Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Matière à penser

 | 
Bernadette Bensaude-Vincent

Première partie : Entre science et art

Qu’est-ce que la matière aux yeux des chimistes ?

Texte intégral

1Ce chapitre reprend le texte d’une conférence donnée en mars 2006 à Louvain-la-Neuve, dans le cycle de conférences « Éléments d’histoire de la chimie » organisé par Brigitte Van Tiggelen et Bernard Mahieu pour Memosciences.

2Un duel oppose de façon répétitive, depuis le xviiie siècle, les chimistes aux physiciens pour déterminer qui des deux parvient à la connaissance la plus approfondie de la matière. Le triomphe de la mécanique quantique au xxe siècle a signifié pour beaucoup la victoire des physiciens, reléguant les chimistes en surface.

  • 1 Dirac P.A.M., « Quantum mechanics of many-electron systems », in Proceedings of the Royal Society (...)

3La chimie est dès lors perçue comme une science inférieure qui se contente de décrire des phénomènes macroscopiques, de manipuler les corps sans atteindre l’explication ultime de leurs propriétés. Bref, une science qui peut être réduite à – sinon entièrement déduite de – la physique. Bien des chimistes ressassent toujours la fameuse phrase de Dirac en 1929 : « Les lois physiques sous-jacentes nécessaires à la théorie mathématique d’une grande partie de la physique et de la totalité de la chimie sont ainsi complètement connues, et la seule difficulté restante est que l’application exacte de ces lois conduit à des équations trop compliquées pour être susceptibles de solution1. »

4Dès lors le chimiste a le choix entre deux voies : ou bien s’aligner sur la « pensée unique » et devenir un satellite de la physique, ou bien engager son peuple dans une résistance héroïque aux tentatives d’annexion d’un puissant voisin.

5Pour en finir avec la question du réductionnisme – qui, semble-t-il, inquiète beaucoup plus les professeurs de chimie que les chimistes eux-mêmes – je propose d’analyser de plus près quelle est la conception de la matière impliquée dans les pratiques chimiques. Il me semble, en effet, que la question est mal posée pour deux raisons. Premièrement, elle revient à juger la chimie par rapport à la physique. Mais plutôt que de poser le débat par rapport à la question « que puis-je connaître ? », peut-être comprendrait-on mieux quelle est l’approche chimique de la matière en tenant compte de sa nature duale – science et industrie – c’est-à-dire par rapport à la question « que puis-je faire ? ». Deuxièmement, la perspective réductionniste repose sur la conviction qu’il peut exister une science strictement positiviste, au sens de dénuée de métaphysique, sans bagage ontologique. Or, je pense, avec Meyerson, que cette conviction est une fiction, que toute science implique et véhicule une vision du monde qui lui est spécifique.

6Tentons donc de dégager la philosophie de la matière propre aux chimistes, en considérant comment elle s’est forgée au cours d’une longue histoire à travers des rivalités doctrinales comme des pratiques artisanales puis industrielles.

Un duel toujours recommencé

  • 2 Fontenelle Bernard Le Bovier de, Histoire de l’Académie royale des sciences, t. 1, sur l’année 166 (...)

7La chymie par des opérations visibles résout les corps en certains principes grossiers et palpables, sels, soufres etc. mais la physique par des spéculations délicates agit sur les principes comme la chimie fait sur les corps ; elle les résout eux-mêmes en d’autres principes encore plus simples, en petits corps mus et figurés d’une infinité de façons : voilà la principale différence de la Physique et de la Chymie. […] L’esprit de la Chymie est plus confus, plus enveloppé ; il ressemble plus aux mixtes, où les principes sont plus embarrassés les uns avec les autres : l’esprit de la Physique est plus net, plus simple, plus dégagé, enfin il remonte jusqu’aux premières origines, l’autre ne va pas jusqu’au bout2.

  • 3 La comparaison établie par Fontenelle entre un « esprit de physique » et un « esprit de chymie » s (...)

8Bien qu’inscrit dans un cadre historique dépassé de duel entre le mécanisme cartésien et la chimie du xviie siècle3, le jugement comparatif esquissé par Fontenelle, alors Secrétaire perpétuel de l’Académie royale des sciences de Paris, met en scène un défi toujours actuel. La chimie vise à dégager les principes à l’œuvre dans les transformations matérielles tandis que la physique part en quête des constituants ultimes de la matière.

9L’esprit de physique – qui séduit Fontenelle – n’est autre que la théorie cartésienne de la matière, uniforme, homogène, pure étendue, en longueur, largeur et profondeur, mise en mouvement par Dieu, sans qu’il y ait de vide. Par contraste l’esprit de chimie est en quête de principes, c’est-à-dire d’individus matériels porteurs de propriétés qu’ils confèrent aux mixtes dans lesquels ils entrent. Ces principes ontologiques (substances) sont aussi des principes épistémologiques (logiquement premiers) au sens où ils ont pour le chimiste un pouvoir explicatif.

  • 4 Venel Gabriel-François, « Principes (chymie) », in D’Alembert, Diderot, Encyclopédie ou Dictionnai (...)

10L’article « chymie » de l’Encyclopédie de Diderot rédigé par Gabriel-François Venel, médecin chimiste de Montpellier, se présente comme une riposte aux propos dépréciatifs de Fontenelle que Venel considère comme l’expression de préjugés. D’où une protestation véhémente contre l’arrogance et les prétentions des explications avancées par les physiciens qui, à certains égards, entrent en résonance avec la révolte actuelle de quelques chimistes contre l’emprise de la mécanique quantique. Les chimistes, dit Venel, répondent non pas à une interrogation sur la matière en général mais à des questions du genre : « Qu’est-ce qui fait que l’eau régale a la capacité de dissoudre l’or ? » Toute leur attention porte sur les propriétés individuelles manifestées par les substances et leurs transformations plutôt que sur la structure de la matière. Aux yeux des chimistes, « nul corps de la nature n’est de la matière proprement dite4 ». Les qualités responsables des propriétés chimiques – acidité, combustibilité, etc. – sont incorporées dans des principes qui les font passer d’un mixte à l’autre, ce qui permet de rendre compte à la fois de la conservation de la matière, de la circulation et des propriétés.

11La querelle entre physiciens et chimistes semble donc, en première approche, se jouer autour de deux conceptions de la matière : soit une matière homogène unique distribuée en atomes ou particules discontinues ; soit une matière qui se différencie en principes bien individualisés.

12On aurait donc d’un côté des atomes, de l’autre, des principes ou éléments au sens aristotélicien du terme. Le duel entre physique et chimie reproduirait le duel entre les doctrines antiques atomistes et les doctrines antiques des éléments (Empédocle et Aristote).

Pas d’atomes sans qualités

13Pourtant il serait trompeur de croire que chimie et physique se différencient suivant cette ligne de clivage instaurée dès l’Antiquité. En effet, les chimistes s’accommodent très bien de la doctrine atomiste, qu’ils marient avec la doctrine des principes ou éléments bien différenciés.

  • 5 Lüthy Christopher, Murdoch John E., Newman W.R. (éds.), Late Medieval and Early Modern Corpuscular (...)
  • 6 Clericuzio Antonio, « From van Helmont to Boyle : A study of the transmission of Helmontian Chemis (...)

14Or, loin d’être une caractéristique de la science moderne, ce mariage commence très tôt. Certes, la tradition alchimique occidentale s’est moulée dans la culture scolastique dominante mais les alchimistes ont commencé à réintroduire des notions corpusculaires ou atomistes pour se défendre contre les attaques des scolastiques. Ces derniers niaient que l’or des alchimistes fût authentique car leur or fabriqué ne présentait que l’apparence de l’or sans contenir la « forme substantielle » de l’or, que seule la nature peut donner5. Les chimistes, soucieux de prouver l’authenticité de leurs produits, postulent que les transformations chimiques se font per minima au niveau du dernier terme de l’analyse. Et, comme le montre toute une série d’études récentes de la tradition chimique du xviie siècle, les vues corpuscularistes se conjuguent sans problème avec les théories des éléments6. Daniel Sennert, par exemple, explique un certain nombre d’opérations chimiques en termes d’addition ou de soustraction d’atomes qui ont des propriétés chimiques individuelles. Et il semble avoir été la source d’inspiration de Robert Boyle. Ni la discontinuité, ni l’homogénéité de la matière généralement impliquées dans l’atomisme ne suffisent donc à distinguer une philosophie de physiciens d’une philosophie propre aux chimistes. Que la matière soit continue ou discontinue, peu importe. Les chimistes peuvent opter pour les éléments-principes ou pour les atomes-corpuscules, ou même tenter de concilier les deux. Car c’est moins une théorie de la matière qu’ils récusent que la possibilité de réduire les qualités individuelles à des paramètres mécaniques. Leurs principes ne se donnent pas comme une philosophie de la matière alternative et rivale de l’atomisme, mais plutôt comme une grille de lecture des phénomènes.

15Ne pas disqualifier la matière, au sens de la dépouiller de ses qualités, telle semble l’exigence primordiale des chimistes. Cela signifie non seulement que les qualités ou propriétés sensibles sont considérées comme essentielles, et non comme des effets secondaires de réalités plus profondes ; mais aussi que la matière est disposée à agir. Deux voies s’offrent pour penser cette disposition à agir.

  • 7 Dobbs Betty J.T., Foundations of Newton’s Alchemy, or « The Hunting of the Green Lyon », Cambridge (...)
  • 8 Rousseau Jean-Jacques, Institutions chymiques, Paris, Fayard, « Corpus des œuvres philosophiques e (...)

16La première est la voie newtonienne. Il faut renoncer aux idées claires et distinctes de Descartes, accepter un peu d’occulte, pour parvenir à expliquer à l’aide d’une seule force le mystère des « attractions électives ». Newton prête à la matière des « vertus », au double sens de force et de virtualités. Dans la Question 31 de l’Opticks, Newton décrit un grand nombre de réactions chimiques et suggère que l’affinité des corps, manifeste à l’échelle des phénomènes sensibles, est l’effet d’une attraction qui s’exerce entre les particules ultimes qui les composent. Il trace ainsi une voie de passage entre le microscopique et le macroscopique, entre le monde caché des particules et des forces et le monde sensible où l’on agit. Newton, rappelons-le, ne s’est pas contenté d’appliquer sur la chimie une loi mathématique qu’il aurait déchiffrée dans le ciel étoilé ou en regardant tomber une pomme. On sait aujourd’hui qu’il a mené tout au long de sa vie des expériences chimiques quantitatives et minutieuses pour tenter de comprendre les mécanismes de l’attraction chimique7. Cette dimension alchimique de l’œuvre du grand Newton, qui fut une révélation choquante pour les historiens des sciences du xxe siècle, passait pour évidente aux yeux des chimistes du xviiie siècle. Pour les auditeurs des démonstrations de chimie de Guillaume François Rouelle au Jardin du Roy, cette origine chimique ne fait aucun doute. Jean-Jacques Rousseau, par exemple, déclare sans discussion, dans ses Institutions chymiques : « Newton explique la dissolution par l’attraction dont il ne faut pas douter qu’il n’ait tiré la première idée des expériences chymiques8. »

  • 9 Renault Emmanuel, Philosophie chimique. Hegel et la science dynamiste de son temps, Bordeaux, Pres (...)

17L’autre voie est la voie dynamiste illustrée dans la Naturphilosophie allemande, par Kant, Hegel, Schelling, et des savants comme Klaproth, Oersted et Richter9. Elle consiste à éliminer la matière uniforme pour ne garder que le concept de force. Prenant au sérieux les qualités sensibles manifestées par les substances chimiques, le courant de chimie dynamiste suppose la matière animée de forces – magnétiques, électriques, chimiques – dont les polarités déterminent les qualités phénoménales des corps.

18On voit donc que l’art des chimistes qui consiste à gérer des populations de molécules pour produire des réactions voulues, permet de raisonner indifféremment en termes d’atomes ou d’éléments… pourvu que ceux-ci soient actifs, pourvu qu’ils fassent quelque chose.

Un réalisme opératoire

  • 10 Homberg Wilhelm « Essai sur l’analyse du soufre commun », in Mémoires de l’Académie royale des sci (...)

19Dès le xviiie siècle, les chimistes avaient pris l’habitude d’identifier les substances par ce qu’elles font. Par exemple, Wilhelm Homberg dans son Essai sur l’analyse du soufre commun (1703) démontrait que l’acide du soufre commun obtenu par décomposition du soufre et l’huile de vitriol sont « parfaitement la même chose » parce que tout ce qui peut être fait par l’huile de vitriol peut être fait par l’esprit de soufre et vice versa10. Ainsi les quatre éléments traditionnels se trouvent-ils redéfinis par leur action sur d’autres corps. Ils sont autant objets de connaissance que moyens d’action mis en œuvre par la nature comme par le chimiste. De son côté, Hermann Boerhaave, médecin et professeur de chimie à l’Université de Leyde, n’hésite pas à présenter les quatre éléments comme les « instruments » de la chimie en précisant ce qu’il entend par instrument.

  • 11 Boerhaave Hermann, Éléments de chymie, vol. 1, Paris, Allamant, 1754, p. 267. Voir aussi Powers Jo (...)

Dans quelque art que ce soit, où l’on se propose de changer des corps, on appelle instrument celui à qui l’on peut imprimer, ou auquel on a déjà imprimé un mouvement capable de produire le changement qu’on a en vue11.

  • 12 Rouelle Guillaume-François, manuscrit anonyme de son cours, présentation par Christine Lehman, Sit (...)

20Guillaume-François Rouelle, célèbre démonstrateur de chimie au Jardin du Roy à Paris reprend cette appellation : dans ses leçons rédigées par certains de ses élèves, il décrit les éléments comme des instruments naturels et les présente dans le même chapitre que les instruments artificiels, comme les menstrues et les vaisseaux12. De même, Rousseau qui fut élève de Rouelle présente ainsi les éléments dans les Institutions chymiques :

  • 13 Rousseau Jean-Jacques, Institutions chymiques, op. cit., p. 63.

Pour établir un laboratoire artificiel sur le modèle de celui de la nature, il ne suffit pas de voir en gros les voies qu’elle emploie, il faut surtout connaître bien parfaitement les instruments dont elle se sert. Ces instruments sont en grand nombre : le soleil, les vents, la pluie, les eaux, les sels, les terres, les parties mêmes des corps diversement mues, diversement figurées. Mais on peut réduire tout cela à quatre classes générales à savoir l’eau, le feu, la terre, l’air, par le concours desquels tous les corps naturels existent, se produisent, se conservent ou s’altèrent conformément aux lois établies dès le commencement13.

  • 14 Holmes Frederic L., « Concepts, operations and the problem of “Modernity” in early modern chemistr (...)

21Tous les corps se trouvent ainsi instrumentalisés : les sels, les affinités elles-mêmes sont des instruments à disposition du chimiste. La nature dans son ensemble est un immense laboratoire, c’est-à-dire un lieu où travaillent des corps. D’ailleurs, les chimistes du xviiie siècle désignaient toujours ce que nous appelons aujourd’hui « réaction » par le terme « opération », comme l’a judicieusement remarqué Frederic L. Holmes14. Les éléments sont acteurs d’opera, à la fois du grand œuvre de la nature et des œuvres de chimistes.

  • 15 Fontenelle Bernard Le Bovier de, Entretiens sur la pluralité des mondes habités, Paris, Fayard, «  (...)

22En transgressant ainsi le grand partage entre la nature et l’art, les chimistes du xviiie siècle firent de la nature un théâtre d’opérations, où ils œuvraient de concert avec les substances. S’il leur arrive d’utiliser la métaphore de la nature comme théâtre, ce n’est pas pour illustrer, comme Fontenelle, la sagesse du philosophe qui pénètre les rouages de la machinerie cachée dans les coulisses mais plutôt pour évoquer une scène grouillante d’opérations diverses15. Car le monde n’est pas un spectacle pour les chimistes et leur science n’a pas vocation à donner une représentation du monde dont le but serait la fidélité à l’original.

  • 16 Voir plus loin chapitre 9.

23C’est ainsi qu’on peut comprendre l’attitude autrement illogique des chimistes du xixe siècle qui défendent la théorie atomiste sans croire à l’existence des atomes. Comment peuvent-ils douter de l’existence des atomes et molécules alors qu’ils dessinent des architectures moléculaires qui éclairent la structure des composés aromatiques et permettent de synthétiser une foule de nouveaux composés ? Cela paraît bien étrange. Si étrange qu’on est tenté de considérer que les chimistes ne sont pas sincères et qu’il s’agit plutôt de précautions oratoires, simples concessions au positivisme ambiant16.

24Croire ou ne pas croire, ce n’est pas la question. Tous les chimistes du monde croient sans doute à l’existence d’entités physiques atomiques, mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit. Les atomes de Gerhardt et de Kekulé assument avant tout une fonction logique : ils servent à relier les unes aux autres des relations phénoménales exprimées sous forme de lois – lois de Gay-Lussac, de Dulong et Petit, d’Avogadro – et à les rendre intelligibles au moyen d’un schéma d’ensemble. Il s’agit d’établir des rapports entre des entités. Même si on concède à Émile Meyerson qu’on ne peut penser des rapports sans supports, et que donc la chimie comme toute autre science présuppose le concept de chose, il reste que les chimistes n’ont pas à discuter de la nature du support. Le concept d’atome est pour eux un outil qui concentre et permet d’unifier des relations multiples entre des données empiriques. Il n’est pas posé comme une « chose ». Plus même qu’un objet, il est un sujet, au sens de support hypothétique d’une foule de relations repérées dans l’expérience.

  • 17 Wurtz Charles A., Dictionnaire de chimie pure et appliquée, Discours préliminaire, Paris, t. 1, p. (...)

25Les atomes impliqués dans les formules structurales des chimistes organiciens du xixe siècle n’ont pas pour fonction de représenter l’organisation des atomes dans le composé. Ils expriment, en revanche, une capacité de liaison. Leurs formules sont des plans d’action : elles indiquent l’ensemble des substitutions que peut subir un composé. Or, pour penser cette capacité de liaison point n’est besoin de supposer des atomes avec des bras. Cela est tout juste bon pour s’amuser ou enseigner ! La notion d’atomicité telle que la définit Charles Adolphe Wurtz se rapporte aux éléments. À chaque élément correspond une capacité de combinaison inscrite dans ses atomes. La combinaison chimique résulte de cette tendance des atomes de chaque élément à épuiser la capacité de combinaison qui « réside » en chacun d’eux, à des degrés divers17. L’atome des chimistes est donc avant tout une capacité d’entrer en relation, un substrat de relations multiples qui est indépendant de la structure granulaire de la matière. Dévoiler la structure cachée est un problème secondaire pour qui s’efforce de démêler le réseau dense et complexe des nœuds de relations entre les corps. Il ne s’agit pas « d’aller jusqu’au bout », d’atteindre les ressorts ultimes, mais de cerner des individualités (atome ou élément peu importe) par leurs relations entre elles.

  • 18 Les électrons dont la réalité est supposée par le physicien comme par l’électricien sont l’exemple (...)

26Pour comprendre le genre d’objets dont traitent les chimistes, il faut pour de bon sortir des débats dans lesquels s’enferre la philosophie de la connaissance, c’est-à-dire mettre entre parenthèses la problématique de la science comme représentation du réel. Oui, les chimistes postulent une réalité et, à ce titre, ils sont réalistes au même titre que les physiciens ou les électriciens qui postulent l’existence d’électrons18. Toutefois, ces entités postulées sont non des choses mais des agents, que l’on connaît à travers leurs actions, leurs effets. Et encore, par-delà les agents qui opèrent, il faut encore postuler des capacités d’agir, des pouvoirs causaux.

27On voit donc que l’image d’une chimie empirique et sans profondeur qui trouverait ses fondements ailleurs, dans une science-mère, relève d’une mauvaise comédie orchestrée par des philosophes « peu curieux de son commerce », comme le regrettait Venel. Les chimistes ont choisi une voie d’approche du monde qui est foncièrement anti-essentialiste. Le monde matériel est plein d’individus, de capacités à mettre en relation pour produire des phénomènes. Il n’est pas souhaitable de nier les apparences, ni même de les dépasser pour atteindre un réel caché. Car il n’y a pas de réel caché à révéler sous la surface des choses. Celle-ci est trop intéressante pour qu’on veuille la dépasser. Les agents matériels qui, par leurs mises en relation, font émerger des propriétés nouvelles, ne sont pas des marionnettes que commanderait un mécanisme caché derrière la scène.

Notes

1 Dirac P.A.M., « Quantum mechanics of many-electron systems », in Proceedings of the Royal Society of London A, 123, 1929, p. 714-733 (citation p. 714).

2 Fontenelle Bernard Le Bovier de, Histoire de l’Académie royale des sciences, t. 1, sur l’année 1669, cité par Metzger Hélène, Les Doctrines chimiques en France du début du xviie à la fin du xviiie siècle, Paris, Blanchard, 1969, p. 266-68.

3 La comparaison établie par Fontenelle entre un « esprit de physique » et un « esprit de chymie » se réfère à une situation historique bien précise d’affrontement entre deux interprétations des mêmes transformations chimiques : celle d’un certain Gaston Du Clos auteur d’une Dissertation sur les mixtes naturels et les interprétations corpusculaires avancées par Descartes et par Robert Boyle.

4 Venel Gabriel-François, « Principes (chymie) », in D’Alembert, Diderot, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences des arts et des métiers, 1765, vol. 13, p. 375-76. Sur la philosophie de Venel voir Lehman Christine, Gabriel François Venel. Sa place dans la chimie française du xviiie siècle, Thèse de doctorat de l’Université Paris 10, 2006.

5 Lüthy Christopher, Murdoch John E., Newman W.R. (éds.), Late Medieval and Early Modern Corpuscular Matter Theories, Leiden, Brill, 2001.

6 Clericuzio Antonio, « From van Helmont to Boyle : A study of the transmission of Helmontian Chemistry and medical theories in seventeenth-century England », in British Journal for the History of Science, n° 26, 1993, p. 303-334 ; Newman William R. « The alchemical sources of Robert Boyle’s corpuscular philosophy », in Annals of Science, n° 53, 1996, p. 567-585 ; Newman, William R., Atoms and Alchemy. Chemistry and the Experimental Origins of the Scientific Revolution, Chicago, The University of Chicago Press, 2006.

7 Dobbs Betty J.T., Foundations of Newton’s Alchemy, or « The Hunting of the Green Lyon », Cambridge, Cambridge University Press, 1975 ; Principe Lawrence, « The Alchemies of Robert Boyle and Isaac Newton. Alternate approaches and divergent deployments », in Osler Margaret (éd.), Canonical Imperatives. Rethinking the Scientific Revolution, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

8 Rousseau Jean-Jacques, Institutions chymiques, Paris, Fayard, « Corpus des œuvres philosophiques en langue française », 1999, p. 298.

9 Renault Emmanuel, Philosophie chimique. Hegel et la science dynamiste de son temps, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2003.

10 Homberg Wilhelm « Essai sur l’analyse du soufre commun », in Mémoires de l’Académie royale des sciences de Paris, 1703, p. 31-40.

11 Boerhaave Hermann, Éléments de chymie, vol. 1, Paris, Allamant, 1754, p. 267. Voir aussi Powers John C., « Chemistry without principles : Hermann Boerhaave on instruments and elements », in Principe Lawrence M., (éd.), New Narratives in Eighteenth-Century Chemistry, Dordrecht, Springer, 2007, p. 45-61.

12 Rouelle Guillaume-François, manuscrit anonyme de son cours, présentation par Christine Lehman, Site de l’INRP : http ://http://www.inrp.fr/she/cours_magistral /rouelle.htm. (accès juin 2008). Pour une analyse fine des options philosophiques de Rouelle et de son élève Diderot voir, Pépin François, Philosophie expérimentale et chimie chez Diderot, Thèse de l’Université Paris 10, 2007.

13 Rousseau Jean-Jacques, Institutions chymiques, op. cit., p. 63.

14 Holmes Frederic L., « Concepts, operations and the problem of “Modernity” in early modern chemistry », in Paper presented at the workshop on early modern chemistry, Max Planck Institute, Berlin, juin 1995. Holmes Frederic L., « The communal context for Étienne-François Geoffroy’s Table des rapports », in Science in Context, n° 9, 1996, p. 289-311.

15 Fontenelle Bernard Le Bovier de, Entretiens sur la pluralité des mondes habités, Paris, Fayard, « Corpus des œuvres de philosophie en langue française », 1991. Et Rousseau, dans les Institutions chymiques (op. cit. p. 59-62), caractérise le point de vue exclusif du chimiste en ces termes : « Pour l’intérieur, toutes les préparations nécessaires pour fournir aux différents règnes les aliments qui leur conviennent. Les digestions, les dissolutions, les filtrations, les fermentations, les calcinations et toutes les opérations que la chymie n’a fait qu’imiter » (p. 62).

16 Voir plus loin chapitre 9.

17 Wurtz Charles A., Dictionnaire de chimie pure et appliquée, Discours préliminaire, Paris, t. 1, p. lxxv-lxix.

18 Les électrons dont la réalité est supposée par le physicien comme par l’électricien sont l’exemple favori d’Émile Meyerson en faveur de son réalisme ; voir par exemple Meyerson Émile, L’Explication dans les sciences, op. cit., p. 46. Ian Hacking convoque également les électrons dans Concevoir et expérimenter, mais pour insister sur leur caractère opératoire, dans le même sens que les entités postulées par les chimistes. Voir Hacking Ian, Representing and Intervening, Cambridge University Press, 1983 (Concevoir et expérimenter, Paris, Christian Bourgois, 1989, chapitre 16).

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540