Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entreprises et environnement : quels enjeux pour le développement durable ?

 | 
François Bost
, 
Sylvie Daviet

Produire autrement, les nouveaux marchés de l’environnement

La filière Surf et Voile sur le littoral atlantique français, entre nature et développement durable

Didier Vye

Texte intégral

« Et si votre plaisir rimait avec respect de l’environnement »

  • 1 Source : http://www.dufour-yachts.com

Slogan de l’entreprise nautique rochelaise Dufour1

1L'océan occupe un rôle central dans l’imaginaire de nos sociétés occidentales (Paulet, 2006) bien que fondé sur des représentations contradictoires faisant écho à l’oxymore « développement durable ». Face à la rationalité du monde économique, il symbolise une Nature encore vierge et indomptée mais aussi un espace d’aventure et de performance (Roux, 1997).

  • 2 Pascale Weil montre qu’à partir des années 1990 l’imaginaire social occidental est de plus en plus (...)

2Dans le cas français, l’Océan atlantique est, par son importance géographique, un accélérateur d’imaginaires véhiculés notamment par de nombreuses pratiques nautiques telles que la voile ou le surf. Le littoral qui le borde bénéficie également d’un changement de regard à mesure que se diffuse le concept de développement durable. Longtemps considéré comme une « collection de bouts du monde » (Brunet, 1990), l’Ouest atlantique européen devient, à partir des années 1990, synonyme de croissance affichant, à toutes les échelles, une forte attractivité économique (« miracle » économique irlandais) et résidentielle (« effet Ouest » en France). Ce dynamisme n’écorne pas l’image « écologique » des régions atlantiques qui puise son origine dans un certain nombre de représentations (eau océanique purificatrice, paysages préservés de l’industrie lourde) à nouveau mobilisées. Dans une société de communication au sein de laquelle l’« imaginaire d’allianc2 » triomphe (Weil, 1994), la qualité de vie atlantique devient le principal paradigme des politiques de marketing territorial mises en place par les collectivités locales (Vye, 2005) s’appuyant sur des équipements visant à retrouver le « sens de la mer » (Flatrès, 1995). Mais cette alchimie entre performance économique et sensibilité écologique atteint la sphère de l’entreprise privée, quel que soit le secteur d’activité. Ainsi, dans quelle mesure, l’objet géographique Océan modifie-t-il la relation entre entreprises et développement durable ? Qu’en est-il alors pour des firmes appartenant à des filières fondées sur des pratiques liées à la mer comme la voile ou le surf ?

3Nous montrerons d’abord que ces deux pratiques sont des activités de pleine nature avec une image initiale souvent associée à la qualité des sites et au respect de l’environnement, mais dont les pratiquants entretiennent toutefois une relation complexe avec l’environnement marin.

4Voile et surf ont été progressivement intégrés à des logiques marchandes aboutissant à la constitution de filières industrielles organisées par des firmes multinationales. Cette « marchandisation » entraîne une recomposition des relations à l’environnement tout en s’inscrivant dans des territoires atlantiques particuliers.

5Enfin, à partir d’une étude de cas confrontant la région de La Rochelle (filière Voile) au littoral basquolandais (filière Surf), nous montrerons l’impact territorial des stratégies de développement durable de la part des entreprises de ces filières. Sont-elles intégrées par leurs relations avec les autres acteurs des territoires d’implantation (pouvoirs publics locaux, associations de protection de l’environnement, etc.) ? Ces firmes, en faisant de la Nature océanique leur « fonds de commerce » participent-elles à l’attractivité de ces territoires littoraux ?

Voile et surf : des pratiques présentant un rapport complexe à la Nature océanique

6La voile et le surf sont nés en France aux deux extrémités de la façade atlantique. Profitant de la proximité du foyer de diffusion des îles Britanniques, c’est d’abord en Bretagne Nord que la voile se développe à la fin du xixe siècle (Roux, 1997). C’est un cinéaste américain qui introduit le surf pour la première fois en Europe sur la côte basque à Biarritz en 1956 (Augustin, 1994). Bien qu’« atlantiques » de naissance, ces deux activités nautiques possèdent toutefois des lieux de pratiques différenciés. Les surfeurs recherchent les secteurs bénéficiant d’une forte houle (spots) privilégiant le littoral aquitain, quelques portions du littoral charentais, vendéen ou breton alors que les plaisanciers qui pratiquent la voile en tant que loisir privilégient les côtes abritées qui sont autant de bassins de navigation (baie de Quiberon, mer des Pertuis, bassin d’Arcachon).

« Sports classiques » vs Sports « californiens » ?

7S’ils ne partagent pas nécessairement les mêmes lieux, voile et surf ont connu, en France, une démocratisation concomitante : en 1964, Éric Tabarly est le premier navigateur français à remporter la transat anglaise, événement déclencheur du développement de la plaisance hexagonale. La même année est créée la Fédération française de Surf-Riding. Marqués par l’avènement d’une jeunesse issue du baby-boom, les Mid-Sixties correspondent à une période de foisonnement culturel facilitée par la croissance économique et l’essor du temps libre. C’est dans ce contexte que s’opère une distinction culturelle fondamentale entre la voile, sport classique, et le surf, sport californien (Pociello, 1997). Or, ces deux catégories distinctes peuvent ainsi entretenir une relation à la Nature différente. Pour Pierre Bourdieu, dans les sports classiques, la Nature est policée, balisée par des pratiquants soucieux d’en respecter les règles alors qu’elle est considérée comme sauvage par les adeptes des sports californiens (Bourdieu, 1979).

Voile vs plaisance ?

8Au sein du monde de la voile lato sensu, des distinctions s’opèrent à mesure que la pratique se démocratise. L’essor du motonautisme modifie fondamentalement le rapport des plaisanciers à la Nature en s’affranchissant des contraintes qu’elle suppose alors que le « voileux » reste dépendant des conditions naturelles. Le motonautisme provoque souvent l’hostilité des autres usagers de la mer qui voient dans cette activité une source de pollutions multiples. La mauvaise image écologique de la plaisance est aussi liée aux impacts environnementaux liés à la construction d’infrastructures portuaires rendues nécessaires par la démocratisation de cette pratique. Toutefois, dans ce monde de la plaisance devenu hétéroclite, une plus forte sensibilité écologique caractériserait les plaisanciers appartenant aux classes moyennes à fort capital culturel (Michot, 2005 ; Billemont, 2006). En effet, leurs modèles de référence restent les skippers qui en parcourant les mers ont pu témoigner de la « dégradation » des Océans relayant ainsi d’autres personnalités pionnières comme Jacques-Yves Cousteau.

Surf des pionniers vs surf hard ?

9La relation à la Nature est a priori plus homogène dans le milieu du surf. Elle n’en est pas moins ambiguë. En tant que sport californien, le surf appartient à une contre-culture transgressive recherchant la sensation et l’esthétisme au détriment de la performance athlétique et rejettant ce qui apparente la pratique sportive à un travail (Pociello, 1997). L’Océan est ainsi clairement un espace de jeu et de plaisir et le surfeur jouit d’une certaine liberté de pratique dans le temps comme dans l’espace.

10Le surf introduit, en effet, une relation intime et empathique entre l’Homme et la Nature avec la planche (board) comme unique médiatrice. Cela a favorisé l’émergence chez les surfeurs d’une certaine conscience écologiste qui entre en résonance dans les années 1965-1975 avec le développement de mouvements communautaires prônant l’hédonisme, l’harmonie avec la Nature et le rejet de la civilisation urbano-industrielle. Ces années correspondent d’ailleurs en France à une mise en tourisme « douce » du littoral aquitain : les stations balnéaires ainsi construites (Lacanau, Hossegor, Mimizan-Plage) vont devenir des hauts lieux du surf en Europe.

  • 3 Elle a notamment réalisé en 2007 une étude qui anticipe l’application de la directive européenne d (...)

11Néanmoins, les valeurs originelles de la « culture surf » se sont recomposées. Une véritable « Génération Glisse » (Loret, 1995) émerge au cours des années 1990. Les valeurs associées à la glisse deviennent plus urbaines, consuméristes et individualistes. Le surf hard exalte les valeurs de compétition, notamment dans la recherche de spots secrets, et de rapports de forces y compris avec la Nature. Cette évolution n’est toutefois pas incompatible avec l’émergence dans la communauté des surfeurs d’une conscience environnementale organisée à l’image des associations de défense de l’environnement comme Surfider Foundation créée à Biarritz, à l’initiative du triple champion du monde de surf Tom Curren. Cette dernière est créatrice d’Initiatives océanes, vaste opération bénévole et collective de nettoyage des plages et du label Pavillons noirs destiné à attirer l’attention sur la mauvaise qualité des eaux de baignade3.

12Qu’il soit perçu comme un terrain de jeu ou comme un espace-décor à préserver, l’Océan atlantique alimente un ensemble d’imaginaires dans lequel la dimension environnementale est incontournable. Mais, à mesure qu’elles se développent, les pratiques nautiques intègrent également la sphère marchande et industrielle.

La façade atlantique française, témoin d’une « marchandisation » des sports nautiques

13La convergence entre la sphère sportive et la sphère entreprenariale s’opère au cours de la décennie 1980. Cela s’est notamment traduit par le développement du sponsoring et du naming sportif mais surtout par la structuration de puissantes filières industrielles particulièrement bien implantées au sein des régions atlantiques françaises.

Le développement du sponsoring et du naming sportif

14Grâce à l’engouement qu’elles suscitent, les grandes courses à la voile comme les épreuves mondiales de surf en grande partie organisées sur la façade atlantique ont assez logiquement attiré les entreprises soucieuses de notoriété internationale.

  • 4 « Nous sommes extrêmement fiers de soutenir Maud, avec laquelle nous partageons des valeurs commun (...)

15Cette instrumentalisation peut revêtir la forme d’un sponsoring classique. En voile, une firme parraine un bateau en compétition ou à l’occasion d’une aventure en solitaire. En 2006, la firme L’Oréal a sponsorisé le monocoque de Maud Fontenoy lors de son tour du monde à contre-courant. Le voilier est le symbole de la réussite technologique et le skipper un porte-drapeau de valeurs que la firme souhaite défendre avec une référence obligée à la protection de la Nature4. Une entreprise peut également utiliser l’image d’un champion de voile pour défendre ces mêmes valeurs à l’image d’Ellen Mc Arthur sollicitée par Renault pour promouvoir son « label écologique » Eco2 en 2008. Enfin, le nom de la firme est parfois associé au nom de la compétition (naming) : Solitaire du Figaro, Transat Jacques Vabre etc.

  • 5 Le géant du nucléaire français a choisi de parrainer le défi français à l’America’s Cup avec égale (...)
  • 6 En 2003, Total a essuyé un refus du monde de la voile dans sa volonté de s’associer au championnat (...)
  • 7 Pratique de surf sur une planche plus longue que la moyenne et au nez arrondi.

16Si les compétitions de voile attirent des firmes extérieures soucieuses de se (re)donner une image écologique comme Areva 5 ou Total6, les compétitions de surf sont parrainées par les majors de la filière qui se partagent les compétitions en fonction de la clientèle visée : Roxy, marque du groupe Quiksilver pour le surf féminin, Oxbow pour le Longboard7, etc.

Voile et surf à la base de puissantes filières industrielles

17En France, la filière nautique stricto sensu possède plusieurs particularités : les grands groupes sont français dans leur origine comme dans leurs capitaux, la construction navale prédomine représentant deux tiers des emplois en Pays de la Loire, première région nautique française (Demay, 2005) grâce à la présence du premier groupe français (Bénéteau/Jeanneau) en 2004 (Bernard, 2005). C’est une industrie très compétitive : un bateau de plaisance sur dix dans le monde est vendu en France, premier exportateur mondial essentiellement vers le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne.

  • 8 Source : pole.glisse.com, 2008.

18Le surf business se singularise par l’importance des firmes d’origine australienne souvent créées par d’anciens surfeurs. La plupart des firmes ou des filiales françaises naissent entre 1985 (Rip Curl Europe, Quiksilver Europe) et 1988 (Oxbow). L’extension géographique a également correspondu à une réorientation de la production vers le sportswear (75 % du CA) au sein d’un marché mondial qui pèse plus de 10 milliards d’euros en 20058. Dans un marché devenu très concentré, subsistent toutefois des ateliers artisanaux dénommés shapes qui se sont spécialisés dans la fabrication de planches.

19Ces singularités propres à chacune des filières entraînent-elles des différences en matière d’« empreinte écologique » ? La construction nautique est, en effet, une industrie privilégiant le progrès technologique qui s’apparente assez à l’industrie automobile. D’ailleurs, les voiliers des courses nautiques, bien que dépourvus de motorisation, sont couramment appelés les formules 1 des mers. De plus, les milliers de bateaux produits chaque année sont essentiellement composés de matériaux plastiques issus du pétrole et soutiennent la demande en création de nouveaux ports de plaisance. La production et la vente de vêtements des grandes marques de surfwear ne provoquent évidemment pas autant l’ire des défenseurs de l’environnement. Cependant, l’« empreinte écologique » du surf-business n’est pas nulle en raison des distances croissantes entre lieux de production (Asie du Sud-Est) et lieux de consommation (Europe, Amérique du Nord notamment).

20L’empreinte territoriale de ces deux filières au sein des régions qui bordent l’Océan atlantique est quant à elle incontestable.

Un fort ancrage atlantique

21Les territoires de l’industrie correspondent globalement aux territoires de pratique sportive et de loisirs. La région Pays de la Loire, forte de plus de 200 entreprises et près de 6 000 salariés, regroupe 13 % des emplois français de la filière voile. Deux bateaux de plaisance sur trois construits en France sortent d’une usine de la région. Ce leadership s’explique par la présence du groupe Bénéteau/Jeanneau, premier constructeur mondial, installé sur le littoral vendéen à Saint-Gilles Croix de Vie. En 2006, le groupe comptait à lui seul 6 500 salariés et continue d’investir dans la région avec, en 2005, deux nouvelles unités de production (Poiré-sur-Vie et Cholet). Avant le retournement de tendance de la fin 2008, le secteur a bénéficié d’une forte croissance (ca : + 10 % par an entre 1998 et 2004) en raison d’un besoin de renouvellement du parc comme d’une relative démocratisation dans l’accès aux loisirs de plaisance (Demay, 2005).

  • 9 Source : communauté d’agglomération de La Rochelle, 2008.
  • 10 3 600 anneaux, second rang national derrière Port-Camargue.
  • 11 Créé en 1973, il a accueilli selon les organisateurs plus de 100 000 visiteurs en 2007.

22Le second pôle nautique correspond à La Rochelle et à sa zone d’influence (Aunis). Ici, la concentration est plus géographique qu’économique (2 500 emplois pour 190 entreprises9). De plus, les chantiers navals sont davantage diversifiés : grande plaisance (Dufour Yachts, 81 M € de CA), voilier de compétition (Fountaine-Pajot, 325 salariés, 35 M € de CA). L’ensemble La Rochelle-Mer des Pertuis peut ainsi être qualifié de « bassin de plaisance » (Retière, 2003) : un espace idéal de pratique (Mer des Pertuis), la présence depuis les années 1970 du plus grand port de plaisance de la façade atlantique (Les Minimes10) ainsi que de l’organisation d’évènements internationaux : le Grand Pavois, premier salon nautique à flot de France11, ou le départ de courses à la voile comme la Solitaire du Figaro en juillet 2008.

  • 12 Source : CCI Bayonne Pays Basque et poleglisse.com, 2006.

23Avec plus de 385 entreprises employant environ 3 200 personnes, la région Aquitaine pèse 1,2 Md € de ca en 2005 soit 53 % du total de l’industrie du surf et 34 % du ca de l’ensemble des sports de glisse sur le continent européen, ce dernier pesant à lui seul un tiers du marché mondial12. Le surf business s’organise autour de six grandes firmes, toutes présentes en Aquitaine et dont la hiérarchie est la suivante :

  • 13 Source : Les Échos. « Le surfwear américain Volcom débarque à Anglet », 19 février 2006.

24Deux « géants » totalisent chacun plus de 300 millions d’euros de ca, Quiksilver et O’Neill. Filiales de firmes américaines, elles ont toutes deux leur siège social au Pays basque. Viennent ensuite deux firmes d’importance secondaire, Billabong et Rip Curl Europe. D’origine australienne, elles ont choisi une implantation landaise (Soorts/Hossegor). Oxbow, qui appartient depuis 2005 au groupe Lafuma, est positionné loin derrière avec un ca en récession avoisinant en 2006 les 50 millions d’euros. C’est une firme qui se singularise par son origine française comme par l’implantation de son siège social, le seul qui soit situé dans la capitale régionale (Mérignac, commune de l’agglomération bordelaise). Enfin, le Californien Volcom est un nouveau venu parmi les leaders. Un positionnement original lui a valu un développement tardif mais fulgurant (+ 30 % de croissance du ca mondial par an entre 2000 et 2005). Bien que le siège social de la filiale européenne soit localisé à Marseille, elle a choisi d’implanter à Anglet l’essentiel de son activité de design et de distribution permettant la création de 70 emplois environ13.

25Sources : cci Bayonne Pays Basque, 2006 / lexpansion.com, 15000 fiches d’entreprises, 2008 / Journal Les Échos, 2004 / Site internet Pôle glisse : http://www.poleglisse.com, 2006.

Tableau 1. – Les majors du Surf business en Aquitaine.

26Mais le choix de Volcom s’explique aussi par la volonté de bénéficier d’un effet de cluster qui semble définir la côte basquo-landaise parfois qualifiée de « Surficon Valley ». Cela nous amène à analyser les différentes stratégies de développement durable de ces filières au sein de leur territoire d’accueil.

La territorialisation des stratégies de développement durable des filières voile et surf

27En raison du fort ancrage atlantique qui les caractérise, les stratégies de développement durable des grandes firmes des filières voile et surf ne vont-elles pas être fortement territorialisées ? À partir de deux territoires représentatifs, d’une part, le bassin de plaisance rochelais et, d’autre part, la « Surficon Valley » basquo-landaise (d’Hossegor à Saint-Jean-de-Luz), nous nous interrogerons sur le degré de territorialisation économique, environnemental et social des stratégies de développement durable conformément aux trois entrées possibles de ce paradigme.

Les stratégies de développement économique : un modèle basquo-landais ?

28Prolongeant l’esprit communautaire des pionniers du surf business, la région de Torquay en Australie, berceau de Rip Curl et de Quiksilver, est souvent qualifiée de cluster par la mise en réseau et la proximité territoriale des firmes comme par la volonté d’associer partenaires institutionnels et organismes de recherche (Stewart, Skinner, Edwards, 2008). La « Surficon Valley » française correspond-elle à ce modèle ? Cette forme d’organisation territoriale, vecteur d’externalités positives semble un gage de « durabilité économique » entendue comme la capacité à assurer un niveau de développement économique à long terme pour le territoire d’implantation d’autant plus lorsqu’il n’est pas une métropole. Certaines initiatives semblent le montrer.

  • 14 Source : lettre ouverte du 22 janv. 2008, in http://www.surfersvillage.com/
  • 15 Université de Bordeaux II2 et Estia Innovation, branche d’une école d’ingénieurs installée à Bidar (...)
  • 16 Source : CCI Bayonne Pays basque, 2006.

29Regroupant la totalité des majors du secteur, Eurosima, branche européenne de la Surf Industry Manufacturers Association créée au début des années 1990 aux États-Unis, est une structure fédérative garante de la représentation de l’industrie de la glisse auprès des institutions. Elle est initiatrice de plusieurs évènements fédérateurs, en particulier le Waterman’s Ball, gala annuel des industriels du surf à Hossegor et auquel participent aussi bien des sportifs de haut niveau que des représentants des collectivités locales. Son président, par ailleurs fondateur de Rip Curl Europe, considère Eurosima comme « très active auprès des recherches d’aides et de financements, dans les domaines de l’innovation, de la R & D, de la formation et du développement durable14 ». Le réseau constitué par Eurosima fut ainsi un incontestable levier pour impulser la reconnaissance par l’État en 2005 de la « Surficon Valley » en tant que système productif local (spl), label créé en 1998 sur le modèle des districts industriels italiens. Le SPL Glisse associe ainsi des pôles de fabrication qu’ils soient industriels (majors) ou artisanaux (shapers), des lieux de distribution (surfshops), de formation (écoles de surf), d’information (magazine Surf session), mais aussi des structures institutionnelles (cci Bayonne Pays basque, collectivités locales à l’exception notable du Conseil général des Landes). Enfin, il intègre des associations (Association Clean Shaper) ou des organismes de recherche ou de formation15. La constitution en SPL est souvent motivée par la recherche de subventions : la première année, 80 % des ressources financières du SPL Glisse sont des fonds publics dont 42 % grâce au fnadt16. Cela a permis le financement d’une plate-forme d’observation sur internet, l’Observatoire de l’industrie de la glisse en Europe, piloté par la cci et lancé en septembre 2006.

  • 17 École supérieure des technologies industrielles avancées, école d’ingénieurs située sur le technop (...)
  • 18 Source : http://www.izarbel.fr, site du technopôle Izarbel, 2008.

30Afin d’acquérir une envergure internationale que le label SPL ne permettait pas, les entreprises de la glisse ont candidaté fin 2006 comme pôle de compétitivité, label lancé par la diact en 2005. Toutefois, l’État n’a pas retenu le projet lors du ciadt de juillet 2007. Cet échec ne remet toutefois pas en question la dynamique économique de la filière glisse, la réalisation de certains travaux d’envergure comme l’extension du siège social de Quiksilver ou la création de la zone d’activités Baia Park à Anglet. Cependant, André Falchi de l’estia17, l’un des administrateurs de l’association « Pôle glisse » constituée pour l’occasion, reconnaît que le dossier était « peut-être un peu léger en recherche et développement18 ». Or, ce dernier est un élément primordial pour définir un cluster.

31La territorialisation des stratégies de développement économique semble donc relativement aboutie dans le cas de la filière surf sud-aquitaine malgré quelques difficultés qui peuvent nuancer sa capacité à se positionner en tant que modèle.

  • 19 Source : DIACT, annuaire des SPL 2007.
  • 20 Source : École de la mer de La Rochelle, les métiers du nautisme (http:// www.ecoledelamer.com), 2 (...)

32Bien que l’industrie nautique structure le territoire rochelais, le qualificatif de cluster est quant à lui plus discutable. Certes, la division Ouest de la Fédération des industries nautiques créée en 1964, qui regroupe 800 entreprises adhérentes (80 % du ca du secteur), possède son siège à La Rochelle, témoignant d’une visibilité certaine de ce territoire. Toutefois, le pôle rochelais doit faire face à une forte concurrence à l’échelle nationale puisque contrairement à notre espace d’étude, deux territoires méditerranéens ont obtenu le label SPL dans ce domaine (Nautea dans les Pyrénées-Orientales et Riviera Yachting Network en paca)19. En interne, les synergies entre les firmes nautiques et les pôles d’enseignement supérieur et de recherche sont faibles. Les organismes de formation aux métiers de l’industrie nautique sont ainsi pratiquement tous extérieurs au bassin d’emploi rochelais (Paris, Pays de La Loire en particulier20) et les thématiques de recherche des laboratoires de l’université n’ont que peu de liens avec l’industrie nautique. Si le pôle rochelais souffre d’une mise en réseau moins évidente, il semble toutefois plus performant dans le domaine environnemental.

Les stratégies environnementales : un modèle rochelais ?

  • 21 80 % du territoire insulaire est en site classé ou inscrit.
  • 22 La zone d’activités de Croix-Fort gérée par la Communauté de communes de la Plaine d’Aunis à l’est (...)

33Questionner le volet environnemental du développement durable revient d’une part à analyser la manière dont les entreprises des filières étudiées investissent en matière de protection de l’environnement et d’autre part, comment l’environnement est instrumentalisé à des fins marketing. Cette instrumentalisation peut venir des collectivités territoriales littorales qui, touristiques, souhaitent conserver la meilleure image possible. Or, La Rochelle fait figure de modèle en matière d’écologie urbaine depuis les années 1970 (Vye, 2005). De l’île de Ré 21 à la plaine d’Aunis22, c’est tout un ensemble de territoires organisés autour du pôle rochelais qui ont fait de la protection de l’environnement un référentiel de nombreuses politiques publiques.

  • 23 Source : lexpansion.com, 2008.

34L’identité écologique ainsi créée alimente une attractivité résidentielle et économique qui permet à la ville une sortie de crise industrielle : ainsi la firme Léa Nature a délocalisé à La Rochelle son entreprise située en région parisienne au milieu des années 1990. Spécialisée dans les produits « bio » notamment cosmétiques, elle est aujourd’hui une des plus belles réussites industrielles du bassin d’emploi (3e rang pour le ca : 69,5 M € en 2006, + 12 % en un a23). L’image écologique du lieu est ainsi au service de l’entreprise qui par son développement favorisera en retour la bonne image économique de ce territoire.

  • 24 C’est le premier port de plaisance en France à avoir obtenu dans son ensemble ce label. Toutefois, (...)
  • 25 Source : sea.sailsurf.com, 14 février 2007.

35Les initiatives environnementales sont également nombreuses parmi les gestionnaires et les acteurs du monde associatif. Le port de plaisance des Minimes a ainsi obtenu en novembre 2006 la certification iso 14 00124. De nombreuses associations sont parrainées par des navigateurs locaux et soutenues par les collectivités locales comme Écho-Mer, dont la présidente d’honneur est la navigatrice rochelaise Karen Leibovici. Celle-ci a lancé en 2007 une opération baptisée « Textiles en mer » destinée à récupérer les voiles ou les fanions usagés des bateaux de plaisance et leur transformation en solutions alternatives d’emballages. Ce sont tout d’abord des coureurs qui ont confié ces voiles à l’association, mais la sensibilisation semble s’élargir auprès des plaisanciers25.

36Les entreprises de la filière nautique apparaissent quant à elles relativement suivistes. Ainsi le chantier naval rochelais Dufour est le premier « poids lourd » du nautisme à lancer pour 2009 une gamme de bateaux « hqe » Dufour Blue Sail. Cette expression n’est pas neutre : elle fait référence au prix « Bateau Bleu » lancé en décembre 2004 par la Fédération des industries nautiques et destiné à promouvoir la recherche/développement en matière de construction durable.

  • 26 Ce projet de 45 M € et de 1 000 anneaux supplémentaires a obtenu un avis favorable de la part de l (...)
  • 27 Ex. : Directive européenne de décembre 2002 sur la collecte et le traitement des eaux de carénage (...)

37Tout se passe comme si l’image écologique du lieu devenait, à l’échelle locale, le référentiel quasi exclusif innervant le monde politique, associatif, et désormais industriel. Toutefois, les réactions hostiles des écologistes rochelais suscitées par le projet municipal d’extension du port de plaisance des Minimes 26 montrent combien la filière nautique reste encore associée à une image de dégradation environnementale. De plus, le changement de paradigme des professionnels de la filière comme des gestionnaires des ports au-delà des effets d’entraînements locaux est également dicté par des réglementations européennes de plus en plus contraignantes27.

38Dans le cas basquo-landais, ce sont les firmes du secteur de la glisse qui sont en première ligne dans la promotion d’une identité liée à l’environnement océanique. Ainsi, la vague, symbole de la pratique sportive est au centre du marketing des firmes bien que celles-ci soient devenues sportswear : le logo de Quiksilver est une abstraction inspirée de la « Grande vague » du peintre japonais Hokusai ; le siège social de Billabong Europe à Soorts-Hossegor représente une forme de vague de couleur bleue.

39Cette instrumentalisation de la Nature océanique par les firmes est, dans un second temps, reprise par les collectivités territoriales. En décembre 2004, le slogan du Conseil régional d’Aquitaine s’intitulait « Une vague d’avance ». La convergence d’intérêts entre firmes et pouvoirs publics locaux est alors manifeste bien que parfois symbolique : à l’échelle communale, la mythique vague de Belharra est utilisée comme toponyme de la rue abritant le siège social de la firme Quik-silver (Saint-Jean-de-Luz) ou de la base logistique de Volcom (Anglet).

  • 28 EuroSIMA souhaite faire coïncider Ecoride avec le niveau 2 de la démarche 1, 2, 3 Environnement, l (...)
  • 29 Source : www.label-ecoride.com, 2008.

40Eurosima est à l’origine d’opérations diverses en matière d’écologie grâce à un Fonds spécialement dédié à cette cause et finançant les actions menées par les associations de défense de l’environnement (5 000 euros versés en 2007 pour l’opération « Initiatives océanes »). Elle a également lancé en 2004 un concours d’innovation écologique destiné à encourager des processus d’innovation, de conception et de production plus « propres ». Ce concours est toutefois confiné au secteur du matériel de sport et non à la production textile. Notons que le premier prix fut décerné en 2004 à un shape situé à Angoulins-sur-Mer, commune de l’agglomération rochelaise. Enfin, Eurosima, a lancé en 2008 en partenariat avec le SPL Glisse, le label Ecoride28. Ce label sera décerné aux entreprises ayant adopté une démarche environnementale sur site et non aux produits finis qui peuvent s’appuyer sur des labels d’éco-conception existants. Soumis à un cahier des charges précis, il se veut à la fois rigoureux et souple : le cahier des charges est en effet variable selon qu’il s’agit d’une entreprise industrielle ou d’un shape. L’objectif est donc qu’un maximum d’entreprises obtienne ce label afin que l’ensemble de la filière puisse bénéficier d’une image écologique. Ce souci d’image est d’ailleurs explicite : le label Ecoride est présenté par ses créateurs comme un « outil de communication environnementale29 ».

41Eurosima ainsi que les autres majors soutiennent en priorité des associations basquo-landaises à l’image des grandes compétitions sportives qui sont sponsorisées par les firmes possédant leur siège social dans la commune d’organisation (Rip Curl à Hossegor, O’Neill à Anglet, etc.). Au contraire, la firme bordelaise Oxbow entreprend des initiatives particulières. Elle a créé sa propre fondation en mai 2008 qui lui permet d’aider financièrement des associations bordelaises comme Surf Insertion qui agit pour le respect de l’environnement océanique à travers notamment une « charte du surfeur ». Ces démarches environnementales renforcent aussi le sentiment d’appartenance à un territoire. Ce dernier est à la fois un lieu de pratique sportive et de loisirs, un lieu de production et de consommation (magasins d’usines à Hossegor, artères commerçantes des stations balnéaires) mais aussi un lieu d’identité sociale et culturelle. Ce processus est renforcé par la forte identité régionale elle-même alimentée par une forte appropriation spatiale, proche du localisme, par les surfeurs eux-mêmes (Trey, 1994).

Conclusion

42Parce qu’ils ont l’océan comme matrice de leur activité et parce qu’ils chapeautent de puissantes filières économiques, les industriels de la voile et de la glisse ses avent très attendus sur le terrain du développement durable. Au sein du littoral atlantique, une alliance objective se noue autour des problématiques environnementales profitant à la fois aux firmes et aux territoires d’implantation. Mais, si dans l’exemple rochelais et, pour paraphraser Lucien Febvre, « le territoire propose, les industriels disposent », le cas basquo-landais montre que ce sont les firmes qui sont en première ligne dans la promotion d’une identité territoriale dont la Nature océanique est la pierre angulaire.

43Mais cette image labellisée durable, conjointement produite par entreprises et pouvoirs publics, masque plusieurs aspérités politiques ou sociales. En Aquitaine, il existe une intense compétition entre les villes qui tentent de se réapproprier l’image « surf » (Guibert, 2006) à l’instar de Biarritz, lieu d’introduction du surf en Europe et qui, privée de majors, projette depuis 2001 la construction de la « Cité du surf et de lamer ». À l’échelle communale, les élus locaux comme une partie de la population résidente portent sur l’activité surf un regard ambivalent que l’on peut résumer par la formule « L’image du surf, mais pas les surfeurs » (Augustin, Escadafal, Guibert, 2004). De manière générale, cette dimension sociale reste la grande oubliée de la notion de développement durable.

Bibliographie

Bibliographie

Abbottugustin Jean-Pierre, Géographie du sport, spatialités contemporaines et mondialisation, Paris, Armand Colin, 007, 24 p.

Augustin Jean-Pierre, Escadafal Alain, Guibert Christophe, « L’image du surf mais pas les surfeurs ? » in Espaces, 217, 2004, 9 p.

Bernard Nicolas (dir.), Le Nautisme, acteurs, pratiques et territoires. Rennes, PUR, coll. « Espace et territoires », 2005, 332 p.

Billemont Hubert, L’Écologie politique : une idéologie de classes moyennes, Thèse de doctorat, Sociologie, Université de Paris 12, 2005, 374 p.

Bourdieu Pierre, La Distinction, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979, 670 p.

Brulay Fabien, « Océan et images urbaines de trois villes du littoral Atlantique », in Viala Laurent (dir.), Imaginaire, territoires, sociétés, Montpellier, Publications de l’université P. Valéry, 2006, p. 379-389

Brunet Roger, Le Territoire dans les turbulences, Montpellier, Reclus, 1990, 223 p.

Demay Élise, « Les enjeux économiques de la filière nautique dans les pays de la Loire », in Le Nautisme, acteurs, pratiques, enjeux, 2005, op. cit.

Flatrès Pierre, « L’Arc atlantique ou le sens de la mer », in Rieucau Jean et Péron Françoise, La Maritimité aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 69-75.

Guibert Christophe, Univers du surf et stratégies politiques en Aquitaine, Paris, L’Harmattan, 2006, 321 p.

Lacroix Gisèle, Bessy Olivier, « Glisse d’hier et surf d’aujourd’hui », in Augustin Jean-Pierre (dir.), Surf atlantique, les territoires de l’éphémère, Bordeaux, msh Aquitaine, 1994, 272 p.

Loret Alain, Génération Glisse, Paris, Autrement, coll. « Mutations », 1995, 334 p.

Michot Thierry, « Le champ des pratiquants de la plaisance : stabilité des habitus », in Le Nautisme, acteurs, pratiques, enjeux, 2005, op. cit., p.167-176.

Paulet Jean-Pierre, L’Homme et la Mer : représentations, symboles et mythes, Paris, Economica, 2006, 124 p.

Pociello Christian, Les Cultures sportives, pratiques, représentations et mythes sportifs, Paris, puf, 1997, 287 p.

Retière Dorothée, Les Bassins de plaisance : structuration et dynamiques d’un territoire, Thèse de doctorat, Géographie, Université de Bretagne Occidentale, 2003, 327 p.

Roux Michel, L’imaginaire marin des Français, Paris, L’Harmattan, 1997, 219 p.

Trey Olivier, « Les conflits d’appropriation des espaces de pratiques en surf », in Surf atlantique, les territoires de l’éphémère, 1994, op. cit.

Stewart Bob, Skinner James, Edwards Allan, « Cluster Theory and Competitive Advantage : The Torquay Surfing », in International Journal of Sport Management and Marketing, 2008, vol. 3, n° 3, p. 201-220.

Vye Didier, Une lecture géographique de l’attractivité : le cas des principales villes du Centre-Ouest atlantique français, Thèse de doctorat, Géographie, Université de Paris XIII, 2005, 678 p.

Weil Pascale, À quoi rêvent les années 1990 ? Les nouveaux imaginaires, consommation et communication, Paris, Seuil, 1994, 239 p.

Notes

1 Source : http://www.dufour-yachts.com

2 Pascale Weil montre qu’à partir des années 1990 l’imaginaire social occidental est de plus en plus imprégné par des référentiels ou slogans qui, tels des oxymores, allient des éléments a priori antagonistes : « tradition et modernité », « développement durable », etc.

3 Elle a notamment réalisé en 2007 une étude qui anticipe l’application de la directive européenne de décembre 2006 sur la qualité des eaux de baignade applicable dans le droit français au plus tard en 2015.

4 « Nous sommes extrêmement fiers de soutenir Maud, avec laquelle nous partageons des valeurs communes très fortes comme le courage, le dépassement de soi, la défense de la nature », déclarait en 2006 le directeur général de la marque L’Oréal Paris (source : www.seasailsurf.com, brève du 15 avril 2006).

5 Le géant du nucléaire français a choisi de parrainer le défi français à l’America’s Cup avec également pour objectif de gagner en notoriété, le groupe ayant été créée en septembre 2001.

6 En 2003, Total a essuyé un refus du monde de la voile dans sa volonté de s’associer au championnat du monde des multicoques, le souvenir du naufrage de l’Erika sur les côtes atlantiques étant encore vivace.

7 Pratique de surf sur une planche plus longue que la moyenne et au nez arrondi.

8 Source : pole.glisse.com, 2008.

9 Source : communauté d’agglomération de La Rochelle, 2008.

10 3 600 anneaux, second rang national derrière Port-Camargue.

11 Créé en 1973, il a accueilli selon les organisateurs plus de 100 000 visiteurs en 2007.

12 Source : CCI Bayonne Pays Basque et poleglisse.com, 2006.

13 Source : Les Échos. « Le surfwear américain Volcom débarque à Anglet », 19 février 2006.

14 Source : lettre ouverte du 22 janv. 2008, in http://www.surfersvillage.com/

15 Université de Bordeaux II2 et Estia Innovation, branche d’une école d’ingénieurs installée à Bidart (64).

16 Source : CCI Bayonne Pays basque, 2006.

17 École supérieure des technologies industrielles avancées, école d’ingénieurs située sur le technopôle Izarbel à Bidart (64).

18 Source : http://www.izarbel.fr, site du technopôle Izarbel, 2008.

19 Source : DIACT, annuaire des SPL 2007.

20 Source : École de la mer de La Rochelle, les métiers du nautisme (http:// www.ecoledelamer.com), 2008.

21 80 % du territoire insulaire est en site classé ou inscrit.

22 La zone d’activités de Croix-Fort gérée par la Communauté de communes de la Plaine d’Aunis à l’est de La Rochelle est la première zone d’activités certifiée iso 14 001 en France.

23 Source : lexpansion.com, 2008.

24 C’est le premier port de plaisance en France à avoir obtenu dans son ensemble ce label. Toutefois, Arcachon fut en octobre 2007 le premier port européen doté de la triple certification Qualité – Sécurité – Environnement (qse), soit la combinaison des labels iso 9 001, ohsas 18 001 et iso 14 001.

25 Source : sea.sailsurf.com, 14 février 2007.

26 Ce projet de 45 M € et de 1 000 anneaux supplémentaires a obtenu un avis favorable de la part de la commission d’enquête publique en 2007.

27 Ex. : Directive européenne de décembre 2002 sur la collecte et le traitement des eaux de carénage et des eaux noires des toilettes des bateaux.

28 EuroSIMA souhaite faire coïncider Ecoride avec le niveau 2 de la démarche 1, 2, 3 Environnement, le niveau 3 correspondant à l’obtention de la norme internationale iso 14 001.

29 Source : www.label-ecoride.com, 2008.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1269/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

Auteur

Maître de conférences en géographie
Équipe agileumr 6250 lienss Université de La Rochelle

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540