Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entreprises et environnement : quels enjeux pour le développement durable ?

 | 
François Bost
, 
Sylvie Daviet

Environnement, risques et conflits

La samir : raffinage et environnement dans la région de Mohammedia (Maroc)

Hindou Baddih et Fatiha Khihel

Texte intégral

1Le concept de développement durable représente un choix de développement auquel le Maroc a souscrit au même titre que la communauté internationale. Un choix dicté au niveau national, non seulement par la rationalisation nécessaire de la gestion des ressources, gage de développement socioéconomique futur du pays, mais également – et surtout – par l’objectif d’amélioration continue de la qualité de vie des Marocains.

2Tout d’abord, les objectifs étaient tracés dans le cadre d’une vision protectionniste à court terme. Ces objectifs se limitaient à réduire les risques pour la santé et à protéger les espèces et les écosystèmes menacés. Les premières politiques menées en la matière ont adopté une approche sectorielle et une tendance à traiter les différentes composantes environnementales séparément.

3Une vision plus globale a commencé à se dégager au début des années 1980. Des questions telles que les changements climatiques, le problème de l’ozone, le transport de polluants à grandes distances et enfin l’accumulation des effets à long terme qui menacent des générations futures ont montré la nécessité d’un engagement politique plus sérieux. L’année 1992 marqua un tournant avec la création d’un département ministériel chargé de l’environnement et la restructuration du Conseil national de l’environnement pour une coordination meilleure et plus efficace en matière de politique et gestion environnementale.

4La perturbation de l’écosystème au Maroc, comme dans la plupart des pays en voie de développement, est liée à la pénétration de techniques exogènes, peu adaptées à l’environnement, mais répondant à des intérêts économiques précis ou à des déséquilibres sociaux particuliers. L’activité industrielle est la principale cause derrière cette dégradation. En raison de son rôle et de sa responsabilité au sein de la société, elle a le devoir de contribuer à l’évolution vers un développement durable en élaborant des produits de plus en plus propres et sobres, et en s’engageant dans des initiatives de réduction de la pollution causée par elle.

5Cet article a pour objectif d’identifier les différentes voies permettant à l’industriel d’assurer ce rôle, et ce dans un contexte transitoire tant dans sa dimension scientifique (incertitudes concernant les causes et conséquences des pollutions ; dans la cas de la Société anonyme marocaine de l’industrie du raffinage (samir), les autorités marocaines ne sont pas sûr du fait que les émissions dans l’air de Mohammedia sont la cause de certains maladies respiratoires), sociale (durcissement de la législation, émergence de filière de valorisation des produits usagés, prises de conscience sociale croissante en matière d’environnement) et économique (augmentation des coûts de traitement des pollutions).

6Nous avons préféré adopter le postulat de la réalité des excès des atteintes de l’activité industrielle sur l’environnement à travers l’étude d’un cas spécifique et très polluant, à savoir l’industrie de raffinage. De ce fait, l’objectif de cette étude est l’analyse des solutions apportées par cette industrie pour améliorer sa performance environnementale (pe), tout en essayant de répondre à la question suivante : quelles modifications méthodologiques et organisationnelles ont été entamées par la samir pour réorienter le paradigme productif de l’industrie de raffinage ?

Engagement dans le développement durable

7La réponse de la firme aux pressions externes et aux contestations sociales est d’ailleurs un thème classique de réflexion de la stratégie et de l’analyse économique. Cependant, depuis quelques années, ces questions tendent à apparaître davantage comme une source d’opportunités économiques que comme une contrainte à laquelle les entreprises doivent se soumettre.

8Dans ce qui suit, nous allons essayer de rappeler les principaux débats sur ce thème en soulignant le caractère équivoque et circonstanciel de la relation entre environnement et économie.

L’environnement comme une contrainte économique et sociétale : le modèle classique

9Selon l’approche classique des relations entre les enjeux économiques et environnementaux, les pressions écologiques apparaissent comme des contraintes et des coûts susceptibles de menacer la pérennité des organisations. La théorie des externalités négatives et des coûts de dépollution constitue le pendant économique de cette perspective. Selon l’approche économique classique, les nuisances environnementales causées par l’activité industrielle se traduisent par des coûts qui ne sont pas supportés par l’entreprise ni intégrés dans le prix de ses produits : problèmes de santé, détérioration d’un site touristique, épuisement des ressources naturelles, etc. Ces coûts sont donc externalisés, c’est-à-dire reportés à la charge de la collectivité. Les pressions environnementales et les normes réglementaires vont conduire les entreprises à internaliser ces coûts par des actions visant à réduire les impacts sur le milieu naturel.

  • 1 Rapport d’activité de la samir, 2007.

10Pour la samir, ces coûts se traduisent par un ensemble de projets qui visent à maîtriser ses impacts et à assurer une amélioration permanente des performances environnementales, sans que ces coûts ne se traduisent pour la raffinerie par une meilleure performance économique. Parmi ces projets, on trouve le suivi de la qualité de l’air et l’amélioration de la qualité des rejets liquides. Le coût global de ces projets dépasse les 100 millions de dh1 (soit 10 millions d’euros).

Suivi de la qualité de l’air

11La samir consacre une attention particulière au suivi et à la caractérisation de la qualité de l’air à travers des campagnes périodiques d’analyse effectuées par un laboratoire externe agréé (lpee : Laboratoire public d’essais et d’étude). Cette caractéristique consiste à mesurer sur site les paramètres météorologiques et les principaux polluants de l’air, en l’occurrence le dioxyde de soufre (SO2), les oxydes d’azotes (nox) et les matières particulières en suspension (mps). Les résultats des deux campagnes réalisées en 2007 montrent que les concentrations mesurées sont toutes nettement inférieures aux seuils limités fixés par le projet de norme marocain fixant les seuils de qualité de l’air ambiant.

Graphique 1. – Suivi de la qualité de l’air en 2007.

12Source : Rapport d’activité de la samir, 2007.

Amélioration de la qualité des rejets liquides

13La nouvelle station d’épuration des eaux usées dont le coût est de 80 m mad (soit 8 millions d’euros) est opérationnelle depuis juin 2006. Dimensionnée pour pouvoir traiter un débit nominal de 550m3/h, la filière de traitement consiste en un processus complet à trois étapes : prétraitement physique, traitement physico-chimiques et biologiques, plus une phase d’homogénéisation placée après le séparateur api (American Petroleum Institute) et un traitement des boues générées. Les performances attendues de cette nouvelle station d’épuration (step) sont présentées sur le tableau suivant :

Tableau 1 – Composition de l’effluent à la sortie de la nouvelle station d’épuration.

14Source : Rapport d’activité de la samir, 2007.

15La nouvelle station d’épuration permettra de réduire largement à la source les charges polluantes rejetées par la raffinerie et induira par suite une amélioration importante de la qualité du milieu marin adjacent.

L’environnement au service de la productivité : l’hypothèse de Porter

  • 2 Notons qu’une re peut augmenter le profit total d’une industrie en modifiant l’intensité de la con (...)

16À partir du début des années 1990, de nombreux travaux se sont attachés à promouvoir la mise en œuvre de stratégies environnementales centrées sur les principes du développement durable. Ces travaux ont permis de démontrer divers avantages pouvant découler des initiatives environnementales. En effet, Porter et Van der Linde (1995) reconnaissent qu’une réglementation environnementale (re) stricte risque, a priori, d’augmenter les coûts de dépollution des firmes qui y sont soumises. Toutefois, selon ces auteurs, si l’on se place dans une perspective dynamique, ces coûts supplémentaires vont pousser les entreprises à une révision générale de leur processus de production et donc à innover. Ces efforts d’innovation peuvent non seulement aboutir à réduire les coûts de dépollution, mais également à augmenter la productivité de l’entreprise qui résulte soit d’une amélioration de la qualité du produit offert, soit d’une meilleure utilisation des intrants. La conclusion de Porter et van der Linde est donc qu’une samir stricte mais bien pensée peut augmenter les profits des pollueur2.

17En réalité, il existe de multiples canaux par lesquels une amélioration de la pe peut aboutir à de meilleurs performances économiques, ou en tout cas pas nécessairement à un accroissement des coûts d’exploitation. Pour être systématique, il faut examiner les impacts de la pe non seulement en termes de revenus additionnels, mais également en terme de réduction des coûts.

  • 3 Lanoie P., Llerena D., Ambec Scott A., « Des billets verts pour des entreprises vertes ? », rappor (...)

18La pe peut induire à un accroissement des recettes via trois canau3 :

  • l’accès à de nouveaux marchés ;
  • la possibilité de différencier les produits ;
  • enfin la possibilité de vendre des technologies environnementales.

19Par ailleurs, une meilleure pe peut également se traduire par une réduction des coûts dans les catégories suivantes : coûts réglementaires ; coûts des matières premières ; coût du capital ; enfin coût du travail.

Critiques de l’hypothèse de Porter (hp)

  • 4 Ambec S., Barla P., « Quand la réglementation environnementale profite aux pollueurs : survol des (...)
  • 5 Il existe une imperfection de marché lorsque le fonctionnement spontané d’un marché conduit à une (...)

20L’hp a cependant été fortement contestée par les économistes dans la mesure où elle remet en cause le paradigme de maximisation des profits sur lequel repose la rationalité des entreprises. En effet, s’il est effectivement possible d’accroître les profits des entreprises réglementées, cela signifie qu’il existerait systématiquement des opportunités de profits ignorées en l’absence de cette réglementation. Cette controverse a donné naissance à une abondante littérature économique sur les fondements théoriques qui pourraient soustendre l’hp. Une revue critique de cette littérature proposée par Ambec et Barla4 (2007) permet de conclure que l’hp n’est compatible avec l’hypothèse de rationalité des firmes qu’en présence d’une imperfection des marchés5 (asymétries d’information, effets de débordement entre firmes dans le processus de recherche-développement, etc.) autre que l’externalité générée par la pollution. La re peut avoir pour effet de réduire l’inefficacité due à l’imperfection de marché considérée (en plus de celle liée à la pollution) au bénéfice de tous, ce qui inclut les firmes qui y sont soumises.

  • 6 Optimum de Pareto : situation dans laquelle, pour des ressources et des conditions techniques donn (...)

21Mais il apparaît que cette situation Pareto optimale6 est plutôt l’exception que la règle. Elle dépend de nombreux facteurs notamment du choix d’instruments de politique environnementale.

22Ainsi, l’hp peut difficilement se concevoir sans s’écarter de l’hypothèse classique de maximisation des profits. Il s’agit d’une des principales faiblesses de cette hypothèse. En économie, on suppose généralement que l’objectif des firmes est de maximiser leurs profits en tenant compte des contraintes technologiques. Dans ce contexte, la re ne fait qu’ajouter des contraintes supplémentaires au programme de maximisation. Par exemple, elle impose l’utilisation de certaines technologies moins polluantes ou détourne certains facteurs de production de tâches productives vers des activités de dépollution. Certains chercheurs reconnaissent qu’il peut exister des cas où la re augmente le profit des entreprises en les amenant à adopter des innovations rentables. Les activités de R & D étant très aléatoires, il se peut que, par chance, une entreprise se trouve dotée d’une technologie qui ex post se révèle rentable. Toutefois, cela n’implique pas que l’investissement dans cette technologie était profitable ex ante sur la base de sa profitabilité attendue.

  • 7 Ambec S., Lanoie P., » L’innovation au service de l’environnement et de la performance économique  (...)
  • 8 Lanoie P., Llerena S., Ambec Scott A., op. cit.

23Cela a poussé de nombreux travaux à tenter de tester empiriquement l’hp. De cette littérature empirique, revue par Ambec et Lanoie (2008)7, et Lanoie, Llerena et Scott8 (2007), ressortent deux types différents d’études. Une première série évalue l’impact de la re sur la politique de l’innovation des entreprises et sur leurs choix technologiques, mesurés selon leurs investissements en R & D, en immobilisations et en nouvelles technologies, ou selon le succès des demandes de brevets. Ces études visent à vérifier les allégations de l’hp selon lesquelles une re stricte favorise l’innovation. La seconde série d’études vise à vérifier l’impact de la re sur la performance des entreprises, mesurée selon leur productivité et leurs coûts. Les principales conclusions qui se dégagent de la documentation pertinente en matière d’impact de la re sur l’innovation, la technologie, la productivité et les coûts sont les suivants : une re a une faible incidence sur l’innovation ; la majorité des documents indique que la re exerce une influence négative sur la productivité. Dans ce qui suit, nous allons essayer d’analyser la pertinence de ce cadre d’analyse pour l’industrie de raffinage, à travers l’étude du cas de la samir.

L’environnement comme produit : cas de la samir

24La samir s’est attachée à analyser les différents modes d’intégration du développement durable dans sa stratégie de développement. En effet, elle a su renverser cette contrainte nouvelle pour en faire une opportunité stratégique, et ce à travers le plan d’action environnemental de la raffinerie.

25Notre étude analysera succinctement les principaux éléments de la politique environnementale de la samir, les moyens par lesquels une pe dans le domaine de l’industrie de raffinage peut se traduire par une augmentation des revenus. Elle sera complétée par la question de la réduction des coûts. Enfin, elle fera la synthèse de nos observations sur la pertinence de notre cadre d’analyse dans l’industrie de raffinage.

Plan d’action environnemental de la samir

26Dans le cadre de sa démarche volontariste caractérisée par les efforts permanents de réduction de l’impact de ses activités sur l’environnement et dans une perspective d’amélioration permanente de la situation environnementale, la samir a mis en place un plan d’action environnemental comportant un ensemble d’actions programmées à court et à moyen terme. La grande majorité de ces actions est de type préventif et concerne des innovations dans les procédés de fabrication et/ou dans la gestion des installations, qui s’accompagnent par des économies ou des récupérations d’énergie et visent la réduction des émissions.

27La concrétisation des actions permettra de réduire les émissions atmosphériques de l’ensemble de la raffinerie et, en particulier, les émissions en SO2 à l’horizon 2009 de 50 %. Ces améliorations sont le résultat de plusieurs projets d’un coût d’investissement global de 426 M MAD (soit 42,6 millions d’euros) engagés dans ce sens. On cite essentiellement l’optimisation de l’usage de la vapeur, l’installation de caméras pour la surveillance des torches, enfin le traitement des gaz acides riches en soufre de la raffinerie existante dans l’unité de récupération de soufre prévue dans le cadre du projet de modernisation de la raffinerie de Mohammedia. Les graphiques suivants présentent la réduction des émissions en SO2 prévue et réalisée en fonction du planning de réalisation des projets du plan d’action environnemental :

28Réduction des émissions en SO2 en tonnes par jour (t/j) :

29La mise en place progressive de toutes les actions programmées dans le cadre du plan d’action prévoit une diminution globale d’environ 50 % des émissions de SO2 qui passeront de 92 t/j en 2002 à 46,6 t/j en

Graphique 2. – Réduction des émissions de SO2 en t./j.

30Source : rapport d’activité de la samir, 2007.

31Les multiples actions menées en 2002 et fin 2007 en matière de gestion optimale des systèmes de production, de distribution et d’utilisation de la vapeur en plus des projets d’économie d’énergie achevés ou entamés sur cette période ont permis la réduction effective des émissions en SO2 de 27 %, soit 25 t/j de moins.

Efficacité énergétique

32La vision de la samir repose sur l’utilisation efficace de l’énergie. Elle permet de réduire les émissions qui nuisent à l’environnement et qui sont associées à la production et à l’utilisation de l’énergie ; et d’augmenter la durée de vie des réserves énergétiques pour qu’elles soient disponibles plus longtemps pour contribuer à la croissance économique et ce conformément au principe de développement durable.

  • 9 Source : Rapport d’activité de la samir, 2007.

33Parmi les projets entrepris pour l’amélioration de l’efficacité énergétique de ses opérations, nous pouvons cite9 :

34La cogénération : l’unité de cogénération de la samir, d’un investissement de 350 millions de dh (soit 35 millions d’euros) sera opérationnelle à partir de janvier 2009. Cette unité permettra la production de la vapeur et de l’électricité avec un très bon rendement énergétique en utilisant le gasoil à 1 % en soufre au lieu du fioul à 3,6 % en soufre. La cogénération est deux fois plus efficace que les méthodes traditionnelles de production de vapeur en chaudières et d’achat d’électricité locale.

35La récupération des gaz de torches : d’un montant d’investissement de 13 millions de dh (soit 1,3 million d’euros), ce projet s’inscrit dans le cadre de l’optimisation de l’énergie par l’utilisation d’un compresseur permettant la récupération du gaz de torche recyclé comme combustible. La mise en œuvre de ce projet, qui sera réalisée en décembre 2008, devrait permettre la réduction de la consommation du combustible fioul d’environ 4 400 t/an.

36L’installation d’un réchauffeur d’air sur le four 17H01 : ce projet permettra la récupération de la chaleur des fumées par l’installation d’un échangeur air/fumée, d’un ventilateur d’air et d’un extracteur de fumée. Les travaux ont été achevés et le démarrage a eu lieu au mois de novembre 2007. L’investissement est de l’ordre de 15 millions de dh (soit 1,5 million d’euros) et la réduction prévue en terme de consommation de combustible fioul est d’environ 2 200 t/an.

37L’installation de nouveaux brûleurs à bas NOx sur les fours : ce projet consiste à remplacer les brûleurs classiques par de nouveaux dispositifs à bas NOx. 68 brûleurs ont été installés sur les fours et le démarrage a eu lieu en novembre 2007.

38L’installation d’un système sans fumées pour les torches : d’un montant d’investissement de 4 millions de dh, ce projet consiste à substituer les nez des deux torches par d’autres plus performants afin d’obtenir un abattement efficace des fumées noires qui constituent une nuisance visuelle significative. Le système a été installé et le démarrage a eu lieu également au mois de novembre 2007.

39La substitution des anciens ramoneurs des fours : les ramoneurs sont des souffleurs de suie qui permettent d’enlever à l’aide de la vapeur d’eau les dépôts résultant de la combustion et permettent par conséquent d’améliorer considérablement le rendement des fours. La substitution de 48 ramoneurs sur les fours a été achevée au mois de novembre 2007. Elle permet la réduction d’environ 4 000 t/an de combustible fioul pour un montant d’investissement d’environ 6 millions de dh. (soit 600 000 euros).

Préservation des ressources naturelles

40Sur le site de Mohammedia, la consommation en eau potable est de l’ordre de 2,5 Mm3/an. Son coût relativement élevé (7-7,5 MAD/m3) justifie une vigilance accrue de la samir sur sa consommation. La samir s’est donc fixée un objectif ambitieux de réduction des consommations de 25 % sur trois ans. Pour atteindre cet objectif, elle a entamé un certain nombre d’actions, à savoir :

  • la vigilance accrue sur les pertes accidentelles ;
  • l’introduction des circuits fermés de refroidissement ;
  • la récupération maximale des condensats de vapeur ;
  • la sensibilisation des utilisateurs aux conséquences financières et environnementales des fuites ;
  • l’audit systématique des installations ;
  • enfin l’utilisation maximale de l’eau de la nappe phréatique et des eaux de puits lorsque cela est possible.

41Il est à noter que le projet de récupération des condensats de vapeur de la zone 1 de la raffinerie a été réalisé en février 2007. Ce projet, qui consiste à récupérer les condensats de vapeur d’eau perdue provenant du chauffage des bacs et de la tuyauterie relative au chauffage de fioul, permettra, en plus de la récupération d’eau, la réduction de la consommation du combustible fioul d’environ 2 200 t/an.

42Par ailleurs, l’introduction des circuits de refroidissement fermés d’eau à partir du dessalement d’eau de mer par osmose inverse, prévue dans le cadre du projet de modernisation de la raffinerie de Mohammedia, va permettre une économie de 180 m3/h d’eau potable (ce qui est équivalent à la consommation moyenne d’une ville de 50 000 habitants).

Gestion des rejets solides

43La samir produit annuellement environ 2 000 tonnes de sols et terres contaminés incluant les boues de la station d’épuration, les terres usées des unités de traitement de la paraffines et les résidus des fonds de bacs. En plus du stock cumulé de terres contaminées par les hydrocarbures estimé à 22 000 t. Plusieurs options ont été étudiées pour le traitement ou l’élimination de ces déchets, à savoir : l’incinération dans les fours de cimenterie, le traitement biologique sur site et l’incinération sur site dans une installation moderne et performante. Compte tenu des quantités importantes de déchets à traiter, la samir a opté pour l’installation sur site d’un incinérateur d’une capacité de 4,8 t/h. Cette installation peut être opérée en continu 24 heures par jour. Elle comprend un tour rotatif recouvert de briques réfractaires pour le séchage et le déshuilage des déchets suivi d’une chambre secondaire d’incinération des gaz générés, une unité de collecte des poussières, un système de refroidissement des gaz d’échappement, un ventilateur d’extraction et une cheminée.

44Le coût global de ce système d’incinération est de 34 millions de dirhams (soit 3,4 millions d’euros). Ses principaux avantages sont :

  • le contrôle automatisé du processus d’incinération, des défaillances et de la sécurité de fonctionnement ;
  • le traitement d’une large variété de déchets et de boues ;
  • la production de matériaux secs et décontaminés ;
  • une consommation réduite de combustible fioul suite à la présence d’hydrocarbures dans les déchets à traiter ;
  • l’absence de dégagement de fumée et de mauvaises odeurs ;
  • l’élimination de 99,99 % des hydrocarbures contenus dans les déchets ;
  • enfin, la concentration des matières particulières en suspension (MPS)à la sortie de la cheminée inférieure à 100 mg/Nm3 grâce à un système de dépoussiérage par cyclonage.

45Il est à noter que le stock des déchets contaminés destinés à l’incinération sera confiné dans une cuvette étanche (géomembrane) munie d’un système de drainage des eaux de pluie vers la station d’épuration de façon à prévenir la pollution des eaux de surface par les charges polluantes pouvant résulter du lessivage des déchets en temps de pluie et la contamination du sol et du sous-sol par percolation des hydrocarbures contenus dans les déchets.

PE et augmentation des revenus

Meilleur accès à certains marchés

46Il est clair qu’une meilleure pe peut faciliter l’accès à certains marchés. Comme le montrent Lanoie et Amber (2007), cela est d’autant plus vrai pour les entreprises qui vendent leurs produits aux entreprises et institutions publiques, parce que ces dernières utilisent la pe comme critère de sélection de leurs fournisseurs. C’est le cas aussi de beaucoup d’entreprises privées. Par ailleurs, en toute probabilité, tous les établissements qui sont certifiés iso 14 001 doivent s’intéresser à la pe de leurs fournisseurs puisqu’il s’agit d’un des critères d’évaluation pour obtenir la certification.

47Les possibilités qu’une meilleure pe permette à une raffinerie d’avoir un plus grand accès à certains marchés sont réelles. En effet, dans notre cas, la samir vend ses produits aux entreprises et institutions publiques qu’ont de plus en plus tendance à scruter la pe de leur fournisseur. Aussi, la crainte de perdre le monopole suite à l’ouverture du marché national à de nouveaux concurrents, a poussé la samir à entamer un certain nombre de mesures pour améliorer sa PE, tel que le projet de modernisation de la raffinerie de Mohammedia. Ce projet permettra à la samir de répondre aux standards internationaux (oms, Banque mondiale, etc.) les plus stricts en terme de gestion environnementale.

Possibilité de différencier les produits

  • 10 La samir respecte largement les caractéristiques des grands produits pétroliers fixées par l’arrêt (...)

48Une meilleure pe peut être atteinte par le biais de la mise sur le marché de produits verts. Ces produits permettent de satisfaire les consommateurs les plus sensibles aux questions environnementales. Ceux-ci peuvent même être prêts à payer plus cher pour ces produits. La production de carburants propres est parmi les principaux objectifs de la samir. Ainsi, et sous les pressions réglementaires nationales et internationales, elle s’engage à produire jusqu’au fin 2009 uniquement de l’essence sans plomb et à 50 ppm de soufre, conforme à la classe européenne euro 310.

49Concernant le gasoil, la production du gasoil à basse teneur en soufre 50 ppm, conforme à la classe euro 4, sera généralisée dés le début de l’année 2009, la production du gasoil 10 ppm conforme à la classe euro 5 est également prévue. La réduction continue de la teneur en soufre dans les produits permet également de réduire les émissions dues à l’utilisation du carburant gasoil et essence particulièrement dans les grandes villes du Royaume.

La possibilité de vendre des technologies de contrôle de la pollution

50Une meilleure pe peut être quelquefois atteinte par le biais d’innovations technologiques menant à une réduction de la pollution. Dans de tels cas, des firmes qui innovent pour résoudre leurs propres problèmes, peuvent être en mesure de commercialiser leur nouvelle technologie auprès d’autres entreprises faisant face aux mêmes difficultés. Dans notre cas, la samir ne possède même pas des installations de recherche et développement. Toutes les technologies nouvelles installées, ou en cours d’installation dans le site de la raffinerie de Mohammedia, ont été acquises.

PE et réduction des coûts

Coûts réglementaires

51Comme le suggèrent Lanoie et Ambec (2007), une meilleure pe peut entraîner une réduction des coûts réglementaires associés aux poursuites, aux amendes ou aux taxes vertes. L’industrie de raffinage est soumise à des pressions de plus en plus fortes concernant les rejets et les pollutions diffuses. Or le recours à des pratiques environnementales peut atténuer significativement les coûts induits par l’introduction de nouvelles réglementations.

Coûts des ressources, intrants et énergies

52Comme le suggère Michaël Porter, les émissions polluantes peuvent souvent être considérées comme des pertes de ressources ou d’énergies. Dans le cas de la samir, nous avons trouvé plusieurs exemples de pratiques entraînant à la fois une réduction de la pollution et une utilisation plus efficace des ressources. Consciente de la nécessité de préparer un avenir énergétique, la samir attache une importance particulière à l’utilisation rationnelle de l’énergie à travers la mise en place et l’identification des opportunités de projets visant l’amélioration de l’efficacité énergétique.

53Le tableau suivant expose les projets du plan d’action environnementale engagés par la samir pour la réduction de sa consommation énergétique et par conséquent la réduction des émissions atmosphériques et en particuliers le SO2.

54En somme, les possibilités de réduire à la fois la pollution et les coûts des ressources, des intrants et de l’énergie sont très présentes au sein de la raffinerie samir.

Coût du capital

55Comme le montrent Ambec et Lanoie (2007), une meilleure pe pour une entreprise peut faciliter son accès au capital financier et donc en réduire le coût. Au moins trois arguments peuvent supporter cette affirmation :

  • les banques sont de plus en plus soucieuses de la pe de leurs emprunteurs. Une meilleure pe permet d’avoir un meilleur accès aux ressources des institutions bancaires ;
  • il y a de plus en plus d’investisseurs socialement responsables qui décident d’investir leur argent en bourse seulement dans des entreprises qui répondent à certains critères de performance sociale et/ou environnementale ; une entreprise verte aura donc accès à des sources de capitaux plus diversifiées. C’est ce qu’on appelle l’investissement socialement responsable ;
  • plusieurs actionnaires réagissent mal aux annonces négatives concernant la pe des firmes ; ils punissent en quelque sorte les entreprises fautives.

Tableau 2. – Caractéristiques des projets programmés dans le cadre du plan d’action environnemental de la raffinerie existante (2006-2009) (Source : Documents internes de la samir).

Tableau 2. – Caractéristiques des projets programmés dans le cadre du plan d’action environnemental de la raffinerie existante (2006-2009) (Source : Documents internes de la samir).
  • 11 La Banque marocaine de commerce extérieur (bmce) est la seule banque marocaine qui a signé la décl (...)

56Des trois arguments qui précèdent, il faut tout de suite noter que les deux derniers ne s’appliquent qu’aux entreprises cotées en bourse. Mais au niveau marocain, la question de la pe ne semble pas constituer un critère de choix pour les investisseurs et les actionnaires. Pour ce qui est du premier point, la plupart des banques marocaines11 ne sont pas soucieuses de la pe de leurs clients, il semble évident qu’elles sont plus attentives à la performance économique des entreprises qu’elles appuient financièrement. Ainsi, et puisque notre entreprise n’est pas cotée en bourse, les possibilités qu’une meilleure pe puisse réduire les coûts en capital de la samir sont loin d’être réelles.

Coût de la main-d’œuvre

57Certains analystes arguent également qu’une meilleure pe peut contribuer à réduire le coût du travail. Certaines études montrent que l’adoption d’un système de gestion de l’environnement (comme iso 14 000) permet d’accroître la satisfaction des employés qui, en général, exercent beaucoup de pressions pour l’adoption de tels systèmes. Elles montrent que ce processus de certification a renforcé la fonction Ressources humaines et a permis de développer des compétences autour des enjeux environnementaux avec un réel effet fédérateur dans les entreprises qui l’adoptent. Pour la samir, nous n’avons trouvé aucun indice qui confirme cette idée. Donc, la pe ne réduit pas les coûts de la main-d’œuvre dans notre raffinerie.

Coût de transport

58Lanoie et Ambec (2007) suggèrent sept canaux par lesquels une meilleure pe peut se traduire par une amélioration de la performance économique.

59À travers l’étude de la pe de la samir, nous pouvons ajouter un huitième canal qui permet de vérifier cette relation. En effet, une meilleure pe permet de réduire les coûts de transport d’une raffinerie. En analysant le projet de la gestion des rejets solides de la samir, on a constaté qu’opter pour la solution de l’incinération de ces déchets coûterait moins cher à la raffinerie que de les transporter vers d’autres endroits.

60La samir produit annuellement environ 2 000 tonnes de sols et terres contaminés. En plus du stock cumulé de terres contaminées par les hydrocarbures estimés à 22 000 t.

61Plusieurs options ont été étudiées pour le traitement ou l’élimination de ces déchets, à savoir : l’incinération dans les fours de cimenterie, le traitement biologique sur site et l’incinération sur site dans une installation moderne et performante. Compte tenu des quantités importantes de déchets à traiter et des coûts très élevés que la samir supportait en transportant ces déchets aux fours de cimenterie, la raffinerie a opté pour l’installation sur site d’un incinérateur d’un coût de 34 millions de dirhams (soit 3,4 millions d’euros).

Conclusion

62Dans ce travail, nous avons examiné la rentabilité associée à la protection de l’environnement dans la raffinerie samir à partir d’une grille d’analyse développée par Lanoie et Ambec (2007). Ceux-ci suggèrent sept canaux par lesquels une meilleure pe peut se traduire par une amélioration de la performance économique. Une meilleure pe peut amener un accroissement des revenus à travers les canaux suivants : i) un meilleur accès à certains marchés ; ii) la possibilité de différencier les produits ; iii) la possibilité de vendre des technologies de contrôle de la pollution.

63Et elle peut également se traduire par une réduction des coûts dans les catégories suivantes : iv) coûts réglementaires ; v) coûts des matières premières, des intrants et de l’énergie ; vi) coût du capital ; vii) coût du travail.

64À travers l’analyse de la politique environnementale de la samir, nous avons pu ajouter un huitième canal qui permet à une meilleure pe de se traduire par une amélioration de la performance économique à travers la réduction des coûts de transport.

65Plus précisément, pour chacun de ces huit canaux, nous avons essayé de voir comment il s’applique de façon générale à notre raffinerie, tout en présentant des exemples concrets provenant de sa politique environnementale.

66À la lumière des arguments avancés, nous concluons que les possibilités d’améliorer à la fois la pe et la performance économique sont réelles et importantes pour les raffineries. En particulier, il semble y avoir de nombreuses possibilités de mettre sur le marché de produits différenciés plus sains pour l’environnement et potentiellement aussi rentables, sinon plus que les produits traditionnels. Il en va de même pour les possibilités de réduire à la fois la pollution et les coûts des ressources, des intrants et de l’énergie et les autres coûts d’exploitation. Entre autres, cela peut se faire via l’utilisation de technologies moins polluantes et permettant la réduction des coûts des ressources, et, dans une moindre mesure, par la réduction de certains coûts d’exploitation tels que les coûts de transport des déchets de la société.

67Par contre, les possibilités qu’une meilleure pe permette de vendre de nouvelles technologies de contrôle de la pollution semblent moindres dans notre cas pour la simple raison que notre raffinerie ne possède pas d’installations de recherche et développement.

68Enfin, comme le nombre des entreprises marocaines cotées en bourse est très faible, et avec la mentalité actuelle des investisseurs et des actionnaires marocains (qui ne se préoccupent pas de la pe des entreprises cotées), les possibilités qu’une meilleure pe puisse s’accompagner d’une baisse du coût du capital en sont amoindries.

69Ainsi, il semble clair que les pressions réglementaires, sociales et économiques ont joué un rôle important pour pousser une entreprise aussi polluante que la raffinerie samir à entamer tout un processus de protection de l’environnement et à montrer que des façons de faire alternatives (la récupération des gaz de torches, etc.) pouvaient être tout aussi valables économiquement et moins polluantes. Les changements de mentalité et de pratiques proposés demandent du temps et des adaptations pour que les activités industrielles polluantes se transforment en activités socialement responsables.

  • 12 Duclos D., Les Industriels et les risques pour l’environnement, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 11.

70« Le pollueur le plus impénitent peut devenir un modèle de vertu écologique, et l’usine la plus dangereuse peut évoluer vers la prévention la plus tatillonne, dès lors que l’entreprise parvient à définir un nouveau cadre de référence impliquant subjectivement ses participants. Le “sens de l’honneur” peut changer d’objet et mobiliser autrement les énergies12. »

71Au niveau plus global, et malgré les efforts déployés par les autorités marocaines pour atténuer les dégâts environnementaux causés par les différents acteurs économiques et non économiques, la dégradation de l’environnement reste toujours un problème qui persiste, et ce pour plusieurs raisons, à savoir :

  • la réalisation des actions dépasse les capacités d’un seul département ou ministère. Elle doit être appréhendée dans le cadre d’une stratégie nationale globale de développement durable ;
  • le défi du développement durable ne peut être relevé au niveau national qu’à travers une réelle intégration des préoccupations de protection de l’environnement et d’usage rationnel et viable des ressources, dans tous les processus de développement socio-économique et en amont des politiques sectorielles ;
  • la concrétisation d’une telle stratégie nécessite la mise en place de relais de développement local, de mécanismes de coordination tant au niveau national que régional et local et d’outils d’incitation financière ;
  • les procédures de réalisation des programmes préconisés devraient être flexibles pour permettre la participation active des acteurs locaux à l’identification, la planification et la mise en œuvre de solutions innovantes aux problèmes de développement local.

72La protection de l’environnement, c’est d’abord une conscience sociale, suivie d’une volonté, enfin une mobilisation de tous les moyens socioéconomiques tant au niveau national qu’international.

Bibliographie

Bibliographie

Ambec S., Lanoie P., « L’innovation au service de l’environnement et de la performance économique », in inra Sciences sociales, n° 6/07, février 2008, p. 1-4.

Ambec S., Barla P., « Quand la réglementation environnementale profite aux pollueurs : survol des fondements théoriques de l’hypothèse de Porter », in Revue d’analyse économique,« L’actualité économique », vol. 83, n° 3, septembre 2007, p. 399-413.

Beaumais O., Chiroleau-Assouline M., Économie de l’environnement, Rosny-sous-Bois, Bréal, 2001, 240 p.

Bedhri M., Environnement et développement durable : le Maroc face au défi écologique, Oujda, Hilal impression, 2005, 195 p.

Boiral O., « Environnement et économie : une relation équivoque », in VertigO, La Revue en sciences de l’environnement sur le web, vol. 5, n° 2, novembre 2004, p. 22-29.

Duclos D., Les Industriels et les risques pour l’environnement, Paris, L’Harmattan, 2000, 239 p.

Kerdoun A., Environnement et développement durable : enjeux et défis, Paris, Publisud, 2000, 214 p.

Llerena P. D., Scott L., « Des billets verts pour des entreprises vertes ? », rapport Bourgogne, cirano, novembre 2007, p. 1-36.

Ministère de l’Environnement, Stratégie nationale pour la protection de l’environnement et le développement durable, Rabat (Maroc), 2006, 95 p.

Porter M., American’s Green Strategy, Scientific American, 1991, 168 p.

Porter M., Van der Linde C., « Towards a New Conception of the Environmental-Competitiveness Relationship », in Journal of Economic Perspectives, 1995, p. 97-118.

Ronneau C., Énergie, pollution, environnement : les éléments du débat, De Boeck Université, 1993, 172 p.

Samir, Rapport d’activité, 2007, 93 p.

Notes

1 Rapport d’activité de la samir, 2007.

2 Notons qu’une re peut augmenter le profit total d’une industrie en modifiant l’intensité de la concurrence ou en modifiant la structure du marché. Ainsi par exemple, dans un marché concurrentiel, l’imposition de quotas sur les émissions de SO2 peut obliger les firmes à restreindre à court terme leur production, ce qui peut aboutir à un accroissement des profits.

3 Lanoie P., Llerena D., Ambec Scott A., « Des billets verts pour des entreprises vertes ? », rapport Bourgogne, cirano, novembre 2007.

4 Ambec S., Barla P., « Quand la réglementation environnementale profite aux pollueurs : survol des fondements théoriques de l’hypothèse de Porter », in Revue d’analyse économique, « L’actualité économique », 2007, vol. 83, n° 3.

5 Il existe une imperfection de marché lorsque le fonctionnement spontané d’un marché conduit à une situation qui n’est pas Pareto optimale.

6 Optimum de Pareto : situation dans laquelle, pour des ressources et des conditions techniques données, on ne peut améliorer la situation de l’un des agents sans détériorer celle de l’un au moins des autres agents.

7 Ambec S., Lanoie P., » L’innovation au service de l’environnement et de la performance économique », in inra-Sciences sociales, n° 6/07, février 2008.

8 Lanoie P., Llerena S., Ambec Scott A., op. cit.

9 Source : Rapport d’activité de la samir, 2007.

10 La samir respecte largement les caractéristiques des grands produits pétroliers fixées par l’arrêté du ministère de l’Énergie et des Mines du 3 août 2007 entrée en vigueur à partir du premier 1er 2009.

11 La Banque marocaine de commerce extérieur (bmce) est la seule banque marocaine qui a signé la déclaration du Programme des Nations unies pour l’environnement.

12 Duclos D., Les Industriels et les risques pour l’environnement, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 11.

Table des illustrations

Légende Graphique 1. – Suivi de la qualité de l’air en 2007.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1242/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Tableau 1 – Composition de l’effluent à la sortie de la nouvelle station d’épuration.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1242/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Graphique 2. – Réduction des émissions de SO2 en t./j.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1242/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 2. – Caractéristiques des projets programmés dans le cadre du plan d’action environnemental de la raffinerie existante (2006-2009) (Source : Documents internes de la samir).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1242/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 704k

Auteurs

Professeur d’économie à l’université Ibn Tofail, Kénitra, Maroc

Professeur à l’université Hassan II Mohammedia, faculté de Droit, Maroc

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540