Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire consternante

 | 
Hassan Givsan

XI. Si Heidegger…

Texte intégral

1C’est avec raison que Lyotard a refusé l’alternative : « si grand penseur, alors pas nazi ; si nazi, pas grand penseur. »

  • 1 W. Schirmacher, «Vergesst Heidegger?», in Zeitkritik nach Heidegger, W. Schirmacher (éd.), Essen, (...)
  • 2 Ibid.
  • 3 Ibid., p. 13.

2Schirmacher, un apologète de Heidegger qui a la malchance de ne pas être pris en compte par l’apologie officielle de Heidegger, répète l’alternative avec sa question : « Est-ce qu’un salaud [Charakterschwein] peut être un grand philosophe1 ? » Il trouve certes « consternant que Heidegger ait été nazi2 », mais demande à la fin : « Heidegger était-il nazi3 ? » Pourtant, ce n’est pas à cause de telles phrases que j’ai cité Schirmacher, mais à cause du bon mot suivant :

  • 4 Ibid., p. 7.

On sait que la juive Hanna Arendt a été « le seul grand amour » de Heidegger, et si, en 1928, il avait osé renoncer pour la jeune étudiante à sa femme, à ses enfants et à son poste de professeur, il serait sans doute devenu l’un des grands enseignants de la New School for Social Research de New York, et c’est avec fierté que Habermas se référerait aujourd’hui à lui4.

3Soit : personne ne tient cela pour digne d’être mentionné, moi non plus, mais il y a un petit détail, à savoir le petit détail que l’un des « grands » de la philosophie contemporaine, une autre star à côté de Derrida et de Habermas, a conçu à partir de là « un monde possible », monde dont cette star problématique tire quelques conséquences.

Notes

1 W. Schirmacher, «Vergesst Heidegger?», in Zeitkritik nach Heidegger, W. Schirmacher (éd.), Essen, 1989, p. 8.

2 Ibid.

3 Ibid., p. 13.

4 Ibid., p. 7.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540