Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures politiques des mythes littéraires au XXe siècle

 | 
Sylvie Parizet

Enjeux politiques de quelques grands mythes littéraires au xxe siècle

La réception du mythe de Prométhée en RDA

Christian Klein

Texte intégral

1En 1945, l’Allemagne est sous le choc des destructions de la guerre. On voit revenir d’exil quelques grands poètes de la lutte antifasciste. La langue allemande se dégage mal des effets ravageurs du pathos grandiloquent et des harangues du national-socialisme. La reconquête d’une langue et d’une culture nationale passe par la lecture des grands classiques allemands (Goethe, Fontane, etc.), mais aussi par un dialogue intertextuel avec les grands mythes grecs.

2La réception de Prométhée à partir de 1945 en Allemagne de l’Est, puis, à partir de 1949, en RDA, s’inaugure avec deux textes qui ont un statut et des perspectives fondamentalement différents. Le premier, écrit en exil en 1940, publié en 1944, est du poète expressionniste Johannes R. Becher, membre du KPD depuis 1919, qui sera par la suite le premier ministre de la Culture de RDA. L’autre est une note datée du 2 octobre 1945 dans le Journal de Brecht.

3Pour mesurer l’enjeu de cette relecture diffractée du mythe prométhéen, il convient de rappeler que le mythe de Prométhée s’organise à partir de deux sources écrites concurrentes : la Théogonie d’Hésiode, complétée par Les Travaux et les Jours, et la trilogie d’Eschyle, dont nous n’avons conservé que Le Prométhée enchaîné.

  • 1 Nous ne partageons pas, sur ce point, le commentaire de Jacqueline Duchemin dans son étude érudite (...)

4Hésiode présente le fils de Japet comme un héros trompeur, « au cœur plein de fourbe », « à la ruse perfide », qui trahit la confiance de Zeus. Il justifie la colère du « père des dieux » et le châtiment qu’il inflige à celui qui a voulu le duper1. Prométhée, selon Hésiode, est responsable des maux qui s’abattront sur les hommes.

  • 2 Wolfgang Goethe, Werke, Hambourg 1966, t. 1, p. 44-46. Sur la réception du mythe chez Goethe nous (...)

5La réception du mythe empruntera en Allemagne un autre chemin avec le « Prométhée » de Goethe (1774) qui s’appuie non sur Hésiode, mais sur Eschyle2.

6Chez Eschyle, Zeus est un tyran. Prométhée a volé le feu aux dieux pour secourir les hommes. Il est le bienfaiteur des hommes, à qui il enseigne l’art de bâtir, de lire dans les étoiles, de domestiquer les animaux pour la culture des champs, de soigner les malades, etc. Le conflit qui l’oppose à Zeus est inégal, il est politique : Prométhée est vaincu par la puissance de Zeus, et non par le bon droit du nouveau maître de l’Olympe. Goethe ignore cette dimension politique, il ignore la trahison de Prométhée, qui avait abandonné ses frères les Titans à leur inefficace brutalité pour devenir le « conseiller » de Zeus. Dans son poème, Prométhée se dresse comme le porte-parole des hommes qu’il a, selon une légende, forgé lui-même avec de la terre glaise, et les dieux sont devenus des êtres inutiles qui ne doivent leur survie qu’à la sottise des enfants et des vieillards… Le « titanisme » du texte goethéen s’approprie le mythe prométhéen pour réaliser, au nom de la révolte du génie poétique, le meurtre symbolique du Père. Pour le jeune Goethe, le poète est un créateur qui n’a besoin d’aucune tutelle.

7Ici, le texte pose un problème : Prométhée, écrit Goethe, « modèle les hommes à son exemple ». La contradiction devient évidente si l’on considère que la rébellion, qui inaugure l’émancipation des hommes, place l’humanité sous l’autorité d’un nouveau « géniteur », fût-il un « créateur » éclairé qui apprendra les arts et les sciences à ses « créatures ».

8Au xxe siècle, le mouvement ouvrier allemand prend, avec le poète Johannes R. Becher, cet héritage humaniste à son compte. Prométhée est confirmé comme étant celui qui défie « le pouvoir des dieux »:

Et dans un élan d’impiété sacrée leva
La tête pour lutter contre le pouvoir des dieux

9Après avoir rappelé ce que Prométhée a appris aux hommes, Becher décrit le culte dont il est l’obje :

La nuit ils allumèrent des flambeaux lumineux
Et lancèrent en direction du rocher un signe,
un cri s’éleva vers lu : «Ô Titan puissant!»
Ils les avait créés, semblables à des dieux…

Et pour l’honorer, lui qui créa les hommes,
Ils vinrent montrer leur art,
Leur chant s’éleva plus beau que celui des oiseaux,
Le feu dansait une ronde enflammée.
[…]
Ils l’invitèrent à se mêler à eux
Et louèrent son nom au cours du festin
Et, sachez-le, il vint, il s’assit par mieux et mangea.
Ils contèrent sa légende au son de la flûte.

10Le héros réunit ici les attributs de Spartakus et, dans une allusion à la Cène, ceux du martyr christique. Loué par les hommes, protégé par la nature qui vient apaiser son martyre à chaque saison, Prométhée annonce des bouleversements prochains avec le topos de la tempête qui va balayer le vieux mond :

Ils sortirent de leur cabane.
Il y avait une tempête. Il leur parla dans la tempête.
C’était tout le peuple des hommes, qui déjà
Ne servirait plus l’ancien pouvoir des dieux.

11Dans le poème de Becher, Prométhée n’est plus seul. Il harangue les masses, il est devenu un agitateur, à l’instar de Lénine qui appelle au soulèvement contre le régime du tsar, et bientôt, en juin 1941, d’un Staline qui se dressera contre l’invasion hitlérienne :

Et la voix du Titan leur fit entrevoir :
La forteresse des dieux s’effondrera. Le temps approche
Du pouvoir des hommes ! La domination des Titans…

12On relève la confusion volontaire entre les Titans et le peuple séditieux. Prométhée n’appartient plus à la race des dieux, mais, à l’inverse, les opprimés qui se révoltent s’érigent en nouvelle majorité dominante. Les dieux de l’Olympe assistent, inquiets, à cette mobilisation populaire :

Ils virent alors la foule innombrable
Du peuple des hommes, et Lui, honoré par tous,
Était accroché à son rocher
Et il parla dans la tempête aux terriens, ses fils.

13Becher lisse le pli du texte goethéen, mais pour en imprimer un autre : en effet, si le rebelle qui formait les hommes à son image est devenu le symbole de l’humanité souffrante. S’il est l’artisan de son émancipation politique par l’exemple de sa résistance et la puissance du verbe révolutionnaire. Si, en se libérant de ses chaînes, il libérera l’humanité et tous les opprimés dans un élan consensuel. Et si le collectif a pour lui le nombre, alors le peuple des hommes a encore besoin d’un chef prestigieux qui engage d’abord seul le combat au prix des pires souffrances, puis qui exhorte à suivre son exemple une communauté reconnaissante et admirative, mais de culture limitée. Cette communauté a pour attributs l’inexpérience et une certaine crédulité. Le modèle léniniste d’une avant-garde minoritaire agissant au nom, puis avec le soutien numérique des opprimés, travaille le texte de Becher. Becher fonctionne à l’intérieur d’une esthétique aristotélicienne de la catharsis et du mimétisme. Le récit mythique fonde un paradigme moderne de la résistance et du martyre d’un petit nombre qui s’inscrit dans un mouvement historique linéaire et ascensionnel vers l’émancipation des peuples.

14Le poème se clôt sur une évocation anticipatrice de la libération de Prométhée :

Le rocher renforçait encore son étreinte,
Mais lui ne relâcha pas ses efforts.
Déjà le poids de la roche semblait vaciller,
Toute la montagne et lui redoublèrent d’ardeur.

  • 3 J.-R. Becher, Gesammelte Werke, Berlin/Weimar, Aufbau/Verlag, tome IV, 1966, p. 612-615.

Et comme il luttait au sommet du roc
Il eut une vision : il parcourait d’un pas ailé
Les temps sans dieux
Et le prisonnier saluait l’homme sans entraves3.

  • 4 Ce poème sera salué en RDA comme la consécration « du soulèvement des masses prolétariennes », Cla (...)

15Étrangement, le combat final se déroule au singulier. Il semble que Becher, influencé par l’isolement des antifascistes allemands pendant le IIIe Reich, ne puisse ou ne veuille envisager le soulèvement populaire qui dévoilait le pli du récit goethéen. Prométhée se libère seul de ses chaînes. La convergence entre le Titan et l’humanité souffrante reste une vision nocturne4.

16Dans le prolongement du poème de Becher, le mythe de Prométhée devient, à partir de 1945, le mythe fondateur et identitaire d’une Allemagne socialiste : le 19 juin 1945, par exemple, la section locale du parti communiste allemand, le KPD, à Rostock organise une manifestation publique avec, au programme, « Egmont » de Beethoven, « Prométhée » de Goethe et un exposé du programme du KPD. Les programmes scolaires de la République démocratique allemande prévoient d’étudier cet épisode de la mythologie en première année et le poème de Goethe en dernière année de l’enseignement secondaire obligatoire.

17Une autre réception s’appuie sur Hésiode. On en trouve une trace, discrète chez Brecht dès 1945, puis publique et plus insistante à partir des années 1960. Le 2 octobre 1945, Brecht note dans son journal, en réaction aux explosions d’Hiroshima et de Nagasaki :

  • 5 Bertolt Brecht, Journal de travail, Paris, L’Arche, 1976, p. 435.

[Je] médite un PROMÉTHÉE. Les dieux sont ignares et méchants, habiles dans l’extorsion de sacrifices, vivant sur la chair grasse du pays. Prométhée invente le feu et le remet criminellement aux dieux. Ils le capturent et l’enchaînent pour qu’il ne puisse livrer son feu aux hommes. De ce feu on n’entend plus parler pendant longtemps, puis il voit de rouges incendies à l’horizon : les dieux s’en sont servis pour rançonner les hommes5.

18Chez Brecht, Prométhée n’est plus le bienfaiteur des hommes. En rupture avec l’humanisme eschylien, Brecht se tourne vers l’idée de trahison énoncée par Hésiode, mais en inversant les alliances : Prométhée a trahi, non pas les dieux, mais les hommes en mettant son savoir au service des puissants de la planète. Certes, le « journal de travail » ne paraîtra qu’en 1973, mais il annonce une réflexion critique qui s’amorce au cours des années 1960, en opposition à la ligne dite de Bitterfeld (1958) qui appelle les écrivains à « aller dans les usines » (« Künstler in die Betriebe ! ») et à mettre leur art au service de la construction du socialisme : il s’agit de montrer les luttes des travailleurs, de combattre l’égoïsme, et l’indifférence morale hérités du capitalisme et de représenter la primauté de l’intérêt général sur l’intérêt privé. Rapidement, les écrivains seront considérés, selon le mot de Strittmatter, comme « des représentants en besoins idéologiques ». Les dirigeants du parti au pouvoir, le Parti socialiste unifié (SED), en viendront à imposer forme et contenu et à condamner toute expérimentation esthétique.

19Au cours des années 1960 et début 1970, le mythe de Prométhée devient un enjeu politique, il devient l’objet d’interrogations multiples : qui sont les dieux ? Que signifie ce feu qu’il dérobe et confie aux hommes ? Que deviennent ses protégés une fois confrontés au courroux des dieux ? Comment s’opère concrètement sa libération ?

  • 6 Heinz Czechowski : il publie son premier recueil, « Nachmittag eines Liebespaares » en 1962. Czech (...)

20Dans un premier temps, Prométhée perd sa dimension mythique et devient un personnage « historique », qui est plongé dans la lutte des classes : c’est ainsi qu’il est associé à un paysan rebelle dans un Moyen Âge fictif chez Georg Maurer, ou assimilé à un prolétaire dans une forge du xixe siècle, « enchaîné à son chaudron » chez Czechowski6. Il perd son aura symbolique.

21Dans le poème du jeune poète Heinz Czechowski, qui paraît dans la revue Neue Deutsche Literatur en 1963, Prométhée n’est plus le « voleur », mais le détenteur du feu, qu’il entretient et qui l’entretient (erhalten = prendre soin). Et il s’en sert pour narguer les dieux. Ces derniers perdent toute transcendance, ils siègent, comme le directoire d’IG Farben dans le film de F. Wolf et K. Maetzig (« Le Conseil des dieux » [« Der Rat der Götter »], 1950) dans les « palais bancaires » et roulent en Mercedes. Notons aussi que Prométhée se délivre tout seul.

22Dans son poème « Prométhée », publié en 1965, Georg Maurer oppose des paysans en peau de chèvre et les « seigneurs » (die Herren). La révolte de ceux qui n’ont « presque rien » (nichts fast) contre ceux qui ont « beaucoup », est surdéterminée par la nostalgie d’un âge d’or où « tous étaient égaux », avant l’arrivée de Prométhée qui, certes, leur a « donné le feu pour forger les armes mortelles », mais qui les a dans le même temps exposés à la colère de Zeus :

  • 7 Georg Maurer, Variations (Variationen), Halle, Mitteldeutscher Verlag, 1965, p. 125-126.

Et le malheur pèse sur nous tous
Par la faute de Prométhée
[…]
Zeus punit le voleur et nous avec, devenus des coupables7.

23Prométhée le « libérateur » n’a donc pas achevé son travail. Il a provoqué les maux dont souffrent (encore) les hommes. Son nom est associé à l’insatisfaction, voire à la déception de ses protégés. On peut supposer, à la lecture du poème, que leur « libération » reste un objectif à l’horizon du socialisme.

24Derrière cette critique sur fond « historique » se profilent des réserves par rapport aux injonctions du réalisme socialiste. La réécriture du mythe prométhéen s’attache aux zones d’ombre tant du récit mythique que de la parole officielle du régime socialiste.

25Reprenant la métaphore du feu, Brecht se demandait en 1956, devant le IVe congrès des écrivains, « si des étincelles d’esprit combatif couvent encore sous la cendre ». Au même congrès, Georg Maurer s’élevait contre l’optimisme de façade de poètes zélés et naïfs :

  • 8 Protocole du IVe congrès des écrivains, première partie, p. 160, cité in Manfred Jäger, Kultur und (...)

Le fait de réaffirmer sans relâche que la vie est magnifique, ne rend pas pour autant la vie magnifique. Il se peut que les poètes et poétesses succombent à cette autosuggestion quand ils écrivent cela. Mais de semblables vers n’exercent guère de pouvoir suggestif sur les lecteurs. Et même s’il avait eu quelque influence, celui-ci a bel et bien disparu8.

26Un nouvel esprit contestataire souffle et aspire à s’ouvrir aux grands auteurs de langue étrangère ou allemande qui n’ont toujours pas droit de cité. Maurer, qui enseignera à l’Institut de littérature « J. R. Becher » de Leipzig, recommande aux jeunes auteurs d’étudier les poètes expressionnistes, Paul Celan ou Ingeborg Bachmann. En 1956 encore, l’universitaire et spécialiste de littérature Hans Mayer invite, dans un article qui sera d’abord censuré, puis qui paraîtra dans la revue Sonntag, à lire Joyce, Kafka, Faulkner, Thornton Wilder.

27Au cours des années 1960, la ligne de Bitterfeld divise de plus en plus les écrivains. Le conflit entre une politique culturelle autoritaire, tatillonne, qui, voulant associer étroitement la culture à la construction d’une société nouvelle, tente d’instrumentaliser les productions artistiques, pourfend les expériences formelles. Le conflit culmine en 1965-1966 avec le XIe plenum du SED et le débat qui secoue la revue de la jeunesse communiste (FDJ) Forum. Ce n’est pas un hasard si les poètes qui refusent publiquement la ligne de Bitterfeld, à savoir de soumettre étroitement la littérature « à l’évolution des forces productives », comme Georg Maurer, Volker Braun, Czechowski, au nom d’une subjectivité créatrice non pas coupée de, ni inféodée à, mais couplée avec les enjeux politiques de la société, sont aussi ceux qui engagent un dialogue critique avec le mythe prométhéen.

28C’est ainsi que Volker Braun publie en 1965 un poème sur le « jazz » – rappelons que le rock et le jazz sont interdits en RDA – où chaque instrument, la basse, le saxo, le piano, joue joyeusement sa partie contre « l’obéissance-cadavre (den Kadaver Gehorsam) ou la « partition chaîne » (« die Fessel Partitur »), et revendique le droit « d’être soi-même » au sein d’une musique vivante et tonique :

Jeder ist ein Schöpfer !
Du hast das Recht, du zu sein, und ich bin ich :
Und mit keinem verbünden wir uns, der nicht er selber ist
Unverwechselbar er im Haß, im Lieben, im Kampf.

  • 9 Volker Braun, Provocations pour moi et d’autres, P.J. Oswarld, 1970, p. 25.

Chacun est créateur.
Tu as le droit d’être toi-même et moi je suis moi :
Et pas d’alliance avec qui n’est pas vraiment
Lui-même dans la haine, l’amour, le combat9.

  • 10 Ibid., p. 86-89.

29Le même Braun consacre dans le même recueil un long poème à Prométhée10.

30Le Prométhée d’Eschyle se glorifiait d’avoir libéré les hommes de l’angoisse de la mort :

  • 11 Eschyle, Le Théâtre complet, Paris, GF-Flammarion, 1964, p. 108.

J’ai logé en eux d’aveugles espérances11.

31Cet « espoir aveugle » peut justifier un optimisme béat, il permet aux hommes d’accepter un présent douloureux au nom d’un avenir que l’on espère meilleur. Il peut justifier de déléguer l’initiative historique à une avant-garde et encourager un certain attentisme. Braun prend sur ce point le contre-pied d’Eschyle. Son Prométhée rejette cet aveuglement dès les premiers vers :

Weg, blinde Hoffnung, die unsre Städte
Beschlägt, süßer Dunst

  • 12 Volker Braun, Provocations pour moi et d’autres, op. cit., p. 87.

Va-t-en, aveugle espoir qui enrobe
Nos cités, chimère nébuleuse12.

32Prométhée est devenu un cosmonaute, c’est-à-dire un symbole du progrès technologique dans les pays socialistes. Rappelons-nous la fierté des pays du camp socialiste, et en particulier en RDA, lors du lancement du premier Spoutnik par l’URSS le 25 mars 1961. Le cosmonaute Prométhée, propulsé dans les airs par la puissance du feu, contemple la Terre d’en haut. Le foyer où rougeoie le feu est devenu l’âtre où « nous cuisons la soupe ». Mais il n’est plus vraiment seul. Le pronom personnel qui inaugure la seconde strophe devient un pluriel collectif :

Je vole dans le ciel […]
L’air encore
Il nous faut le créer
dans l’espace vide. [souligné par nous, CK]

  • 13 « Der du das Haus errichtest, das uns eigen ist/ […] Prometheus » (Uwe Berger, « Nachkommen », in (...)

33Prométhée n’est plus le héros solitaire qui dominait les réceptions précédentes. Ni renégat, ni bienfaiteur, ni chef charismatique, il est devenu le porte-parole d’une communauté, la désignation générique d’une nouvelle race d’hommes, de ceux qui se sont libérés de la tutelle des dieux ou des princes ou des chefs de multinationales et qui ne doivent, aujourd’hui encore, compter que sur eux-mêmes. Alors que le Prométhée goethéen était fier d’avoir construit lui-même sa modeste « chaumière », cette « maison que tu as construite et qui est nôtre », selon la formule du poète est-allemand Uwe Berger13, l’instance narrative de Braun souligne la fragilité de cet abri et attribue sa conservation aux seuls hommes :

Kein Haus steht
Wenn wir es nicht erhalten

  • 14 Je traduis ; A. Lance traduit « erhalten » par « si nous la délaissons ».

Aucune maison ne tient debout
Si nous n’en prenons soin14.

34Renonçant à une délégation de pouvoir, c’est-à-dire à un maintien sous tutelle, fût-ce celle d’une avant-garde révolutionnaire, le poète invite ses contemporains à se prendre réellement et totalement en charge :

Was glaub ich denn
Wenn nicht an uns ? Worauf
Hoffe ich sonst : ist unsre Hand
Faul, unser Feuer ? Was
Schlag ich die Augen nieder
Vor den Schlägen der Zeit : ist hier
Nichts mehr zu machen ? das
Nimmt uns keiner ab.

  • 15 Je traduis.

En quoi dois-je donc croire
Si ce n’est en nous ? En quoi
D’autre espérer : notre main
Est-elle paresseuse, notre feu aussi ?
Pourquoi je courberai l’échine
Sous les coups de l’époque : N’y a-t-il
Plus rien à faire ici ? Personne
Ne le fera à notre place15.

35Il est symptomatique que Braun supprime toute référence aux dieux d’autrefois – ou à leurs successeurs. La présence des dieux servirait en effet à organiser contre eux une identité faussement consensuelle et occulterait les difficultés non résolues. Prométhée n’est plus le pharmakos, dont le martyre suscite admiration et fonde une action mimétique. Il ne dispense plus « l’espoir aveugle », mais au contraire dénonce cet aveuglement et invite les hommes à regarder l’histoire en face.

36Une telle remise en cause conduit-elle à une destruction du mythe ? Prométhée reste le prophète, celui qui sait et qui voit en raison de sa position privilégiée. Il manque un mythème constitutif et définitionnel avec l’absence du pôle de l’adversaire dont l’autorité repose sur la force. Le « défi », chez Volker Braun, devient un défi à nous-mêmes, de sorte que l’isolement de Prométhée, dû à ses origines divines qui le distinguent des hommes, s’efface au profit d’une symbiose, inachevée mais encore évolutive, entre l’ancien « devin » et ses frères, dans la mesure où l’espoir aveugle menace de s’abattre sur Prométhée lui-même, comme « un temps maussade » enveloppe le randonneur attardé :

Wo wir nicht sind
Und sehn, geht etwas vor
Das wir nur ahnen
Das schießt ins Kraut und nicht nur
Und wie Hoffnung, das zieht auf mich her
Ein trübes verlorenes Wetter –

  • 16 Je traduis.

Là où ni ne sommes
Ni ne voyons, il se prépare quelque chose
Que nous pressentons seulement
Qui monte en graine et au-delà
Et, tel un espoir, fond sur moi
Un temps perdu et maussade16.

37La voix du poète garde une dimension prophétique :

Auf diese Zeit nicht, auf nichts
Vertrauend als auf uns, nicht
Mit freudig geschlossenen Augen ;
Bedroht, aber nicht gedrillt
Sieht mich der Tag
der Widerstrahlt
Wenn wir unser Feuer tragen
In den Himmel.

  • 17 Je reprends la traduction d’A. Lance, op. cit., p. 89.

N’ayant confiance ni en ce siècle
Ni en rien d’autre qu’en nous-mêmes, et pas
Les yeux joyeusement fermés ;
Menacé, mais non dressé :
Ainsi me verra-t-il
Ce jour éclatant
Quand nous irons porter notre feu
dans le ciel17.

38La flamme qui propulse la fusée dans le ciel irradie l’horizon des hommes et les engage à ne plus compter que… sur eux-mêmes. La (con) fusion des pronoms personnels singulier et pluriel dissout le personnage goethéen du génie créateur dans une prospective plus large.

  • 18 Heiner Müller, Geschichten aus der Produktion 2, Berlin, Rotbuch, 1974, p. 84-86, traduction franç (...)

39Dans sa pièce Ciment, écrite en 197218, l’auteur dramatique Heiner Müller inscrit le Titan dans la réception de la Théogonie d’Hésiode, réactualisée par Brecht : Prométhée a donné l’éclair aux hommes, mais, corrompu par les dieux dont il partage les festins, il ne leur a pas appris à s’en servir contre les dieux. Prométhée est devenu ingénieur, il a collaboré avec les tyrans d’hier. Il s’agit de l’arracher à ses privilèges anciens, de le placer devant ses nouvelles responsabilités et de mettre son savoir au service de la nouvelle formation sociale. L’actualisation du thème ne se limite pas à une simple transcription. Müller procède à son travestissement comique en comblant les lacunes du récit mythique par des suppléments d’inspiration rabelaisienne en introduisant par exemple les fonctions élémentaires du corps, par exemple :

  • 19 Heiner Müller, Ciment, op. cit., p. 35.

l’aigle, qui le prenait pour une portion de rocher partiellement comestible, capable de faire de petits mouvements et d’émettre, surtout quand on le mangeait, un chant discordant, faisait sur lui. Cette fiente était sa nourriture19.

40Hercule, son libérateur, aura toutes les peines du monde pour s’approcher de sa cible, il manquera trois fois l’aigle avec ses flèches, en raison de la puanteur qui l’oblige en même temps à se boucher le nez. L’extension parodique du temps épique et les détails sordides sur les déchets du corps humain et… de l’histoire parachèvent la carnavalisation du mythe. Le récit mullérien oppose le « travail » du libérateur, qui doit affronter – outre des conditions particulièrement difficiles – la résistance de Prométhée lui-même qui refuse sa libération, pleurniche comme un gamin, accepte à contre-cœur d’abandonner l’aigle – son ancien tortionnaire – et de grimper, apeuré, sur le dos de son libérateur, Hercule, pour adopter ensuite, la posture du héros triomphateur sous les applaudissements de la population. Le Caucase se fissure et s’éboule. Les dieux, devenus inutiles, se jettent dans le vide.

41Cette entreprise de déconstruction d’un modèle qui était devenu canonique met en scène un personnage timoré, angoissé, fragile. Le public est-allemand n’a aucun mal à décoder l’enjeu de cette réécriture. Le public assiste au « dépouillement » des « excréments » que charrie l’histoire. Il s’identifie aux nouveaux vainqueurs de l’histoire et se gausse, en toute impunité, de l’attitude tour à tour arrogante et pusillanime des élites anciennes. La « délivrance » de l’intelligentsia reste un travail pénible que l’aura médiatique de l’élite technologique tendait à maintenir dans l’ombre.

  • 20 Dieter Zänker, « Prometheus’82. », in Monika Flake (éd.), Auftragskunst der DDR 1949-1990.

42La réception du mythe trouva son apogée et son aboutissement en 1982 avec l’échec du « Projet Prometheus ‘82 » lancé sur l’initiative du Kulturbund à l’occasion du 150e anniversaire de Goethe20.

43Conçu comme un instrument de politique culturelle pour encourager le débat entre les artistes de la république et le public, il demandait à un large échantillon interdisciplinaire de sculpteurs, de poètes, de peintres et de musiciens de présenter leur vision « d’un des thèmes intéressants de l’œuvre de Goethe » (lettre au peintre Willi Sitte, catalogue 313). C’était un projet ambitieux, doté d’un budget de 150 000 marks. Les initiateurs espéraient que les artistes insuffleraient « l’esprit prométhéen », c’est-à-dire qu’ils contribueraient à développer auprès de la jeune génération « la confiance dans sa propre force et dans la capacité à changer le monde » (lettre à Willi Sitte du 21 juillet 1981). Les œuvres devaient être exposées dans près de cinq cents galeries dans toute la République. Mais, pris dans le contexte de la relance, par l’Otan, de la course aux armements, les œuvres associèrent le thème du feu avec la menace d’une destruction générale. Le graphiste Jürgen Schieferdecker, par exemple, réunit en un même personnage création et destruction. Gerd Mackenson privilégia le thème de la destruction et intitula son tableau Malédiction des dieux. D’autres contributions, par exemple celle de V. Braun, opposent mythe et réalité, Müller et Czechowski polémiquent contre le poème de Goethe et sa lecture officielle en RDA. Le texte de Müller sera refusé, celui de Czechowski sera « oublié » dans la conférence inaugurale de l’exposition, et l’artiste quittera ostensiblement la réunion à l’entracte. Une lithographie d’Otto Möhwald montre Prométhée dans la pose du penseur de Rodin à côté d’un torse féminin craquelé, sans bras ni tête : Prométhée est devenu un penseur sceptique, passif, qui refuse la vie à sa « créature ».

44Le projet tourne court. Le débat public n’aura pas lieu.

45Le vernissage restera sans lendemain, mis à part quelques expositions discrètes et éphémères dans quelques musées.

Notes

1 Nous ne partageons pas, sur ce point, le commentaire de Jacqueline Duchemin dans son étude érudite : « On sent qu’Hésiode a peine à comprendre, au fond de lui-même, les malheurs du “bienfaisant” [le terme est de Hésiode] Prométhée. […] On a peine […] dans cette perspective à croire au châtiment de Prométhée » (Jacqueline Duchemin, Prométhée. Histoire du mythe, de ses origines orientales à ses incarnations modernes, Paris, Les Belles Lettres, 2000, p. 67).

2 Wolfgang Goethe, Werke, Hambourg 1966, t. 1, p. 44-46. Sur la réception du mythe chez Goethe nous renvoyons à Raymond Trousson, Le Thème de Prométhée dans la littérature européenne, Genève, Droz, 1976, en particulier ici tome I, p. 240-269 et p. 278-292.

3 J.-R. Becher, Gesammelte Werke, Berlin/Weimar, Aufbau/Verlag, tome IV, 1966, p. 612-615.

4 Ce poème sera salué en RDA comme la consécration « du soulèvement des masses prolétariennes », Claus Träger, Prometheus – unmittelbare und mittelbare Produktion der Geschichte, in Werner Bahner (éd.), Literaturgeschichte als geschichtlicher Auftrag. Werner Krauss zum 60. Geburtstag, Berlin, Rütten & Loening, 1961, p. 189.

5 Bertolt Brecht, Journal de travail, Paris, L’Arche, 1976, p. 435.

6 Heinz Czechowski : il publie son premier recueil, « Nachmittag eines Liebespaares » en 1962. Czechowski a suivi les cours de poésie de Georg Maurer (1901-1971) de 1958 à 1961. Ses premiers poèmes sont encore assez naïfs et de fac-ture conventionnelle. Il deviendra rapidement un grand auteur.

7 Georg Maurer, Variations (Variationen), Halle, Mitteldeutscher Verlag, 1965, p. 125-126.

8 Protocole du IVe congrès des écrivains, première partie, p. 160, cité in Manfred Jäger, Kultur und Politik in der DDR, Cologne, Édition Deutschland Archiv, 1982, p. 76.

9 Volker Braun, Provocations pour moi et d’autres, P.J. Oswarld, 1970, p. 25.

10 Ibid., p. 86-89.

11 Eschyle, Le Théâtre complet, Paris, GF-Flammarion, 1964, p. 108.

12 Volker Braun, Provocations pour moi et d’autres, op. cit., p. 87.

13 « Der du das Haus errichtest, das uns eigen ist/ […] Prometheus » (Uwe Berger, « Nachkommen », in Gesichter. Gedichte, Berlin/Weimar, Aufbau/Verlag, 1968, p. 49.

14 Je traduis ; A. Lance traduit « erhalten » par « si nous la délaissons ».

15 Je traduis.

16 Je traduis.

17 Je reprends la traduction d’A. Lance, op. cit., p. 89.

18 Heiner Müller, Geschichten aus der Produktion 2, Berlin, Rotbuch, 1974, p. 84-86, traduction française de Jean-Pierre Morel (Heiner Müller, Ciment, Paris, Les Éditions de Minuit, 1991, p. 34-37).

19 Heiner Müller, Ciment, op. cit., p. 35.

20 Dieter Zänker, « Prometheus’82. », in Monika Flake (éd.), Auftragskunst der DDR 1949-1990.

Auteur

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540