Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Matière à penser

 | 
Bernadette Bensaude-Vincent

Deuxième partie : L’histoire et ses clichés

Lavoisier par documents et monuments. Deux cents ans de commémorations

Texte intégral

1Ce chapitre est le texte d’une intervention donnée au séminaire d’histoire des sciences de Claire Salomon Bayet à l’Université Paris I, en 1995 ; il développe quelques idées traitées dans l’article : « Between history and memory : Centennial and bicentennial images of Lavoisier », in Isis, n° 87, 1996, p. 481-499.

2Dans la foulée des commémorations du bicentenaire de la Révolution française, la mort de Lavoisier fut célébrée en 1994 comme un événement de marque. L’Académie des sciences, dont Lavoisier fut un membre actif, dans laquelle il est entré à l’âge de 25 ans, et qu’il a énergiquement défendue jusqu’à sa dissolution par le décret révolutionnaire du 8 août 1793, a pris en charge la commémoration officielle. Pour les membres d’une communauté scientifique, un bicentenaire comme celui-ci est indéniablement un événement permettant de réaffirmer l’identité d’une discipline en cultivant la mémoire du fondateur. Pour les historiens d’une science, c’est un prétexte pour obtenir des fonds, réunir les spécialistes d’un secteur et faire le point sur les développements historiographiques récents.

3Le bicentenaire de Lavoisier a ainsi fourni une occasion de rencontre entre les chimistes et leurs historiens. La confrontation fut saisissante : les chimistes restent attachés à la vignette propagée par les manuels scolaires, faisant de Lavoisier le héros fondateur de la chimie moderne, qui a chassé d’un coup d’oxygène les explications fumeuses de l’alchimie et donné à la chimie une loi fondamentale « rien ne se perd, rien ne se crée ». Or ce portrait légendaire n’a pas résisté à la passion historiographique. Documents et archives à l’appui, il est facile de montrer que la chimie était déjà une science avant Lavoisier et que la fameuse loi de conservation de la matière n’a pas été inventée par Lavoisier, encore moins formulée en ces termes et qu’elle n’est pas une loi. La divergence des points de vue est telle qu’on peut se demander s’il s’agit du même épisode, du même Lavoisier.

4Il est facile aux scientifiques de s’ériger en gardiens de la mémoire de leur discipline et de dénier aux historiens toute compétence pour en comprendre l’histoire. Il est tout aussi facile aux historiens de démystifier à l’aide d’archives et de documents les erreurs et légendes attachées au culte des fondateurs dans bien des disciplines. Et voici que la commémoration devient sinon un puits de conflits entre scientifiques et historiens, du moins un révélateur de leur incompréhension.

5Cet état de choses suscite une perplexité qui est à l’origine des réflexions proposées dans ce petit essai. Je me propose d’utiliser l’histoire non pour discréditer la naïveté des images de fondateur perpétrées par les chimistes mais pour m’interroger sur la mémoire des communautés scientifiques, pour mener une réflexion sur le rapport des scientifiques à leur passé. En évoquant, à grands traits, le portrait de Lavoisier composé peu après sa mort, puis cent ans et deux cents après, je propose une mise en perspective des présentations faites à l’occasion du bicentenaire. À partir de cette confrontation de rites et de récits relatifs à un même épisode mais à dis-tance d’un puis de deux siècles, j’aventurerai en conclusion quelques réflexions générales sur les relations des communautés scientifiques au passé de leur discipline.

Le « zéroième anniversaire »

  • 1 Péguy Charles, « Dialogue de l’histoire avec l’âme païenne », in Œuvres en prose (1909-1914), Pari (...)

6La prise de la Bastille, dit l’histoire, ce fut proprement une fête, ce fut la première célébration, la première commémoration et pour ainsi dire le premier anniversaire de la prise de la Bastille. Ou enfin le zéroième anniversaire1.

7Cette formule paradoxale de Charles Péguy trouve une bonne illustration avec le cas de Lavoisier. Son œuvre révèle en effet de façon saisissante le lien intime entre l’accomplissement de la révolution chimique et l’écriture de cette révolution, son inscription dans la mémoire.

8Le premier qui a façonné l’histoire – en tant que récit des événements – est Lavoisier lui-même. L’image du fondateur de la chimie moderne est, dans une certaine mesure, un autoportrait. C’est Lavoisier qui, dès 1773, a désigné son entreprise comme « révolution en physique et en chimie » et qui graduellement a donné à ce terme le sens nouveau d’une rupture radicale avec le passé. En fait, un regard d’ensemble sur les mémoires de l’Académie des sciences dans les années 1770-1780 suggère que ce genre de prétention était assez répandu. Coulomb en électricité, Haüy en cristallographie, Vicq d’Azyr en anatomie… tous prétendent fonder un édifice. Dans le cas de Lavoisier, le glissement de l’idée de révolution à celle de fondation mobilise les ressources de la philosophie empiriste de Condillac. Sa théorie empiriste de la connaissance légitime qu’on cherche à écarter tout ce qui n’est pas de l’ordre des faits, à balayer la tradition pour reconstruire le savoir sur une tabula rasa. La réforme de la nomenclature est l’instrument privilégié qui a permis d’évincer la tradition pour forger un nouveau langage adéquat à la nouvelle doctrine et d’éradiquer jusqu’au souvenir de la tradition antérieure après quelques générations de chimistes formés dans la nouvelle nomenclature.

9C’est encore Lavoisier qui favorisa l’identification de la nouvelle doctrine, et de la nouvelle nomenclature à sa personne. Malgré l’importance des contemporains et surtout des collaborateurs dans l’élaboration de la nomenclature et dans le triomphe de la nouvelle doctrine, Lavoisier a revendiqué pour lui seul le titre fondateur :

  • 2 Lavoisier Antoine-Laurent, Œuvres, t. II, Paris, Imprimerie impériale, 1862, p. 104.

Cette théorie n’est donc pas, comme je l’entends dire, la théorie des chimistes français, elle est la mienne, et c’est une propriété que je réclame auprès de mes contemporains et de la postérité2.

  • 3 Guyton de Morveau, « Second avertissement », in Dictionnaire de Chymie de l’Encyclopédie méthodiqu (...)

10La deuxième contribution majeure au portrait du fondateur est celle des collaborateurs eux-mêmes qui ont favorisé la personnification de la révolution en Lavoisier. Au plus fort de la controverse déclenchée par la nomenclature réformée, Guyton de Morveau, récemment converti aux vues de Lavoisier, présente ce dernier comme un Descartes qui aurait osé mettre fin au règne d’une doctrine erronée, maintenue par l’autorité d’un culte. Lavoisier est dépeint comme un démiurge qui installe l’ordre après le chaos, la lumière après les ténèbres. Emporté par la force de sa métaphore, Guyton va jusqu’à prétendre que l’ordre installé par Lavoisier est immuable, éternel et ne sera détruit que quand « avec les mêmes matières, dans les mêmes circonstances, la nature cessera d’opérer les mêmes phénomènes3 ». Ainsi, dès avant la mort de Lavoisier, la statue du héros mythique est forgée et son œuvre, à peine achevée, est inscrite dans l’éternité.

11L’exécution de Lavoisier, le 8 mai 1794, rehausse le mythe naissant en ajoutant la dimension du sacrifice. Une fois passés les mauvais jours de la Terreur, vient le temps du culte posthume. Une grande pompe funèbre célèbre Lavoisier le 2 août 1796 : cérémonie grandiose avec tentures noires, cariatides de marbre blanc et 100 choristes chantant un hyérodrame qui se termine sur ces quatre vers :

Des utiles talents consacrons la gloire
Ouvrons à Lavoisier les fastes de l’histoire
Pour consacrer son génie à jamais
Qu’un monument s’élève à sa mémoire.

  • 4 Fourcroy A. de, Notice sur la vie et les travaux de Lavoisier, lue le 15 thermidor an IV (2 aout, (...)

12La mise en scène et la platitude des vers font sourire. On s’empresse généralement de les rapporter au goût de l’époque, mais on ne saurait oublier que cette pompe et ces vers ont façonné notre mémoire. Fourcroy qui prononce l’éloge funèbre est d’autant plus enclin à la vénération qu’il cherche manifestement à se disculper des soupçons et calomnies qui pèsent sur sa collaboration au régime de la Terreur. Lui qui, dans l’Encyclopédie méthodique présentait la révolution chimique comme un processus collectif, l’œuvre d’une génération de chimistes qui ont travaillé à isoler et identifier les gaz (Cavendish, Priestley…), forge ce jour-là une version dramatique des événements qui présente Lavoisier comme l’unique auteur de la révolution chimique et concentre tout le processus en un point, une intuition originaire, une idée primitive que Lavoisier aurait énoncée dès 17744.

13D’où le paradoxe inscrit dans l’idée d’une fondation de la chimie par Lavoisier. Avant lui, c’est la préhistoire, ou l’âge préscientifique. Après lui, il n’y a pas vraiment d’histoire mais plutôt le déroulement d’un plan préétabli, puisqu’on ne fait qu’élever l’édifice dont il a tracé le plan. De l’accomplissement révolutionnaire lui-même, il n’y a pas davantage d’histoire, puisque toute la révolution est concentrée sur un instant, une intuition géniale. Si la science moderne se pense comme un éternel présent, elle relève de la mémoire et ne peut être objet d’histoire.

Un désir d’éternité

14La double face du destin de Lavoisier, héros d’une révolution scientifique et victime de la révolution politique qui a donné naissance à la République française, lui vaut une inscription spéciale dans la mémoire collective française. On sait qu’il fut exécuté en tant que Fermier général de l’ancien régime et non point en tant que chimiste. Mais justement la rencontre des deux personnages ne laisse pas de susciter l’émotion.

  • 5 Voir Authier Michel, « Archimède, le canon du savant », in Serres Michel (dir.), Éléments d’histoi (...)
  • 6 Sur l’origine de cette légende voir Goupil Michelle, Horeau Alain, « La république n’a pas besoin (...)

15Il ne leur a fallu qu’un moment pour faire tomber cette tête, et cent années, peut-être, ne suffiront pas pour en produire une semblable ». Cette remarque amère que l’on prête à Joseph-Louis Lagrange, lorsqu’il apprit la mort de son collègue et ami Lavoisier pourrait bien révéler le ressort profond des commémorations lavoisiennes. Entre une logique de pouvoir et la logique de création scientifique, entre la force et l’esprit, le conflit se situe dans le rapport au temps : le progrès des sciences et des Lumières s’inscrit dans une longue durée que le tranchant de la guillotine, inscrit dans un temps expéditif et d’urgence, peut à chaque instant menacer. La figure de Lavoisier se situe à l’intersection des deux temporalités qui tissent notre mémoire culturelle, comme celle du grand Archimède5. Des légendes étrangement similaires s’attachent à la mort des deux savants. Plutarque raconte qu’Archimède, sommé d’aller se présenter devant Marcellus après la chute de Syracuse, aurait demandé un sursis pour terminer ses calculs mathématiques ; à quoi le soldat irrité aurait répondu en sortant son épée et frappant le savant. Antoine-François de Fourcroy, et d’autres à sa suite, racontent qu’au jour du jugement des Fermiers généraux, Lavoisier aurait demandé au tribunal révolutionnaire un sursis pour achever ses travaux ; à quoi le président aurait répondu « la république n’a pas besoin de savants6 ».

16Pourquoi ces légendes résistent-elles à l’usure du temps, sinon parce qu’elles ont pour fonction d’alimenter une mémoire ? L’appel au tribunal de l’histoire est la seule riposte possible au tribunal révolutionnaire. La mémoire, le souvenir éternel, perpétuellement réactivé par la commémoration, est la revanche du spirituel sur le temporel. La tournure religieuse que prennent inévitablement ces rites n’a pas échappé à la perspicacité de Charles Péguy qui fait dire à Clio :

  • 7 Péguy Charles, « Dialogue de l’histoire avec l’âme païenne », op. cit., p. 210.

Celui qui a perdu la bataille en appelle au tribunal de l’histoire, au jugement de l’histoire. C’est encore une laïcisation. D’autres peuples, d’autres hommes en appelaient au jugement de Dieu et nos anciens même en appelaient quelquefois à la justice de Zeus. Aujourd’hui ils en appellent au jugement de l’histoire. C’est l’appel moderne. C’est le jugement moderne. Pauvres amis ? Pauvre tribunal, pauvre jugement. Ils me prennent pour un magistrat, et je ne suis qu’une (petite) fonctionnaire. Ils me prennent pour le Juge, et je ne suis que la demoiselle de l’enregistrement7.

17En réveillant la distinction entre le spirituel et le temporel, comme en instaurant un calendrier de leur discipline débutant par un événement fondateur, une année 0, les contemporains de Lavoisier ont inscrit le personnage dans l’ordre du sacré. L’idée d’une « chimie moderne » se construit par un appel à des structures religieuses traditionnelles, voire archaïques, telles que la création d’un temps. Faut-il s’étonner que, quelque trente ans après, Auguste Comte érige une religion positiviste fondée précisément sur cette division entre les pouvoirs temporel et spirituel ?

Un livre ou une statue ?

18Un siècle après, a-t-on oublié ce héros révolutionnaire ? En 1890, Marcellin Berthelot publiait un ouvrage historique intitulé Lavoisier, la révolution chimique. L’introduction du livre installe une ambiance nettement commémorative : à la faveur d’un parallèle soutenu entre la Révolution française et la révolution scientifique, Berthelot exalte le génie de Lavoisier :

  • 8 Berthelot Marcellin, La Révolution chimique : Lavoisier, Paris, Alcan, 1890.

Cet anniversaire [du début de la Révolution] est aussi celui de l’un des moments mémorables de la science et de la philosophie naturelle. À cette époque, en effet, la science a été transformée par une révolution considérable dans les idées jusque-là régnantes, je ne dis pas seulement en chimie mais dans l’ensemble des sciences physiques et naturelles […]. Ces découvertes et ces transformations scientifiques offrent dans la manière dont elles se sont produites un caractère saisissant, pareil à celui de la Révolution sociale, avec laquelle ils ont coïncidé : elles n’ont pas été effectuées graduellement, par la lente évolution des années et les travaux accumulés de plusieurs générations de penseurs et d’expérimentateurs. Non elles se sont produites subitement : quinze ans ont suffi pour les accomplir […]. Ce n’est pas tout : les idées qui ont triomphé ne sont pas une œuvre collective, contrairement à une opinion trop généralisée et qui tendrait à décourager l’effort personnel du génie. Si le progrès insensible du temps finit par tout éclaircir, il n’en est pas moins certain qu’un homme, tel que Newton ou Lavoisier, peut le devancer et épargner à l’humanité le travail indécis et sans guide de plusieurs générations : les conceptions qui ont fondé la chimie moderne sont dues à un seul homme, Lavoisier8.

19Tout en adhérant à la croyance générale en un déterminisme historique, Berthelot crée une parenthèse pour le génie scientifique. Cependant la suite du livre n’est pas un éloge académique. Berthelot y propose une analyse de l’œuvre de Lavoisier fondée sur des sources manuscrites, inédites, à savoir les cahiers de laboratoire qui venaient d’être déposés à l’Académie. Le mixte de célébration et de zèle historien manifeste dans l’œuvre de Berthelot, caractérise plus largement l’historiographie lavoisienne du xixe siècle. Les chimistes ne se contentent plus de présenter un panorama historique de leur discipline en préambule à leurs traités, comme au xviiie siècle mais consacrent à l’histoire des ouvrages entiers, parfois très érudits, répondant aux exigences croissantes que la création de la Revue critique d’histoire (1866) puis de l’École pratique des hautes études, ont imposé sur les pratiques historiennes.

  • 9 Dumas Jean-Baptiste, Leçons sur la philosophie chimique, Bruxelles, Éditions culture et civilisati (...)

20La discipline historienne à laquelle se soumettent les chimistes vers la fin du xixe siècle va-t-elle démystifier le portrait héroïque de Lavoisier ? Il faut dire que le mythe s’est embelli dans les années 1830 grâce au zèle de Jean-Baptiste Dumas. Ce chimiste qui entreprit la publication des Œuvres complètes de Lavoisier, aux frais de l’État, justifiait en effet son entreprise en ces termes : « Oui je doterai les chimistes de leur Évangile ». Lavoisier était pour lui non seulement un père fondateur infaillible mais un modèle de méthode, de prudence épistémologique à l’égard des hypothèses9. Lavoisier est ainsi un patron pour les chimistes, au double sens du terme : à la fois un modèle, un guide et une puissance tutélaire, protectrice. Pour suivre un modèle, il faut le bien connaître et l’étudier. Pour vénérer un saint patron, en revanche, il faut plus qu’un livre, un lieu de mémoire, une statue.

  • 10 Rodwell G.F., Revue scientifique, 1882, 4, p. 800. Cette brève fut suivie d’un feuilleton sur la b (...)
  • 11 Grimaux Édouard, Lavoisier, 1743-1794, d’après sa correspondance, ses manuscrits, ses papiers de f (...)
  • 12 Olivier Louis, « Lavoisier d’après M. Berthelot », in Revue générale des sciences, 1890, 1, p. 572 (...)
  • 13 Cosmos, 12 juillet 1890, p. 408-410.

21En 1894, un chimiste américain parcourant les rues de Paris chercha vainement une statue de Lavoisier et s’en retourna, scandalisé. Comment cette ville si riche en statues de tout genre pouvait-elle ignorer le « fondateur de la chimie » ? Son indignation faisait écho à une brève insidieuse parue en 1882 dans la Revue scientifique, annonçant la récente inauguration d’une statue de Lavoisier, non pas en France, ni à Paris, cette ville où le grand homme était né, mais à Bucarest10. L’ironie suggère fortement que cet oubli est un signe d’ingratitude. La république de France serait-elle encore en train de bouder ses savants ? Paris aurait-il gardé quelque ressentiment à l’égard du Fermier général, serviteur de l’Ancien Régime, qui ordonna la construction du « mur murant Paris qui fit murmurer Paris » ? Un débat s’engage dans la presse scientifique sur la question de savoir si la publication d’un livre comme celui de Berthelot – qui fut précédé de la première biographie de Lavoisier, publiée peu auparavant par Édouard Grimaux, un autre chimiste académicien – peuvent être considérées comme un hommage suffisant11. Une recension du livre de Berthelot, dans la Revue générale des sciences, souligne l’impartialité de l’ouvrage et précise que sa publication est motivée par le dépôt à l’Académie des manuscrits de Lavoisier et non par le centenaire de la révolution chimique12. Et de rappeler que le Cosmos de l’Abbé Moigno fut choqué par ce souci d’impartialité13 ; que le journal anglais Nature a commenté l’absence de statue : « Paris républicain craint sans doute de manifester un sentiment tardif de repentir au sujet du crime du 8 mai 1794 ». Et la Revue générale des sciences répond :

  • 14 Olivier Louis, « Lavoisier d’après M. Berthelot », in Revue générale des sciences, op. cit., p. 57 (...)

Ce n’est pas seulement par le marbre ou le bronze que la patrie reconnaissante perpétue le souvenir de ceux qui l’ont illustrée. Plus conforme au pur génie de Lavoisier est le beau monument que M. Berthelot vient d’élever à sa mémoire14.

22Le malaise redouble, à l’approche de la date anniversaire. En mai 1894, la Revue scientifique rapporte l’hommage rendu par l’Académie royale de Belgique :

  • 15 La Revue scientifique, 4e série, t.1, 1894, p. 763.

Nous sommes aujourd’hui le 8 mai. Je ne relèverais pas cette date devant l’Académie si elle n’appartenait pas à l’histoire. Il y a aujourd’hui cent ans, la tête de Lavoisier roulait sur l’échafaud de la place de la Révolution, à Paris. L’Académie sait ce que fut et que fit le grand chimiste français ; ce serait presque lui faire injure que songer à le lui rappeler […] J’ose dire qu’il n’est pas de savant dont le nom recueille partout, chez tous les peuples civilisés, plus de sympathie respectueuse, plus d’admiration profonde. Je convie l’Académie, si soucieuse de toutes les gloires de la Science, à rendre en ce jour, à la mémoire de ce grand homme, le tribut des hommages auxquels il a droit à tant de titres15.

23Pendant ce temps, l’Académie des sciences de Paris reste muette. À peine le projet de statue est-il mentionné dans un compte rendu de séance de 1894 :

  • 16 Comptes rendus de l’Académie des sciences, 119, 1894, p. 1036 ; voir aussi 1895, 120, p. 766 ; 189 (...)

Monsieur le Secrétaire perpétuel signale une Communication de M.G. Hinrichs qui propose de faire élever par les chimistes de toutes les nations un monument à la mémoire de Lavoisier. M. le Secrétaire perpétuel pense que l’Académie serait disposée à examiner la question et l’invite à entendre M. Grimaux, qui présente une proposition analogue. L’Académie décide que la question sera renvoyée à l’examen de la Commission administrative16.

24La froideur des académiciens français contraste avec l’émotion de leurs confrères belges et leur manque d’empressement avec l’ardeur de Gustav Hinrichs. Ce chimiste américain en visite à Paris, dès son retour à Saint-Louis, en février 1894, lance une souscription et mobilise toute la communauté chimique pour rendre hommage à Lavoisier. Le prospectus de son appel, faisant une allusion appuyée à la fin tragique de Lavoisier et au manque de reconnaissance publique, suggère une sorte de devoir de mémoire de la part des chimistes du monde entier :

  • 17 Hinrichs Gustavus, Centenary Commemoration of Antoine Lavoisier, 1794-may 8th-1894.

An entire century has rolled over the unmarked grave of the Copernicus of chemistry. Will not the chemists of the world deem it a privilege to erect a monument to the memory of their common master who fell a victim to the frenzy of the reign of terror? And will not the chemists of France open the way and furnish a place for it17?

25Pour stimuler la générosité de ses collègues américains, Hinrichs invoque un devoir de réciprocité en rappelant que la maison de Lavoisier était ouverte à Benjamin Franklin et que les citoyens français venaient d’offrir à la ville de New York la statue de la liberté.

  • 18 On peut visualiser cette statue ainsi que celle de Ossip Zadkine sur le site créé par Marco Berett (...)
  • 19 Steven Shapin, « The House of experiment in seventeenth-century England », in Isis, 79, 1988, p. 3 (...)

26L’Académie des sciences de Paris a fini par suivre le mouvement. Elle a contribué pour une bonne part à financer la statue avec l’aide du Ministère de l’Instruction publique et coordonné la souscription internationale avec Jean-Albert Gauthier-Villars comme trésorier du Comité. Après avoir circulé pendant près de six ans, la souscription a récolté 99 572 Francs grâce à des fonds venus de France, d’Alsace, d’Allemagne, d’Autriche-Hongrie, de Grande-Bretagne, de Belgique, des États-Unis d’Amérique, de Grèce, de Hollande, d’Italie, du Mexique, de Norvège, du Portugal, de Roumanie, de Russie, de Serbie, de Suède et de Suisse. La statue, commandée au sculpteur Louis-Ernest Barrias, membre de l’Institut de France, a été inaugurée en grande pompe, le 27 juillet 1900, durant l’Exposition universelle et en présence des participants au Quatrième Congrès international de chimie qui se tenait à Paris18. Situé sur la place de la Madeleine, face à la Rue Tronchet, à l’emplacement même où se trouvait la dernière habitation de Lavoisier, le monument se composait d’une statue en bronze d’un Lavoisier debout, le bras droit tendu au loin et touchant de la main gauche des cornues et autres instruments. Sur le socle en granit, deux bas-reliefs, œuvres de Gehrardt, illustraient les travaux de Lavoisier. Sur l’un d’eux, Lavoisier est représenté en situation de recherche, dans son laboratoire en présence de Madame Lavoisier, assise à une table en train de noter des comptes rendus d’expérience dans le registre de laboratoire. Cette allusion à la collaboration des époux est un détail intéressant car même si Madame Lavoisier est présente dans toutes les mémoires grâce au fameux tableau peint par Louis David, elle est rarement évoquée dans les vignettes biographiques de Lavoisier de la littérature de science populaire. Plus inhabituelle encore est la présence en arrière-plan d’un garçon de laboratoire portant une lourde cuve à mercure. Malgré leur rôle essentiel dans la vie de laboratoire, les techniciens et assistants sont, en effet, souvent absents des récits héroïques consacrés aux savants19. L’autre bas-relief représente Lavoisier exposant ses travaux sur la calcination du mercure devant ses collègues de l’Académie : au premier plan est assis Monge, près de Lagrange, Condorcet, Berthollet, Vicq d’Azyr, Laplace, Lamarck et Guyton de Morveau. Même si une telle rencontre n’a probablement jamais eu lieu, la scène est intéressante parce qu’elle représente Lavoisier en contexte institutionnel, dans un collectif de brillants savants alors que les discours commémoratifs exaltaient toujours l’imagerie du savant solitaire, génie incompris à grand renfort de comparaisons avec Copernic ou Galilée.

  • 20 Berthelot Marcellin, « Inauguration du monument érigé à Lavoisier, par une souscription internatio (...)
  • 21 Propos rapportés in La Nature, n° 28, 4 août 1900, p. 145-146.
  • 22 Sur les commémorations de 1943, on trouve trace d’une exposition, ou d’un projet d’exposition, au (...)

27L’ironie, comme bien souvent, se loge dans les détails de l’histoire. Au moment où le gouvernement français, assisté ou plutôt aiguillonné par la communauté chimique internationale, semblait enfin « réparer » le crime de la Terreur, Berthelot, chargé de prononcer le discours d’inauguration, au titre de Secrétaire perpétuel de l’Académie, fut porté défaillant. Gaston Darboux a donc lu à sa place le discours qui reprend la question, discutée dans l’introduction du livre de Berthelot, des mérites comparés du collectif des chimistes et du génie de Lavoiser20. Le maire de Paris recevant le monument offert par Henri Moissan, Secrétaire du Comité Lavoisier, déclara : « La piété du monde savant l’a élevé, la piété de Paris saura le conserver21 ». Hélas, la piété des Parisiens n’a pu arrêter l’ardeur belliqueuse des troupes nazies occupant Paris durant la Deuxième Guerre mondiale. Et tandis que plusieurs pays s’apprêtaient à commémorer le bicentenaire de la naissance de Lavoisier en 1943, la statue fut fondue et le monument détruit22.

Une « science française »

28Bien que motivé par les circonstances de la guerre, le destin de la statue de Lavoisier s’inscrit dans la continuité d’un long affrontement entre les patriotismes allemands et français. En 1869, le chimiste alsacien Charles Adolphe Wurtz, écrivait :

  • 23 Wurtz C.A., Histoire des doctrines chimiques depuis Lavoisier jusqu’à nos jours, Paris, Hachette, (...)

La chimie est une science française : elle fut constituée par Lavoisier, d’immortelle mémoire. Pendant des siècles, elle n’avait été qu’un recueil de recettes obscures, souvent mensongères, à l’usage des alchimistes, et plus tard, des iatrochimistes. Vainement un grand esprit, E.G. Stahl, avait essayé, au commencement du xviiie siècle, de lui donner une base scientifique. Son système ne put résister à l’épreuve des faits et à la puissante critique de Lavoisier23.

  • 24 Kolbe Hermann, Journal für Praktische Chemie, n° 110, 1870, p. 173-183 ; voir aussi Metzger Hélène (...)
  • 25 Vohlard J., « Die Begründung der Chemie durch Lavoisier », in Journal für praktische Chemie, n° 11 (...)

29Dans un contexte de tensions, à la veille de la guerre franco-prussienne, cette déclaration posant clairement une compétition pour le titre de fondateur entre le Prussien Stahl, inventeur de la doctrine du phlogistique, et le Français Lavoisier, a été lue comme une provocation. Deux chimistes alle-mands, Hermann Kolbe, professeur à Leipzig, éditeur du Journal für Praktische Chemie, et Jacob Vohlard, professeur à l’Université de Munich, ripostent aussitôt. Dans l’ardeur de Wurtz à défendre les gloires du passé, Kolbe voit l’aveu des faiblesses de la chimie française, humiliée par la puissance de la chimie organique allemande24. Quant à Vohlard, il présente Lavoisier comme un amateur dilettante, qui a su habilement exploiter les résultats expérimentaux de ses contemporains25.

  • 26 Ladenburg Albert, Histoire du développement de la chimie depuis Lavoisier jusqu’à nos jours, Paris (...)

30Ces propos virulents sont cependant restés marginaux. De Russie, les chimistes récemment regroupés au sein de la Société chimique russe, élèvent une protestation contre les propos nationalistes de Vohlard et de Kolbe. La plupart des chimistes allemands se désolidarisent également : Albert Ladenburg, par exemple, publie en 1871 une histoire de la chimie, qui commence par Lavoisier, « investigateur génial », origine de la chimie moderne26.

  • 27 Keylor William R., Academy and Community. The foundation of the French Historical Profession, Camb (...)

31Au bilan, le résultat le plus manifeste de la polémique déclenchée par la petite phrase de Wurtz fut de transformer les études historiques sur Lavoisier en un champ de bataille entre la France et l’Allemagne. Il est à remarquer que ces tensions nationalistes accompagnent le développement d’une histoire professionnelle, fondée sur le traitement des sources et documents27. Les normes de la discipline historique, qui se développent, en France comme en Allemagne, dans la deuxième, du xixe siècle, sont largement adoptées et respectées par les chimistes historiens de leur discipline, comme en témoignent aussi bien Berthelot que Grimaux. Mais elles n’assurent en rien un climat de neutralité et semblent plutôt offrir une nouvelle occasion de conflit entre nations rivales.

  • 28 Lote René, Les Origines mystiques de la science allemande, Paris, Alcan, 1913. Cet ouvrage d’histo (...)
  • 29 Duhem Pierre, La Chimie est-elle une science française ? Paris, Éditions A. Hermann et Fils, 1916, (...)
  • 30 Meyerson Émile, De l’explication dans les sciences, Paris, Payot, 1921 ; Metzger H., Histoire des (...)

32À la veille de la Première Guerre mondiale, la polémique fait rage. À qui doit revenir le titre de fondateur de la chimie ? Tel est l’enjeu de la controverse qui se transporte dans le monde des thèses universitaires et mobilise un impressionnant appareil critique d’historiens. Répondant à la thèse d’un érudit allemand, Max Speter sur les précurseurs de Lavoisier, une thèse en Sorbonne soutenue par René Lote oppose la science allemande, fondamentalement mystique, obscurantiste, illustrée par Stahl, au rationalisme scientifique français personnifié par Lavoisier. La longue résistance des chimistes allemands à la théorie de Lavoisier devient le combat du mysticisme contre la raison, des instincts germaniques contre l’intelligence française28. Lorsqu’en pleine guerre, Pierre Duhem fait paraître un livre intitulé La Chimie est-elle une science française ? on peut sans peine deviner sa réponse sans ouvrir le livre. Et pourtant, tout en magnifiant Lavoisier, Duhemne restaure pas l’idée d’une révolution-fondation de la science chimique et souligne au contraire la valeur scientifique de la chimie stahlienne. Luttant contre un partage simpliste de l’histoire de la chimie, Duhem développe une vision continuiste plus proche de celle des chimistes allemands : « La chimie de Stahl a vraiment préparé la chimie de Lavoisier ; celle-ci pour se développer, a dû briser celle-là, mais comme le chêne, pour croître, fait éclater le gland29 . À la suite de Duhem, plusieurs historiens et philosophes des sciences, comme Émile Meyerson puis Hélène Metzger ont largement démontré que la chimie prélavoisienne était bien autre chose qu’une ténébreuse alchimie, un recueil de recettes ou un fatras d’erreurs30.

Deux siècles après

33En 1994, une nouvelle statue de Lavoisier fut inaugurée. Il s’agit d’une œuvre d’Ossip Zadkine commandée quarante ans auparavant par la Société chimique de France. Modeste par sa taille et discrète par son emplacement dans les feuillages du jardin de la Maison de la chimie, à Paris, elle a peut-être plus de chance d’échapper aux tempêtes de l’histoire nationale qui semblent s’acharner sur Lavoisier !

  • 31 Les actes du Colloque ont été publiés par l’Académie des sciences, Demeulenaere-Douyère C., (dir.) (...)

34Les célébrations du bicentenaire, sans être tapageuses, furent néanmoins nombreuses. Une exposition préparée par l’Académie des sciences à partir de documents d’archives, a circulé dans toute la France. Le colloque international de l’Académie des sciences, réunissant chimistes et historiens à Paris du 3 au 6 mai 1994 s’est achevé par une visite des propriétés de Lavoisier dans le Blaisois31. Dans un genre moins sérieux, des écoles et lycées portant le nom de Lavoisier ont aussi tenu à célébrer le héros éponyme de leur établissement. Par exemple, le lycée Lavoisier de Paris a produit un film, des jeux divers et un quiz, une pièce de théâtre et reproduit certaines des expériences célèbres de Lavoisier. Le destin de Lavoisier stimula la créativité de quelques élèves de cours moyen à Châlons-sur-Marne qui – avec l’aide de leur professeur sans doute – ont conçu et joué un petit drame. Au-delà des limites de l’hexagone, ce bicentenaire fut commémoré par une foule de congrès et conférences de l’Italie jusqu’au Mexique en passant par l’Angleterre et les États-Unis. Pourquoi tant d’ardeur commémorative ? Qui célèbre-t-on au juste ? Quel souvenir veut-on réveiller ? À quoi et à qui servent ces commémorations ?

  • 32 Tel fut le cas par exemple du Congrès de la Société française de chimie tenu à Lyon en septembre 1 (...)
  • 33 C’est le cas, par exemple, du congrès organisé à l’École de Physique et de chimie industrielle de (...)

35Dans certains cas, le nom de Lavoisier n’était qu’un prétexte pour tenir une réunion essentiellement consacrée à la chimie contemporaine32. En d’autres cas, ce sont les historiens des sciences qui utilisaient le prétexte de la commémoration pour réunir les spécialistes de la révolution chimique, pour faire le point sur trente ans d’historiographie33.

  • 34 Goupil Michelle (dir.), Lavoisier et la révolution chimique, Sabix, École poly-technique, 1992.
  • 35 Donovan Arthur (ed), « The Chemical revolution : essays and reinterpretations », in Osiris, n° 4, (...)

36Sur l’événement à commémorer, les sensibilités divergent. Faut-il attacher la célébration à la mort de Lavoisier, le 8 mai 1794, sur la guillotine ou bien à la publication du Traité élémentaire de chimie, qui symbolise une révolution scientifique au même titre que le De Revolutionibus de Copernic ou les Principia Mathematica de Newton ? En France, on a célébré les deux puisqu’un colloque avait déjà été organisé en 1789 par l’École polytechnique34. En Espagne, au Portugal, en Italie, en Suisse et en Belgique, c’est la mort tragique de Lavoisier sur la guillotine qu’on rappelle, alors qu’aux Etats-Unis comme en Angleterre, l’effervescence commémorative a atteint son apogée en 198935.

37Deux traits dominent dans l’ensemble des commémorations du bicentenaire. Malgré une reconnaissance universelle, Lavoisier est célébré comme un savant français. Ce caractère national ressort par contraste avec l’image de Louis Pasteur, célébré comme un savant bienfaiteur de l’humanité dans son ensemble. Il est significatif qu’on ait choisi une organisation internationale comme l’UNESCO pour commémorer le centenaire de la mort de Pasteur en 1995. Le souvenir de Lavoisier reste profondément lié à l’histoire de France à cause de sa mort tragique sur la guillotine pendant la Terreur. Mais Lavoisier n’est pas pour autant célébré comme un héros national. Il n’a jamais été question de transférer ses cendres au Panthéon à l’occasion du bicentenaire comme on le fit pour Pierre et Marie Curie.

  • 36 Kagan Henri, « Lavoisier chimiste », in Il y a deux cents ans Lavoisier, op. cit., p. 9.

38S’il n’est plus guère présenté comme un héros de la patrie, en revanche Lavoisier est célébré comme un héros fondateur. Sous la coupole de l’Académie des sciences, les orateurs ont décliné ce thème sur plusieurs registres : Lavoisier fut successivement présenté comme le fondateur de la chimie moderne, le fondateur de l’agronomie, le fondateur de la physiologie ou du moins de cette partie qu’on appelle la bioénergétique, et le fondateur de la méthode scientifique expérimentale. En France, la chimie est tellement personnifiée par Lavoisier que l’année du bicentenaire de la mort de Lavoisier a été décrétée « année de la chimie ». Si forte est l’image du génie fondateur, que le président du Comité Lavoisier n’hésita point à imaginer que si Lavoisier n’avait pas connu une mort prématurée il aurait « favorisé l’émergence de la théorie atomique et de la chimie structurale et moléculaire36. »

  • 37 Voir par exemple Crosland Maurice P., « Chemistry and the Chemical Revolution », in The Ferment of (...)

39Le portrait du fondateur, novateur inconditionnel, dressé par les académiciens contrastait singulièrement avec les réévaluations patientes de l’œuvre de Lavoisier, dans le contexte global de la chimie du xviiie siècle, comme dans le milieu local de l’Académie royale de Paris, présentées par les historiens professionnels. Malgré les divergences d’interprétations qui peuvent se manifester dans l’historiographie contemporaine sur le sens et la portée de la révolution chimique, tous les spécialistes de Lavoisier s’accordent à dénoncer comme naïve l’idée d’une fondation de la chimie par Lavoisier. Les historiens de la chimie des Lumières ne peuvent décemment pas prétendre que la chimie n’existait pas avant Lavoisier, qu’elle ne formait qu’un ensemble incohérent de recettes pratiques, dénué d’assises expérimentales37. Malgré l’abondance et la richesse de l’historiographie sur la révolution chimique développée depuis les premières publications de Henry Guerlac dans les années 1950, malgré une génération d’historiens qui ont minutieusement analysé, décortiqué les mémoires et manuscrits de Lavoisier, traqué les influences, l’image du fondateur unique et solitaire reste bien vivante dans la communauté des chimistes. Les historiens peuvent multiplier les études montrant comment Lavoisier s’inscrit dans la tradition de la chimie des Lumières et démontrer que les progrès spectaculaires et rapides de la chimie du xixe siècle n’étaient pas une conséquence directe de l’œuvre de Lavoisier, qu’ils mobilisent bien d’autres traditions, d’autres théories et d’autres pratiques de la chimie, ils peuvent démentir un par un les éléments qui composent le portrait mythique de Lavoisier, ils ont peu de chance de le démystifier.

40La rencontre de deux portraits de Lavoisier au sein d’un même congrès traduit bien le paradoxe des commémorations scientifiques. Scientifiques et historiens y trouvent une occasion de se réunir, mais se trouvent en conflit, latent ou patent. Les scientifiques parlent non pas du passé, mais au nom du passé. Au nom d’un passé glorieux, ils mettent leur science en fête. Les historiens de la science, quels que soient leurs choix philosophiques, s’efforcent de mettre en lumière le travail du temps, les déplacements, les petits et grands changements. La commémoration pour les scientifiques s’inscrit dans un temps immobile, le temps de la fête et des rituels. Elle vise essentiellement à rapprocher le temps origine, le temps zéro, de l’actualité. « Pouvez-vous me faire un article montrant l’actualité de Lavoisier », telle était la demande habituellement formulée par les journaux et revues de vulgarisation qui voulaient marquer le bicentenaire. Le rituel de commémoration annihile toute l’épaisseur de l’histoire qui constitue le pain quotidien des historiens.

Rites de passage

41On pourrait en rester à ce constat de divergence et conclure que les historiens doivent se mobiliser pour faire la chasse aux mythes propagés par les communautés scientifiques sur elles-mêmes. Il me semble toutefois que les images de héros fondateur d’une discipline scientifique sont un phénomène trop fréquent pour qu’on les écarte simplement au profit d’une version réputée plus authentique des événements célébrés.

42On pourrait encore conclure simplement qu’il y a deux types de rapport au passé : la mémoire qui assure la maintenance du passé, et le représente, au double sens du terme en français : en le rendant présent et en le mettant en scène lors de cérémonies rituelles. L’histoire, par contraste, écrit le passé, dans une construction narrative issue de sources et documents considérés comme de simples traces à déchiffrer.

43Cette dualité est celle-là même que soulignait Michel Foucault dans l’introduction à l’Archéologie du savoir en opposant la discontinuité de l’histoire du savoir à la continuité de l’histoire proprement dite constituée en grandes unités ininterrompues. Ce contraste est présenté comme l’une des conséquences d’un nouveau mode de traitement des documents que Foucault présentait comme une mutation épistémologique en cours dans l’histoire :

  • 38 Foucault Michel, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 14.

Par une mutation qui ne date pas d’aujourd’hui mais qui n’est sans doute pas encore achevée, l’histoire a changé de position à l’égard du document : elle se donne pour tâche première, non point de l’interpréter, non point de déterminer s’il dit vrai et quelle est sa valeur expressive, mais de le travailler de l’intérieur, de l’élaborer : elle l’organise, le découpe, le distribue, l’ordonne, le répartit en niveaux, établit des séries, distingue ce qui est pertinent de ce qui ne l’est pas, repère des éléments, définit des unités, décrit des relations. Le document n’est donc plus pour l’histoire cette matière inerte à travers laquelle elle essaie de reconstituer ce que les hommes ont fait ou dit, ce qui est passé et dont seul le sillage demeure : elle cherche à définir dans le tissu documentaire lui-même des rapports […]. Il faut détacher l’histoire de l’image où elle s’est longtemps complue et par quoi elle trouvait sa justification anthropologique : celle d’une mémoire millénaire et collective qui s’aidait de documents matériels pour retrouver la fraîcheur de ses souvenirs38.

  • 39 Ibid., p. 16.

44C’est en faisant le deuil de sa fonction de mémoire que l’histoire peut constituer des « tableaux », c’est-à-dire des séries aux rythmes et temporalités hétérogènes et multiples. L’histoire du savoir a ainsi éclaté en tableaux différenciés. La belle unité d’une histoire téléologique, avec sa référence caractéristique à quelque événement origine, ou geste fondateur, avec sa mise en scène dramatique des progrès de la conscience ou de l’accomplissement de la rationalité a fait place à une multiplicité d’échelles de temps distinctes et irréductibles qui se juxtaposent ou se chevauchent39.

45La perspective foucaldienne conduit donc à considérer tout ce qui relève de la mémoire ou du souvenir comme une histoire périmée, une histoire à dépasser. S’ouvre alors un champ presque indéfini de constructions et reconstructions possibles à partir du même « tissu documentaire ». Ce qu’atteste la multiplicité des récits de la révolution chimique élaborés depuis deux siècles.

46Mais qu’est-ce qui distingue ces récits de simples fictions à motifs historiques ? Devant la multiplicité des strates d’interprétation de l’œuvre lavoisienne, devant le poids des circonstances politiques ou guerrières, on pourrait en venir à se demander si Lavoisier et la révolution chimique ont encore quelque réalité. Qu’est-ce qui garantit l’authenticité des histoires historiennes ? Plus généralement, comment assumer un constructivisme relativiste sans sacrifier du même coup le réalisme du passé ?

47Affrontant cette question ontologique dans Temps et récit III, Paul Ricœur souligne l’importance des médiations. Pour construire l’histoire, que Ricœur définit comme l’élaboration d’un « tiers-temps » entre temps vécu et temps cosmologique, il faut des procédures de connexion, telles que le calendrier, la suite des générations et les archives ou documents. Or, chacun de ces médiateurs mobilise directement la mémoire : le souvenir des origines est réactivé dans le calendrier ; les récits des ancêtres font le pont entre passé historique et mémoire individuelle ; enfin, au feu de la critique idéologique, les traces et documents se sont révélés l’expression d’une logique de pouvoir ou de domination. Perdant son privilège d’objectivité, « le document est monument », selon l’expression de Jacques Le Goff.

  • 40 Ricœur Paul, Temps et récit, III, Paris, Éditions du Seuil, 1985, chapitre 3, p. 216.

Autant la notion de mémoire collective doit être tenue pour une notion difficile, dénuée de toute évidence propre, autant son rejet annoncerait, à terme, le suicide de l’histoire. En effet la substitution d’une science historique nouvelle à la mémoire collective reposerait sur une illusion documentaire qui ne serait pas foncièrement différente de l’illusion positiviste qu’elle croit combattre40.

  • 41 La popularité dont jouissent les mémoires autobiographiques écrits par des scientifiques me paraît (...)

48C’est dire qu’il n’est point d’histoire sans mémoire. Il n’y a donc pas d’opposition entre la mémoire des communautés scientifiques et les tableaux historiques brossés par les historiens professionnels. Non seulement parce que la mémoire constitue la matière première que travaillent les historiens, façonnant leur propre tableau à partir d’un mixte de souvenirs et d’amnésies, mais aussi parce que l’appareil scientifique et la rigueur critique des historiens ne leur confèrent aucune transcendance à l’égard de ces jeux de mémoire. Les commémorations et la formation corrélative d’un calendrier spécifique à chaque discipline agissent comme médiateurs entre la mémoire et l’histoire. Ce sont des rites de passage au sens où leur principale fonction est de maintenir poreuse la paroi qui sépare le temps individuel des acteurs et témoins du temps public des avancées de la connaissance41. C’est parce que le savoir, comme toute activité, sans doute, se construit sur des échelles de temps hétérogènes que nous avons besoin de tels échangeurs. À ce titre, loin de constituer des légendes faisant obstacle à la reconstruction du passé « réel », les commémorations fonctionnent comme de subtils mécanismes destinés à garantir l’authenticité du passé reconstruit, à lester d’une réalité les récits historiens, à les démarquer de la fiction. Ces cultes et rituels aux allures religieuses, si « tribaux » qu’ils attirent les anthropologues, sont moins un obstacle qu’une condition à la promotion d’une histoire savante si, du moins, renonçant à s’ériger en tribunal, l’historien se donne pour tâche de démêler les pelotes de significations et de fonctions qui entourent certains événements du passé.

Notes

1 Péguy Charles, « Dialogue de l’histoire avec l’âme païenne », in Œuvres en prose (1909-1914), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1961, p. 180.

2 Lavoisier Antoine-Laurent, Œuvres, t. II, Paris, Imprimerie impériale, 1862, p. 104.

3 Guyton de Morveau, « Second avertissement », in Dictionnaire de Chymie de l’Encyclopédie méthodique, t. I, Paris, p. 628. La date de 1786, mentionnée sur la page de couverture, est trompeuse car la deuxième partie du volume I, introduite par ce second avertissement a été publiée en 1789. Voir Duveen Denis I. et Klickstein Herbert S., « A letter from Guyton de Morveau to Macquart relating to Lavoisier’s attack against the phlogiston theory (1778) with an account of Morveau’s conversion to Lavoisier’s doctrine in 1787 », in Osiris, n° 12, 1956, p. 342-367.

4 Fourcroy A. de, Notice sur la vie et les travaux de Lavoisier, lue le 15 thermidor an IV (2 aout, 1796) au Lycée des Arts, Archives de l’Académie des sciences, Fonds Lavoisier, dossier 1732. Voir aussi Fourcroy, entrée « Chimie », in « Dictionnaire de Chymie », t. III de l’Encyclopédie méthodique ; Langins Janis, « Fourcroy, historien de la révolution chimique », in Goupil M. (dir.), Lavoisier et la révolution chimique, Palaiseau, Sabix École polytechnique, p. 13-34.

5 Voir Authier Michel, « Archimède, le canon du savant », in Serres Michel (dir.), Éléments d’histoire des sciences, Paris, Bordas, 1993, p. 101-128.

6 Sur l’origine de cette légende voir Goupil Michelle, Horeau Alain, « La république n’a pas besoin de savants : Légende ou réalité ? », in La Vie des Sciences, n° 7, 1990, p. 231-36.

7 Péguy Charles, « Dialogue de l’histoire avec l’âme païenne », op. cit., p. 210.

8 Berthelot Marcellin, La Révolution chimique : Lavoisier, Paris, Alcan, 1890.

9 Dumas Jean-Baptiste, Leçons sur la philosophie chimique, Bruxelles, Éditions culture et civilisation, 1972, p. 105-157.

10 Rodwell G.F., Revue scientifique, 1882, 4, p. 800. Cette brève fut suivie d’un feuilleton sur la biographie de Lavoisier par le même Rodwell publiée par la Revue scientifique, en 1883. En fait dans les années 1890 on pouvait trouver quelques statues de Lavoisier dans Paris : sur la façade principale de l’Hôtel de Ville, Lavoisier figure avec Molière, Voltaire et un autre savant bien connu pour son rôle dans la Révolution française, Lazare Carnot. Dans la Sorbonne, le grand amphithéâtre est orné de six bustes placés en couronne, Robert de Sorbon fait face à Richelieu, Descartes à Pascal, et Lavoisier se trouve associé à Charles Rollin, écrivain et doyen de l’Université de Paris au xviie siècle qui publia des traités de pédagogie et introduisit une réforme des programmes. On trouve également un buste de Lavoisier dans le grand escalier de la faculté de pharmacie et un au Louvre. Mais de monument à lui dédié, point.

11 Grimaux Édouard, Lavoisier, 1743-1794, d’après sa correspondance, ses manuscrits, ses papiers de famille et d’autres documents inédits, Paris, Éditions Jacques Gabay, 1992.

12 Olivier Louis, « Lavoisier d’après M. Berthelot », in Revue générale des sciences, 1890, 1, p. 572-576.

13 Cosmos, 12 juillet 1890, p. 408-410.

14 Olivier Louis, « Lavoisier d’après M. Berthelot », in Revue générale des sciences, op. cit., p. 576.

15 La Revue scientifique, 4e série, t.1, 1894, p. 763.

16 Comptes rendus de l’Académie des sciences, 119, 1894, p. 1036 ; voir aussi 1895, 120, p. 766 ; 1896, 123, p. 333 ; 1899, 129, p. 855-859 ; p. 985-86.

17 Hinrichs Gustavus, Centenary Commemoration of Antoine Lavoisier, 1794-may 8th-1894.

18 On peut visualiser cette statue ainsi que celle de Ossip Zadkine sur le site créé par Marco Beretta consacré à l’iconographie de Lavoisier : http://moro.imss.fi.it/lavoisiericonografiaGb.asp. Voir aussi le catalogue imprimé : Marco Beretta, – Imaging a Career in Science. The Iconography of Antoine Laurent Lavoisier, Canton Mass, Science History Publications/USA, 2001.

19 Steven Shapin, « The House of experiment in seventeenth-century England », in Isis, 79, 1988, p. 373-404

20 Berthelot Marcellin, « Inauguration du monument érigé à Lavoisier, par une souscription internationale, le 27 juillet 1900 », in Comptes rendus de l’Académie des sciences, n° 131, 1900, p. 305-316.

21 Propos rapportés in La Nature, n° 28, 4 août 1900, p. 145-146.

22 Sur les commémorations de 1943, on trouve trace d’une exposition, ou d’un projet d’exposition, au Palais de la découverte (Archives de l’Académie des sciences, Fonds Lavoisier, dossier 2) ; à l’étranger voir Chemical Age, n° 49, 1943, p. 193-194.

23 Wurtz C.A., Histoire des doctrines chimiques depuis Lavoisier jusqu’à nos jours, Paris, Hachette, 1869, p. 1.

24 Kolbe Hermann, Journal für Praktische Chemie, n° 110, 1870, p. 173-183 ; voir aussi Metzger Hélène, « Introduction à l’étude du rôle de Lavoisier dans l’histoire de la chimie », in Archeion, n° 14, 1932, p. 31-50 ; ROCKE Alan J., The Quiet revolu-tion. Hermann Kolbe and the Science of Organic Chemistry, Berkeley, University of California Press, 1993, p. 340-352 ; Rocke Alan J. et E. Heuser (éds), Justus Liebig und Hermann Kolbe in ihren Briefen, Mannheim, Bionomica, 1994.

25 Vohlard J., « Die Begründung der Chemie durch Lavoisier », in Journal für praktische Chemie, n° 110, 1870, p. 1-47 ; Rocke Alan J. (1990) « Between two stools : Kopp, Kolbe, and the history of chemistry », in Bulletin for the History of Chemistry, n° 7, 1990, p. 19-24 ; Rocke Alan J., « History and Science, History of Science. Adolphe Wurtz and the Renovation of the Academic Professions in France », in Ambix, n° 14, 1994, p. 20-32.

26 Ladenburg Albert, Histoire du développement de la chimie depuis Lavoisier jusqu’à nos jours, Paris, Hermann, 1911. L’ouvrage publié initialement sous le titre Vorträge über die Entwicklungs geschihte der Chemie in der letzen hundert Jahren (1869) est réédité dix ans plus tard avec une référence à Lavoisier dans le titre Vorträge über die Entwicklungs geschihte der Chemie von Lavoisier bis zur Gegenwart (1979).

27 Keylor William R., Academy and Community. The foundation of the French Historical Profession, Cambridge, Harvard University Press, 1975 ; Carbonnell Charles-Olivier, Histoire et historiens. Une mutation idéologique des historiens français, 1865-1885, Toulouse, Privat, 1976. Sur les chimistes-historiens du xixe siècle voir Russell C., « Rude and Disgraceful Beginnings : A view of History of Chemistry from the Nineteenth Century », in British Journal for the History of Science, n° 21, 1988, p. 273-294 ; Laudan Rachel, « Histories of the Sciences and Their Uses. A review to 1913 », History of Science, n° 31, 1993, p. 1-34.

28 Lote René, Les Origines mystiques de la science allemande, Paris, Alcan, 1913. Cet ouvrage d’histoire s’inscrit dans un vaste ensemble de publications de Lote sur l’« esprit allemand ».

29 Duhem Pierre, La Chimie est-elle une science française ? Paris, Éditions A. Hermann et Fils, 1916, p. 7.

30 Meyerson Émile, De l’explication dans les sciences, Paris, Payot, 1921 ; Metzger H., Histoire des doctrines chimiques en France du début du xviie à la fin du xviiie siècle, Paris, PUF, 1923 et La Philosophie de la matière chez Lavoisier, Paris, Hermann, 1935.

31 Les actes du Colloque ont été publiés par l’Académie des sciences, Demeulenaere-Douyère C., (dir.), Il y a deux cents ans Lavoisier, Paris et Blois 3-6 mai, Paris, Tec-Doc Lavoisier, 1995.

32 Tel fut le cas par exemple du Congrès de la Société française de chimie tenu à Lyon en septembre 1994 ou du congrès organisé par l’Université Xochimilcayo de Mexico « Lavoisier entre Europa y America : Las Ciencias Químicas y Biológicas 200 Años y despuès ».

33 C’est le cas, par exemple, du congrès organisé à l’École de Physique et de chimie industrielle de Paris par la Fondation européenne des sciences les 9-10 mai 1994 sur la diffusion de la nomenclature réformée par Lavoisier dont les actes ont été publiés : Bensaude-Vincent B., Abbri F. (dir.), (1995) Lavoisier in European Context. Negotiating a New Language for Chemistry, Science History Publication, 1995, ou du numéro spécial dirigé par Patrice Bret, de la Revue d’Histoire des Sciences, 1995, p. 48.

34 Goupil Michelle (dir.), Lavoisier et la révolution chimique, Sabix, École poly-technique, 1992.

35 Donovan Arthur (ed), « The Chemical revolution : essays and reinterpretations », in Osiris, n° 4, 1988. Voir aussi le numéro spécial du Bulletin of the History of Chemistry, 5, 1989.

36 Kagan Henri, « Lavoisier chimiste », in Il y a deux cents ans Lavoisier, op. cit., p. 9.

37 Voir par exemple Crosland Maurice P., « Chemistry and the Chemical Revolution », in The Ferment of Knowledge : Studies in the Historiography of Eighteenth-Century Science, Éd. G.S. Rousseau and Roy Porter, Cambridge, Cambridge University Press, 1980, p. 389-418. Smeaton W.A. (1989), « The Legacy of Lavoisier », in Bulletin for the History of Chemistry, n° 5, p. 4-10 ; Melhado Evan M., « Metzger, Kuhn, and Disciplines », in Studies on Hélène Metzger, Leiden, New York, E.J. Brill, 1990, p. 11-134. Melhado Evan M., « Toward an understanding of the chemical revolution », in Knowledge and Society : Studies in the Sociology of Science Past and Present, n° 8, 1990, p. 123-37 ; Holmes Frederic L., Lavoisier and The Chemistry of Life. An Exploration of Scientific Creativity, Wisconsin University Press 1985 ; Holmes Frederic L., Eighteenth-Century Chemistry as an Investigative Enterprise, Berkeley, University of California Press, 1989 ; Donovan A., Antoine Lavoisier, Science, Administration and Revolution, Cambridge Mass, Blackwell, 1993 ; Poirier Jean-Pierre (1993), Antoine-Laurent de Lavoisier, (1743-1794) Paris, Pygmalion ; Bensaude-Vincent Bernadette, Lavoisier, mémoires d’une révolution, Paris, Flammarion, 1993 ; Beretta Marco, The Enlightenment of Matter, Science History Publications, USA, 1993.

38 Foucault Michel, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 14.

39 Ibid., p. 16.

40 Ricœur Paul, Temps et récit, III, Paris, Éditions du Seuil, 1985, chapitre 3, p. 216.

41 La popularité dont jouissent les mémoires autobiographiques écrits par des scientifiques me paraît relever de la même fonction : établir un pont entre les noms propres et la connaissance collective, entre le temps d’une vie humaine et la longue coulée du savoir.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540