Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entreprises et environnement : quels enjeux pour le développement durable ?

 | 
François Bost
, 
Sylvie Daviet

Introduction

François Bost et Sylvie Daviet

Texte intégral

1Depuis les origines de la Révolution industrielle et jusqu’aux années 1970-1980, le monde de l’entreprise a globalement considéré l’environnement comme un paramètre secondaire, sur lequel sa responsabilité n’apparaissait guère engagée. Les prélèvements réalisés sur l’environnement local, les rejets polluants et toxiques dans le milieu naturel, ou encore les atteintes aux paysages ne faisaient guère débat, (ce qui ne veut pas dire qu’ils ne s’accompagnaient pas de problèmes !). Dans cette vision court-termiste, l’environnement était simplement pensé comme une somme de ressources naturelles, renouvelables et quasi inépuisables (« offertes » en quelque sorte aux entreprises), si bien que les questions de leur rareté et de leur coût ne se posaient pas. De plus, les incidences de l’activité des entreprises sur la vie, le quotidien et la santé des populations environnantes ou employées par elles n’intéressaient guère encore l’opinion publique. Tout au plus ces conséquences apparaissaient-elles comme une fatalité à laquelle il fallait se résoudre (dans le cas des bassins miniers ou des pôles chimiques par exemple), en contrepartie de l’emploi et du développement économique. Lorsque des atteintes criantes à l’environnement étaient effectivement révélées, elles étaient le plus souvent minimisées, cachées, voire étouffées (notamment dans les vieilles régions industrialisées de l’ex-urss et des pays d’Europe orientale).

2C’est seulement à partir des années 1970 que les opinions publiques ont été progressivement sensibles aux questions environnementales ; cette sensibilité s’est exacerbée dans les pays industrialisés, voire dans certains pays émergents, depuis que le réchauffement climatique s’est affirmé comme une évidence. À cet égard, les grandes catastrophes écologiques ont joué un rôle essentiel dans la prise de conscience des opinions publiques. On citera en particulier : les grandes marées noires qui se sont succédé (Torrey Canyon en 1967, Amoco Cadiz et Exxon Valdez en 1989, Erika en 1999, Prestige, en novembre 2002), mais aussi les catastrophes d’origine industrielle (pollution au mercure dans la baie de Minamata, au Japon, dans les années 1950-1960 ; explosion d’une cuve de produits chimiques à Bhopal, en Inde, en 1984 ; explosion de l’usine azf à Toulouse, en 2001, etc.) avec leurs morts (30 dans le cas d’ azf, mais 20 000 dans celui de Bhopal !) et leurs lots de désolation. Cette prise de conscience internationale s’est trouvée relayée par les médias, les ong et, plus récemment, par l’internet pour l’accès à l’information.

3Volontiers érigées en boucs émissaires, à la faveur d’accidents majeurs, mais aussi dans le cadre de leurs activités plus quotidiennes, les entreprises se voient fortement interpellées. Le modèle de développement dont elles sont porteuses (le profit maximal en un minimum de temps) est désormais montré du doigt. Le contraste est saisissant entre la gravité de la situation environnementale et climatique à moyen et long terme et la relative inertie dont témoignent les acteurs économiques. Il révèle d’ailleurs avec force les contradictions entre rentabilité, compétitivité, maintien de la croissance, réduction du CO2 et préservation des ressources naturelles à long terme pour les générations futures.

4À leur tour, les entreprises affirment aujourd’hui leur sensibilité aux questions environnementales, au développement durable et aux limites écologiques de l’activité économique. Ces dernières années notamment, un nombre croissant d’initiatives a témoigné de la capacité des entreprises à intégrer, dans les discours, puis dans les stratégies, les questions relatives au développement durable. Face à la crise de légitimité sans précédent dont elles font l’objet, le développement durable est-il finalement autre chose qu’une aubaine pour se racheter une conduite à bon compte ? Ce nouvel enjeu est-il de nature à bouleverser les valeurs mêmes de l’entreprise ? Quelle crédibilité peut-on accorder à l’engagement appuyé de certaines d’entre elles en faveur du développement durable ? S’agit-il seulement d’un nouveau discours destiné à répondre opportunément aux attentes nouvelles des consommateurs ou, plus profondément, d’une évolution irréversible se matérialisant dans les stratégies adoptées ? De leur côté, les pouvoirs publics, tant à l’échelle nationale qu’internationale, développent un cadre réglementaire contraignant, dans le sens de règles minimales de prudence, à défaut d’imposer une gestion normative sous contrainte, car les sanctions restent faibles.

5Les nouveaux rapports des entreprises à l’environnement et au développement durable sont encore délicats à appréhender, comme en témoignent les différents chapitres de cet ouvrage. On perçoit aisément que les entreprises, grandes ou petites, se retrouvent dans une situation inédite, coincées entre les impératifs du développement durable et ceux de leur propre « durabilité ». Néanmoins, le contexte actuel peut être l’opportunité historique d’un arrimage de l’écologie à l’économie. En effet, activités économiques et développement durable ne sont plus forcément antinomiques, mais porteurs d’un nouveau modèle de développement. Ce dernier reste encore à géométrie variable dans le discours et l’action concrète des entreprises qui, dans leur très grande majorité, « économisent » l’environnement plus qu’elles n’« écologisent » l’économie… L’évolution opérée par les entreprises vers le développement durable n’est pas encore une conversion complète, elle varie considérablement d’un secteur à un autre, d’une entreprise à une autre. Les ambiguïtés demeurent donc nombreuses.

6Dès lors, plusieurs questions se posent : comment les entreprises s’adaptent-elles à ce nouveau paradigme ? Que sacrifient-elles véritablement ? Dans quelle mesure la démarche citoyenne annoncée par certains dirigeants reste confinée aux pays industrialisés, ou gagne aussi les pays émergents, précisément là où les pressions sur l’environnement se font de plus en plus criantes (Chine, Brésil, Mexique, etc.), sans oublier les pays d’Europe orientale, qui ont payé un très lourd tribu durant l’époque communiste ? À cet égard, le titre de cet ouvrage mérite d’être explicité et le sens de ses termes précisé.

7Le concept d’environnement s’entend ici au sens large, mais en excluant l’environnement économique et des affaires qui s’inscrit dans une tout autre logique. Dans le cadre de cet ouvrage, il s’agit plus précisément du « milieu » dans lequel s’insère une entreprise. Ce milieu est à la fois un support pour les activités, un cadre de vie, une ressource et un patrimoine à protéger. L’environnement ne renvoie donc pas seulement à des données « naturelles », d’autant que les entreprises recherchent souvent des milieux urbains, en raison de la proximité des emplois, des infrastructures, des services, des compétences, etc.

8L’environnement des entreprises présente une très grande diversité, en fonction des densités de population situées à proximité des sites d’activité (milieux urbain, périurbain, rural profond, etc.), des types de milieux naturels concernés (montagnes, littoraux, zones fluviales, milieux insulaires, etc.) et des secteurs d’activité. Les relations entretenues par les entreprises avec leur environnement sont donc aussi diverses, qu’il s’agisse par exemple d’une exploitation agricole (cf. texte de J.-M. Girault et de C. Nicourt), d’une entreprise isolée en milieu amazonien (cf. texte de A. Gressing), d’une raffinerie en position littorale (cf. texte de H. Baddih et de F. Khihel), d’une exploitation minière au cœur de l’espace rhénan (cf. texte de M. Deshaies) ou d’une usine ultramoderne en périphérie d’une métropole (cf. texte de Y. Fergusson). Ces relations varient aussi selon les pressions exercées sur le milieu (types de pollutions et de nuisances, accidents technologiques) et la taille des périmètres concernés. Enfin, devant l’ampleur des dégâts et des inquiétudes, c’est principalement dans les pays industrialisés et émergents que les entreprises sont appelées à relever le défi du développement durable.

9Par entreprise, on entend aussi bien les grandes firmes que les pmi-pme. Leurs relations à l’environnement sont à étudier à l’échelle des maisons mères et de leurs réseaux d’établissements multi-localisés, comme à l’échelle des établissements pris individuellement. La responsabilité des entreprises en tant qu’acteurs économiques est engagée à ces deux niveaux. Les grandes firmes sont souvent en pointe dans les nouvelles approches environnementales – du moins dans le discours. Mais le sont-elles plus que les pmi-pme innovantes ? Les entreprises étudiées dans cet ouvrage relèvent de secteurs d’activité très variés, allant de l’agriculture à l’énergie, de l’industrie chimique à l’exploitation charbonnière, du tourisme à la grande distribution, etc.

10Enfin, pour comprendre le concept de développement durable, il convient de rappeler le débat des années 1960 qui stigmatisa le mode de production de la société de consommation. Le Club de Rome fut fondé de manière symptomatique en 1968, à l’initiative d’un industriel, avant de diffuser son célèbre rapport, Halte à la croissance (1971). Après le premier sommet de la terre (Stockholm, 1972), il a fallu attendre 1987 et le rapport Brundtland (1987) pour aboutir à une définition du développement durable comme satisfaisant « les besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre à leurs propres besoins ». Faisant l’objet de débats contradictoires, le développement durable s’est néanmoins imposé comme un concept incontournable dans le monde scientifique, politique et économique, surtout depuis le Sommet de la Terre de 1992.

  • 1 Pour mémoire, les six précédents colloques de la Commission « Industries et emploi », qui se sont (...)

11Cet ouvrage est le fruit d’un colloque international qui s’est tenu les 11 et 12 septembre 2008 à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense à l’instigation de la Commission « Industries et emploi » du Comité national français de géographie (cnfg), membre de l’Union géographique internationale (ugi)1. Les différentes contributions réunies ici reflètent la grande diversité des approches et, par là même, des analyses croisées autour des liens complexes entre firmes et environnement. Elles témoignent d’une grande ouverture disciplinaire rassemblant, au-delà de la géographie, aménageurs, économistes de l’environnement et de l’entreprise, agronomes, juristes, historiens, etc., tout en intégrant une large dimension internationale par l’origine des intervenants et la variété des terrains étudiés (Allemagne, Autriche, Belgique, Suisse, France, Italie, États-Unis, Maroc, Brésil). Elles ont été réunies en quatre parties, qui apportent autant d’éclairages différents sur la question.

12La première partie intitulée « Environnement, risques et conflits » pose la question essentielle de l’entreprise facteur de risques et de nuisances pour l’environnement, et des conflits générés à cette occasion. Elle s’interroge sur l’échelle des nuisances, des risques et des critères à établir. Comment appréhender ces questions complexes et à partir de quelles grilles d’analyse ? Qu’est-ce que le respect ou le non-respect de l’environnement ? Deux secteurs d’activité sont plus précisément analysés. La chimie tout d’abord, à travers l’exemple de la « vallée de la chimie » au sud de Lyon par Jacques Donze, puis celui de la Société anonyme marocaine de l’industrie du raffinage (samir) par Hindou Baddih et Fatiha Khihel. Le tourisme ensuite, un secteur au tournant de son histoire, comme le montre Philippe Callot, qui développe la notion d’« empreinte écologique » destinée à mesurer l’impact de cette activité sur des milieux fragilisés et surfréquentés. Julien Betaille s’intéresse quant à lui au droit des catastrophes et à son efficacité réelle face aux difficultés d’application du droit existant et à la profusion normative, sachant que la loi est surtout édictée au coup par coup par les pouvoirs publics. Enfin, Christophe Beaurain et Jérôme Longuépée abordent, à travers l’exemple de l’agglomération dunkerquoise, les conflits d’usage (notamment autour de la qualité de l’air) inhérents à la coexistence sur un territoire donné d’activités antagonistes (l’industrie qui génère richesses et externalités environnementales négatives, et les activités balnéaires et résidentielles qui s’appuient sur les attraits environnementaux de la Côte d’Opale). Ils soulignent les formes de compromis institutionnalisés qui peuvent être apportées.

13La seconde partie, « Acceptabilité de l’entreprise et prise en compte de l’environnement », aborde la diversité des réactions des entreprises face aux nouveaux défis du développement durable. Michel Deshaies montre la spécificité de l’exploitation à ciel ouvert du lignite en Allemagne, pays où la conscience environnementale est très aiguë. Il souligne le paradoxe de cette activité dévastatrice pour les paysages, face à la volonté largement partagée de préservation de la « nature ». De son côté, Jérémy Dagnies montre comment les pouvoirs publics belges prennent en compte les préoccupations du développement durable en Wallonie, dans les Plans qualité destinés à réguler la conduite des entreprises touristiques. Solange Montagné Villette pose avec acuité cette même question, mais dans le cadre d’une activité tertiaire a priori moins exposée aux critiques, celle des grandes surfaces commerciales. L’implantation contestée du magasin ikea à Mougins, sur la côte d’Azur, provoque un débat où l’argument du « développement durable » est utilisé par les entreprises et les défenseurs de l’environnement, selon les besoins de chacun et dans un cadre conflictuel. Yann Fergusson étudie un projet industriel sous très forte pression écologique, à savoir la construction du nouveau hall de montage de l’Airbus A 380 à Toulouse (programme Constellation). Dans ce cas d’école, le projet atteint une dimension prométhéenne par la création d’une Communauté d’agglomération, de nouveaux quartiers « exemplaires » et l’amorce d’une nouvelle culture urbaine… Ses vertus économiques, environnementales et sociales peuvent-elles s’emboîter dans les préceptes du développement durable ? Enfin, Eloi Leymarie, à travers l’exemple d’edf et de l’hydro-électricité dans le bassin de la Garonne, scrute les difficultés d’un grand groupe énergétique, malmené dans ses logiques industrielles et ses stratégies de développement en se retrouvant au cœur des politiques publiques de régulation environnementale.

14La troisième partie, intitulée « Produire autrement, les nouveaux marchés de l’environnement », dessine les contours émergeant d’un nouveau modèle de développement. Nombre d’entreprises voient en effet dans l’environnement une opportunité nouvelle pour rebondir et réorienter leurs stratégies. Si le recul manque encore, on distingue déjà les secteurs gagnants, promis à un bel avenir, et ceux qui vont devoir s’adapter dans la douleur, c’est-à-dire sous la contrainte et au prix fort. Jean-Max Girault et Christian Nicourt montrent tout d’abord comment les caves coopératives viticoles du Languedoc-Roussillon (aoc Fitou et Corbières) ont affronté les interrogations sur la « qualité environnementale » des manières de produire (par la réduction collective de l’usage des pesticides), alors que surgissaient de nouvelles concurrences sur le marché mondial et que les modes de consommation se transformaient. Anna Gressing étudie pour sa part le partenariat original et novateur entre la société de cosmétique brésilienne Natura et les communautés de collecteurs de noix du Brésil en Amazonie. Cependant, sous le vernis d’une exploitation économique raisonnée et d’un partenariat tourné vers la durabilité, de nombreuses questions se posent sur le droit de regard de l’entreprise quant à l’avenir de la communauté et de sa gestion territoriale. De son côté, Christine Liefooghe développe l’exemple du Nord-Pas-de-Calais, une région où l’environnement a été malmené par plus d’un siècle d’industrialisation. Sous la pression normative et réglementaire, et au moment où émerge la notion de développement durable, la région devient un territoire d’expérimentations institutionnelles et économiques. De la réparation des paysages à la résorption des pollutions, de la construction de nouveaux savoirs à la création d’écoentreprises, le Nord-Pas-de-Calais cherche un nouveau chemin de développement. Mais logiques des territoires et stratégies des entreprises ne se rencontrent pas toujours. Harald A. Mieg s’intéresse au cas original du marché des services environnementaux en Suisse, qui reflète un aspect important de la relation des entreprises à la durabilité par la mise à disposition de services environnementaux professionnels. Enfin, Didier Vye examine l’exemple des filières Surf et Voile sur le littoral atlantique français, dont la marchandisation a entraîné une recomposition des relations à l’environnement.

15La dernière partie, enfin, ouvre la question des relations complexes entre « Politiques environnementales, acteurs et société civile », dans trois territoires bien différents. À travers l’exemple de San Francisco en Californie, Richard Walker met tout d’abord en lumière les processus sociaux qui, face à l’urbanisation continue de la baie induite par l’expansion du capitalisme industriel, ont conduit à la préservation de l’environnement. Céline Pascual-Espuny aborde ensuite l’ambitieuse politique européenne en matière de réglementation chimique (Registration, Evaluation and Autorisation of Chemicals ou reach) pour répondre à la question de la pollution, de la santé, de l’environnement. Les enjeux sur lesquels se cristallisent les débats, comme les réponses apportées par les institutions européennes, sont étudiés avec finesse. Pour clore cet ouvrage, Federica Ranghieri aborde la thématique du changement climatique et le cheminement de la communauté internationale sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Parmi les dispositifs majeurs, les « mécanismes du développement propre » (marché du carbone) constituent une pièce maîtresse, mais comportent des aspects positifs et négatifs et suscitent des modalités de mise en œuvre bien différentes selon les régions du monde, notamment dans les pays en développement.

Notes

1 Pour mémoire, les six précédents colloques de la Commission « Industries et emploi », qui se sont tenus tous les deux ans, ont porté sur les thèmes suivants : « Redéfinir l’industrie » (organisé par S. Daviet en 1998 à Aix-en-Provence) ; « Les mutations contemporaines de l’emploi » (organisé par X. Long en 2000 à Grenoble) ; « Formation, emploi, territoire » (organisé par M. Battiau en 2002 à Lille) ; « Innovations, industries et emplois » (organisé par J. Fache en 2004 à Nantes) ; « L’économie culturelle et ses territoires » (organisé à Toulouse en 2006 par F. Leriche en 2006). Le colloque que s’est tenu en septembre 2010 a porté sur les relations entre « Firmes, géopolitique et territoires ».

Auteurs

Maître de Conférences en Géographie à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense Laboratoire Géographies comparées des Suds et des Nords (gecko, ea 375)

Professeur de Géographie à l’université de Provence (Aix-Marseille Université), membre de l’umr 6570 telemme (Temps, Espaces, Langages, Europe méridionale, Méditerranée), responsable de la commission « Industries et emplois » du Comité national français de Géographie (cnfg)

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540