Version classiqueVersion mobile

Matière à penser

 | 
Bernadette Bensaude-Vincent

Deuxième partie : L’histoire et ses clichés

Une science sous influence positiviste ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le début de ce chapitre reprend les grandes lignes d’un article « Le positivisme fait-il obstacle au progrès scientifique ? », in Despy-Meyer Andrée, Devriese Didier (dir.), Positivismes, Philosophie, Sociologie, Histoire, Sciences, Turnout, Brepols, 1999, p. 217-246.

Un des lieux communs de l’histoire de la chimie est le retard des chimistes français face à l’atomisme. Retard spectaculaire puisque l’hypothèse atomique, introduite en1808 par John Dalton ne sera enseignée en France qu’après la mort de Marcellin Berthelot en 1907.

À l’atomisme, les chimistes français ont préféré l’équivalentisme, qui consiste à déterminer la proportion d’un corps A qui s’unit avec un corps B, sans préjuger de la nature des unités qui entrent en combinaison. Cette position timorée, répondant à une sorte de « vœu de chasteté épistémologique », selon une expression naguère utilisée par Jacques Merleau-Ponty, scandalise bien des chimistes contemporains qui dénoncent le conservatisme des mandarins français. ...

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search