Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire consternante

 | 
Hassan Givsan

II. À propos de l’expression « le cas Heidegger »

Texte intégral

1Je n’emploie pas ici l’expression de « cas Heidegger » du seul fait qu’elle soit devenue un lieu commun en raison de ce point sur le i. J’emploie aussi et à dessein cette expression avec une connotation qui a son modèle historique : c’est Nietzsche qui l’a forgée à propos de Wagner.

  • 1 B. Allemann, « Martin Heidegger und die Politik » (« Martin Heidegger et la politique », 1967), in (...)
  • 2 S. Vietta, Heideggers Kritik am Nationalsozialismus und an der Technik, Tübingen, 1989, p. 2 (Heid (...)
  • 3 J. Aler, « Auto-da-fé. Victor Farias schichtet einen Scheiterhaufen » (« Au-to-da-fé. Victor Faria (...)
  • 4 Ibid., p. 322-323.
  • 5 Je parle ici en connaissance de cause : un apologète de Heidegger, auquel ma confrontation ontolog (...)
  • 6 R. Marten, « Heideggers Geist » (L’esprit de Heidegger), in Die Heidegger-Kontroverse, J. Altwegg (...)
  • 7 B. Martin, « Einführung : “Alles Große ist auch gefährdet” – der Fall Heideggger(s) » (Introductio (...)
  • 8 O. Pöggeler « “Praktische Philosophie” als Antwort an Heidegger » (La « philosophie pratique » en (...)
  • 9 A. Schwan, « Der Fall Martin Heidegger. Vom “Historikerstreit” zum “Philosophenstreit” » (entretie (...)

2S’agissant de l’usage de l’expression « le cas Heidegger » en tant que référence à ce point sur le i : il faut en parler, parce qu’il se pourrait qu’il ait échappé à certains apologètes de Heidegger, comme tant d’autres choses, que l’expression « le cas Heidegger » est devenue, dans le cadre de cette controverse à propos du point, un lieu commun. Nonobstant leurs grincements de dents, qu’il soit donc dit ceci : B. Allemann, un admirateur de Heidegger, emploie cette expression1. L’apologète de Heidegger, S. Vietta parle du « cas Heidegger2 ». Un autre apologète de Heidegger, véritable image d’Épinal de l’apologie, à savoir J. Aler, utilise l’expression, à cette nuance près qu’il transforme le « cas Heidegger » en « cas Farias3 ». Il écrit « le cas Heidegger s’est transformé en cas Farias4 ». Et c’est là que l’on voit tout ce dont l’apologie de Heidegger est capable. L’apologie de Heidegger prend ici, au grand jour, sa forme la plus perfide et la plus infâme5. Arrêtons-nous y un instant : dans le contexte de la controverse – et davantage encore dans le contexte du livre de Farias – l’expression « cas Heidegger » possède la connotation ou plutôt la signification « Heidegger en tant que complice des nazis » ou bien même « Heidegger en tant que nazi ». J. Aler le sait. Pourtant, et même en raison de cela, il écrit cette phrase. Aler veut dire par là : le nazi, ce n’est pas Heidegger, c’est Farias. Il avait déjà annoncé cela par son sous-titre « Victor Farias dresse un bûcher ». Un « bûcher » à l’instar des autodafés nazis de livres. R. Marten parle du « cas Heidegger6 ». B. Martin évoque « le cas (de) Heidegger » dès le titre7. Même le principal apologète de Heidegger, O. Pöggeler, emploie l’expression « le “cas” Heidegger8 ». L’entretien d’A. Schwan avec A. Reif est titré « Le cas Martin Heidegger9[...]. »

Notes

1 B. Allemann, « Martin Heidegger und die Politik » (« Martin Heidegger et la politique », 1967), in Heidegger. Perspektiven zur Deutung seines Werkes (Perspectives pour l’interprétation de son œuvre), Cologne, 1970, p. 257 : « cas de Heidegger ».
Ici et dans toutes les notes qui suivront, l’indication entre parenthèses de la date de parution n’a pas un sens bibliographique, mais indicatif. Elle doit indiquer quand quelque chose a été pensé, dit, écrit, rendu public. Car le « quand » – du moins dans le contexte de l’histoire qui sera exposée ici – n’est pas seulement une date calendaire, mais possède une signification eu égard à ce qui a été pensé, dit, écrit, rendu public.
Nota bene : je n’indiquerai pas les passages soulignés dans la version d’origine lorsque je ne les reprendrai pas tels quels. J’indiquerai uniquement les passages que j’aurai moi-même soulignés. Cela ne vaut cependant que pour les citations, et non pas pour le travail que je ferai ensuite une fois ces citations faites.

2 S. Vietta, Heideggers Kritik am Nationalsozialismus und an der Technik, Tübingen, 1989, p. 2 (Heidegger critique du national-socialisme, Pardès, 1996).

3 J. Aler, « Auto-da-fé. Victor Farias schichtet einen Scheiterhaufen » (« Au-to-da-fé. Victor Farias dresse un bûcher »), in Zur philosophischen Aktualität Heideggers. Bd. 1 : Philosophie und Politik, Francfort/M., 1991, p. 261-327.

4 Ibid., p. 322-323.

5 Je parle ici en connaissance de cause : un apologète de Heidegger, auquel ma confrontation ontologique avec Heidegger avait déplu, en avait fait « le cas Givsan ».

6 R. Marten, « Heideggers Geist » (L’esprit de Heidegger), in Die Heidegger-Kontroverse, J. Altwegg (éd.), Francfort, 1988, p. 226.

7 B. Martin, « Einführung : “Alles Große ist auch gefährdet” – der Fall Heideggger(s) » (Introduction : “Toutes les grandes choses sont elles aussi menacées” – le cas (de) Heidegger), in Martin Heidegger und das “Dritte Reich”. Ein Kompendium, Darmstadt, 1989, p. 3-13.

8 O. Pöggeler « “Praktische Philosophie” als Antwort an Heidegger » (La « philosophie pratique » en tant que réponse à Heidegger), in Martin Heidegger und das “Dritte Reich”. Ein Kompendium, op. cit., p. 63.

9 A. Schwan, « Der Fall Martin Heidegger. Vom “Historikerstreit” zum “Philosophenstreit” » (entretiens avec A. Reifl), in Universitas, 44e année, 1989, p. 884 et suiv.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540