Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entreprises et environnement : quels enjeux pour le développement durable ?

 | 
François Bost
, 
Sylvie Daviet

Acceptabilité de l’entreprise et prise en compte de l’environnement

La prise en compte du tourisme durable par les pouvoirs publics : les « plans qualité » des entreprises touristiques en Wallonie (Belgique)

Jérémy Dagnies

Texte intégral

Introduction

1Par cette contribution, nous essayons de comprendre pourquoi le développement durable (dd) est pris en compte de manière variable par les pouvoirs publics lorsque ceux-ci élaborent un Plan qualité(pq) dans le domaine du tourisme en vue de réguler les conduites des entreprises touristiques. Nous nous sommes intéressés à trois pq menés en Wallonie (Belgique) depuis respectivement 2002, 2006 et 2007, en prenant soin de diversifier les niveaux d’intervention. Après quelques considérations théoriques et méthodologiques, nous identifions plusieurs variables potentiellement explicatives de l’importance accordée au dd dans un pq, en combinant l’analyse documentaire, l’observation participante et les entretiens semi-directifs avec les acteurs impliqués dans les processus d’élaboration des pq. Notre analyse est enfin enrichie par des données émanant d’entretiens longs et approfondis effectués auprès de douze gestionnaires d’hébergements (6 hôtels et 6 chambres d’hôtes) concernés par les trois démarches étudiées.

Plans qualité (pq) et Développement durable (dd) : considérations théoriques

2Depuis la fin des années 1980, le thème de la qualité est saisi par un nombre croissant de gestionnaires institutionnels de destinations touristiques européennes, qu’elles soient nationales, régionales ou locales. Nous pouvons ainsi constater qu’en France, en Espagne, en Grande-Bretagne, en Belgique et dans de nombreux autres pays, les pouvoirs publics et les agences administratives concernées ont inscrit le thème de la qualité du tourisme à leur agenda. Elles ont tout d’abord ouvert le débat selon des modalités variables (comités d’experts, travaux parlementaires, concertations sectorielles, forums, études…), à la suite de quoi un plan d’actions ou pq plus ou moins ambitieux, intégré et formalisé a été rédigé, puis adopté par l’autorité publique compétente et éventuellement par les partenaires concernés. Le pq arrête explicitement ou implicitement une définition commune de la qualité du tourisme. Cette définition est primordiale puisqu’elle va peser sur la formulation des autres éléments du plan.

3Compte tenu du caractère polysémique et évolutif du concept de la qualité (Garvin, 1988 ; Bergery, 2002 ; Jennings et Nickerson, 2006 ; Pesqueux, 2008 ; Dagnies, 2009), ses représentations sont nombreuses et dépendent notamment de variables individuelles, mais aussi du territoire et du secteur d’activité dans lesquels les acteurs évoluent. De plus, le tourisme, objet sur lequel s’applique la qualité, peut être assimilé à un territoire ou un secteur, à des produits et services, une expérience touristique ou encore à des processus productifs. Il en résulte diverses conceptions de la qualité du tourisme que nous avons identifiées et regroupées en quatre approches (tableau 1).

4Le pq détermine également la nature des problèmes à résoudre et précise les objectifs à atteindre, les publics responsables, les ressources financières, matérielles et humaines affectées aux actions, les modalités d’évaluation de la performance et les instruments perçus comme les plus pertinents. Ceux-ci peuvent être classés selon cinq catégories (Kaufmann-Hayoz et Gutscher, 2001 ; Lascoumes et Le Galès, 2004) : les instruments réglementaires, économiques et financiers, conventionnels et incitatifs, informatifs et communicationnels et enfin les normes et standards.

5Et qu’en est-il de l’intégration du dd dans les pq ? En comparant les expériences européennes, et ce à différentes échelles territoriales, les principes du dd semblent pris en compte de manière très variable. Afin d’objectiver nos propos, il nous faut recourir à des critères objectifs permettant d’apprécier la place effective du dd dans un pq. Il n’existe toutefois encore aucun consensus sur une définition à la fois universelle, stable, précise et opérationnelle du dd (Lauriol, 2004 ; Macleod et Todnem, 2007 ; Mancebo, 2008).

Tableau 1. – Typologie des approches Qualité adoptées par les acteurs du tourisme.

Tableau 1. – Typologie des approches Qualité adoptées par les acteurs du tourisme.

6Le débat autour de la notion et de l’application du dd s’est propagé à d’autres secteurs, et tout naturellement au secteur du tourisme. En effet, compte tenu de son importance au niveau économique et social, de l’interdépendance qui le lie à l’industrie des transports ainsi qu’au patrimoine naturel et humain, de la forte polarisation spatiale et temporelle des flux qu’il génère ainsi que des controverses éthiques qu’il suscite, le tourisme a fait l’objet d’abondantes réflexions et programmes d’actions. Tout comme pour le dd, de nombreuses définitions ont été proposées (Butler, 1999 ; Tepelus et Córdoba, 2005 ; Lozato-Giotart, 2006 et 2008) et les méthodes d’évaluation posent question (Céron et Dubois, 2000 ; Vellas, 2009). Certains préfèrent d’ailleurs assimiler la notion à un projet politique plutôt que comme un concept scientifique (Violier, 2008).

7Trois à quatre dimensions à équilibrer ou optimiser pour s’inscrire dans une optique de DD du tourisme reviennent toutefois couramment dans les travaux scientifiques et documents officiels. Il s’agit de l’économie (création et redistribution des richesses permettant de répondre aux besoins actuels et futurs des hommes et contribuant à leur développement, création de revenus et d’emplois pour les communautés d’accueil), de l’environnement (exploitation raisonnée et équilibrée des ressources renouvelables et gestion patrimoniale de l’espace et des ressources non renouvelables indispensables pour les générations futures, préservation de l’écosystème, impacts paysagers), du socioculturel (effet sur le bien-être des populations, réduction des inégalités, épanouissement humain, santé publique, cohésion sociale, préservation et valorisation du patrimoine culturel) et de l’éthique (bonne gouvernance, démocratie participative, transparence, solidarité, tolérance, principe de précaution en cas de doute, principe de sauvegarde face à une menace majeure, promotion et protection des droits fondamentaux).

8L’articulation entre le concept de qualité et les principes du dd varie en fonction des approches et conceptions (voir tableau 1). Ainsi, les approches égocentriques peuvent tout à fait tenir compte de certains enjeux ou objectifs liés au dd, à travers la mise en valeur et la pérennisation du patrimoine culturel ou naturel, à travers la fixation de procédures ou de normes de performance visant le respect de l’environnement, ou encore à travers la construction et la communication d’une image « verte »d’une destination, d’un produit ou d’une entreprise. Il en va de même des approches marchandes qui se préoccupent davantage des besoins et des attentes du client, ce dernier pouvant être sensible au caractère naturel, écologique, authentique, équitable ou éthique des produits et services qu’il consomme. De même, un plus grand respect des enjeux du dd peut rendre une offre plus compétitive auprès des marchés. La qualité totale élargit le cadre d’analyse puisqu’elle implique d’autres acteurs et assimile la problématique de la qualité à la meilleure réponse concertée qui peut être apportée aux besoins et attentes des parties prenantes. Les approches territoriales isolent un paramètre spécifique du dd (économie, socioculturel, environnement ou éthique). Enfin, les approches globales incluent le dd et ses dimensions (qualité externe) parmi d’autres objectifs (qualité interne). Elles peuvent aussi se confondre avec le dd, la qualité du tourisme s’évalue alors par sa durabilité ou son caractère responsable.

Le dd dans les pq : hypothèses et considérations méthodologiques

9Pour évaluer la manière dont le dd est pris en compte par les pq, nous nous basons sur plusieurs critères. L’occurrence du terme « durable » dans le plan et sa mention à des endroits importants du document (page de garde, titres, sections importantes…) constituent un premier indicateur que nous pouvons mobiliser pour évaluer la place du dd dans un pq. Le terme « durable » peut en effet y être omniprésent ou complètement absent, selon que le thème ait été soutenu ou non par certains acteurs clés. Indépendamment de l’usage du mot, la place du dd dans le pq peut également être appréciée par la présence ou non des dimensions qui lui sont associées et que nous venons d’énumérer. Nous examinerons aussi l’approche privilégiée dans la définition de la qualité, les objectifs du pq, l’identité des groupes-cibles et des conduites recherchées (les principes du dd sont-ils présents dans les normes ou référentiels ? Selon quelle ampleur ?) et les instruments.

10À travers l’analyse de trois expériences belges, nous tentons de tester plusieurs facteurs susceptibles de favoriser la prise en compte des dimensions économiques, socioculturelles, éthiques et environnementales du dd dans l’élaboration d’un pq (fig. 1).

11L’importance que revêt le dd dans un pq dépend de son processus d’élaboration. La rédaction du pq est en effet déterminée par les jeux de pouvoir (influence, menaces, légitimité, procédures institutionnelles, pouvoir décisionnel…) et par les apprentissages (arguments, preuves, démonstrations, etc.) émanant des interactions entre les acteurs impliqués dans le processus.

12Or, selon nous, trois variables influent sur le processus d’élaboration d’un pq. La première concerne les représentations (H1) des décideurs publics et de leurs « influenceurs » (conseillers, experts, fonctionnaires, journalistes, etc.), c’est-à-dire leur perception de l’importance du dd et du caractère problématique des comportements adoptés par les entreprises touristiques. Les représentations des autres acteurs impliqués dans l’élaboration du pq sont également importantes. La seconde est liée aux intérêts (H2) que les décideurs publics ou leurs influenceurs peuvent tirer d’une intervention publique auprès des entreprises touristiques (gains électoraux, position au sein des partis politiques et des institutions publiques, entretien de relations de confiance avec les groupes d’intérêt et les groupes cibles). Ces intérêts s’évaluent en fonction des représentations et du contexte. Le niveau d’intervention publique constitue la dernière variable pouvant expliquer la manière dont le processus d’élaboration se concrétise. En effet, chaque échelon territorial détient des compétences institutionnelles précises, peut intervenir dans un nombre de secteurs variés, se caractérise par une culture politique ou décisionnelle spécifique et il dispose de moyens financiers et humains différents (H3a). La problématique du tourisme, mais aussi celle des entreprises et du dd, prennent des formes variables en fonction de la taille et des caractéristiques du territoire. Cela explique pourquoi le niveau d’intervention joue aussi sur les croyances et connaissances des acteurs, et donc sur leurs intérêts (H3b).

Figure 1. – Modèle explicatif de la place du dd dans un pq.

13Deux derniers facteurs pèsent aussi sur les représentations et les intérêts. Il s’agit premièrement du poids économique du tourisme sur le territoire (H4). Plus le tourisme génère des revenus et des emplois, plus ce secteur est susceptible d’être perçu comme prioritaire par les acteurs publics, car il devient pour les décideurs, les populations locales et les entreprises du tourisme, un enjeu primordial de développement à long terme. Nous pensons également à la pression touristique (H5) qui s’exerce sur le territoire, en d’autres termes au degré de concentration spatiale et temporelle des flux touristiques sur un lieu donné. Plus il y a de visiteurs sur un espace donné, en des périodes bien précises, plus les effets négatifs liés aux activités touristiques sont importants et visibles aux yeux des populations locales et des décideurs.

Présentation des trois destinations analysées

14Nous nous intéressons d’abord au pq développé par l’administration wallonne. Dans le cadre du fédéralisme belge, la Région wallonne (entité fédérée territoriale) dispose depuis 1994 des mêmes prérogatives que les États, en matière de régulation touristique. Le ministre wallon compétent a lancé, depuis janvier 2006, un processus de réflexion relatif à la mise en place d’un pq, avec l’aide d’une institution universitaire. Le Commissariat général au tourisme a été désigné comme porteur du projet et les associations professionnelles (hôtellerie, hébergements ruraux…) ont été impliquées dans cette réflexion. Les groupes-cibles ont été informés de la construction de ce plan, par l’intermédiaire d’une revue professionnelle et d’un colloque de réflexion ouvert à tous les acteurs. En décembre 2007, un pq a été rédigé par l’administration et soumis aux associations professionnelles qui ont émis un avis positif. La création d’une marque territoriale de certification ciblant en priorité les hébergements touristiques constitue le principal instrument du plan. Les associations professionnelles travaillent sur le contenu des référentiels qualité (critères d’adhésion à la marque) avec l’administration depuis 2008. Le pq a été avalisé par le ministre compétent en 2009 et le réseau devrait être inauguré d’ici la fin de l’année.

15Le deuxième cas analysé porte sur le pq « démarche qualité Esprit des vallées »développé depuis 2006 par l’intercommunal Bureau économique de la province de Namur (bep). Le bep est un établissement public de coopération intercommunale regroupant les localités situées en province de Namur. Élaboré à l’initiative du département « Tourisme » de l’intercommunale et de sa cellule d’ingénierie touristique, le pq a d’abord pour ambition de certifier la qualité des prestations des bons opérateurs de son territoire, de les mettre en réseau et d’encourager l’innovation. Une marque a été créée et vise à mettre en valeur, à travers un logo reconnaissable, certains hôtels de gamme supérieure (trois et quatre étoiles) mais aussi des hébergements de terroir (gîtes et chambres d’hôtes). Le dispositif a été élaboré en interne avec l’aide de quelques gestionnaires d’hébergements contactés par le bureau. Les groupes-cibles n’ont été renseignés du lancement de la marque qu’à l’issue des travaux de réflexion, au printemps 2006, à l’occasion d’un colloque ouvert à tous les professionnels et qui était précédé de l’envoi d’un courrier d’information.

16Le dernier cas nous amène du côté de la commune de Durbuy (province de Luxembourg), l’une des localités les plus visitées de Wallonie et qui met en œuvre un pq depuis 2004 intitulé « Contrat de développement pour un tourisme durable ». La dynamique trouve son point d’origine au cœur de l’Agence de développement locale et d’un volontarisme du collège communal. Le modèle efqm (European Foundation for Quality Management) s’impose comme une référence essentielle à leurs travaux. Il prône une gestion intégrée de la qualité. Plusieurs actions ont été réalisées parmi lesquelles l’animation de « tables rondes »où l’ensemble des parties prenantes peuvent intervenir. Il résulte de cette concertation ouverte et régulière la formulation d’un contrat destiné à tous les acteurs concernés (résidents, commerçants, professionnels du tourisme, agents communaux…). Au travers de ce contrat, Durbuy souhaitait privilégier un développement qui respecte les équilibres sociaux et préserve l’environnement, tout en tenant compte du contexte économique. Deux consultants (dont un professeur d’université) ont accompagné les travaux de diagnostic, de concertation et de mise en place du système qualité.

Résultats

17La commune de Durbuy s’inscrit dans une approche globale de la qualité (Gestion intégrée). L’intitulé du pq et les objectifs mentionnés sont clairement associés aux principes du dd. Des tables rondes ont été organisées et ont permis aux acteurs locaux de s’accorder sur des objectifs légitimes et des outils acceptables pour tous. L’instrument choisi, en l’occurrence un contrat à signer par l’ensemble des parties prenantes du tourisme local, énumère également toute une série d’engagements visant à mieux prévenir les impacts du tourisme sur l’environnement et la communauté locale, à valoriser le territoire et les produits du terroir, mais aussi à accroître les bénéfices économiques du tourisme pour la commune. Tous les acteurs qui le souhaitent peuvent signer ce contrat d’engagements sur base volontaire. Cet acte n’a toutefois aucune valeur contraignante pour le signataire, d’autant qu’aucun contrôle du respect des engagements n’est effectué auprès des adhérents.

18La Région wallonne, mais surtout le bep, mettent en œuvre une approche marchande de la qualité (client-centrée) dans laquelle le dd occupe une place secondaire, identifiant plutôt la satisfaction des touristes comme un objectif prioritaire. Le dd n’est pas mentionné dans le plan du bep, au contraire du pq wallon qui reprend quand même, mais discrètement, les principes du dd dans la définition de la qualité (satisfaire le client en respectant les principes du dd) et les objectifs, un peu comme dans une conception intégrée de la qualité. Les deux plans prévoient la mise en place d’une marque de certification que les professionnels qui le souhaitent peuvent porter, à condition de répondre à un ensemble de critères repris dans des référentiels. Un contrôle (audit, client mystère) des établissements est prévu. Les référentiels contiennent des critères obligatoires que les adhérents devront nécessairement respecter pour se faire certifier et porter la marque ainsi qu’un ensemble de critères optionnels où les établissements devront être performants pour seulement quelques-uns d’entre eux. Certains principes du dd sont traduits avec précision dans plusieurs critères obligatoires et facultatifs du pq wallon. Par contre, un seul principe du dd (l’environnement) est mentionné de manière très vague, parmi les critères optionnels du plan namurois.

19Le processus de décision semble avoir eu une influence importante sur le contenu du pq ainsi que sur le dispositif finalement mis en œuvre. En effet, le bepn a travaillé sur sa démarche en étroite collaboration avec quelques professionnels triés sur le volet, en fonction de leur réputation, de leur volontarisme ou de la confiance qui a pu s’établir entre eux depuis plusieurs années. Une journée de réflexion s’est aussi tenue avec tous les professionnels. Le Commissariat général au tourisme a également mené sa réflexion, en concertation avec les associations professionnelles et un colloque d’information et de consultation des professionnels a été organisée. Cette implication exclusive des professionnels dans l’élaboration des pq peut avoir eu un effet sur la définition de la qualité, la place accordée aux enjeux du dd et à la nature incitative et peu coûteuse pour les groupes-cibles des instruments utilisés. Nos entretiens montrent en effet que les professionnels définissent le concept de qualité en l’associant spontanément à des exemples concrets de leur travail quotidien. Les directeurs d’hôtel ont tendance à le définir de manière client-centrée. Les gestionnaires de chambres d’hôtes privilégient quant à eux l’approche production-centrée, associant la qualité à un ensemble de standards ou de normes qu’ils considèrent comme importants. Le dd n’est pas encore bien compris par les professionnels. Ceux-ci ont du mal à le définir et l’associent à la fidélisation de la clientèle, à l’authenticité du produit, à un mode de vie en marge de la société, à la qualité de l’air, à l’aide aux pays pauvres ou à l’écologie. La plupart des répondants affirment concevoir le dd comme un enjeu important mais, peu d’entre eux se sentent réellement responsables des problèmes actuels et futurs qui relèvent selon eux de la responsabilité des grosses entreprises, des autres secteurs plus polluants et des grandes destinations.

20Il convient également d’insister sur le rôle de l’institution universitaire en charge du suivi du projet wallon, qui semble avoir préconisé dans son rapport d’étude une approche équilibrée entre le client-centrisme et le tourisme durable. Sa présence lors des réunions de concertation avec les secteurs a probablement permis aux principes du dd de ne pas être totalement écartés des discussions et de se retrouver dans la définition et les objectifs du plan de la Région wallonne.

21À Durbuy, le travail de deux consultants chargés d’aider la commune à construire un pq, dont un professeur d’université, semble avoir aussi déterminé la manière d’élaborer le pq et son contenu. Le recul des experts extérieurs, leur crédibilité, leur capacité à argumenter et leur aptitude à pouvoir vulgariser certains types d’enjeux ont peut-être permis d’intégrer davantage le dd dans leur pq ou, au minimum, d’éviter son écartement de la réflexion. Par ailleurs, il est fort probable que la présence d’autres catégories d’acteurs (résidents, agents communaux, commerçants, représentants d’associations, hommes politiques…) a restreint l’influence que peuvent avoir les professionnels du tourisme sur le contenu du pq et a renforcé les processus d’apprentissage. En interrogeant les gestionnaires d’hébergements, nous avons ainsi constaté que l’importance accordée au dd est plus grande et le sentiment de responsabilité quant à la viabilité long terme de la destination plus fort auprès des destinations situées à Durbuy, là où le pq s’est clairement orienté vers le dd et où une démarche territoriale a été élaborée sur base de tables rondes ouvertes à plusieurs catégories d’acteurs. En discutant, les acteurs confrontent leurs systèmes de croyances. La présence d’experts ayant une solide connaissance du concept et des enjeux du tourisme durable a favorisé les mécanismes d’apprentissage auprès des autres acteurs. Néanmoins, même si les entrepreneurs durbuysiens semblent davantage sensibilisés aux enjeux du dd, ils ne partagent pas encore une vision commune du v, chacun d’entre eux s’étant approprié le concept, en fonction de sa situation individuelle.

22Les professionnels et les groupes d’intérêts se préoccupent davantage du rapport utilité/coût. Pour eux, le pq doit apporter des bénéfices tangibles aux adhérents (notoriété, positionnement, chiffre d’affaires…), à un coût modéré (cotisations, investissements…) et ne pas générer de tracas administratifs supplémentaires. Le risque induit par l’adhésion à un contrat qualité ou une marque (exclusion arbitraire de la marque) doit être réduit au maximum. Selon eux, les critères doivent surtout se concentrer sur « le métier », la prestation, les critères environnementaux devant rester facultatifs afin de ne pas accabler davantage la situation déjà difficile des entreprises. Lorsqu’on interroge les entrepreneurs, ceux-ci semblent surtout motivés par le bénéfice financier (diminution des coûts variables) ou commercial (gain d’une clientèle sensible à l’écologie ou aux produits naturels et bio). Quelques opérateurs, essentiellement des femmes, témoignent toutefois de leur sensibilité personnelle à l’incertitude qui pèse sur notre avenir et de leur sentiment de devoir moral de penser aux générations futures.

23Les hébergements namurois ou durbuysiens considèrent les objectifs et les engagements liés au dd contenus dans le contrat de Durbuy ou la marque « Esprit des vallées » comme importants, mais ils n’ont toutefois rien changé à leur manière de travailler, puisque ces critères « vont de soi », et qu’ils « avaient déjà pris ce genre de mesure depuis longtemps. Les critères de dd repris dans la démarche “Esprit des vallées” » et dans le contrat de Durbuy n’ont donc que peu d’impacts sur les comportements effectifs des prestataires touristiques. Cela peut s’expliquer par une formulation très consensuelle ou générale de ce type de critères, par le caractère facultatif de les respecter (critères optionnels dans la certification namuroise, contrat moral du côté de Durbuy), par le niveau d’exigence assez faible qui est demandé en termes de durabilité de l’activité (surtout dans le cas du bep).

24Le poids du tourisme sur l’économie et la pression touristique sur le territoire semblent également avoir un effet sur les représentations et les intérêts des acteurs impliqués dans l’élaboration et la mise en œuvre du pq. C’est en tout cas ce que nous révèle le tableau 2, dont les indices sont construits à partir de données (otw et ins, 2006) relatives aux 12 communes wallonnes de moins de 15 000 habitants accueillant le plus de nuitées, à la province de Namur et à la Région wallonne. Le poids du tourisme est ici mesuré en fonction du nombre de nuitées et la pression touristique en fonction du nombre de nuitées par rapport aux nombres d’habitants et à la superficie de la destination. Durbuy constitue la première destination touristique wallonne en termes de nuitées et subit une pression touristique assez importante, en comparaison de la moyenne wallonne, d’autant que les flux touristiques y sont fortement concentrés dans un périmètre réduit (la vieille ville). Dans ce contexte, les habitants et professionnels du tourisme peuvent facilement percevoir les effets négatifs d’un tourisme non régulé (trafic routier, bruit, déchets, plaintes des clients, etc.), rendant les principes du dd beaucoup plus pertinents à leurs yeux. Sur un territoire plus vaste, comme la Wallonie ou la province de Namur, le tourisme contribue de manière modérée au pib. Par ailleurs, dans l’agenda des pouvoirs publics du bep et de la Région wallonne, les problèmes de polarisation touristique portés par une minorité d’acteurs sont contrebalancés par des questions de compétitivité à court et moyen terme et de fréquentation touristique, celle-ci étant trop faible pour couvrir les investissements publics ou privés réalisés et maintenir l’emploi.

25Cela nous renvoie à la variable relative au niveau institutionnel d’intervention. Les enjeux prioritaires liés au tourisme changent en fonction de l’échelon territorial, les pratiques institutionnelles aussi. La démocratie est devenue fortement participative au niveau local, avec la mise en place d’organes consultatifs divers, souvent composites. De plus, la forte proximité entre les décideurs publics locaux, les activités touristiques et la population renforce la place de la question des effets du tourisme dans l’agenda politique. Les communes ont également des compétences assez larges pour intervenir sur leur territoire et se caractérisent par une plus grande transversalité entre les compétences qu’elle peut assurer (aménagement du territoire, environnement, économie, tourisme, etc.). Ces conditions favorisent la mise en place d’une approche intégrée de la qualité. Par contre, comme nous pouvons l’observer dans les cas wallon et namurois, plus le niveau d’intervention est élevé, plus la compétence touristique est isolée des autres portefeuilles, favorisant un focus sur l’enjeu économique du tourisme. De plus, les relations avec les acteurs du tourisme se spécialisent et s’institutionnalisent, les associations professionnelles du tourisme et les entrepreneurs touristiques devenant ainsi le principal, voire l’unique interlocuteur des pouvoirs publics.

Tableau 2. – Nombre de nuitées et pression touristique en Région wallonne.

Conclusion

26Les trois expériences belges que nous avons analysées montrent qu’un pq dans le domaine du tourisme peut intégrer de manière variable les dimensions du dd. La place du dd dans un pq dépend de la manière dont le processus d’élaboration et de décision se déroule. Selon les résultats de notre recherche, ce processus est lui-même fonction de plusieurs variables qui nous permettent de prévoir le degré ’intégration du dd dans un pq :

  • la nature des acteurs impliqués dans le processus, dont les représentations (H1) et intérêts (H2) peuvent favoriser ou non la prise en compte du dd dans les objectifs et les actions envisagées ;
  • le niveau institutionnel d’intervention détermine par rapport au secteur du tourisme la marge de manœuvre des pouvoirs publics, leurs missions et les modes de gouvernance envisageables (nature des acteurs impliqués et degré de participation). Il influe sur la proximité entre les acteurs et les activités touristiques et leurs effets et délimite aussi les problèmes touristiques à résoudre en priorité sur un plan territorial (H3b), ce qui n’est pas sans conséquences sur les représentations et les intérêts défendus par les acteurs ;
  • le poids économique du tourisme (H4) et la pression (H5) qu’il exerce sur le territoire sont corrélés au niveau institutionnel d’intervention et pèsent aussi sur les intérêts et les représentations.

27Nous pouvons conclure, mais avec prudence, que le dd a plus de chance d’être pris en considération dans un pq, si celui-ci est porté sur un espace restreint, par des institutions locales, si le processus d’élaboration s’ouvre à des acteurs hétérogènes, parmi lesquels des résidents et des experts, et si le poids économique et la pression du tourisme sont élevés. Cette conclusion doit toutefois être assortie de trois remarques importantes.

28La première concerne les limites de notre étude. Il est en effet nécessaire que l’échantillon de pq analysés soit étendu à d’autres cas, en Belgique et ailleurs, afin de tester avec plus de précision nos hypothèses et d’identifier d’éventuelles exceptions ou de nouvelles variables explicatives. Par ailleurs, le nombre d’entrepreneurs interrogés doit être augmenté, à l’aide d’une enquête quantitative, pour améliorer la représentativité des répondants.

29La seconde remarque porte sur la nature des instruments utilisés, leur portée (adhésion volontaire ou non) et leur caractère contraignant (obligations, contrôle, sanction). Les trois plans étudiés ont privilégié un instrument (marque ou contrat) qui nécessite une adhésion volontaire des entreprises. De plus, deux des trois pq prévoient un discret dispositif de contrôle (audit ou client mystère) et de sanctions (exclusion). Or, il serait intéressant de voir si des variations en la matière peuvent être observées dans d’autres destinations et pourquoi.

30Enfin, nous devons poser la question de l’effectivité et de l’efficacité d’un pq à pouvoir maintenir ou changer les conduites des entreprises, en matière de dd. D’après nos observations, la place du dd dans un pq ne se traduit pas nécessairement dans des comportements entrepreneuriaux plus durables ou innovants. Une recherche sur un temps plus long permettrait de mesurer l’évolution des conduites des entreprises ciblées et de voir si et pourquoi certains pq intégrant le dd ont un réel impact direct (sur les adhérents) ou indirect (sur les non-adhérents).

Bibliographie

Bibliographie

Bergery Line, Qualité globale et tourisme, Paris, Economica, 2002.

Butler Richard, « Sustainable Tourism : A State-of-the-Art Review », in Tourism Geographies, vol. 1, n° 1, 1999, p. 7-25.

Ceron Jean-Paul, Dubois Ghislain, « Les indicateurs du tourisme durable. Un outil à manier avec discernement », in Les Cahiers Espaces, n° 67 (« Tourisme durable »), 2000, p. 30-46.

Dagnies Jeremy, « Les démarches “qualité” mises en œuvre par les pouvoirs publics dans le secteur du tourisme. De la polysémie du concept aux pratiques hétérogènes », in Ferreol Gilles et Mamontoff Anne-Marie (éd.), Tourisme et sociétés, Fernelmont, eme, 2009, p. 34-35.

Garvin David, Managing Quality, New York, The Free Press, 1988, p. 37-60.

Jennings Gayle, « Perspectives on Quality Tourism Experiences : An Introduction », in Jennings Gayle et Neckerson Norma Polovitz (éd.), Quality Tourism Experiences, Burlington, Elsevier utterworth-Heinemann, 2006, p. 1-23.

Kauffmann-Hayoz Ruth et Gutscher Heinz, Changing Things – Moving People. Strategies for Promoting Sustainable Development at the Local Level, Bâle, Birkhäuser, 2001.

Lauriol Jacques, « Le développement durable à la recherchéd’un corps de doctrine », in Revue française de gestion, 2004/5, n° 152, 2004, p. 137-150.

Lascoumes Pierre, Le Galès Patrick, « De l’innovation instrumentale à la recomposition de l’État », in Lascoumes Pierre et Le Galès Patrick (éd.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2004, p. 361-363.

Lozato-Giotard Jean-Pierre, Le Chemin vers l’écotourisme. Impacts et enjeux environnementaux du tourisme aujourd’hui, Paris, Delachaux et Niestlé, 2006, p. 77.

–, Géographie du Tourisme. De l’espace consommé et àl’espace maîtrisé, 2e édition, Paris, Pearson Education, 2008, p. 304-305.

Macleod Calum, Todnem Rune, « Performance, Conformance and Change : Towards a Sustainable Tourism Strategy for Scotland », in Sustainable Development, n° 15, 2007, p. 329-342.

Mancebo François, Développement durable, Paris, Armand Colin, 2008, p. 117.

Pesqueux, Qualité et Management : une analyse critique, Paris, Economica, 2008.

Tepelus Camelia Monica, Córdoba Rolando Castro, « Recognition Schemes in Tourism – From “Eco” to Sustainability ? », in Journal of Cleaner Production, n° 13, 2005, p. 135-140.

Vellas François, Économie et politique du tourisme international, 2e édition, Paris, Economica, 2009, p. 195-227.

Violier Philippe, Tourisme et développement local, Paris, Belin, 2008, p. 24-25.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – Typologie des approches Qualité adoptées par les acteurs du tourisme.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 969k
Légende Figure 1. – Modèle explicatif de la place du dd dans un pq.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1251/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Tableau 2. – Nombre de nuitées et pression touristique en Région wallonne.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1251/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 349k

Auteur

Assistant de recherche et d’enseignement en Science politique, Facultés universitaires catholiques de Mons

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540