Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entreprises et environnement : quels enjeux pour le développement durable ?

 | 
François Bost
, 
Sylvie Daviet

Produire autrement, les nouveaux marchés de l’environnement

La politique qualitative d’une coopérative viticole et la modération de l’usage des pesticides en Languedoc-Roussillon

Jean-Max Girault et Christian Nicourt

Texte intégral

1En Languedoc-Roussillon, les caves coopératives viticoles ont été confrontées à des interrogations sur la « qualité environnementale » des manières de produire, en même temps que surgissaient de nouvelles concurrences sur le marché mondial et que se transformaient les modes de consommation. Dans un contexte régional marqué par une segmentation croissante du produit vin, la volonté de réduire les apports de pesticides est posée à la fois par les pouvoirs publics et par une partie des coopératives. Celles-ci s’efforcent de répondre autant aux interrogations des associations de protection de l’environnement qu’aux exigences croissantes du marché.

2Le rôle des coopératives, dont les pratiques collectives contribuent à la construction de manières de travailler territorialisées, est ici interrogé. En effet, la réduction de l’usage des pesticides résulte souvent d’un arbitrage individuel, entre prise de risque et coûts des traitements, discuté dans des collectifs restreints liés par des proximités spatiales. Comment, en se situant sur le marché national et international, une coopérative peut-elle proposer des formes d’organisation et de mobilisation techniques qui conduisent à une réduction collective de l’usage des pesticides ?

3Il s’agit ici de s’interroger sur la construction et l’appropriation de nouvelles normes, dans le cadre d’entreprises où ceux qui sont encadrés par les prescriptions normatives détiennent aussi une partie du pouvoir exécutif de l’entreprise. Ce contexte incite à rechercher des formes de prescriptions autant botoom-up que top-down. Les travaux d’Haradji et de Faveaux (2004) fournissent ici un cadre qui nous permet de nous interroger sur l’ « appropriabilité » de telles prescriptions. Dans leur perspective, la pertinence de la normalisation du travail des viticulteurs peut se décliner selon trois niveaux. D’abord, la prescription se révèle utile si elle définit le « quoi faire » et en cela guide l’action. Ensuite, le « comment-faire », qui s’inscrit dans une situation expériencée (Quéré, 1997), relève toujours du travailleur : l’usage de la prescription renvoie alors à sa capacité de permettre un dialogue avec les pairs et de générer des manières collectives de faire. Enfin, le caractère appropriable – l’appropriabilité – de la prescription renvoie à quatre paramètres : 1. capacité de mise en œuvre par des collectifs malgré leur diversité, 2. intégration des manières de travailler historiquement et territorialement construites, 3. respect des aptitudes ou des spécificités des individus (âge, sexe, expérience, handicap, etc.), 4. contribution aux manières individuelles de travailler : les « styles ». Ces derniers permettent la distinction des manières de faire de chacun dans les collectifs (Clot, 1999). C’est ainsi que traiter est une activité normalisée par l’influence et le regard des pairs, et par l’usage de multiples techniques partagées. Quand le travail des viticulteurs se normalise ainsi, dans des territoires et des réseaux, un changement de paradigme de production n’est pas aisé. Souvent, les démarches de réduction de l’usage des pesticides, qui redéfinissent de nouvelles manières de travailler, se heurtent autant à l’hétérogénéité de leur population qu’aux incidences sociales qu’elles suscitent. Dans le cas étudié, le « quoi faire » et le « comment faire » sont en congruence et débouchent sur le nouveau « bien faire ». Cependant l’appropriabilité doit être discutée, dans le cas de normalisations coconstruites progressivement entre les responsables de la cave coopérative, les techniciens et les viticulteurs (entrepreneurs juridiquement indépendants). Elle laisse entrevoir la modération de l’usage des pesticides sur l’essentiel du terroir considéré mais délimite en même temps de nouvelles frontières du métier, qui excluent une part des viticulteurs.

4Notre analyse s’appuie sur les résultats d’une recherche réalisée pour le programme « évaluation et réduction des risques liés à l’utilisation des pesticides » du ministère de l’Écologie et du Développement durable. Elle est centrée sur le cas d’une coopérative exploitant un vignoble de 1 950 hectares, essentiellement en aoc Fitou et Corbières. Notre matériel est d’abord constitué par les entretiens recueillis auprès d’une vingtaine de viticulteurs, les deux techniciens et trois responsables de cette cave. Il est référé ensuite à des données récoltées auprès d’autres acteurs, notamment des techniciens de chambre d’agriculture et à des enquêtes que nous avons menées dans d’autres coopératives de la région. À travers l’exemple de cette coopérative, nous soutiendrons l’hypothèse que l’emploi des pesticides peut être infléchi par la mise en place progressive de cahiers des charges coconstruits par les dirigeants de la coopérative, ses techniciens et les viticulteurs. Pour la discuter, nous décrirons d’abord l’élaboration d’une manière singulière de réduire l’usage des pesticides : la mise en place progressive de cahiers des charges, adossés à des dispositifs intégrant des outils de diagnostic, de diffusion d’informations et de formation qui permettent progressivement l’implication des viticulteurs. Puis, nous verrons que ce dispositif favorise un renversement des conceptions du travail, une « reprofessionnalisation » des viticulteurs et la construction d’un nouveau rapport au territoire, qui alimentent à leur tour une modération de l’usage des pesticides.

Qualité, marché et questionnement environnemental

5La question environnementale est désormais considérée comme un attribut de la qualité des produits agricoles et notamment du vin. En cela, elle devient un élément de distinction sur le marché. Dès lors, la mise en place progressive de cahiers des charges, qui intègrent la réduction de l’usage des pesticides, s’inscrit comme élément significatif d’une politique de qualité de la cave.

L’échec d’une première croissance portée par une logique industrielle

  • 1 Viti-net.fr, le 21 juillet 2006.

6Dans cette coopérative fondée en 1913, les vins issus d’un contexte pédologique et climatique peu favorable aux gros rendements ont longtemps « été considérés comme des vins médecins qui servaient à l’assemblag1 ». Les années 1970 voient une volonté d’accès plus direct au consommateur. Le rapprochement avec un réseau commercial et la mise en bouteille pour « capter de la valeur ajoutée » entraînent la construction d’un centre d’embouteillage. L’outil de production s’affine, mais à la fin des années 1980, les stocks considérables et l’endettement très important signent une quasi-faillite. La décision de reprendre en main la mise en marché directe est prise. Des opportunités se dégagent au Royaume-Uni, qui pèse bientôt de 80 % à 90 % des ventes. En 1993, la cave fusionne avec celle d’un village voisin et rapatrie l’ensemble de la vinification sur le site. Le métier de la cave évolue avec un travail sur de l’égrappé, la maîtrise des températures, la possibilité de faire du délestage… Ce redressement économique bute sur la récolte de 1997. Très abondante, dans une année humide, elle est caractérisée par de sérieux problèmes de qualité.

7« C’était une situation où on disait : attendez, là, nous avons un capital au niveau des marchés… Nous ne pourrons pas nous permettre de refaire une année comme 97 parce qu’on risque de tout perdre. Et c’est impossible de tout perdre. Et donc est venu l’électrochoc. »

Une nouvelle démarche qualitative, visant aussi la modération des apports phytosanitaires

8L’arrivée d’un nouveau président permet de réorienter la politique de la coopérative. La décision de segmenter est prise. Elle débouche sur une triple réorganisation, génératrice d’une normalisation touchant le vignoble, les pratiques culturales et la vinification. Des cahiers des charges et une rémunération différenciés apparaissent comme les opérateurs de cette nouvelle normalisation. Ils sont proposés par la « commission vignoble », créée en 1998, qui rassemble des viticulteurs et des techniciens, et adoptés par le conseil d’administration. Le changement opéré est difficile, marqué par l’abandon du terme « viticulteur » au profit de celui de « vigneron » dans les discours de la direction de la coopérative. Présenté comme un effort pour s’adapter à la demande du marché, et bénéficiant ici de la présence des commerciaux de la cave, il est lié à un raisonnement par le produit : de la bouteille à la parcelle. D’un autre côté, la décision de passer en conduite raisonnée prise par l’équipe dirigeante de la coopérative est utilisée dans une mise en visibilité de la production à travers la déclinaison publique du bien travailler et du respect de la nature. Dans un marché très concurrentiel, le choix de travailler à partir de cahiers des charges, dans une perspective de conduite raisonnée des apports phytosanitaires, est considéré collectivement comme favorisant une meilleure réception par le marché.

9« En fait, nous pensions que la consommation dans nos pays était quand même liée à de l’image, était liée à des produits de luxe et de qualité. Et qui dit production de luxe et de qualité, à un moment donné dit un certain respect des conditions de travail, d’environnement. »

10En interne, dans une stratégie générale de montée en qualité des raisins, cette perspective est aussi instituée pour favoriser une plus grande maîtrise technique des viticulteurs, condition première d’une garantie de qualité des vendanges livrées à la cave. La conduite raisonnée a été saisie pour mettre en place une formation des vignerons, conçue autant pour leur fournir des outils techniques que pour les inclure dans la dynamique du projet. Cette double préoccupation détermine une construction qui aboutit à concevoir des cahiers des charges progressifs, reliés à un découpage parcellaire. Ce choix tient d’une part au caractère du vignoble en 1998, le « tout en gobelet » rendant les schémas extérieurs disponibles techniquement inapplicables, et d’autre part à la décision d’associer le plus grand nombre de coopérateurs par l’amélioration de l’existant, en orientant progressivement les pratiques. Deux types d’éléments sont mobilisés pour justifier la simple retranscription de ce qui se fait ailleurs. Le premier tient aux spécificités pédologiques et géologiques. La variété des types et des profondeurs de sols est ici invoquée. Le second souligne la préoccupation d’entraîner les viticulteurs en mesurant le poids de la culture technique ancrée de longue date dans cette mosaïque.

11« Vouloir imposer à nos vignerons, un vigneron qui travaille depuis toute sa vie, à qui vous allez dire : “mais non tu ne comprends rien, ça ne marche pas comme ça”, je pense que c’est pas forcément juste. »

  • 2 Générique, tradition, sélections rémunérées 25 %, sélections rémunérées 50 % et contrats grands vi (...)

12La rémunération différenciée vise à orienter les pratiques viticoles en déclinant cinq grandes classes de rémunérations dans les appellation2. Elle est complétée par des éléments accordés en fonction des objectifs définis par la cave. Cela peut concerner le vignoble ou les pratiques culturales et se traduit par une rémunération à l’hectare. Ici, le conseil d’administration décide d’objectifs qui sont ensuite retranscrits par la commission vignoble. Dans ce contexte, un groupe d’une douzaine de volontaires, sensibles à l’environnement – pour des raisons éthiques et/ou stratégiques – choisit, après débat, la qualification Agriculture raisonnée (ar). Au sein de ce groupe, on remarque des parcours professionnels incluant d’autres expériences que la viticulture, en particulier des membres du conseil d’administration de la cave. Aujourd’hui, 120 viticulteurs exploitant 1 500 des 1 950 hectares couverts par la coopérative sont qualifiés ar. Dès lors, la qualification des exploitations s’intercale dans le système de segmentation des qualités. Cette politique de segmentation induit des modifications organisationnelles conséquentes qui s’étalent dans la durée. En contrepartie, la rémunération est fonction des contraintes du cahier des charges accepté.

Une prégnance progressivement discriminante des normalisations

13La segmentation adoptée par la coopérative induit aussi une nouvelle gestion technique des livraisons aux quais lors des vendanges qui débouche sur la marginalisation – délibérée – de ceux qui n’entrent pas dans les démarches de qualité, de manière à susciter l’adhésion massive des sociétaires aux nouveaux cahiers des charges.

14« En plus, on avait la volonté, par rapport à de la traçabilité au niveau des quais, de ne pas traîner différents systèmes en parallèle. […] On a eu la volonté de faire basculer le maximum de personnes dans ces démarches, de façon à ce que, au niveau des quais, on puisse marginaliser les personnes qui ne sont pas en conduite raisonnée. »

15Cette politique de cave est maintenue sur le long terme. Elle conditionne la montée en qualité du produit comme celle de la maîtrise technique des viticulteurs par une pression maintenue sur les apporteurs. Cette vision entrepreneuriale est confrontée à l’existence d’un sociétariat très hétérogène, dans lequel la très petite propriété est marginalisée : moins d’une centaine de viticulteurs vivent de la vigne, sur environ trois cents adhérents de la coopérative dont 250 apporteurs. Par contre, les pluriactifs – travaillant 2, 3 à 5 hectares et pour qui la vigne est un complément de revenu – sont intégrés. En effet, ils peuvent suivre et profiter de la démarche engagée.

16Par la rémunération différenciée, l’adoption de cahiers des charges, qui pouvait paraître relativement anodine au départ, agit comme un discriminant également sur le plan technique. Elle conduit à la mise en place de la traçabilité, de vinifications séparées, à une gestion nouvelle des apports sur les quais et à une définition de la règle et de son application qui sortent des usages construits par les logiques de proximités interindividuelles. L’introduction progressive de ce canevas complexe bénéficie d’un contexte de marché qui la facilite. Elle est précédée par un temps d’explication auprès des sociétaires et est assise sur une pratique singulière : la dégustation à laquelle la rémunération est aussi liée. Les enjeux sont lourds : entre deux viticulteurs, elle peut varier du simple au double. En contrat grand vin, le viticulteur joue une partie de sa rémunération chaque fois qu’un technicien passe sur la parcelle. Ailleurs, les prélèvements systématiques dans les bennes d’apports sont déterminants. Des fraudes sont décelées. Dans un cadre territorial où les liens d’interconnaissance expriment autant l’engagement dans le réseau professionnel que dans les réseaux sociaux structurant la vie locale extraprofessionnelle, la perception immédiate du schéma coopératif – dans lequel le viticulteur se sent aussi propriétaire de la structure – interpelle la définition de la règle et de son application autant que le statut des personnes.

17La cave a utilisé la conduite raisonnée initiée par le groupe de volontaires en rémunérant davantage l’inscription dans le dispositif. Sa politique a consisté à faire basculer le maximum de viticulteurs de manière à mieux gérer les quais au moment de la vendange. Alors, les volontaires sont devenus plus nombreux : la rémunération de la « conduite raisonnée » est devenue le prix de référence. Ceux qui ne l’ont pas adoptée ont vu leurs revenus chuter. Enfin, plus récemment, les cahiers des charges sélection haut de gamme ne sont plus accessibles aux viticulteurs non inscrits en conduite raisonnée. Dès lors, la dimension évolutive des cahiers des charges devient un opérateur de la transformation des pratiques culturales, notamment celles qui concernent les pesticides. Elle repose sur un cadrage des pratiques permis par les incitations financières données pour la conduite raisonnée.

  • 3 Des injonctions à réaliser des opérations et notamment des traitements.

18Les normes introduites dans les cahiers des charges sont évolutives. Elles sont discutées dans la commission vignoble et par des groupes de travail intégrant aussi le personnel de la cave, avant d’être adoptées par le conseil d’administration. Par exemple, les prescriptions concernant le potentiel des raisins peuvent évoluer, à la hausse ou à la baisse. Ces évolutions sont adoptées en hiver, jamais à chaud lors des vendanges. Structuré à partir du service « vignoble », l’encadrement des pratiques repose sur des outils d’observation (un réseau de parcelles de référence, trois stations météorologiques), une traçabilité (incluant un logiciel et une connexion directe avec les services de la cave) et une politique de formation/information. Cette dernière contribue à la constitution de collectifs de pairs. Ces groupes fonctionnent sur une base géographique (les villages) et, pour l’un d’entre eux, sur l’inscription dans le cahier des charges haut de gamme. Ainsi, par le biais de ces formations/informations « obligatoires », sur un rythme mensuel l’hiver et hebdomadaire en période végétative d’avril à mai, 5 groupes de 20 à 25 personnes chacun sont réunis. Ils sont animés par le technicien de la cave qui rédige les avertissements3 en conclusion des réunions en période végétative. En contrats grands vins et filière, la validation préalable des traitements par le service vignoble illustre la vigueur de cet encadrement des pratiques.

19Dès lors, l’encadrement déterminé des pratiques viticoles et l’importance des dispositifs mis en place par la cave coopérative invitent à se pencher du côté des viticulteurs pour rendre compte de la réalité des changements opérés dans l’ordre du travail et de ses conceptions.

Des pratiques viticoles modifiées ?

20Réelles, les modifications des pratiques agricoles s’articulent à trois ressorts. Il s’agit d’abord de la conception, chez les viticulteurs rencontrés, d’une continuité de préoccupations visant à limiter le coût des traitements qui permet l’acceptation des ruptures dans les manières de travailler. Ensuite, la mise en place et la vie des groupes de pairs jouent sur l’approche, désormais globale, du vignoble. Enfin, le cadre organisationnel et les pratiques laissent une place pour l’affirmation individuelle et ouvrent aux préoccupations environnementales.

Changements et conceptions du changement

21Les changements dans les pratiques passent par une plus grande technicité génératrice de modération dans l’usage des pesticides. Ils permettent l’émergence d’une nouvelle conception du bien faire. Les entretiens mettent en exergue une situation antérieure marquée par une logique de production de masse dans un terroir où les rendements sont plus faibles qu’en plaine. L’usage des pesticides y était emblématique de la modernité et de la simplification du travail. Dans cette configuration, où la tradition des pratiques territorialement construites dans le cadre familial et villageois supplante – et de loin – la maîtrise technique des process, les traitements étaient décidés par contagion. Les pratiques individuelles s’articulant les unes aux autres dans le refus de la prise de risque.

22« C’est pas une plaisanterie, c’est la réalité. Certains allaient traiter parce qu’ils voyaient les autres partir avec le tracteur : il faut aller traiter. Mais ils savaient pas ce qu’ils allaient traiter, ils savaient pas reconnaître l’oïdium. Ça peut être grave ce que je dis, mais c’est pas vieux. Ils savaient pas. Bon, oui, il faut sulfater, donc ils y vont. »

23La situation actuelle est celle d’un renversement des pratiques pour travailler la qualité du produit : le raisin et le vin. Les viticulteurs indiquent tous que le raisonnement des traitements est porteur de modération de l’usage des produits, notamment parce qu’il conduit à en diminuer significativement le nombre. Cependant, il suppose des coûts nouveaux liés au palissage et au travail du sol. Peu à peu, ces nouvelles manières de travailler, collectivement intégrées à travers les cahiers des charges, bouleversent les conceptions du « bien faire ». Ces nouvelles pratiques se traduisent dans le paysage, ici utilisé comme révélateur ou illustration du mieux faire : les aménités paysagères participent de la construction de l’image du produit. Le « management » du paysage se superpose, en l’intégrant, à la nécessité de le ménager. Ainsi, la présence de l’herbe et l’aspect visuel des vignes sont mobilisés comme preuve de la modération des traitements.

24« On voit qu’au niveau des sols, il y a de l’herbe qui repousse. Il y a quelques années en arrière, le sol était à nu, y avait rien, y avait pas une herbe qui poussait. Là, maintenant, il y a des herbes. On voit : les fourrières sont tondues, on voit les palissages. »

25La mobilisation du paysage et de ses éléments est le point de rencontre avec la défense des aménités chères aux urbains et néo-ruraux dans une société rurale recomposée par le moteur urbain. Elle permet de passer, dans un mouvement argumentaire construit, de l’environnement comme décor à la prise en compte de la biodiversité et de l’équilibre dans la nature. Ce discours démonstratif s’appuie sur une réalité des pratiques ordonnées par des conceptions issues d’une stratégie entrepreneuriale.

Groupes de pairs et approche globale du vignoble

26Les ruptures sont permises grâce à la construction, par la coopérative, de groupes de pairs dans lesquels se bâtit une approche globale du vignoble permettant l’élaboration d’une plus grande maîtrise de l’exploitation individuelle.

La dynamique des pairs

27Le cadre institutionnel d’échanges techniques mis en place par la coopérative facilite les discussions et les décisions. Les réunions de formation, et plus encore celles qui rassemblent de manière institutionnelle les viticulteurs intégrés dans les cahiers des charges, sont des lieux de reconnaissance et de débat des questions qui se posent à tous, et pour lesquelles chacun rend compte de ses constats et ses expériences. Les solutions proposées reviennent à l’exploitation individuelle par le biais de l’histoire des traitements, de leurs succès et de leurs échecs. Cette discussion est guidée par le technicien de la cave qui donne le cadre et les outils de la discussion technique. Dès lors, les viticulteurs présents forment un groupe reconnu – par la cave et par eux-mêmes – dans lequel chacun trouve une place. Et les constats relatifs à l’état de chaque exploitation individuelle deviennent, par généralisation, ceux du vignoble.

28« On fait des réunions hebdomadaires sur lesquelles on parle des problèmes du moment, du stade végétatif de la vigne, quelles solutions à apporter à tel et tel problème. Chacun apporte son petit… Moi j’ai par exemple des acariens, l’autre un peu d’oïdium, voilà. Si vous voulez, on cerne un peu tout le vignoble et on en parle tous en commun. Peut-être quelquefois, des gens peuvent être amenés à ne pas comprendre une décision de traitement alors on l’explique tous ensemble et on arrive à mieux cerner les problèmes comme ça. »

29Le contact direct entre pairs et la présence au moment de la discussion se distinguent de la simple lecture du bulletin. C’est que l’oralité du débat est plus riche que la lecture individuelle, dans un monde où l’écrit est souvent pensé comme le véhicule des prescriptions et du contrôle.

Approche globale, maîtrise technique et affinement d’une connaissance de l’exploitation

30Les groupes de pairs mis en place dans la logique des cahiers des charges suscitent une professionnalisation des viticulteurs par la mobilisation d’un corpus d’expériences partagées et analysées collectivement, nourrissant l’approche globale du vignoble. Ces réunions permettent une meilleure maîtrise professionnelle à travers une montée en technicité.

31« La flavescence dorée, le vert de grappe, le départ des vols de papillons, tout ça, on le faisait pas. Avant, on disait : il faut traiter de telle date à telle date, on achetait les produits, on traitait. Maintenant, même nous, on va dans les parcelles, on fait les comptages. C’est calé, c’est bien. »

32Lieu de formation et d’apprentissage, les réunions sont vécues comme vecteurs de maîtrise technique et de diminution des coûts et des temps de traitement. Remplissant la fonction d’alerte à partir de l’approche globale du vignoble, les réunions des groupes de pairs ordonnent une confiance renouvelée dans la maîtrise collective applicable à l’exploitation individuelle. Les analyses des sols, obligatoires sur les parcelles en filière, permettent la constitution des îlots pédologiques à partir desquels sont élaborées les stratégies. Le raisonnement des apports déborde parfois des parcelles encadrées au reste de l’exploitation. Ainsi les manières de travailler imposées par les cahiers des charges modifient les pratiques d’observation et peuvent s’étendre en faisant appel à des compétences nouvelles assises sur la formation et l’assistance du technicien.

33« Chacun fait son observation dans ses parcelles. Déjà, on apprend ensemble avec le technicien, on apprend à mieux reconnaître parce que c’est compliqué quand même au niveau des études, c’est assez pointu. Mais c’est grâce à eux qu’on trouve les feuilles, on regarde, après on observe. Moi je vois qu’aujourd’hui j’observe plus qu’avant, je vois les feuilles rouges dans l’exploitation, je les prends. Si j’arrive pas à voir ce que c’est, je reconnais pas la bestiole, je les amène ici. Ici, ils analysent et le soir même, j’ai un coup de téléphone, en disant : oui, c’est méchant, fais un traitement à tel truc, à tel pourcentage, vas-y, demain tu peux traiter. »

34Ces manières de travailler sont construites en référence aux outils d’encadrement des pratiques développées par la cave qui ordonnent une mise en forme de la réalité pour la faire entrer dans le cadre imposé. Ce qui pose la question de la place laissée à l’initiative des viticulteurs.

Autonomie, contraintes et garanties : quelle place pour l’affirmation des styles chez les coopérateurs ?

35L’affirmation et la reconnaissance des styles posent la question de l’autonomie des viticulteurs dans le jeu de contraintes et de garanties mis en place par la coopérative à travers les cahiers des charges. Ce jeu contribue tant à la redéfinition du métier et de ses frontières qu’à l’ouverture des viticulteurs aux préoccupations environnementales

Une autonomie encadrée mais réelle

36Certes, le suivi de la cave est plus directif et plus structuré que dans bien des structures coopératives. Mais si l’autonomie du viticulteur est encadrée, elle demeure. Certes encore, les viticulteurs sont attachés à un modèle qui minimise la prise de risque. Cependant, la part de la stratégie individuelle résiste dans certaines conduites de traitements qui passent par le choix des produits, des modes de mise en œuvre et de leur organisation. Si le chemin est balisé, les viticulteurs le parcourent avec une certaine diversité d’approches favorable au déploiement de leurs styles. Cette diversité résulte autant des particularités de l’exploitation, que du capital (économique, social, technique) et du rapport au métier se déployant dans les manières concrètes de travailler.

37« Sinon j’ai pas pris de risques parce que je considère que l’oïdium, on peut pas s’amuser à rester en dehors des cadences, c’est trop dangereux. Pour moi, c’est une des maladies la moins maîtrisable. Si malheureusement, vous ne faites pas un traitement, rapidement vous le payez cash parce que l’oïdium sortira et vous aurez du mal à vous en débarrasser. Bon, l’oïdium, pour moi, c’est un traitement et une stratégie prioritaire. »

38Les groupes de pairs mis en place par la cave alimentent la montée en technicité des viticulteurs et peuvent susciter l’affirmation individuelle dans les débats comme dans les pratiques. Ici émergent ces viticulteurs, désignés parfois comme leaders, ceux dont les apports aux débats des groupes sont considérés comme des références par leurs pairs. Leurs expériences, dans le cadre fixé par la cave aux groupes de pairs, seront davantage prises en considération.

Un jeu de contraintes et de garanties redéfinissant le métier et ouvrant aux préoccupations environnementales.

  • 4 Ordinateur, logiciel cave et liaison Internet avec le serveur de la cave.

39Dans cette coopérative, les cahiers des charges ne sont pas simplement vécus comme un empilement de contraintes exogènes. Ils sont aussi vus comme l’offre de garanties, à travers les outils mis en place et mobilisés par la cave au service des coopérateurs. Ces garanties passent à la fois par les règles de rémunération et par la mobilisation des compétences techniques du service vignoble de la cave. La rémunération différenciée est ainsi parfois considérée comme une compensation de la mise en œuvre de la traçabilité, conçue comme un contrôle illustré par « le devoir d’écriture » et « la perte de liberté » afférente. L’utilisation des outils tic4 accentue parfois cette perception.

40« Les obstacles, c’est qu’il faut s’habituer à travailler comme ça. C’est pas facile. Quand on est libre comme nous, qu’on doit… Moi je trouve que le côté encadré me va bien, mais certains ça [les] dérange parce qu’on rencontre de tout… C’est-à-dire que, dans la traçabilité, on sait tout de A à Z : les stocks, les factures sont épluchées […] Tout ça, tout de A à Z, on va tout éplucher ».

41Mais ce contrôle peut être ressenti aussi comme une garantie. Le cas des traitements en filières est révélateur de ce double aspect contrainte/garantie : le viticulteur doit faire valider le traitement projeté avant de l’entreprendre. Ainsi, l’encadrement technique est plébiscité lorsqu’il sécurise les exploitants. Certes, le rythme annuel des contrôles n’est pas réellement discuté par les viticulteurs. Mais la multiplicité des occurrences et des intervenants est relevée. Au-delà du contrôle qualification, le contrôle interne à la cave, réalisé par le technicien en charge de la conduite raisonnée, est ressenti comme le plus éprouvant. La nouvelle approche des pesticides redéfinit le travail des viticulteurs. En effet, ceux-ci considèrent la formation et l’enregistrement des pratiques – « le côté administratif » – comme une partie improductive du travail. Tout se passe comme s’il y avait deux catégories d’activités : le travail de la vigne et la gestion des pratiques. Les deux apparaissent séparées et renvoient à la différence entre activité manuelle et d’écriture. L’écrit mettant d’autant plus mal à l’aise qu’il permet le contrôle. Plus encore, le temps consacré aux « questions d’administration » qui traduisent et objectivent la réflexion des stratégies de conduite de la vigne et donc des traitements, qu’elle soit collective dans les groupes ou déclinée individuellement sur l’exploitation, réorganise le travail et son sens.

42Cependant, cette réorganisation au travers de laquelle se jouent les stratégies de traitements souligne le souci des phénomènes environnementaux. Celui-ci se manifeste d’abord sous le signe des aménités paysagères. Ainsi, dans les propos des viticulteurs rencontrés, l’absence de bidons, la tonte des fourrières, la présence d’herbe ou de bandes enherbées, signalent le choix de produits moins agressifs et un raisonnement des apports. Au-delà, il transparaît aussi à propos de la question de la qualité des eaux, dans un secteur où les pratiques viticoles ne sont pas contestées par les associations environnementalistes.

43« On réfléchit aussi sur la pollution de l’eau, pour les traitements, pour voir un peu… Maintenant, on a des aires de remplissage. Mais comment on peut nettoyer le pulvé sans polluer les bords de rives, des rivières ? On y réfléchit. Moi, je suis pas allé, mais dernièrement, ils ont été voir une station de remplissage à carte. Ils sont allés voir comment ça marchait. […] Oui, c’est constructif. Je vous dis, on travaille différemment et puis on n’est pas chacun dans son coin. Le fait d’échanger, le fait d’avoir les techniciens aussi qu’on échange avec, ça change complètement notre façon de voir les choses, de travailler. »

Conclusion

44En s’emparant de la question de la qualité du produit par un dispositif d’encadrement des pratiques viticoles qui répond aussi aux préoccupations environnementales des marchés, notamment nord-européens, la coopérative étudiée a pu se développer. Elle prend sa place dans la liste des agents qui accompagnent l’adoption des nouvelles pratiques réintégrant des éléments – les pollutions et nuisances – auparavant externalisés (Deverre, 2004). Ce faisant, elle reste un élément fondamental de la légitimité des viticulteurs à maîtriser leur territoire. Tandis que la traçabilité, l’audit externe et surtout le contrôle interne de la cave visent la sécurisation des pratiques et des produits, la décision de segmenter la production initie peu à peu une série de modifications, présentées comme des évolutions nécessaires, qui jouent de fait dans le sens d’un changement de paradigme. Ici, les collectifs différenciés mis en place par la coopérative et dotés d’objectifs propres accentuent le dialogue entre pairs et initient de nouvelles manières collectives de faire.

45Une telle mise en place progressive de cahiers des charges, que nous qualifierons de gradués, est porteuse de modération de l’usage des pesticides par l’approche globale du vignoble dans laquelle les viticulteurs peuvent inscrire leur exploitation. La constitution de groupes de pairs où sont validés les informations et les traitements laisse une autonomie pour la distinction individuelle. Ces éléments sont porteurs d’un renouvellement de l’identité professionnelle et influencent favorablement la modération de l’usage des pesticides : un nouveau paradigme du travail viticole se construit. Cependant, dans le même mouvement les frontières du métier sont redéfinies par l’exclusion de ceux qui restent en dehors de ces cahiers des charges. Dès lors, la modération de l’usage des pesticides s’apprécie surtout à l’aune de la prise en considération des surfaces concernées.

Bibliographie

Bibliographie

Clot Yves, La Fonction psychologique du travail, Paris, puf, 1999, 247 p.

Deverre Christian, « Les nouveaux liens sociaux au territoire », in Nature, Sciences, Sociétés, 12, 2004, p. 172-178.

Haradji Yvon, Faveaux Lydia, « Activités, usages et utilisabilité : vers une ingénierie des situations d’interaction », in Rey Paule, Ollagnier Edmée, Gonik Viviane, Ramaciotti Daniel (dir.), Ergonomie et normalisation, Toulouse, Octares, 2004, p. 545-552.

Nicourt Christian, Garcia Marie-France, Girault Jean-Max, Denis Olivier, De nouvelles pratiques réduisant les risques phytosanitaires, un enjeu dans la construction de la qualité du vin, Programme « Évaluation et réduction des risques liés à l’utilisation des pesticides », Paris, Ministère de l’Écologie et du Développement durable, inra-trame. 2007, 121 p.

Quere Louis, « La situation toujours négligée », in Réseaux, 85, 1997, p. 183-192.

Notes

1 Viti-net.fr, le 21 juillet 2006.

2 Générique, tradition, sélections rémunérées 25 %, sélections rémunérées 50 % et contrats grands vins.

3 Des injonctions à réaliser des opérations et notamment des traitements.

4 Ordinateur, logiciel cave et liaison Internet avec le serveur de la cave.

Auteurs

Chercheur associé à l’ur 1216-sae2-inra

Chercheur à l’UR 1276-SAE2-ritme-inra

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540