Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Romantismes, l'esthétique en acte

 | 
Jean-Louis Cabanès

Panoramique

De la poétique à l’esthétique (1800-1850)

José-Luis Diaz

Texte intégral

  • 1 Emmanuel-Louis-Nicolas Viollet-le-Duc (1781-1857), Précis d’un traité de poétique et de versificat (...)

1Pour traiter de ce qui se passe en matière d’esthétique, en France, entre 1800 et 1850, il m’a semblé utile de partir des formulations d’un article du Globe de 1829, qui vont éclairer mon titre. Voici ce qu’écrit Charles Magnin, à propos d’un ouvrage de poétique, le Précis d’un traité de poétique et de versification de Viollet-Leduc, déjà paru sous un autre titre en 18091 :

  • 2 Charles Magnin, « Littérature. Précis d’un traité de poétique et de versification par M. Viollet-L (...)

Le temps n’est pas aux poétiques […] non, le temps n’est pas à l’obéissance passive ; il est au doute, à l’examen, à la critique, disons mieux, à la poésie. Après avoir vaincu en religion, en philosophie, en critique, le principe de liberté est descendu aux créations de l’esprit et aux arts d’imagination.
[…] La chimie a brisé a jamais les fourneaux des adeptes ; l’astronomie a dissipé les visions de l’astrologie judiciaire : pourquoi une science nouvelle, l’esthétique, ne nous empêcherait-elle pas à son tour de retomber dans nos crises de foi aveugle et dans nos manies de législation littéraire ? C’est à élever ce fanal, c’est à fonder cette science, que la critique doit employer aujourd’hui tous ses efforts.
[…] Ce qui distingue essentiellement l’esthétique de l’art poétique (comme ce qui distingue tout art d’une science), c’est que l’une reconnaît et décrit tous les faits qui sont compris dans son domaine, faits nécessaires et naturels, préexistants à la science, et qui seraient quand elle ne serait pas ; tandis que l’autre ne recueille que quelques notions partielles, quelques méthodes traditionnelles, quelques procédés de facture, tous faits contingents et qui ne sont que par la volonté de l’artiste.
[…] On le voit, ce qui importe surtout, c’est d’établir une prompte et complète séparation entre l’esthétique et la poétique, entre les conseils et la science2.

  • 3 « Ce n’est pas la peine de créer le nom d’esthétique et de faire une science formelle de cette par (...)
  • 4 Ibid.

2Voilà donc l’esthétique, sinon intronisée, du moins appelée en tant que science, programmatique et libérale, à prendre la place de cette déesse morte, la « poétique », discipline routinière, normative, symbolisée par une poignée de Mentors conspués : Aristote, Boileau, Marmontel (auteur d’une Poétique française, 1763), La Harpe (et son Cours de littérature, autrement dit son Lycée). Pas un instant ne vient à l’esprit de l’auteur de ces lignes l’idée que les domaines de la poétique et de l’esthétique pourraient être différents. C’est que nous sommes en France, pays qui renâcle à l’esthétique, mot allemand3, l’affuble d’italiques de déni, l’assortit de la pédante diphtongue ae ou œ, et où l’on affirme que le pays n’est pas en peine de discours sur les arts. Car, s’écrie un critique des Archives littéraires de l’Europe, en 1805, « nous possédons […] assez de poétiques, de rhétoriques, de théories des arts et d’essais sur le goût, sur le beau et sur le sublime4 ». Fierté nationale bien placée… Comme c’est dans Le Globe que l’intronisation de l’esthétique a lieu, ne soyons pas surpris de certaine note scientiste. Nous sommes chez des intellectuels, des universitaires, héritiers de Mme de Staël, sous influence de Cousin. Sachons aussi que nous avons là l’expression d’une idée en avance sur son temps. Au quasi-milieu géométrique de la période considérée, voici donc cette alternance poétique/esthétique définie comme étant la transformation en cours, et aussi la mission à accomplir. C’est à vérifier et à prolonger une telle description que je vais ici m’employer.

3Inutile de perdre son temps à conforter la première partie de l’analyse : la ruine des poétiques. Simplement, il ne faudrait pas aller trop vite en besogne, ce que nous rappelle la situation d’énonciation de l’article de Magnin. Car lui-même se trouve dans le cas d’avoir à rendre compte d’une poétique, avec des accents qui rappellent que le combat contre Aristote reste d’actualité.

  • 5 Victor Hugo, Œuvres complètes, Paris, Club français du livre, t. III, p. 68.
  • 6 Alfred de Musset, « Lettre à Paul Foucher, 23 septembre 1827 », in Correspondance, M. Codroc’h, L. (...)
  • 7 L’expression percutante se trouve par exemple chez Vigny, préfacier de Chatterton : « La vanité la (...)

4Certes, à la fin de 1827 vient de retentir le slogan de la préface de Cromwell : « Mettons le marteau dans les théories, les poétiques et les systèmes. […] Il n’y a ni règles, ni modèles […]5 ». En septembre de la même année, le tout jeune Musset se moque de l’« ergoterie des commentateurs » : « Faites des systèmes, mes amis, établissez des règles, vous ne travaillez que sur les froids monuments du passé ; qu’un homme de génie se présente, et il renversera votre échafaudage ; – et se rira de vos poétiques6. » Un sentiment qui s’accorde avec l’expression récurrente de la part des romantiques (Vigny, Stendhal, Hugo), d’un mépris de la « théorie7 », alors même que certains n’en sont pas moins de remarquables théoriciens.

  • 8 François Andrieux (1759-1838), Cours de grammaire et de belles-lettres. Sommaire des leçons sur l’ (...)
  • 9 Joseph-Gaspard Dubois-Fontanelle, Cours de belles-lettres, Paris, G. Dufour, 1813, 4 vol.
  • 10 Népomucène Lemercier, Cours analytique de littérature générale, tel qu’il a été professé à l’Athén (...)
  • 11 « Le Cours de littérature de La Harpe […] cet ouvrage t’ennuiera peut-être un peu, mais il te dégr (...)
  • 12 « Delaharpiser et dégagnoniser mon goût en lisant souvent les grands dramatiques existants » (Jour (...)
  • 13 Abbé Charles Batteux, Les Beaux-arts réduits à un même principe, Paris, Durand, 1746. En 1793 enco (...)
  • 14 Les Quatre Poétiques, d’Aristote, d’Horace, de Vida, de Despréaux, avec des traductions et des rem (...)
  • 15 La Décade philosophique se moque de Kant qui prétend que « le principe de l’imitation de la nature (...)
  • 16 Pierre-Jean-Baptiste Chaussard (1766-1823), Poétique secondaire, ou Essai didactique sur les genre (...)
  • 17 Jean-François Sobry (dit Soubry) (1743-1820), Poétique des arts, ou Cours de peinture et de littér (...)

5Mais grâce à l’institution scolaire, ces « poétiques » qu’un bachelier de 1827 déclare risibles ont encore de beaux jours devant elles. En témoigne le millésime des deux livres d’Antoine Fontanier, dont nous savons la réviviscence posthume, due à Gérard Genette : 1821, pour l’un, le Traité des tropes ; 1827, pour l’autre, Les Figures du discours ; et 1830 pour leur réunion en un seul volume. Signe des temps : Fontanier a d’abord publié un « commentaire raisonné » des Tropes de Dumarsais (1818), et, en 1825, un Boileau des collèges. Autre confirmation de cette résistance des poétiques : jusqu’en 1830 fleurissent des Cours de littérature (La Harpe, 1797-1802 ; Andrieux, 18108 ; Dubois-Fontanelle, le professeur de Stendhal à l’École centrale, 18139 ; Népomucène Lemercier, 181710). Si l’élève de Dubois-Fontanelle se « délaharpise » dès 180411, lui-même a commencé par vanter les vertus pédagogiques du Lycée à sa sœur Pauline en 180112. Tout un monde donc, qui, protégé par le conservatoire scolaire, subsistera en parallèle au nouveau monde jusqu’en cette fin du siècle où l’on se décide enfin à mettre la rhétorique à la porte des lycées. Non au profit de l’esthétique, mais de sa rivale, l’histoire littéraire… Un monde où, en termes de discours sur l’art, les abbés Batteux et Du Bos restent des magisters qu’on révère, surtout le second, auteur d’une Bible longuement encensée en faveur du principe de l’imitation : Les Beaux-arts réduits à un même principe13. Un monde où continuent de régenter les Quatre Poétiques, rééditées en quatuor par l’abbé Batteux en 1771 (Aristote, Horace, Vida, Boileau14) ; où l’on ironise sur Kant qui croit s’être débarrassé à bon compte du principe sacro-saint de l’« imitation de la belle nature15 » ; où Chaussard publie en 1810 puis en 1817 une Poétique secondaire, ou Essai didactique sur les genres dont il n’est point fait mention dans la poétique de Boileau16 ; où Sobry y va, en 1810, d’une Poétique des arts17, signe de la résistance du vieux continent épistémique sur le terrain même de l’adversaire.

  • 18 Henri Tronchon, « Une adoption du Romantisme ? L’esthétique », in Romantisme et préromantisme, Par (...)

6Cette rémanence de l’esprit « poéticien », et aussi ce retard à accueillir l’esthétique, mot et chose, s’expliquent quand on considère la réception française de cette discipline, venue dans les wagons de l’étranger. Teutonne, abstraite, pire encore « anti-artiste », pour parler comme en 1830. Heureusement, cette histoire a été écrite avant moi, et bien écrite, par un comparatiste des belles années, Henri Tronchon18. Histoire du mot plus que de la discipline, mais qui n’en montre pas moins la courbe française de l’esthétique.

  • 19 Entre-temps, les recherches lexicologiques ont avancé la date d’entrée du mot dans la langue franç (...)
  • 20 Charles de Villers (1765-1815), Philosophie de Kant ou Principes fondamentaux de la philosophie tr (...)

7Apparition du mot en 177619, dans un article du Supplément de l’Encyclopédie traduit de la Théorie des Beaux-arts de Sulzer, fort peu préromantique au demeurant. Résistances d’emblée, sauf chez quelques vigies germanisés, dont Charles de Villers, un des initiateurs à l’Allemagne de Germaine de Staël. Villers loue ceux qu’il appelle les « esthétiques allemands », se félicite du fait que « la partie rationnelle de la critique littéraire est devenue formellement une science sous le nom d’Esthétique », et il oppose, de manière emblématique, l’esthétique à venir à ce testament mondial de la Poétique qu’est le Cours de littérature de La Harpe. Un cours « professé par surprise », dit-il en se moquant, et très en deçà de ce qu’on est en droit d’attendre d’un tel ouvrage : « une bonne et fondamentale théorie de l’art […], une théorie du goût, du sentiment, en un mot une esthétique20 ».

8Mais dans le contexte des guerres napoléoniennes, c’est le concert des ironistes qui bat son plein. Rares ceux qui pensent autrement que Béranger :

  • 21 Béranger, « Le bon Français », in Chansons, cité Henri Tronchon, « Une adoption du Romantisme ? L’ (...)

N’allons pas en Germanie,
Chercher les règles du goût21.

  • 22 Archives littéraires de l’Europe, t. VII, 1805, p. 430. Cité par H. Tronchon, op. cit., p. 122.
  • 23 « Littérature » au sens ancien du mot, lequel concerne bien plus la réflexion sur la littérature, (...)
  • 24 L’Esprit des journaux, ouvrage périodique et littéraire, novembre 1804, p. 11-12.
  • 25 Propos de Böttiger, cités par Edmond Eggli, Schiller et le romantisme français, Paris, J. Gamber ( (...)
  • 26 « Dîner avec Robinson, écolier de Schelling. Son travail sur l’esthétique de Kant. L’art pour l’ar (...)
  • 27 « Les beaux-arts, en général, peuvent quelquefois contribuer, par leurs jouissances mêmes, à forme (...)

9Quant à l’esthétique, la fin de non-recevoir qu’on lui oppose est commune, et le restera longtemps. « L’æsthétique est une science fort peu connue parmi nous, du moins sous le nom qu’elle porte en Allemagne », estime, en 1805, un collaborateur des Archives littéraires de l’Europe22. Inconnue au bataillon… D’ailleurs, les résistances philologiques confirment les résistances de fond : « On peut dire d’abord que ce n’est pas la peine de créer le nom d’esthétique et de faire une science formelle de cette partie de littérature23 qui apprend à juger des productions du génie et de l’esprit… Ajoutez à cela que toute l’esthétique du monde ne fait pas un ouvrage de génie, et ne le vaut pas. » Voilà ce qui s’imprime en 1804 dans LEsprit des journaux24. Jusqu’à la première Mme de Staël qui se plaint, dit-on, lors de son voyage en Allemagne, en cette même année 1804, de la propagation du « coryza esthétique25 ». Cela tandis que son compagnon, Benjamin Constant, note dans son journal, mais du bout de la plume, cette expression de « l’art pour l’art26 », tirée d’une conversation avec un élève de Schelling. Véritable hapax jusqu’en 1833, seul susceptible presque de manifester quelque (mé) compréhension française des thèses en faveur de l’autonomie de l’art, celles de Kant et de Schiller. N’oublions pas que De la littérature dans ses rapports avec les institutions sociales vient, en 1800, de reprendre contre les arts et les artistes d’étranges couplets militants, qui disent que les arts, structurellement matérialistes et sensualistes, à la différence de la philosophie, sont tout disposés à se mettre au service des tyrans27

  • 28 De l’Allemagne, chap. XXIII de la IIe partie, « Des beaux-arts en Allemagne », Simone Balayé (dir. (...)
  • 29 Ibid., p. 83.
  • 30 De l’Allemagne, chap. IX de la IIIe partie, « Influence de la nouvelle philosophie allemande sur l (...)
  • 31 De l’Allemagne, chap. VI de la IIe partie, « Lessing et Winckelmann », op. cit., t. I, p. 185.
  • 32 De l’Allemagne, chap. IX de la IIIe partie, « Influence de la nouvelle philosophie allemande sur l (...)
  • 33 De l’Allemagne, chap. VI de la IIe partie, « Lessing et Winckelmann », op. cit., t. I, p. 187.
  • 34 De l’Allemagne, chap. IX de la IIIe partie, « Influence de la nouvelle philosophie allemande sur l (...)
  • 35 Voir Henri Tronchon, « Une adoption du Romantisme ? L’esthétique », op. cit., p. 145-146.

10Mais, paradoxe, c’est grâce pourtant à Mme de Staël que le sort français de l’esthétique va changer. Non pas encore dans ce « roman d’artiste » – pourtant – qu’est Corinne (1807). Mais dans De l’Allemagne (1810-1814) où, en bonne préromantique, elle enseigne qu’« un plaisir qui naît de la réflexion […] n’appartient pas à la sphère merveilleuse des arts28 », et qu’« il faut dans les beaux-arts plus d’instinct que de pensée29 ». Alors, par un retournement prévisible et conforme à son véritable style intellectuel, elle se met à vanter Kant30 ainsi que Winckelmann, « l’homme qui fit une véritable révolution dans la manière de considérer les arts31 ». Mais sans oser brandir le mot d’esthétique… Car si Mme de Staël estime qu’« il vaut infiniment mieux […] pour la littérature d’un pays, que sa poétique soit fondée sur des idées philosophiques, même un peu abstraites, que sur de simples règles extérieures32 », c’est bien en termes de poétique qu’elle continue de parler. De même lorsqu’elle écrit : « La poétique de tous les arts est rassemblée sous un même point de vue dans les écrits de Winckelmann, et tous y ont gagné33. » Ou lorsqu’elle fait l’éloge de la « théorie littéraire des Allemands », de leur « philosophie des beaux-arts » : « théorie toute créatrice », dit-elle, qui, « loin de les contraindre, cherche comme Prométhée, à dérober le feu du ciel pour en faire don aux poètes34 ». Une résistance à parler esthétique qu’on retrouve jusque chez l’un des fers de lance de l’esthétique allemande, W. A. Schlegel, lorsque dans la traduction française de son Cours de littérature dramatique professé à Vienne en 1808, il laisse enlever un prologue sur l’esthétique, prologue un peu obscur, qu’il ne reprend pas non plus dans la deuxième édition allemande de son livre, à Berlin, en 181735.

  • 36 « Des arpenteurs esthétiques ont souvent déploré dans Shakespeare l’absence totale d’unité intérie (...)
  • 37 Voir Henri Tronchon, op. cit., p. 159.
  • 38 Où elle s’en prend à ceux qui examinent les hommes et les œuvres « des sommets planchiques de l’an (...)
  • 39 Où elle s’en prend aux « professeurs d’esthétique » qui tiennent des « chaires d’éloquence » dans (...)
  • 40 Cahier Brun, Paris, Fonds Lovenjoul, Bibliothèque de l’Institut, p. 164.
  • 41 « Les théories, l’esthétique, c’est la fin des lectures » (Histoire de la littérature française, p (...)
  • 42 À Marie-Joseph Chénier manque selon lui, « je ne voudrais pas employer les grands mots, une esthét (...)
  • 43 Cours familier de littérature, CXXe Entretien, « Conversations de Goethe par Eckermann. IIe partie (...)
  • 44 « Exposition universelle – 1855 – Beaux-arts », in Œuvres complètes, Cl. Pichois (dir.), Paris, Ga (...)

11Inutile – et impossible – ici de suivre les résistances à l’esthétique pendant toute notre période. Dans l’ordre, celles d’Hoffmann, pestant contre les « arpenteurs esthétiques36 » ; celles de Stendhal dans sa Vie de Rossini (1823), qui se plaint de ce mot inventé par les Allemands dont il déclare ne pas comprendre le sens37 ; celles de George Sand, dans une lettre de 1835 à Marie d’Agoult38, puis dans les Lettres d’un voyageur (1834-1837)39 ; celles de Sainte-Beuve, qui apprécie les « remarques minutieuses […] par lesquelles Denys d’Halicarnasse nous fait sentir […] le caractère pittoresque des vers d’Homère », « lettres closes pour nos grands esthétiques40 » ; celles de Nisard41 et de Labitte42, prévisibles ; plus inattendues, celles de Lamartine citant Goethe : « il faut que je rie de ces esthéticiens, dit Goethe, qui se tourmentent pour enfermer dans quelques mots abstraits l’idée de cette chose mystérieuse que nous désignons sous cette expression : le beau43 » ; semblables à celles de Baudelaire, citant Heine en 1855 : « un de ces modernes professeurs-jurés d’esthétique, comme les appelle Henri Heine, ce charmant esprit », et se moquant pour son compte de celui qu’il appelle « l’insensé doctrinaire du Beau44 ». On peut y voir un symbole : Baudelaire, parangon de « l’esthétique des créateurs », prenant appui sur la vague de fond anti-esthétique, y compris allemande, pour établir, par ricochet, ses droits à une autre forme de théorie…

12Après ce survol des résistances, il faudrait aller débusquer aussi les signes de progression quand même. Et faire alors deux parts, être attentif à deux rythmes : celui des philosophes, universitaires, et celui des critiques d’art et des artistes. Cela non sans prendre acte du fait que cette division du travail est aussi une division d’épistémè. Nous sommes à une époque où, en vertu de Cousin et de son école, la philosophie tend à devenir une activité qui se désolidarise du champ littéraire général. Ce que dénoncera Joseph Ferrari, en 1849, et, un peu plus tard, Taine, dans Les Philosophes français du xixe siècle. Autonomisation institutionnelle (nous sommes face à deux parties séparées du « champ littéraire », au sens sociologique et éditorial). Autonomisation intellectuelle aussi, car ces deux épistémè communiquent peu entre elles, l’esthétique philosophique se distinguant de la pensée commune, de manière dommageable, à l’évidence.

13On a donc bien alors deux mondes.

  • 45 Son cours est publié après sa mort par son disciple Ph. Damiron : Cours d’esthétique, suivi de la (...)
  • 46 Augustin Théry, De l’esprit et de la critique littéraires chez les peuples anciens et modernes, pa (...)
  • 47 Alexis-François Rio, De l’Art chrétien, Paris, A. Bray, 1855.
  • 48 Esquisse d’une philosophie par F. Lamennais, Paris, Pagnerre, 1840-1846, 4 vol.
  • 49 Voir, entre autres, Amédée Duquesnel, « Idées sur l’art et les artistes », in Revue européenne, no (...)
  • 50 C. Robert, Essai d’une philosophie de l’art, Paris, Debécourt, 1836.
  • 51 Alfred Michiels, Histoire des idées littéraires en France au xixe siècle et de leurs origines dans (...)
  • 52 Ibid., t. II, p. 463.

14D’une part, les hommes « spéciaux », comme nés de Cousin et de son cours longtemps inédit de 1818 : Théodore Jouffroy qui enseigne l’esthétique chez lui, en 182845 ; les gens du Globe, mais aussi Augustin Théry46, Rio47, Lamennais48, la Revue européenne, Amédée Duquesnel49, les néocatholiques en général, Cyprien Robert50, un peu plus tard des esprits comme Alfred Michiels, qu’on gagnerait à relire. Car Michiels a divers mérites en la matière : dénoncer « ce bavardage impertinent qu’on appelle la critique » ; avoir proposé, dès 1842, une juste synthèse sur l’histoire de la réflexion critique en France51 ; avoir pour « fanal » cette idée : « On ne tirera la science littéraire du banc de sable où elle gît engravée depuis si longtemps qu’au moyen de l’esthétique. » Enfin, préférer l’esthétique à l’histoire littéraire. D’où le reproche à Ampère d’avoir préféré « l’histoire littéraire à la philosophie de l’art », renoncé « aux abstraites considérations de l’esthétique52 » et avancé à tort que l’esthétique s’appuie sur l’histoire littéraire, alors que ce sont deux sciences parallèles qui doivent réciproquement s’aider.

15Face à ce petit monde philosophique, le grand monde des écrivains (Hoffmann, Stendhal, Hugo, Nerval), des artistes (Girodet, Delacroix, Louis Boulanger), des critiques d’art plus ou moins improvisés : Planche, Sainte-Beuve parfois, Gautier, Baudelaire, sans oublier les feuilletonistes, en particulier ceux d’une revue comme L’Artiste.

  • 53 Victor Cousin, « Du beau et de l’art », 1er septembre 1845. Théophile Gautier, « Du beau dans l’ar (...)
  • 54 Edgar Quinet, Considérations philosophiques sur l’art, Strasbourg, Levrault, 1839.
  • 55 Antelme-Édouard Chaignet (1819-1901), La Rhétorique et son histoire, Paris, F. Wieweg, 1888.
  • 56 Charles Lévêque, La Science du beau dans ses applications et dans son histoire, Paris, A. Durand, (...)
  • 57 Charles Lévêque, Bibliographie méthodique et raisonnée des Beaux-Arts, Paris, Firmin Didot, 1877.

16Entre ces deux mondes, peu de communications. Permis à la Revue des Deux Mondes de publier conjointement à la fin des années 1940, un article de Gautier et un article de Cousin – très différents, comme il se doit, mais parents par leurs titres – qui tendent tous deux à soutenir la thèse de l’autonomie de l’art53. Mais, mise à part une telle exception, conforme à la politique de la revue de Buloz, qui se pique de faire la transition aussi entre ces autres « Deux Mondes », monde savant et monde artiste, la rupture est patente entre eux. Le premier vit au rythme de cours qui restent longtemps inédits (celui de Jouffroy n’est publié qu’après sa mort, en 1843, par Damiron ; celui de Cousin en 1853), d’articles de revues savantes, d’ouvrages considérés comme rébarbatifs – Quinet (183954), Lamennais (1840-1846), Michiels (1842) – cela d’autant plus que l’esthétique romantique courante, instinctive, celle qui est véritablement en vigueur, se défie des théoriciens. Ce petit monde d’esthétique à la française est scandé aussi par les traductions lentes à venir : traduction Bérard de L’Esthétique de Hegel, à partir de 1840, des écrits esthétiques de Schiller par Wege à partir de la même année. Quant à l’heure des synthèses, elle ne sonnera qu’à la fin de la décennie suivante, par des fresques historiques pâlichonnes, qui persistent à ne pas arborer le fanion esthétique : celle de Chaignet, en 1860 (Principes de la science du beau), lequel Chaignet traite Hegel avec méfiance et, coïncidence significative, s’oppose le moment venu à la suppression de la rhétorique et écrit son histoire en deux gros volumes55 ; celle de Charles Lévêque, en 1861 : La Science du beau dans ses applications et dans son histoire56. Mais c’est 1874 qu’il faut attendre, pour qu’Ernest Vinet face une place importante à l’esthétique, y compris allemande, dans sa Bibliographie méthodique et raisonnée des Beaux-Arts57.

  • 58 Avant de figurer dans l’article de Magnin déjà cité, il était déjà utilisé dans le numéro du 26 se (...)
  • 59 « C’est un livre plein d’instruction et de conscience que celui de M. Théry. Il se place dès l’abo (...)
  • 60 Annonce de La Sainte-Baume de Joseph d’Ortigues, Revue de Paris, novembre 1833, p. 31 : « C’est to (...)
  • 61 Œuvres complètes, Paris, Club français du livre, t. V, p. 22.

17Malgré résistances et lenteurs, le mot tend à devenir plus courant après 1829. Le Globe l’utilise assez fréquemment, ce qui est normal58. Mais aussi, après 1830, des revues généralistes comme la Revue de Paris, au moment de rendre compte des ouvrages de Théry59 ou de Joseph d’Ortigues60. Plus remarquable encore, le mot est chez Hugo dans la Préface de Notre-Dame de Paris. Hugo y fait l’éloge de ceux de ses lecteurs « qui n’ont pas jugé inutile d’étudier la pensée d’esthétique et de philosophie cachée dans ce livre », et se sont plu « à suivre […] le système de l’historien et le but de l’artiste, à travers la création telle quelle du poète61 ».

  • 62 « Travaux littéraires de M. Victor Hugo », in L’Europe littéraire, 12 juin 1833, t. II, p. 66-67.

18Juste renvoi d’ascenseur, on le trouve aussi, de manière plus significative encore, chez un critique anonyme de L’Europe littéraire, qui, le 12 juin 1833, rend compte des « Travaux littéraires de M. Victor Hugo62 ». Cet anonyme se pique de parler de « critique littéraire et d’esthétique générale », et se situe dans le cadre des « discussions récentes en esthétique générale ». Voici par lui Hugo lavé du péché d’avoir fait une poétique pour sa poésie, mais critiqué pour s’en être défendu :

On a reproché à l’auteur de Cromwell d’avoir fait une poétique pour sa poésie ; je ne vois pas pourquoi M. Hugo a repoussé cette imputation. Faire une poétique pour sa poésie, c’était déjà une grande avance sur ceux qui faisaient leur poésie, si poésie il y avait, non pas même pour leur poétique, mais pour la poétique d’autrui, pour la poétique de Boileau et de quelques autres rhétoriciens.

19S’ensuit l’énoncé de deux credo majeurs de l’esthétique romantique, posés comme novateurs et implicitement reliés à l’enseignement de Hugo : la fin de la doctrine de l’imitation et l’unification de l’espace esthétique grâce à la notion d’Art.

20Fin du principe de l’imitation :

La vraie parole d’émancipation, a été prononcée, et le dogme de l’esclavage détruit, lorsqu’on a nié que l’imitation de la nature fût l’objet de l’art. La nature est l’instrument de l’artiste. Pour s’en servir, il doit la connaître ; mais lorsqu’il s’en sert pour créer, il l’assimile à sa propre substance ; il l’humanise en quelque sorte, et la marque du sceau de son intelligence et de sa volonté. Le poète n’imite pas la nature, il imite Dieu, qui crée suivant des lois absolues, omniformes et non uniformes (p. 68).

21Mais aussi, autre innovation, déstabilisante pour les « écoliers qui s’en tenaient à leur Cours de littérature », l’avènement de la notion d’Art. Voici, continue l’auteur de l’article, qu’ils ne s’en « sont plus trouvés qu’à l’A B C de leurs classes lorsqu’on a compris L’ART comme la tige commune de toutes les puissances créatrices de l’homme, tige aux rameaux infinis »… Ce qui, dans un style plus couleur du temps que les éclectiques ou humanitaires contemporains, revient bien à mettre l’accent sur l’essentiel. Plus de servitude de l’artiste, imitateur non de la nature mais de son créateur, et donc créateur lui-même ; et réunion de tous les arts, littérature comprise, sous la bannière de l’Art ; enfin, troisième précepte lui aussi essentiel, insistance sur le caractère omniforme de l’œuvre d’art moderne, échappant à la prison des genres par son incessante mobilité. Avec l’idée que s’il y a bien acte esthétique, c’est d’abord par cette œuvre omniforme, autonomisée, pluralisée, échappant à la saisie, déstabilisant l’espace de référence, à la fois sensoriel et intellectuel.

22Enfin, ce grand article sur Hugo, trop peu remarqué, invente à sa manière l’esthétique des créateurs, tout en félicitant Hugo d’être le premier à la pratiquer :

Ce qui distingue M. Hugo, ce n’est pas seulement d’avoir innové, c’est d’avoir fait de son esprit d’innovation un apostolat, au nom de l’art et de la liberté individuelle.
Hugo a conçu comme un poète, pensé comme un philosophe, et écrit comme un artiste sui generis […]. M. Hugo est pour nous l’homme énergique et courageux qui, sous la restauration, a fait et fait faire une révolution littéraire en France, et qui, en même temps qu’il travaillait à son œuvre d’artiste, a donné une impulsion nouvelle à la critique et à l’esthétique générale.

  • 63 Abbé Adrien Lezat, Académie des Jeux-Floraux. Étude sur la critique littéraire en France au xixe s (...)

23Voici donc exprimée l’idée qui va servir d’aiguillon à cette esthétique sauvage, l’esthétique des créateurs. Esthétique en articles, en prises de position, à tendance manifestaire, mais aussi en œuvres. Plus vive et plus « en acte » que l’autre. Et qu’appellent de leurs vœux tous ceux qui, avant Baudelaire et Flaubert, insistent sur la réflexion esthétique nécessairement liée à toute activité artistique valable, Hugo comme Delacroix. Une idée que confirme en 1864 Adrien Lezat : « Désormais les critiques de profession ne sont plus seuls à discuter et à dogmatiser ; les poëtes eux-mêmes descendent dans l’arène et prennent place parmi les plus rudes combattants63. »

  • 64 Emblème que confirme en prose le « Prospectus » de la 2e année, criant victoire : « Cette union ta (...)

24Ce n’est pas pourtant autour du flambeau de l’esthétique que va se tramer cette esthétique des créateurs, mais autour d’une nouvelle bannière, « l’Art ». Tel que le définit le Second Cénacle hugolien, qui fait place à des plasticiens, « l’Art » va se construire comme un nouvel espace esthétique, réunifié de confiance, par un fraternitarisme aussi convivial qu’approximatif. Cela avant même que la revue L’Artiste, à partir de février 1831, entreprise florissante, faisant commerce de la « fraternité des arts », ne parachève cette fusion, en arborant en frontispice une vignette qui met ce slogan en image64. Mais dès les années 1827-1829, ce sont Hugo, l’Émile Deschamps de la Préface aux Études françaises et étrangères, le Sainte-Beuve de Joseph Delorme qui se sont faits les apôtres de la « liberté dans l’art », de l’« art pur », comme on disait alors. Bref moment d’émergence, en France, de l’esthétique des créateurs, que je ne peux ici étudier en détail, mais que la critique contemporaine, Sainte-Beuve en tête, a caractérisé d’emblée comme le moment artiste du romantisme :

  • 65 « M. Alfred de Musset. 1833 », Portraits contemporains, Calmann Lévy, 1890, t. II, p. 180. Voir au (...)

Les principaux traits de cet autre moment furent la suprématie, le culte de l’art considéré en lui-même et de façon plus détachée, un grand dépliement d’imagination, la science des peintures65

  • 66 P.-G. Castex (dir.), Une fille d’Ève. La Comédie humaine, 1951, Paris, Gallimard, « Bibliothèque d (...)

25Révolution que Balzac place, lui, un peu plus tard, l’attribuant à cet étrange Jeune-France qu’est Nathan, « un de ceux qui contribuèrent le plus à faire ranger toutes les œuvres, le tableau, la statue, le livre, l’édifice, sous la bannière unique de l’Art66 ». Mais que, de manière encore plus emblématique, Balzac enregistre dans la préface de La Peau de chagrin (1831), en comparant l’« art littéraire » aux autres arts, imité par tous ceux qui se mettent à parler des écrivains comme des « artistes » ou des « hommes d’Art ».

  • 67 Charles-Augustin Sainte-Beuve, « Lettre à Victor Hugo, 26 août 1828 », in Œuvres complètes de Vict (...)
  • 68 Victor Hugo, « Lettre à Sainte-Beuve, 24 septembre 1827 », in Œuvres complètes, op. cit., p. 1214.

26Cette révolution se fit d’abord dans le registre de l’initiation, de la découverte secrète et émerveillée d’un nouveau monde. Ainsi de Sainte-Beuve remerciant Hugo de lui avoir fait comprendre et sentir l’art : « Je vous dois de comprendre et de sentir l’art, car auparavant j’étais un barbare. Une cathédrale était pour moi une énigme dont je ne cherchais pas le mot, et le plus beau tableau ne me semblait qu’une idée que j’évaluais à la gens de lettres67. » Ainsi de Hugo, payant aussitôt l’éloge argent comptant, « camaraderie » oblige : « Vous comprenez l’art en poète, vous faites de la critique en artiste68. »

  • 69 Charles Dégleny, « Le langage à la mode », in Nouveau Tableau de Paris au xixe siècle, t. IV, 1834 (...)
  • 70 « Les Artistes », Nouveau Tableau de Paris au xixe siècle, t. IV, 1834, p. 18. – Le mot se retrouv (...)

27Certes, à la longue, de l’Art ainsi promu aux fastes de la majuscule, certains se rient. Ainsi de Charles Degleny, dans un article de 1834 intitulé « Le langage à la mode » : « Au lieu des beaux-arts que nous connaissions tous par leurs noms de famille ou par leurs noms de baptême, nous avons l’Art, roi nouveau que le siècle a porté sur ses pavois, et qui le gouverne en despote ombrageux69. » On peste contre les ravages de cette maladie nouvelle, l’artistisme70 ; contre le prolétariat bariolé des artistes in petto :

  • 71 « Ce qui devrait être l’exception de quelques natures privilégiées est devenu une règle générale ; (...)

Vous croyez peut-être que ce sculpteur fait de la statuaire ? non pas, c’est de l’art qu’il fait. Et ce peintre, que fait-il ? de l’art, vous dis-je ; et cet écrivain que voilà ne fait pas autre chose. L’art, voyez-vous, a glorieusement remplacé tout le reste. Vous demanderez peut-être qu’est-ce que l’art ? étrange question ! […] L’art, si je puis dire, c’est une certaine chose qui exempte de toute chose, c’est tout et ce n’est rien ; ce je ne sais quoi qui permet à l’homme qui dessine de n’être pas dessinateur, au poète qui chante de n’être pas harmonieux, c’est l’art. […] Il ne faut pas le confondre avec ce qu’on appelait jadis « les arts », il leur est même entièrement opposé, ou plutôt, je crois qu’il les a tous confondus en lui-même. Le poète est tout aussi peintre que prosateur, le musicien est essentiellement écrivain ; ou plutôt, il n’y a plus ni poète, ni sculpteur, ni musicien, ni écrivain, ni peintre, il n’y a plus que des artistes : le genre humain se divise en deux grandes classes, les artistes et les autres, encore cette division s’efface-t-elle tous les jours ; nous voyons poindre l’aurore d’une égalité universelle. Spectacle sublime71 !

  • 72 « En effet, chacun des beaux-arts se présente à nous, dans sa région particulière et distincte, à- (...)
  • 73 Joseph Droz, Études sur le beau dans les arts, Paris, A.-A. Renouard, 1815.
  • 74 Auguste-Hilarion de Kératry (1769-1859), Du Beau dans les arts d’imitation, avec un Examen des pro (...)

28Mais, malgré de tels sarcasmes, la notion d’Art sert bien à reconstruire un espace esthétique sans précédent, qui rompt totalement avec celui d’un Quatremère de Quincy, qui, en 1823, non content de rester dans le cadre d’une esthétique de l’imitation, continuait d’insister sur la circonscription de chacun des beaux-arts, fédération sans réunification complète72. Cela malgré le récurrent Ut pictura poesis constamment brandi depuis Batteux et Du Bos, dont les thèses persistent dans l’esthétique néoclassique de l’Empire et de la Restauration (Quatremère de Quincy, Sobry, Droz73, Kératry74, etc.), rénovée par la notion winckelmanienne de « beau idéal ».

  • 75 Voir le poème qui porte ce titre dans son recueil Vie, poésies et pensées de Joseph Delorme, 1829.
  • 76 Émile Deschamps, « Préface », in Henri Girard (éd.), Études françaises et étrangères, Les Presses (...)
  • 77 Ibid., p. 26.
  • 78 Ibid., p. 18.

29Cette promotion de la « fraternité des arts » suscite vers 1827-1830 éloges enflammés et hommages poétiques, dont celui de Sainte-Beuve75. Mais elle impose surtout un tout nouveau découpage du champ esthétique. Véritable rupture épistémique sur laquelle on n’a pas assez insisté. Pour simplifier, disons que la véritable révolution a consisté à faire basculer la « littérature » presque tout entière dans le camp de « l’Art », la dissociant ainsi de la philosophie. Ce qu’analyse admirablement Émile Deschamps, en 1828 : « La poésie n’est pas seulement un genre de littérature, elle est aussi un art par son harmonie, ses couleurs et ses images et, comme telle, c’est sur les sens et l’imagination qu’elle doit d’abord agir76. » Pour compléter le tableau, Deschamps insiste sur ce qu’il appelle « la partie artiste de la poésie », l’opposant à sa « partie intellectuelle et littéraire77 » ; et il tient que les artistes sont meilleurs juges de la poésie que les « hommes de lettres proprement dits78 ».

  • 79 « Littérature et philosophies mêlées », in Œuvres complètes, Paris, Club français du livre, 1834, (...)
  • 80 Victor Cousin, Du vrai, du beau et du bien, Paris, Didier et Cie, 1854, p. 191.
  • 81 Corinne ou l’Italie, S. Balayé (éd.), Paris, Gallimard, « Folio », 1985, p. 83.
  • 82 Voir le Trésor de la langue française : « Empr. au lat. philos. aesthetica empl. par le philosophe (...)

30Bientôt Hugo lui-même se réjouit : « L’art, qui depuis cent ans, n’était plus en France qu’une littérature, est redevenu une poésie79. » Ce qui revient à instituer une coupure poésie vs littérature, art vs littérature, au sens archaïque de ce mot ; et à confirmer le partage entre art et poésie, d’une part, philosophie, éloquence et histoire, de l’autre, que, dès son cours de 1818, avait posé Cousin : « L’éloquence, l’histoire, la philosophie sont assurément de hauts emplois de l’intelligence ; elles ont leur dignité, leur éminence que rien ne surpasse, mais, à parler rigoureusement, ce ne sont pas arts80. » Mutation que n’aurait pas appréciée un Sébastien Mercier ni l’auteur de De la littérature, horrifiés de voir réalisé leur cauchemar : la « littérature philosophique », celle que Mme de Staël appelait aussi la « haute littérature », absorbée par les arts, ces activités sensuelles, politiquement compromises. Tout au contraire, l’invention de l’Art suppose une prise en compte euphorique de la nature sensorielle et sensuelle des émotions liées à l’Art. Ce qu’avant Deschamps ou Sainte-Beuve avait compris dès 1807 l’auteur de Corinne, au terme d’une mutation accélérée : « La poésie, comme tous les beaux-arts, captive autant les sensations que l’intelligence81. » Et ce qui revient à tirer conséquence, dans un langage non estampillé par la terminologie philosophique, du double sens natif du mot « esthétique » : théorie des arts, certes, mais d’abord, étymologiquement, notion liée à la faculté de « sentir82 ». Comme si, malgré tout, les esthéticiens avaient fini par glisser le mot, leur mot, à l’oreille des littéraires, en catimini…

  • 83 « Espoir et vœu du mouvement littéraire et poétique après la révolution de 1830 », in Le Globe, 11 (...)

31S’ensuit une nouvelle hiérarchie littéraire. Aux écrivains qui se situent dans l’espace princier de l’Art, tels Chénier ou Bernardin de Saint-Pierre, selon Sainte-Beuve, « vrais et chastes poètes, artistes exquis et délicats, aimant le beau en lui-même83 », elle oppose ceux qui n’en peuvent mais : Boileau et Corneille dans le passé. Alors, explique le même Sainte-Beuve,

  • 84 « Boileau », Revue de Paris, avril 1829, repris dans Portraits littéraires, op. cit., t. I, p. 662

les arts au lieu de vivre et de cohabiter au sein de la même sphère et d’être ramenés sans cesse au centre commun de leur rayons, se tenaient isolés chacun à son extrémité et n’agissaient qu’à la surface.
Perrault, Mansart, Lulli, Le Brun, Boileau, Vauban, bien qu’ils eussent entre eux, dans la manière et le procédé, des traits généraux de ressemblance, ne s’étendaient nullement et ne sympathisaient pas, emprisonnés qu’ils étaient dans la technique et le métier.
Aux époques vraiment palingénésiques, c’est tout le contraire ; Phidias qu’Homère inspire suppléerait Sophocle avec son ciseau ; Orcagna commente Pétrarque ou Dante avec son crayon84.

  • 85 « Diderot. Mémoires, correspondances et ouvrages inédits », in Le Globe, 20 septembre 1830, repris (...)
  • 86 Ibid., p. 361.
  • 87 « Diderot », in Revue de Paris, 26 juin 1831, repris dans Portraits littéraires (Œuvres, Paris, Ga (...)
  • 88 L’expression de « prosaïstes » est appliquée par Hugo aux collaborateurs du Globe, dans une lettre (...)
  • 89 Sainte-Beuve, Vie, poésies et pensées de Joseph Delorme, 1829, Nouvelles éditions latines, 1956, p (...)
  • 90 Ibid., p. 150.

32Autre ostracisé, Diderot. Sainte-Beuve le reconnaît pourtant comme « le plus métaphysicien et le plus artiste des génies de cette époque85 ». Et il lui donne acte d’avoir compris « non pas seulement l’art théorique, l’art esthétique et raisonneur, mais l’art qui produit et qui excelle en créant86 ». Mais, selon le même critique, « dans toute son esthétique, il méconnut les limites, les ressources propres et la circonscription des beaux-arts ; il concevait trop le drame en moraliste, la statuaire et la peinture en littérateur87 ». Plus stratégiques encore, les bannis contemporains : les « prosaïstes » du Globe, comme les appelle Hugo88. L’« école genevoise », les « disciples de Mme de Staël », comme dit Sainte-Beuve, les opposant aux « adeptes de l’art89 ». Soit donc, le second Cénacle dont il fait lui-même alors partie. En face, ceux qui partagent l’idéologie esthétique du Globe, périodique où il écrit pourtant lui-même, mais en délicatesse avec ses mentors, Guizot, Villemain, Cousin, et ses collaborateurs ouverts à la philosophie : Paul Dubois, son maître de rhétorique, Charles de Rémusat et… Charles Magnin. Soit donc les artistes vs les philosophes. Rupture fondatrice : entre l’esthétique des esthéticiens, qui veulent réglementer, et l’esthétique des créateurs, qui veulent « comprendre l’art », avoir le « sentiment de l’art », lequel, enseigne Joseph Delorme, « implique un sentiment vif et intime des choses90 ».

33Je me contenterai ici d’énumérer les conséquences de cette rupture du côté de l’esthétique des créateurs. Et je vais en rester à une liste en neuf points, à développer une autre fois :

  • Tendance des écrivains à s’artistiquer (Balzac91). Ainsi de Gautier, qui finira par avouer : « à proprement parler, nous ne sommes pas un homme de lettres […] Nous avons poussé jusqu’au délire l’amour de l’art […] au risque souvent de forcer la langue et de changer le dictionnaire en palette92. »
  • Redéfinition d’un nouveau personnage auctorial, le « poète-artiste93 », doublé d’un autre, le critique sensible à l’art : Sainte-Beuve, entre autres, qui, malgré les impotences de sa fibre, se flatte d’avoir introduit « l’art, comme on dit, dans la critique94 ».
  • Tendance à parler « forme », « facture », « tours », « plastique », comme on disait alors, métrique et rimes, mais aussi métaphore, en prenant acte de ce que Leroux appelle – dans Le Globe de nouveau, matrice inépuisable, et en cette même année climatérique, 1829 – le « style symbolique95 ».
  • Systématisation de parallèles « sauvages » entre littérature et arts, dans le commentaire d’œuvres particulières, évoquant des complicités « artistes » parfois inattendues.
  • Prime aux artistes qui pratiquent plusieurs arts, tels Hoffmann, « enfant gâté de toutes les muses, romancier, peintre et musicien, botaniste, entomologiste, mécanicien, chimiste96 », ou qui auraient pu le faire, tel Delacroix97.
  • Prime aux artistes dont l’œuvre est omniforme : le même Delacroix, selon Gautier98.
  • Prime à ceux dont l’œuvre est un acte, politique mais aussi esthétique. Ainsi de ce poète idéal dont Hugo chante la louange dans la Préface des Feuilles d’automne (1831) : « le poète qui fait acte de poésie entre deux émeutes99 ». Ce que Hugo confirme dans la Préface de Lucrèce Borgia (1833) en énonçant : « Toute œuvre est une action100. » Ainsi de Delacroix, artiste « aventureux » (Gautier), qui « essaie diversement tous les jours sa destinée d’artiste et de poète, […] remet sans cesse en question les principes et les données de son art101 ».
  • Prime à ceux qui réinventent l’art, comme le veut Hugo : « Tout grand artiste à son avènement refait l’art tout entier à son image102. »
  • Ce qui suggère enfin l’extension de ce mouvement de remise en question à la critique elle-même : non plus méditation assise, théorie après coup, mais « esthétique en acte ». Invention ambulante d’artiste philosophe, promu philosophe-artiste, qui, comme dira Nietzsche, « connaît en inventant, invente en connaissant103 ».

34Baudelaire et Nietzsche vont pouvoir venir…

Notes

1 Emmanuel-Louis-Nicolas Viollet-le-Duc (1781-1857), Précis d’un traité de poétique et de versification… précédé d’une introduction historique et suivi d’une biographie, d’une bibliographie et d’un vocabulaire analytique, Paris, Bureau de l’Encyclopédie portative, 1829, chap. XII. Texte d’abord paru en 1809 : Nouvel Art poétique, poème en un chant, Paris, Martinet, 1809.

2 Charles Magnin, « Littérature. Précis d’un traité de poétique et de versification par M. Viollet-Leduc », in Le Globe, 7 octobre 1829, p. 636-637.

3 « Ce n’est pas la peine de créer le nom d’esthétique et de faire une science formelle de cette partie de littérature qui apprend à juger des productions du génie et de l’esprit… Ajoutez à cela que toute l’esthétique du monde ne fait pas un ouvrage de génie, et ne le vaut pas » (Esprit des journaux, novembre 1804, p. 11-12).

4 Ibid.

5 Victor Hugo, Œuvres complètes, Paris, Club français du livre, t. III, p. 68.

6 Alfred de Musset, « Lettre à Paul Foucher, 23 septembre 1827 », in Correspondance, M. Codroc’h, L. Chotard, R. Pierrot (dir.), Paris, PUF, t. I, 1985, p. 23.

7 L’expression percutante se trouve par exemple chez Vigny, préfacier de Chatterton : « La vanité la plus vaine est peut-être celle des théories littéraires. Je ne cesse de m’étonner qu’il y ait eu des hommes qui aient pu croire de bonne foi, durant un jour entier, à la durée des règles qu’ils écrivaient » (« Dernière nuit de travail du 29 au 30 juin 1834 », in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. I, p. 770).

8 François Andrieux (1759-1838), Cours de grammaire et de belles-lettres. Sommaire des leçons sur l’art d’écrire, publié dans le Journal de l’École polytechnique, 10e cahier, t. IV, Paris, Impr. impériale, nov. 1810, p. 69-79.

9 Joseph-Gaspard Dubois-Fontanelle, Cours de belles-lettres, Paris, G. Dufour, 1813, 4 vol.

10 Népomucène Lemercier, Cours analytique de littérature générale, tel qu’il a été professé à l’Athénée de Paris par N.-L. Lemercier, Paris, 1817, 4 vol.

11 « Le Cours de littérature de La Harpe […] cet ouvrage t’ennuiera peut-être un peu, mais il te dégrossira et je te promets que tu en seras bien récompensée dans la suite » (« Lettre à Pauline Beyle, 18 ventôse an VIII » (9 mars 1800), in Correspondance, V. del Litto (dir.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1962, t. I, p. 1-2).

12 « Delaharpiser et dégagnoniser mon goût en lisant souvent les grands dramatiques existants » (Journal, 30 brumaire an XIII (22 novembre 1804), in Œuvres intimes, V. del Litto (dir.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. I, 1981, p. 152).

13 Abbé Charles Batteux, Les Beaux-arts réduits à un même principe, Paris, Durand, 1746. En 1793 encore, le Journal de l’instruction publique publie une série de sept articles sur l’abbé Batteux. En 1804, un abbé Mermet publie des Leçons de belles-lettres pour servir de supplément aux Principes de littérature de l’abbé Batteux, Moulins, 1804.

14 Les Quatre Poétiques, d’Aristote, d’Horace, de Vida, de Despréaux, avec des traductions et des remarques par M. l’abbé Batteux, Paris, Saillant et Nyon, 1771, 2 vol.

15 La Décade philosophique se moque de Kant qui prétend que « le principe de l’imitation de la nature dans les beaux-arts est mesquinement insuffisant […]. Plaignons ce pauvre abbé Du Bos, qui a fait trois volumes pour enseigner un système que la massue de Kant vient de réduire en poudre » (an IX, t. XXX, p. 530-532).

16 Pierre-Jean-Baptiste Chaussard (1766-1823), Poétique secondaire, ou Essai didactique sur les genres dont il n’est point fait mention dans la poétique de Boileau, Paris, A. Égron, 1817.

17 Jean-François Sobry (dit Soubry) (1743-1820), Poétique des arts, ou Cours de peinture et de littérature comparées, par J. -F. Sobry, Paris, Delaunay, 1810.

18 Henri Tronchon, « Une adoption du Romantisme ? L’esthétique », in Romantisme et préromantisme, Paris, Les Belles Lettres, 1930, p. 114-168.

19 Entre-temps, les recherches lexicologiques ont avancé la date d’entrée du mot dans la langue française. Le TLF indique 1753 comme date de première apparition du mot, dans un ouvrage de Beausobre, Dissertations philosophiques, dont la première roule sur la nature du feu, et la seconde sur les différentes parties de la philosophie et des mathématiques, Paris, Durand, 1753, p. 163 : « Cette science en général pourroit être appelée Métaphysique du beau, et le mot d’Æsthétique me semble bien exprimer cette idée. »

20 Charles de Villers (1765-1815), Philosophie de Kant ou Principes fondamentaux de la philosophie transcendantale, 1830, t. II, p. 29. Cité par Henri Tronchon, « Une adoption du Romantisme ? L’esthétique », op. cit., p. 120.

21 Béranger, « Le bon Français », in Chansons, cité Henri Tronchon, « Une adoption du Romantisme ? L’esthétique », op. cit., p. 147.

22 Archives littéraires de l’Europe, t. VII, 1805, p. 430. Cité par H. Tronchon, op. cit., p. 122.

23 « Littérature » au sens ancien du mot, lequel concerne bien plus la réflexion sur la littérature, soit donc la critique, que la pratique littéraire elle-même.

24 L’Esprit des journaux, ouvrage périodique et littéraire, novembre 1804, p. 11-12.

25 Propos de Böttiger, cités par Edmond Eggli, Schiller et le romantisme français, Paris, J. Gamber (éd.), 1927, t. I, p. 428.

26 « Dîner avec Robinson, écolier de Schelling. Son travail sur l’esthétique de Kant. L’art pour l’art, et sans but ; tout but dénature l’art. Mais l’art atteint au but qu’il n’a pas » (Journaux intimes, 11 février 1804, Œuvres, Alfred Roulin (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1957, p. 232).

27 « Les beaux-arts, en général, peuvent quelquefois contribuer, par leurs jouissances mêmes, à former des sujets tels que les tyrans les désirent. Les arts peuvent distraire l’esprit, par les plaisirs de chaque jour, de toute pensée dominante : ils ramènent les hommes vers les sensations ; et ils inspirent à l’âme une philosophie voluptueuse, une insouciance raisonnée, un amour du présent, un oubli de l’avenir très favorables à la tyrannie. La seule puissance littéraire qui fasse trembler toutes les autorités injustes, c’est l’éloquence généreuse, c’est la philosophie indépendante, qui juge au tribunal de la pensée toutes les opinions humaines » (Mme de Staël, De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales, in Œuvres complètes de Mme la Baronne de Staël-Holstein, Paris, Firmin Didot, 1836, t. I, p. 205).

28 De l’Allemagne, chap. XXIII de la IIe partie, « Des beaux-arts en Allemagne », Simone Balayé (dir.), Paris, Flammarion, « GF », 1968, t. II, p. 84.

29 Ibid., p. 83.

30 De l’Allemagne, chap. IX de la IIIe partie, « Influence de la nouvelle philosophie allemande sur la littérature et les arts », op. cit., t. II, p. 162.

31 De l’Allemagne, chap. VI de la IIe partie, « Lessing et Winckelmann », op. cit., t. I, p. 185.

32 De l’Allemagne, chap. IX de la IIIe partie, « Influence de la nouvelle philosophie allemande sur la littérature et les arts », op. cit., t. II, p. 163.

33 De l’Allemagne, chap. VI de la IIe partie, « Lessing et Winckelmann », op. cit., t. I, p. 187.

34 De l’Allemagne, chap. IX de la IIIe partie, « Influence de la nouvelle philosophie allemande sur la littérature et les arts », op. cit., t. II, p. 162.

35 Voir Henri Tronchon, « Une adoption du Romantisme ? L’esthétique », op. cit., p. 145-146.

36 « Des arpenteurs esthétiques ont souvent déploré dans Shakespeare l’absence totale d’unité intérieure, tandis qu’un regard plus pénétrant y découvre un bel arbre, dont les feuilles, les fleurs et les fruits naissent d’une graine unique » (« Beethoven », Kreisleriana, Paris, Gallimard, « Les Classiques allemands », 1949, p. 74).

37 Voir Henri Tronchon, op. cit., p. 159.

38 Où elle s’en prend à ceux qui examinent les hommes et les œuvres « des sommets planchiques de l’analyse, de la philosophie, de la critique, de l’esthétique et tout ce qui rime en ique » (lettre du début de janvier 1836, Correspondance, G. Lubin (éd.), Paris, Garnier, t. III, p. 227).

39 Où elle s’en prend aux « professeurs d’esthétique » qui tiennent des « chaires d’éloquence » dans les journaux (« Lettre à Meyerbeer », datée de septembre 1836, Lettres d’un voyageur, H. Bonnet (dir.), Paris, Flammarion, « GF », 1971, p. 309).

40 Cahier Brun, Paris, Fonds Lovenjoul, Bibliothèque de l’Institut, p. 164.

41 « Les théories, l’esthétique, c’est la fin des lectures » (Histoire de la littérature française, par D. Nisard, de l’Académie française, t. IV, Paris, Firmin Didot, 1861, p. 381).

42 À Marie-Joseph Chénier manque selon lui, « je ne voudrais pas employer les grands mots, une esthétique ouverte et compréhensive » (Charles Labitte, Études littéraires, Paris, Joubert, (1846), t. II, p. 107). Ailleurs Labitte s’en prend par la bande à « la transcendante esthétique de Schlegel » (ibid., p. 221).

43 Cours familier de littérature, CXXe Entretien, « Conversations de Goethe par Eckermann. IIe partie », t. XX, 1865, p. 373.

44 « Exposition universelle – 1855 – Beaux-arts », in Œuvres complètes, Cl. Pichois (dir.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1976, p. 577.

45 Son cours est publié après sa mort par son disciple Ph. Damiron : Cours d’esthétique, suivi de la thèse du même auteur sur le sentiment du beau et de deux fragments inédits, précédé d’une préface par M. Ph. Damiron, Paris, L. Hachette, 1843.

46 Augustin Théry, De l’esprit et de la critique littéraires chez les peuples anciens et modernes, par A. -F. Théry, proviseur au collège royal de Versailles, Paris, Hachette, 1832, 2 vol.

47 Alexis-François Rio, De l’Art chrétien, Paris, A. Bray, 1855.

48 Esquisse d’une philosophie par F. Lamennais, Paris, Pagnerre, 1840-1846, 4 vol.

49 Voir, entre autres, Amédée Duquesnel, « Idées sur l’art et les artistes », in Revue européenne, novembre 1833, t. VII, p. 308 et suiv., et p. 323 et suiv. En 1834, Duquesnel se « propose comme un grand but la régénération en France de l’enseignement esthétique » (Revue européenne, t. VIII, p. 226). Voir du même : Du travail intellectuel en France depuis 1815 à 1837, Paris, Coquebert, 1837.

50 C. Robert, Essai d’une philosophie de l’art, Paris, Debécourt, 1836.

51 Alfred Michiels, Histoire des idées littéraires en France au xixe siècle et de leurs origines dans les siècles antérieurs, Paris, W. Coquebert, 1842.

52 Ibid., t. II, p. 463.

53 Victor Cousin, « Du beau et de l’art », 1er septembre 1845. Théophile Gautier, « Du beau dans l’art. (Réflexions et menus propos d’un peintre genevois, ouvrage posthume de M. Topffer) », 1er septembre 1847.

54 Edgar Quinet, Considérations philosophiques sur l’art, Strasbourg, Levrault, 1839.

55 Antelme-Édouard Chaignet (1819-1901), La Rhétorique et son histoire, Paris, F. Wieweg, 1888.

56 Charles Lévêque, La Science du beau dans ses applications et dans son histoire, Paris, A. Durand, 1861. 2 vol.

57 Charles Lévêque, Bibliographie méthodique et raisonnée des Beaux-Arts, Paris, Firmin Didot, 1877.

58 Avant de figurer dans l’article de Magnin déjà cité, il était déjà utilisé dans le numéro du 26 septembre 1829 du Globe. Le directeur, Paul Dubois, utilise lui-même le terme, mais en l’affectant de la diphtongue œ : « Tout en faisant grand cas des leçons d’œsthétique, comme on dit à l’allemande, j’aime assez qu’on les renvoie à la philosophie », t. VII, p. 613. De nouveau le terme est repris avec la même orthographe le 7 novembre 1829, dans un IIIe article non signé sur Die Deutsche literatur, de Wolfgang Menze (t. VII, p. 703).

59 « C’est un livre plein d’instruction et de conscience que celui de M. Théry. Il se place dès l’abord au point de vue platonicien ou idéal, par opposition au point de vue aristotélique ou critique, et de cette hauteur il passe en revue les divers systèmes, les opinions nombreuses que nous offrent en fait d’esthétique les littératures des peuples anciens et modernes. On pourrait lui reprocher peut-être de n’avoir posé sa propre théorie qu’en termes un peu trop généraux, de l’avoir acceptée plutôt que faite » (« Chronique de la quinzaine », Revue de Paris, 30 novembre 1832, p. 608-609).

60 Annonce de La Sainte-Baume de Joseph d’Ortigues, Revue de Paris, novembre 1833, p. 31 : « C’est toujours cette large esthétique basée sur la foi et sur la liberté… » En revanche, ironies contre : « la critique transcendante, autrement dit […] l’esthétique, s’il faut vous parler le marivaudage des apôtres de l’art » (H. -C. de Saint-Michel, « Revue critique », in Revue de Paris, 14 juillet 1833, vol. LII, p. 119 et p. 117).

61 Œuvres complètes, Paris, Club français du livre, t. V, p. 22.

62 « Travaux littéraires de M. Victor Hugo », in L’Europe littéraire, 12 juin 1833, t. II, p. 66-67.

63 Abbé Adrien Lezat, Académie des Jeux-Floraux. Étude sur la critique littéraire en France au xixe siècle, Toulouse, impr. de Rouget frères et Delahaut, 1864.

64 Emblème que confirme en prose le « Prospectus » de la 2e année, criant victoire : « Cette union tant prêchée […] des écrivains et des poètes, des musiciens et de peintres, cette grande famille d’artistes s’est enfin formée et réunie à jamais autour du simple et facile journal qui les appelait. Grâces soient rendues à cette fraternité puissante ! […] Notre journal a réalisé en ceci un très difficile problème dans les arts, une seule famille avec mille pensées diverses » (L’Artiste, 5 février 1832, t. III, p. 2).

65 « M. Alfred de Musset. 1833 », Portraits contemporains, Calmann Lévy, 1890, t. II, p. 180. Voir aussi : « Il y a eu, durant cette période de 1819-1830, dans beaucoup de jeunes âmes […] un sentiment sincère, profond, passionné, qui, pour s’appliquer aux seules choses de l’Art n’en avait que plus de désintéressement et de hauteur. Il y a eu la flamme de l’Art », « Poésies complètes de Théodore de Banville », in Causeries de lundi, 12 octobre 1857, Garnier, t. XIV, p. 76.

66 P.-G. Castex (dir.), Une fille d’Ève. La Comédie humaine, 1951, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, p. 303.

67 Charles-Augustin Sainte-Beuve, « Lettre à Victor Hugo, 26 août 1828 », in Œuvres complètes de Victor Hugo, Paris, Club français du livre, t. III, p. 1231.

68 Victor Hugo, « Lettre à Sainte-Beuve, 24 septembre 1827 », in Œuvres complètes, op. cit., p. 1214.

69 Charles Dégleny, « Le langage à la mode », in Nouveau Tableau de Paris au xixe siècle, t. IV, 1834, p. 308.

70 « Les Artistes », Nouveau Tableau de Paris au xixe siècle, t. IV, 1834, p. 18. – Le mot se retrouve dans les Contes de Samuel Bach de Théophile de Ferrières. Après avoir lu les Contes Hoffmann, Idéolo « s’acheta un piano pour sa chambre, il fit du punch, fuma des cigares, et ne cessa de fumer, de boire et de jouer de son piano, que pour prononcer, avec une gravité allemande, les mots d’artistisme et d’intuition » (Paris, des Grands-Augustins, 1836, p. 73). D’un autre personnage de ces mêmes contes, nommé Galyot, on nous dit aussi que « son imagination s’épanouissait au grand mot d’artistisme » (ibid., p. 302). – Le même mot se lit dans les colonnes de L’Europe littéraire : « Moins que personne, nous ne voulons nous plaindre des progrès de l’artistisme. Que chacun taille sa plume, barbouille de la toile, brise du marbre : cette manie a des inconvénients, mais aussi de grands avantages. Cela signale d’abord un fait aux puissances qui ont des yeux pour ne pas voir, c’est-à-dire que le sceptre passe du sabre à l’intelligence » (Louis de Maynard, « État de la peinture en France. 4e article. Salon de 1833 », 25 mars 1833). – Autres mots composés qui naissent de ci de là dans le feu de la mode artiste, artistomanie et artistocratie. Le premier figure dans un roman de Charles de Bernard, qui évoque « un de ces braves garçons destinés à faire de bons officiers, de parfaits négociants, de très-suffisants magistrats, mais que, par malheur, l’artistomanie a pris à la gorge » (Gerfaut, Paris, Gosselin et W. Coquebert, 1838, p. 133). Le second est utilisé par George Sand dans une lettre à Émile Regnault où elle marque ses distances par rapport à la mode artiste : « Quand nous aurions l’air artiste (ce qui sera bientôt, croyez-moi, le dernier des ridicules, vu que c’est du meilleur goût à présent), que nous importe à nous autres ? […] Moi je suis artiste et très artiste […]. mais si l’artistocratie consiste aujourd’hui, comme je n’en doute pas, dans les faux rires, les fausses larmes, les grands hélas, et un jargon renouvelé des beaux jours de La Calprenède, ma foi, c’est très drôle, amusons-nous en, la barbe et les cheveux n’y font rien » (lettre du 7 février 1832, Correspondance, G. Lubin (éd.), Garnier, t. II, p. 31).

71 « Ce qui devrait être l’exception de quelques natures privilégiées est devenu une règle générale ; que dis-je ? une mode ; que dis-je ? une rage, une fureur, une maladie épidémique, contagieuse, endémique, un fléau pire que le choléra, une vraie peste d’Orient, l’artistisme » (compte rendu anonyme de « Thomas Morus, roman historique par Mme la Princesse de Craon », in Revue européenne, février 1833, p. 758).

72 « En effet, chacun des beaux-arts se présente à nous, dans sa région particulière et distincte, à-peu-près comme un de ces états partiels, qui forme avec d’autres, la totalité d’un même empire, mais, qui, pour être soumis aux lois générales d’un gouvernement central, n’en a pas moins ses coutumes, ses privilèges, ses lois d’exception, et son caractère spécial imprimé par la nature. Qu’on se figure donc ce qu’il faudroit réunir d’études et de connoissances, pour être en état de traiter à fond la théorie particulière de tous les beaux-arts, quand on a beaucoup de peine à approfondir celle d’un seul » (Essai sur la nature, le but et les moyens de l’imitation dans les beaux-arts, 1823, p. 7).

73 Joseph Droz, Études sur le beau dans les arts, Paris, A.-A. Renouard, 1815.

74 Auguste-Hilarion de Kératry (1769-1859), Du Beau dans les arts d’imitation, avec un Examen des productions des diverses écoles de peinture et de sculpture, et en particulier de celle de France, Paris, Audot, 1822, in-12. Voir aussi son Examen philosophique des « Considérations sur le sentiment du sublime et du beau, dans le rapport des caractères, des tempéraments, des sexes, des climats et des religions », d’Emmanuel Kant, par M. Kératry. Pour faire suite à l’ouvrage « Du Beau dans les arts d’imitation », de ce dernier auteur (Avec la traduction de l’ouvrage de Kant), Paris, Bossange frères, 1823.

75 Voir le poème qui porte ce titre dans son recueil Vie, poésies et pensées de Joseph Delorme, 1829.

76 Émile Deschamps, « Préface », in Henri Girard (éd.), Études françaises et étrangères, Les Presses françaises, « Bibliothèque romantique », 1923, p. 18.

77 Ibid., p. 26.

78 Ibid., p. 18.

79 « Littérature et philosophies mêlées », in Œuvres complètes, Paris, Club français du livre, 1834, t. V, p. 33.

80 Victor Cousin, Du vrai, du beau et du bien, Paris, Didier et Cie, 1854, p. 191.

81 Corinne ou l’Italie, S. Balayé (éd.), Paris, Gallimard, « Folio », 1985, p. 83.

82 Voir le Trésor de la langue française : « Empr. au lat. philos. aesthetica empl. par le philosophe all. A. G. Baumgarten (1717-62) dans son ouvrage Aesthetica acroamatica (1750-58) ; terme formé sur le gr., « qui a la faculté de sentir ; sensible, perceptible » (« percevoir par les sens, par l’intelligence ») ».

83 « Espoir et vœu du mouvement littéraire et poétique après la révolution de 1830 », in Le Globe, 11 octobre 1830, repris dans Premiers Lundis, Œuvres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1949, t. I, p. 371.

84 « Boileau », Revue de Paris, avril 1829, repris dans Portraits littéraires, op. cit., t. I, p. 662.

85 « Diderot. Mémoires, correspondances et ouvrages inédits », in Le Globe, 20 septembre 1830, repris dans Premiers Lundis, op. cit., t. I, p. 357.

86 Ibid., p. 361.

87 « Diderot », in Revue de Paris, 26 juin 1831, repris dans Portraits littéraires (Œuvres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade »., t. I, p. 885).

88 L’expression de « prosaïstes » est appliquée par Hugo aux collaborateurs du Globe, dans une lettre à Victor Pavie du 5 janvier 1828 (Œuvres complètes, Paris, Club français du livre, t. III, p. 220).

89 Sainte-Beuve, Vie, poésies et pensées de Joseph Delorme, 1829, Nouvelles éditions latines, 1956, p. 132-133.

90 Ibid., p. 150.

91 Comme l’affirme Balzac, dans sa lettre ouverte à Maurice Schlesinger, du 29 mai 1837, se plaignant des artistes qui refusent de « comprendre dans la bannière de l’art les écrivains assez portés en ces derniers jours à s’artistiquer », Correspondance, Roger Pierrot (éd.), t. III, p. 292.

92 « Introduction » de L’Artiste, 14 décembre 1856, p. 4.

93 Voir mon article : « L’“artiste” romantique en perspective », in Romantisme, n° 54, 1986-4, « Être artiste », p. 5-23.

94 « Nous qui, en introduisant l’art, comme on dit, dans la critique, en avons retranché tant d’autres qualités non moins essentielles qu’on n’a plus », « Du génie critique et de Bayle », in Revue des Deux Mondes, 1er décembre 1835, repris dans Portraits littéraires, in Œuvres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. I, p. 994.

95 Pierre Leroux, « Du style symbolique », in Le Globe, 8 avril 1829.

96 George Sand, Lettres d’un voyageur, in Œuvres autobiographiques, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, p. 916.

97 « S’il n’avait pas été peintre, il aurait été inévitablement et à son choix historien, romancier ou poète. Il n’assiste pas à un événement si mince qu’il soit sans le comprendre, sans en pénétrer les motifs et l’origine », ([Anon.], « Littérature. Portraits et caractères contemporains. IV. Eugène Delacroix », in L’Artiste, 27 novembre 1831, t. II, p. 178.

98 « Le génie de M. Delacroix est essentiellement varié, il jette de vives et rayonnantes lueurs sur toutes les parties de l’art ; il a essayé de tout et il a réussi dans tout ; la gamme qu’il parcourt a plusieurs octaves ; il a fait des batailles, des intérieurs, des scènes fantastiques », « Salon de 1837 », in La Presse, 9 mars 1837.

99 Préface des Feuilles d’automne, Œuvres complètes, Club français du livre, t. IV, p. 370.

100 Préface de Lucrèce Borgia, Œuvres complètes, Club français du livre, t. IV, p. 655.

101 « Littérature. Portraits et caractères contemporains. IV. – Eugène Delacroix », L’Artiste, 27 novembre 1831, t. II, p. 181.

102 Victor Hugo, « Feuilles paginées 1830-1833 », in Œuvres complètes, Club français du livre, t. IV, p. 988.

103 Friedrich Nietzsche, « Le Philosophe. Considérations sur le conflit de l’art et de la connaissance, fragments de l’automne et de l’hiver 1872 », in La Naissance de la philosophie à l’époque de la tragédie grecque, Paris, Gallimard, « Idées », 1969, p. 158.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540