Version classiqueVersion mobile

Matière à penser

 | 
Bernadette Bensaude-Vincent

Deuxième partie : L’histoire et ses clichés

Lavoisier, disciple de Condillac

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’historiographie positiviste traditionnelle, la révolution chimique accomplie par Lavoisier est souvent présentée comme l’écho un peu tardif de « la » révolution scientifique qui commence en astronomie avec Copernic, puis se serait propagée à la physique terrestre au xviie siècle et un siècle plus tard, à la chimie. C’est ainsi, par exemple, qu’Herbert Butterfield intitulait le chapitre consacré à la chimie : « The postponed revolution in chemistry »1. La propagation de cette onde de choc est posée comme une évidence, comme si un mouvement irrésistible d’appel à la modernité avait traversé l’échelle du savoir établie par Auguste Comte.

Des études minutieuses et intensives de la révolution chimique au cours des trente dernières années ont sérieusement compliqué le tableau. Plusieurs interprétations rivales s’affrontent qui ont pour effet de discréditer les certitudes sereines de l’historiographie positiviste sans pour autant produire une vision d’ensemble de la révolution chimiq...

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search