver du pareil, conclut l’auteur75.

  • 76 Voyages, II, p. 223.
  • 77 Ibid., p. 206, 220 ; pour l’Inde Voyages, III, p. 133. Ce lien établi entre la cuisine du sucre et (...)

35Un des aspects les plus futiles d’apparence, mais des mieux enracinés dans le propos d’Ibn Battûta, c’est l’aversion des Turcs pour les pâtisseries, et leur penchant pour l’aigreur du lait de jument, le fameux kimmiz. L’auteur ne peut éviter de goûter celui que lui tend la souveraine du Qiptchaq, et n’y trouve aucun agrément76 À l’inverse, les sucreries d’Ibn Battûta, très appréciées à la cour de Delhi, sont dédaignées, voire même sèchement refusées dans le Qiptchaq77.

  • 78 Voyages, II, p. 287-293.
  • 79 Ibid., p. 198-199.
  • 80 Ibid., p. 140-141, 145-148, et pour les Kurdes, Voyages, I, p. 384.

36Le monde turc est privé d’un gouvernement ferme, mais non d’une foi solide. En Transoxiane, une ultime réaction mongole, au nom du yasak gengiskhanide, a été finalement vaincue par les partisans de l’islam en 1334-133578. En Anatolie en particulier, comme le note Stéphane Yérasimos, règne une orthodoxie sourcilleuse, et même naïve. À Sinope, Ibn Battûta et ses compagnons, soupçonnés de shiisme, à cause de l’usage malikite qu’ils observent dans la prière, les mains le long du corps, doivent manger du lièvre pour se défaire de l’accusation79. Mais surtout, l’Anatolie entière, tout comme certaines parties du Zagros kurde, est couverte d’un réseau de confréries qui pallient la déficience de l’Etat en accueillant voyageurs et pèlerins. Ces « frères » offrent au total l’hospitalité la plus largement désintéressée, la plus réellement musulmane – parce qu’elle est dégagée des enjeux d’un pouvoir princier – dont Ibn Battûta ait jamais bénéficié80.

  • 81 Voyages, II, p. 164 et 167.
  • 82 Voyages, II, p. 285. C’est ce même prince qui sera renversé peu après par la révolte des sectateur (...)
  • 83 Ibid., p. 183.

37Il est d’autant plus regrettable qu’un islam aussi pur soit incompréhensible. Car l’absence de sultanat n’a pas permis le partage des charges, des ethnies et des langues dont l’Inde offre l’exemple. Elle prive les Turcs des lumières de la langue arabe, que presque personne ne parle, hors, comme de coutume, quelques pèlerins. À deux reprises seulement, à Aydin et à Birgi, dans les terres du Méandre, Ibn Battûta mentionne des souverains, d’ailleurs parents, préoccupés de leçons d’arabe, ou de traduction du hadith81. Plus à l’est, en Transoxiane, la faiblesse de la monarchie, dont le persan est la langue naturelle, l’établit dans le rôle religieux qui devrait revenir à l’arabe. Un prédicateur intraitable y rabroue en persan le prince turc, qui lance à Ibn Battûta, l’Arabe témoin de la scène : « Quand tu seras retourné dans ton pays, racontes-y qu’un fakir persan agit de la sorte avec le sultan des Turcs82 ». On peut tirer la même conclusion d’un épisode ottoman. Ibn Battûta et ses compagnons ont perdu leur interprète. Ils sont accueillis par des confrères qui ne les comprennent pas, et font appel à un faqîh dont ils pensent qu’il parle l’arabe, mais qui ne sait en fait que le persan. L’homme s’excuse auprès de ses compatriotes en prétendant que les voyageurs parlent un arabe ancien, qu’il ne comprend pas – ce qui rehausse encore leur prestige auprès des confrères, persuadés d’entendre la langue même du Prophète83.

  • 84 Voyages, III, p. 241 pour les Maldives.
  • 85 Voyages, II, p. 155 sur le fait que Rûmî était incompréhensible, même pour ses disciples.
  • 86 Ibid., p. 187, 209 ; « beurre » (samn) en arabe ressemble à « paille » en turc, et « millet » sonn (...)

38Anecdote significative. Jamais, à l’exception peut-être des Maldives, qui partagent avec le monde turc la profondeur de la dévotion et la faiblesse de l’Etat, Ibn Battûta ne se plaint autant de ne pas comprendre, et de n’être pas compris84. Mais cette plainte n’est pas un reproche adressé à ceux qui ne parlent pas la langue fondatrice de l’Islam, celle qui lui permettra en Inde d’aspirer aux plus hauts emplois ; plutôt un regret, à constater à la fois le prestige dont jouit l’arabe, et l’usurpation du persan – au sens propre le rôle déplacé que la langue des Etats joue ici dans les mosquées et les couvents. Rûmî l’incompréhensible Persan est le héros de cette rencontre manquée de l’Arabe Ibn Battuta avec le monde turc85 ; ce que souligne encore la confusion des termes et des prononciations, très exceptionnellement relevée86.

L’Afrique

  • 87 En signe de l’anomalie que porte l’humanité noire du continent, les données naturelles elles-mêmes (...)
  • 88 Voyages, III, p. 411. Dans la capitale du royaume, qu’Ibn Battûta nomme Mallî, le quartier des Bla (...)
  • 89 Ibid., p. 419-420.
  • 90 Ibid., III, p. 425.
  • 91 Ibid., p. 412-414. Pour tout don après son entrevue, Ibn Battûta ne reçoit que trois pains, un mor (...)
  • 92 Voyages, III, p. 126.
  • 93 Ibid., p. 421-422.

39Le monde turc associe monarchie faible et dévotion forte. On pourrait presque définir à l’inverse l’Afrique islamique – c’est-à-dire pour l’essentiel le Mali et l’Islam de la vallée du Niger qu’Ibn Battûta parcourt tardivement, et au total assez brièvement. Il est clair qu’il n’a pas aimé l’Afrique, dont il avait déjà effleuré la Corne orientale dans ses premières pérégrinations, et il est non moins certain que les préjugés raciaux ne sont pas étrangers à la mauvaise opinion générale qu’il a conçue du continent87. Si on dépasse cette réticence, on est surpris de constater autant de dégoût pour une région du monde où la langue arabe, au contraire de ce qu’on a constaté dans le domaine turc, tient une place de choix. Ici l’arabe est indiscutablement la langue de la mosquée, et des cimetières88. La prédication se fait, semble-t-il, en arabe89. Et la mosquée sert de refuge inviolable à ceux qui ont encouru la colère du souverain, en particulier parmi ses femmes90. Mais le pouvoir, réglé avec une pompe presque aussi remarquable que celui de Delhi, est redoutablement imperméable à la langue arabe. Alors qu’il lui avait été permis d’adresser la parole au Maître du Monde (c’est-à-dire au sultan de Delhi), Ibn Battûta ne reçoit l’autorisation de parler à Mansa Sulaymân, bien plus petit prince aux yeux de qui juge les rois à leur générosité comme Ibn Battûta, que par le truchement de son griot Dougha91. Non plus que Sulaymân, Muhammad ibn Tughlûq ne parlait l’arabe, mais il aimait à entendre déclamer la poésie arabe92. Au contraire, le roi du Mali se complaît dans les poèmes barbares et leur gestuelle loufoque93.

  • 94 Ibid., p. 401-402 : « Et cela uniquement du fait de son mépris pour (les hommes blancs) » souligne (...)
  • 95 Surtout si elles ont à solliciter son pardon, Voyages, III, p. 424, 427-428.

40Il ne s’agit pas (seulement) de fautes de goût, mais de l’attachement calculé d’un pouvoir fort au versant païen de la société africaine, et d’un véritable défi lancé aux Blancs et aux Arabes, maîtres de la mosquée. L’Etat du Mali est assez policé pour que sa frontière, au sortir du Sahara il est vrai, soit au moins aussi nettement marquée que celle du sultanat de Delhi. Mais dans la ville frontière de Walata, le gouverneur, qui le comprend, refuse de parler l’arabe, ou même de l’entendre si ce n’est par le moyen d’un interprète94. C’est là probablement le plus grave. Ibn Battûta a déjà été confronté, aux Maldives, à l’excessive nudité des femmes. Mais le pouvoir politique lui a demandé de combattre cette coutume ancienne au bénéfice de la norme musulmane – ce qu’il a fait, d’ailleurs sans succès. Au contraire ici, le pouvoir défie ouvertement la pudeur et la Loi de l’Islam en instituant la nudité féminine comme la norme en présence du souverain. Ses parentes, les femmes de condition, se dépouillent de leurs vêtements avant d’être admises en sa présence95. Même le jeûne ne rompt pas l’habitude et pendant la nuit du destin, le 27 du mois de Ramadan, Ibn Battûta a vu sortir du palais une centaine de jeunes femmes, toutes entièrement nues. Sans doute la coutume veut-elle que les esclaves et les petites filles aillent nues. Mais le monarque, loin de la combattre, l’approuve et l’étend au bénéfice de sa propre gloire et au détriment de l’islam.

  • 96 Ibid., p. 422. D’une cérémonie d’hommage au roi, Ibn Battûta dit qu’elle est très ancienne, et ant (...)
  • 97 Ibid., p. 431. Une esclave est offerte aux païens, qui la dévorent.
  • 98 En fait c’est la Chine (païenne et mongole) dont les coutumes blâmables sont mises en relation ave (...)

41Pour le dire en un mot, le pouvoir respecte la mosquée, mais il exige d’elle qu’elle respecte ses origines païennes, comme le montre la pratique même des griots96. La société du Mali montre la même primitive liberté de mœurs féminines que celle des Turcs. Les femmes y reçoivent en présence de leur mari des étrangers qu’elles accueillent sur leur lit. L’Arabe peut en rire, dénoncer la bêtise de ces peuples sans jalousie. Mais le pouvoir du Mali va plus loin. Il regarde vers cette Afrique affreusement anthropophage avec laquelle il commerce97, qui enterre ses rois avec leurs serviteurs sacrifiés à la grandiloquence du pouvoir98. Au total, le refus de l’arabe, au Mali, dit beaucoup plus clairement le rejet de l’islam, quand il s’agit du pouvoir, que l’ignorance de l’arabe chez les Turcs.

Notes

1 Lejeune Philippe, Le Pacte autobiographique, Paris, Éditions du Seuil, 1975.

2 Ibn Battûta, Voyages, Paris, Éditions FM/La Découverte, Paris, 1982. C’est cette traduction que j’ai utilisée et qui sera désormais notée Voyages.

3 Voyages, III, p. 57 ; Ibn Khaldûn, Le Livre des Exemples, trad. Abdesselam Cheddadi, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2002, p. 457 ; Muqaddima, Bayrouth, Dâr al-Kutub al-‘Ilmiya, p. 192-193.

4 Usâma Ibn Munqidh, Les Enseignements de la vie, trad. André Miquel, Paris, Imprimerie nationale, 1983, p. 65-71.

5 Voyages, I, p. 72-73.

6 Voir Touati Houari, Islam et Voyage au Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil, 2000, p. 35-38 en particulier.

7 Pour l’étude détaillée d’un de ses réseaux, dont on voit l’émergence au xiie siècle, voir Urvoy Dominique, Les Oulémas andalous, Genève, Droz, 1978.

8 Un autre exemple tout différent serait la Rihla d’Ibn Khaldûn. Ibn Battûta tient une position intermédiaire entre les deux, moins strictement attentif aux maîtres qu’Ibn Jubayr, moins fasciné par les rois qu’Ibn Khaldûn.

9 « Lorsque le pèlerinage fut terminé, je me dirigeai vers Djedda afin de m’embarquer vers le Yémen et l’Inde, mais cela ne me réussit pas… » (Ibn Battûta, Voyages, op. cit., t. II, p. 131).

10 Voyages, II, p. 422, sur le fait que nul ne réussit jamais à rapporter chez lui les fabuleuses richesses acquises en Inde.

11 Les exemples les plus frappants en sont les révoltes et les usurpations de Khurraw Khan, Voyages… II, p. 390-397 ; de ‘Ayn al-Mulk, III, p. 86-93 ; ou l’aventure d’Ibn Battûta lui-même perdu en milieu exclusivement hindou et hostile dans la région d’Aligarh, III, p. 156-168.

12 Voyages, I, p. 377

13 Ibid., p. 379.

14 Voyages, II, p. 274-275.

15 Ibid., p. 299.

16 Entre Shiraz et Ispahan, le pays est presque entièrement turc, Voyages, I, p. 402-403 ; et ces populations frustes, tout comme les Turcomans d’Anatolie, suivent des usages contraires à ceux de l’Islam, comme l’émir de Magnésie qui fait sécher en suspension le corps de son fils mort, Voyages, II, p. 175, ou les populations du Zagros dont les cérémonies de condoléances sont païennes, Voyages, I, p. 393-395. De même Karbalâ est ruinée Voyages, I, p. 435.

17 Comme le dit bien, en d’autres termes Stéphane Yérasimos dans son introduction. Dans le vieux monde « arabe », Ibn Battûta ne fréquente que les savants. Ailleurs, et surtout en Inde, il est le familier des rois.

18 Je reprends ici le terme qu’André Miquel a choisi pour désigner la géographie de l’An Mil à son apogée, celle des al-Masâlik wa-l-mamâlik.

19 Voyages, III, p. 223-224, 225-226.

20 Ibid., p. 229, 246.

21 Voyages, I, p. 432, à Bîr Mallâha, entre Kûfa et al-Hilla. D’une manière générale, tout le sud de l’Iraq, déjà profondément shiite, est suspect. On ne peut pas prononcer sans danger, si on veut y mettre une nuance de louange, le nom du premier calife à Najaf comme à Karbalâ, à Hilla comme à Bahrayn, à Qûm, à Kashân ou à Tûs-Mashhad (I, 378) ; et la division frappe toutes les cités, comme Kûfa, al-Hilla ou Karbalâ qui ont succombé à l’hérésie (I, 429, 432, 435 respectivement). Stéphane Yérasimos note que ces prétendues divisions ne nous sont connues que par Ibn Battûta.

22 Voyages, I, respectivement p. 199 et p. 192-193.

23 Voyages, III, p. 160.

24 Voyages, II, p. 385

25 Voir Veinstein Gilles, Résumé des cours au collège de France, 2006-2007, sur la lettre que Mehmet II envoie au sultan mamelouk pour lui annoncer officiellement la chute de Constantinople en 1453 : « Je suis désormais le maître du jihâd comme tu es celui du pèlerinage ». Ce sont ces deux obligations, l’une personnelle et l’autre collective, souvent substituées l’une à l’autre dans la pratique de l’islam classique (le calife Hârûn accomplissait l’une ou l’autre alternativement chaque année), et qui constituent une sorte de confins des « piliers » de la foi, qui définissent le mieux cet Islam des confins géographiques.

26 Voyages, II, respectivement p. 91-92 et 84.

27 Voyages, III, p. 420. Ibn Battûta attribue ce trait en particulier au sultan régnant Muhammad ibn Tughlüq, mais d’évidence, la place centrale dévolue aux étrangers, que le sultan nomme a‘izza, les « illustres », est un trait constant du pouvoir islamique indien.

28 Voyages, III, p. 89-93.

29 Voyages, II, p. 461, l’exemple de deux frères venus du Ferghana, exécutés pour avoir tenté de regagner leur pays.

30 Voyages, II, p. 463-465.

31 Voyages, II, p. 348. Le Sind, conquis dès le début du viiie siècle, sous les Omeyyades, est réputé distinct de l’Inde, et ses habitants se réclament d’une origine arabe, Voyages, II, p. 330.

32 Voyages, III, p. 87, 89 : « Les émirs du Khurasân, ainsi que tous les étrangers, étaient ceux qui craignaient le plus ‘Ayn al-Mulk, parce qu’il était Indien. Or les indigènes haïssaient beaucoup les étrangers, à cause de la faveur dont ceux-ci jouissaient auprès du sultan… Dans l’armée du vizir (que le rebelle attaque), il y avait les Persans, les Turcs et les Khurâsaniens, qui étaient les ennemis des Indiens ; en conséquence ils combattirent vigoureusement. Les troupes de l’insurgé comptaient environ 50 000 hommes, qui furent mis en fuite au point du jour ».

33 Voyages, III, p. 217-220.

34 Voyages, III, p. 269-276. C’est dans les États de ce petit souverain qu’Ibn Battûta est témoin de la première épidémie de peste qu’il rapporte.

35 Voyages, III, p. 310-313.

36 Voyages, II, p. 347-348.

37 Ibid., p. 391-392. Faiblesse physique qui n’exclut ni la bravoure, ni la loyauté. Un prince hindou donne sa vie pour ne pas trahir la promesse faite à un musulman réfugié à sa cour, Voyages, III, p. 71-72.

38 Voyages, II, p. 440-443.

39 Ibid., p. 148.

40 Voyages, III, p. 431-435.

41 Voyages, I, p. 429 et 382 respectivement.

42 Voyages, II, p. 71 et 134 pour l’arabe bédouin des Béja, p. 86 pour le sultan de Mogadiscio, qui parle le « mogadiscien » (somali), mais qui comprend l’arabe.

43 Ibid., p. 440-443.

44 Ibid., p. 320.

45 Voyages, III, p. 302-304, en particulier à Sumatra. L’aloès est musulman, le cocotier infidèle.

46 Voyages, II, p. 307-308, sur les esclaves indiennes ramenées au Khûrâsân par les raids turcs (ces esclaves avaient les oreilles percées pour les distinguer des musulmanes) ; p. 316 sur l’étymologie (fausse) du nom de la chaîne de l’Hindou Kouch (« qui tue les hindous ») à cause de l’étendue des pertes que les caravanes d’esclaves subissaient dans sa traversée ; et III, p. 113-114, sur le très faible prix (mais la très mauvaise qualité) des esclaves en Inde, du fait ces razzias permanentes en terre infidèle.

47 Voyages, II, p. 343-347, sur la fertilité de la terre indienne et les deux récoltes annuelles qu’on en tire.

48 Voyages, II, p. 404, 417 dans le portrait de Muhammad ibn Tughlüq ; III, p. 118 pour la description de l’événement. Ibn Battûta insiste sur l’épisode, bien qu’il sache (ou peut-être parce qu’il sait) que cette description provoque généralement le scepticisme chez le lecteur ou l’auditeur. C’est en effet ce point que choisit de souligner Ibn Khaldûn quand il émet des doutes sur la relation d’Ibn Battûta.

49 Qu’il arrive à Ibn Battûta d’admirer ou de plaindre, on va y revenir : l’auteur condamne ainsi les massacres indiscriminés et gratuits que pratique le sultan de Madura contre les indigènes ; Voyages, III, p. 269-275.

50 Voyages, III, p. 71 (pour le rapprochement entre les langues franques et les langues indiennes) ; II, 330 (pour les lézards, dont Ibn Battûta remarque la consommation impure qu’en font les Hindous dès ses premiers pas en terre indienne ; mieux vaudrait sans doute dire qu’il attendait ces preuves d’impureté alimentaire avec celle de l’Infidélité) ; III, p. 196 et p. 425 respectivement sur l’exactitude (et la cruauté) de la justice chez les Hindous et chez les Africains.

51 Voyages, III p. 204. C’est à l’extrême sud du domaine musulman, dans le nord de l’actuel Kérala, dans une petite et vaillante communauté cernée plus que d’autres par un océan d’Infidèles, qu’Ibn Battûta trouve « l’arbre du témoignage », dont chaque feuille porte la formule de la shahâda, lâ ilaha illâ-llahu, wa-Muhammadu rasulullah.

52 Ibid., p. 114.

53 Voyages, II, p. 332-333. C’est l’un des premiers traits qui frappent Ibn Battûta à son arrivée au bord de l’Indus. La révolte récente de la ville de Sehwân, dans le Sind, a laissé subsister sur les remparts des dizaines de corps empaillés et mis en croix, et un monticule de têtes coupées. « Lorsque je me réveillais la nuit, je voyais ces peaux suspendues, et mon corps se contractait à ce spectacle » nous dit l’auteur.

54 Voyages, III, p. 269-276. À la suite du récit de l’extermination systématique des paysans hindous empalés, de leurs femmes égorgées et attachées par leurs cheveux aux pals de leurs maris, et de leurs nouveaux-nés massacrés sur leurs mères, Ibn Battûta conclut : « Ce fut pour cela que Dieu hâta la mort de Ghiyâth al-Dîn », III p. 272.

55 À cette assertion, il faut immédiatement objecter le cas des Afghans, encore assez neufs sur la scène de l’histoire indienne, où ils vont bientôt s’imposer avec éclat, pour qu’Ibn Battûta peine à les définir. Il les qualifie de brigands – ce qui les place parmi les populations « bédouines » aux côtés des Kurdes ou des Arabes de la bâdiya – mais il les classe aussitôt comme Persans, ce qui implique des traits de culture presque opposés ; Voyages, II, p. 319-320. Dans les années 1340, Ibn Battûta est témoin de la révolte de la grande famille afghane des Lodi, qui s’emparera au xve siècle du sultanat de Delhi, mais qui détermine pour l’heure la sécession du Deccan et la naissance de l’émirat bahmanide, Voyages, III, p. 97-100.

56 Voyages, II, p. 324-331.

57 Voyages, II, p. 351-352. Là encore, comme lorsqu’il est mis en présence des châtiments turcs, Ibn Battûta défaille.

58 Voyages, III, p. 156-161.

59 Ibid., p. 241 (pour les Maldives), III, p. 256 (pour le pays tamoul), III, p. 316-317 (pour la monnaie en Chine).

60 Voyages, II, p. 422-424 et aussi, III, 137.

61 Voyages, II, p. 455.

62 Ibid., p. 433-434. Pour faire mentir (et donc confirmer) le stéréotype de la libéralité arabe, cet Abbasside était, selon l’auteur, d’une avarice sordide.

63 Ibid., p. 440 et suivantes.

64 De la famille des Khudawandzadeh ; Voyages, II, p. 292, note 82. Ce même Sayyid, descendant du Prophète, mais totalement iranisé, ne parle pas l’arabe ; III, p. 122.

65 Voyages, III, p. 120.

66 Voyages, III, p. 120.

67 Voyages, III, p. 145-146

68 Voyages, II, p. 442-443. Ibn Battûta est un peu plus loin traité d’Arabe de Berbérie qui casse les oreilles avec son arabe que personne ne comprend ; Voyages, III, p. 130.

69 Ibid., p. 428.

70 Ibid., p. 146.

71 Voyages, II, p. 314, 364.

72 Ibid., p. 174-175.

73 Voyages, I, p. 392.

74 Voyages, II, p. 168-169.

75 Voyages, I, p. 451, 457.

76 Voyages, II, p. 223.

77 Ibid., p. 206, 220 ; pour l’Inde Voyages, III, p. 133. Ce lien établi entre la cuisine du sucre et le raffinement de la civilisation entre sans doute dans l’anecdote ambiguë de la conversion mystique de Rûmî pour l’amour d’un jeune pâtissier, Voyages, II, p. 155. En outre, en Anatolie, la présence rumie, pour être discrète, n’en est pas moins sensible en particulier dans les nouvelles terres conquises du Méandre. Ibn Battûta y remarque la beauté « romaine » des pages, qui relève du poncif de la littérature classique, Voyages, II, p. 168. Cette présence grecque maintient, à côté de la culture islamique arabo-persane, un autre pôle de référence dans cette région.

78 Voyages, II, p. 287-293.

79 Ibid., p. 198-199.

80 Ibid., p. 140-141, 145-148, et pour les Kurdes, Voyages, I, p. 384.

81 Voyages, II, p. 164 et 167.

82 Voyages, II, p. 285. C’est ce même prince qui sera renversé peu après par la révolte des sectateurs du yasak.

83 Ibid., p. 183.

84 Voyages, III, p. 241 pour les Maldives.

85 Voyages, II, p. 155 sur le fait que Rûmî était incompréhensible, même pour ses disciples.

86 Ibid., p. 187, 209 ; « beurre » (samn) en arabe ressemble à « paille » en turc, et « millet » sonne comme « graisse ».

87 En signe de l’anomalie que porte l’humanité noire du continent, les données naturelles elles-mêmes s’y inversent. Ibn Battûta notait déjà à Mogadiscio qu’il pleuvait pendant les chaleurs, remarque qu’on ne retrouve pas dans le récit indien. Voyages, II, p. 82.

88 Voyages, III, p. 411. Dans la capitale du royaume, qu’Ibn Battûta nomme Mallî, le quartier des Blancs, c’est-à-dire des Arabes et des Berbères, est situé à proximité immédiate du cimetière.

89 Ibid., p. 419-420.

90 Ibid., III, p. 425.

91 Ibid., p. 412-414. Pour tout don après son entrevue, Ibn Battûta ne reçoit que trois pains, un morceau de viande de bœuf frit et une gourde de lait caillé. À son départ, il reçoit cent ducats d’or, non sans avoir dû réclamer. Mince donation venant du maître des légendaires mines d’or d’Afrique.

92 Voyages, III, p. 126.

93 Ibid., p. 421-422.

94 Ibid., p. 401-402 : « Et cela uniquement du fait de son mépris pour (les hommes blancs) » souligne Ibn Battûta.

95 Surtout si elles ont à solliciter son pardon, Voyages, III, p. 424, 427-428.

96 Ibid., p. 422. D’une cérémonie d’hommage au roi, Ibn Battûta dit qu’elle est très ancienne, et antérieure à l’Islam.

97 Ibid., p. 431. Une esclave est offerte aux païens, qui la dévorent.

98 En fait c’est la Chine (païenne et mongole) dont les coutumes blâmables sont mises en relation avec celle des Noirs de l’Afrique – en particulier les sacrifices humains à la mort des rois ; ibid., p. 342-343.

Auteur

Université Paris Ouest Nanterre

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540