Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entreprises et environnement : quels enjeux pour le développement durable ?

 | 
François Bost
, 
Sylvie Daviet

Acceptabilité de l’entreprise et prise en compte de l’environnement

L’exploitation du lignite en Allemagne, ou comment rendre acceptable une activité dévastatrice

Michel Deshaies

Texte intégral

Introduction

1Si la conscience environnementale (Umweltbewusstsein) occupe incontestablement une place importante en Allemagne, elle s’accommode néanmoins de certaines activités économiques qui, à première vue, pourraient sembler être en contradiction avec la volonté largement partagée de préservation de la « nature ». C’est le cas en particulier de l’extraction à ciel ouvert du lignite qui, par les dimensions des excavations créées et par les transformations apportées aux paysages, compte parmi les activités les plus dévastatrices que l’on puisse observer en Europe. En effet, malgré l’impact environnemental considérable des activités des entreprises minières, celles-ci ne sont pas fondamentalement remises en cause et sont même confortées par les choix énergétiques récents faits par le gouvernement fédéral.

2Il est vrai que, depuis les années 1960, l’acceptabilité des nuisances créées par les activités minières repose sur l’obligation faite à l’entreprise minière, après la fin de l’exploitation, de réhabiliter les terrains exploités. La nécessité pour les exploitants miniers que leur activité soit socialement acceptable, malgré ses nuisances, a conduit les entreprises minières à investir le terrain de la « protection de la nature » en développant des projets spécifiques. Néanmoins, malgré d’incontestables réussites, les sociétés minières doivent faire face de plus en plus à la contestation qu’a fait naître la démesure des nouvelles exploitations, en particulier dans la région de Cologne et plus récemment en Basse-Lusace.

Le lignite, une énergie nationale et rentable, mais une exploitation dévastatrice

Une ressource abondante, essentielle pour la production d’électricité en Allemagne

3Dans une Europe où l’exploitation minière a fortement décliné, l’Allemagne présente l’originalité de satisfaire un quart de sa consommation énergétique en recourant à l’extraction du charbon et du lignite. Si l’exploitation du charbon est désormais très faible et devrait encore décliner, celle du lignite au contraire se maintient et les plans d’exploitation prévoient de maintenir le niveau actuel de production au moins jusqu’à l’horizon 2030 ou 2040. Malgré une très forte baisse de la production depuis la réunification allemande, l’Allemagne reste de loin le premier producteur mondial de lignite avec un total de 180 millions de tonnes en 2007. En effet, c’est que contrairement au charbon, le lignite peut être exploité et utilisé pour faire fonctionner les centrales thermiques dans des conditions économiques avantageuses.

Figure 1. – Sources de production d’électricité en Allemagne en 2006 (633 TWh). Source : bmwt.

4Aussi, le lignite est-il l’un des trois piliers de la production d’électricité en Allemagne avec environ un quart du total en 2007 (fig. 1). Or, depuis le déclin de la production charbonnière, il s’agit de la seule source d’énergie nationale, contribuant ainsi à réduire la dépendance énergétique du pays (Deshaies, 2007). De plus, c’est une ressource dont les réserves sont abondantes et dont une part importante peut être exploitée en découverte grâce à l’épaisseur des couches. Les différents bassins recèlent en effet plus de 77 milliards de tonnes de réserves dont 40 sont exploitables dans les conditions économiques et techniques actuelles, soit environ 10 % des réserves mondiales (Deshaies, 2004). Au rythme actuel de l’exploitation, cela représente encore près de 300 ans de réserve. L’essentiel des réserves se trouve dans les trois bassins situés à l’extrémité méridionale de la plaine d’Europe du Nord, au pied du Mittelgebirge (fig. 2).

Figure 2. – Bassins d’exploitation et production du lignite en Allemagne en 2006.

5Le bassin principal est celui situé dans la baie de Cologne qui contient à lui seul plus de 90 % des réserves exploitables. C’est aussi celui où les couches sont les plus épaisses et les plus rentables à exploiter et c’est pourquoi il fournit plus de la moitié de la production dans trois gigantesques mines contrôlées par la société rwe Power.

6Le bassin d’Allemagne centrale est par contre presque épuisé et la production actuelle est réduite à 20 millions de tonnes dans trois exploitations détenues par deux sociétés différentes, Romonta et mibrag. Le bassin de Basse-Lusace ne produit plus que 60 millions de tonnes extraites de quatre exploitations appartenant à la société Vattenfall. Mais les réserves exploitables ne sont que de 3,7 milliards de tonnes, soit dix fois moins que celles de la baie de Cologne.

Les lourdes conséquences environnementales de l’exploitation en découverte

7L’exploitation du lignite dans des conditions économiques avantageuses nécessite l’emploi d’une technique qui provoque des bouleversements considérables de l’environnement et des paysages, l’extraction en découverte par des excavatrices géantes (photo 1 en fin d’article). Seule activité minière encore pratiquée à grande échelle en Allemagne, l’exploitation du lignite et ses conséquences pour l’environnement, les populations et les paysages illustrent les relations complexes existant entre une société et une activité générant de grandes nuisances environnementales (Deshaies, 2004). Par l’importance des surfaces affectées, les dimensions des excavations créées, les volumes de déblais déplacés, les transformations apportées aux paysages par l’exploitation du lignite en Allemagne, comptent en effet parmi les plus importantes que l’on puisse observer. Or, l’originalité de l’Allemagne est que ses mines gigantesques sont au cœur de régions densément peuplées ; si bien que l’extension spatiale des mines à ciel ouvert nécessite la destruction de nombreux villages et le déplacement de milliers de personnes. Ainsi, depuis les débuts de l’extraction du lignite, c’est plus de 160 000 ha, soit deux fois la superficie de Berlin, qui ont été affectés, notamment dans des régions qui comptent parmi les plus densément occupées d’Allemagne. Les gigantesques excavations de la baie de Cologne ou de la baie de Leipzig se développent ou se sont étendues, aux dépens de campagnes particulièrement fertiles et peuplées et, depuis un demi-siècle, des dizaines de milliers de personnes ont dû quitter leur village, détruit pour permettre la progression des exploitations.

Figure 3. – La réhabilitation des paysages et les déplacements de villes et de villages dans la baie de Cologne, situation en 2005 (source rwe).
1. zone exploitée ou en voie de réaménagement ; 2. surfaces remises en culture ; 3. surfaces reboisées ; 4. lacs constitués dans d’anciennes exploitations ; 5. limite des zones autorisées pour l’exploitation ; 6. village de moins de 1 000 habitants déplacé entre 1950 et 1959 ; 7. village de 1 000 à moins de 2 000 habitants déplacé entre 1960 et 1969 ; 8. ville de plus de 2 000 habitants déplacée entre 1970 et 1979 ; 9,.ville de plus de 2 000 habitants déplacée entre 1980 et 2003 ; 10. nouveau village ou nouveau quartier rassemblant les habitants déplacés ; 11. centrale thermique.

8Pratiqués dès les années vingt en Allemagne centrale, ces déplacements de population se sont développés considérablement après la Seconde Guerre mondiale en proportion de l’essor de la production de lignite, en particulier dans l’ex-rda où en une quarantaine d’années, près de 80 000 personnes ont dû quitter leur logement devant l’extension des mines de lignite (Berkner, 1989). Si dans la baie de Cologne, la nécessité de déplacer des villages est apparue plus tardivement, ce sont quand même environ 30 000 habitants qui ont dû être déplacés depuis 1948.

9Outre les conséquences directes sur les zones exploitées, l’extraction du lignite atteint une telle profondeur qu’elle nécessite l’abaissement de la nappe phréatique par pompage bien au-delà des limites des exploitations. Aussi, l’une des conséquences environnementales les plus importantes de l’exploitation du lignite est-elle la modification de l’hydrologie dans une partie du bassin, d’autant plus étendue que les excavations atteignent des profondeurs importantes. Dans la baie de Cologne (figure 3), la mise en exploitation de Hambach et de Garzweiler a provoqué un abaissement de la nappe phréatique jusqu’à 300 m de profondeur sur plus de 3 000 km2 (Glässer et al., 1997).

Une réhabilitation exemplaire, indispensable à l’acceptabilité de l’exploitation

Une exploitation et une réhabilitation très encadrées

10Depuis longtemps, l’acceptabilité des nuisances créées par les activités minières, et notamment les déplacements de population, repose sur l’obligation faite à l’entreprise minière, après la fin de l’exploitation, de recréer un cadre de vie, sous la forme de nouveaux villages et de nouveaux paysages de qualité dits de « succession minière » (Bergbaufolgelandschaft).

11La réhabilitation post-minière a en effet une longue tradition en Allemagne que l’on retrouve déjà dans la loi générale sur les mines dont se dote la Prusse en 1865. Cette loi met en place un contrôle strict de la reconstitution des surfaces exploitées et les autorités administratives des mines sont chargées de surveiller toutes les mesures de remodelage de la topographie et de réutilisation des surfaces après extraction du lignite. Jusqu’aux années 1920, ces opérations de reboisement ou de remise en culture restent de dimensions modestes, à l’image de l’exploitation minière. Avec l’accroissement des moyens mécaniques et la constitution de grandes exploitations à ciel ouvert, après la Première Guerre mondiale, le problème de la reconstitution des paysages atteint des dimensions inconnues jusqu’alors, nécessitant de grandes opérations planifiées de reboisement. Mais c’est surtout après la Seconde Guerre mondiale que la croissance de la production et des surfaces exploitées donne une autre échelle aux problèmes de réhabilitation des paysages.

12Il faut souligner que la gestion de l’exploitation du lignite et de la réhabilitation des paysages s’est effectuée dans des cadres très différents en rfa et en rda. En effet, en Allemagne de l’Est, la priorité absolue donnée à l’extraction du lignite faisait qu’il y avait un fort déficit en matière de réhabilitation. En République fédérale allemande par contre, l’extraction du lignite et surtout les opérations de réhabilitation paysagère sont beaucoup plus strictement encadrées, surtout à partir des années 1970 avec l’influence croissante des préoccupations environnementales. La loi fédérale sur la protection de l’environnement du 24 décembre 1976 prévoit que les activités portant atteinte à l’intégrité de la nature et des paysages doivent être conduites en limitant au maximum ces atteintes, et celles-ci doivent être compensées par des mesures de remise en culture ou de « renaturation » (Renaturierung). La société d’exploitation minière est ainsi entièrement responsable de la réhabilitation des paysages (Pflug, 1998).

13En pratique c’est cependant au niveau de chaque Land que sont prises les mesures permettant la mise en œuvre des principes généraux de la loi. En Rhénanie du Nord-Westphalie il a été décidé dès 1979 de mettre en place une planification du lignite (Braunkohlenplanung) intégrée dans la loi sur l’aménagement du territoire. En effet, l’ampleur des surfaces affectées par l’exploitation du lignite dans la baie de Cologne fait que celle-ci est devenue la principale opération d’aménagement du territoire dans tout le Land. L’instrument de cette forme particulière d’aménagement du territoire est le « Braunkohlenplan », qui est un document dans lequel figurent les limites de la zone exploitée et les mesures à prendre en prévision et après la fin de l’extraction du lignite.

Une réhabilitation à bien des titres exemplaire

14L’acceptabilité de l’exploitation du lignite repose en grande partie sur la qualité des réhabilitations qui sont menées par les sociétés minières, une fois l’extraction du lignite terminée. Une succession d’opérations destinées à effacer les traces de l’activité minière doivent permettre une « Rekultivierung », qui n’est pas simplement une remise en culture, mais plus globalement le façonnement d’un paysage de succession minière. Plusieurs décennies d’expérience de reconstitution des paysages de succession minière ont permis aux sociétés comme rwe et Vattenfall d’acquérir de solides compétences techniques ; si bien que la qualité des paysages créés à l’emplacement des anciennes mines à ciel ouvert leur sert d’argument pour justifier la poursuite de leurs activités, malgré leur impact environnemental. En effet, dans les régions aux paysages peu accidentés et très agricoles de la baie de Cologne et de la baie de Leipzig, les paysages de succession minière présentent des caractéristiques bien différentes. L’extraction du lignite en découverte a créé d’immenses excavations, qui, au cours du processus de réhabilitation, deviennent des lacs dont certains compteront parmi les plus grands d’Allemagne et sont aménagés pour la pratique des activités nautiques et balnéaires (photo 2 en fin d’article). Suivant les bassins, les surfaces lacustres devraient constituer, à terme, de 20 à 35 % des surfaces réhabilitées. À l’inverse, au cours de l’exploitation, la couverture sédimentaire dégagée par les excavatrices a été accumulée en collines artificielles, voire en de gigantesques plateaux. Ces reliefs artificiels, en grande partie reboisés, ont aussi contribué à accroître la proportion des forêts dans les paysages de succession minière. C’est ce qui permet aux sociétés minières d’avancer qu’à terme leur activité extractrice aboutit au façonnement de paysages « plus variés » et en quelque sorte plus « intéressants » que ceux qui existaient initialement. La qualité des paysages de succession minière est ainsi présentée comme une compensation équitable aux nuisances de l’exploitation minière.

15La destruction des villages résultant de l’extension des exploitations constitue cependant le point le plus fragile pour l’acceptabilité de l’exploitation. Aussi, les sociétés minières s’efforcent-elles de réaliser des reconstitutions exemplaires des villages déplacés. Les déplacements de population sont longuement négociés et les habitants ont la possibilité de choisir entre la transplantation dans un nouveau village, où les liens de voisinage et de convivialité peuvent être préservés, et le déménagement dans une autre commune.

L’exploitation du lignite, une activité acceptable pour la société ?

Une acceptabilité de plus en plus remise en cause

16La poursuite de l’exploitation du lignite pendant encore plusieurs décennies, principalement en Rhénanie, mais aussi en Basse-Lusace, fait que la problématique des déplacements de population reste d’actualité. Même si les déplacements prévus n’ont pas l’ampleur de ceux réalisés dans les années 1960 et 1970, au moment de l’apogée de l’exploitation, ils sont néanmoins suffisamment importants pour susciter l’hostilité d’une partie de l’opinion beaucoup plus sensibilisée que dans le passé aux problèmes environnementaux. Dans l’avenir, l’extension des trois grandes exploitations de Hambach, Inden et Garzweiler II (fig. 3), dans la région de Cologne, devrait ainsi entraîner le déplacement de près de 15 000 personnes. Les 4 800 ha de Garzweiler II ont commencé à être mis en exploitation en 2006, afin de fournir environ 50 millions de tonnes de lignite par an jusqu’à l’horizon 2045. Le projet d’extension de Garzweiler soulève cependant une forte opposition locale de la part des défenseurs de l’environnement comme « Bund, Freunde der Erde », et tout simplement des habitants concernés. En effet, contrairement à ce qui se passait il y a encore une vingtaine d’années, la société minière a de plus en plus de mal à faire accepter par les habitants la nécessité de quitter leurs habitations pour de nouveaux logements. La montée de l’opposition aux projets de développement de l’exploitation de Garzweiler a conduit en 1991 le gouvernement du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie à réduire de 30 % l’extension initialement prévue par la Rheinbraun AG (devenue entre-temps rwe). Depuis lors, les opposants, notamment les élus des communes concernées, les associations de défense de l’environnement et même les responsables des communautés catholiques ont multiplié les recours.

17Depuis la réunification, ce sont des procédures similaires de consultation des habitants qui sont mises en œuvre dans les nouveaux Länder afin, d’une part, d’assurer la poursuite de l’exploitation et, d’autre part, de déterminer la physionomie des futurs paysages miniers. En ce qui concerne le premier point, l’extension des quelques exploitations encore en activité va nécessairement conduire à la destruction de villages et la position des sociétés minières est quelque peu délicate, car l’effondrement du secteur minier après la réunification avait suscité des espoirs parfois contredits dans le voisinage des exploitations. Ainsi, au sud de Leipzig, l’arrêt de presque toutes les exploitations a sauvé de la destruction de nombreux villages, dont certains, comme Dreiskau-Muckern, au sud de Leipzig, connaissent un renouveau spectaculaire.

18Non loin de là au contraire, le village de Heuersdorf situé en bordure de l’exploitation de Schleenhain qui est toujours en activité, a dû être détruit. Une partie des habitants était résolument hostile et a manifesté son opposition aux projets de la société mibrag qui avait repris l’exploitation de Schleenhain. Après un combat qui a duré plusieurs années (voir le site internet qui relate ce combat : www.heuersdorf.de) et de nombreux recours, la communauté de Heuersdorf a dû céder face à la décision du Landtag de Saxe d’autoriser l’exploitation du lignite sous le village. En guise d’apaisement cependant, la mibrag a pris à ses frais la préservation de l’église médiévale du village qui, au cours d’une opération très spectaculaire et inédite en Allemagne, a été déplacée sur 12 km pour être implantée à Borna le 30 octobre 2007.

19L’annonce faite par Vattenfall en septembre 2007 d’étendre les zones exploitées en Basse-Lusace, au-delà des limites prévues jusqu’à présent, a relancé le mouvement d’opposition à l’exploitation du lignite, puisque si les nouveaux plans sont réalisés, plusieurs villages rassemblant plus de 3 000 habitants devront être déplacés. Ces nouveaux plans d’exploitation qui relancent le secteur du lignite en Basse-Lusace pour la première fois depuis la réunification allemande sont soutenus par le gouvernement du Land de Brandebourg qui y voit surtout de nouveaux investissements et la consolidation d’un secteur économique majeur dans une région particulièrement sinistrée. Par contre, les associations de protection de l’environnement (notamment bund et nabu) ainsi que le parti écologiste (Bündnis 90 / Die Grünen) ont constitué un comité d’action intitulé « Zukunft statt Braunkohle » (l’avenir plutôt que le lignite) qui compte multiplier les actions sur le terrain et à la tribune politique pour obtenir un changement des choix énergétiques.

Mines, environnement et protection de la nature

20L’opposition aux sociétés exploitant le lignite, qui n’a pu obtenir l’abandon des projets d’extension des mines sur le seul motif de la préservation des villages déplacés, met désormais davantage l’accent sur la contradiction existant entre la politique énergétique allemande et les engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le cadre du Protocole de Kyoto et plus récemment l’objectif adopté par l’ue lors du Conseil européen de mars 2007 de les réduire de 20 % d’ici 2020. C’est pourquoi, dans les bassins d’exploitation du lignite en particulier (Rhénanie du Nord-Westphalie, région de Leipzig), les organisations écologistes ont constitué avec des personnalités morales locales (comme des membres des églises protestantes) une « Klima-Allianz » qui manifeste contre les projets de construction de nouvelles centrales thermiques et réclame la sortie du charbon et du lignite. Une manifestation rassemblant plus de 3 000 personnes a été ainsi organisée sur le chantier de la nouvelle centrale thermique de Neurath le 8 décembre 2007, lors de la journée d’action pour la protection du climat.

21L’impact sur l’environnement des activités des sociétés exploitant le charbon et le lignite comme rwe et Vattenfall est ainsi de plus en plus fermement remis en question et plusieurs projets de construction de nouvelles centrales thermiques (par exemple à Ensdorf dans la Sarre et à Herne dans la Ruhr) ont même dû être abandonnés face à l’opposition exprimée par les habitants des sites concernés. C’est pourquoi les sociétés minières sont particulièrement attentives à leur image et s’efforcent de montrer dans quelle mesure leurs activités contribuent aussi à la protection de l’environnement et peuvent même avoir, à long terme, un effet positif pour la nature.

  • 1 Le procédé, sur lequel de nombreuses entreprises de par le monde travaillent actuellement, consiste (...)

22Face au discours présenté comme utopique des organisations écologistes, les sociétés minières argumentent sur la nécessité, depuis la sortie décidée du nucléaire, de conserver le lignite comme seule ressource énergétique nationale pouvant être durablement exploitée de manière rentable. Elles avancent que la modernisation et la construction de nouvelles centrales plus performantes permettra de réduire les émissions de dioxyde de carbone dans des proportions supérieures à ce que l’on pourrait obtenir par des investissements beaucoup plus importants dans les énergies renouvelables. Enfin, elles font miroiter la prochaine mise au point du procédé de séquestration du carbone (ccs : Carbon Capture and Storage1) qui, selon le président de la debriv (syndicat de l’industrie allemande du lignite), pourrait être appliqué de manière rentable à l’horizon 2020. La société Vattenfall a ainsi inauguré au printemps 2007, sur le site de Jänschwalde en Basse-Lusace, la première centrale expérimentale du monde qui doit produire de la chaleur à partir du lignite sans rejeter de dioxyde de carbone. Cette argumentation « technique » est confortée par l’investissement des sociétés dans des projets exemplaires de réhabilitation destinés à démontrer que la protection, en l’occurrence plus précisément la reconstitution de la nature, est une préoccupation essentielle des entreprises.

23L’idée est de montrer que les sociétés minières recréent une nature qui avait disparu du fait de la mise en valeur agricole et qu’à terme l’exploitation minière a un impact positif sur la nature. Ainsi, les services de communication des exploitants miniers s’efforcent-ils de démontrer que, sur le long terme, l’exploitation du lignite se révèle bénéfique pour l’environnement, puisque les paysages de succession minière incorporent beaucoup plus de zones « naturelles » que les paysages initiaux. La communication met ainsi de plus en plus en valeur la renaturation (Renaturierung) pratiquée dans le cadre des opérations de réhabilitation. C’est ce qui a été fait récemment par rwe dans l’exploitation d’Inden dont le développement a nécessité le déplacement de la rivière Inde au cours rectiligne et régularisé depuis le xixe siècle. Le nouveau cours de la rivière réalisé en 2005 contourne désormais l’exploitation par une ample boucle au tracé à méandres plus « naturel » que celui de l’ancienne rivière (figure 3). Les sociétés minières diffusent ainsi largement dans leurs publications les exemples les plus réussis des réhabilitations paysagères réalisées et elles font valoir leur contribution à la protection de la nature en développant des projets où certaines espèces animales menacées retrouvent une place qu’elles avaient perdue dans les paysages agricoles antérieurs à l’exploitation minière. C’est l’exemple du projet « Hilfe für den Hasen » (aidons le lapin) développé par rwe dans le bassin de Cologne où les projets de réhabilitation des anciennes surfaces minières ont offert l’occasion de reconstituer des sites favorables à l’implantation de cette espèce devenue particulièrement nombreuse dans une région pourtant très peuplée.

Conclusion

24Malgré ses lourdes conséquences pour les paysages et l’environnement, l’utilisation du lignite reste un des piliers de la production d’électricité en Allemagne. Dans un pays où la société est pourtant très soucieuse de la protection de l’environnement, la légitimité de cette exploitation dévastatrice reste encore assurée et repose sur la rentabilité économique de ce qui est maintenant la seule ressource énergétique nationale encore disponible en abondance. Elle s’appuie aussi sur les réhabilitations exemplaires des anciennes exploitations réalisées depuis plusieurs décennies par les entreprises minières. Néanmoins, l’impact environnemental de l’exploitation, notamment le déplacement des populations, est de plus en plus fermement contesté par les associations écologistes qui soulignent la contradiction entre la poursuite de l’utilisation du lignite et les objectifs ambitieux de réduction des émissions de dioxyde de carbone auxquels l’Allemagne s’est engagée pour contribuer à la protection du climat. Aussi, face à cet activisme des organisations écologistes qui comptent faire subir au secteur du lignite le même sort que celui du nucléaire, les entreprises minières s’efforcent à la fois de démontrer la nécessité de conserver le lignite dans le mix énergétique et leur engagement sur le terrain de la protection de la nature et de l’environnement. Cette image d’entreprises soucieuses de l’environnement est matérialisée par les projets de reconstitution de la nature menés dans le cadre de la réhabilitation des exploitations minières. Elle paraît d’autant plus nécessaire que la sortie programmée du nucléaire conforte durablement le secteur du lignite et rend pratiquement inéluctable l’extension de nouvelles exploitations minières que seule une révision profonde de la politique énergétique du pays pourrait remettre en cause.

Bibliographie

Bibliographie

Berkner Andreas, « Braunkohlenbergbau, Landschaftsdynamik und territoriale Folgewirkungen in der ddr » (Exploitation du lignite, dynamique paysagère et conséquences territoriales en rda), in Petermanns Geographische Mitteilungen, 1989, 3, p. 173-190.

–, « Der Südraum Leipzig – Braunkohlenbergbau, Grundstoffindustrie und Folgelandschaftsgestaltung im Umbruch » (La région au sud de Leipzig – Exploitation du lignite, industrie de base et façonnement du paysage de succession minière en mutation), in Berichte zur deutschen Landeskunde, 1993, 67, p. 35-53.

–, « The Lignite Industry and the Reclamation of Land-Developments in the Rhenish, Central German and Lusatian Mining Areas since 1989 », in Beiträge zur Regionalen Geographie, 2000, H. 52, Leipzig, p. 186-201.

–, « Von der Tagebauzur Seenlandschaft. Wasserwirtschaftliche Sanierung im Mitteldeutschen Braunkohlenrevier », in Geographische Rundschau, 2001, Heft 9, p. 11-18.

–, « Énergie et paysages en Allemagne : les enjeux environnementaux », in Annales de géographie, n° 637, 2004, p. 27-51.

Deshaies Michel, « Énergie et environnement en Allemagne », in RGE, 2007, n° 1, p. 53-69.

–, Les Territoires miniers. Exploitation et reconquête, Ellipses, 2007, 224 p.

Glässer E., Schmied M. W., Woitschützke C. P., Nordrhein-Westfalen (Rhénanie-du-Nord-Westphalie), Länderprofile, Klett-Perthes Verlag, 1997, 424 p.

Pflug Wolfram, Braunkohlentagebau und Rekultivierung-Landschaftsökologie, Folgenutzung, Naturschutz (Exploitation en découverte du lignite et remise en culture – écologie, usages post-miniers, protection de la nature), Berlin (Springer), 1998, 1068 p.

Annexes

Photo 1. – L’exploitation de lignite de Garzweiler, dans la région de Cologne, Est l’une des trois grandes mines encore en activité (photo Deshaies, 2002)

Photo 2. – Activités nautiques sur le lac de Geierswalde, dans une ancienne exploitation de lignite de basse lusace (photo Deshaies, 2006)

Notes

1 Le procédé, sur lequel de nombreuses entreprises de par le monde travaillent actuellement, consiste à capter le dioxyde de carbone émis lors de la combustion du charbon, puis à le piéger dans des réservoirs souterrains, par exemple d’anciens gisements de gaz ou de pétrole. Parmi les obstacles très nombreux à surmonter pour permettre l’utilisation « propre » du charbon ou du lignite, il faut citer la baisse de rendement des centrales qu’occasionne le captage du dioxyde de carbone et surtout la difficulté à trouver des réservoirs permettant de stocker de manière sûre et permanente le dioxyde de carbone, qui plus est à proximité des centrales thermiques.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Sources de production d’électricité en Allemagne en 2006 (633 TWh). Source : bmwt.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Figure 2. – Bassins d’exploitation et production du lignite en Allemagne en 2006.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Figure 3. – La réhabilitation des paysages et les déplacements de villes et de villages dans la baie de Cologne, situation en 2005 (source rwe).1. zone exploitée ou en voie de réaménagement ; 2. surfaces remises en culture ; 3. surfaces reboisées ; 4. lacs constitués dans d’anciennes exploitations ; 5. limite des zones autorisées pour l’exploitation ; 6. village de moins de 1 000 habitants déplacé entre 1950 et 1959 ; 7. village de 1 000 à moins de 2 000 habitants déplacé entre 1960 et 1969 ; 8. ville de plus de 2 000 habitants déplacée entre 1970 et 1979 ; 9,.ville de plus de 2 000 habitants déplacée entre 1980 et 2003 ; 10. nouveau village ou nouveau quartier rassemblant les habitants déplacés ; 11. centrale thermique.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1249/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Photo 1. – L’exploitation de lignite de Garzweiler, dans la région de Cologne, Est l’une des trois grandes mines encore en activité (photo Deshaies, 2002)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1249/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Photo 2. – Activités nautiques sur le lac de Geierswalde, dans une ancienne exploitation de lignite de basse lusace (photo Deshaies, 2006)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1249/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 692k

Auteur

Professeur de Géographie Université de Nancy 2 Centre d’étude et de recherche sur les paysages (cerpa)

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540