Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographes et voyageurs au Moyen Âge

 | 
Henri Bresc
, 
Emmanuelle Tixier du Mesnil

Du pèlerinage à la découverte du monde : voyage et écriture de la géographie

Le Livre de Marco Polo et les géographes de l’Europe du nord au xve siècle

Christine Gadrat

Texte intégral

  • 1 Pour une vision d’ensemble de la tradition textuelle du Devisement du monde, voir Monfrin Jacques, (...)
  • 2 Le total des manuscrits subsistants de Marco Polo est d’environ 140.
  • 3 Ce relevé rapide a été fait à partir de Dutschke Consuelo Wager, Francesco Pipino and the manuscri (...)
  • 4 Ne sont citées ci-après que les versions latines qui ont connu une diffusion dans l’espace germano (...)

1Écrit en français à l’extrême fin du xiiie siècle, le Livre de Marco Polo a rapidement connu une grande diffusion et de multiples traductions dans de nombreuses langues européennes, du vénitien à l’allemand et du catalan au tchèque, en passant par le latin1. Dans les pays germaniques et dans les Flandres, ici considérés sous l’expression « Europe du nord », cette diffusion s’est faite d’abord par le biais de versions latines. Sur environ quatre-vingt manuscrits latins du texte de Marco Polo2, une trentaine provient de cet espace géographique3. Ces manuscrits latins se répartissent en plusieurs versions ou traductions différentes4 :

  • 5 Pour cette datation, voir Dutschke Consuelo Wager, Francesco Pipino, op. cit., p. 216-220.
  • 6 La traduction de Francesco Pipino est présente au moins dès les années 1340-1350 en Angleterre, où (...)
  • 7 Cela semble être le cas du manuscrit de Giessen, Universitäts bibliothek 218 : grand format, texte (...)
  • 8 Comme par exemple le manuscrit de Stuttgart, Würtembergische Landes bibliothek, Hist. 4° 10, qui a (...)

2On y trouve tout d’abord des exemplaires de la traduction de Francesco Pipino, frère dominicain de Bologne, effectuée dans les années 1310-13225, à partir du vénitien. Cette traduction, dont on conserve une soixantaine de manuscrits au total, se diffuse rapidement dans toute l’Europe, de l’Italie à l’Angleterre6 et de l’Espagne à la Bohême. En Allemagne, elle se rencontre principalement dans deux milieux : les milieux universitaires7 et la noblesse8.

  • 9 Domenico di Bandino a utilisé cette version dans son Fons memorabilium universi, composé à la fin (...)

3Une autre traduction latine (la version dite LA), élaborée en Italie d’après une version toscane, avant la fin du xive siècle9, s’est surtout diffusée dans les grands centres religieux autrichiens et allemands, des abbayes bénédictines en particulier : Münstereifel, Tegernsee, Ebersberg, Heidelberg, Schlierbach, Worms, Würzburg, et Erfurt. Un manuscrit provenant de chacun de ces centres a été conservé, tandis qu’un seul pour l’Italie est parvenu jusqu’à nous.

  • 10 Cette troisième traduction, contrairement aux autres, appartient à la branche B de la tradition ma (...)

4Il en est un peu de même d’une troisième traduction latine (appelée L ou Compendium latinum, car elle est un peu résumée), dont les six manuscrits subsistants, tous datés de la fin du xive ou du xve siècle, proviennent soit d’Italie, de Vénétie en particulier, soit des Flandres10.

  • 11 Michiel Streijger, de l’université de Nimègue, et moi-même préparons l’édition de ce résumé, dont (...)

5Dans les régions germaniques, a également été composé un résumé de la première traduction latine, celle de Francesco Pipino, conservé par trois manuscrits, provenant des centres religieux de Melk, de Würzburg et de Tegernsee11.

  • 12 La seconde traduction a été éditée : Der mitteldeutsche Marco Polo, nach der Admonter Handschrift, (...)
  • 13 Marco Polo, Il Milione, op. cit. (éd. Benedetto Luigi Foscolo), p. CXIV.
  • 14 Hellinga Lotte, « Marco Polo’s Description of the far East and the edition printed by Gheraert Lee (...)
  • 15 Markus Paulus Venetus, Reisen en beschryving der oostersche lantschappen, Amsterdam, Abraham Wolfg (...)

6Le texte a aussi été traduit en allemand à deux reprises au xive et au XVe siècle, l’une à partir du vénitien, l’autre à partir du toscan12. Ces deux traductions allemandes connaissent une diffusion manuscrite limitée (seulement trois manuscrits au total), mais la première bénéficie d’une édition imprimée dès 1477 à Nuremberg, par Creussner, suivie d’une seconde impression en 1481 à Augsburg sur les presses de Sorg13. La version latine de Francesco Pipino est quant à elle imprimée en 1485 à Gouda, par Gherard Leeu, conjointement avec le Livre de Jean de Mandeville et le récit de Ludolf de Sudheim14. Il n’existe pas de traduction en flamand avant le xviie siècle15.

  • 16 Voir Milanesi Marica, « La rinascita della geografia dell’Europa. 1350-1480 », in Europa e Mediter (...)
  • 17 La dispersion des trois fils de Noé constitue souvent l’occasion pour les commentateurs d’évoquer (...)
  • 18 Plusieurs chroniques médiévales s’ouvrent sur un exposé géographique, comme les Historiae adversus (...)
  • 19 C’est avant tout pour aider à l’identification des lieux mentionnés dans les textes antiques que B (...)

7Dès le début du xvesiècle au moins, le texte de Marco Polo est donc largement disponible dans les pays germaniques et flamands. Il y a été abondamment lu et utilisé, comme le prouvent l’élaboration d’un résumé, de nombreuses annotations marginales portées sur les manuscrits, ainsi que des emprunts par divers auteurs. Parmi ceux-ci figurent ceux que je désigne, de manière impropre et anachronique, par le terme de « géographes ». La géographie n’existe pas en tant que discipline propre au Moyen Âge, pas même au xve siècle. Mais beaucoup de personnes s’y intéressent alors, à des degrés divers et pour des usages très variés16 : pour commenter la Bible17, écrire de l’histoire18, étudier la poésie latine antique19, ou encore connaître les plantes et les animaux. Ces personnes ne limitent donc jamais leur centre d’intérêt à la seule matière géographique, mais sont aussi, et même principalement, théologiens, historiens, grammairiens, juristes, etc.

8Quatre exemples vont être présentés en détail, consistant en des annotations marginales ou des emprunts textuels faits au livre de Marco Polo, au xve siècle, dans l’Europe du Nord. En examinant la nature de ces annotations et de ces emprunts, je chercherai à définir la perception que l’on avait du Devisement du monde et l’utilisation qu’on en faisait dans cette région et à cette époque.

***

  • 20 Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, Weissenburg 40 ; Gadrat Christine, « Les conceptions d’un (...)
  • 21 Ibid., p. 230.
  • 22 Londres, British Library, Additionnal 19952.
  • 23 F. 30 : « Hanc Mandavil videtur nominare Sandus et aditus ».
  • 24 « De illa eciam Haitonus dicit in speciali » (F. 71v ).
  • 25 La critique que l’on sent dans la note du manuscrit Londres, British Library, Additionnal 19952, f (...)
  • 26 F.45 : « Infra capitulo VIIIe dicitur quod mare Cipangu est in littore Mangi et ideo habet nomen a (...)

9L’occasion m’a déjà été donnée de travailler sur les notes marginales portées sur un manuscrit du Livre de Marco Polo aujourd’hui conservé à Wolfenbüttel20. Ce manuscrit contient le texte de Marco Polo dans la traduction latine de Francesco Pipino, ainsi que les récits d’Odoric de Pordenone, de Riccoldo da Montecroce et de Guillaume de Boldensele. Les marges du texte de Marco Polo sont remplies de notes abondantes, développées et surtout riches de références à d’autres textes de nature géographique, notamment de récits de voyages, avec lesquels l’annotateur confronte et discute les informations apportées par Marco Polo : Hayton, Jean de Plancarpin, Odoric de Pordenone, Jean de Mandeville, Ludolf de Sudheim, Claudius Clavus, Ptolémée, Niccolo de’ Conti. Cet annotateur prolixe est malheureusement resté anonyme, malgré mes efforts pour tenter de l’identifier. Il est néanmoins possible de dater ses annotations de la deuxième moitié du xve siècle et de le situer dans la basse vallée du Rhin, probablement dans la région de Liège21. J’ai depuis découvert qu’un autre manuscrit était lié à ce personnage, ce qui me permet, sinon de connaître son identité, du moins de mieux appréhender son activité, outre le fait qu’il confirme et renforce la plupart des hypothèses formulées auparavant. Ce deuxième manuscrit, contenant aussi le texte de Marco Polo et conservé aujourd’hui à la British Library22, est en fait le premier qu’a eu entre les mains ce personnage. Il l’a annoté, mais de façon moins abondante et en ne faisant que deux références à d’autres textes, c’est-à-dire une fois à Mandeville23 et une fois à Hayton24. Les annotations du manuscrit de Londres peuvent être considérées comme les embryons de celles du manuscrit de Wolfenbüttel. Elles présentent en effet les mêmes caractéristiques, s’appuient sur les mêmes passages du texte de Marco Polo, tout en étant moins nombreuses et moins développées ; on y lit les mêmes réflexions tout à fait originales : attention pour la longueur des déserts, souci de distinguer îles et terre ferme dans l’océan Indien25, identification de Cipangu (le Japon de Marco Polo) à la Chersonèse d’or de Ptolémée, réflexion sur la non visibilité de l’étoile polaire à cause du relief, sur le climat froid de certaines régions, etc. Prenons l’exemple de l’identification de Cipangu à la Chersonèse d’or (la péninsule Malaise chez Ptolémée) : simplement énoncée dans le manuscrit de Londres (Additionnal 19952, f. 66v, « Idest aurea Kersonesus »), elle est démontrée avec application dans le manuscrit de Wolfenbüttel26. L’identité des deux annotateurs ne fait aucun doute : non seulement on y retrouve les mêmes préoccupations, mais la comparaison entre les deux manuscrits révèle aussi que c’est la même main qui a tracé les notes marginales sur les deux manuscrits.

  • 27 Il semblerait que ce soit principalement le texte de Marco Polo qui l’ait intéressé, car les autre (...)
  • 28 Curieusement, ce n’est pas le manuscrit de Londres qui a servi de base à la copie de celui de Wolf (...)
  • 29 Gadrat Christine, « Les conceptions d’un géographe du xve siècle », op. cit., p. 228. L’annotateur (...)

10Et on comprend désormais comment les choses se sont passées : ayant eu entre les mains le manuscrit de Londres, qui a suscité son intérêt27, ce personnage a ensuite mené des recherches dans tous les textes qu’il avait à sa disposition – et il en avait assurément un grand nombre, même si l’on s’en tient à ceux qu’il cite dans ses annotations – pour produire finalement une sorte d’édition commentée du livre de Marco Polo28. Car c’est bien ainsi que se présente le manuscrit de Wolfenbüttel : l’annotateur y a lui-même copié le texte, en prévoyant dans sa réglure l’espace nécessaire à ses annotations et commentaires, qui sont d’une précision remarquable (tous les textes sont en effet cités par leurs livres ou chapitres quand il y a lieu). Par ailleurs, l’analyse du contenu de ces annotations invite à penser que ce personnage a lui-même produit un texte indépendant à partir de ses recherches autour du Livre de Marco Polo et qu’il aurait au moins corrigé, sinon confectionné, une carte29.

11Ce qui paraît particulièrement intéressant dans ce cas, c’est de voir comment la lecture d’un texte, celui de Marco Polo en l’occurrence, a pu être à l’origine de toute une réflexion et une entreprise de commentaire et d’élaboration de savoir géographique.

***

  • 30 Spilling Herrad, « Kritisches Verzeichnis der Londoner Handschriften aus dem Besitz des Nikolaus v (...)
  • 31 Les annotations marginales du cardinal sont éditées par Herrad Spilling, en annexe à l’article cit (...)
  • 32 Spilling Herrad, « Kritisches Verzeichnis… », op. cit., p. 71.
  • 33 Nicolas de Cues, Opera omnia, t. 7 : De pace fidei cum epistola ad Ioannem de Segobia, éd. Klibans (...)
  • 34 Londres, British Library, Additionnal 19952, aux f. 26 (« Naczigai ») et f. 83 (« Nomen Dei »).
  • 35 C’est l’actuel manuscrit Cusanus 107, conservé dans la bibliothèque de l’hôpital fondé à Cues (auj (...)

12Le manuscrit de Londres dont il vient d’être question avait eu, avant celui-ci, un autre lecteur, cette fois-ci bien connu : le cardinal Nicolas de Cues (1401-1464). Ce dernier est même le commanditaire du manuscrit, qui a été copié pour lui en 1445 par Johannes Stam de Cusa à Coblence30. Nicolas de Cues aussi a annoté le texte de Marco Polo31 et s’y est, semble-t-il, beaucoup intéressé. Les variations dans la couleur de l’encre utilisée, ainsi que dans le tracé de l’écriture, laisseraient penser que Nicolas de Cues a porté ses annotations à différentes reprises. Ses principaux centres d’intérêt apparaissent être la toponymie, la religion et un certain nombre de mirabilia. Il a également annoté la Noticia de Machometo de Guillaume de Tripoli32, qui suit le texte de Marco Polo dans ce manuscrit. Son intérêt principal semble ainsi être la religion, aussi bien celle des chrétiens orientaux, nestoriens en particulier, que celle des musulmans ou des « idolâtres ». Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’il ait pu utiliser le récit de Marco Polo dans son De pace fidei33, où il traite des différentes religions du monde et des possibilités de concorde entre elles. Sa citation de Marco Polo concerne la mention d’un dieu unique chez les Tartares ; or, cette information est l’objet de deux annotations de la main de Nicolas de Cues dans le manuscrit de Londres34. Cette utilisation est néanmoins discrète et est complétée par celle, sans doute plus importante, du Contra legem Sarracenorum de Riccoldo de Montecroce, que le cardinal de Saint-Pierre possédait aussi35. S’il est indéniable que le cardinal a détenu et lu le texte de Marco Polo et qu’il s’y est intéressé, il lui était sans doute plus difficile d’en faire un usage abondant dans ses propres œuvres, en raison de la grande différence de propos et de niveau intellectuel.

  • 36 Je n’ai en effet pas pu identifier, dans l’entourage du cardinal de Cues, la personne qui aurait p (...)
  • 37 Gadrat Christine, « Les conceptions d’un géographe du xve siècle », op. cit., p. 209-212 ; sur l’œ (...)
  • 38 Mantese Giovanni, « Ein notarielles Inventar von Büchern und Wertgegenständen ausdem Nachlass des (...)
  • 39 Nicolai de Cusa, Opera omnia, t. XIV : De concordantia catholica, Kallen Gerhard (éd.), Hambourg, (...)
  • 40 Nicolai de Cusa, De concordantia catholica, op. cit.,p.356 : « Romani maiorem mundi partem subiect (...)
  • 41 Ibid., p. 357 : « ut mihi ex Cosmographia Ptolemaei Claudii constat… ».
  • 42 Nicolas séjourne régulièrement à Rome dans les années 1424-1430 (Bianca Concetta, « La biblioteca (...)

13Les échanges entre Nicolas de Cues et l’annotateur anonyme, qu’ils soient directs ou indirects36, ne se limitent pas au manuscrit londonien de Marco Polo, mais concernent aussi un autre manuscrit aujourd’hui disparu. Les recherches menées sur les annotations marginales portées sur le manuscrit de Wolfenbüttel montrent que son propriétaire a eu entre les mains un exemplaire de la Géographie de Ptolémée pourvu des cartes et du texte ajoutés par un certain Claudius Clauson, exemplaire assez proche, mais non identique à celui produit pour et possédé par le cardinal Guillaume Fillastre, qui est le seul exemplaire actuellement connu de cette sorte37. En 1427, en effet, Guillaume Fillastre était entré en possession d’un manuscrit de la Géographie de Ptolémée traduite en latin, comportant les cartes habituelles, auxquelles en était ajoutée une nouvelle, représentant l’Europe du nord et la Scandinavie, œuvre d’un Danois séjournant à Rome. Or, le cardinal de Cues a lui aussi possédé un exemplaire de l’ouvrage de Ptolémée, aujourd’hui perdu, répondant aux mêmes caractéristiques. Comme le manuscrit de Marco Polo, celui-ci n’est pas parvenu à l’hôpital de Cues, mais il est mentionné dans l’inventaire après décès dressé le 9 novembre 1464 à Vicence, sous le titre « gomografia38 ». Surtout, le cardinal utilise cette œuvre dans son De concordantia catholica39, dans le chapitre VI du livre III, où il fait référence aux régions sur lesquelles s’étendait la domination des Romains et par conséquent, aux régions que les auteurs antiques, parmi lesquels Ptolémée, ont pu nommer. Il cite alors la « Norwegia » qui se situe au-delà des bornes de l’empire romain et qui, bien que froide, est pourtant habitée40. Il indique s’appuyer sur la Cosmographie de Ptolémée41. Or, des exemplaires de Ptolémée qui mentionnent la Norvège, à cette date, nous n’en connaissons qu’un : c’est celui du cardinal Fillastre. Nicolas de Cues avait donc à sa disposition un exemplaire semblable à celui de Guillaume Fillastre, c’est-à-dire semblable, pour ne pas dire identique, à celui possédé par l’annotateur anonyme. Il faut noter que Nicolas de Cues se trouvait à Rome précisément au moment où Claudius Clavus y composait le Ptolémée destiné au cardinal Fillastre42 ; il aurait ainsi pu obtenir une autre copie de l’œuvre, qu’il a donc dû donner ou prêter à la personne qui a annoté les deux manuscrits de Londres et de Wolfenbüttel. Sans qu’il soit possible de déterminer le lien précis qui les unissait, il est clair néanmoins que tous deux partageaient le même intérêt pour la géographie, pour la connaissance de régions lointaines, et cherchaient à disposer des œuvres les plus récentes et les plus à jour.

***

  • 43 Derolez Albert, The library of Raphael de Marcatellis, abbot of St. Bavons’s, Ghent, 1437-1508, Ga (...)
  • 44 Cf. Derolez Albert, « The copying of printed books for humanistic bibliophiles in the fifteenth ce (...)
  • 45 Ce manuscrit, parmi les plus grands de sa collection, mesure 505x380 mm.
  • 46 Cf. Westrem Scott D., Broader horizons. A study of Johannes Witte de Hese’s Itinerarius and mediev (...)
  • 47 Chicago, University Library 707 ; Chicago, Art Institute, n° 15334 et Toledo (Ohio), Museum of Art (...)
  • 48 Ce traité est un commentaire à la Géographie de Ptolémée produit par Nicolaus Germanus (Opus miran (...)
  • 49 Laquelle figure également dans la bibliothèque de Raphaël de Marcatellis (Derolez Albert, The libr (...)
  • 50 Ibid., p. 58-69, n° 8 ; p. 86-90, n° 11 ; p. 90-94, n° 12.

14Le troisième exemple est celui de Raphaël de Marcatellis, ou de Mercatel, bâtard du duc de Bourgogne Philippe le Bon, abbé de Saint-Bavon de Gand, évêque in partibus de Rhosus, mort en 1508, qui a possédé lui aussi un manuscrit de Marco Polo, qu’il a fait faire pour lui, comme la majorité des manuscrits de sa riche bibliothèque43. Comme nombre de ses manuscrits également et des textes qui les composent, le texte de Marco Polo de cet exemplaire a très probablement été copié sur une édition imprimée44, en l’occurrence celle de 1485 de la traduction latine de Francesco Pipino. L’abbé de Saint-Bavon était un bibliophile qui préférait aux éditions imprimées qui commençaient à se répandre les manuscrits de grande taille45, copiés sur velin et abondamment, parfois lourdement, enluminés. Le manuscrit en question contient aussi d’autres textes, et c’est cette association qui est intéressante : il s’ouvre par un recueil de citations de philosophes et les Problemata du ps.-Aristote, mais surtout il comprend l’Itinerarium de Jean de Hese, la Lettre du Prêtre Jean ainsi que d’autres lettres imaginaires échangées entre le sultan et le pape46, des Distantiae locorum mundi dont le point de référence est Bruges, le De Terra sancta de Ludolf de Sudheim, Marco Polo, un guide de Terre sainte conclu par une table des distances entre divers lieux de Terre sainte, le Registrum alphabeticum super octo libros Ptolemaei de Johannes Reger, suivi de notes topographiques relatives à la Guerre des Gaules de César. Bien que déjà conséquent, ce volume était auparavant relié à d’autres fragments aujourd’hui conservés dans trois institutions américaines47et contenant les textes suivants : une description du monde tirée du De proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais, un résumé de la description de la Terre sainte par Burchard de Mont Sion, un traité De locis ac mirabilibus mundi48. Ces trois fragments constituaient la fin de l’ensemble du manuscrit. On voit bien que ces textes, consistant principalement d’un côté en des descriptions du monde, de l’autre en des commentaires ou des guides à l’utilisation de la Géographie de Ptolémée49, n’ont pas été regroupés au hasard, mais qu’ils démontrent un intérêt réel pour les questions géographiques, en particulier pour la localisation des lieux et les distances qui les séparent. Dans la bibliothèque de Raphaël de Marcatellis, on trouve de nombreux autres textes qui prouvent encore son intérêt pour la géographie : la Cosmographie d’Ethicus Ister, le traité d’Hayton, le Liber insularum de Cristoforo Buondelmonti, des œuvres géographiques de Pie II50. De façon plus générale, il s’agit d’une bibliothèque humaniste, car, à l’inverse de ses confrères locaux, l’abbé de Saint-Bavon a acquis peu de manuscrits de droit ou de théologie, mais surtout des textes à caractère scientifique ou littéraire, en particulier de nombreux textes d’Aeneas Silvius Piccolomini et d’autres humanistes italiens, si bien que l’homme était surnommé, par dérision, « homo italus ». Même si Raphaël de Marcatellis n’est pas connu pour avoir produit une œuvre où il aurait utilisé ses lectures, son intérêt pour la géographie apparaît en tout cas certain et l’ampleur de sa bibliothèque dans ce domaine montre son souci de disposer d’un ensemble assez complet de textes.

***

  • 51 Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 14583. Sur ce manuscrit, voir Durand Dana Bennett, The Vi (...)
  • 52 Durand Dana Bennett, The Vienna-Klosterneuburg map corpus, op. cit., pl. xiv.
  • 53 Ibid., pl. XVIII.
  • 54 Ibid., p. 176 et 371-372 : « In der gegenwurtigen figur ist pegrifen dye ausztailung der der ( !) (...)
  • 55 C’est le cas dans le manuscrit de Wolfenbüttel déjà cité, où le texte de Mandeville est abondammen (...)
  • 56 Durand Dana Bennett, The Vienna-Klosterneuburg map corpus, op. cit., p. 185 : « Sina », « Manchi » (...)

15À Saint-Emmeran de Ratisbonne au contraire, et ce sera le quatrième et dernier exemple, nous avons des productions issues de la lecture de textes comme celui de Marco Polo. Dans cette grande abbaye bénédictine de Bavière ont été rassemblés dans un même manuscrit plusieurs traités et instruments de connaissance géographique, dont une partie est attribuable à un moine du nom de Friedrich (Fridericus) qui les a copiés et élaborés dans les années 1447-145551. Ce manuscrit contient des éléments d’astronomie, une copie sans les cartes de la Géographie de Ptolémée, avec l’insertion de nombreuses tables de coordonnées, tirées du savant alexandrin et corrigées, actualisées, des traités ou des notes pour la fabrication d’instruments astronomiques, des textes relatifs à la Terre sainte (des extraits de l’Historia Hierosolimitana de Jacques de Vitry, la description de la Terre sainte de Burchard de Mont Sion et un récit de pèlerinage), d’autres extraits de textes géographiques, comme l’Imago mundi d’Honorius Augustodunensis, et enfin des schémas de cours de fleuves52 ou du bassin méditerranéen53. On a donc un mélange d’outils divers (géographiques, astronomiques, descriptifs) destinés à servir à la connaissance géographique et probablement à la construction de cartes, dont ils constituent en quelque sorte les travaux préparatoires. Quelques lignes, insérées dans les folios qui contiennent la Géographie de Ptolémée, annoncent en effet une carte du monde qui auraient été construite d’après les auteurs suivants : Ptolémée, Honorius Augustodunensis, « Marco le Vénitien », Pomponius Mela, mais pas, précisent ces lignes, d’après Jean de Mandeville ou le Lucidarius54. Les raisons pour lesquelles le récit de Mandeville, qui n’est pas considéré comme une fiction au Moyen Âge, est rejeté ne sont pas explicitées. Ce rejet n’est pourtant pas commun ; en général, Mandeville et Marco Polo semblent plutôt mis sur le même pied et jouir d’une égale réputation55. D’après les tables de coordonnées qui figurent dans le même manuscrit, on constate qu’en effet, le Livre de Marco Polo a dû être lu, car plusieurs toponymes proviennent de lui56.

  • 57 Livre II, chapitre 35 de la traduction de Francesco Pipino.
  • 58 F. 32 : « Si super illo flumine 80 dietis ambulatur opportet flumen multum curvis cursibus inceder (...)

16Aux fol. 507-511v de ce manuscrit, se trouve une série de schémas de fleuves qu’il semble intéressant de rapprocher d’une note portée sur le manuscrit de Wolfenbüttel dont il a été question plus haut. Dans son récit57, Marco Polo indique avoir descendu le fleuve Yang-Tsé-Kiang (Yangzijiang) en quatre-vingt jours, ce qui paraît très long à l’annotateur anonyme, qui cherche à expliquer cette longueur du fleuve par un tracé courbe58. Il s’agit d’un souci de compréhension du texte, qui passe par une représentation mentale de l’espace ou la tentative de le représenter manuellement : pour que le fleuve puisse « entrer » dans l’espace qui lui est dévolu sur une carte, il doit nécessairement être dessiné avec des courbes. Cet annotateur pourrait avoir fait un schéma semblable à ceux du manuscrit de Saint-Emmeran.

17Il ne s’agit pas de dire, par ce rapprochement, qu’il y a un lien entre ces deux manuscrits, ni que les deux personnages se connaissent. Aucun élément ne permet d’avancer pareille hypothèse. Mais il s’agit, je crois, d’un même processus de réflexion et d’un même usage des outils géographiques. Avec les notes marginales portées sur le texte de Marco Polo dans les manuscrits de Londres puis de Wolfenbüttel, nous assistons à l’amorce de cette réflexion ; avec les schémas et les tables du manuscrit de Munich, nous voyons les débuts des résultats de ce travail qui devait mener, à son terme, à la construction d’une nouvelle carte.

***

  • 59 Cette ouverture d’esprit, ou plutôt cette recherche de toutes les sources disponibles, n’est pas p (...)

18Dans les pays germaniques et flamands, comme dans le reste de l’Europe, le texte de Marco Polo est donc abondamment lu et utilisé au xve siècle. Il n’est pas du tout rejeté comme un récit de fables, ni tombé dans l’oubli, comme ont pu l’écrire certains historiens modernes. Il est très fréquemment confronté, ou du moins utilisé conjointement, à d’autres auteurs, que ce soit des récits de voyages ou des descriptions du monde. On ne constate pas de séparation entre une culture médiévale traditionnelle, qui ferait appel à des textes médiévaux, et une culture humaniste qui ne reprendrait que des textes antiques et serait fermée à la nouveauté ou à l’apport des voyageurs. Les personnages dont il a été ici question lisent aussi bien Marco Polo que Ptolémée, aussi bien Cristoforo Buondelmonti qu’Ethicus Ister59. Ce qui frappe justement dans ces exemples, c’est que tous ont en commun d’avoir lu et Marco Polo et Ptolémée. Il est donc clair que ces deux types de textes ne s’opposent pas pour eux, mais au contraire se complètent et sont utilisés ensemble pour la constitution de savoirs géographiques. L’un comme l’autre de ces textes ne se suffisent pas à eux seuls, même si l’un d’eux peut être à l’origine de la démarche ; mais il faut rechercher toutes les sources disponibles pour parvenir à une bonne connaissance du monde.

19Quelle utilisation font ensuite ces personnages de tous ces textes, récits de voyages, descriptions du monde, traités de géographique ? Ils écrivent à leur tour des traités géographiques, corrigent ou composent des cartes, mais aussi des traités théologiques ou de spiritualité.

Notes

1 Pour une vision d’ensemble de la tradition textuelle du Devisement du monde, voir Monfrin Jacques, « La tradition du texte de Marco Polo », in Marco Polo. Le Livre des merveilles [Manuscrit 2810 de la Bibliothèque nationale de France, Paris], commentaires de Avril François, Gousset Marie-Thérèse, Monfrin Jacques, Richard Jean, Tesnière Marie-Hélène, Lucerne, Éditions Facsimilé, 1996, p.333-351, réimpr. dans Études de philologie romane, Genève, Droz,2001,p.513-533 ; MÉNARD Philippe (dir.), Marco Polo, le Devisement du monde, Genève, Droz, « Textes littéraires français », t.I, 2001, introduction, p.9-40 ; Ménard Philippe, « Le problème de la version originale du “Devisement du monde” de Marco Polo », in De Marco Polo à Savinio. écrivains italiens en langue française, Livi François (dir.), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2003, p.7-19 ; l’étude de base reste la somme publiée en introduction à Marco Polo, Il Milione, prima edizione integrale, éd. Benedetto Luigi Foscolo, Florence, L.S.Olschki, 1923.

2 Le total des manuscrits subsistants de Marco Polo est d’environ 140.

3 Ce relevé rapide a été fait à partir de Dutschke Consuelo Wager, Francesco Pipino and the manuscripts of Marco Polo’s « Travels »,Ph.D.,Los Angeles, University of California, 1993, 2 vol., 1348 p. (dactyl.), et de mes propres recherches. Plusieurs manuscrits inconnus de C.W. Dutschke proviennent de l’espace germanique : Klosterneuburg, Stiftsbibliothek 722A ; Melk, Stifts bibliothek 1094[424.H42] ; Schlierbach, Stifts bibliothek 37 et Würzbourg, Franziskaner-MinoritenklosterI.58. Ces quatre manuscrits sont en latin.

4 Ne sont citées ci-après que les versions latines qui ont connu une diffusion dans l’espace germano-flamand.

5 Pour cette datation, voir Dutschke Consuelo Wager, Francesco Pipino, op. cit., p. 216-220.

6 La traduction de Francesco Pipino est présente au moins dès les années 1340-1350 en Angleterre, où un exemplaire est possédé par Simon Bozoun, prieur de Norwich (1344-1352) (Londres, British Library, Royal 14 C XII) et un autre par le théologien Thomas Bradwardine († 1349) (Oxford, Merton College 312).

7 Cela semble être le cas du manuscrit de Giessen, Universitäts bibliothek 218 : grand format, texte sur deux colonnes, mise en page caractéristique des livres universitaires.

8 Comme par exemple le manuscrit de Stuttgart, Würtembergische Landes bibliothek, Hist. 4° 10, qui a appartenu au comte Heinrich de Württemberg (1448-1519), dont les armes entourées du rosaire figurent sur plusieurs folios du manuscrit.

9 Domenico di Bandino a utilisé cette version dans son Fons memorabilium universi, composé à la fin du xive siècle, et dans son De viris. Cf. Hankey A. Teresa « The library of Domenico di Bandino », in Rinascimento, n° 8, 1957, p. 177-207, à la p. 198 ; et Bouloux Nathalie, Culture et savoirs géographiques en Italie au xive siècle, Turnhout, Brepols, « Terrarum orbis », 2002, p. 173-174. L’identification à la version LA tient à la façon dont Domenico di Bandino désigne le livre de Marco Polo, qui correspond au titre donné dans les manuscrits de cette version.

10 Cette troisième traduction, contrairement aux autres, appartient à la branche B de la tradition manuscrite polienne, comme la version Z ; cf. Marco Polo, Il Milione, op. cit. (éd. Benedetto Luigi Foscolo), p. CLXXVIII-CLXXXII.

11 Michiel Streijger, de l’université de Nimègue, et moi-même préparons l’édition de ce résumé, dont un seul manuscrit (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 18624, provenant de l’abbaye bavaroise de Tegernsee) était connu jusqu’ici.

12 La seconde traduction a été éditée : Der mitteldeutsche Marco Polo, nach der Admonter Handschrift, éd. Tscharner Ed. Horst von, Berlin, Weidmann, « Deutsche Texte des Mittelalters », 1935.

13 Marco Polo, Il Milione, op. cit. (éd. Benedetto Luigi Foscolo), p. CXIV.

14 Hellinga Lotte, « Marco Polo’s Description of the far East and the edition printed by Gheraert Leeu », in E codicibus impressisque. opstellen over het boek in de Lage Landen voor Elly Cockx-Indestege, Hendrickx F. (dir.), t. I, Louvain, Peeters, « Miscellanea Neerlandica », 2004, p. 309-328.

15 Markus Paulus Venetus, Reisen en beschryving der oostersche lantschappen, Amsterdam, Abraham Wolfgang, 1664.

16 Voir Milanesi Marica, « La rinascita della geografia dell’Europa. 1350-1480 », in Europa e Mediterraneo tra Medioevo e prima et à moderna : l’osservatorio italiano, Gensini Sergio (dir.), San Miniato, Pacini, 1992, p. 35-59 ; Gautier Dalché Patrick, « Pour une histoire du regard géographique : conception et usage de la carte au xve siècle », in Micrologus, n° 4, 1996, p. 77-103 ; Bouloux Nathalie, Culture et savoirs géographiques, op. cit., notamment p. 108-115.

17 La dispersion des trois fils de Noé constitue souvent l’occasion pour les commentateurs d’évoquer la répartition des différentes nations peuplant la terre habitée.

18 Plusieurs chroniques médiévales s’ouvrent sur un exposé géographique, comme les Historiae adversus paganos d’Orose, la Satyrica historia de Paulin de Venise, le Polychronicon de Ranulf Higden, ou bien comportent des développements où est décrit l’espace dans lequel se déroulent les événements ; cf. Gautier Dalché Patrick, « L’espace de l’histoire : le rôle de la géographie dans les chroniques universelles », in L’Historiographie médiévale en Europe, Actes du colloque de Paris, 29 mars-1er avril 1989, Genet Jean-Philippe (dir.), Paris, Éditions du CNRS, 1991, p. 287-300. Les œuvres de Riccobaldo de Ferrare offrent un intéressant point de vue sur les liens entre histoire et géographie à la fin du Moyen Âge : cf. Hankey A. Teresa, Riccobaldo of Ferrara. His life, works and influence, Rome, Istituto storico italiano per il Medio Evo, 1996, p. 93-107 ; et Bouloux Nathalie, Culture et savoirs géographiques, op. cit., p. 115-125.

19 C’est avant tout pour aider à l’identification des lieux mentionnés dans les textes antiques que Boccace dit avoir composé son De montibus, cf. Bouloux Nathalie, Culture et savoirs géographiques, op. cit., p. 108.

20 Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, Weissenburg 40 ; Gadrat Christine, « Les conceptions d’un géographe du xve siècle », in Itineraria, n° 5, 2006, p. 201-249.

21 Ibid., p. 230.

22 Londres, British Library, Additionnal 19952.

23 F. 30 : « Hanc Mandavil videtur nominare Sandus et aditus ».

24 « De illa eciam Haitonus dicit in speciali » (F. 71v ).

25 La critique que l’on sent dans la note du manuscrit Londres, British Library, Additionnal 19952, f. 78 (« Hic dicit se maritima regna Indie que insule non sunt cum paucis insulis descripsisse parcialiter tamen ») est bien timide face aux attaques portées contre les descriptions d’îles faites par Marco Polo dès le prologue du manuscrit de Wolfenbüttel, f. 1 (« Marcus iste est fidedignus in hiis que refert se vidisse aut a videntibus fidedignis audisse. Verumtamen eciam in aliquibus que non ex experi-mento sed ex fama didicerat est deceptus utque maxime in numero et quantitate insularum Indici maris que non possunt esse tot et tante ut scribit, cum spacium cum Indici maris eciam si nulla esset ibi vacans aqua eas omnes capere non posset. Unde necesse est eum in scribendo vel in numero vel in quantitate insularum ignorantur (sic) ex ratione. Et similiter in aliquibus aliis punctis de quibus certam noticiam non habuit sed tantum ex vaga auditu »).

26 F.45 : « Infra capitulo VIIIe dicitur quod mare Cipangu est in littore Mangi et ideo habet nomen a Mangi et immo puto quod hec sit aurea Kersonesus et quod Marcus erraverit estimando tantam ejus distanciam a littore Mangi si de propinquiore littore intelligatur ».

27 Il semblerait que ce soit principalement le texte de Marco Polo qui l’ait intéressé, car les autres textes de chacun des manuscrits sont beaucoup moins annotés.

28 Curieusement, ce n’est pas le manuscrit de Londres qui a servi de base à la copie de celui de Wolfenbüttel ; en effet, la collation d’une portion de texte entre les deux manuscrits révèle qu’ils ne sont pas copiés l’un sur l’autre et qu’ils n’ont pas non plus le même ancêtre. Il n’est pas possible de déterminer de quel manuscrit l’annotateur s’est servi pour effectuer sa copie personnelle, d’autant plus qu’il n’existe pas à ce jour de collation complète de tous les manuscrits de la traduction de Francesco Pipino.

29 Gadrat Christine, « Les conceptions d’un géographe du xve siècle », op. cit., p. 228. L’annotateur évoque à plusieurs reprise un autre lieu où il aurait développé certaines de ses considérations.

30 Spilling Herrad, « Kritisches Verzeichnis der Londoner Handschriften aus dem Besitz des Nikolaus von Kues », in Mitteilungen und Forschungsbeiträge der Cusanus-Gesellschaft, n° 12, 1977, p. 62-71 ; voir aussi Ullman Berthold Louis, « Manuscripts of Nicholas of Cues », in Speculum, n° 13, 1938, réimpr. dans Studies in the Italian Renaissance, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 1955, p. 357-363, à la p. 360.

31 Les annotations marginales du cardinal sont éditées par Herrad Spilling, en annexe à l’article cité ci-dessus.

32 Spilling Herrad, « Kritisches Verzeichnis… », op. cit., p. 71.

33 Nicolas de Cues, Opera omnia, t. 7 : De pace fidei cum epistola ad Ioannem de Segobia, éd. Klibanski Raymond et Bascour Hildebrand, Hambourg, Meiner, 1959, p. XXXVIII et p. 86, adnotatio 34.

34 Londres, British Library, Additionnal 19952, aux f. 26 (« Naczigai ») et f. 83 (« Nomen Dei »).

35 C’est l’actuel manuscrit Cusanus 107, conservé dans la bibliothèque de l’hôpital fondé à Cues (aujourd’hui Bernkastel-Kues) par le cardinal et auquel il légua ses livres (Marx Jakob, Verzeichnis der Handschriften-Sammlung des Hospitals zu Cues bei Bernkastel an der Mosel, Trêves, Schaar und Dathe, 1905, p. 106-107).

36 Je n’ai en effet pas pu identifier, dans l’entourage du cardinal de Cues, la personne qui aurait pu posséder après lui le manuscrit de Londres. Celui-ci porte un ex-libris au f. 1v : « Liber magistri Theodorici de Xanctis canonici Leodiensis », qui nous renvoie à Théodore de Xanten, chanoine de Liège puis d’Aix-la-Chapelle, choisi par le cardinal pour être corégent de l’hôpital qu’il a fondé à Cues et du collège qu’il souhaite voir instituer, avec une bourse pour vingt étudiants, et qui devra être installé à Deventer (voir Meuthen Erich, Die letzten Jahre des Nikolaus von Kues, biographische Untersuchung nach neuen Quellen, Cologne et Opladen, Westdeutscher Verlag, 1958, p. 314 ; et Marx Jakob, « Nikolaus von Cues und seine Stiftungen zu Cues und Deventer », in Festschrift des Priesterseminars zum Bischofs-Jubiläum, Trêves, Paulinus-Druckerei, 1906, p. 131-243). Toutefois, l’écriture de cet ex-libris et celle des annotations marginales sont assez éloignées. En revanche, est de la même main que les annotations, la phrase qui complète la titu-lature du cardinal de Cues à la suite de son ex-libris : « Iste liber est domini Nicolai de Cusa [changement de main :] dyocesis Treverensis qui postea factus est cardinalis tituli sancti Petri ad vincula Rome » (folio de garde). Il n’est pas possible de savoir si l’annotateur a possédé le manuscrit avant ou après Théodore de Xanten, ou bien encore, ce qui est sans doute plus probable, s’il l’a seulement eu entre les mains pendant une période limitée.

37 Gadrat Christine, « Les conceptions d’un géographe du xve siècle », op. cit., p. 209-212 ; sur l’œuvre du Danois Claudius Clavus ou Clausson Swart, je renvoie principalement à Gautier Dalché Patrick, « L’œuvre géographique du cardinal Fillastre († 1428). Représentation du monde et perception de la carte à l’aube des découvertes », in Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, n° 59, 1992, réimpr. in Humanisme et culture géographique à l’époque du concile de Constance. autour de Guillaume Fillastre, Marcotte Didier (dir.), Turnhout, Brepols, « Terrarum orbis », 2002, p. 293-355, particulièrement aux p. 299-304 ; id., « The reception of Ptolemy’s Geography (end of the fourteenth to beginning of the sixteenth century) », in Cartography in the European Renaissance, t. I, Woodward David (dir.), Chicago-Londres, University of Chicago Press, « History of cartography », vol. III, 2007, p. 285-364, aux p. 301-304 ; et à Bjørnbo Axel Anton et Petersen Carl S., « Claudius Clausson Swart (Claudius Clavus), nordens aeldste Kartograf », in Det kongelige Danske Videnskabernes Selskrabs Skrifter, 6. Raekke, n° 6/2, 1904, p. 7-260.

38 Mantese Giovanni, « Ein notarielles Inventar von Büchern und Wertgegenständen ausdem Nachlass des Nikolaus von Kues », in Mitteilungen und Forschungbeiträge der Cusanus-Gesellschaft, n° 2, 1962, p. 85-116, à la p. 102, n° 127.

39 Nicolai de Cusa, Opera omnia, t. XIV : De concordantia catholica, Kallen Gerhard (éd.), Hambourg, Meiner, 1959, p. 355-359.

40 Nicolai de Cusa, De concordantia catholica, op. cit.,p.356 : « Romani maiorem mundi partem subiectam habuerunt, non totam, quia Caspios montes […] et Norwegiam […] non acquisiverunt » ; p. 357 : « Nubia et Troglodytica regiones […] non sunt ita inhabitatae propter aestum maximum, neque Norwegia et fines Scythiae propter frigus, tamen multa in eis regna sunt ».

41 Ibid., p. 357 : « ut mihi ex Cosmographia Ptolemaei Claudii constat… ».

42 Nicolas séjourne régulièrement à Rome dans les années 1424-1430 (Bianca Concetta, « La biblioteca romana di Niccolò Cusano », in Scrittura, biblioteche e stampa a Roma nel Quattrocento, Miglio Massimo (dir.), Vatican, Scuola vaticana di paleografia, diplomatica e archivistica, « Littera antiqua », 1983, p. 669-708, à la p. 687 ; Acta Cusana. Quellen zur Lebensgeschichte des Nikolaus von Kues, t. I, 1 : 1401-1437 Mai 17, éd. Meuthen Erich, Hambourg, Verlag von Felix Meiner, 1976, p. 6-29). Un autre exemplaire de Ptolémée contenant les ajouts de Claudius Clavus se trouvait à Florence au moment du concile de 1439, où il a été consulté par Paolo dal Pozzo Toscanelli et George Gemistus Plethon (cf. Gautier Dalché Patrick, « The reception of Ptolemy’s Geography… », op. cit., p. 303 et 311).

43 Derolez Albert, The library of Raphael de Marcatellis, abbot of St. Bavons’s, Ghent, 1437-1508, Gand, E. Story-Scientia, 1979, p. 268-272, n° 54 : Gand, Universite its bibliotheek 13.

44 Cf. Derolez Albert, « The copying of printed books for humanistic bibliophiles in the fifteenth century », in From script to book. A symposium, Bekker-Nielsen Hans et alii. (dir.), Odense, University Press of Southern Denmark, 1986, p. 140-160.

45 Ce manuscrit, parmi les plus grands de sa collection, mesure 505x380 mm.

46 Cf. Westrem Scott D., Broader horizons. A study of Johannes Witte de Hese’s Itinerarius and medieval travel narratives, Cambridge, Medieval Academy of America, 2001, p. 298 (description du manuscrit H) : cette partie du manuscrit n’est pas décrite par A. Derolez, qui pensait peut-être qu’il s’agissait de la fin du texte de Johannes de Hese.

47 Chicago, University Library 707 ; Chicago, Art Institute, n° 15334 et Toledo (Ohio), Museum of Art, ms. 15. Voir Derolez Albert, « Early humanism in Flanders : new data and observations on the library of abbot Raphael de Mercatellis († 1508) », in Les Humanistes et leur bibliothèque. Humanists and their libraries, Actes du colloque international de Bruxelles, 26-28 août 1999, De Smet Rudolf (dir.), Louvain-Paris-Sterling, Peeters, 2002, p. 37-57, aux p. 45-48 et 51-53, pl. 1.

48 Ce traité est un commentaire à la Géographie de Ptolémée produit par Nicolaus Germanus (Opus mirandum in Cosmographiam Ptolomaei) ; cf. Derolez Albert, « Early humanism in Flanders… », op. cit., p. 47.

49 Laquelle figure également dans la bibliothèque de Raphaël de Marcatellis (Derolez Albert, The library of Raphael de Marcatellis, op. cit., p. 48-53, n° 6 : Bruxelles, Bibliothèque Royale 14887).

50 Ibid., p. 58-69, n° 8 ; p. 86-90, n° 11 ; p. 90-94, n° 12.

51 Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 14583. Sur ce manuscrit, voir Durand Dana Bennett, The Vienna-Klosterneuburg map corpus of the fifteenth century. A study in the transition from Medieval to Modern science, Leyde, Brill, 1952, p. 174-179 ; Gautier Dalché Patrick, « The reception of Ptolemy’s Geography… », op. cit., p. 312-314 (voir en particulier la note 178 sur le nom et les identifications proposées pour ce personnage, actif à Saint-Emmeran dans les années 1445-1464).

52 Durand Dana Bennett, The Vienna-Klosterneuburg map corpus, op. cit., pl. xiv.

53 Ibid., pl. XVIII.

54 Ibid., p. 176 et 371-372 : « In der gegenwurtigen figur ist pegrifen dye ausztailung der der ( !) ganczen welt nach der Kunst Ieometrei alszi unsz ausz getailt und ges-criben ist durch Kosmographiam et Ptolomei und Honorium den pabst et Marcum den Venediger et Paponium der welt ausz tayler Melis, in Astronomia und nicht durch den Johann de Monteuilla nach ausz den lucidario » (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 14 583, f. 98). Le catalogue de Saint-Emmeran dressé en 1449-1452 mentionne « Honorius de ymagine mundi » à côté d’une « descriptio terre sancte » (p. 173), qu’on retrouve dans le catalogue de 1500-1501 (p. 223-224), où apparaissent aussi Pomponius Mela et Ptolémée (p. 308) ; Marco Polo et Mandeville, en revanche, ne figurent pas dans ces catalogues (Mittelalterlische Bibliothekskataloge Deutschlands und der Schweiz, t. IV : Bistümer Passau und Regensburg, Ineichen-Eder Christine Elisabeth (dir.), Munich, C. H. Beck’sche, 1977).

55 C’est le cas dans le manuscrit de Wolfenbüttel déjà cité, où le texte de Mandeville est abondamment mis à profit pour commenter celui de Marco Polo et indiquer des parallèles, sans qu’une supériorité d’un auteur sur l’autre ne soit jamais perceptible. Autre exemple, dans un tout autre contexte : John Capgrave, qui dans l’introduction de son Solace of pilgrimes, écrit vers 1450, dresse une liste des pèlerins et voyageurs ayant fait avant lui le récit de leur expédition, cite Pythagore, Platon, Tite Live, saint Jérôme, Marco Polo et Mandeville (Ye solace of pilgrimes, éd. Mills C. A., Londres, Oxford University Press, 1911, p. 1).

56 Durand Dana Bennett, The Vienna-Klosterneuburg map corpus, op. cit., p. 185 : « Sina », « Manchi », « Kataia », par exemple.

57 Livre II, chapitre 35 de la traduction de Francesco Pipino.

58 F. 32 : « Si super illo flumine 80 dietis ambulatur opportet flumen multum curvis cursibus incedere hinc et hinc declinando, impossibile enim est ad flumen recto cursu tot dietis incedere ». Cf. Gadrat Christine, « Les conceptions d’un géographe du xve siècle », op. cit., p. 225.

59 Cette ouverture d’esprit, ou plutôt cette recherche de toutes les sources disponibles, n’est pas propre à l’Europe du nord, mais se retrouve aussi dans le travail du cartographe Fra Mauro (Falchetta Piero, Fra Mauro’s world map, Turnhout, Brepols, « Terrarum orbis », 2006, notamment p. 59-69).

Auteur

Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540