Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographes et voyageurs au Moyen Âge

 | 
Henri Bresc
, 
Emmanuelle Tixier du Mesnil

Géographie savante, géographie symbolique

L’homme des ixe-xie siècles face aux plus hautes montagnes d’Europe. Espace connu, espace imaginé et espace vécu dans les récits de traversée des Alpes du nord

François Demotz

Texte intégral

Encore une fois, cet Itinéraire doit être regardé beaucoup moins comme un voyage que comme les Mémoires d’une année de ma vie.
Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem

  • 1 Selon l’expression de Jacques de Vitry au début du xiiie siècle ; Guenee Bernard, Histoire et cult (...)
  • 2 Citons par exemple les légats pontificaux de Jean X autour de 920, le comte de Bergame Gilbert qui (...)
  • 3 Die Alpen in der europäischen Geschichte des Mittelalters, Mayer Theodor (dir.), Stuttgart, « Reic (...)

1Malheureusement, aucun érudit des ixe et xie siècles n’a bien voulu escalader les sommets des Alpes du nord pour nous laisser une analyse du paysage ou une présentation de la région. Nulle topographie ou Cosmogonie, mais un narrateur doit souvent décrire les lieux « pour la plus grande intelligence des choses1 » et les voyageurs se pressent pour emprunter les cols qui connaissent une importance croissante. Tandis que décline l’axe rhodanien lié au trafic maritime méditerranéen, l’intérêt des Francs pour la Péninsule puis l’intégration de celle-ci à l’empire font des Alpes du nord le maillon central de l’axe majeur de l’époque, celui qui relie la Lorraine à Rome, Aix-la-Chapelle à l’Italie. De fait, la Transjurane connaît un renouveau sous Louis le Pieux. La conjoncture peut paraître moins favorable au xe siècle : l’insécurité menace – la route est même par moments sous contrôle des Sarrasins – et l’essor de la puissance ottonienne favorise le développement de routes plus orientales. Toutefois, la circulation reste intense, d’autant que les échanges locaux sont stimulés par le rattachement du Val d’Aoste au royaume de Bourgogne2, et son contrôle devient même une raison d’être des rois de Bourgogne qui mettent en place ce que les historiens allemands ont appelé une Passpolitik3. À la multiplication d’échanges aussi bien économiques que religieux et aristocratiques, répond une grande diversité de voyageurs. Aux cols se croisent évêques et moines de toute l’Europe, artisans italiens, marchands et pèlerins anglais, negociatores francs, aristocrates francs, souabes ou bourguignons, messagers de toutes sortes…

2Parmi eux, certains ont donné un récit de leur passage des Alpes, souvent via leurs proches. D’autres ont suscité des récits chez les hagiographes, les historiens ou les annalistes, et des dizaines de textes évoquent la traversée des Alpes du nord. Récit de voyage est ainsi entendu dans son sens le plus large et ne peut renvoyer systématiquement à une œuvre viatique avec un voyageur-narrateur pour cette époque.

  • 4 C’est par exemple le cas en Bas-Valais (ou vieux Chablais) ou, à une autre échelle, pour la Transj (...)

3Si le choix de celle-ci répond à une multiplication des voyages et des sources, celui de champ géographique correspond à la possibilité d’étudier l’image d’un espace particulier, un espace montagnard. En effet, la présence des plus hautes montagnes d’Europe et de cols à leur pied confronte forcément le descripteur aux spécificités d’un espace à fort relief. Celles-ci sont d’autant plus marquées que les Alpes du nord se distinguent par la puissance des contrastes topographiques : d’énormes massifs surplombent de longues vallées, dans un voisinage immédiat entre espaces plats et zones plus élevées, à l’échelle régionale comme à l’échelle locale4.

  • 5 Jacob Christian et Lestringant Frank, Arts et légendes d’espaces ; figures du voyage et rhétorique (...)
  • 6 « Le Mont-Joux apparaît à la fois comme une montagne typique… et comme le nom paradigmatique de to (...)

4Dans un premier temps, les récits de voyages seront envisagés ici comme l’image d’une connaissance géographique, comme la représentation d’un espace identifié, comme une carte mentale. Il s’agit de mettre en évidence la géographie de l’espace montagnard que les récits de voyages véhiculent, de voir quel espace montagnard on décrit véritablement et si la montagne est un sujet en soi/un objet géographique. Le voyage n’est pas seulement constat et, comme l’écrivent Christian Jacob et Franck Lestringant, suivant en cela Michel de Certeau, « toute perception de l’espace a à la fois une dimension cognitive et pragmatique5 ». Sans entrer dans la question, trop lourde ici, des héritages du discours antique, on s’intéressera donc dans un deuxième temps à l’arrière-plan mental du discours sur la montagne. Cette réflexion sur les modèles et les valeurs attachées aux plus hautes montagnes européennes peut d’autant moins être négligée que les auteurs sont divers, voire n’ont eux-mêmes jamais traversé de grands massifs. Le statut de paradigme de la haute montagne qu’ont les Alpes du nord rend donc inévitable la question de l’existence d’une montagne de carte postale6.

5Pour celui qui l’a franchie, la montagne est au contraire une expérience concrète. On abordera donc ensuite la géographie du vécu si chère aux géographes contemporains. Le récit de voyage est le résultat d’une appropriation immédiate, mais aussi de la conservation d’une image et, avec l’écriture, d’une mise en ordre raisonnée, d’autant que tous les récits sont écrits par des étrangers à la région. Un discours sur des lieux et des gens met alors en évidence les particularités physiques et humaines qui distinguent le voyage à travers la montagne du voyage ordinaire. Cette approche de la conception de l’espace montagnard conduira enfin à tenter d’évaluer les récits viatiques comme outils historiques. Commençons donc par dresser la carte de la montagne décrite par les récits de voyages.

L’espace identifié : la connaissance géographique

  • 7 Annales Fuldenses sive Annales regni Francorum Orientalis, Kurze Friedrich (éd.), in Monumenta Ger (...)
  • 8 « …et imperatore Alpes Penninas transeunte, remansit… » ; Ruotger, Vita Brunonis, Pertz Georg Hein (...)
  • 9 Le sens restreint du mot Alpes est par exemple sensible chez Flodoard, Annales, Lauer Philippe (éd (...)

6Les « Alpes » sont un terme employé souvent et par tous les types d’auteurs, particulièrement par les annalistes qui traitent en bloc du massif montagneux. Il peut parfois avoir le sens générique de montagne (les annales de Fulda l’emploie pour les Apennins7) ou une acception administrative avec les adjectifs cotiennes, noriques et surtout peninnes8, mais c’est le sens régional qui est le plus fréquent. Alpes désigne alors un espace plus restreint qu’aujourd’hui, la zone interne de l’arc alpin9.

  • 10 de Prüm Reginon (Reginonis abbatis Prumiensis Chronicon cum continuatione Treverensi, Kurze Friedr (...)
  • 11 Ibid, en 925 (« Eodem anno Witgerius episcopus obiit, cui Benno ex ordinaries Strazburgensibus, in (...)
  • 12 Flodoard, Annales, op. cit., en 921 (« Anglorum Romam proficiscentium plurimi inter angustias Alpi (...)
  • 13 Chronicon Sancti Michaelis in pago vidunense, Waitz G. (éd.), in MGH. Scriptores rerum Germanicaru (...)
  • 14 Morerod Jean-Daniel et Paravicini Bagliani Agostino, « Itinéraires et trafics internationaux » in (...)
  • 15 Vita sancti Maioli, éditée par Iogna-Prat Dominique, in Agni immaculati : Recherches sur les sourc (...)

7Peu nombreuses sont les localités citées par les récits. Cette maigre moisson tient à deux raisons. La première réside dans les connaissances inégales des auteurs. Quelques exemples : alors que Réginon parle plusieurs fois de Saint-Maurice, du Mont-Joux et des Alpes Pennines10, son continuateur ne cite le passage des Alpes que brièvement et seulement via Coire et les Alpes autrichiennes11 ; Flodoard lui ne cite les Alpes qu’à propos des pèlerins ou presque et de façon répétitive12. Au contraire, La chronique de Saint-Michel de Verdun rapporte à propos des années 1020 que « les départs et les arrivées des routes, les difficultés des Alpes – c’est un fait qu’il allait souvent là-bas – et chacun des lieux lui étaient connus13 » et certains cherchent à donner une information précise. De retour de Rome en 990, l’archevêque Sigeric de Canterbury fournit la liste détaillée des étapes du voyage à travers les Alpes14. Décrivant le passage au Mont-Joux en 972, la vie de Mayeul de Cluny offre une description juste de cette topographie caractérisée par l’alternance de passages pentus et de replats, avec un puissant ruisseau que le chemin longe15.

  • 16 Cf. tableau en annexe.

8La seconde raison du faible nombre de lieux mentionnés est liée à la nature des sources. Les récits n’indiquent un lieu précis qu’en cas de nécessité liée à un événement, comme la mort de Charles le Chauve à Avrieux ou la tentative de capture du futur Léon IX à Carema. Avec toutefois, une différence selon le types de sources : les récits à caractère hagiographique étant les plus proches du récit de voyage, ils mentionnent les étapes et les grands repères comme la Tête du lac (Léman) ou la séparation des deux grandes routes issues du Grand-Saint-Bernard ; les annales sont presque les seules à citer les vallées (vallée d’Aoste, Maurienne), tandis que les chroniqueurs préférant les points les plus remarquables, cols et cités, pour localiser16.

  • 17 « ad nobilissimum montium montem Jovis », Miracula in translatione S. Helenae, Gremaud J. (éd.), D (...)
  • 18 Le Mont-Cenis (2 100 m), route de substitution ou secondaire empruntée notamment par les voyageurs (...)

9Au total, les noms cités ne fournissent pas une géographie des Alpes, mais plutôt et très logiquement une géographie du franchissement des Alpes. Les deux noms les plus fréquents, le Mont-Joux, « le plus connu des monts17 », et Saint Maurice d’Agaune regroupent les deux tiers des mentions de lieux, dessinant ainsi la route principale, celle du Grand-Saint-Bernard18. Concentrés sur la description de la route, les auteurs sont donc confrontés à la montagne parce qu’elle en est un élément constitutif.

  • 19 « Papia relicta, sexta die ad S. Mauritium venit. », Eginhard, Histoire de la translation des reli (...)
  • 20 « Xlusas excedens, Alpibus Dei pietate superatis, Octodorum praetergressus, Agaunum adiit » ; Than (...)
  • 21 « per insidiarum loca transiret quae nec vitare poterat et insidiantes efficaciter falleret » ; Ri (...)
  • 22 Ainsi la montagne n’est pas utilisée pour localiser : dans le privilège pontifical pour Saint-Maur (...)

10Pourtant, pour nombre d’auteurs, la montagne proprement dite est un non sujet. Certains ne la mentionnent même pas. Ainsi, Eginhard écrit dans l’Histoire de la translation des reliques des saints Pierre et Marcellin que « Pavie laissée, il arriva à Saint-Maurice le 6e jour19 ». Cette absence textuelle de la montagne s’explique par une fatalité face à l’obstacle : « les Alpes franchies par la miséricorde divine » nous dit Thancmar à propos d’un voyage de Bernward d’Hildesheim20 et Richer parle de la route qu’on ne peut éviter21. Elle résulte aussi d’une certaine indifférence vis-à-vis d’espaces marginalisés. Ainsi la montagne n’est pas utilisée pour localiser et les visites aux martyrs d’Agaune amènent la description de l’abbaye, du repos ou des fournitures mais jamais celle de la montagne qui la surplombe22.

  • 23 « …ad S. Mauritium venit. Ibique comparatis quae ad hoc necessaria videbantur, sacra illa corpora, (...)
  • 24 Ainsi pour les Annales Bertiniani, Grat Félix, Vieillard Jeanne et Clemencet Suzanne (éd.) , Paris (...)
  • 25 Sigeric de Canterbury qui monte depuis Aoste peut faire étape à Saint-Rémy, puis, passer le col et (...)

11Cette qualité d’espace marginale est sensible dans le fait que la plupart des textes font de la montagne un espace où on ne s’attarde pas. Ils donnent des détails sur le passage dans les localités des vallées. Dans la translatio déjà citée, après omis de mentionner la traversée des montagnes, Eginhard raconte l’étape d’Agaune et la traversée du Bas-Valais23. Beaucoup se contentent de signaler sans commentaire la traversée des Alpes, des cluses ou du Mont-Joux24, alors que le voyageur passe 3 à 4 jours dans le massif puisque les étapes connues au xe siècle montrent que les deux milles mètres de montée sont régulièrement répartis sur deux jours quel que soit le versant25.

  • 26 Annales de Fulda, op. cit., en 886 : « Inter Alpes vero talis rapacitas aquarum et collisio lapidu (...)
  • 27 « ad campestria pervenerunt » ; Lambert De Hersfeld, Annales, Holder-Egger Oswaldus (éd.), in MGH, (...)
  • 28 « …propter concava vallium et prerupta montium » ; Reginon de Prüm, Chronicon, op. cit., année 866
  • 29 « Ad loca Alpium, qui et mons Jovis dicitur » ; Raoul Glaber, Historiae, op. cit., l. III, c. I.
  • 30 Par exemple dans cette inféodation d’Aimon de Sion en 1046 : « …casale unum in burgo sancti mauric (...)
  • 31 Diplôme de Rodolphe III en 998 ; Schieffer Theodor et Mayer Hans Eberhard, Die Urkunden der Burgun (...)

12L’opposition entre deux espaces est également marquée par une terminologie partagée par tous. La montagne elle-même est surtout appelée Mons, cluses lorsqu’il y a une route ou encore Alpes. Dans les récits détaillés, Alpes prend alors un sens local : le terme renvoie aux zones les plus montagneuses et l’expression « inter Alpes » s’applique à des événements qui ont lieu au coeur des massifs26. Au contraire, les zones basses sont rarement désignées. Lambert de Hersfeld parle de plaine27 et Réginon des creux des valles opposées aux escarpements des montes28, mais nombre d’auteurs préfèrent alors utiliser les noms des cités, localités et abbayes. Agaune est dit sur le Rhône en Bourgogne alors que Glaber localise le Mont-Joux dans les pays des Alpes29. Cela illustre le fait que les fonds de vallées ne sont pas conçus comme un élément appartenant à la montagne, mais plutôt comme un prolongement des espaces plats. Remarquons en passant que les autochtones partagent ce point de vue, mais d’une façon moins nette car le contrôle de la route jusqu’au col et le développement des alpages favorisent la complémentarité entre les espaces « in monte et in plano30 » d’où une division ternaire – « montibus vallibus alpibus31 » – plus que binaire.

  • 32 « Inde per diversa loca et civitates veniens, plurimorum benignitate in multis locis usus, clusas (...)
  • 33 Dans une notice écrite d’après un ou plusieurs originaux des années 1000 (Demotz François, « Les d (...)
  • 34 L’acquisition de la cité d’Aoste par les rois de Bourgogne est mal documentée et peut être située (...)

13Pour les auteurs de récits, la limite entre les deux espaces et donc le début de la montagne se situent au début de la montée réelle vers le col comme le montre le voyage de Bernward d’Hildesheim : « sortant des cluses, les Alpes franchies […], Martigny dépassé, il alla vers Agaune…32 ». Le col et ses accès directs forment les cluses, tandis que Martigny appartient déjà aux espaces plats : c’est la pénibilité du chemin qui est l’élément décisif car c’est l’élément qui marque le plus le voyageur et, là, les conceptions des voyageurs correspondent exactement à celle des autochtones. Dans la notice de la fondation du prieuré de Peillonnex en Faucigny, les cluses commencent là où la vallée se resserre et surtout là où débutent les chemins étroits et pentus33. Pour les Rodolphiens, comme comtes-abbés puis comme rois, tenir la route ne signifie pas seulement contrôler le col : déjà maîtres du versant septentrional du Grand-Saint-Bernard, ils cherchent avec succès à acquérir le versant valdotain. Les deux versants sont les éléments d’une même entité34.

  • 35 « Insanabili veneno hausto, inter manus portantium transito monte Cinisio, per-veniens ad locum qu (...)
  • 36 Morerod Jean-Daniel et Paravicini Bagliani Agostino, « Itinéraires et trafics internationaux », op (...)
  • 37 Miracula in translatione S. Helenae, op. cit.

14Ce discours binaire opposant le plat et le pentu gomme un espace mixte essentiel pour les voyageurs : les replats peuplés qui jalonnent la montée, qui constituent les étapes et où sont situés des évènements importants. Ainsi, Avrieux où meurt Charles le Chauve, locus selon les annales de Saint-Bertin35, occupe un grand replat (aujourd’hui celui de Modane) avant la montée au col du Mont-Cenis. Evoquant Orsières et la capture de l’abbé Mayeul, la Vita Maioli par le de villa et décrit un grand espace plat36 et c’est de Bourg-Saint-Pierre, qualifié de monastère, que des hommes sortent et sauvent le porteur des reliques de sainte Hélène37.Ce décalage entre des épisodes précis de voyage et le discours général illustre l’importance des schémas préétablis, d’images mentales associées à la notion de montagne. Il est donc temps d’aborder le discours sur la montagne lui-même, c’est-à-dire la montagne comme espace théorique et connoté.

L’espace théorisé : le discours sur la montagne

  • 38 Par exemple, pour éviter le retour de Bérenger en Italie en 943, le roi Hugues use des Sarrasins : (...)
  • 39 « cum honore et pace pene usque ad Alpes deduci ferit… Exploratores itaque circumquaque dispositi (...)
  • 40 Liutprand, Antapodosis, op. cit., titre n° XIII : « Cur Arnulfus rex clusas fregerit… » ; L. I, V  (...)

15C’est sans grande surprise qu’aux plus hauts reliefs est associée l’image double de la limite/interface. La notion de frontière politique correspond surtout aux périodes troublées. Les récits de passages alpins fermés ou rendus difficiles pour des raisons politiques, que cela concerne un individu ou une armée sont nombreux : 837, 875, 894, 940-95038… En 981, à la demande de Lothaire, Hugues Capet doit être intercepté par le roi de Bourgogne Conrad lors de son retour de Rome. D’après Richer, Otton « le fit escorter jusqu’aux Alpes avec des égards et sans incident », mais ensuite alors que « des éclaireurs sont disposés dans les escarpements des montagnes ou des rochers et au débouché des routes pour qu’ils l’attendent […] il réussit à franchir les lieux semés d’embûches qu’il ne pouvait éviter et à tromper efficacement les hommes postés sur sa route39. Le massif en lui-même est tenu pour une frontière forte car les cluses sont un puissant barrage. Aussi Liutprand emploie-t-il le verbe frango pour exprimer un passage en force des cluses qu’il qualifie « d’interpositions très malaisées » ou « fortifiées40 ». C’est donc leur débouché qui marque la limite.

  • 41 Reginon de Prüm, Chronicon, op. cit., anno 859 :« Lotharius Hucberto abbati ducatum inter Iurum et (...)
  • 42 En 1033, Eudes de Champagne « qui erat acris animi et ferocis ingenii, frequentibus irruptionibus (...)

16En période normale, c’est plutôt le col qui marque symboliquement ou réellement le changement d’espace : tous les textes font du Mont-Joux une des limites de la Bourgogne Transjurane41 et cela même après que l’expansion du royaume de Bourgogne en Val d’Aoste a reporté la frontière à l’entrée des cluses du côté italien42. Cette hésitation entre frontière de la cluse et frontière du col correspond à une différence de perspective. La vision théorique, lointaine, assimile frontière politique et frontière naturelle au profit du sommet tandis que ce qui touche la traversée, concrète, traite le massif en bloc au profit de l’entrée dans la cluse. C’est que bien sûr les Alpes sont en même temps que frontière, un lieu de passage par excellence.

  • 43 Débarqué en Italie en 801, il est à Ivrée en octobre, mais, bloqué par la neige, il est ramené à V (...)

17Le seul voyageur dont on raconte qu’il doit rebrousser chemin au Mont-Joux est l’éléphant offert à Charlemagne43. Non seulement personne ne parle de barrière infranchissable, mais les verbes employés à propos des Alpes montrent combien on met avant la notion de passage. Si quelques-uns de ces verbes (adtingere, pervenire, superare) évoquent l’arrivée au sommet, la grande majorité des verbes (transmereo, transcendo…) renvoient à la traversée et transire représente à lui seul un tiers des emplois. Un petit groupe de verbes relève toutefois d’un autre registre : entrer, pénétrer ou sortir montrent que les massifs Alpins constituent une région particulière, sinon à part.

  • 44 Lucken C., « Exorciser la montagne », op. cit., p. 112. Cette conclusion s’appuie sur le dossier d (...)
  • 45 Un texte de la fin du xiiie siècle dit que saint Bernard détruisit l’enfer qui se trouvait sur le (...)
  • 46 Durussel Viviane et Morerrod Jean-Daniel, Le Pays de Vaud et son histoire, Lausanne, Payot, 1990, (...)
  • 47 Miracula sancti Germani, Bolland., t. VII, p. 278 (ou Patrologie Latine, 126) : « Emensis Alpibus, (...)
  • 48 Durussel Viviane et Morerrod Jean-Daniel, Le Pays de Vaud et son histoire, op. cit., p. 55-56.
  • 49 Raoul Glaber, Historiae, op. cit., L. IV, cap. III, 6.
  • 50 Ibid., L. I, cap. IV, 8 : « En ce temps de l’empire aussi, les Sarrasins, sortis avec audace de l’ (...)
  • 51 Vita Maioli, op. cit., III, 1 et III, 5. À la demande des barbares, Mayeul écrit une lettre qu’il (...)

18De cet espace à la fois clos, marginal et fréquenté, la suite du Moyen Âge a fait un lieu d’affrontement du bien et du mal : « la montagne est un lieu infernal. Elle est d’ailleurs une composante topique de l’enfer44 ». Avec le xiie siècle, surgissent en particulier au Mont-Joux le diable, des démons, un dragon, des fées, des sacrifices profanes45, mais aussi le mythe des pérégrinations alpines du corps maudit de Pilate et son enterrement à Lausanne46. Le dossier se révèle plus que mince pour notre période : aucun ermite, ni combat avec le malin et nul besoin d’« exorciser la montagne » dans ce qui n’a pas encore le nom de saint Bernard. Si la translation des reliques des saints Urbain et Tiburce évoquent « les Alpes traîtresses47 », c’est au bord du lac Léman puis à Orbe et non dans les montagnes que celle des reliques de saint Gorgon place trois guérisons dont celle d’un démoniaque48. Lorsque Glaber raconte les pérégrinations d’un fabricant de fausses reliques dans les Alpes, il met en avant la crédulité des autochtones, mais ne signale aucune diablerie49. Même la présence des païens ne semble pas exciter une diabolisation des sommets et il ne faut sans doute pas associer la captivité sarrasine et alpestre de Mayeul à l’image, ensuite fréquente, du chrétien captif dans un monde étranger, barbare et païen. En effet, si Glaber emploie le mot « barbares », il lie la capture de l’abbé Mayeul uniquement à l’agressivité des Sarrasins. Le Mont-Joux et les Alpes n’y sont pour rien : ils sont occupés et non un lieu de prédilection pour les païens50. Syrus et Nalgod ne disent pas autre chose malgré une réflexion sur la captivité et le martyr : Mayeul est gardé dans des endroits présentés certes comme reculés, mais nullement comme maudits. La Vita maioli distingue bien les torrentes démoniaques, dangers dont Mayeul dit être entouré, du rivulus ou du fluvius Drancius qui coule au lieu de sa capture51.

19Des miracles peuvent d’ailleurs se produire près du col lors du passage de reliques et là encore sans que la montagne en soit vraiment partie prenante.

  • 52 « Et oculos vix coelo dirigens, ceu mors imminens admonebat, totus precabatur ut ab ea quam prius (...)
  • 53 « Ad montem Jovis celebris fama virtutibus praeclara pervenerat martyris : hic est clercius nomine (...)

20Le porteur de celles de sainte Hélène échappe à la mort près du col du Mont en invoquant le ciel et la sainte. Rien n’indique que l’altitude permette d’être plus près du ciel–et donc mieux entendu – conformément à une croyance médiévale ultérieure52. Un moine de Saint-Pierre du Mont-Joux, dont la maladie mortelle n’est liée ni à la montagne ni au démon, se fait porter auprès des reliques de saint Sébastien qu’accompagne Rodoin, abbé de Saint-Médard de Soissons et il guérit par leur contact dans la descente vers Martigny53. À l’évidence pour les moines de Saint-Médard, le lieu où se produit le miracle n’est pas signifiant – c’est en montagne parce que la route la traverse – et ce sont l’existence même du miracle et sa qualité (gravité de la maladie, personnalité du miraculé…) qui sont importants et édifiants. De fait, les récits de miracles alpestres ne diffèrent pas de ceux qui accompagnent les transports de reliques dans d’autres régions. L’absence de sainteté est le double et la confirmation de celle du démon.

  • 54 Miracula in translatione S. Helenae…, op. cit. La valorisation de l’âne par les moines de Bourg-Sa (...)
  • 55 Flodoard, Histoires, op. cit., année 921 :« Anglorum Romam proficiscentium plurimi inter angustias (...)
  • 56 « Egressa inde, locum agaunensium petiit, ubi rupes felicissima martyrum mil-lia retinet corpora » (...)
  • 57 « Et cum illuc die sabbati perveniret, monasterium noviter a Sarracenis exustum invenit et nullum (...)

21La dimension morale n’est cependant pas totalement absente du discours sur la montagne. Les Alpes peuvent être un lieu de châtiment, un lieu d’expiation. Au contact du danger, le porteur des reliques de sainte Hélène devient un meilleur croyant, si non un homo novus. Sa chute dans la neige est l’occasion d’un discours moralisant sur l’homme humilié par l’épreuve de la montagne et soutenu par son âne qu’il méprisait54. Flodoard raconte qu’en 921 « De grandes quantités d’Anglais en route pour Romes ont écrasés sous les pierres par les Sarrasins dans les espaces étroits des Alpes55 ». Si l’emploi du rocher par les Sarrasins est dans la logique topographique, c’est aussi l’image de la lapidation du pécheur qui apparaît. Le rocher qui punit est alors le double du rocher qui sauve. En effet, le rocher est par ailleurs le cadre sinon l’objet de la vénération quand, comme le dit Odilon, la rupes felicissima « conserve les corps de milliers de martyrs56 ». Un demi-siècle plus tôt et visitant l’abbaye de Saint-Maurice incendiée, Ulric d’Augsbourg se réjouit que les reliques aient été sauvées, mentionnant le « rocher creusé » pour les reliques57.

  • 58 « Transcensis igitur Alpibus cum Iovini Montis declivia sequerentur… ; qui ex praeruptis scopuloru (...)
  • 59 « Sed minime hanc presumptionem extinguere potuit, quia loca inaccessibilia inter iurum et Alpes P (...)
  • 60 « Ille vero per artissima itinera fuga dilapsus, in tutissima rupium locum salutis praesidium quae (...)

22Apparaît ici une autre image morale ambivalente, celle du refuge. Refuge du crime lorsque les Sarrasins peuvent préparer leur méfaits « depuis les cachettes escarpées des rochers » et garder « les hommes enlevés avec leurs rapines dans des cavités cachées et des repaires de la montagne58 »ou lorsque « les zones inaccessibles entre le Jura et les Alpes Pennines offraient aux séditieux [l’abbé Hucbert] un refuge très protégé59 ». Mais c’est aussi un abri pour Rodolphe Ier qui « chercha un lieu de salut et une protection dans les roches inexpugnables60 ».

  • 61 Quand le duché mérovingien centré sur Besançon a disparu, c’est toujours la notion d’Outrejurane p (...)
  • 62 MGH Burgund, n° 134. Ainsi, même quand les Rodolphiens contrôlent les deux versants, les Alpes ne (...)

23Ce qui domine le discours sur l’espace montagneux à cette époque, c’est donc le pragmatisme voire la neutralité et non l’allégorie. Le fait que les rois de Bourgogne n’utilisent pas les Alpes comme identité confirme la modestie des considérations morales sur la montagne. Ils sont rex Burgundionum ou rex Jurensium mais jamais rex Alpium Cette absence des Alpes dans les mécanismes d’identité tient largement aux référents historiques : Jura et Burgondes renvoient à des entités antérieures, duché ou royaume, et à un passé illustre dont il n’y a pas d’équivalent pour les Alpes61. L’argument ne saurait suffire quand la Passpolitik est au cœur de la puissance des Rodolphiens pour le contemporain comme pour l’historien. L’explication réside surtout dans la définition donnée au mot Alpes : les vallées qui traversent de part en part les massifs et où sont installés les sujets et les centres de pouvoir des Rodolphiens ne sont pas considérées comme fondamentalement dans les Alpes qui sont avant tout la montagne elle-même. C’est donc très logiquement que Rodolphe III est dit roi des « plus grandes cluses » et non des Alpes62. En l’absence d’une montagne fantasmée, d’anges et de démons, de mythe politique, reste un espace vécu. Les voyageurs ou leurs auteurs doivent alors décrire les lieux et les hommes.

L’espace vécu : au milieu des lieux et des hommes

  • 63 Reginon,Chronicon, op. cit.,anno 877 ;Hrotsvitha,Gesta Oddonis, in MGH, Scriptores rerum Germanica (...)
  • 64 « Loca inaccessibilia quae in multis solis hibicibus pervia sunt » Reginon, Chronicon, op.cit., an (...)
  • 65 Lambert de Hersfeld, Annales,op. cit.,anno 1077,p.256 :« per abruptem montem [...]praeceps montis (...)

24Au premier abord les récits de voyages donnent une description réaliste de la topographie. On mentionne souvent le sommet des montagnes, surtout sous le terme d’iugum parfois en insistant sur leur hauteur ou leur escarpement. Réginon parle des « Alpium preminentia iuga », l’Histoire d’Arnulf de Milan des « Jovii montis ardua iuga » et Hrotsvitha des « Alpibus altis63 ». L’accès aux zones élevées est difficile et certains lieux sont même inaccessibles : seuls les bouquetins peuvent s’y ouvrir un passage paraît-il64. Les contrastes entre les sommets et les vallées, profondes et surtout étroites, sont importants, d’où « le flanc de la montagne en forte déclivité » et « la montagne abrupte » décrits par Lambert de Hersfeld65.

  • 66 « Postquam vero jam descendentes ad strictiorem pervenerunt semitam, dextra laevaque spe mortis ci (...)
  • 67 « In angustissimis semitis » et « artissima itinera » (Raoul Glaber, Historiae, op. cit., l. III, (...)
  • 68 « Laborem adgreditur itineris. Magna tandem cum difficultate laboriosi itineris cum iam cacumina a (...)

25Toutefois, si aucun des voyageurs n’insistent sur le caractère repoussant des paysages à la mode antique, ces éléments topographiques objectifs sont vite perçus comme oppressants, dangereux ou répulsifs et s’exprime alors un discours plus subjectif. L’angoisse du sentier est particulièrement sensible dans les Miracula in translatione S. Helenae : « ils atteignirent le sentier le plus étroit, entouré à droite et à gauche par l’attente de la mort ».Cette crainte est fondée puisque « ensuite par un très étroit passage, son pied chutant violemment, il s’écroula affreusement66. Sans être aussi dramatique, les autres auteurs constatent ou plutôt appréhendent des chemins toujours qualifiés de très étroits et de pénibles67. La Vita Maioli raconte qu’on « aborda la fatigue du chemin » et insiste dans la phrase suivante sur « la grande difficulté des chemins pénibles » qui permettent de dépasser les sommets alpins68.

  • 69 « Rex namque per occupatam viam sine periculo suorum mirum non posse expugnare sentiens, per viato (...)
  • 70 « Nam rivulus que decidit e montibus cum flexuosos revolvendo per globos inter Alpes decurrit… » ((...)
  • 71 « Inter Alpes vero talis rapacitas aquarum et collisio lapidum fuit, ut flexuras et vestigia viaru (...)

26Les voyageurs et leurs biographes se montrent également impressionnés par une nature puissante et dangereuse dont les éléments principaux sont les rochers et l’eau. En 894, hors de la route normale il est vrai, les hommes et les chevaux d’Arnulf doivent passer « par des rochers abrupts […] à travers des précipices de roches, comme si c’était à travers un mur vertical, sautant de tous côtés à travers les rochers, avec certains paliers donnés comme si c’était un endroit pour reprendre haleine69 ». La Vita Maioli décrit un ruisseau qui « tombe des montagnes et se précipite par des masses sinueuses, refoulé d’entre les Alpes70 » tandis que les annales de Fulda rapportent qu’en 886 « au milieu des Alpes, il y eut un tel emportement des eaux et un tel heurt de rochers que la courbe et les empreintes des voies à travers les montagnes saccagées ne purent d’aucune façon être discernées71 ».

  • 72 Einhardi annales, op. cit., 190, 801.
  • 73 Lambert de Hersfeld, Annales, op. cit., 1077.
  • 74 La neige est mentionnée de façon neutre lors de la descente d’Otton III en Italie en mai 996 (Vita (...)
  • 75 Wipon, Gesta Chuonradi II, op. cit., c. 30. Le témoignage de Wipon doit cependant être relativisé, (...)
  • 76 « Montes tam asperos atque invios » (Liutprand, Antapodosis, op. cit., L.V, X, à propos du mont Av (...)

27Au contraire, la forêt n’est jamais citée et la neige est quasiment absente des descriptions. Quelques exceptions : Isaac ramenant l’éléphant déjà cité qui « propter nives Alpes transire non potuit » au mois d’octobre (801)72 et Henri IV et sa très périlleuse descente du Mont-Cenis par un froid glacial en janvier (1077). Toutefois, dans ce dernier cas, le texte précise ce n’est pas un hiver ordinaire : « Hiemps erat asperrima, et montes per quos transitus erat in immensuml porrecti et pene nubibus cacumen ingerentes, ita mole nivium et glaciali frigore obriguerant, ut per lubricum praecipitemque decessum nec equitis nec peditis gressum sine periculo admitterent73 ». On ne cite même pas la neige lors d’un aller et retour à travers des Alpes en janvier (922), lorsque des émissaires italiens viennent trouver Rodolphe II à Agaune et que celui-ci les suit en Italie74. De fait, la meilleure description du froid et de la neige ne concerne pas les montagnes mais les abords de la ville de Morat lors de son siège par les troupes impériales en février 103375. En décrivant « des montagnes aussi rudes qu’impraticables76 », Liutprand résume donc une opinion assez répandue qui met en avant non pas un paysage dans son ensemble, mais sa réduction à ces spécificités pour le voyageur.

  • 77 « Perfuga venit ad loca Alpium, ubi persepe brutae gentes inhabitant » (Raoul Glaber, Historiae, o (...)
  • 78 Flodoard, Histoires, op. cit., anno 931 : « Rotbertus, episcopus Turonensis aecclesiae, Roma remea (...)
  • 79 Raoul Glaber, Historiae, op. cit., L. III, cap. I, 3 : « Egredientes autem satis audacter venerunt (...)

28Cette conception s’applique dans une certaine mesure aux indigènes, selon un mécanisme d’assimilation lieux-habitants. À paysages rudes, gens rudes. Glaber raconte à propos du fabricant de fausses reliques qu’après avoir commis « d’innombrables supercheries de ce genre, le transfuge vint dans la région des Alpes, où habitent des gens stupides/grossiers77 ». Le crétin des Alpes existerait-il déjà ? À lieux dangereux, gens dangereux. Comme toute route, celle des Alpes attire diverses sortes de brigands. « Robert, évêque de l’Eglise de Tours, revenant de Rome, au pied des Alpes, est tué par des brigands pendant la nuit à l’intérieur de la tente avec ses compagnons auprès de lui78 ». Le danger vient aussi des païens sarrasins voire des autorités : selon Glaber, dont le récit a été contesté à tort, « dans de très étroits sentiers les plus puissants de cette région, commandés par la cupidité, avaient institué des barrières et des gardiens pour faire payer le prix du passage79 ».

  • 80 « Papia relicta, sexta die ad S. Mauritium venit. Ibique comparatis quae ad hoc necessaria videban (...)
  • 81 Gerhardi Vita sancti Udalrici episcopi Augustani, op. Cit. p. 404.

29Toutefois, aucun récit ne fait parler le montagnard, interdisant de s’interroger sur la parole de l’Autre, et la majorité des récits sont neutres ou favorables car pour rudes qu’ils soient jugés, les autochtones sont décrits comme des bons chrétiens. Les Valaisans aident au transport des reliques des saints Pierre et Marcellin80 et lorsqu’au milieu du siècle suivant saint Ulric ne trouve qu’un gardien dans Saint-Maurice incendié, sa prière est vite soutenue par une foule de gens attachés à la vénération de saint Maurice et des martyrs de la légion thébaine81. Certes, de telles allégations relèvent de l’hagiographie et valorisent la relique et le pontife, mais une telle valorisation serait bien plus grande si les populations étaient préalablement présentées comme ignobles ou sauvages.

  • 82 « Quoddam genus hominum qui marrones vocantur » selon l’expression de Oddon de Cluny. Un guide pre (...)
  • 83 Lambert Dehersfeld,Annales,op. cit., 1077.
  • 84 « Tamdiu tenuit, usque dum ex monasterio S. Petri, quod ad radicem montis situm est, homines clamo (...)

30Plus concrètement, ils apparaissent comme indispensables et efficaces, d’abord comme guides appelés marrones82. Henri IV « loua avec salaire certains parmi les indigènes, connaisseurs des lieux et habitués aux sommets escarpés des Alpes83 » Suit le passage où sont décrits leurs efforts tenaces et couronnés de succès pour faire passer le convoi : « avec tout le savoir-faire dont ils étaient capables, ils aplanirent le chemin […] Précédant le groupe, les guides du chemin tiraient vers le bas la reine et les femmes qui étaient sous son obéissance, installées sur des cuirs de bœufs. Ils faisaient aller vers le bas les uns des chevaux grâce à certains engins, ils traînaient les autres par les pieds attachés… ». Ce sont des sauveteurs et le porteur des reliques de sainte Hélène doit son salut aux hommes qui sortent du monastère pour le secourir et qui le sauvent en utilisant divers outils et une corde84.

  • 85 Wipon, Gesta Chuonradi II, op. Cit. c. 28.
  • 86 Ou de façon moins littérale « font volontiers leur séjour de ces régions escarpées… » (« Loca Alpi (...)
  • 87 Vers 1 600 m on trouve Saint-Rémy sur le versant valdotain et l’abbaye de Bourg-Saint-Pierre sur l (...)

31À la rudesse des paysages ne répond aucun topo sur la montagne désertique, aucun équivalent au texte de Wipon qui parle de la « forêt noire » non comme d’une montagne mais comme d’un désert, terme employé aussi pour le Jura. La montagne alpine est largement considérée comme un espace anthropique.S’il y a des loca inaccessibilia et donc vides 85d’hommes, Glaber explique que les gens ont « dans les montagnes une grande quantité de demeures86 »et les voyageurs trouvent des étapes organisées. À travers la description de celles-ci, les récits de voyages dessinent même l’occupation de l’espace montagnard : normale jusque vers 500-600 m, large jusque vers 900m, ponctuelle jusque vers 1600m et exceptionnelle au-delà, ce qui est conforme à la documentation régionale87. Cette présence des habitants plaide en faveur de la qualité de la description géographique des récits viatiques.

32Ainsi, les conclusions qui se dégagent de cette approche des conceptions géographiques des ixe-xie siècles, permettent quelques remarques sur ces récits de voyages en tant qu’outil.

  • 88 Comme souvent dans sa chronique et donc des épisodes situés dans les Alpes, Hugues de Flavigny s’i (...)

33Dans le cas présent, le récit de voyage n’est pas directement en prise avec la géographie savante. Il ne s’agit jamais d’une forme consciente d’écriture de la géographie, même si la reprise d’auteurs antérieurs diffuse les descriptions et les conceptions88. Les récits n’offrent qu’un aperçu partiel des Alpes, conforme à l’objet des sources et à des rédacteurs souvent lointains. Ils ne s’intéressent pas à la géographie assumée comme champ propre et la montagne n’est pas un objet, mais un sujet possible en tant qu’éventuelle nécessité du récit.

  • 89 « Narrant siquidem plerique disputantes de mundani orbis positione, quod situs regionis Galliae qu (...)

34Toutefois, en mettant en évidence la géographie du voyage et surtout en décrivant une tranche d’espace, ils fournissent une image du monde et ils permettent de s’interroger sur les conceptions géographiques des hommes du haut Moyen Âge. Le récit de voyage se révèle ici une source particulièrement pertinente du fait d’une double convergence. Convergence entre l’expérience empirique et la géographie descriptive, sinon théorique et savante, dans les quelques cas où la comparaison est possible. Quand Glaber affirme que la Gaule a « à droite de toutes parts les sommets des Alpes89 », tous les récits de voyage font des sommets et des cols la frontière naturelle de l’Italie. Convergence également entre les différents types de récits, le récit de voyage proprement dit, le récit inséré dans une hagiographie ou la mention dans une courte explication d’annales.

35Cette double convergence tient largement à l’homogénéité sociale des auteurs des différents types de récits. Elle s’explique aussi par une rédaction décalée non seulement dans le temps puisque ultérieure, mais aussi quant à l’auteur : le plus souvent c’est un tiers et non le voyageur qui raconte. Ainsi le récit de voyage peut s’avérer d’une grande richesse pour la compréhension des conceptions géographiques : peut-être plus qu’à une autre époque, tout autant que la description d’une expérience, il est le révélateur d’un mode de pensée commun, d’une représentation partagée de l’espace.

  • 90 Parole de l’Autre et genre littéraire (xviexviiie siècles). Illustrations, interactions et subver (...)
  • 91 Sur le Nord comme espace symbolique, Gomez-Montero Javier, « L’Europe entre le même et l’autre : l (...)

36Dans les deux cas, portant sur un espace étranger traversé, le discours « du même et de l’autre, dont Michel Foucauld, et Michel de Certeau et d’autres ont montré la fécondité, place l’altérité au cœur de toute œuvre viatique90 ». Ainsi dangers et pénibilité sont exagérés et l’indigène est parfois grossier. L’image allégorique de la barbarie construite à partir d’une nature hostile s’articulant à l’homme étranger est alors discrètement présente. Toutefois, du groupe froid, obscurité, glace et monstre, seul le froid91est présent et on semble craindre la nature plus que les hommes alors que les cas concrets de mauvaise fortune sont le plus souvent dus à de mauvaises rencontres. C’est que la nature paraît plus spécifique que les hommes ou que les dangers semblables à ceux de n’importe quel chemin. Selon la dialectique certalienne de l’autre comme miroir du moi, de l’altérité vers l’ipséité, les récits nous montrent ainsi en creux ce qui est banal pour l’étranger aux montagnes, par exemple l’importance des forêts ou la présence de la neige. À nouveau, le voyage raconté se révèle autant le reflet d’un savoir ou d’une culture géographique commune qu’une information ponctuelle sur un lieu précis.

37Si l’altérité marque le discours sur les lieux et les gens dans tous les récits de voyages, il s’agit ici d’un voyage en terra cognita et non d’une exploration, d’où un déficit d’exotisme, d’aventure et de mystère. Ainsi l’imagination, troisième modèle du savoir sur l’étranger, joue ici un rôle moindre que l’érudition et l’expérience. Une altérité limitée n’engage pas l’auteur à la description systématique d’un monde inconnu, mais au contraire la proximité relative l’oblige à éviter ce qui pourrait être banalité. Elle l’incite à ne retenir que l’exceptionnel, à marquer la singularité plus encore que dans le voyage explorateur. Par ce souci qu’on pourrait qualifier de sensionnalisme ou d’exceptionnalisme, la mise en forme du récit de voyage en zone connue correspond donc à un processus d’écriture caricaturant en partie spécifique. On comprend ainsi l’insistance sur l’altitude ou sur l’étroitesse des cluses.

38Ces remarques expliquent les apports inégaux de ce type de récit de voyage à notre compréhension de la construction d’une géographie médiévale. Les récits employés ici permettent sans conteste d’appréhender la perception médiévale de la structuration spatiale. Ainsi, les Alpes du nord ne sont pas conçues comme un espace régional clair, mais comme un doublon dont la route est le trait d’union. D’un côté, les vallées, sans spécificités, simples prolongements des autres espaces ; de l’autre, la montagne, un espace marginal, qui commence dès que le chemin qui s’élève. À un moindre degré, les récits se révèlent des outils adaptés à une géographie physique et humaine du paysage. Si la description précise et l’analyse font défaut, apparaissent l’espace vécu et l’espace imaginé. Les Alpes du nord constituent une véritable barrière et ce sont des lieux souvent rudes du fait des pentes et de l’altitude, mais tout en fournissant un passage indispensable et en offrant de espaces inégalement mais largement humanisés.

39Constatée sur ce sujet comme sur d’autres, la concordance sinon l’identité entre l’expérience empirique du voyage, l’image globale du monde et les conceptions autochtones est révélatrice d’une approche pragmatique. Cette relative neutralité du discours concerne tous les objets géographiques. L’irruption des démons dans les montagnes au xiie siècle, signe d’une approche beaucoup plus morale, d’un discours cléricalisé et d’une fonction plus allégorique du récit, doit nous inciter aussi à approfondir la réflexion sur l’évolution des conceptions géographiques à l’intérieur même du Moyen Âge.

Annexe

Occurrences des principaux termes et noms de lieux

Occurrences des principaux termes et noms de lieux

Notes

1 Selon l’expression de Jacques de Vitry au début du xiiie siècle ; Guenee Bernard, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier-Montaigne, 1980, p. 166.

2 Citons par exemple les légats pontificaux de Jean X autour de 920, le comte de Bergame Gilbert qui vient trouver le roi de Bourgogne Rodolphe II près du Léman fin 921, Jean de Gorze, Ulric d’Augsbourg et Odon de Cluny revenant de pèlerinage, le premier avant 933, les autres au milieu du siècle, le roi Conrad le Pacifique allant à Rome assister au couronnement impérial de 962, Otte-Guillaume (fils alors mineur d’Adalbert d’Italie) à qui un moine fait fuir la Péninsule à travers les Alpes quelques années plus tard, Eginolfe de Lausanne qui retrouve Otton II à Rome puis va séjourner à Saint-Gall en 982, Guillaume de Volpiano, qui vient reconstruire et diriger Saint-Bénigne de Dijon en 990, Anselme, à la fois évêque d’Aoste et chancelier puis prévôt de Saint-Maurice qui franchit souvent le Mont-Joux depuis pour concilier ces fonctions, les maçons italiens appelés par l’abbé de Fécamp vers 1000/1004, Bernward de Hildesheim, qui passe à Agaune en allant du service de l’empereur à Rome à son diocèse de Hildesheim, peut-être en mars 1001.

3 Die Alpen in der europäischen Geschichte des Mittelalters, Mayer Theodor (dir.), Stuttgart, « Reichenauvorträge » (1961-1962), 1965.

4 C’est par exemple le cas en Bas-Valais (ou vieux Chablais) ou, à une autre échelle, pour la Transjurane : les auteurs désignent ainsi l’espace compris « entre le Jura et les Alpes ».

5 Jacob Christian et Lestringant Frank, Arts et légendes d’espaces ; figures du voyage et rhétorique du monde, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1981, p. 14.

6 « Le Mont-Joux apparaît à la fois comme une montagne typique… et comme le nom paradigmatique de toute montagne… » (Lucken Christopher, « Exorciser la montagne », in Montagnes médiévales (xxxie congrès de la SHMES), Publications de la Sorbonne, 2004, p. 112).

7 Annales Fuldenses sive Annales regni Francorum Orientalis, Kurze Friedrich (éd.), in Monumenta Germaniae Historica [abrégé en MGH par la suite]. Scriptores rerum Germanicarum, Hanovre, Impensis bibliopolii hahniani, 1891 (rééd. 1978), anno 895 p. 127.

8 « …et imperatore Alpes Penninas transeunte, remansit… » ; Ruotger, Vita Brunonis, Pertz Georg Heinrich (éd.), in MGH. Scriptores rerum Germanicarum, IV, Hanovre, Impensis bibliopolii hahniani, 1841 (rééd. 1981), p. 270.

9 Le sens restreint du mot Alpes est par exemple sensible chez Flodoard, Annales, Lauer Philippe (éd.), Paris, s.n., 1906, anno 933 p. 57 : « Sarraceni meatus Alpium occupant et vicina quaeque loca depraedantur ».

10 de Prüm Reginon (Reginonis abbatis Prumiensis Chronicon cum continuatione Treverensi, Kurze Friedrich (éd.), in Scriptores rerum germanicarum in usum scholarum ex Monumentis Germaniae historicis recusi, Hanovre, Impensis bibliopolii hahniani, 1890 [rééd. 1989]), évoque la zone du Mont-Joux en 859, 866,877, 888 et 894.

11 Ibid, en 925 (« Eodem anno Witgerius episcopus obiit, cui Benno ex ordinaries Strazburgensibus, in Alpibus quondam heremiticam vitam ducens, successor eligitur »), 965 (« cum decore redire permissus infra Alpes ultra Curiam comprehenditur et in Saxoniam… ») et 966 (« per Alsatiam et Curiam Alpes transcendens Italiam intravit… »).

12 Flodoard, Annales, op. cit., en 921 (« Anglorum Romam proficiscentium plurimi inter angustias Alpium lapidibus a Sarracenis sunt obruti »), 923 (« Multitudo Anglorum limina sancti petri orationis gratia petentium inter Alpes a sarracenis trucidatur »), 924 (« His expletis, Hungari per abrupta transeuntes Alpium juga, veniunt in Galliam : quos Rodulfus, Cisalpinae rex Galliae, et Hugo Viennensis Hungaros inter angustias collium Alpinarum claudunt. Unde, inopinato loco per devia montis eva-dentes, Gothiam impetunt »), 926 (« qui Alpes cum ipso transmereat »), 929 (« Viae Alpium a Sarracenis obsessae, a quibus multi Romam preficisci volentes, impediti reveretuntur »).

13 Chronicon Sancti Michaelis in pago vidunense, Waitz G. (éd.), in MGH. Scriptores rerum Germanicarum, IV, op. cit., p. 82 : « cui accessus et recessus viarum et difficultates Alpium – nam frequenter illuc ierat – et quaeque locorum nota erant ».

14 Morerod Jean-Daniel et Paravicini Bagliani Agostino, « Itinéraires et trafics internationaux » in Les Pays romands au Moyen Âge, Paravicini Bagliani Agostino, Felber Jean-Pierre, Morerod Jean-Daniel et Pasche Véronique (dir.), Lausanne, Payot Lausanne, 1997, p. 71.

15 Vita sancti Maioli, éditée par Iogna-Prat Dominique, in Agni immaculati : Recherches sur les sources hagiographiques relatives à saint Mayeul de Cluny (954-994), Paris, Cerf, 1988, III, 1 (p. 247) : « Cunctis igitur in via necessariis preparatis, laborem adgreditur itineris. Magna tandem cum difficultate laboriosi itineris cum iam cacumina alpine preterissent altitudinis, ad villam usque descendunt que prope Drancii fluvii decursum posita Pons-Ursarii quodam vocitari erat solita. Nam rivulus que decidit e montibus cum flexuosos revolvendo per globos inter Alpes decurrit, sua ibi revolutione tantum planitiei porrigit quantum predicte ville occupare possit ». Dominique Iogna-Prat donne en note les hypothèses échafaudées sur la route suivie par Mayeul. Il semble qu’il faille s’en tenir aux textes : la Vita de Nalgod cite expressément le Mont-Joux et les noms présents dans toutes les vitae (Drance et Orsières) peuvent être identifiés dans la descente entre le col et Martigny. On peut objecter que la Nalgod ne compile les Vitae de Mayeul qu’au xiie siècle, mais Raoul Glaber, Historiae, Arnoux Mathieu (dir.), Paris, Brepols, 1996, l. I, c. IV, 9, dit de Mayeul « ab Italia rediens in artissimis Alpium » ; cela s’applique au Mont-Joux, zone la plus haute, d’autant que la formule ressemble à une autre du même Glaber : « loca Alpium, qui mons Jovis dicitur, ubi etiam in angustissimis semitis… » (ibid, l. III, c. I, 3).

16 Cf. tableau en annexe.

17 « ad nobilissimum montium montem Jovis », Miracula in translatione S. Helenae, Gremaud J. (éd.), Documents relatifs à l’histoire du Valais, t. I (300-1255), Lausanne, « MDR (Mémoires et Documents de la Société d’histoire de la Suisse Romande) » 1re série, t. XXIX, 1875, n° 42.

18 Le Mont-Cenis (2 100 m), route de substitution ou secondaire empruntée notamment par les voyageurs venant de la vallée du Rhône, est exceptionnellement cité, tandis que le Petit-Saint-Bernard (2 200 m), nettement plus long que les autres cols, n’est jamais mentionné.

19 « Papia relicta, sexta die ad S. Mauritium venit. », Eginhard, Histoire de la translation des reliques des saints Pierre et Marcellin, Gremaud J. (éd.), in Documents relatifs à l’histoire du Valais, op. cit., n° 38. Dans sa description des conflits dus à la succession de Bourgogne en 1033-1034, Wipon (Gesta Chuonradi II, éd. Harry Breslau, in MGH. Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, Hanovre, Impensis bibliopolii hahniani, 1878 [rééd. 1956]), 32, ne cite pas les Alpes, mais seulement l’arrivée sur les rives du Rhône et à Genève d’une armée venue d’Italie.

20 « Xlusas excedens, Alpibus Dei pietate superatis, Octodorum praetergressus, Agaunum adiit » ; Thancmar, Vita sancti Bernwardi episcopi Hildesheimensis, Pertz Georg Heinrich, (éd.), in MGH. Scriptores rerum Germanicarum, IV, op. cit., p. 771.

21 « per insidiarum loca transiret quae nec vitare poterat et insidiantes efficaciter falleret » ; Richer, Histoire de France, éd. et trad. Latouche Robert, 2 vol., Paris, Les Belles Lettres, 1930-1937, l. II, 87.

22 Ainsi la montagne n’est pas utilisée pour localiser : dans le privilège pontifical pour Saint-Maurice écrit vers 1060 et reprenant une pièce de 824, l’abbaye est située « dans le royaume de Bourgogne et sur le Rhône » (« monasterium sanctorum Agaunensium in regno burgundie situm super flumen Rhodani » ; Historiae Patriae Monumenta, Chartarum, désormais HPM, Turin, 1836-1853, t. II, II) et non dans les Alpes ou au pied du Mont-Joux. Les visites d’Ulric de Würzburg ou de l’impératrice Adélaïde ne traitent que de l’abbaye sans évoquer la montagne immédiatement voisine.

23 « …ad S. Mauritium venit. Ibique comparatis quae ad hoc necessaria videbantur, sacra illa corpora, loculo inclusa, feretro imposuit ; atque inde promovens palam et aperte, cum adjutorio populi occurentis portare coepit. Ubi autem locum qui Caput laci vocatur praetergressus, bivium quo itinera in Francia ducentia dirimuntur atti-git… »(Eginhard, Histoire de la translation des reliques des saints Pierre et Marcellin, op. cit).

24 Ainsi pour les Annales Bertiniani, Grat Félix, Vieillard Jeanne et Clemencet Suzanne (éd.) , Paris, C. Klincksieck, 1964, année 875 : « continuant par le monastère de Saint-Maurice, il [Charles le Chauve] passa le Mont-Joux et entra en Italie ».

25 Sigeric de Canterbury qui monte depuis Aoste peut faire étape à Saint-Rémy, puis, passer le col et redescendre par Bourg-Saint-Pierre et Orsières pour arriver à Martigny ; Morerod Jean-Daniel et Paravicini Bagliani Agostino, « Itinéraires et trafics internationaux », op. cit., p. 71. L’existence de deux étapes sur le versant septentrional s’explique par le fait qu’il est plus long que le versant méridional.

26 Annales de Fulda, op. cit., en 886 : « Inter Alpes vero talis rapacitas aquarum et collisio lapidum fuit, ut flexuras et vestigia viarum per divexa montis latera nullo modo prospici poterint ». Flodoard, Histoires, op. cit.,en 923 :« Multitudo Anglorum limina sancti petri orationis gratia petentium inter Alpes a sarracenis trucidatur ». Vita sancti Maioli, op. cit.,l.III,1 : « Nam rivulus que decidit e montibus cum flexuo-sos revolvendo per globos inter Alpes decurrit… ».

27 « ad campestria pervenerunt » ; Lambert De Hersfeld, Annales, Holder-Egger Oswaldus (éd.), in MGH, Scriptores rerum Germanicarum (rééd. 1984) V, p. 255-6.

28 « …propter concava vallium et prerupta montium » ; Reginon de Prüm, Chronicon, op. cit., année 866.

29 « Ad loca Alpium, qui et mons Jovis dicitur » ; Raoul Glaber, Historiae, op. cit., l. III, c. I.

30 Par exemple dans cette inféodation d’Aimon de Sion en 1046 : « …casale unum in burgo sancti mauricii et mansum unum in eodem Agauno loco sicut pater eorum nomine Aliardus investitus fuit et possidebat quando mortuus fuit in plano et in monte Verolsa… », HPM II, op. cit., CXII.

31 Diplôme de Rodolphe III en 998 ; Schieffer Theodor et Mayer Hans Eberhard, Die Urkunden der Burgundischen Rudolfinger, in MGH, Diplomata. Regum Burgundiae e stirpe Rudolfina diplomata et acta (désormais MGH Burgund), Munich, 1977, n° 82.

32 « Inde per diversa loca et civitates veniens, plurimorum benignitate in multis locis usus, clusas excedens, Alpibus Dei pietate superatis, Octodorum praetergressus, Agaunum adiit ibique a Rodulfo, rege Burgundiae, liberalissime excipitur » ; Thancmar, Vita sancti Bernwardi episcopi Hildesheimensis, op. cit., p. 771.

33 Dans une notice écrite d’après un ou plusieurs originaux des années 1000 (Demotz François, « Les donations du comte Robert et les premiers comtes de Genève : deux actes et une généalogie des années 1010 ? » in Revue savoisienne, 147e année (2007), Annecy, p. 287-323), les biens situés à Passy, en aval du grand verrou qui donne accès à Chamonix, sont dit à l’intérieur des cluses au contraire de ceux situés sur des collines du Bas-Faucigny

34 L’acquisition de la cité d’Aoste par les rois de Bourgogne est mal documentée et peut être située vers 980-990 ; Demotz F., La Bourgogne, dernier des royaumes carolingiens (855-1056). Rois, pouvoirs et élites aux bords du Léman, Lausanne, Société d’histoire de la Suisse romande, « Mémoires et Documents de l’histoire de la Suisse romande », 4e série, t. IX, 2007.

35 « Insanabili veneno hausto, inter manus portantium transito monte Cinisio, per-veniens ad locum qui Brios dicitur, misit pro Richilde » ; Annales Bertiniani, op. cit., année 877.

36 Morerod Jean-Daniel et Paravicini Bagliani Agostino, « Itinéraires et trafics internationaux », op. cit., p.71.

37 Miracula in translatione S. Helenae, op. cit.

38 Par exemple, pour éviter le retour de Bérenger en Italie en 943, le roi Hugues use des Sarrasins : « Praeceperat enim rex clusarum custodibus, ne quempiam transire permitterent, nisi prius, qui esset, diligenti investigatione perquirerent » Liutprand, Antapodosis, Becker Josef (éd.), in MGH. Scriptores rerum Germanicarum, Hanovre, Impensis bibliopolii hahniani, 1915, L.V, XVIII.

39 « cum honore et pace pene usque ad Alpes deduci ferit… Exploratores itaque circumquaque dispositi per praerupta montium et scopulorum, per viarum exitus, ejus adventum opperiebantur. » ; Richer, Histoire de France, op. cit, l.III.c.86. « …per insidiarum loca transiret quae nec vitare poterat et insidiantes efficaciter falleret » ; ibid, c.87. Le chroniqueur ajoute de nombreux détails invérifiables : Hugues se serait habilement déguisé en serviteur, mais il aurait failli être dénoncé par un aubergiste qui avait vu par une fente de la porte devrais serviteurs lui retirer ses chausses, lui frictionner les jambes et lui préparer son lit. Les compagnons d’Hugues auraient alors capturé et bâillonné l’aubergiste qu’ils auraient aussitôt emmené avec eux avant de le relâcher plus tard.

40 Liutprand, Antapodosis, op. cit., titre n° XIII : « Cur Arnulfus rex clusas fregerit… » ; L. I, V : « Quibusdam namque difficillimis separata a nobis erat interpositionibus, quas clusas nominat vulgus… » ; L.I, XIII : « … munitissimis interpositionibus, quas vulgo clusas nominari praediximus… ».

41 Reginon de Prüm, Chronicon, op. cit., anno 859 :« Lotharius Hucberto abbati ducatum inter Iurum et Montem Iovis commisit… ».

42 En 1033, Eudes de Champagne « qui erat acris animi et ferocis ingenii, frequentibus irruptionibus irrupit fines Burgundiae, obtinuitque civitates et castella usque ad Jurum et montem Jovis » ; Hugues de Flavigny, Chronicon, Pertz Georg (éd.), MGH. Scriptores rerum Germanicarum, t. VIII, p. 401. L’empereur Henri IV voit les choses de la même façon en 1079 : il confie à Burcard d’Oltigen, évêque de Lausanne ce qu’il a « infra fluvium Sanona et montem Jovis et pontem Gebennensem et intra montana Iuri et Alpium » ; Cartulaire du chapitre Notre-Dame de Lausanne (éd. Roth Ch.), Lausanne, « MDR », 3e série, t. III, 1948, p. 34. Pourtant la frontière politique se situe entre Aoste et Ivrée comme en témoigne le voyage du futur Léon IX : en 1024, il échappe aux antis impériaux qui capture ses compagnons autour d’Ivrée parce que, après Carema, il atteint les cluses des Alpes, c’est-à-dire la frontière du royaume de Bourgogne ; Witbert, Vita Leonis, Parisse Michel, Paris, Les Belles Lettres, 1997, p. 43.

43 Débarqué en Italie en 801, il est à Ivrée en octobre, mais, bloqué par la neige, il est ramené à Verceil et il n’arrive à Aix-la-Chapelle qu’en juillet 802 ; ce récit aujourd’hui rattaché aux Annales royales mais longtemps attribué à Eginhard apparaît dans Einhardi annales, Georg Pertz (éd.), in MGH. Scriptores rerum Germanicarum, Hanovre, Impensis bibliopolii hahniani, 1845 t.1, 190, 801.

44 Lucken C., « Exorciser la montagne », op. cit., p. 112. Cette conclusion s’appuie sur le dossier de saint Bernard dit de Menthon, constitué de textes du xiie siècle au plus tôt, et elle est confortée par d’autres textes postérieurs ou antiques.

45 Un texte de la fin du xiiie siècle dit que saint Bernard détruisit l’enfer qui se trouvait sur le Mont-Joux et y édifia un paradis (ibid., p. 105). Selon une Vita de la fin du xive siècle, les démons se sont emparés des colonnes dédiées à Jupiter ; saint Bernard affronte alors le Diable, l’enchaîne dans les profondeurs du mont Mallet (Mont-Blanc), puis enchaîne un dragon et brise les idoles (ibid., p. 107-8). Le récit du passage de l’abbé Rodolphe au Mont-Joux en 1128-9 (Gesta Abbatum Trudonensium) insiste sur le paganisme : « Le jour suivant, ayant quelque peu repris leurs esprits ; ils échappèrent aux sacrifices profanes de Jupiter », ibid., p. 112. Jean-Pierre Leguay (« Les premières lueurs d’une nouvelle civilisation » in Brondy Réjane, Demotz Bernard Et Leguay Jean-Pierre, La Savoie de l’an mil à la Réforme, Rennes, Ouest France, 1985, p. 79), note que « l’hospice du Petit-Saint-Bernard et sa chapelle, situées au départ à l’est de l’ancienne colonne Joux, symbole du paganisme,…sont transférées du temps de saint Pierre II (après 1142) du côté tarin ». On retrouve le xiie siècle et aucun des nombreux exemples de diables, de fées… donnés par Grand-Carteret John, La Montagne à travers les âges, Grenoble, Librairie Dauphinoise, 1903, n’est antérieur à ce siècle.

46 Durussel Viviane et Morerrod Jean-Daniel, Le Pays de Vaud et son histoire, Lausanne, Payot, 1990, p. 199.

47 Miracula sancti Germani, Bolland., t. VII, p. 278 (ou Patrologie Latine, 126) : « Emensis Alpibus, ad sanctos Agaunenses Martyres diverterunt ».

48 Durussel Viviane et Morerrod Jean-Daniel, Le Pays de Vaud et son histoire, op. cit., p. 55-56.

49 Raoul Glaber, Historiae, op. cit., L. IV, cap. III, 6.

50 Ibid., L. I, cap. IV, 8 : « En ce temps de l’empire aussi, les Sarrasins, sortis avec audace de l’Afrique occuper les lieux les plus inexpugnables des montagnes des Alpes, et là demeurant longtemps, remplirent le temps par le rapt, dévastant la région en tournant en rond [...] Il arriva dans le même temps que le bienheureux père Mayeul, passant à son retour de l’Italie par les défilés les plus étroits des Alpes fit la rencontre de ces mêmes Sarrasins. Ils se saisirent de lui et le conduisirent vers les lieux les plus reculés de la montagne ».

51 Vita Maioli, op. cit., III, 1 et III, 5. À la demande des barbares, Mayeul écrit une lettre qu’il fait porter à Cluny par un des frères capturés en même temps que lui : « le malheureux Mayeul est captif et enchaîné. Les torrents de Belial m’entourent, les liens de la mort m’envahissent… ». La référence au démon se rapporte à sa situation de captif des païens et non à sa situation géographique, même si « torrents » peut avoir un sens littéral au delà du sens figuré évident.

52 « Et oculos vix coelo dirigens, ceu mors imminens admonebat, totus precabatur ut ab ea quam prius portaverat portaretur. Populus itaque, quod ultra vitales minime ille carperet auras, quamquam magnitudine pericli diffisus, tamen virtutum retro visis miraculis spe erectus est. Cumque voces in coelum coepit emitterre dicens : Sancta Helena… » ;Miracula in translatione S. Helenae…, op. cit.

53 « Ad montem Jovis celebris fama virtutibus praeclara pervenerat martyris : hic est clercius nomine Benedictus, ipsius loci aedituus, per triginta continuatim dies letali tabescens incommodo, dicto audit eum illuc, quia recta ducebat semita, declinari. Et cum dissipata gressuum compage ei obviam ire, ut desiderabat, nullo modo valeret, aliorum se manibus gestari fecit. In pervio publico non longe ab ipso loco sic emortuus ad sanctum deportatus atque ante illum est depositus, quibus poterat nisibus se eum ferre velle dicebat, et ut sineretur humiliter precabatur. Quem fide, non temeritate hinc inde sustentatus, vinis propriis excipiens, pristinae sanitatis mox agmentum meruit et ita eum usque Octodorum sospes et laetus inuexus. Ibi gratuitas laudum hostias pro sui restauratione Salvatori omnium persolvens et Martyris capulum osculans, ad sua cum suis regreditur incolumis » (« Translation des reliques de saint Sébastien de Rome à Soissons », in Gremaudj., Documents relatifs à l’histoire du Valais, op. cit., n°39,826).

54 Miracula in translatione S. Helenae…, op. cit. La valorisation de l’âne par les moines de Bourg-Saint-Pierre alors que son maître le méprisait n’est pas sans rappeler Jésus entrant à Jérusalem monté sur un ne et acclamé par les bons croyants avant d’être condamné par les mauvais croyants.

55 Flodoard, Histoires, op. cit., année 921 :« Anglorum Romam proficiscentium plurimi inter angustias Alpium lapidibus a Sarracenis sunt obruti »(année 923 : « Multitudo Anglorum limina sancti petri orationis gratia petentium inter Alpes a sar-racenis trucidatur »).

56 « Egressa inde, locum agaunensium petiit, ubi rupes felicissima martyrum mil-lia retinet corpora » ; Odilon, Epitaphium Adalheidae, in MGH, Scriptores rerum Germanicarum, IV,op. cit. p.642.

57 « Et cum illuc die sabbati perveniret, monasterium noviter a Sarracenis exustum invenit et nullum de habitatoribus ibi conspexit, nisi unum aedis aedilem combustum monasterium custodientem… » ; le récit mentionne ensuite « collocationis sanctorum spelunca in scopulo exciso » ; Gerhardi Vita sancti Udalrici episcopi Augustani (éd.Waitzg.), in MGH, Scriptores rerum Germanicarum, t.IV, op. Cit. (Ou Kallfelz Hatto, Lebensbeschreibung einiger Bischöf des X.-XII. Jahrhunderts, Darmstadt, Wissen schaft liche Buchgesell schaft, 1973),p.404.

58 « Transcensis igitur Alpibus cum Iovini Montis declivia sequerentur… ; qui ex praeruptis scopulorum latibulis erumpentes servum Dei cum sociis in fugam cogunt, et in villa quae dicitur Pons Ursariae violenter abducunt ; consecuti capiunt fugitivos, dirupiunt depraedantur et raptos miserabiliter homines cum rapina in abditas cavernas et diversoria montis inducunt » (« Vita auctore Nalgodo », in Gremaud J., Documents relatifs à l’histoire du Valais, op. cit.,n°64).

59 « Sed minime hanc presumptionem extinguere potuit, quia loca inaccessibilia inter iurum et Alpes Penninas seditiosis munitissimum predebant receptaculum et regi exercituique eius propter concava vallium et prerupta montium artissima itinera difficilem ingressum » (Reginon, Chronicon, op. cit., anno 866).

60 « Ille vero per artissima itinera fuga dilapsus, in tutissima rupium locum salutis praesidium quaesivit… » (anno 888).

61 Quand le duché mérovingien centré sur Besançon a disparu, c’est toujours la notion d’Outrejurane puis celle de Transjurane qui sert de référence au pagus/ducatus carolingien. De plus, le Jura est très tôt peuplé de religieux du côté français avec notamment les fameux Pères du Jura mais aussi du côté suisse avec Baulmes et Romainmôtier. Il n’y a pas d’équivalent dans les Alpes transjuranes puisque Agaune n’est pas considérée comme dans les Alpes.

62 MGH Burgund, n° 134. Ainsi, même quand les Rodolphiens contrôlent les deux versants, les Alpes ne sont pas identitaires au contraire des cluses. A contrario, le Jura l’est alors que le roi de Bourgogne ne tient souvent qu’un versant du Jura du fait de l’autonomie ou de l’hostilité du comte de Bourgogne, en particulier sous Rodolphe III.

63 Reginon,Chronicon, op. cit.,anno 877 ;Hrotsvitha,Gesta Oddonis, in MGH, Scriptores rerum Germanicarum IV, p. 331 ; Arnulfi gesta arciepiscoporum Mediolanensium, in MGH Scriptores rerum Germanicarum,VIII,14.

64 « Loca inaccessibilia quae in multis solis hibicibus pervia sunt » Reginon, Chronicon, op.cit., anno 888.

65 Lambert de Hersfeld, Annales,op. cit.,anno 1077,p.256 :« per abruptem montem [...]praeceps montis latus »

66 « Postquam vero jam descendentes ad strictiorem pervenerunt semitam, dextra laevaque spe mortis circumdatam, quidam vassallus nomine Otinus, miraculis prae-dictis devotior factus, venerationi ejus operam impendere sedulus curavit. [...] nam postea ex angustissimo diverticulo, pede graviter lapso, miserabiliter corruit » (Miracula in translatione S. Helenae, op. cit.).

67 « In angustissimis semitis » et « artissima itinera » (Raoul Glaber, Historiae, op. cit., l. III, chap. 1, 3, en 888, à propos du Mont-Joux ?), « angusta itinera » (Reginon, Chronicon, op. cit., en 877 à propos du Mont-Cenis).

68 « Laborem adgreditur itineris. Magna tandem cum difficultate laboriosi itineris cum iam cacumina alpine preterissent altitudinis… » (Vita sancti Maioli, op. cit.,l. III, 1).

69 « Rex namque per occupatam viam sine periculo suorum mirum non posse expugnare sentiens, per viatores cum duro labore exercitus acsendens, propter magnitudinem exercitus per praerupta saxi devians ; cum magno periculo suorum mirum in modum cum equis per praecipitium rupis quasi per murum a summo deorsum tran-silientes passim per scopulos, datis quibusdam gradibus quasi locus respirandi, in Augustam vallem tercio demum die prolapsi convenerunt » (Annales de Fulda, op. cit., 894). On cite aussi les praecisa saxa de l’oppidum de Bard ; Arnulfi gesta arciepiscoporum Mediol., op. cit., c. 14.

70 « Nam rivulus que decidit e montibus cum flexuosos revolvendo per globos inter Alpes decurrit… » (Vita Maioli, op. cit., l. III, 1).

71 « Inter Alpes vero talis rapacitas aquarum et collisio lapidum fuit, ut flexuras et vestigia viarum per divexa montis latera nullo modo prospici poterint » (Annales de Fulda, op. cit., anno 886).

72 Einhardi annales, op. cit., 190, 801.

73 Lambert de Hersfeld, Annales, op. cit., 1077.

74 La neige est mentionnée de façon neutre lors de la descente d’Otton III en Italie en mai 996 (Vita sancti Adalberti episcopi, in MGH, Scriptores IV, p.590 :« Rex autem Otto Alpium nives multo milite transmeans, iuxta sacram urbem Ravennam regalia castra metatus est »).

75 Wipon, Gesta Chuonradi II, op. cit., c. 30. Le témoignage de Wipon doit cependant être relativisé, car le panégyriste utilise le froid et la neige pour expliquer un échec de Conrad II.

76 « Montes tam asperos atque invios » (Liutprand, Antapodosis, op. cit., L.V, X, à propos du mont Avius).

77 « Perfuga venit ad loca Alpium, ubi persepe brutae gentes inhabitant » (Raoul Glaber, Historiae, op. cit., L. IV, c. III, 6).

78 Flodoard, Histoires, op. cit., anno 931 : « Rotbertus, episcopus Turonensis aecclesiae, Roma remeans, sub Alpibus noctu infra tentoria cum comitantibus secum interimitur a latronibus ». Rien ne prouve que Robert, archevêque de Tours (917-931), ait été tué par des Sarrasins comme l’affirme notamment Philippe Lauer, dans l’édition p. 48.

79 Raoul Glaber, Historiae, op. cit., L. III, cap. I, 3 : « Egredientes autem satis audacter venerunt ad loca Alpium, qui mons Jovis dicitur, ubi etiam in angustissimis semitis prepotentes regionis illius constituerant, imperante cupiditate, seras et custodes ad precia transmeantium exigenda ». Ce récit a en général été considéré comme fantaisiste ou comme le résultat d’une confusion. Il est pourtant confirmé par l’existence de négociations entre Knut le Grand, Rodolphe III et Conrad II en 1027 à propos des taxes et de la sécurité dus par les Anglo-Danois lors du passage des cluses.

80 « Papia relicta, sexta die ad S. Mauritium venit. Ibique comparatis quae ad hoc necessaria videbantur, sacra illa corpora, loculo inclusa, feretro imposuit ; atque inde promovens palam et aperte, cum adjutorio populi occurentis portare coepit » (Histoire de la translation des reliques des saints Pierre et Marcelin, op. cit.).

81 Gerhardi Vita sancti Udalrici episcopi Augustani, op. Cit. p. 404.

82 « Quoddam genus hominum qui marrones vocantur » selon l’expression de Oddon de Cluny. Un guide prend des risques : en 1128 Rodolphe, abbé de Saint-Tron, rapporte la mort de dix marrons (ou marroniers) dans une avalanche au Mont-Joux,

83 Lambert Dehersfeld,Annales,op. cit., 1077.

84 « Tamdiu tenuit, usque dum ex monasterio S. Petri, quod ad radicem montis situm est, homines clamore excitati sursum currerent, auxilium ferre parati [...] Tunc securibus, lanceis et machaeris crispata glacie, ne solito deluderet nitentium juvare vestigia, unum suorum, qui et hominem ligaret funibus et equum a servitio exueret dimi-serunt » (Miracula in translatione S. Helenae…, op. cit.).

85 Wipon, Gesta Chuonradi II, op. Cit. c. 28.

86 Ou de façon moins littérale « font volontiers leur séjour de ces régions escarpées… » (« Loca Alpium, ubi persepe brutae gentes inhabitant, habentes in arduis plurima domicilia… » ; Raoul Glaber, Historiae, op. Cit. L.IV, c.III,6).

87 Vers 1 600 m on trouve Saint-Rémy sur le versant valdotain et l’abbaye de Bourg-Saint-Pierre sur le versant valaisan. En dessous, le voyageur rencontre Etroubles à 1 300 m (citée en 1154, Montagnes médiévales, op. cit. p. 102) et la villa d’Orsières (900 m). Martigny et Aoste sont respectivement à 500 et 600 m d’altitude. Ce peuplement en villa jusque vers 900 m apparaît dès les débuts du royaume de Bourgogne avec les donations du comte Manassès à l’Église de Lausanne en 890-892.

88 Comme souvent dans sa chronique et donc des épisodes situés dans les Alpes, Hugues de Flavigny s’inspire directement des annales de Flodoard ou les recopie mot à mot. Par exemple : « His expletis, Hungari per abrupta transeuntes Alpium juga, veniunt in Galliam : quos Rodulfus, Cisalpinae rex Galliae, et Hugo Viennensis Hungaros inter angustias collium Alpinarum claudunt. Unde, inopinato loco per devia montis evadentes, Gothiam impetunt ; » (récit de Flodoard pour 924) devient « Quibus expletis, Hungari per abrupta gradientes ad Alpium juga, perveniunt. Rodulfus, vero Cisalpinae Galliae rex, et Hugo rex Viennensis Hungaros inter augus-tias collium Alpinorum eos concluserunt, unde inopinato loco per devia evadentes, Gothiam impetunt ; » (Hugues de Flavigny, Chronicon, op. cit. l. I, 924), tandis que pour 929 « Viae Alpium tunc per Sarracenos obsessae, a quibus multi Romam ire volentes, impedit reveretuntur » (Flodoard) donne « Viae Alpium a Sarracenis obses-sae, a quibus multi Romam preficisci volentes, impedit reveretuntur » (Hugues de Flavigny).

89 « Narrant siquidem plerique disputantes de mundani orbis positione, quod situs regionis Galliae quadra dimetiatur locatione ; licet ergo a Rifeis montibus usque Hispaniarum terminos in levo habens Oceanum mare, in dextro vero passim juga Alpium, propria excedat longitudine mensuram rationis quadriforme » (Raoul Glaber, Historiae, op. cit., L. II, cap. III, 4).De même, pour Liutprand les montagnes séparent la Souabe de l’Italie (Liutprand, Antapodosis, op. cit. l.V, X).

90 Parole de l’Autre et genre littéraire (xviexviiie siècles). Illustrations, interactions et subversions, Servet Pierre (dir.), Genève, Droz, « cahier du Gadges/Lyon III » n° 5, 2007, p. 6.

91 Sur le Nord comme espace symbolique, Gomez-Montero Javier, « L’Europe entre le même et l’autre : la connaissance des Nouveaux Mondes au xvie siècle dans la littérature espagnole », in Parole de l’Autre et genre littéraire, op. Cit, p. 57. Du groupe froid, obscurité, glace et monstre, seul le froid est présent.

Table des illustrations

Titre Occurrences des principaux termes et noms de lieux
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1584/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 555k

Auteur

Université de Lyon III

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540