Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entreprises et environnement : quels enjeux pour le développement durable ?

 | 
François Bost
, 
Sylvie Daviet

Environnement, risques et conflits

Le tourisme facteur de nuisances et de risques

Philippe Callot

Texte intégral

Introduction

1Les experts du giec, prix Nobel de la Paix 2007, confirment à l’unisson le rôle déterminant de l’être humain sur le changement climatique « attribué directement ou indirectement aux activités humaines qui altèrent la composition de l’atmosphère globale et qui s’ajoutent à la variabilité naturelle du climat observée sur des périodes de temps comparables » (giec, 2007). De ce rôle effectif, la température mondiale devrait, selon ce rapport, augmenter de 1,8 à 4 °C d’ici la fin du xxie siècle (plus encore pour les pays du pourtour méditerranéen). Selon les régions, les risques sont alors appréhendables : étés plus secs, augmentation des précipitations, parfois violentes, l’hiver entraînant ici ou là des crues dévastatrices, glissements de terrains, fonte de permafrost rendant des régions inaccessibles, fonte de glaciers affectant de plein fouet les domaines skiables (Müller et al., 2008)… Chaque continent est bien évidemment concerné.

2Les risques sont donc là à nos portes. Pour certains, ces risques ouvrent la voie d’une obligation de décroissance soutenable (entretien avec Vincent Cheynet, in Allemand, 2005, p. 160-173) intimant alors à baisser nos surconsommations. Selon l’auteur, cela nous permettrait de sortir de l’analyse, en termes de développement, qui n’est autre qu’une vision occidentale, pour ne pas dire capitaliste.

3Le tourisme est-il à un tournant de son histoire ? En effet, synonyme de voyages et d’hébergement en dehors du lieu habituel de résidence, le tourisme s’il est apporteur de devises est en même temps et paradoxalement source de nuisances. Les consommations énergétiques (climatisation, transports) ou l’empreinte écologique du fait des concentrations touristiques en des lieux donnés à des moments précis (tourisme de masse) s’opposent alors comme un oxymore à la notion de tourisme durable. Doit-on décider de quotas pour limiter les accès ? Qu’en est-il des questions de surcharge touristique ? L’empreinte écologique s’affirme alors comme un concept récent plus englobant que la seule capacité de charge touristique. Les emprises foncières, les rejets humains, les consommations de ressources ou les détériorations des écosystèmes et de la biodiversité sont les matérialisations désormais avérées de cette empreinte. Dans ce contexte, nous souhaitons voir comment le consommateur perçoit l’impact de son empreinte. Comment veut-il ou peut-il agir pour limiter cet impact ? La relativité des notions d’empreinte (écologique), les difficultés existant pour les calculer, en établir le seuil, amèneront-elles à plaider en faveur de la limitation de certains sites ? Limiter le voyage n’est-il pas plus opportun que de limiter l’accès aux sites, le voyage précédant l’acte touristique sur le site choisi ? Cette contribution propose ici un éclairage sur ces éléments en rapport avec le tourisme et une tentative de réponse à ces questions. Après une revue de la littérature sur le thème des nuisances du tourisme, nous présenterons la méthodologie de l’approche empirique et les résultats pour entamer une discussion. Nous terminerons en évoquant les limites de l’approche menée.

Revue de la littérature

Préalable

4Selon certains auteurs « le tourisme contribue largement aux émissions de CO2, principalement les gaz à effet de serre » (Müller et al., 2008, p. 5). Un consensus apparaît même sur le chiffre de 5 % des émissions totales dues à cette activité (Lozato-Giotart et al., 2004, p. 33). Le tourisme, invention de l’inutile, comme le rappelle Boyer (1999,

5p. 16), est ainsi le reflet des styles de vie des pays développés. Il est même le miroir des excès qui sont les nôtres en comparaison avec les pays en voie de développement. L’eau, avec l’utilisation que nous en faisons surtout en tourisme, est à ce titre emblématique (golfs, piscines, arrosages, bains ou douches répétés, etc.). Cependant, parler de nuisances lorsqu’on évoque le tourisme peut être perçu comme une insulte pour ceux qui investissent lourdement dans cette activité. Notre propos n’est pas de choquer mais d’alerter sur des pratiques peu en phase avec toutes les formes de tourisme prônant plus de mesure, de retenue. Ainsi en est-il de cette vague déferlante des nouveaux tourismes responsable, solidaire, éthique, équitable, durable même. Ce qui, au fond, est déjà un révélateur autant qu’un point d’alerte sur les dérives d’un tourisme de masse dont plus personne ne semble vouloir. Les pratiques d’engagement sous la forme de chartes ou de labels sont aussi des tendances pertinentes.

  • 1 Rappelons qu’un kilo d’équivalent carbone correspond à 3,67 kg de CO2.

6Les autres tourismes suggérés par les uns (Blangy, 2006 ; Wirth, 2006 ; Delisle et al., 2007) conseillent tous cette voie plus respectueuse de l’environnement, plus humaine au sens des rapports sociétaux et des chocs culturels patents. Les logiques sont pourtant ici aussi critiquables. Quel est le sens de prôner telle ou telle activité de soutien aux tribus locales dans des endroits très retirés si la prise en compte du coût écologique du déplacement n’est pas faite (émissions de CO2 notamment) ? Car comme le dit Jancovici, « dès que l’on monte dans un avion, c’est perdu, on dépasse presque inévitablement les 500 kg équivalent carbone/personne/an nécessaires pour stabiliser la concentration en CO2 de l’atmosphère » (interview de Jancovici, in Pince, 2007, p. 91.

7Si, dans le même temps, et une fois sur place, vous amplifiez ces émissions avec les déplacements en 4 x 4, véhicules indiqués dans les guides ou sites de voyagistes comme étant « le meilleur moyen de circuler même si la location est chère ». Si, a fortiori, les logements en bois ou « écolodges » participent aussi à la déforestation. Enfin, si les attitudes, notamment occidentales, tendent à modifier les cultures locales, à en altérer les racines identitaires du fait des dépendances (alimentaires, de confort tout simplement). Par exemple, il est demandé « aux Marocains de remplacer leur cuisine traditionnelle au feu de bois en s’équipant d’appareils qui fonctionnent au gaz » (Babou et al., 2007, p. 29). Cela montre bien le dilemme ambiant d’un tourisme qualifié comme source d’enrichissement (Organisation mondiale du tourisme) traduisant une volonté de véhiculer cette activité symbole de paix et les pratiques commerciales jouant sur le registre de l’offre vs demande.

Schéma 1. – La vague d’autres tourismes…

Nuisances et ego touristique

8« Le taux de disparition annuel est mille fois plus rapide qu’avant l’ère industrielle et plus de 30 % des espèces pourraient avoir disparu en 2050 » (Reeves, 2003, p. 13). Plus loin, cet auteur ajoute que « face à l’ampleur de la menace, nous devons absolument anticiper une éventuelle catastrophe et poser les limites, suspendre notre action en de nombreux domaines » (Reeves, 2003, p. 216). Pour nous, le tourisme découlant de la bonne santé des économies développées fait partie intégrante de ces domaines. L’envie, légitime, de rapporter en se l’appropriant un souvenir des lieux visités contribue, on le sait, à une détérioration, pierre par pierre, des écosystèmes en place. Les égouts des villes touristiques, notamment en bord de mer, « polluent les eaux marines côtières. La biodiversité recule face à la présence accrue de l’homme […]. Au tourisme balnéaire s’ajoute un tourisme itinérant à l’affût des espaces naturels préservés et des richesses culturelles du patrimoine maritime » (Olivier, 2007, p. 20-21). Et ce malgré la loi littoral (1975, 1986).

9Ces nuisances découlent de l’ego humain, du droit au droit comme le rappelle Martin. « J’ai droit à des compensations […] ? Je suis en droit de ne pas avoir de comptes à rendre à quiconque, j’ai le droit d’être en vacances, pis, d’être irresponsable. Je sais qu’il y a des enfants exploités de par le monde, voire dans le pays où je séjourne, mais ce séjour n’est pas le moment de s’en occuper ; je sais que le paysan d’à côté manque d’eau mais cela ne doit pas m’interdire de disposer d’une piscine dans mon hôtel de luxe […]. Tout se passe comme s’il y avait une division des tâches avec un temps pour le travail, un temps pour soi, un temps pour la citoyenneté […]. Quand je voyage, je suis touriste ou voyageur, mais pas citoyen » (entretien avec Boris Martin, in Allemand, 2005, p. 187-188). Le statut de touriste modifie donc, a priori, le comportement du consommateur ou plus simplement du citoyen. Devenu touriste, celui-ci privilégie l’instant de plaisir qu’il vit et pour lequel il considère qu’il a travaillé dur. Tel est le constat. Autre exemple, pour l’eau, la consommation moyenne en France pour une personne est d’environ 162 litres (ifen, 2002). Ainsi, « un touriste en consomme en moyenne 440 litres. Si l’on tient compte de l’arrosage des jardins et des parcours de golf et du remplissage des piscines, cette consommation peut même atteindre 880 litres par jour […] dans les hôtels de grand luxe » (omm, 2005, p. 6). Le parcours de golf dans un pays tropical correspond à la consommation française d’une ville de 12 000 habitants, selon le wwf et « à Agadir, les pelouses des hôtels sont irriguées nuit et jour alors que les populations les plus pauvres n’ont pas accès à l’eau potable » (Huet, 2008, p. 103).

Nuisances issues des voyages et donc des émissions de CO2

10« Un voyage commence là où on part […]. Désormais, la vitesse fait partie intégrante du voyage alors qu’autrefois c’est la lenteur qui le caractérisait. Or cette dernière ne permettait-elle pas de mieux entrer en contact avec autrui ? » (Vincent Cheynet, in Allemand, 2005, p. 167). « La surconsommation découle d’un conditionnement général qu’il est difficile de remettre en cause » (Allemand, 2005, p. 171). Ce que nous qualifions d’addictions ou assuétudes pour ne pas dire aliénations.

11À propos de surconsommations ou des économies développées où l’on gaspille beaucoup « l’essentiel est que vous gagniez de l’argent » (Allemand, 2005, p. 172). C’est l’argument opposé par certains qui privilégient d’abord le retour des fonds propres (return on owners equity) avant l’aspect écologique (les atouts rivalisant alors avec les impacts…). L’aspect durable ici n’existe, dans certains cas, que dans la profitabilité à long terme des ressorts, complexes ou bases ludiques qui continuent de se créer ex nihilo ici ou là.

12« Le dilemme est que la croissance constante du tourisme risque de nuire à son propre développement en menaçant l’environnement où il progresse » (Lequin, 2004, p. 2). « En raison de son volume, il peut contribuer à la dégradation des sols, provoquer une certaine inflation économique à l’échelle locale ainsi qu’élargir le fossé culturel entre les communautés locales et les visiteurs » (Lequin, 2004, p. 3). Par cette alerte, l’auteur image bien la question de l’empreinte écologique ainsi que le risque d’une détérioration des rapports visiteur/visité (décalage culturel, modifications économiques).

13Comme le rappelle l’Institut français de l’environnement « il faudrait ramener les émissions au-dessous de 3 gigatonnes équivalent carbone par an. Équitablement reparti, ce chiffre pour 6 milliards d’habitants conduit chaque terrien à disposer d’un droit à émettre 500 kg équivalent carbone par an2 ». C’est-à-dire 1,835 tonne de CO2.

14Le seuil est bien au-delà pour les pays développés. En moyenne un Américain émet 11 fois plus que ce seuil, un Allemand 6 fois plus, un Anglais 5 fois plus, un Français 4 fois. À l’inverse, ce seuil est de 1,5 fois plus pour un Chinois. L’Indien en émet 40 % de moins, le Népalais 0,13 tonne par an.

Tableau 1. – Comparaison des émissions de CO2 par h/an (source ifen, 2007).

Nuisances et empreinte écologique

15Sur le site de l’opérateur (www.agir21.org) que nous avons utilisé pour l’analyse empirique, la démarche est résolument pédagogique. « Si l’on compte la superficie totale de la planète Terre, il y a environ 17 terrains de football par personne pour 6 milliards de personnes. Après avoir enlevé les océans (sauf zones côtières), les déserts, les glaciers et tous les endroits où la Terre n’est pas biologiquement productive, il reste environ 4 terrains de foot par personne. Si on admet qu’il faut réserver un quart de cet espace pour les autres espèces animales, il reste environ 3 terrains de foot disponibles pour chacun des 6 milliards d’individus vivant à l’heure actuelle » (www.agir21.org). Ce concept date de 1996, il met en évidence la primauté du nombre (Rees et al., 1996). La règle de mesure est donc ici : 3 terrains de football/habitant = 1,5 ha = 1 planète. Les empreintes respectives selon le type de consommation sont ainsi les suivantes :

16Source : agir21.org

Tableau 2. – Comparaison des empreintes selon le mode de vie.

17En simulant la situation de deux personnes occidentales ayant des attitudes diamétralement opposées en termes de déplacements, nous aurions la répartition suivante :

Tableau 3. – Simulations avec deux profils distincts.

18Dans le cas du « voyageur », les transports comprennent un total de 17 000 km en voiture (puissance moyenne et seul au volant) et deux longs voyages en avion par an contre moins de 3 000 km pour le sédentaire sans aucun voyage en avion. Au vu de cela, quels sont les enseignements à en tirer ? Le poids des déplacements et de la variable habitat apparaît très nettement ici. Réduire son empreinte écologique c’est donc diminuer son train de vie déjà peut-être sur ces deux variables que l’on retrouve dans toutes les activités du tourisme (hébergement et voyages). L’argument du faible impact du tourisme du fait de la concentration des départs des Français dans l’Hexagone (85 % de nos compatriotes font du tourisme en France) comme variable d’ajustement des voyages lointains ne tient pas non plus. En effet, le cas des résidences secondaires montre ici l’importance du poids du poste habitat en tant qu’empreinte (31,3 millions de logements consomment en moyenne 240 kWh/m3 par an soit près de deux fois plus que le but fixé par le Grenelle de l’environnement). Nous pouvons même dire que ce fait amplifie le risque d’une empreinte supérieure du fait des déplacements fréquents à destination du bien possédé.

Nuisances vs impacts

19Comme le rappellent les auteurs, les indicateurs fondamentaux du tourisme durable de l’Organisation mondiale du tourisme (Céron et al., 2000, p. 38) existent et combinent les éléments d’empreinte écologique (pression, impact social, gestion des déchets), d’indices composites (capacité de charge, perturbation du site), les indicateurs socio-économiques (satisfaction des consommateurs et de la population locale, contribution à l’économie locale).

20Trois axes majeurs caractérisent ainsi les impacts du tourisme (lpe, 2001, p. 14). L’environnement physique, naturel et artificiel, y compris l’infrastructure (exemples de Benidorm, de La Grande Motte ou encore de Las Vegas), social (population et structuration sociale, rapports délétères visiteurs/visités, sites surchargés) et économique (y compris les facteurs institutionnel et organisationnel). Par ailleurs, le terme d’impact n’a pas nécessairement une connotation négative. Les retombées économiques sont là pour le rappeler, même si nous pouvons émettre d’importantes réserves sur la réalité de cet apport.

  • 3 Citons le méthane CH4, le dioxyde d’azote NO2, etc.

21D’autres préfèrent le qualificatif d’impacts opposé à celui d’atouts (Lozato-Giotart et al., 2004, p. 330). Peu, au final évoquent la question oppressante du CO2 contributeur des gaz à effet de serre (ce ne sont pas les seul3) et limitent leurs approches aux conséquences d’une intensification de l’offre et du comportement du consommateur in situ.

22La perspective de développer, dans un site magnifique, un nouveau resort masquera habilement les nuisances inhérentes à l’ensemble du processus de mise en œuvre du programme (déplacements de populations, rejets et ordures in situ, approvisionnement en eau et origine de celle-ci, empreinte écologique nouvelle, détérioration de l’harmonie paysagère du site, etc.).

Remise en cause de l’idée même de nuisances

23Lequin évoque une recherche remettant en cause l’importance de l’impact et le rôle du tourisme pour différents parcs canadiens : « Jenner et Smith (1992) concluent qu’aucun impact majeur sur l’environnement des parcs à l’étude n’est attribuable à l’activité touristique. En réalité, affirment-ils, la moitié des menaces environnementales provient de l’extérieur des parcs, comme les produits chimiques ou les pluies acides » (Lequin, 2004, p. 18-19). Cette affirmation est surprenante. Elle ignore par exemple la consommation énergétique de CO2 (transport automobile, aérien…) nécessaire pour tout voyage et rejoindre ces destinations. L’impact réel est donc, dans sa complexité, de « comptabiliser pour chaque individu ses principaux impacts environnementaux en termes d’emprise au sol » (Codur et al., 2005, p. 169).

24Jancovici le confirme : « la modernité est intensive en émissions : le ski, les résidences secondaires récentes et l’avion sont des pratiques bien plus neuves que le camping ou la maison de famille, mais aussi beaucoup plus coûteuses en émission de gaz à effet de serre […] ; « manifestement la lutte contre le réchauffement climatique n’est pas compatible avec un transport aérien généralisé » (interview de J.-M. Jancovici in Pince, 2007, p. 9). Transporter des marchandises sur des milliers de kilomètres pour des convoitises occidentales (pêches du Pérou en plein hiver par exemple) n’a pas plus de sens que de se déplacer dans des parcelles exotiques au bout du monde pour assouvir des rêves ou des fuites toutes occidentales.

En résumé

25Nous pouvons ainsi résumer les principales nuisances qui découlent de l’activité touristique.

Tableau 4. – Synthèse des principales nuisances liées au tourisme.

26Le grand absent de ces lectures et travaux est le CO2. Quant à l’empreinte écologique c’est un concept récent qui va au-delà de la seule capacité de charge touristique. Ainsi nous avons souhaité vérifier la méconnaissance totale du concept d’empreinte écologique auprès de touristes potentiels. Postulant que les personnes ignorent ce concept (h1), nous avons souhaité appréhender leurs réactions une fois le calcul de leur empreinte effectué.

27La deuxième hypothèse que nous formulons est que, malgré les déclarations, les informations sur le thème du changement climatique ou l’altération de certains sites, les personnes ne sont pas favorables à une limitation des accès aux sites touristiques (h2) même aux fins de les protéger confirmant ainsi les propos de Boris Martin.

28Enfin, une troisième hypothèse postule que les résultats (d’empreinte) sont différents selon le genre et le statut du répondant (h3).

Méthodologie de l’approche empirique

  • 4 Comme myfootprint.org, wwwf.fr/s_informer/calculer_votre_empreinte_ecologique, www.eco-sapiens.com (...)

29Nous avons soumis le site de calcul d’empreinte écologique (www.agir21.org) à un échantillon aléatoire de 100 personnes. Nous n’ouvrons pas ici le débat de la pertinence ou non de ce site (voire de cet organisme) et donc de la remise en cause des critères et calculs de ce site. C’est un choix raisonné et qui aurait pu être réalisé sur d’autres site4. Les personnes devaient ensuite reporter les résultats dans le questionnaire à leur disposition en indiquant les pourcentages selon les quatre thèmes proposés par ce site et contributeurs à notre empreinte écologique : nourriture, habitation, transport, services. Après cette phase, nous demandions aux personnes de réagir quant aux scores obtenus en introduisant le thème du tourisme. Nous souhaitons connaître leurs idées afin de réduire leur empreinte écologique et sur le plan du tourisme connaître leurs réactions quant à la restriction des sites afin de les protéger.

Les résultats

30Nous avons pu récupérer 100 questionnaires adressés par voie électronique. La répartition des empreintes écologiques calculées pour chaque individu de notre échantillon est la suivante :

  • 5 Les services sont traités de façon arbitraire et fournis automatiquement par le logiciel.

31Note *5

Tableau 5. – (n = 100).

32Les résultats sont cohérents par rapport aux chiffres européens. L’empreinte écologique est légèrement inférieure chez la femme, la moyenne des hommes s’approchant de la moyenne européenne.

(h1) Les personnes ignorent le concept d’empreinte écologique

33Deux tiers des personnes interrogées ignorent ce que peut être leur réelle empreinte écologique (67 %). Surpris négativement pour 40,5 % (étonnement négatif) d’entre eux, ou positivement (« je m’attendais à pire ! ») pour 21 %, les personnes affirment avoir toutes apprécié ce test. 14 % affirment vouloir s’engager à mieux faire, alors que 13 % assument sans d’autres déclarations. 8,5 % se sentent rassurés (résultats conformes à leurs attentes) après une telle mesure alors que 3 % se sentent coupables.

  • 6 Total supérieur à 100 %, les personnes pouvant indiquer plusieurs réponses.

34Au vu des résultats et calculs établis, deux tiers des personnes (67/100) déclarent pouvoir modifier leur consommation et ce majoritairement sur le poste nourriture (n = 49/67 et 73,1 %) suivi par l’habitation (n = 28/67 et 41,8 %) et le transport (n = 25/67 et 37,3 %6. À l’heure d’un pouvoir d’achat affecté d’une part par la hausse des produits alimentaires et du prix du pétrole nous voyons ici la limite de ces intentions.

(h2) Les personnes sont contre la limitation d’accès aux sites touristiques afin de les protéger

35À propos du tourisme, les personnes sont avec une faible majorité contre la limitation aux accès de certains sites touristiques (52 %). Lorsqu’ils sont favorables à cette idée de limitation, les répondants (n = 39) sont également partagés entre les sites dits « naturels » qui sont évoqués (54 %) et ceux construits par l’homme (sites néogéniques, 46 %). Il peut être surprenant que ces personnes pensent d’abord aux « œuvres humaines » plutôt qu’à préserver l’environnement écologique (parcs, forêts et montagnes sont le plus souvent cités, le Mont Blanc 4 fois). Le construit de l’image de la destination s’impose ici (Pyramides citées 5 fois, Parthénon 2 fois). Majoritairement les personnes suggèrent l’interdiction pure et simple de l’accès aux sites ou des quotas afin de réguler les flux (25 avis sur 45 citations, soit 56 %). La surveillance arrive en deuxième position dans cette liste (n = 8 et 18 %). Selon les répondants, la limitation de l’impact écologique passe d’abord par l’information des visiteurs (36 %), puis l’action de privilégier les transports collectifs (32 %). Le principe d’une taxe (pollueur/payeur) n’arrive qu’en troisième position avec 14 % des observations (plusieurs réponses possibles).

  • 7 Biocarburants, voitures électriques, avions plus légers, moteurs à hydrogène, transports collectif (...)

36Note 67

  • 8 Interdire la vente de 4 x 4, réduire les déplacements en voiture, produire moins d’emballage, rédu (...)

37Note 78

38Sur le thème de la réduction aux émissions de CO2, 71 personnes ont formulé 75 propositions. Trois grands thèmes s’en dégagent majoritairementi : Au sujet de la réduction de leur empreinte écologique, deux thèmes principaux se dégagent des propositions émises (n = 68) : la raison et l’information. En effet, les personnes voient une solution à la question dans la réduction de leurs consommations (produits locaux, transports en commun, consommer mieux, n = 18) et sont demandeurs d’une meilleure communication, information, sensibilisation sur ce thème (n = 14 et 21 % des propositions). La mobilisation de tous ou, à nouveau, un réquisitoire, parfois violent dénonçant les abus révélés constituent une source d’avis non négligeable (25 % pour ces deux orientations). L’innovation (la demande d’innovations) est une attente à noter (n = 9 et 13 % des avis formulés).

(h3) L’empreinte écologique est différente selon les statuts

  • 9 3,99 pour la catégorie 55 ans contre 2,88 pour la catégorie 15-24 ans, test F = 2,81, 1-p = 97,07 (...)

39Les relations statistiques que nous avons pu produire nous permettent d’affirmer qu’il y a une réelle différence d’empreinte selon l’âg9, mais peu significative pour le revenu et le sexe du répondant. Les moyennes de chaque groupe sont significativement différentes. Les besoins augmentent logiquement en fonction de l’âge et du revenu, l’empreinte écologique résulte donc de cette évolution (graphique 1). La qualité de l’habitat (surface habitable, maison vs appartement, résidence secondaire) et les moyens de transport particulier vs en commun peuvent ici expliquer cette différence significative.

Graphique 1. – Évolution de l’empreinte écologique en nombre de planètes (moyenne 3,16 planètes) selon l’âge.

Graphique 2.– Graphe des relations statistiques significatives (trait plein avec intensité du test).

40Au titre des corrélations entre les différentes variables qu’observons-nous ? Une corrélation inverse (r = – 0,64) entre le nombre de planètes et la variable « nourriture ». En clair, cela signifie que plus l’empreinte écologique est faible (n planètes), plus la part relative de la nourriture est élevée. À l’inverse, nous constatons une corrélation (logique) entre le poids du transport et le nombre de planètes (au sens empreinte écologique). Enfin l’habitat n’est pas corrélé avec l’empreinte écologique (r = 0,19). La diversité des formes d’habitat de notre échantillon pourrait expliquer cette non-relation. Nous observons une corrélation inverse entre les postes nourriture et transport (– 0,56). Lorsque la part consacrée au transport augmente le poids de l’alimentaire diminue ou l’inverse.

41Au sujet de la nature des sites selon qu’ils sont naturels ou néogéniques, il existe une forte significativité avec le niveau de revenu.

Tableau 6. – Matrice des corrélations.

Discussion et limites

42Du fait des exigences liées au voyage et à l’habitat, le tourisme est source de nuisances ; celles-ci gravitent classiquement autour des rejets, des surconsommations, des pollutions en tous genres. Plusieurs auteurs évoquent ces nuisances sans ménagements. Pour autant, nombreux ignorent ou sous-estiment la variable CO2 comme contributrice du changement climatique. Nous avons tenté dans cet essai de montrer les limites du tourisme qualifié de masse en ce début de xxie siècle détruisant en même temps ce qui fait, encore, son charme et son succès. Une vague d’autres tourismes, imprégnés d’une forte volonté d’améliorer ce qui doit être, se dessine. Pour autant la distance à parcourir pour atteindre sa destination et le second habitat que suppose cette activité viennent alors entraver l’équilibre des vertus de cette activité (repos du visiteur, enrichissement du visité).

Conclusion

43Le tourisme source de nuisances ? Le tourisme « est capable du meilleur comme du pire » (Delisle et al., 2007, p. 29). Au vu de ce texte beaucoup de spécialistes reconnaissent les méfaits du tourisme de masse et prônent un autre tourisme. Mais peu, au fond, intègrent la variable des émissions de gaz à effet de serre résultant de nos assuétudes au voyage. L’habitat est un autre incontournable du tourisme fortement contributeur du changement climatique. L’eau, le CO2, la détérioration des espèces en même temps que des espaces sont des nuisances sur lesquelles nous avons insisté. L’empreinte physique matérialisée ici par l’empreinte écologique est une approche nouvelle qui dépasse le cadre de la capacité de charge touristique (cct). Cela signifie que la limite de capacité de charge d’une île en basse saison peut ne pas être atteinte alors que le voyageur, touriste de cette destination, dépasse très largement l’empreinte écologique (du fait du voyage en avion par exemple). Celle-ci reste une « estimation de la superficie dont la terre a besoin pour subvenir à vos besoins, selon le mode de vie » (site agir21.org, 2007).

44Les personnes ignorent majoritairement le concept de l’empreinte écologique. Surprises par les calculs qui les concernent, ils répondent cependant positivement à l’idée de la réduire. La piste de la sensibilisation est à développer (communications, informations) pour accroître les chances d’une réduction possible et de leur empreinte et de leurs émissions de CO2. Elles prônent de la modération plutôt que l’interdiction (aspect coercitif).

45D’autres voies sont à penser, à imaginer, tout de suite. Elles oscillent entre réductions (des excès) et adaptations. En effet, « le tourisme dispose d’innombrables possibilités de s’adapter aux changements climatiques en permanence et de manière prospective par […] l’élaboration de nouvelles offres […], le renforcement de la prévention des menaces […], la réduction des risques par des mesures d’organisation […], une sensibilisation de la branche du tourisme et de la population aux questions climatiques » (Müller et al., 2008, p. 5). Il nous faut, demain, capitaliser sur l’existant plutôt que construire de nouvelles infrastructures (ou alors les rénover), développer de nouvelles offres (avec la lenteur comme principe de base par exemple) afin que le voyage redevienne partie intégrante du tourisme. Il nous faut également prévenir des nuisances écologiques, biologiques (géo-localisation). Quant aux émissions de CO2 le temps viendra, au-delà des apprentissages individuels, pour des restrictions, des contingentements afin de limiter nos excès. Cette variable trop longtemps absente des ouvrages traitant du tourisme doit, comme l’empreinte écologique de chaque être sur cette planète, trouver sa juste place pour permettre la durabilité de cette noble activité.

Bibliographie

Bibliographie

Allemand Sylvain, Les Nouveaux Utopistes de l’économie, produire, consommer, épargner… différemment, Paris, Autrement, 2005, 255 p.

Babou Isabel, Callot Philippe, Les Dilemmes du tourisme, Paris, Vuibert, 2007, 217 p.

Blangy Sylvie, Le Guide des destinations indigènes, Montpellier, Tourisme équitable, Indigène éditions, 2006, 384 p.

Boyer Marc, Histoire du tourisme de masse, Paris, puf, coll. « Que sais-je ? », 1999, 127 p.

Ceron Jean-Paul, Dubois Ghislain, « Les indicateurs du tourisme durable. Un outil à manier avec discernement », in Cahier Espaces, n° 67, « Tourisme durable », novembre 2000, p. 30-46.

Codur Anne-Marie, Veron Jacques, Les Méthodes d’analyse de la relation entre population et environnement : des nombres aux systèmes, Populations en transition, recueil préparé par Magali Barbieri, xxve congrès général de la population, Tours, 18-23 juillet 2005, p. 165-187.

Delisle Marie-Andrée, Jolin Louis, Un autre tourisme est-il possible ? Presses universitaires du Québec, Québec, 2007, 144 p.

Giec, Climate Change 2007 : Mitigation of Climate Change. Working Group III. Contribution to the Intergovernmental Panel on Climate Change Fourth Assessment Report, Summary for Policymakers, 2007, 35 p.

Huet Françoise, « Le tourisme, chance ou malédiction pour les pays du Sud ? », in Espace Prépas, n° 118, 15 avril 2008, p. 100-104.

Ifen, www.ifen.fr/donIndic/Indicateurs/idd2002/chiffres/index.htm, L’Effet de serre et le changement climatique, rubrique données et indicateurs, 2002.

Le Hir Pierre, « La fréquence des ouragans a plus que doublé en un siècle », in Le Monde, 2 août 2007, p. 7.

Lequin Marie, Écotourisme et gouvernance participative, Presses de l’Université du Québec, Québec, 2004, 234 p.

Lpe, Définir, mesurer et évaluer la capacité de charge dans les destinations touristiques européennes, étude élaborée par les membres du Laboratoire de planification environnementale, Laboratoire de l’université de l’Égée, rapport final, 2001. www.ec.europa.eu/environment/iczm/pdf/tcca_fr.pdf

Lozato-Giotart Jean-Pierre, Balfet Michel, Management du tourisme. Les acteurs, les produits, les marchés et les stratégies, Paris, Pearson Education, 2004, 384 p.

Müller Hansruedi, Weber Fabian, 2030, Le Tourisme suisse face aux changements climatiques, Rapport de l’université de Berne, Suisse, 2008, 30 p.

Olivier Aude, « Surpopulation, érosion, pollution, montée des eaux… Alerte sur le littoral », in Le Journal du cnrs, n° 210-211, juillet-août 2007, 44 p.

Omm, Climat et tourisme, nouvelles du climat, publié par l’Organisation météorologique mondiale, n° 27, juin, 2005, 9 p.

Pince Robert, Être écovoyageur, Nature & Découvertes, collection « Et si on vivait autrement ? », 2007, 50 p.

Rees William, Wackernagel, Mathis, Our Ecological Footprint : Reducing Human Impact on the Earth. Gabriola Island, BC and Stony Creek, CT, New Society Publishers, 1996, 160 p.

Reeves Hubert, Mal de terre, entretien avec Frédéric Lenoir, Éditions du Seuil, 2003, 261 p.

Wirth Héloïse, Partir autrement : Guide des vacances alternatives, Paris, Village mondial, 2006, 228 p.

Notes

1 Rappelons qu’un kilo d’équivalent carbone correspond à 3,67 kg de CO2.

2 http://www.ifen.fr/donIndic/Indicateurs/idd2002/chiffres/index.htm. Consulté le 29 janvier 2007.

3 Citons le méthane CH4, le dioxyde d’azote NO2, etc.

4 Comme myfootprint.org, wwwf.fr/s_informer/calculer_votre_empreinte_ecologique, www.eco-sapiens.com/empreinte-ecologique.php, carbonfootprint.co.uk, ou footprint.ch.

5 Les services sont traités de façon arbitraire et fournis automatiquement par le logiciel.

6 Total supérieur à 100 %, les personnes pouvant indiquer plusieurs réponses.

7 Biocarburants, voitures électriques, avions plus légers, moteurs à hydrogène, transports collectifs terrestres à développer, etc.

8 Interdire la vente de 4 x 4, réduire les déplacements en voiture, produire moins d’emballage, réduire la vitesse, les transports, créer un quota ou un compte de points CO2, limiter les déforestations, limiter nos déplacements notamment en voiture, augmenter le prix de l’essence.

9 3,99 pour la catégorie > 55 ans contre 2,88 pour la catégorie 15-24 ans, test F = 2,81, 1-p = 97,07 %.

Table des illustrations

Légende Schéma 1. – La vague d’autres tourismes…
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1240/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Tableau 1. – Comparaison des émissions de CO2 par h/an (source ifen, 2007).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1240/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1240/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Tableau 3. – Simulations avec deux profils distincts.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1240/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Tableau 4. – Synthèse des principales nuisances liées au tourisme.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1240/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1240/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1240/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Graphique 1. – Évolution de l’empreinte écologique en nombre de planètes (moyenne 3,16 planètes) selon l’âge.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1240/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Graphique 2.– Graphe des relations statistiques significatives (trait plein avec intensité du test).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1240/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Tableau 6. – Matrice des corrélations.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1240/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

Auteur

Professeur à l’École supérieure de commerce et de management Tours-Poitiers, membre de l’aiest

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540