Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l'ar[t]chitecture en milieu hospitalier

 | 
Isabelle Genyk
, 
Isabelle Saint-Martin
, 
Magali Uhl

Introduction

Texte intégral

1Trois œuvres pour le moins confidentielles, qui ne s’exposent ni dans la rue, ni dans une galerie, ni dans un musée. De l’art là où on ne l’attend pas, au cœur d’un hôpital, d’une morgue ou d’un institut de lutte contre le cancer... Bien sûr, l’art est sorti depuis bien longtemps des musées, et des institutions comme l’Assistance publique ont adopté depuis quelques années une politique d’acquisition d’œuvres. Nous ne sommes plus étonnés de croiser une Nana de Niki de Saint Phalle au détour d’un couloir de l’hôpital pour enfants Robert Debré à Paris, ou encore un pot de fleur monumental de Jean-Pierre Raynaud au beau milieu de la rue intérieure de l’hôpital européen Georges Pompidou. Les œuvres qui nous intéressent ici ne sont toutefois pas du même ordre : œuvres-lieux créées dans le contexte spécifique de l’hôpital contemporain, elles se confrontent à des questions délicates, la mort et le religieux notamment, et apparaissent dans une conjoncture socio-historique spécifique.

2Déclin de la pratique religieuse, faillite des grands récits explicatifs, difficile renouveau des rituels domestiques liés au défunt, ces œuvres s’inscrivent dans un contexte sociologique particulier. L’hôpital qui les accueille se trouve bien souvent dans une situation paradoxale, partagé entre son rôle traditionnel d’institution curative et tributaire de cette tendance socio-économique qui conjugue vieillissement de la population et augmentation de la fin de vie en milieu hospitalier. Les lieux présentés dans cet ouvrage en appellent, dès lors, à une réflexion approfondie sur les rapports entre l’art, la mort, le religieux et le symbolique. Pour les appréhender nous avons interrogé les dispositifs artistiques et architecturaux du point de vue de leur aptitude à recréer du lien social et des rituels signifiants – pour le personnel soignant comme pour les usagers – dans un contexte sociologique plus large de déritualisation d’où peuvent néanmoins surgir de nouvelles formes de ritualités, et de perte de certains repères symboliques traditionnels. Il s’agit en effet de trois espaces emblématiques regroupant un ensemble de pratiques qui se situent à l’interface des routines professionnelles et du tragique de l’événement. L’intervention artistique accompagne la pratique quotidienne des personnels hospitaliers, le parcours des malades et des familles dans le but de recréer une densité sémantique là où le sens peut faire parfois défaut. Cette médiation par l’art initie une reconfiguration du rapport individu/institution, plus particulièrement de l’individu à son institution (personnel médical, soignant, etc) et de l’individu aux institutions auxquelles il a recours (usagers : familles, malades, défunts).

3Cet ouvrage porte ainsi principalement sur trois lieux qui sont à tous égards pionniers. Ils furent, parmi les premiers en milieu hospitalier à réunir à la fois l’association artiste/architecte et la prise en compte de la dimension symbolique attachée tant à la mort et au deuil qu’aux diverses attentes spirituelles des patients et de ceux qui les accompagnent. Récemment créées par des artistes contemporains en collaboration avec des architectes, ces trois réalisations témoignent de la reconsidération actuelle de l’hôpital envers ses usagers dans le contexte spécifique de la modernité avancée.

4Premier cas considéré, la Salle des départs de l’hôpital Raymond Poincaré fut achevée en 1996 par l’artiste italien Ettore Spalletti, assisté d’Adriana Civitarese, avec le concours des architectes Guido Fanti et Bernard Ngojo. Elle consiste en une restructuration de la chambre mortuaire et du service recevant les familles et les proches venus reconnaître et assister au départ des personnes décédées à l’hôpital de Garches qui accueille de nombreux accidentés de la route.

5Le second projet, réalisé en 2000 par l’artiste Michelangelo Pistoletto et l’architecte Giorgio Ferraris, est le Lieu de recueillement et de prière de l’Institut Paoli-Calmettes à Marseille, centre régional de lutte contre le cancer, à la fois institution curative et centre de recherche. Ce projet, qui remplace, lors de la rénovation de l’hôpital, l’ancienne chapelle catholique, présente de façon inédite un lieu qui cherche à situer dans un rapport dialectique l’art et les principales religions présentes en France.

6Enfin le dernier exemple est l’Oratoire de l’hôpital Bretonneau à Paris conçu en 2001 par l’artiste Pierre Buraglio en collaboration avec l’architecte Fabrice Pilorgé et le cabinet d’architecture Valode et Pistre. Le lieu de spiritualité de cet hôpital spécialisé en gérontologie n’est ni une chapelle catholique, ni un oratoire omniculte, mais un espace à dominante chrétienne où l’ouverture aux autres religions est prise en compte.

  • 1 Afin de saisir d’emblée et d’un seul regard les réalisations sur lesquelles s’appuient cet ouvrage (...)

7À titre de comparaison, nous avons également retenu ici certaines réalisations françaises (notamment à Juan-les-Pins et Ivry sur Seine) et européennes (à Munich et Genève) qui interrogent, chacune à leur manière, l’intégration d’apports artistiques vécus comme partie prenante de l’univers hospitalier et non comme simple effet décoratif1.

  • 2 Voir notamment les premières Assises des chambres mortuaires en 2003, actes sous la dir. de Hirsch(...)

8Non seulement pionniers – car mettant en scène une collaboration artiste/architecte inédite – mais fortement originaux, ces lieux se trouvent à la croisée de plusieurs questionnements majeurs dans l’hôpital contemporain. Alors que ce dernier s’est débarrassé de ses anciens oripeaux d’accueil des déshérités pour devenir un centre de soins de haute performance technologique, il se retrouve paradoxalement recueillir les derniers soupirs des trois quarts de la population française. Que faire alors de ce statut de premier lieu de décès ? Est-il possible d’occulter cet aspect sombre de l’institution curative ? Depuis quelques décennies, les réflexions menées dans le champ de l’éthique biomédicale, le changement progressif des pratiques soignantes, mais également les réhabilitations de plus en plus nombreuses des chambres mortuaires hospitalières, montrent une réelle volonté de changement2. En effet, l’émergence de ces œuvres-lieux que nous présentons ici est tributaire d’un contexte sociologique spécifique renvoyant à divers types enjeux : d’abord celui de la désymbolisation des rituels funéraires dans les sociétés actuelles avec la place prédominante de l’hôpital comme scène du « mourir » contemporain ; ensuite celui du religieux avec pour corollaire la question de la laïcité dans un environnement multicultuel ; enfin celui de l’insertion de l’art contemporain dans le lien social à travers des réalisations à plus ou moins grande échelle dans l’espace public.

9Les enjeux que représentent ces réalisations ar(t)chitecturales sont donc étroitement liés au contexte socio-culturel dans lequel elles prennent place. Les lieux choisis ont tous, d’une manière ou d’une autre, un lien avec une forme de spiritualité (religieuse ou non), et renvoient tous à la question de la mort : qu’il s’agisse de l’approche de la mort (la vieillesse), de son éventualité (la maladie grave), ou de sa matérialité (le cadavre). Ainsi, les trois hôpitaux qui constituent le centre de notre étude ont chacun une spécificité qui renvoie à une phase distinctive de la scène du mourir : l’hôpital Bretonneau à Paris est un établissement spécialisé en gériatrie, psychogériatrie et soins palliatifs ; l’Institut Paoli-Calmettes à Marseille est un Centre régional de lutte contre le cancer ; le service d’anatomie et cytologie pathologiques de l’hôpital Raymond Poincaré à Garches est un centre médico-judiciaire qui accueille des personnes décédées de mort violente. À eux trois, ils se font le condensé des principaux maux de notre époque, le cancer, la vieillesse et la mort violente ; ils signent aussi l’échec ou plutôt les limites de la science, à travers elle la médecine, et de la société via les pouvoirs publics, à tout résoudre, brisant ainsi quelques mythes modernes à la peau dure…

10Si la création de ces lieux s’inscrit dans un contexte de reconsidération du statut de la mort à l’hôpital, elle soulève également de nombreuses questions quant à la place du spirituel au sein de l’institution curative laïque. Voué au progrès scientifique et à la lutte pour la survie des corps, l’hôpital du xxe siècle n’a guère à se soucier du salut de l’âme, si présent dans l’univers hospitalier d’Ancien Régime dont bien souvent l’architecture s’ordonnait autour d’une imposante chapelle. S’intéresser à l’espace cultuel en milieu hospitalier invite aujourd’hui à quitter ces vastes édifices pour des lieux plus modestes et plus intimes, dans un univers où les mètres carrés sont chèrement disputés, mais il ne s’agit pas pour autant d’une question devenue obsolète comme en témoignent les réflexions sur le droit des patients et la place de la laïcité dans les établissements de santé. Traitée de façon spécifique dans le contexte juridique français, cette question recouvre deux aspects. D’une part la place matérielle que l’institution hospitalière peut consacrer à des activités ne relevant pas directement du soin. L’approche du patient dans sa globalité, non seulement corps souffrant mais aussi personne psychique est ici en jeu. D’autre part, la façon dont est prise en compte, dans le respect de la laïcité, la pluralité des religions et des convictions humanistes. La diversité d’origines et de croyances des patients à l’hôpital est le reflet direct des évolutions de la société contemporaine. Cette question, qui se pose également, mais avec une acuité différente, dans le cas des aéroports, des prisons, ou de certains campus universitaires par exemple, a donné lieu à différentes formes de réponses. Les premières réalisations sont apparues, en France, en milieu hospitalier dès le début des années quatre-vingt notamment à Montpellier où la réflexion sur l’accueil de différentes communautés a été menée de façon précoce. D’autres cas peuvent être cités, mais dans l’ensemble jusqu’à la fin des années quatre-vingt-dix, les réalisations françaises restent rares alors que le sujet a pris une ampleur plus grande dans d’autres pays européens tels l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas ou encore dans la « multi faith » politique en Grande-Bretagne. Pour différentes raisons historiques, ces pays, plus accoutumés à la prise en compte des diversités religieuses et communautaires et à un certain fédéralisme, ont développé une attention plus vive à ces questions. À titre d’exemple, citons dès le début des années quatre-vingt-dix la création d’un espace pluriconfessionnel, conçu par un architecte qui se trouve être tout à la fois prêtre et artiste (P. de Valck), à l’hôpital d’Utrecht ou bien l’existence en 1995 d’une aumônerie interconfessionnelle à l’hôpital Saint-Luc à Bruxelles, suivie de l’aménagement d’un espace de recueillement ouvert à tous. C’est dans ces mêmes années (1995) que l’on voit inaugurer à Paris, une réalisation exceptionnelle « L’Espace de méditation », sans aucune affirmation religieuse, créé dans le cadre spécifique du jardin de la Paix à l’Unesco par l’architecte japonais Tadao Ando avec du granit d’Hiroshima. Pour les projets qui nous occupent, cette époque est marquée par l’achèvement de la Salle des départs (1996) et l’amorce d’une politique d’ouverture d’espace pluriconfessionnels en milieu hospitalier qui, après l’échec d’un projet à l’hôpital européen Pompidou, se poursuit par les premières réflexions pour le nouvel hôpital de Bretonneau et à Marseille par les projets pour l’espace de l’Institut Paoli-Calmettes où les recherches se sont prolongées plusieurs années. Les réalisations inaugurées au début des années 2000 ont désormais acquis une pérennité qui permet d’examiner dans la durée leur réception et leurs usages par les différents acteurs (aumôniers, familles, patients mais aussi soignants).

11Aux questionnements que suscite la création de ces trois lieux sur la place de la mort et de la spiritualité à l’hôpital, s’ajoute enfin ceux liés directement au fait que ces trois espaces sont des œuvres d’art conçues par des artistes reconnus et invités à intervenir en tant que tels, soucieux que soit préservée l’intégrité de leur intervention. La difficulté à nommer ces « œuvres-lieux » : œuvre d’art et/ou architecture, est significative de la difficulté à leur assigner un statut. Il s’agit en effet d’aménagements spatiaux destinés à un usage précis et conçus par des artistes avec le concours d’architectes. Ceci pourrait paraître anodin et ne poser aucun problème pour qui n’appartient à aucun des champs de l’art ou de l’architecture, pourtant des collaborations de ce type sont un fait rare, même si la composition ou la confusion entre l’architecture et les autres arts est un sujet d’intérêt pour le moins pérenne et que de nombreuses publications se font aujourd’hui le relais de ce discours récent sur la plus-value apportée par l’intervention d’un artiste à la conception de projets architecturaux et urbains. Pour cette raison, nous nous sommes également intéressées au renouvellement des processus, des logiques d’acteurs et des modalités de réalisations induits par la collaboration d’un artiste et d’un architecte pour la création d’une œuvre commune. Ce corpus réunit des réalisations très spécifiques où l’interaction entre plusieurs types d’acteurs rend les négociations délicates et c’est précisément ce montage complexe, tant dans sa conception que dans sa réalisation, que nous avons aussi étudié. Dans ces projets, le recours à l’interdisciplinarité comme mode opératoire ouvre un champ de recherche attaché à la définition du statut des différents concepteurs, aux modalités d’articulation des compétences au sein des équipes de maîtrise d’œuvre comme aux échanges d’outils, de méthodes, de savoirs et savoirs faire. Ces collaborations entre artistes et architectes s’avèrent être une condition indispensable à l’existence de ces « œuvres d’art-architectures ». Le fait que les commanditaires de ces réalisations aient fait appel à des artistes (nécessairement assistés d’architectes) plutôt qu’à des architectes habituellement pressentis, pose un ensemble de questions en amont liées à la spécificité de ces lieux : en quoi l’art, dans ses mutations actuelles peut-il témoigner du deuil ? Son projet pluriel, ses ramifications complexes, ses métamorphoses sont-ils des réponses possibles aux demandes sociales classiques : commémoration, catharsis, embellissement... ? L’artiste lui-même est-il aujourd’hui qualifié ou simplement intéressé pour évoquer une quelconque forme de transcendance ?

  • 3 Cet ouvrage se situe dans le prolongement d’un travail de recherche effectué pour le compte du min (...)

12Les œuvres-lieux que nous avons choisi d’examiner concentrent donc de manière singulière des interrogations qui les dépassent amplement et qui intéressent tout autant les domaines de la sociologie, de l’histoire de l’art religieux que de l’architecture. Pour en saisir toute leur richesse, ces espaces d’art sont ici regardés selon plusieurs points de vue. La mise en lumière de trois facettes de ces réalisations complexes peut permettre de saisir les enjeux qu’elles représentent dans chacun des champs considérés. Autant dans leur disjonction que dans leur complémentarité, ces différents éclairages peuvent aider à comprendre de quelle manière ces œuvres fournissent des réponses originales à des questions aussi sensibles que la prise en charge de la mort et de la spiritualité dans l’hôpital contemporain. Nos logiques disciplinaires spécifiques (architecture, histoire de l’art, sociologie) ont trouvé, dans le cadre de l’enquête qualitative que nous avons menée durant plus de deux ans3, des points de rencontre aussi bien au niveau des différentes dimensions de l’étude que de celui des méthodologies de recherche respectives.

13Ainsi, l’architecte a t-elle pris en charge les aspects qui concernaient spécifiquement la maîtrise d’ouvrage et les relations artistes/architectes au niveau de la réalisation des projets ; la sociologue s’est pour sa part attachée plus particulièrement aux différentes conceptions de la mort en modernité et à la place de l’art contemporain en milieu hospitalier ; l’historienne de l’art, spécialiste des liens entre art et religion, s’est intéressée prioritairement aux modes d’expression plastique des symboliques religieuses et aux confrontations des attentes des différents acteurs en matière de gestion de l’interreligieux en institution laïque. Si le projet a mobilisé des compétences spécifiques en termes d’analyse du bâti, de sociologie de la mort ou d’histoire des sensibilités religieuses, nous nous sommes rejointes sur un objet commun et transversal : la prise en compte de la dimension artistique.

14Saisir cette place de l’art dans ses dimensions actuelles, invite, dans une première partie, à préciser la complexité des contextes dans lesquels ces espaces d’art prennent place et les enjeux qu’ils représentent pour l’hôpital contemporain, principalement face aux redéfinitions de la place des morts et de la fin de vie. La visite de ces lieux et l’analyse de leur insertion dans l’espace curatif sera l’occasion, dans un second temps, de mettre en lumière des aspects encore très neufs liés à l’expression d’une certaine spiritualité dans la conception des chambres mortuaires à l’hôpital, à la place des religions au sein de l’institution laïque ainsi qu’à la réception de ces espaces par les différents usagers. Enfin nous nous intéresserons, dans une dernière partie, aux conditions d’existence et de création de ces projets dans la mesure où il s’agit d’œuvres hybrides, œuvres d’art mais aussi architectures réalisées conjointement par des artistes et des architectes afin d’apprécier la signification du recours à un artiste pour traiter de questions de cette nature.

15Espaces d’art, œuvres-lieux, réalisations ar(t)chitecturales… si les expressions ou qualificatifs possibles se multiplient lorsque l’on évoque les créations d’Ettore Spalletti, Michelangelo Pistoletto ou Pierre Buraglio, c’est qu’incontestablement il s’agit de trois expériences singulières recouvrant aussi bien le registre imaginaire et ses multiples horizons de sens liés notamment à la mort et à la spiritualité, qu’un ensemble de pratiques qui se situent aux frontières de la médecine, de la croyance et de l’éthique et en dessinent les contours actuels. C’est l’une des raisons pour lesquelles ces lieux ont pu faire l’objet d’expériences architecturales novatrices et retenir l’attention d’artistes de renoms.

Notes

1 Afin de saisir d’emblée et d’un seul regard les réalisations sur lesquelles s’appuient cet ouvrage, nous invitons le lecteur à se reporter aux fiches synthétiques ci-après les décrivant et de consulter les reproductions photographiques en cahier central.

2 Voir notamment les premières Assises des chambres mortuaires en 2003, actes sous la dir. de Hirsch Emmanuel et du Groupe de recherche et de réflexion éthique et pratiques en chambres mortuaires, AP-HP, 2004.

3 Cet ouvrage se situe dans le prolongement d’un travail de recherche effectué pour le compte du ministère de la Culture et de la Communication, Direction de la Recherche Architecturale et Urbaine, pour une durée de 18 mois, de janvier 2004 à juin 2005 et intitulé, « L’association artiste/architecte comme solution à des questions sensibles de société : mort et religion dans l’institution curative laïque ». À partir de cette enquête qualitative et du rapport de recherche remis au ministère, nous avons poursuivi, entre 2007 et 2009, les entretiens et engagé une réflexion théorique plus large que nous présentons ici.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540