Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entreprises et environnement : quels enjeux pour le développement durable ?

 | 
François Bost
, 
Sylvie Daviet

Acceptabilité de l’entreprise et prise en compte de l’environnement

Le développement durable et le rejet de l’entreprise tertiaire, l’exemple d’ikea dans les Alpes-Maritimes

Solange Montagné

Texte intégral

1Traditionnellement l’entreprise tertiaire a meilleure presse que l’entreprise industrielle sur le plan environnemental car elle ne produit pas de rejets directs. Néanmoins, depuis l’apparition du concept de développement durable, le tertiaire est aussi montré du doigt. Les entreprises commerciales, et plus particulièrement les grandes surfaces, celles de transports, de stockage, de loisirs sont l’objet d’attaques sur divers plans : social (emploi émietté à temps partiel, horaires décalés, etc.), environnemental (bitumisation des parkings, importations lointaines, emballages pléthoriques, sur fréquentation, etc.) et économique (suppression d’emplois…). En fait toute entreprise ayant, directement ou indirectement, un impact sur l’environnement, doit revoir sa politique en fonction du développement durable à la fois par obligation légale et /ou sociétale. En prenant l’exemple du magasin ikea de Mougins dans les Alpes-Maritimes, dont l’installation a été combattue, nous verrons comment l’argument du développement durable est utilisé par les entreprises et les défenseurs de l’environnement, selon les besoins de chacun, dans un cadre conflictuel.

Entreprise et environnement : des rapports depuis longtemps ambigus

2Toutes les entreprises productives de biens et de services modifient l’environnement par leur approvisionnement, leur fréquentation, leurs rejets et nuisances. En pays développés, les riverains perçoivent parfois plus mal l’installation d’un centre commercial, en raison des transports de marchandises et des déplacements de clientèle qu’il engendre, que celle d’une usine de fabrication de « cartes à puces », considérée comme « activité propre ». Le refus d’implantation de l’entreprise, sans être un fait nouveau, prend actuellement, dans le cadre du développement durable, une ampleur paradoxale dans la mesure où l’entreprise apporte aussi des emplois, de la taxe professionnelle….Un rapide rappel des rapports entre l’entreprise et son environnement est nécessaire.

Un rejet précoce des entreprises « polluantes »

3Dès l’Antiquité, les activités de fabrication (cuir, métal, bois) sont mises un peu à l’écart de l’habitat pour bénéficier d’aménagements communs et permettre aux habitants d’échapper aux nuisances directes (bruits, fumées ou odeurs désagréables) ainsi qu’aux risques d’incendies (Montagné Villette, 2006). Au Moyen Âge, les entreprises artisanales de textile occupent une place différente dans la ville selon leur degré de nuisance Une hiérarchisation des activités artisanales existe déjà, en fonction de la valeur marchande ou symbolique du produit. Les orfèvreries sont situées près du centre, à proximité de l’église, tandis que les ferronneries en sont plus éloignées.

4Avec la Révolution et la massification industrielles, les entreprises s’installent dans les faubourgs pour trouver de la place. En ville, on relègue l’entreprise de production sur l’arrière-cour. Cela correspond soit à une utilisation d’espaces moins coûteux (parfois à un souci d’hygiénisme), soit à une volonté de ne présenter sur la rue que les fonctions nobles (habitat ou commerce de détail). La bourgeoisie, classe sociale montante, soucieuse de se démarquer du travail manuel, le cache. À cet égard, la percée haussmannienne ou l’avenue londonienne sont typiques qui interdisent toutes activités à l’exception de certains commerces. L’entreprise, surtout de grande taille, devient nuisible pour l’environnement : pollutions techniques diverses (odeur, bruit, hygiène), pollution visuelle (bâtiment spécifique, entreposage, stockage de matériaux), mais aussi pollution « sociale » (proximité des ouvriers ou des classes laborieuses…).

5L’espace construit se définit souvent dans la toponymie par rapport à l‘entreprise dominante. Les quartiers d’habitat sans entreprise, où domine le logement, deviennent les beaux quartiers tandis que toute une gradation se dessine ailleurs. Quartier commerçant, quartier populaire et artisanal, quartier ouvrier avec ses ateliers et banlieues industrielles s’individualisent. Déjà s’esquisse une division spatiale entreprise-habitat ségrégative, non encore théorisée. La ville-dortoir et le zoning pointent. Le rapport entreprise-activité-environnement est fort qui détermine la qualification de la ville : ville minière, ville industrielle, ville d’eaux. L’espace urbain est principalement défini par le type d’entreprise qu’il héberge ainsi que par son accompagnement social.

6L’entreprise, c’est non seulement une usine, des magasins ou des bureaux, mais aussi, en contrepoint, des logements, une population et une culture sociale qui perdurent bien au delà de l’activité. Cette différenciation spatiale par l’entreprise trouve son aboutissement avec la théorie du zonage.

Le zonage ou l’entreprise circonscrite

7Ces pratiques sont rapidement théorisées. La « cité industrielle » idéale proposée par Tony Garnier en 1917 est fondée sur la séparation de l’industrie et de l’habitat. Mais le terme de zonage, traduisant la spécialisation des espaces urbains selon leur type d’activité n’apparaît en français qu’en 1951. Cette spécialisation/rejet relève d’une démarche à la fois technique et financière, sans exclure, dans une certaine mesure, l’aspect social. La cité ouvrière patronale du début du xxe siècle est construite autour ou à proximité de l’usine, sur des terrains lui appartenant. Le développement du zonage, qui sépare progressivement l’espace de l’entreprise des autres espaces, découle, d’une part, de l’amélioration des transports individuels et, d’autre part, de l’éloignement de l’usine vers des espaces périphériques (meilleure accessibilité des fournisseurs, sécurité, terrain bon marché). Il a pour corollaire, étalement urbain et modèle de développement linéaire aidant, l’augmentation croissante des migrations alternantes. À partir des années 1970, la zone industrielle répond à la cité dortoir : reliées par l’automobile, elles voient le début de migrations alternantes sans cesse plus longues et consommatrices d’énergie.

8La zone d’entreprises (industrielle ou de services) souvent située à l’orée de la ville et en bordure des grandes voies de communication est un espace d’activité réglementé où l’on accède uniquement en voiture. Mais en isolant l’habitat de l’entreprise, perçue comme nuisante, on génère d’autres nuisances : pollution due aux transports de marchandises, de chalands, étalement urbain, etc. Le zonage théorisé avec la pleine croissance s’accommode mal des théories sur le développement durable comme le montre les nouveaux modes d’aménagement prônés par le ministère de l’Écologie et du Développement durable qui favorisent la mixité fonctionnelle.

La remise en cause de l’entreprise au motif du développement durable

9La notion de pollution, de nuisances, qui s’appliquait autrefois à l’entreprise elle-même est désormais étendue à sa fréquentation, son personnel, sa clientèle. Autrement dit, l’apparition du concept de développement durable a profondément modifié l’acceptabilité de l’entreprise par les populations du voisinage. Alors qu’autrefois on considérait uniquement la nuisance de l’entreprise, on considère également maintenant celle qu’occasionne sa fréquentation. Il s’agit d’une position ambiguë qui, sous couvert d’un concept porteur et parfois « moralisateur », rejette tout changement ; une position qui permet également de protéger des situations acquises.

10À titre d’exemple, lors de l’installation du siège social du journal Le Monde dans le XIIIe arrondissement de Paris, la réunion de quartier, organisée par la municipalité, dans le cadre d’une démarche participative - conforme au principe du développement durable - a montré bien des contradictions et des acceptions diverses du concept. Des opposants ont évoqué pêle-mêle, le bruit des « coursiers-motards » portant les nouvelles, la façade en verre du bâtiment (susceptible de réfléchir le soleil sur les immeubles voisins) ainsi que la création de 800 emplois… entraînant forcément une diminution des places de parkings disponibles à proximité. Le quotidien, toujours en invoquant le développement durable, a avancé la création de 800 emplois (en fait un transfert) et la dynamisation du commerce local, l’incitation au covoiturage pour les employés, le choix d’un site proche du métro, l’absence de fabrication sur place… Les opposants ont rétorqué que l’installation du quotidien augmenterait la valeur du foncier et donc des loyers du quartier. Comme on le voit, les rapports de l’entreprise au développement durable sont envisageables sous des angles variés.

Le cas du magasin ikea de Mougins

11Les magasins d’origine suédoise ikea, sont, comme toute entreprise actuelle, particulièrement préoccupés par le développement durable. Ce dernier constitue, avec les prix un des modes de communication privilégié : proposition de produits peu gourmands en énergie, de produits écologiques, minimalisation de l’emballage, incitation au recyclage, suppression des produits en bois exotique… ikea a même conçu, un document de travail et d’évaluation dit « modèle en escalier ». A la fois outil et modèle pédagogique, il permet une amélioration progressive dans des domaines variés : conditions de travail et sociales chez les fournisseurs, gestion forestière, transport, travail environnemental et social en magasin.

12Le projet d’installation d’un magasin à Mougins dans les Alpes-Maritimes a donné lieu, depuis plus de 2 ans, à une bataille acharnée entre les tenants et les opposants du projet. Au-delà des querelles de clochers, des non-dits et des intérêts cachés, il est intéressant de voir comment le développement durable a constitué, entre les protagonistes, un des piliers majeurs de la bataille. Loin d’être anecdotique, cet exemple montre comment le concept de développement durable sert d’argument aux écologistes, aux entreprises et aux riverains.

Le développement durable : une réalité duale…

13L’affaire commence en 2006, quand, à l’occasion d’une réunion de quartier, le maire de Mougins présente aux habitants du quartier Saint-Martin le projet d’installation d’un centre commercial dédié à la maison et regroupé autour de la grande surface ikea. Outre ikea – 17 000 m2 –, il est prévu une dizaine de moyennes surfaces, et une vingtaine de commerces, le tout dépassant 31 000 m2, soit l’équivalent du centre commercial niçois Cap 3000. L’installation est prévue dans un espace mouginois périphérique enclavé entre les communes de Mouans-Sartoux et de La Roquette-sur-Siagne (document 1). Cet espace, qui jouxte une petite zone d’activité déjà existante, est enserré entre la voie ferrée et la voie rapide Cannes-Grasse, la N 85 et la D 409. Éloigné d’environ 5 km du centre historico-touristique de Mougins et des quartiers résidentiels de cette commune à population aisée, le site présente un double avantage. Très proche d’une bretelle de sortie de la voie rapide, il sera facilement accessible par les automobilistes sans perturber la quiétude du site de Mougins et ses villas huppées. En revanche, il jouxte un lotissement récent de la commune (Saint-Martin) et le centre de Mouans-sartoux desservi par la D 409. Le maire de Mougins annonce les bénéfices « durables » attendus du projet : outre la création de 500 emplois, il apportera de la taxe professionnelle à la commune qui n’appartient à aucune structure intercommunale.

Document 1 : – Localisation du projet ikea.

14La levée de boucliers est immédiate : habitants du quartier Saint-Martin, commerçants, et même habitants de l’arrière-pays, se regroupent en associations de défense. La principale adcv (Association de défense du cadre de vie), créée en mars 2006, comprend essentiellement des riverains, mais le Tignet-pact (Pour un avenir citoyen au Tignet) regroupe des populations plus lointaines. En effet, le Tignet, petite commune de 2 300 habitants, située à plus de 15 km dans l’arrière-pays grassois s’estime concernée par un afflux de 2 000 voitures supplémentaires dans la partie aval de sa route d’accès. Des manifestations de protestation, des pétitions et divers communiqués combattent le projet au cours de l’année 2007. Les maires de Mouans-Sartoux et La Roquette s’y opposent également, dont les communes subiront la circulation supplémentaire sans percevoir le moindre impôt. L’adcv invoque la pollution de l’air à proximité des écoles et du collège, l’asphyxie du centre de Mouans-Sartoux et de l’accès de La Roquette, la précarité des emplois créés, la disparition des autres commerces destinés à l’habitat… Elle réclame « un aménagement pertinent et durable » ainsi que la protection de « la qualité de vie et l’environnement des générations futures ». La proximité du château de Mouans-Sartoux (commencé au début du xive siècle) ainsi que la présence d’espèces végétales rares (anémone couronnée et orchidée sauvage) sont aussi évoquées : toutes les facettes du développement durable sont mobilisées. Et, fait exceptionnel, les habitants du quartier concerné de Mougins demandent à la préfecture leur rattachement à Mouans-Sartoux dont ils fréquentent et utilisent les équipements, plus proches que ceux de Mougins.

  • 1 La cnec, composée de trois maires, établit des schémas de développement commercial de six ans et d (...)
  • 2 La loi encourage les différents modes de distribution et la concurrence entre opérateurs.

15La cnec (Commission départementale d’équipement commercia1), présidée par le préfet des Alpes-Maritimes, est saisie en décembre 2006. Début 2007, en l’absence de majorité, le projet est repoussé. Les promoteurs du centre commercial font appel : un nouvel avis négatif de la commission nationale rend l’arrêt définitif en septembre 2007 au motif que la région est déjà particulièrement équipée en centres commerciaux. Toutefois, le promoteur peut représenter un projet modifié dans le délai d’un an et la loi de modernisation sur l’économie, votée en 2008, lui laisse des espérances2… Au-delà d’une bataille inachevée, où de nombreux intérêts sont en jeu, tant sur le plan commercial que sur le plan communal, examinons la réalité d’un conflit entreprise-habitants, fondé des deux côtés sur le développement durable. D’un côté comme de l’autre, le terme de développement durable est utilisé car porteur de valeurs acceptées et susceptibles de provoquer l’adhésion, si ce n’est la mobilisation. Mais constatons en l’occurrence qu’il recouvre bien d’autres intérêts dans les deux camps. Autrement dit le développement durable est, en ce cas, bien plus un argument qu’une réalité.

Le développement durable : un argument

16Plus prosaïquement, le principal motif de rejet du centre commercial est l’embouteillage prévisible des voies d’accès à Mouans-Sartoux, notamment la D 49, exutoire de la bretelle de sortie, qui servira d’accès au centre commercial. Si les promoteurs annoncent un flux supplémentaire de 2 000 véhicules/jour, une enquête du Conseil général avance celui de 10 000 véhicules/jour en semaine et 17 500 les samedi et dimanche. Sachant qu’un magasin ikea reçoit en moyenne 2 millions de visiteurs/an, et qu’il n’existe actuellement aucun magasin ikea à moins de 120 km (Toulon), on peut mathématiquement évaluer la fréquentation supplémentaire de la D 409 à 6 400 véhicules/jour. Si on ajoute qu’en fait la zone de chalandise atteindra 100 km et mordra sur l’Italie, ce chiffre (sans compter la fréquentation des autres surfaces commerciales) constitue un minimum auquel il faut ajouter le trafic déjà existant de 18 988 véhicules/jour sur la D 49 (comptage de l’enquête de circulation de novembre 2003). La présence d’ikea aboutirait donc au passage de 25 400 véhicules/jour sur une avenue intra-urbaine déjà surchargée et située à quelque 500 m d’un collège et d’écoles. L’argument principal est donc que la pollution importante sur la Côte d’Azur, au point d’entraîner une limitation de la vitesse plusieurs jours/an, augmenterait et affecterait une qualité de l’air déjà médiocre ainsi que la santé des enfants.

17À cette pollution, les maires de Mouans-Sartoux et de La Roquette ajoutent le déclin des commerces de proximité, devenus inaccessibles, ainsi que les difficultés des entreprises situées sur leur territoire communal. Les zones d’activité (parc de l’Argile, parc de Tiragon) deviendraient inaccessibles à leurs fournisseurs, leurs acheteurs et leur personnel. Des élus de Grasse protestent arguant qu’un nouveau centre commercial déséquilibrerait le schéma d’urbanisme commercial et que sa fréquentation asphyxierait aussi l’accès de leur ville. Outre ces problèmes environnementaux et économiques, ce « développement » ne serait donc pas durable à l’échelle supra-communale dans la mesure où les 500 emplois et la taxe professionnelle obtenus par Mougins amoindriraient ceux des communes voisines, regroupées au sein de la Communauté d’agglomération Pôle azur Provence à tpu.

18Au-delà du développement durable mis en exergue, existent bien entendu, en arrière-plan, d’autres intérêts politiques et économiques. D’une part, les maires de Mougins (ump) et de Mouans-Sartoux (Écologie) s’opposent fréquemment. D’autre part, en l’absence prévue de desserte spécifique du centre commercial à partir de la voie rapide, l’adaptation de la D 49 (qui constitue aussi la limite communale à cet endroit) à l’afflux de circulation supplémentaire incomberait partiellement à la commune de Mouans-Sartoux et se répercuterait sur les impôts locaux.

19En outre, certains habitants des communes concernées craignent une décote des biens immobiliers de qualité situés sur les hauteurs des communes. Enfin, certaines personnalités politiques régionales, siégeant dans les commissions arbitrales, et disposant des surfaces nécessaires pour accueillir ikea, ne verraient pas d’un mauvais œil l’abandon du projet mouginois, afin de le récupérer.

Entreprise, société et développement durable : une remise en question à différentes échelles

Quand le personnel et la clientèle sont considérés comme nuisants à l’échelle locale

20Le seuil d’acceptation des nuisances, qui a considérablement baissé en pays riches, notamment depuis la crise économique des années 1970, provoque fréquemment la remise en question de l’activité et par conséquent de l’entreprise. Nombreux projets sont ainsi remis en question par des oppositions fortes, provenant souvent d’associations de défense de l’environnement. Il n’est plus seulement question de bouter l’entreprise industrielle polluante, mais aussi les entreprises « propres » y compris les entreprises commerciales, voire administratives au motif que, si l’activité en soi n’est pas porteuse de nuisances, c’est sa simple fréquentation (salariés et clients) qui le devient. À la limite, l’entreprise industrielle automatisée, fabriquant des produits chimiques, soumise à des règles environnementales très strictes avec des effectifs minimaux, peut être mieux acceptée qu’une entreprise de services accueillant une clientèle importante tels un hôpital de jour, une entreprise d’insertion ou un complexe cinématographique comme le montre les manifestations d’opposition à ce type de projets à Paris, à Strasbourg…

21Cette extension de la notion de nuisance est d’ailleurs validée par la baisse des prix des logements à proximité de telles entreprises. Une raffinerie et un aéroport provoquent une décote des habitations. Mais également un hôpital, un petit supermarché ou même un bar dont on redoute non seulement l’importance, mais aussi la nature de la fréquentation. Il n’existe plus actuellement de différenciations aussi marquées qu’autrefois entre les entreprises. Les polluantes comme les « propres » sont considérées, à des degrés divers comme nuisibles à l’environnement par les riverains. À ce titre, la différentiation industrie-services à propos des nuisances s’atténue et renforce l’assimilation des deux secteurs.

22Si le développement durable a été très vite récupéré par l’entreprise comme argument de vente, il l’a aussi été par la société. Sous couvert de protection environnementale et de durabilité, le corps social rejette souvent les entreprises dont il a besoin ou qu’il utilise. Le développement durable sert aussi à justifier l’individualisme et le syndrome nymby comme le montre les nombreuses oppositions au projet de tracé de nouvelles voies ferrées en région parisienne.

La globalisation spatiale de l’entreprise aux échelles régionale et mondiale

23Longtemps, l’entreprise a été éloignée, voire rejetée dans les espaces périphériques (faubourg, milieu rural) ou les espaces spécialisés (zone d’activité, pays pauvre). Hors la ville, ou circonscrite à un certain périmètre, l’entreprise, en apparence, atténuait son impact écologique sur l’environnement. Or la globalisation économique, les transports et déplacements de population qui en résultent on fait prendre conscience que l’écoumène était un espace fini. Le développement durable, concept globalisant (économique, social, environnemental) dans un monde globalisé (mondialisation) a mis en lumière que la nuisance de toute activité et donc de toute entreprise dépassait les limites de son lieu d’installation (rural/urbain, local/régional, pd/pvd…). À cet égard, la découverte de particules de suie en provenance de l’Asie du sud-ouest, à 5 079 m dans l’Himalaya, montre que même les espaces « vierges » sont concernés (pnsa).

24La délocalisation de l’activité – ou de l’entreprise – s’accorde mal avec le développement durable et ce à différentes échelles. De l’hypermarché périphérique qui oblige l’usage de automobile à l’industrialisation chinoise ne correspondant pas toujours aux normes du protocole de Kyoto, la liste est longue des entorses au développement durable. En reprenant l’exemple de la Chine accueillante aux entreprises étrangères, examinons les conséquences de la globalisation spatiale de l’entreprise (document 2).

Document 2. – Bilan d’une délocalisation des établissements de production

25Dans l’état actuel des choses, on voit que, quelle que soit l’échelle à laquelle on se place -le tableau peut fonctionner à tout niveau -, l’externalisation ou le rejet spatial de l’entreprise, pratiqué de longue date sous les différentes formes mentionnées plus haut, ne s’accorde pas avec le développement durable si on le considère dans sa globalité.

Du rejet de l’entreprise à celui de l’activité

26La conceptualisation du lien entreprise-environnement dans le cadre du développement durable (Porter, 1995), sa large et rapide diffusion sociétale ont remis tous les schémas traditionnels en question. Puisque des entreprises « propres », sans être directement polluantes, sont devenues, pour certains, des créatrices de nuisances environnementales, au point qu’ils en combattent l’existence, poussons le raisonnement jusqu’au bout.

27Contrairement au schéma antérieur, ce n’est plus seulement de sa production que l’entreprise doit répondre, mais de sa fréquentation, de son approvisionnement et des nuisances qu’elle engendre indirectement. Il y a donc transfert de responsabilités environnementales de l’utilisateur/consommateur vers la structure productive utilisée. Le magasin ikea n’est que peu polluant par lui-même (bâtiment de stockage, problème de la situation sur un bassin d’alimentation de la source du village). En revanche, le fait que sa fréquentation, donc sa clientèle, risque d’embouteiller la voirie locale, constitue le principal argument d’opposition. Autrement dit, dans ce contexte résidentiel l’entreprise est moins combattue pour elle-même que pour son pouvoir d’attraction : il existe ici un transfert des responsabilités environnementales du consommateur sur l’entrepreneur. La société se décharge de sa responsabilité sur l’entreprise. Bien sûr, dans ce cas, l’argument prête à discussion puisque le choix est de plus en plus réduit entre commerce de détail et grande distribution. Toutefois, on peut noter que parmi les arguments utilisés pour combattre l’installation d’ikea, à aucun moment la grande distribution n’a été attaquée, sauf en ce qui concerne l’emploi. L’argument majeur choisi est d’ordre écologique. Le développement durable est le fer de lance du combat.

Conclusion

28Le concept de développement durable constitue un argument de choix dans la querelle entreprise-environnement. Le développement durable, d’abord imposé comme une contrainte aux entreprises, est vite récupéré par ces dernières comme argument de vente. Mais le débat public (voir le texte de C. Beaurain et J. Longuépée) reprend la main en intégrant de façon quasi systématique la question environnementale dans toute décision d’aménagement de l’espace ou d’urbanisme. La perception des nuisances est telle qu’actuellement tout projet d’activité donne lieu, au nom du développement durable, à des protestations, des contestations qui aboutissent parfois à son abandon. Du moins dans les pays riches ou les espaces favorisés socialement.

29En matière d’aménagement, le problème est encore plus complexe en France. La déconcentration du pouvoir vers les collectivités locales, qui permet une gestion spatiale au plus près, ne risque-t-elle pas de perdre de la cohérence dans le cadre du développement durable ? De qui relève l’installation d’un équipement important tant par sa surface que sa fréquentation ? Un maire peut-il délivrer seul le permis de construire d’une entreprise sans se soucier de ses nuisances sur les communes voisines… ? L’état doit-il renoncer à son rôle de coordinateur entre les territoires ? Où placer la frontière entre l’intérêt général et celui du territoire ?

30En allant jusqu’au bout du raisonnement, la ville ne risque-t-elle pas, au nom de l’environnement, de devenir un espace sans entreprises ? Toutes les activités sont-elles plus ou moins condamnées, du moins à une extrême discrétion dans l’espace local, régional ou mondial ? Dans cette optique, le développement durable pourrait-il devenir, dans certains cas un allié objectif des délocalisations, notamment pour les activités les plus polluantes ?

Bibliographie

Bibliographie

Divers

Broadhag C., « Développement durable et entreprises : champs à investir », in Économie et management, CNDP, n° 126, 2007, p. 9.

Mancebo F., Questions d’environnement pour l’aménagement et l’urbanisme, Nantes, Édition du Temps, 2003, 287 p.

–, Le Développement durable, Paris, A. Colin, 2006. 270 p.

Montagné Villette S., « Ville et environnement industriel », in Dorier-Appril e. (dir.), Ville et environnement, Paris, SEDES, 2006, p. 22.

Porter M-E., Van der Linde C., « Toward a New Conception of the Environment-Competitiveness Relationship », in Journal of Economic, 1995, vol. 9, n° 4, p 97-118.

Reynaud e., (dir.), Le Développement durable au cœur de l’entreprise. Une approche transversale du développement durable, Paris, Dunod, 2006, 256 p.

Sites

Ademe, Du management environnemental au développement durable des entreprises, rapport final, Paris, 2004, p. 33.

Bilan des commissions départementales de l’équipement 2006-2008. Portail des services de l’État.

Comptes rendus des délibérations du conseil municipal de La Roquette et Mouans-Sartoux 2006.

Enquête de circulation : résultats des comptages automatiques Conseil Général des Alpes-Maritimes, novembre 2003.

Enquête de l’afnor : développement durable : quelle approche pour les pme ?

Lettre d’information de l’association du cadre de vie ADCV 2006-2008.

Ocde, Entreprises et environnement : incitations publiques et réponses des entreprises, Paris, ocde, 2007, p 52.

pnas, Proceedings of the National Academy of Sciences, 10.1073/pnas.0801355105 (2008).

Association pour ikea Mougins

ikea

Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire

Novethic

Observatoire des PME européennes 2002, « European SMES and Social and Environmental Responsibility », http://europa.eu.int/comm/enterprise/enterprise_policy/anal

Ocde

Vigeo

Notes

1 La cnec, composée de trois maires, établit des schémas de développement commercial de six ans et délivre des autorisations d’ouverture pour les surfaces supérieures à 2 000 m².

2 La loi encourage les différents modes de distribution et la concurrence entre opérateurs.

Table des illustrations

Légende Document 1 : – Localisation du projet ikea.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Document 2. – Bilan d’une délocalisation des établissements de production
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k

Auteur

Villette Professeur à l’université de Paris xiii Laboratoire cresc ea 23 56

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540