Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Romantismes, l'esthétique en acte

 | 
Jean-Louis Cabanès

L’ancien et le nouveau

L’esthétique de la langue selon Nodier

Jean-François Jeandillou

Texte intégral

  • 1 Charles Nodier, « Des nomenclatures scientifiques » (1835), repris dans la réédition des Notions é (...)

Oh ! que Pascal reculerait effrayé devant l’idiosyncrasie, Malebranche devant la phrénologie, et Fénelon devant l’esthétique. Grands mots que Pradon croit des termes de chimie et que le Dictionnaire va être obligé d’arborer à chaque page comme de hideux épouvantails1 !

  • 2 « La Neuvaine de la Chandeleur », in Contes, Paris, Garnier, 1961, p. 810. Voir les non moins sarc (...)

1Voilà sans doute l’une des rares occurrences du néologisme esthétique, sous la plume d’un lexicographe qui déprisait pêle-mêle tous les « mots nouveaux » conçus, en particulier par les disciplines scientifiques, à l’orée du xixe siècle. Encore ce terme est-il pris en mention, même si l’italique ou la pincette des guillemets ne viennent pas en souligner l’ironie. Par quelle gageure envisagerai-t-on alors l’improbable conception d’une esthétique de la langue, chez un académicien qui moquait l’emprunt aussi barbare que pédant de cette dénomination même ? Au juste, Nodier ne faisait pas un usage moins précautionneux du substantif linguistique, qu’il donna cependant pour titre à une série d’articles, puis à un ouvrage de synthèse, en 1834 : d’apparition encore plus récente en français (1826), le nom fut retenu pour désigner restrictivement l’« histoire de la parole et de l’écriture » dans les vulgarisatrices (et très populaires) Notions élémentaires y afférentes. Quelque répugnance que manifeste donc l’auteur envers une terminologie « artificielle » et proliférante, il ne récuse nullement l’idée à quoi elle peut s’attacher : comme est dit linguistique ce qui relève de la langue, est esthétique ce qui procède de la perception, de la connaissance sensible. Aussi n’y a-t-il ni contresens ni paradoxe à tenir pour une philologie esthétique l’œuvre poursuivie, trente années durant, par le signataire du Dictionnaire des onomatopées. Objet d’une satire constante, cette « science délicate et choisie de la sensation qu’on appelle aujourd’hui l’esthétique2 » se voit pourtant théorisée, en même temps qu’illustrée, sous son rapport à la sémiotique, à la poésie, plus spécialement à l’écriture et au style.

  • 3 Respectivement « Onomatopoétique », in Mimologiques, Paris, Éditions du Seuil, 1976, p. 149-181) e (...)
  • 4 Il ignore superbement Herder, Hamann ou Monboddo, dont il est proche à son insu.

2Depuis les travaux de Genette et de Meschonnic3, on sait ce que la mimologie nodiérienne doit à ces précurseurs que furent Court de Gébelin, de Brosses ou encore le Rousseau de l’Origine des langues. Mais la filiation, plus ou moins directe, entre quelques représentants des Lumières et l’homme de l’Arsenal4 n’a guère été appréciée au vu de ses implications proprement cognitives. L’aperception du langage, en tant qu’il porte trace de son origine, passe par une prise de conscience du corps et de sa capacité à percevoir le monde avant de lui faire écho, grâce au jeu des sonorités verbales. Cette quête obstinée d’une vérité première, avant Babel, va de pair avec une conception éminemment critique du beau dans l’exercice du discours, fût-il ordinaire ou « naïf ». Voilà pourquoi l’argumentaire de Nodier, peu convaincant pour son apport à une épistémologie moderne, reste instructif si on en considère la rémanence plutôt que les seules sources. Les principes qu’il promeut témoignent d’une interrogation cruciale que tout sujet parlant est à même de formuler, aujourd’hui comme hier : en quoi l’art de bien dire est-il corollaire d’un dire vrai n’ayant d’autre fondement que la stricte généalogie de la langue ? Trois critères principaux, parmi nombre d’autres, suffiront à déterminer l’enjeu de ce questionnement : la dimension sensorielle du lexique ; l’inscription de la lettre comme gage d’historicité ; le style en tant que manifestation d’une esthétique consubstantielle à la langue et à la vie sociale.

Le vrai sens des mots

  • 5 Notions élémentaires de linguistique, op. cit., p. 51. Pièce en alliage sans valeur, le billon ser (...)
  • 6 « La valeur linguistique sera comme la valeur d’une pièce de cinq francs. Cette valeur est détermi (...)

3Pour expliquer l’économie de la langue, Nodier use à diverses reprises d’une métaphore qui en pose l’analogie avec le système monétaire. « Chez les peuples dont le dictionnaire est large, la parole n’est plus que la monnaie de la sensation. C’est un signe exact si l’on veut dans sa valeur conventionnelle ; ce n’est plus de l’or, c’est du billon5. » La réprobation de la néologie s’accommode ainsi d’une égale suspicion à l’égard des « langues perfectionnées », qui fournissent « des mots à toutes les nuances de l’idée », et d’un éloge envers les langues primitives, instruments d’une « expression poétique » intuitive et spontanée. Tout au service du substantialisme étymologique et du sensualisme sémantique, l’antagonisme de l’or et du billon fonctionne rigoureusement à l’inverse de la convention par quoi Saussure définira la valeur abstraite (« incorporelle ») et relative du signe6. Bien loin de l’arbitraire postulé par le Genevois, Nodier tient au contraire que « la fausse monnaie des nomenclatures » techniques – calquées sur des modèles grécolatins, donc transplantées comme en laboratoire – tend à dénaturer l’entier d’un édifice que légitime, par essence, la motivation des formes acoustiques dans une langue « autochtone ».

4Les incidences esthétiques de ce naturalisme sont considérables dans la mesure où le signifiant, perçu comme support mais surtout reflet du sémantisme, est aussi garant d’une parole qui reste en prise sur le monde au lieu de se soumettre à un décorum stérile. Dans la poésie du xviiie siècle,

  • 7 Article « Langue française » du Dictionnaire de la conversation et de la lecture (1836), repris da (...)

les expressions, la valeur convenue, le signe représentatif de la pensée, étaient, si l’on veut, polis et brillants, mais frustes et démonétisés, comme de vieilles médailles sans date, sans devise, sans exergue, sans légende, sans tête, sans revers. Elles attendaient le balancier et le coin7.

5Rien de plus faux, notamment, que cette harmonie imitative dont le chevalier de Piis avait tiré un vulgaire procédé d’écriture, en contrefaisant l’expressivité sui generis du français. Rien de plus méprisable que l’abus des tropes par tel « habile écrivain » chez qui « l’artifice ingénieux » et le « talent mécanique » tiennent « lieu au style d’inspiration, de sentiment et d’âme » (Notions, p. 27). De fait, la poésie est moins une affaire de lettrés qu’une propriété intime de l’idiome, inscrite dans la substance de ses composantes pour peu que celles-ci aient conservé quelque chose de la sensation dont elles sont issues.

  • 8 Essai sur l’origine des connaissances humaines, Paris, Galilée, 1973, p. 138.
  • 9 Essai sur l’origine des langues (posth. 1781), chap. III, Paris, Gallimard, « Folio », 1990.
  • 10 Notions élémentaires de linguistique, op. cit., p. 3637 (« une musique pâle, une imagination décol (...)

6Force est ainsi de constater que Nodier, non sans s’appuyer sur les spéculations de ses devanciers, en radicalise bien des aspects. À Condillac il reprend (discrètement) ses théories sur le langage d’action associé in principio à la mimique et au geste, sur la prosodie des premières langues (née de l’instinct d’imitation), sur la partition entre noms de choses et termes abstraits, ou encore sur le rapport entre poésie et musique ; mais il s’en dissocie en faisant l’apologie des langues pauvres, alors que le philosophe estimait que « l’on n’évita les expressions diffuses que quand les langues, devenues plus abondantes, fournirent des termes propres et familiers pour toutes les idées dont on avait besoin8 ». De Rousseau, le philologue adopte cette idée que « les premiers motifs qui firent parler l’homme furent des passions, ses premières expressions furent des tropes », mais il rejette sa critique de la synesthésie entre les couleurs et les sons9 en tenant au contraire que le don de la parole serait vain si à la puissance d’imiter les effets sonores, il [l’homme] n’avait réuni celle d’appliquer leurs dénominations radicales aux substances ou aux idées les plus dépourvues de sonorité10.

  • 11 Notions élémentaires de linguistique, op. cit., p. 42. Voir les Études de Bernardin, t. II, 1804, (...)

7Aux Études de la nature de Bernardin de Saint-Pierre, qui réfutaient la théorie linguistique des climats, Nodier oppose l’influence des « localités » sur l’organisation phonologique des divers idiomes11, etc. À défaut de repérer l’ensemble des convergences et divergences entre le cratylisme nodiérien et ce qui l’a censément nourri, on notera qu’il subit un infléchissement constant vers l’esthesis, grâce à ce présupposé que l’évolution du langage, ne le coupant jamais totalement de son origine, y laisserait bel et bien percevoir, à l’époque moderne encore, un sentiment de la nature. Nodier se singularise ainsi par une survalorisation du phénomène imitatif : loin d’en circonscrire les effets, de les cantonner à la préhistoire des formes ou aux marches du système, il fait de ce terminus a quo un processus génératif et structurant, à l’œuvre dans l’essence même du langage. Plus que de reconstruction diachronique (donc d’étymologie, stricto sensu), il est question d’apprécier une survivance, jusque dans l’exercice actuel de la parole :

Si j’ai découvert ce qui n’a point été aperçu jusqu’à moi, si j’ai découvert entre des choses connues un rapport frappant et cependant nouveau, ce qui est le propre d’une organisation poétique, le tour et le mot dont j’ai besoin n’ont pas pu être prévus. Il faut donc que j’imite l’homme primitif dans ses essais, et que je crée un signe pour ma perception (Dictionnaire, s. v. trictrac, p. 274).

8Qu’est-ce donc qui survivrait de la sorte ? Rien de moins que le verbum divin, tel qu’il fut révélé par Adam in illo tempore. Si la langue n’est pas don de Dieu mais invention humaine, c’est parce que la créature, tenant du Très-Haut son aptitude à l’impositio nominis, l’a faite d’après sa sensation et d’après le caractère saillant des bruits que provoquaient cette dernière. S’imposait irrépressiblement à l’individu (puis au corps social) une imposition des noms qu’il forgeait tels qu’ils devaient être ; il ne les eût pas formulés s’il ne les avait déjà trouvés, là où « la nature se nomme » (Préface du Dictionnaire, p. 12). Promis à un usage conventionnel au sein de la société, les signes ainsi créés ne sont donc ni arbitraires ni simplement motivés, mais en rapport d’immédiate adéquation avec leur référent. De l’antique axiome nomina sunt consequentia rerum Nodier déduit que ce furent les noms véritables, en quelque sorte prescrits, qu’Adam se contenta d’énoncer en se conformant tant à son libre arbitre qu’à la nature des choses.

  • 12 Législation primitive (1802, p. 21-22 et 122) et le chap. II des Recherches philosophiques qui tra (...)

9En même temps qu’à Bonald12 et aux « casuistes du sens littéral », voulant que l’homme ait reçu une « grammaire » toute faite, Nodier répond par ce biais aux thèses fameuses de Pinot-Duclos, selon lesquelles

  • 13 « Remarques sur la Grammaire générale et raisonnée », in Œuvres complètes, Genève, Slatkine, 1968, (...)

Il peut se faire que ce qui s’appelle aujourd’hui un livre s’appelle dans la suite un arbre ; que vert signifie un jour la couleur rouge, et rouge la couleur verte, parce qu’il n’y a rien dans la nature ni dans la raison qui détermine un objet à être désigné par un son plutôt que par un autre. […] Souvent le caprice décide ; quelquefois c’est la métaphysique la plus subtile, qui échappe à la réflexion et à la connaissance de ceux mêmes qui en sont les auteurs13.

  • 14 Mélanges de littérature et de critique, Genève, Slatkine, t. I, 1973, p. 67-71. Voir les Lettres à (...)

10Cette libre circulation, ce glissement anarchique et fortuit des « appellations », ne suppose rien d’autre que la négation absolue de toute corrélation esthétique entre le signe, le sens et l’objet qu’il représente. Il y a là, en outre, un parti pris idéologique propre à justifier toutes les interventions, plus ou moins concertées, contre l’intégrité d’une langue quelconque. Or, pour Nodier, toute langue est intouchable, moins parce qu’elle est transcendante et sacrée que parce qu’elle est humaine. Le cratylisme sert en somme de rempart, non seulement à la « rêverie fantasque » et « absurde » de Duclos, mais encore au centralisme ravageur et aliénant du jacobinisme. À l’encontre du « citoyen Grégoire », qui franchit lui aussi « la borne du délire et de l’ignorance14 » en voulant éradiquer les patois, Nodier se trouve pleinement fondé à glorifier

la langue du père, la langue du pays, la langue de la patrie [qui] a sur la langue écrite, sur la langue imprimée, l’avantage immense de ne se modifier que très lentement. Le patois a été l’intermédiaire essentiel des langues autochtones et des langues classiques, qui se sont faites dans les villes (Notions, p. 173).

11Trois traits caractérisent ainsi les parlers dialectaux : la transmission en ligne directe, l’ancrage territorial, la manifestation orale. Coupées de leur tradition, les langues urbaines sont en revanche farcies d’emprunts, étrangères au pays et asservies à la lettre. Conçue comme conservatoire oratoire d’un langage vivant, pas encore aseptisé ni insensibilisé, toute communauté dialectale témoigne au mieux de souches inaltérées désormais introuvables ailleurs. La littérature y trouve son compte – celle en langue d’oc (de Godolin ou Bellaudière) mais aussi le parler bourguignon des Noëls La Monnoye, les dialectalismes de Rabelais comme de La Fontaine – du simple fait qu’elle « rappelle partout l’étymologie immédiate » et que rien n’y est dû « à l’imitation et au plagiat ». Un peu après Grimm, mais avant Raynouard et tous les dialectologues qui développeront des recherches scientifiques jusqu’à la fin du siècle, Nodier se pose donc en précurseur de cette reviviscence mise en péril par la Révolution, qui se veut ni plus ni moins un retour, sans conteste romantique, aux sources vives du logos.

Littéralement et dans le bon sens

12Ce conservatisme invétéré autorise par voie de conséquence une critique acerbe de l’écriture orthographique, telle que promue par l’imprimerie. Si toute langue moderne est un « cadavre » c’est précisément parce que la graphie même, normalisée ou simplifiée, la rend inerte. D’apparence paradoxale, la position nodiérienne apparaît là encore hautement cohérente d’un point de vue esthétique. On s’attendrait qu’en fier défenseur de l’onomatopée, l’auteur adopte le principe d’une stricte phonographie, autrement dit d’une représentation terme à terme des unités sonores par les unités littérales. Or il s’alarme à l’idée d’une notation exactement conforme à l’oralité, « événement calamiteux pour les langues où elle parviendrait à s’introduire ». Loin de viser à « l’expression écrite de la prononciation », un alphabet philosophique devrait au contraire garantir

  • 15 Archéologue ou Système universel et raisonné des langues (1810, repris dans la rééd. des Notions é (...)

dans la distribution des signes dont il est composé, une espèce d’histoire implicite du phénomène de la parole, c’est-à-dire, que les signes doivent y être placés selon l’ordre de leur mécanisme et la simplicité de leur artifice, à commencer par la gamme des lettres vocales, et à finir par les consonantes de l’émission la plus difficile15.

13Un quart de siècle plus tard, les Notions n’en démordent pas :

Ce que l’orthographe doit conserver, ce n’est pas une prononciation fugitive que modifient, pour me servir de l’expression de Pascal, trois degrés d’élévation du pôle ; c’est la filiation du mot sans laquelle aucun mot n’a de signification arrêtée. La prononciation ne change rien à la valeur intime du verbe de l’homme. C’est l’étymologie qui le définit (p. 121).

  • 16 Selon Gérard Genette, Mimologiques, op. cit., p. 151.

14Le mirage d’un grammataire proprement phonomimétique16 – c’est-à-dire manifestant l’ordre d’acquisition des phonèmes par l’individu et par l’espèce – n’a donc rien d’une caractéristique de type leibnizien, ni d’un alphabet phonétique analogue à celui que Paul Passy élaborera dans les années 1896 et suivantes. Or ces deux sortes d’artefact opératoires ne sont pas pires que les notations usuelles et dévoyées, dont Nodier réprouve l’inadéquation. Si la prononciation n’a que faire dans une orthographe légitime, c’est parce que celle-ci doit par définition préserver la raison de l’écriture. Le phonocentrisme mimétique n’est pas incompatible avec une autonomie absolue des systèmes phonique et graphique : l’esthétique de ce dernier, qui est avant tout une plastique, répond à des exigences analogues mais néanmoins spécifiques.

15Ce que manifestent par exemple les lettres muettes, retranchées peu à peu par l’Académie et par les imprimeurs, c’est évidemment la trace d’une préhistoire (latine au premier chef) des vocables français. Puisque l’origine est irrémédiablement perdue, tout ce qui en éloigne plus encore est condamnable : « La plus vieille orthographe est la meilleure, ce qui ne l’empêche pas d’être mauvaise. » D’où la défense obstinée des finales ois/oi(en)t à l’encontre de la réforme induite par Voltaire, parce qu’une forme d’ores et déjà pérennisée doit être tenue pour la seule ratio scribendi acceptable, intangible faute de mieux. D’où encore les diverses éditions de textes des xvie et xviie siècles procurées ou soutenues par Nodier, afin de remettre en lumière ces monuments d’époque sous leur aspect authentique.

  • 17 Réédition in Œuvres philosophiques, Paris, PUF, 1968, p. 220.
  • 18 Mélanges de littérature, op. cit., t. I, p. 115-116.

16Si la lettre tue, c’est moins par sa persistance que par sa suppression ou sa substitution intempestive. Déliée de l’esprit, elle doit l’être aussi de la phonétique infiniment variable au gré du temps, de l’espace et des locuteurs individuels. Mais ce que « le français désossé de la typographie » sacrifie sans discernement, c’est le lien de l’écriture au corps et à la perception que peut en avoir le sujet parlant. Révélateur est à cet égard l’éloge adressé au cartésien Géraud de Cordemoy, dont Le Bourgeois gentilhomme avait moqué le célèbre passage du Discours physique de la parole (1668) : « Si on rapproche les dents sans les joindre entièrement, & si en même temps on allonge les deux lèvres en les rapprochant, sans les joindre tout à fait, on formera une voix en U17. » Nodier voit là non seulement un excellent « cours de prononciation et de lecture » mais aussi un gage de l’enracinement de la lettre dans le champ de la physique, et de la physiologie humaine. Une écriture parfaite devant moins témoigner de la parole actuelle que de sa genèse, l’auteur peut s’interroger sans boutade sur ce fait que, peut-être, « nous devons à Molière le malheur très réel de n’avoir ni un dictionnaire ni un alphabet18 » conformes aux besoins élémentaires des usagers.

17Cette étroite articulation entre physis et esthesis a des incidences notables sur le paradigme des termes mis, par la langue naturelle, à la disposition des écrivains. Loin d’être délibérément choisi, le mimétisme s’impose comme inévitablement prescrit à qui entreprend d’exprimer le monde :

  • 19 Jacques-Rémi Dahan, « De l’imitation considérée comme principe des langues », in Plein Chant, n° 9 (...)

Qu’on essaie de nous entretenir, en effet, du charme des scènes pastorales, de nous transporter des vallées aux montagnes, d’égarer nos yeux sur les hameaux, au milieu des savanes ou des travaux du labourage, sans répéter sans cesse l’a emphatique des bruits19

  • 20 Note du Génie, II, III, VI ; intégralement citée par Nodier dans la préface du Dictionnaire, p. 23 (...)

18Cette projection du principe d’équivalence sur l’axe des contiguïtés, découlant de la récurrence obligée d’un phonème et/ou d’une lettre, illustre par excellence la fonction poétique d’un discours qui la doit avant tout au vocabulaire disponible. Les « consonances euphoniques » ne deviennent donc faits de style que dans la mesure où elles sont d’abord des formes linguistiques esthétiquement précontraintes. Ainsi Nodier se plaît-il à citer l’auteur du Génie du christianisme, selon qui « la lettre A ayant été découverte la première, comme étant la première émission naturelle de la voix, les hommes, alors pasteurs, l’ont employée dans les mots qui composaient le simple dictionnaire de leur vie20 », mais au lieu de commenter une liste abrupte de termes typiques, il prend soin de les organiser en phrases suivies, propres à manifester précisément la transition de la langue, comprise comme réservoir lexical, au discours esthétisé qu’elle suscite :

M. de Chateaubriand a fort poétiquement remarqué que la vocale A s’était particulièrement adaptée à la famille des idées rurales, aux mots qui représentent les scènes de la campagne, de la vie pastorale et du labourage, aux bruits qu’on entend dans les pâturages et dans les ramées (Notions, p. 79).

19Nombre des articles du Dictionnaire des onomatopées sont conçus selon ce même principe générateur. À la différence des expériences ultérieures (et plus ou moins ludiques) d’un Leiris ou d’un Ponge, ces essais définitionnels se veulent rigoureusement techniques et métalinguistiques. Les effets de dissémination acoustique assurent là une cohésion qui n’a rien d’artificieusement poétique, puisqu’elle ne résulte jamais que d’une mise à plat, syntagmatique, des potentialités linguistiques :

cataracte. chute d’eau impétueuse et bruyante qui tombe et se brise de roc en roc avec un grand fracas.
écraser. […] le cri de la craie qui se rompt et qui se pulvérise sous le pied reproduit fort distinctement cette racine.
redondance. C’est une dérivation figurée du son que rend un corps dur qui rebondit dans sa chute.
strie. C’est une espèce de filet ou de rayure, qui paroît gravée difficilement dans un corps dur, ce qui est marqué par la construction rude et stridente de son nom. Cette expression est propre à l’histoire naturelle descriptive.
taffetas. Pris dans le bruit de l’étoffe qu’il désigne (Dictionnaire, s. v.).

  • 21 Selon l’expression de Bachelard dans La Flamme d’une chandelle, Paris, PUF, 1964, chap. II, p. 42.

20La paronomase comme l’équivoque évocatoire servent de matrice à une glose qui ne se conçoit précisément pas comme celle d’un rêveur de mots21 laissant libre cours au vagabondage inspiré de sa subjectivité. Constitutive du système de la langue, en tant qu’il reste « tiré du dictionnaire de la nature » (ibid., p. 43), la réflexivité infinie des signes qu’implique le principe onomatopéique affecte l’organisation discursive : les paragrammes ne produisent là aucun effet ornemental ni instrumental, mais insistent à la façon d’une marque de fabrique inaliénable.

Palingénésies

  • 22 On sait qu’une polémique s’est élevée, dès la publication des Notions, avec le baron Ferdinand d’E (...)
  • 23 Piet Desmet, La Linguistique naturaliste en France (18671922), Louvain, Peeters, 1996, p. 89, p. 3 (...)

21Pour fantastique et naïf qu’il paraisse au regard du positivisme scientiste alors en plein essor22, ce singulier sentiment de la langue offre, on le voit, l’intérêt corollaire de permettre une évaluation esthétique des discours. Le topos de l’inexorable dégénérescence au fil des âges est appliqué non seulement aux idiomes mais aussi aux littératures, censées se développer et mourir à l’instar des êtres vivants. Ainsi « la langue et la poésie d’Homère » finissent-elles à l’époque alexandrine avec Lycophron, « prototype éternel de ces faiseurs de galimatias doubles, si communs dans les littératures en décadence » (Notions, p. 54). On sait que l’organicisme sera durablement prôné au long du siècle par des linguistes qui, ignorant ou négligeant les spéculations nodiériennes, n’en seront pourtant guère éloignés : Honoré Chavée dans son Idéologie lexiologique [sic] des langues indoeuropéennes en 1878, Paul Regnaud dans l’Origine et philosophie du langage dix ans plus tard, ou encore Julien Vinson en 189723, verront eux aussi dans les langues des organismes vivants où s’incarne la pensée, qui naissent, croissent puis dépérissent d’après les lois physiologiques et/ou pathologiques dont les sciences humaines et sociales ont à rendre compte. Mais l’originalité de Nodier est de conjuguer deux vitalismes, et linguistique et littéraire, pour les saisir dans une même dialectique :

  • 24 Voir aussi les Questions de littérature légale, 1812-1828, rééd. Genève, Droz, 2003, chap. X.

Après le bel âge des lettres espagnoles, viennent Gongora et ses cultoristes ; après le Tasse et l’Arioste, le cavalier Marin et son pâle cortège de seicentistes maniérés, armés de pointes et de concetti ; après Shakespeare, l’euphuisme ; après notre admirable langue du seizième siècle, si gracieuse, si virile, si expressive, si pleine, si complète en toutes choses, après la langue de Rabelais, de Des Périers, de Marot, d’Henri Estienne, d’Amyot, de Montaigne, la préciosité si vaine, si affectée, si puérile, si prétentieuse, si contrefaite, si fausse. Et n’en demandez pas davantage aux facultés de l’homme. […] Il ne lui est donné de mener une langue, une science à fin, que pour sentir se révéler graduellement l’invincible instinct qui le porte à la défaire24

  • 25 Lire « De la palingénésie humaine et de la résurrection », in Œuvres complètes, t. V, Genève, Slat (...)

22Fortement marqué par Charles Bonnet et à un moindre degré par Ballanche, le philologue atténue son lamento au moyen d’une conception cyclique et palingénésique25 de ces deux objets connexes. Rien ne s’achève que pour mieux recommencer, rien ne s’efface que pour renaître, sous une autre forme mais selon des principes analogues :

  • 26 « De la prose française, et de Diderot », in Revue de Paris, Slatkine, 1972, p. 228.

Au dix-huitième siècle se préparait une révolution immense dans la société ; il arriva ce qui arrive toujours, une révolution immense dans le langage. […] On s’aperçut alors que ce qui restait de la poésie antique était un rythme, et que ce qui s’annonçait de la prose nouvelle était une langue26

  • 27 « Langue française », op. cit., p. 307.
  • 28 « De la prose française », op. cit., p. 232.

23À la prose insipide de Boissy, de Moncrif, de Marmontel ou de Thomas, aux « niaiseries musquées de ce troupeau de rimeurs de ruelles, qu’on appelait encore des poètes en 1780 », à « l’excès de la magnificence » propre à Buffon, à « l’abus de l’esprit27 » imputable à Montesquieu, devait faire suite une résurrection, venue, comme il se doit, du peuple et non des Académies. De fait, c’est bien « la providence des langues » qui vint susciter, « dans un atelier d’horlogerie », le génie d’un Rousseau servi par « le hasard de son éducation spontanée » et par « les tours d’un parler âpre et naïf, élastique et malléable28 ». De même, c’est au Diderot « fils d’un coutelier » que Nodier reconnaît le mérite d’avoir innové par

un style spontané comme l’imagination, indépendant et infini comme l’âme, un style qui vit de lui-même, et où la pensée s’est incarnée dans le verbe. […] Dans les lettres comme dans les institutions, c’est le peuple qui renouvelle tout, parce qu’il ne vieillit pas (ibid., p. 234).

  • 29 La formule est de Paul Bénichou, dans L’École du désenchantement, Paris, Gallimard, 1992, p. 86.

24Rien d’étonnant à voir se reproduire en de telles occasions cette prise de la parole par laquelle Adam se fit homo loquens. Par-delà les processus de déréliction qui éloignent de l’origine sans l’abolir jamais, se font jour de manière cyclique, non pas d’éternels retours à ce mythique acte de fondation, mais de nouveaux départs conformes à ce « progrès par recréations successives29 » qu’est la palingénésie. L’indissoluble collusion entre langue et littérature – l’une engendrant ou détruisant l’autre, et réciproquement – permet en somme de les inscrire dans une dynamique commune, une histoire de la parole où le sentiment du vrai induit une représentation du beau compris comme expression naturelle de l’affect.

25La prétention à l’universel, qui fut reprochée par ses contradicteurs à un Nodier résolument insoucieux des recherches de son temps, s’appuie moins sur une somme de connaissances rigoureuses et scientifiquement démontrées que sur une intuition généralisée. Ne puisant guère d’exemples (quant aux onomatopées ou aux graphies) que dans la langue française, le philologue affirme sans vergogne que de semblables phénomènes se retrouvent dans toutes les autres ; ses vues sélectives sur l’histoire littéraire s’autorisent également de ce qu’« il en sera de même partout », pour justifier une thèse qui se veut intemporelle et valide en soi. En tant qu’elle se situe au plus proche de la sensation brute, l’involution cognitive s’accommode donc fort bien d’un éloge de l’ignorance, d’un refus des théories scientistes, voire des faits eux-mêmes. D’où son anachronisme foncier, mais aussi sa pérennité fantasmatique fondée sur une quête toute romantique de l’absolu. Sans être de son temps, elle est bien en son temps. Témoignant d’une inquiétude radicale à l’égard du langage, d’un sentiment de déperdition irrémédiable à l’ère de la technologie naissante et des sciences modernes, ce conservatisme, ce culte de l’archaïque, ce rejet des idiomes et des discours abâtardis, sont entièrement gagés sur un parti pris dont Nodier ne s’est jamais défait : celui d’une esthétique en acte, plus exactement en action dans l’émergence des langues comme des littératures, et qui ferait de la linguistique un humnisme.

Notes

1 Charles Nodier, « Des nomenclatures scientifiques » (1835), repris dans la réédition des Notions élémentaires de linguistique, Genève, Droz, 2005, p. 284. On appréciera l’allusion (via Pradon) à l’Épître X de Boileau, renforçant l’opposition entre le modèle du classique absolu et la dégénérescence contemporaine.

2 « La Neuvaine de la Chandeleur », in Contes, Paris, Garnier, 1961, p. 810. Voir les non moins sarcastiques « esthétisme individuel et intime », in Paul ou la ressemblance, p. 647, « esthétique du païen », in Franciscus Columna, p. 890 et « aperceptions les plus éclectives de son sens intellectif, pour jouir esthétiquement des acquisitions de sa compréhensivité », in Voyage pittoresque, p. 455.

3 Respectivement « Onomatopoétique », in Mimologiques, Paris, Éditions du Seuil, 1976, p. 149-181) et « La nature dans la voix », préface au Dictionnaire raisonné des onomatopées françaises de Nodier, Mauvezin, Trans-Europ-Repress, 1984, p. 11-104.

4 Il ignore superbement Herder, Hamann ou Monboddo, dont il est proche à son insu.

5 Notions élémentaires de linguistique, op. cit., p. 51. Pièce en alliage sans valeur, le billon servit de monnaie de compte jusqu’au xviiie siècle.

6 « La valeur linguistique sera comme la valeur d’une pièce de cinq francs. Cette valeur est déterminée par une foule d’autres choses que le métal qui y entre » (Écrits de linguistique générale, Paris, Gallimard, 2002, p. 287) ; voir aussi François Rastier, « Valeur saussurienne et valeur monétaire », in L’Information grammaticale n° 95, octobre 2002, p. 46-49.

7 Article « Langue française » du Dictionnaire de la conversation et de la lecture (1836), repris dans la réédition des Notions élémentaires de linguistique, op. cit., p. 304.

8 Essai sur l’origine des connaissances humaines, Paris, Galilée, 1973, p. 138.

9 Essai sur l’origine des langues (posth. 1781), chap. III, Paris, Gallimard, « Folio », 1990.

10 Notions élémentaires de linguistique, op. cit., p. 3637 (« une musique pâle, une imagination décolorée, des explications louches, d’âpres douleurs, d’âcres baisers »). Alors que Rousseau critiquait la « fausse analogie entre les couleurs et les sons » (Essai, chap. XVI), le principe d’analogie par transposition, chez Nodier, fonde la métaphore (selon Gérard Genette, Mimologiques, op. cit., p. 176 et suivantes).

11 Notions élémentaires de linguistique, op. cit., p. 42. Voir les Études de Bernardin, t. II, 1804, p. 337.

12 Législation primitive (1802, p. 21-22 et 122) et le chap. II des Recherches philosophiques qui traite De l’origine du langage (1817).

13 « Remarques sur la Grammaire générale et raisonnée », in Œuvres complètes, Genève, Slatkine, 1968, t. VIII, chap. I, VI, rem., p. 36-38.

14 Mélanges de littérature et de critique, Genève, Slatkine, t. I, 1973, p. 67-71. Voir les Lettres à Grégoire sur les patois de France, Genève, Slatkine, 1969 et M. De Certeau et alii, Une politique de la langue : la Révolution française et les patois, Paris, Gallimard, 1975.

15 Archéologue ou Système universel et raisonné des langues (1810, repris dans la rééd. des Notions élémentaires de linguistique, op. cit., p. 244).

16 Selon Gérard Genette, Mimologiques, op. cit., p. 151.

17 Réédition in Œuvres philosophiques, Paris, PUF, 1968, p. 220.

18 Mélanges de littérature, op. cit., t. I, p. 115-116.

19 Jacques-Rémi Dahan, « De l’imitation considérée comme principe des langues », in Plein Chant, n° 9, « Plan et fragments du grand œuvre linguistique de Nodier », 1982, p. 37.

20 Note du Génie, II, III, VI ; intégralement citée par Nodier dans la préface du Dictionnaire, p. 23 : « La première voyelle de l’alphabet se trouve dans presque tous les mots qui peignent les scènes de la campagne, comme dans charrue, vache, cheval, labourage, vallée, montagne, arbre, pâturage, laitage, etc. et dans les épithètes qui ordinairement accompagnent ces noms, telles que pesante, champêtre, laborieux, grasse, agreste, frais, délectable, etc. Cette observation tombe avec justesse sur tous les idiomes connus ».

21 Selon l’expression de Bachelard dans La Flamme d’une chandelle, Paris, PUF, 1964, chap. II, p. 42.

22 On sait qu’une polémique s’est élevée, dès la publication des Notions, avec le baron Ferdinand d’Eckstein notamment, qui opposait au dilettantisme de Nodier les travaux de tous « les Sacy, les Rémusat, les Eugène Burnouf, les Saint-Martin, les Étienne Quatremère, les Boissonade, les Letronne, les Chézy, etc. », in Journal de l’Institut historique, t. I, septembre 1834, p. 79.

23 Piet Desmet, La Linguistique naturaliste en France (18671922), Louvain, Peeters, 1996, p. 89, p. 358 et p. 416.

24 Voir aussi les Questions de littérature légale, 1812-1828, rééd. Genève, Droz, 2003, chap. X.

25 Lire « De la palingénésie humaine et de la résurrection », in Œuvres complètes, t. V, Genève, Slatkine, 1968.

26 « De la prose française, et de Diderot », in Revue de Paris, Slatkine, 1972, p. 228.

27 « Langue française », op. cit., p. 307.

28 « De la prose française », op. cit., p. 232.

29 La formule est de Paul Bénichou, dans L’École du désenchantement, Paris, Gallimard, 1992, p. 86.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540