Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entreprises et environnement : quels enjeux pour le développement durable ?

 | 
François Bost
, 
Sylvie Daviet

Politiques environnementales, acteurs et société civile

Genèse d’une ville verte : urbanisation et environnementalisme dans la métropole de San Francisco

Richard A. Walker

Texte intégral

1Bien qu’elle soit une métropole de sept millions d’habitants, la région urbaine de la baie de San Francisco est plus un espace vert qu’une jungle urbaine asphaltée, plus un espace ouvert qu’un espace construit. Tout comme l’univers, elle est essentiellement composée d’espace vide. Mais, ce qui au premier regard semble vide est en réalité constitué d’une matière différente de celle des espaces urbains faits de lumière brute et de bâtiments. Cet espace est en fait un patchwork articulant champs, bois, fermes et prairies, mines, ports de plaisance, criques et baies. Cet espace ouvert est parfois appelé « ceinture verte ». C’est pourtant plutôt une sorte de manteau fait de plusieurs couleurs autres que le vert – jaune, brun, bleu, or – et moins une ceinture qu’une sorte de couverture campagnarde recouvrant la métropole.

  • 1 Alameda, Contra Costa, Marin, Napa, San Francisco, San Mateo, Santa Clara, Solano, Sonoma.
  • 2 Source : www.greenbelt.org

2Pour une agglomération de cette importance, la région urbaine de San Francisco est sans aucun doute remarquablement avantagée en termes d’espaces où les citadins peuvent respirer. Environ 1,5 million d’hectares sur 1,8 que représentent les 9 comtés de la région 1 sont des espaces verts ou en eau ; moins de 315 000 hectares sont bâtis ou pavés. Près de 0,5 million d’hectares sont des espaces ouverts publics, dénommés « ceinture verte sécurisée » par leurs défenseurs. La région urbaine dispose du plus grand espace vert des États-Unis, un patchwork de plus de 200 espaces protégés situés à moins de 60 kilomètres de San Francisco, soit une surface plus grande que le Yosemite National Park. Au cœur de la métropole se trouve la baie, soit près de 300 000 hectares de surface en eau et en terres humides placés sous l’autorité des pouvoirs publics. L’agriculture (y compris les pâturages) et les bois privés occupent le reste2.

3Comment cette « ceinture verte » est-elle apparue ? Son origine repose bien évidemment sur ce paysage naturel si particulier qu’est la baie de San Francisco. Mais ce n’est là qu’un point de départ. Elle s’est développée ensuite à mesure que la ville croissait, s’imbriquant dans la campagne. Mais cela non plus ne suffit pas à expliquer le paysage d’aujourd’hui. Conserver certaines parties de la métropole à l’état naturel, ou en transformer d’autres en espaces verts, a nécessité une volonté humaine sans faille. La genèse et le développement de cette ceinture verte à San Francisco s’expliquent fondamentalement par l’existence conjointe d’un mouvement social, d’une vision stratégique, d’une inspiration, d’un leadership, mais aussi de luttes politiques et d’interventions de l’état, qui se font manifestés tout au long du xxe siècle. La ceinture verte de la région urbaine de San Francisco a pris lentement forme, nécessitant l’implication de nombreuses personnes, des luttes et des lois (Walker, 2007). L’objectif de ce texte est de mettre en lumière les processus sociaux qui, face à l’urbanisation continuelle de la baie induite par l’expansion du capitalisme industriel, ont conduit à la préservation de l’environnement à San Francisco.

L’origine non naturelle des espaces verts

4La nature n’a pas, par essence, attribué à San Francisco une ceinture verte, instillé cette idée dans l’esprit des gens, ou donné la volonté de préserver certains espaces et paysages – même si cela a été affirmé par nombre d’environnementalistes de la baie depuis un siècle. Par exemple, Dorothy Erskine, fondatrice du groupe People for Open Space, déclare : « Notre environnement est si spectaculaire que je pense que cela a généré une émotion particulière qui a débouché sur une victoire dans la lutte en faveur de la baie, et mené notre région plus loin que d’autres aux États-Unis dans la prise de conscience environnementaliste » (Erskine, 1976, p. 141). L’urbaniste Jack Kent affirme quant à lui : « Ce qui distingue la baie de San Francisco des autres métropoles est la manière remarquable par laquelle son cadre géographique spectaculaire a eu une influence décisive sur la formation d’un mode de vie spécifique à la baie » (Kent, 1970, p. 5).

  • 3 Chaparral : sorte de garrigue californienne.

5Dans la baie, la nature s’est révélée bienveillante. Elle a par exemple mis à disposition l’équivalent de 3 milliards de dollars en or et argent, non loin de la surface, dans les Sierra Nevada, facilitant le décollage économique de San Francisco au xixe siècle. Et, d’une certaine manière en effet, le cadre naturel de la métropole est favorable à l’éclosion, dans l’esprit des habitants, d’une certaine reconnaissance envers les bienfaits de la nature. Les étendues d’eau de la baie, pièces centrales et marques de fabrique de la région, magnifient les paysages. Les montagnes et les collines alentour offrent de superbes contrepoints topographiques à la baie et aux plaines. Les Coast Ranges centrales sont riches de canyons boisés, de collines couvertes de chaparral3, et de savanes parsemées de chênes. Le lieu bénéficie de points de vue magnifiques, de bancs de bouillard spectaculaires, d’un ensoleillement abondant et d’une pluviométrie suffisante. L’ensemble en fait ce que beaucoup d’observateurs considèrent comme l’une des plus belles villes du monde.

6Pour autant, nombre de villes dans le monde bénéficient également de cadres naturels magnifiques (à l’instar de Rio de Janeiro et Hong Kong). Cette seule caractéristique n’explique donc rien en soi. Un tel argument naturel, quasi déterministe, serait plus convaincant si Los Angeles – si souvent dénigrée par les San Franciscains – n’était pas plus spectaculaire encore que San Francisco en termes de topographie et plus idéale encore en termes d’habitat pour l’homme. En l’observant de manière moins passionnelle, la région de San Francisco apparaît en conséquence nettement moins idyllique : souvent brumeuse en été, souffrant d’un front océanique froid, dotée de criques minuscules. En outre, la baie elle-même est plutôt boueuse, et les collines alentour sont généralement dénudées et sèches en été. Ce n’est finalement pas la beauté de son cadre naturel qui a fait défaut à Los Angeles, mais plutôt, pendant trop longtemps, l’idée même d’y préserver l’environnement. De son côté, pendant longtemps, San Francisco ne faisait pas mieux, et la ville a derrière elle un lourd passé en matière de destruction environnementale (Davis, 1998 ; Brechin, 1999).

7En tout cas, ce n’est pas la nature qui a donné à San Francisco cette sorte de « nature » que l’on trouve dans cet espace vert urbain. Elle ne nous a pas donné les parcs et les terrains de jeu, les réserves naturelles et les vignobles, ou une baie parcourue de bateaux de plaisance. Et elle n’a pas apporté avec elle une police d’assurance garantissant que la baie ne serait jamais comblée ou les marais souillés, que les cours d’eau ne remonteraient pas vers les hauteurs, ou encore que les collines ne seraient pas arasées pour exploiter des minéraux ou pour libérer l’espace en faveur de la construction d’immeubles et d’autoroutes. Elle ne nous a pas donné des arbres placés au bon endroit, des chemins de randonnées, ni l’adduction d’eau.

8Il nous faut donc analyser les facteurs humains qui expliquent cette espèce de « ville naturalisée » et de « nature non naturelle » qui remplit les espaces ouverts situés entre les zones bâties de la métropole.

La campagne dans la ville

9L’espace urbanisé de métropoles telles que la région urbaine de San Francisco est parsemé de traces et d’éléments (parfois recréés) relevant de l’espace rural : fermes, chemins de randonnées, parcs, réserves naturelles, marais, criques, plages, zones humides restaurées, etc. Au même titre que les bureaux, routes, aéroports, logements, et autres centres commerciaux, ces traces et ces éléments sont les fruits de l’urbanisme. Les villes américaines sont réputées pour leur étalement : la ligne séparant ville et campagne s’en trouve étirée et brouillée. Ces espaces verts si agréables ne sont pas, en conséquence, à considérer comme étant en dehors de la ville, comme un effet secondaire des bienfaits de la nature, ils sont des morceaux de la ville – cet artefact hautement non naturel. Ils sont urbains dès l’origine.

10La ville produit sa propre antithèse : une campagne animée, où les gens vivent et travaillent. Ce phénomène se traduit tant à travers l’idée de campagne urbanisée qu’à travers celle de ville ruralisée. D’une part, le processus économique de l’urbanisation réclame une campagne proche pour répondre aux besoins urbains : fermes, carrières, réservoirs, décharges, etc. La périphérie urbaine est en effet un vaste jardin pour la ville ; un jardin férocement exploité au demeurant. C’est la campagne urbanisée. D’autre part, la campagne originelle disparaît à mesure que la ville s’étend ; elle subit des travaux de terrassement et de viabilisation, pour ensuite accueillir du bâti. Mais il existe un contre-courant à cette avancée urbaine ; ce contre-courant conduit à préserver des espaces naturels et à retransformer du foncier en parcs. C’est la ville ruralisée. Elle résulte d’une réaction collective face au bulldozer du développement urbain nivelant la campagne, mais aussi du désir d’avoir à portée de main quelque chose de rural et de sauvage. Elle atteint une campagne éloignée mais active, dans l’objectif de sauver la terre de la surexploitation et de circonscrire l’expansion de la métropole.

11Cette perception s’éloigne de l’analyse ordinaire des relations ville-campagne selon laquelle, conventionnellement, la ville est l’aire où règnent les constructions, tandis que la campagne est l’espace où domine la nature. En fait, la ville et la campagne évoluent en parallèle. Dans le cas de la Californie, l’idée selon laquelle la campagne s’est d’abord développée avant que la ville ne se greffe dessus ne tient pas. Henderson, fin observateur de la Californie, écrit sur ce point : « ville et campagne se sont développées en tandem » (1998, p. 18). La campagne n’y a pas existé préalablement à la ville ; la Ruée vers l’or a provoqué la création de villes instantanées, et la Californie est ensuite rapidement devenue l’un des lieux les plus urbanisés au monde. En persistant à voir dans la ville un phénomène tardif envahissant l’espace rural originel, nous nous rendons complices de l’amnésie américaine sur les questions d’histoire et de géographie. La campagne a toujours été dépendante de la ville, coexisté avec la ville tout en étant sous son influence, mais aussi laissé sa marque sur la forme urbaine (Henderson, 1998).

12Tout cet ensemble n’est, au final, qu’art et artifice. Un ami de New York déclarait il y a quelques années lors d’une visite du Golden Gate Park : « C’est stupéfiant de penser que la région de la baie ressemblait à ça avant. » Stupéfiant, en effet, puisque les anciennes dunes de sable étaient quasi nues avant d’être totalement artificialisées à partir des années 1870 pour devenir ce magnifique jardin botanique situé au cœur de San Francisco. De même, le superbe vignoble de la Napa Valley est le produit du travail de l’homme. Même dans des lieux d’apparence aussi sauvage que Point Reyes, la pratique de l’élevage fait sentir sa marque sur les paysages. En conséquence, plutôt que d’être vus comme des bienfaits de la nature, ces espaces verts doivent être vus comme les fruits de l’ingénierie sociale.

Les espaces verts vus depuis la ville

13Ce subtil mélange de la ville et de la campagne rend plus complexe la géographie sociale de la sensibilité environnementale. Raymond Williams, dans son travail novateur (The Country and the City), montre combien les régimes sociaux du rural et de l’urbain en Angleterre ont été profondément imbriqués, et comment cela a donné naissance à une « structure de la sensibilité » originale concernant les paysages britanniques (Williams, 1973). Les Américains ne sont pas différents. Les premières idées portant sur la préservation de l’environnement sont nées de la rencontre de la ville et de la campagne, des allers et retours entre le rural et l’urbain, des rêves issus de souvenirs de vacances à la campagne et de cauchemars urbains. Ces mouvements émergent même du domaine intermédiaire qu’est la campagne immédiate, située dans et autour de la métropole.

14L’environnement auquel les urbains sont sensibles n’est pas en premier lieu la nature lointaine, en dépit de l’obsession historique des Américains pour la nature sauvage (wilderness). Les historiens de l’environnement commencent seulement à rompre avec la tradition, axée sur l’étude de la nature sauvage, et arrivent progressivement à l’étude de la question de l’environnement dans les villes (Marx, 1964 ; Smith, 1950 ; voir aussi, plus récemment, Gottlieb, 1993 ; Rome, 2001 ; Gandy, 2002).

15Cette véritable communion entre la campagne et la ville est particulièrement évidente dans le cas de San Francisco. En effet, les résidents de la baie sont immergés dans la ville, tout en restant en même temps profondément attachés à la campagne, de Big Sur à Mendocino, de Lake Tahoe à Yosemite. Mais les lieux les plus appréciés sont souvent ceux qui sont les plus proches de la ville, les plus accessibles, les plus visibles, mais aussi les plus menacés, à l’instar de lieux sanctuarisés comme John Muir Woods, Napa Valley, ou Point Reyes, ou de lieux plus communs tels que Angel Island, Mission Peak, ou le détroit de Carquinez. Ces lieux ont été les occasions de luttes parmi les plus dures et les plus déterminantes pour l’avenir de la nature et de la société urbaine.

16Les espaces verts sont une bénédiction pour la ville. Pas parce qu’ils naturalisent mais plutôt parce qu’ils humanisent la métropole. Considérer que la ville est rendue plus humaine par la nature n’est en rien paradoxal. Après tout, les espaces verts sont autant façonnés par l’homme que par la nature, c’est là que résident leurs plaisirs secrets. Ils sont des lieux au parfum particulier et chargés de sens pour celles et ceux qui aiment tant la ville que la campagne, et qui savent à quel point il est difficile de réconcilier les deux. Ces espaces verts/ouverts proches ne sont pas de simples décors passifs pour la ville. Chaque centimètre carré de la ceinture verte, mais aussi l’air que nous respirons et l’eau que nous buvons, est chargé d’histoire et de politique.

La politique de la préservation du paysage

17La construction de l’espace vert public a été un processus difficile qui s’est déroulé sur plusieurs décennies. Les parcs, les réserves et les chemins de randonnées ont nécessité investissements financiers, implication personnelle, lobbying et pression politique. L’espace agricole, grâce en particulier à l’aménagement des bassins versants, s’est développé à force de sacrifices, de travail et d’investissements. Chaque espace non bâti ou pavé a été préservé des promoteurs immobiliers et des entreprises de btp par des décrets locaux, des commissions régionales et des associations de défense de l’environnement. Chaque mètre de la ligne de côte de la baie n’empestant pas les égouts ou les ordures s’explique par la réglementation, les manœuvres judiciaires et la volonté politique. En somme, la ceinture verte n’est pas un résultat naturel du progrès social, mais la conquête sociale de décennies de lutte, mètre carré par mètre carré.

18La ceinture verte actuelle de la région de la baie de San Francisco est l’aboutissement d’un siècle d’action politique (Walker, 2007). Cette lutte débute au sujet des espaces naturels de Yosemite et Sequoia, Mont Tamalpais, Mont Diablo et les Redwoods. Elle s’oriente ensuite vers la protection des bassins versants et la gestion de l’agriculture, en incluant les réserves aquifères cruciales des terres de Napa (sans lesquelles la Napa Valley n’existerait pas en tant que région viticole). Elle se prolonge par une mobilisation politique en faveur des parcs « naturels » relevant des régions, des comtés et de l’État, ce qui inclut la question du financement et de l’acquisition de ces terres. Au milieu du xxe siècle, cette lutte se déplace vers les comtés suburbains de Marin et des Piedmonts au-delà de Stanford, où les résidents parviennent à stopper les promoteurs immobiliers et les constructeurs d’autoroute, avant de créer des agences de défense de leur environnement. Par la suite, une lutte plus générale s’engage pour sauver la baie elle-même, le cœur bleu-vert de la région. La lutte se développe également dans les marges en expansion de la métropole, sur des enjeux de planification urbaine. Enfin, le débat porte sur l’usage des espaces ouverts et sur les droits d’entrée des espaces publics, afin de faire face à la baisse des financements publics.

19C’est donc l’histoire d’un mouvement politique, un mouvement qui s’est développé et diffusé, dans le temps et dans l’espace, et qui résiste encore aujourd’hui. Cela a généré une véritable cacophonie de groupes locaux désireux de préserver criques et estrans, bois et collines herbeuses, espèces menacées et pâturages, chemins de randonnées et points de vue spectaculaires, plages et refuges pour la vie sauvage. Quelques organisations sont présentes dans un espace étendu et ont existé pendant des décennies, à l’instar de Save the Bay, Marin Conservation League, Save Mount Diablo et le Committee for Green Foothills. Ces groupes se sont révélés essentiels pour entretenir la vitalité du mouvement environnementaliste, en maintenant les liens entre les membres, en assurant un rôle moteur dans la diffusion des idées, en procurant une expertise scientifique et technique, et en développant une mémoire individuelle et institutionnelle. Ils ont diffusé le goût des espaces ouverts et de l’engagement politique.

20Le mouvement local a été parfaitement en phase avec l’échelon national quant aux idées défendues et aux capacités de mobilisation. Mais ce mouvement local a joué un rôle prépondérant et même moteur dans les mouvements nationaux, en raison de la puissance de sa base. L’organisation nationale la plus célèbre, le Sierra Club, fondée par les charismatiques leaders John Muir et David Brower, est originaire de San Francisco. Mais la contribution de la région de la baie se traduit par la création d’autres organisations remarquables, telles que le National Park Service (fondé par Stephen Mather et Horace Albright), le Friends of the Earth et le Earth Island Institute (créés par David Brower et quelques amis), par le développement sous l’égide de Huey Johnson du fond pour les terres publiques du Natural Conservancy, ou encore par la création de l’International Rivers Networks, transformé ensuite en une organisation globale par l’ingénieur Britannique expatrié Philip Williams.

21Néanmoins, l’environnementalisme ne saurait être réduit aux organisations ayant atteint une dimension nationale, comme la Wilderness Society et la National Wildlife Federation. C’est particulièrement vrai dans le cas de San Francisco où se trouvent quantité de groupes de défense de l’environnement rassemblant des centaines de milliers de membres. Si des organisations telles que le Sierra Club ou les Friends of the Earth sont largement connues, elles sont accompagnées d’une multitude d’organisations plus petites tout aussi nécessaires au fonctionnement de l’« écosystème » environnementaliste.

Qui doit diriger ? Le rôle méconnu des femmes

22Qui, dans cet écosystème environnementaliste, a joué un rôle déterminant en faveur de la construction de la ceinture verte ? Qui s’est battu pour humaniser la ville, protéger la baie, préserver la qualité de l’air ? Le rôle primordial des femmes dans cette histoire est saisissant. Les femmes apparaissent en effet partout au cours de ce processus de lutte sociale, jouant souvent un rôle de leaders et se révélant particulièrement novatrices. Elles étaient femmes au foyer, mères, avocates, ou scientifiques. Des femmes telles que Dorothy Erskine, Caroline Livermore, Amy Meyer, Janet Adams, et Pam Tau Lee sont les héroïnes de cette histoire. En réalité, tout repose sur leurs épaules.

  • 4 Seul R. Gottlieb aborde, sans la traiter de manière complète, la question des femmes progressistes (...)

23Et pourtant, curieusement, les femmes sont quasi absentes dans l’historiographie (de l’environnement) traditionnelle, à l’exception de Rachel Carson. Il n’existe aucune étude exhaustive du rôle des femmes dans le mouvement environnementaliste américain. La défense de l’environnement n’est pourtant pas un monde exclusivement masculin ; le rôle des femmes apparaît même très clairement à l’échelon local, sous une surface dominée par le leadership masculin induit par la tendance des hommes à se mettre en avant. Dans l’histoire américaine de l’environnement, beaucoup trop d’encre a coulé quant à la contribution masculine à la préservation des espaces sauvages, mais aussi à la définition d’une « éthique de la terre » et d’une écologie sérieuse (Gottlieb, 1993)4.

  • 5 Sur les Garden Clubs et la défense de l’environnement, voir S. Cohen (2005) ; sur les femmes, les (...)

24Le rôle invisible des femmes dans l’histoire de la défense de l’environnement débute avec le réseau des Civic and Garden Clubs, au cours de la Progressive Era (1890-1920). Certaines femmes, toujours connues sous leur nom marital, avaient alors un impact considérable sur la diffusion des idées environnementalistes ; quelques-unes émergeaient même comme professionnelles et scientifiques. Après la Première Guerre mondiale, le rôle des femmes s’est accentué ; elles furent de plus en plus nombreuses à être diplômées, et à s’engager dans des carrières de botanistes, de paysagistes ou d’ingénieurs. Mais, jusque dans les années 1970, la plupart des activistes étaient encore des femmes au foyer cherchant des lieux où investir leur énergie et leur intelligence5.

  • 6 Au moment de cette interview (le 16 juillet 2004), Helen Rudee était membre élue du conseil de com (...)

25Les temps ont changé. Les femmes environnementalistes sont aujourd’hui en général des professionnelles insérées sur le marché du travail, exerçant pour la plupart dans le secteur associatif. Non sans humour, Helen Rudee, vétéran de la génération d’après-guerre, souligne : « J’étais une bénévole typique ; nous sommes toutes parties maintenant. Désormais, le travail est assuré par des directrices exécutives6. »

  • 7 Sur le développement de la prise de conscience politique des femmes à partir de l’expérience du qu (...)

26Pourquoi les femmes sont-elles si présentes dans les batailles pour l’environnement ? Fondamentalement, cela s’explique sans doute par le rôle crucial qu’elles jouent à l’égard des enfants, de la famille et de la sphère domestique. Certes, ce rôle ne fut pas vraiment inventé par la société bourgeoise, mais il s’est trouvé renforcé au cours du xixe siècle. Même si les femmes s’inséraient alors progressivement dans la population active et dans la sphère publique, leur implication dans la sphère familiale ne s’amoindrissait pas pour autant. S’engageant dans la vie sociale selon ces modalités, les femmes appréhendaient les problèmes sous un angle particulier. Mes enfants sont-ils en sécurité ? Où peuvent-ils jouer ? Quels est l’état de santé des mes amis et de ma famille ? Ma communauté est-elle agréable ? Qui y assume le pouvoir ? La sensibilité environnementale des femmes s’explique largement par leurs préoccupations face à des problèmes concrets tels que la disparition de bois proches où les enfants peuvent jouer, la pollution de l’eau potable, la détérioration de la qualité de l’air induite par la circulation automobile. Ces raisons sont en permanence mises en avant par les activistes lorsqu’elles sont interviewées, au même titre que leur amour de la nature, traduit sous la forme de journées passées à la plage, de marches dans la forêt, ou d’une vue sur le Golden Gate Bridge7.

27Les hommes les plus en vue, tels que John Muir et David Brower, sont plus enclins au romantisme et à l’abstraction sophistiquée à propos de la réunification spirituelle entre la nature transcendantale et le « moi intérieur » (Nash, 1967). Les femmes sont, en revanche, plus enclines à être réalistes et ancrées dans le local et le présent, forgeant leurs points de vue en tirant les leçons pratiques, par exemple, de l’entretien ménager, du fonctionnement des réseaux de solidarité, ou de la recherche d’un lieu de promenade sûre. Ce qui ne signifie en rien qu’il faille en déduire des généralités abusives. Mais, par-delà les statistiques et les discours abstraits sur l’essence des genres, l’écart des perspectives hommes/ femmes est trop important pour être ignoré.

La protection de l’environnement : de l’élitisme à l’environnementalisme de masse

28L’histoire de l’environnementalisme dans la région de San Francisco témoigne de l’importance du rôle des élites. Typiquement, les « verts » sont des blancs appartenant aux classes supérieures, depuis les hommes d’affaires conservateurs de la Progressive Era jusqu’aux hommes de loi d’aujourd’hui des organisations écologistes nationales comme Earth Justice. Sur ce point, la région de San Francisco est plus riche que toute autre grande ville américaine. Pour autant, qu’est-ce qui oblige ces gens aisés à s’engager dans la voie de la protection de l’environnement ? Pendant la double administration de Georges W. Bush, l’environnementalisme n’apparaissait en effet pas forcément comme l’orientation la plus spontanée pour la classe capitaliste et pour les satrapes de l’empire.

29Assurément, il existe un sentiment très largement diffus que le mont Tamalpais ou la côte de San Mateo sont des sortes de « jardins collectifs ». Dotées bien souvent de propriétés immenses et de vastes maisons, éprouvant en général le sentiment d’avoir des droits étendus, les classes supérieures sont de formidables consommatrices d’espace et de paysages. Elles sont aussi parfaitement conscientes du lien qui unit un environnement plaisant et la valeur foncière. Elles sont donc susceptibles de favoriser la création de lieux attrayants (Williams, 1973 ; Fishman, 1987 ; Heiman, 1988).

30Cependant, tout n’est pas que paix et harmonie lorsque les forces du capital ouvrent sans douceur les portes de la consommation paysagère. Bien souvent, les domaines des plus riches ont été menacés par l’expansion urbaine, et bien souvent les privilégiés ont eu à affronter les promoteurs. Cette contradiction a été particulièrement évidente dans la région de la baie, comme l’illustrent par exemple la « freeway revolt » ou encore les mouvements d’opposition au comblement de la baie. En les conduisant à lutter contre les forces de l’accumulation du capital, de telles situations ont bien souvent amené les personnes impliquées à rentrer en conflit avec leurs propres intérêts de classe.

31Mais l’environnementalisme n’a pas été le domaine réservé des classes supérieures ou des Blancs, même dans les lieux les plus riches de la région de la baie. En fait, c’est même ici que l’environnementalisme moderne est devenu un mouvement de masse dans les années 1960, à la suite du développement fulgurant du Sierra Club et de la Save the Bay Association. Ces organisations sont en effet passées de quelques centaines à des dizaines de milliers de membres en lançant un appel public pour défendre la baie de San Francisco et le Grand Canyon contre une destruction perçue comme totalement gratuite. La baie, en particulier, est alors devenue une cause populaire qui a converti de nombreuses personnes (y compris l’auteur de ces lignes) à la cause de l’environnementalisme. Cet épisode s’est révélé a posteriori constituer une étape déterminante dans le processus de construction d’une culture environnementaliste dans la région de San Francisco. Dans ce processus, l’association Save the Bay a joué un rôle crucial (Gilliam, 1969 ; Rowell, 1997).

32Pendant des décennies, la ceinture verte de la baie a bénéficié d’un soutien considérable de la part de la classe ouvrière, qui n’a pas oublié d’être attentive aux besoins sociaux en ce qui concerne les parcs, les aires de récréation et les lieux de pêche. Les gens et les syndicats ont prêté leurs voix à la cause environnementale, au moins à partir de la fondation des East Bay Regional Parks dans les années 1930. Un tel soutien est apparu évident lors de la création de la Golden Gate National Recreation Area dans les années 1970, puis lors de la campagne visant à imposer des limites à l’expansion urbaine dans le comté de Sonoma dans les années 1990.

33Certes, le slogan, cynique, rendu célèbre par Richard White : « Êtes-vous un environnementaliste ou bien travaillez-vous pour gagner votre vie ? », semble tracer une ligne infranchissable entre les classes sociales. Il mérite toutefois quelques nuances. En effet, il ne faut sans doute pas écarter trop rapidement la masse des gens ordinaires de la catégorie des défenseurs de l’environnement, dans la mesure où, d’une certaine manière, chacun est un environnementaliste, soucieux de son cadre de vie immédiat et des menaces qui pèsent dessus. Les conflits pour l’environnement reposent sur des points de vue dotés de cohérences propres chez les différents partis, même si ces cohérences sont marquées par des préjugés de classe et de race (White, 1996 ; Hurley, 1995).

De la révolte locale à la définition de l’intérêt général

34Ce sur quoi une culture politique locale peut déboucher n’est aucunement automatique. Ce qui signifie que, du coup, rien n’interdit la cause environnementale de prendre une tournure très conservatrice. Par exemple, le contrôle démographique, un éternel courant de fond de l’environnementalisme américain, contient dans ses germes des relents d’eugénisme et de purification raciale ; sur ce point, les nazis ont beaucoup appris de la Californie. Pour autant, la comparaison des insurrections populaires en Allemagne et en Californie du Sud nous rappelle combien les orientations politiques générales reposent largement sur les cultures politiques locales (Brechin, 1996 ; McGirr, 2001).

35L’environnementalisme de San Francisco se distingue par son orientation progressiste. Les défenseurs de l’environnement y sont bien plus engagés, politiquement et socialement, que leurs homologues répartis dans le reste du pays. Grâce à la droiture et à l’intransigeance de John Muir, le Sierra Club est devenu une organisation plus progressive que d’autres organisations équivalentes telles que la Audubon Society ou le Boone and Crockett Club. Au milieu de xxe siècle, le Sierra Club confirmait son orientation à gauche (tout au moins son aspiration à choisir une voie moins fréquentée), s’alignant sur les prises de position de gens comme Dave Brower, Martin Litton et Dwight Steele, opposés aux défenseurs de l’environnement plus classiques sur les questions de l’énergie nucléaire ou de l’hydro-électricité par exemple.

36Mais cela est-il suffisant ? En effet, sur leur gauche, les environnementalistes ont bien souvent été accusés de n’être pas assez radicaux, au prétexte qu’ils ne comprendraient pas l’emprise du capitalisme sur la terre (voir par exemple Rothman, 1998, p. xii ; Rome, 2001, p. 13). Pourtant, en matière d’opposition aux ambitions sans limites du capitalisme, les verts ont souvent clairement démontré leur virulence. Les environnementalistes ont ainsi régulièrement mené des batailles parmi les plus dures qui aient été conduites aux États-Unis contre les privilèges de la propriété et de l’argent. C’est particulièrement vrai dans la région de San Francisco où les militants ont refusé de céder face aux promoteurs immobiliers, aux constructeurs d’autoroutes, ou aux entreprises de l’électronique. Les défenseurs de l’environnement appellent ça « l’opposition au progrès aveugle », mais les hurlements de protestation émis par le monde des affaires contre ces traîtres de classe indiquent qu’il s’agit plutôt d’opposition au profit aveugle.

37Une critique tout à fait similaire émerge de la gauche antiraciste, qui considère les environnementalistes blancs des classes supérieures comme insuffisamment radicaux, dans la mesure où ceux-ci ne placent pas au cœur de leurs préoccupations le problème de l’oppression raciale (voir par exemple Bullard, 1990). Cependant, même s’ils ne se saisissent pas directement de cette question raciale, les verts se sont souvent insurgés contre le problème de la pollution et contre un système productif qui empoisonne la terre – et les gens de couleurs dans son sillage – ou encore contre l’expansion des autoroutes suburbaines qui concourent à la réduction des opportunités offertes aux populations pauvres des centres-villes en termes d’emplois et de mobilité.

  • 8 Le biorégionalisme est une doctrine qui prône l’équilibre et l’harmonie entre une biorégion (espac (...)
  • 9 Sur la politique dans la région de San Francisco, voir R. Walker et al. (1990) ;

38Il n’est pas facile de définir la coloration idéologique de l’environnementalisme progressiste de la région de San Francisco. Celui-ci s’est en effet construit à partir de nombreux courants intellectuels critiques de l’ordre social préétabli, comme par exemple le socialisme classique, l’anarchisme, l’antimodernisme, sans oublier la foi religieuse. Cette convergence idéologique n’est certes pas nouvelle. Gary Snyder, auteur écologiste par conviction, combine dans un ensemble mal articulé des courants aussi hétéroclites que le zen, le biorégionalisme 8 et le syndicalisme. Kenneth Rexroth, dont les soirées bohémiennes ont lancé le mouvement beatnik à San Francisco, adorait les excursions dans les Sierras tout autant que l’anarchisme et la poésie chinoise. Mais, au final, le vert est l’une des principales couleurs figurant sur le drapeau de la côte Ouest, où la politique et la culture ont longtemps été en décalage par rapport au reste des États-Unis9.

Planification urbaine : vers une perspective régionale

39Dans la région de San Francisco, le mouvement pour les espaces verts/ouverts et la protection de la baie s’est continuellement trouvé confronté aux forces de l’urbanisation. Trop fréquemment marquée par des actions éparses menées par des groupes locaux réagissant au souffle chaud des bulldozers, cette lutte a été pendant longtemps essentiellement défensive. Néanmoins, une vision d’ensemble de la maîtrise de l’expansion urbaine a émergé progressivement, afin de définir des orientations communes aux multiples batailles qui se déroulaient alors à travers la métropole. Cette vision d’ensemble était promue surtout par une organisation : People for Open Space / Greenbelt Alliance. Sur la question de la ceinture verte, de la croissance urbaine et de la planification métropolitaine, cette organisation a défini en effet pour la région une perspective utopique devenue nécessaire.

40C’est en fait bien plus qu’une simple bataille qui fut nécessaire pour conserver dans la métropole des espaces verts agréables. Les efforts locaux pour stopper les mastodontes du développement ont montré la nécessité de prendre en compte l’ensemble des problèmes soulevés par la croissance urbaine, en incluant l’étalement urbain, la production de logement, l’attitude des collectivités locales. Aménageurs-urbanistes et défenseurs de l’environnement ont en conséquence cherché à redéfinir les règles du jeu. Cette alliance a renforcé le mouvement environnementaliste, même si les idées les plus utopiques de ceux-ci n’ont jamais pu être mises en œuvre. Le développement urbain autour de la baie n’a pas été un processus qui est allé de soi, sans contestation, comme dans la plupart des autres métropoles du pays. À San Francisco, ce processus est mis en question, combattu, reformulé, voire, fréquemment, stoppé.

41L’analyse de l’environnementalisme met en lumière le caractère bicéphale du mouvement pour les espaces ouverts. D’une part, le leadership est assuré par une élite composée de membres des classes supérieures et d’universitaires, pour lesquels la quête d’une ville idéale a souvent constitué une préoccupation intellectuelle majeure. D’autre part, les mouvements sociaux pour une croissance urbaine maîtrisée ont fait appel à la participation des masses et à la démocratie locale ; le succès des environnementalistes ne peut s’expliquer en effet sans références aux convictions et à la mobilisation populaires.

42La lutte pour la maîtrise de l’étalement urbain et la constitution d’une ceinture verte s’est gagnée en combattant parallèlement sur plusieurs fronts. Le premier de ces fronts était celui de la réforme des gouvernements locaux. Si un gouvernement local pouvait être structuré, il s’ensuivrait une gestion foncière rationnelle – tout au moins était-ce là le mantra des urbanistes depuis la Progressive era. À mesure que les aires métropolitaines en expansion rapide éclataient en milliers de morceaux suburbains après la Seconde Guerre mondiale, la fragmentation gouvernementale locale était de plus en plus sévèrement critiquée par les urbanistes, les politologues et les environnementalistes. Néanmoins, l’idée d’établir un gouvernement métropolitain n’a jamais vraiment abouti, en raison de la foi américaine dans le micro-fédéralisme et le « home rule » (Pincetl, 1999 ; Scott, 1959 / 1985).

  • 10 Après l’échec du National land use control act en 1975, ce vent du changement s’est tout de même r (...)

43Quoi qu’il en soit, les vents du changement soufflaient ; en 1970, l’Association of Bay Area Governments (abag), certes peu puissante car limitée à une fonction indicative et consultative, se voyait confier la mission de préparer un schéma de développement régional. Les urbanistes en charge du dossier ont alors l’audace de produire un document invitant à favoriser un développement urbain recentré et à prévoir une immense ceinture verte de plus de 0,7 million d’hectares (soit environ un tiers de la superficie de la région). Comme le soulignait Jack Kent, cofondateur de People for Open Space : « il n’existe aucune autre région métropolitaine aux États-Unis où il a été dit qu’il doit y avoir une grande ceinture verte permanente autour de son système existant de villes ». Cependant, les gouvernements locaux et les promoteurs ne voulant pas d’une telle planification rationnelle, ce plan régional fut enterré. Mais, le mouvement portant cette idée obtint ensuite la majorité au Parlement de Californie, ce qui lui permit de demander aux villes et aux comtés d’intégrer plus d’espaces ouverts dans leurs plans, et de conformer la planification locale à ces exigences (Kent, 1983)10.

44En dépit de l’échec des projets de planification régionale, les membres de People for Open Space proposèrent un vaste programme d’action reposant sur une perception globalisante de la métropole (appréhendée comme lieu articulant logement, emploi, transport et espaces ouverts) dans l’objectif de créer une ceinture verte. Le succès de ce programme reposait sur une mobilisation populaire s’inscrivant dans le prolongement du mouvement Save the Bay des années 1960. Il faut dire que les membres de People for Open Space étaient alors les témoins d’une recrudescence spectaculaire des conflits provoqués par un développement urbain qui s’exerçait sans entraves.

45Par exemple, en 1972, dans l’objectif de limiter la croissance urbaine, la petite ville de Petaluma votait, à la surprise des milieux de l’urbanisme, une résolution imposant un plafond au nombre de logements construits chaque année. Petaluma gagna ensuite un procès et parvint à refondre sa morphologie, gardant la maîtrise du développement autoroutier, préservant son centre historique de transformations dommageables, conservant une séparation visuelle entre l’urbain et le rural. De la même manière, la ville de San Jose – figure emblématique de l’étalement urbain de l’après-guerre – fit volte-face au début des années 1970, devenant l’une des premières villes du pays à imposer une limite géographique à l’aire desservie par ses services urbains, des taxes sur les promoteurs immobiliers, et un plan d’urbanisme strict. Il en résulte que San Jose a aujourd’hui une densité supérieure aux autres villes de la Sunbelt comparables, comme San Diego ou Phoenix. Mais le changement le plus radical est venu de Marin County, qui, en 1972, a imposé un plan d’urbanisme soustrayant tout l’Ouest du comté au développement. Ce plan est toujours en vigueur.

46Au début des années 1980, le mouvement pour le contrôle de la croissance était omniprésent autour de la baie. L’organisation People for Open Space (qui était devenue la Greenbelt Alliance) était parvenue à être représentée partout dans la région en conviant ses membres à travailler en partenariat avec des groupes locaux. De cette manière, en combinant une démarche bottom up et une démarche top down, cette organisation aidait à construire petit à petit une ceinture verte dans la région. Contrairement à la « révolution des nimbies » analysée par Mike Davis pour Los Angeles (1997), le mouvement pour la maîtrise de la croissance dans la région de San Francisco n’a pas été une sorte de panier de crabes désireux de défendre leurs intérêts égoïstes, mais un projet collectif dépassant la somme des intérêts particuliers.

L’État environnementaliste

47Le pouvoir de l’État de Californie fut absolument nécessaire pour garantir le succès du mouvement pour les espaces ouverts et la constitution d’une ceinture verte régionale. Cet appui s’est exercé en matière de planification urbaine, mais aussi dans d’autres domaines, comme les parcs publics ou la protection du littoral.

  • 11 La région de San Francisco dispose également de magnifiques parcs pastoraux du xixe siècle, en par (...)

48La ceinture verte comprend, à différentes échelles articulées au système de gouvernement américain (fédéral, État, comté, région, ville), des dizaines de parcs relevant du domaine public. Ces parcs ont commencé à prendre forme vers 1900, le mouvement en faveur des parcs a tenu ensuite une campagne d’envergure dans les années 1920, puis l’acquisition de terres et l’amélioration des parcs ont démarré dans les années 1930. Les parcs publics ont continué à drainer des financements jusque dans les années 1970. Durant la grande période de création des parcs, des centaines de milliers d’hectares ont ainsi été transformés en parcs tout autour de la baie11.

49Les parcs ont été achetés en combinant impôts et emprunts, pour être ensuite placés sous régie d’agences gouvernementales, comme le State Parks and Recreation Department, ou convertis en districts spéciaux, comme le East Bay Regional Parks District. Des financements massifs étaient versés pour les parcs, en particulier durant les années de l’après-guerre marquées par la prospérité et par un gouvernement puissant. Cependant, même au cours de la Dépression de 1929, les programmes du New Deal, comme le Civilian Conservation Corps, ont injecté dans les parcs de l’argent et du travail en quantités considérables ; qui plus est, le New Deal a laissé un gouvernement aux compétences étendues qui a pu ensuite encadrer les politiques publiques de l’après-guerre. L’objectif essentiel des parcs au cours de cette période était le divertissement, mais les parcs avaient également pour finalité de protéger les principales merveilles naturelles et paysagères de la Californie.

  • 12 Des mesures clés pour créer des emprunts d’État ont été imposées par la loi en 1988, 2000, 2002 et (...)

50Les parcs ont permis à bien des gens de se familiariser avec les plaisirs des activités en extérieur, mais aussi avec les satisfactions tirées d’un soutien désintéressé à la préservation de la nature. Ce fut prépondérant pour le développement de l’environnementalisme dans les années 1960. Néanmoins, en 1978 avec la « tax revolt », « le loup est sorti du bois » lorsqu’a été votée la Proposition 13 ; en effet, cette réforme a drastiquement réduit les rentrées fiscales de l’État de Californie, asséchant les fonds pour l’acquisition de nouveaux espaces, voire pour la simple maintenance des parcs existants. Quelque chose d’étrange se passait pourtant sur cette voie du déclin de ce qui avait été un solide secteur public : les résidents de la baie, et de l’État dans son ensemble, continuaient en effet à voter en faveur d’emprunts et de taxes spéciales pour soutenir le système des parcs12.

51Le second exemple du renforcement de la protection des terres et de l’eau est la création d’institutions de régulation puissantes pour San Francisco et la côte californienne. En superficie, les zones maritimes protégées de la baie et de la côte sont plus étendues que l’ensemble des zones terrestres ; ces zones s’érigent comme de solides barrières contre l’urbanisation des littoraux. La baie et la côte font de San Francisco une métropole aux paysages extraordinaires ; mais la destruction de ces paysages était quasi assurée jusqu’au moment où quelques événements particuliers ont provoqué une mobilisation citoyenne massive en faveur de l’environnement, et ont du coup changé sur le long terme les orientations de la politique régionale.

52L’association Save the Bay, fondée en 1961 pour stopper le comblement de la baie pour la construction de logements, d’aéroports, de décharges d’ordures ménagères ou de terrains militaires, désirait la création d’une agence unique pour réguler l’usage de la baie et de son littoral. En réponse à cette aspiration de l’opinion publique, l’État de Californie a créé en 1965 la Bay Conservation and Development Commission (bcdc). Cette commission s’est immédiatement montrée très stricte, en stoppant certaines grandes opérations de développement, ou encore l’expansion des polders, et en ouvrant au public l’accès au littoral. Le succès rencontré par la bcdc a été très spectaculaire ; la bcdc est du coup devenue un modèle de régulation environnementale pour l’intérêt général, et un modèle de gouvernement compétent et efficace. La bcdc s’est rendue si célèbre, qu’elle fut citée à la Conférence des Nations unies sur l’Environnement à Stockholm en 1972 comme un modèle d’initiative citoyenne (Bodovitz, 1985 ; Scott, 1959/1985).

La culture politique verte

53L’environnementalisme est plus que la somme de ses composantes de classe, de genre et de race. Il est doté d’une vitalité irréductible. L’environnementalisme a été un pilier de la vie et de la politique dans la baie depuis plus d’un siècle, et pèse en des proportions variables sur tous les autres mouvements sociaux. Il est un marqueur significatif de San Francisco, au même titre que l’ont été la Ruée vers l’or, la Silicon Valley, ou le mouvement beatnik. Raymond Williams aurait appelé cette tradition politique locale d’opposition un « particularisme militant » (cf. Harvey, 2001). Nous pouvons appeler ça, simplement, une culture politique verte.

54La politique n’est pas simplement un système fait d’élections, de candidatures, de victoires et de défaites. La politique est un système composé de partis, d’associations, de mouvements populaires, de négociations de couloirs et de lois formalisées. Mais, plus encore, la vie politique implique l’existence d’une sphère publique, d’un débat public, et de conflits publics. Ce sont là les « chaudrons sociaux » dans lesquels bouillonnent les idées, naissent les mouvements sociaux, se maintiennent les équilibres politiques. La sphère publique a son langage, ses formalités et ses conventions, qui doivent être mobilisés pour pouvoir convertir les autres à une cause. En résumé, la sphère publique est indissociable de l’idée de culture politique.

55La culture, que nous parlions de politique, de religion ou de nation, est un ordre social qui dépasse l’individu. C’est l’océan dans lequel nagent les êtres humains, l’air que nous respirons. Elle permet de définir qui nous sommes et à quel lieu nous appartenons. Ce n’est pas quelque chose que l’on porte comme une peau ou un vieux vêtement. Mais la culture n’est pas non plus simplement une structure déterminant nos actes. C’est plus que de l’idéologie dominante, des habitudes répétées sans cesse, ou des règles du jeu. C’est un univers éthique dans lequel nous agissons, une grammaire quotidienne du comportement, un langage moral de l’action, qui doit être déployé pour tout un chacun, et qui peut être réajusté pour faire face aux situations nouvelles lorsqu’elles surviennent (voir par exemple Williams, 1973 ; Mahmood, 2001).

56Sur la base de cette acception de la notion de culture politique, la région de San Francisco n’apparaît pas comme un simple lieu fait d’espaces verts, de projets verts et d’organisations vertes. C’est un lieu où l’enthousiasme pour l’environnement, tout comme les espaces verts eux-mêmes, se construit au sein même de la fabrique urbaine. San Francisco est une métropole dont l’identité est marquée par un environnement local d’exception et par la volonté de protéger cet environnement. Le géographe Olwig a fait référence à ce type d’affection pour le lieu comme « la communion invisible du paysage » (2002) ; elle est pour partie symbolique, pour partie matérielle, et entièrement communautaire.

  • 13 Sur le local et le global, voir par exemple K. Cox (1997).

57Bien sûr, aucun lieu dans le monde moderne n’est isolé, encore moins une région urbaine située à la croisée des chemins de la technologie, de la finance et du commerce comme la baie de San Francisco, lieu nodal d’une intense circulation d’idées et de gens provenant du monde entier. John Muir est né en Écosse, a grandi dans le Wisconsin, et a voyagé en Amérique centrale avant de venir en Californie. Il n’est pas un cas exceptionnel dans l’histoire californienne ; beaucoup des héros de l’histoire de la ceinture verte de San Francisco sont nés ailleurs. La culture environnementale de la région de la baie a toujours été un mélange fertile de luttes locales conduites à la lumière de réflexions plus larges au sujet de la nature, de l’aménagement, du gouvernement, de la loi et de la santé13.

  • 14 Sur ce point, il suffit de comparer par exemple les analyses de R. Nash (1967) et G. Brechin (1999 (...)

58L’histoire classique de l’environnementalisme américain est incroyablement détachée des lieux – une fatale inattention à l’égard de la géographie. Même si cette approche historique fait, avec raison, immanquablement référence au rôle très particulier du Far West en tant que frontière (frontier) de la conquête américaine et au rôle de la nature dans l’imaginaire national, elle fait abstraction du fait que San Francisco fait partie de l’Ouest et a dominé l’Ouest pendant un siècle14. Nous ne devons donc pas être étonnés que la région de la baie ait ainsi joué un rôle significatif dans le jeu national sur la question de la nature.

59En fait, la région urbaine de San Francisco mérite une distinction particulière dans l’histoire de la défense de l’environnement. Elle est le lieu de naissance de la protection des terres sauvages dans les années 1890, le lieu d’émergence des idées en faveur des parcs récréatifs dans les années 1910 et 1920, le premier territoire à faire échec aux constructeurs d’autoroutes dans les années 1950, le premier lieu à voir se développer des mouvements de masse pour la protection de l’environnement dans les années 1960, avant de jouer un rôle leader dans le mouvement en faveur des fonds pour les terres publiques dans les années 1980. Prêter ainsi une plus grande attention au lieu ne signifie pas pour autant qu’il s’agit d’en faire un récit hagiographique. Il s’agit plutôt ici de contribuer à ce projet plus large que constitue l’histoire de l’environnement. Si certaines idées et certaines pratiques peuvent avoir un écho national, cela ne signifie pas pour autant qu’elles proviennent de nulle part. Quelle que soit l’étendue de leur impact, elles sont toujours fondées sur une pratique quotidienne et inscrite dans un territoire donné, dans des géographies personnelles et collectives. Les réalisations de la baie dans le domaine environnemental sont ancrées dans un lieu saturé comme nul autre lieu d’une culture publique de l’environnement ; ces réalisations ont assurément contribué à la promotion des préoccupations environnementales tant à l’échelle nationale qu’à l’échelle internationale.

Bibliographie

Bibliographie

Bodovitz Joseph, The Shrinking of San Francisco Bay and How it was Stopped. California Waterfront Age, 1(4),1985, p.21-27.

Bookman Ann, Sandra Morgan (eds.), Women and the Politics of Empowerment. Philadelphia, Temple University Press, 1988.

Brechin Gray, Conserving the Race: Natural Aristocracies, Eugenics and the us Conservation Movement, Antipode, 1996, 28/3.

–, Imperial San Francisco: Urban Power, Earthly Ruin, Berkeley, 1999, University of California Press.

Bullard Robert, Dumping in Dixie: Race, Class and Environmental Quality, Boulder, 1990, Westview Press.

Cohen Shana, History of the Garden Club Movement, Doctoral dissertation, Department of Environmental Science, Policy and Management, Berkeley, 2005, University of California.

Cox Kevin (ed.), Spaces of Globalization : Reasserting the Power of the Local, NewYork, 1997, Guilford Press.

Davis Mike, City of Quartz: Los Angeles, Capitale du Futur, Paris, La Découverte, 1997.

–, Ecology of Fear: Los Angeles and the Imagination of Disaster, New York, 1998, Metropolitan/Henry Holt.

Deleon Richard, Left Coast City: Progressive Politics in San Francisco, 1975-1991. Lawrence, 1992, University of Kansas Press.

Deverell William and Sitton Tom (eds), California Progressivism Revisited, Berkeley, University of California Press, 1994.

Erskine Dorothy, Environmental Quality and Planning: Continuity of Volunteer Leadership. Interview by John R. Jacobs of spur, c. 1971, in Bay Area Foundation History Series, vol. iii, p.121-62. Berkeley, 1976, Regional Oral History Office, Bancroft Library, University of California.

Ethington Philip, The Public City: The Political Construction of Urban Life in San Francisco, 1850-1900, New York, 1994, Cambridge University Press.

Fishman Robert, Bourgeois Utopias: The Rise and Fall of Suburbia, New York, 1987, Basic Books.

Gandy Matthew, Concrete and Clay : Reworking Nature in New York City, Cambridge, 2002, mit Press.

Gilliam Harold, Between the Devil and the Deep Blue Bay: The Struggle to Save San Francisco Bay, San Francisco, 1969, Chronicle Books.

Gottlieb Robert, Forcing the Spring: The Transformation of the American Environmental Movement, Washington D. C., 1993, Island Press.

Harvey David, Spaces of Hope, Berkeley, 2001, University of California Press.

Heiman Michael, The Quiet Evolution: Power, Planning and Profits in New York State, New York, 1988, Praeger.

Henderson George, California and the Fictions of Capital, New York, 1998, Oxford University Press.

Hurley Andrew, Environmental Inequalities: Class, Race, and Industrial Pollution in Gary, Indiana, 1945-1980, Chapel Hill, 1995, University of North Carolina Press.

Kent, T. J., Open Space for the San Francisco Bay Area: Organizing to Guide Metropolitan Growth, Berkeley, 1970, Institute of Governmental Studies (Appendix III is «A Brief History of People for Open Space»).

–, «T. J. Kent Jr., Professor and Political Activist: A Career in City and Regional Planning in the San Francisco Bay Area», in State wide And Regional Land-Use Planning In California, Oral history interview by Malca Chall, Regional Oral History Office, Bancroft Library, Berkeley, 1983, University of California, vol. II, p. 1-125.

Mahmood Saba, «Rehearsed Spontaneity and the Conventionality of Ritual: Disciplines of Salat», American Ethnologist, 2001, 28/4, p. 827-853.

Marx Leo, The Machine in the Garden: Technology and the Pastoral Ideal in America, New York, 1964, Oxford University Press.

Mc Girr Lisa, Suburban Warriors: The Origins of the New American Right. Princeton, 2001, Princeton University Press.

Nash Roderick, Wilderness and the American Mind, New Haven, 1967, Yale University Press.

Olwig Kenneth, Landscape, Nature and the Body Politic: From Britain’s Renaissance to America’s New World, Madison, 2002, University of Wisconsin Press.

Pincetl Stephanie, Transforming California: A Political History of Land Use and Development, Baltimore, 1999, Johns Hopkins University Press.

Rome Adam, The Bulldozer in the Countryside: Suburban Sprawl and the Rise of the American Environmental Movement, New York, 2001, Cambridge University Press.

Rothman Hal, The Greening of a Nation? Environmentalism in the United States since 1945, Fort Worth, 1998, Harcourt Brace College Publishers.

Rowell Galen (with Michael Sowell), Bay Area Wild: A Celebration of the Natural Heritage of the San Francisco Bay Area, San Francisco, 1997, Sierra Club Books (Mountain Light Press).

Scott Mel, The San Francisco Bay Area: A Metropolis in Perspective, Berkeley, 1959, University of California Press (second edition, 1985).

Smith Henry Nash, Virgin Land: The American West as Symbol and Myth, Cambridge, 1950, Harvard University Press.

Spencer-Wood Suzanne, «Turn of the Century Women’s Organizations, Urban Design, and the Origin of the American Play ground Movement», Landscape Journal, 1994, 13/2, p. 125-137.

Walker Richard and the Bay Area Study Group, «The Play ground of US Capitalism ? The Political Economy of the San Francisco Bay Area in the 1980s», in Davis M., Hiatt S., Kennedy M., Ruddick S. et Sprinker M. (eds), Fire in the Hearth: The Radical Politics of Place in America, Londres, 1990, Verso/Haymarket, p. 3-82.

Walker Richard, The Country in the City: The Greening of the San Francisco Bay Area, Seattle, 2007, University of Washington Press.

White Richard, «Are you an environmentalist, or do you work for a living? Work and Nature», in Cronon William (ed.), 1995, Uncommon Ground: Toward Reinventing Nature, New York, 1996, ww Norton, p. 171-85.

Williams Raymond, The Country and the City, Londres, 1973, Chatto and Windus.

Notes

1 Alameda, Contra Costa, Marin, Napa, San Francisco, San Mateo, Santa Clara, Solano, Sonoma.

2 Source : www.greenbelt.org

3 Chaparral : sorte de garrigue californienne.

4 Seul R. Gottlieb aborde, sans la traiter de manière complète, la question des femmes progressistes (chap. II).

5 Sur les Garden Clubs et la défense de l’environnement, voir S. Cohen (2005) ; sur les femmes, les parcs et espaces de jeux, voir S. Spencer-Wood (1994) ; sur les femmes et le « progressisme » en Californie, voir W. Deverell et T. Sitton (1994).

6 Au moment de cette interview (le 16 juillet 2004), Helen Rudee était membre élue du conseil de comté pour Sonoma County.

7 Sur le développement de la prise de conscience politique des femmes à partir de l’expérience du quotidien, voir A. Bookman et S. Morgan (1988), et S. Mahmood (2001).

8 Le biorégionalisme est une doctrine qui prône l’équilibre et l’harmonie entre une biorégion (espace géographique formant un espace naturel homogène) et la population qui en tire sa subsistance. Cette notion est systématisée et diffusée par P. Berg et R. Dasmann (1978), « Reinhabiting California », in P. Berg (ed.), Reinhabiting A Separate Country : A Bioregional Anthology of Northern California, San Francisco, Planet Drum, p. 217-220.

9 Sur la politique dans la région de San Francisco, voir R. Walker et al. (1990) ;

R. de Leon (1992).

10 Après l’échec du National land use control act en 1975, ce vent du changement s’est tout de même répandu à travers le pays.

11 La région de San Francisco dispose également de magnifiques parcs pastoraux du xixe siècle, en particulier le Golden Gate Park (propriété de la ville de San Francisco), et de nombreux parcs de voisinage et d’aires de jeu.

12 Des mesures clés pour créer des emprunts d’État ont été imposées par la loi en 1988, 2000, 2002 et 2003. Des mesures locales ont également été régulièrement mises en place, des années 1970 à nos jours.

13 Sur le local et le global, voir par exemple K. Cox (1997).

14 Sur ce point, il suffit de comparer par exemple les analyses de R. Nash (1967) et G. Brechin (1999).

Auteur

Professeur de géographie University of California, Berkeley

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540