Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À la recherche de l'effectivité des droits de l'homme

 | 
Véronique Champeil-Desplats
, 
Danièle Lochak

Garantir l'effectivité par le recours à un tiers impartial ?

La justiciabilité problématique du droit de résistance à l’oppression : antilogie juridique et oxymore politique

Sophie Grosbon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’idée d’un droit de résistance à l’oppression trouve sa source dans la considération selon laquelle la communauté n’institue le pouvoir politique qu’en vue de son propre bien. Si les gouvernants utilisent le pouvoir pour opprimer le peuple, celui-ci a le droit de s’opposer à leur autorité, « de tenir leurs actes pour nuls, de leur résister […], de les déposer et de les juger pour leurs méfaits1 ». C’est en ce sens qu’il faut comprendre, non seulement l’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme (DDH) qui proclame que « le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme » et qui compte parmi ces droits « la résistance à l’oppression », mais aussi l’article 20 (IV) de la Loi fondamentale allemande (LF) qui intègre aux droits fondamentaux « le droit de résister à quiconque entreprendrait de renverser [l’]ordre [constitutionnel2], s’il n’y a pas d’autres remèdes ».

Consacrer la résistance en tant que droit signifie donner ...

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540