Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'exécution capitale

 | 
Régis Bertrand
, 
Anne Carol

Statut et traitement du condamné

Le laboratoire de la décapitation

Vincent Barras

Texte intégral

1L’histoire de la décapitation, telle qu’elle sera présentée ici, est celle d’une technique particulière du corps, ou, plus précisément, celle des différents corps qu’elle met en branle : celui du décapité certes – on l’imagine sans peine –, mais aussi celui d’autres personnages cruciaux, comme les bourreaux – lesquels après cette invention verront leur métier se modifier radicalement –, ou d’autres acteurs, comme les médecins, à première vue moins attendus dans un tel laboratoire, mais dont la présence sera toutefois déterminante sous plusieurs aspects. La période examinée s’étend de 1798 à 1818, une trentaine d’années capitales comme on sait pour nombre d’aspects de notre culture occidentale, et pour l’histoire de la médecine en particulier : révolution des savoirs, des pratiques, des institutions. La décapitation, pratique a priori limitée, pourrait constituer l’une de ces scènes singulières où se jouent des problématiques d’une portée anthropologique bien plus étendue, dans la mesure où elle permet précisément de suivre de près quelques-uns des contours empruntés par ces mutations.

2La décapitation, en ces années, c’est l’affaire d’un nouvel instrument, d’une « simple mécanique », selon la formule efficace que son inventeur, le médecin Joseph Ignace Guillotin (1738-1814), utilisait afin de convaincre, en décembre 1789, l’Assemblée Nationale du bien-fondé de son projet de loi visant à réformer le système pénal :

  • 1 Cité d’après DUJARDIN-BEAUMETZ et EVRARD, « Note historique et physiologique sur le supplice de la (...)

« Dans tous les cas où la loi prononcera la peine de mort contre un accusé, le supplice sera le même, quelle que soit la nature du délit dont il se sera rendu coupable. Le criminel sera décapité, il le sera par l’effet d’une simple mécanique. »1

  • 2 Voir notamment, au sein d’une littérature assez abondante consacrée au personnage, G. LENOTRE, La (...)
  • 3 Pour l’histoire de la médecine légale avant la lettre, c’est-à-dire avant son institutionnalisatio (...)
  • 4 Voir, pour une première approche, Alessandro PASTORE, « Médecine légale et pratique de la torture (...)
  • 5 Hermann Friederich TEICHMEYER, Institutiones medicinae legalis vel forensis, Iena, 1723. Voir auss (...)
  • 6 Voir en particulier Markwart HERZOG, « Scharfrichterliche Medizin. Zu den Beziehungen zwischen Hen (...)

3La proposition peut surprendre dans la bouche d’un médecin. D’ailleurs, la difficulté a été réelle pour nombre d’historiens de la médecine ayant tenté de justifier cette absolue bizarrerie : humanitarisme maladroit, perversion d’un individu hors normes, dépassement des compétences professionnelles…2 La singularité se dissout déjà en partie si l’on pense à inscrire la phrase de Guillotin dans une histoire de longue durée, celle de l’entente particulière entre médecine et justice : procès de sorcières, crimes d’empoisonnements, autopsies médico-légales, les médecins sont partout sur la scène judiciaire d’Ancien Régime3. Investis de leur rôle technique spécialisé, ils sont notamment présents lors de l’application de la torture4. Faut-il dispenser de la torture, se demande ainsi – à la suite de Paolo Zacchia et de divers auteurs de traités médico – légaux au xviie et au xviiie siècle –, le médecin allemand Hermann Friederich Teichmeyer en 1723, les « femmes enceintes, enfants, nourrices, décrépits, déments, épileptiques, phtisiques, sourds-muets incapables de répondre », mais aussi, selon les cas, « les goutteux et arthritiques, dispensés de ce moyen de torture qu’est la pression sur les pouces et les orteils, les obèses, exemptés du supplice du chevalet ou de la corde ? »5 De plus, à cette histoire devrait nécessairement s’ajouter son envers, celle de l’activité « médicale » des bourreaux, lesquels sous l’Ancien régime sont dotés de capacités thérapeutiques peu communes (capables notamment de tirer diverses substances pharmaceutiques du corps du supplicié)6.

4La proposition de Guillotin, placée au bout de cette histoire, et nourrie à la fois des aspirations égalitaires et des préoccupations utilitaires de son temps, peut alors se comprendre comme s’inscrivant dans une tradition séculaire du médecin en tant que « technicien du corps supplicié ». En effet, l’article « Supplicié » du Dictionnaire des Sciences Médicales de Pancoucke – dans lequel convergent tous les savoirs médicaux du début du xixe siècle – affirme avec conviction :

  • 7 Dictionnaire des sciences médicales, t. 53, Paris, Pancoucke, 1821, s.v. « Supplicié », p. 443 (si (...)

« La médecine a été consultée pour concilier ce que l’on devait à la sévérité de la loi avec les égards dus à l’humanité, et indiquer quel était le genre de mort le moins douloureux : l’instrument dont on se sert aujourd’hui en France, et qui porte le nom d’un médecin, bien que ce praticien respectable n’ait fait qu’en indiquer un dessin qui existait dans des ouvrages allemands, prouve toute la sollicitude du gouvernement en faveur des malheureux entraînés vers le crime. En vain objecte-t-on qu’un supplice aussi doux est propre à encourager les forfaits ; que la crainte de la souffrance en éloigne plus que la mort même ; cet inconvénient est moindre sans doute que le tableau des tortures et des tragiques agonies qu’on offrait en spectacle à nos pères, et qui ne diminuaient en rien le nombre des condamnés. »7

5À la fin du siècle, dans le Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, à l’article « Supplices (Médecine légale) », l’on se sent désormais obligé de préciser, presque sur le ton de l’excuse :

« Si l’histoire des supplices a une importance principale, au point de vue de la législation et de la philosophie, elle soulève aussi diverses questions qui se rattachent aux sciences médicales. Ce sont de cruelles expériences faites sur la douleur physique et sur le mécanisme de la mort. Mais, hâtons-nous de la dire, la médecine représente ici le principe de l’humanité. Même à côté de l’exécrable torture, c’est à un rôle d’humanité que la justice appelle le médecin, qui le premier a réclamé contre ces pratiques barbares ; si la nécessité de la peine capitale est admise, c’est lui qui fait connaître le genre de mort le moins douloureux et le plus prompt. […]. »

6L’allusion à la contribution des médecins français au problème technique de la décapitation se fait plus explicite quelques pages plus loin :

  • 8 Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, 3e série, t. 13, Paris, Masson & Asselin, 1884 (...)

« Le législateur a voulu que la décollation fût rapide et immanquable […], c’est aux lumières de la chirurgie qu’il est venu demander la solution d’un problème qui répugnait à cet art bienfaisant, mais auquel l’humanité donnait un attrait irrésistible, celui d’anéantir en un instant à la fois la douleur physique et la souffrance morale et de faire sans transition passer le condamné du moment présent à l’éternité. »8

7En effet, Guillotin, médecin, s’était contenté d’une simple proposition théorique. Ce sera Antoine Louis, secrétaire de l’Académie Royale de chirurgie, qui, sur mandat du Comité de législation et du Ministre de la Justice, passera à l’application pratique en faisant construire un prototype de machine à décapiter, et en l’expérimentant sur divers cadavres humaines ainsi qu’un mouton vivant. Sur le ton froid et précis d’un protocole de laboratoire, son fameux « Avis motivé sur le mode de décollation » affirme :

  • 9 Antoine LOUIS, « Avis motivé sur le mode de décollation » [mars 1792], cité d’après Daniel Arasse, (...)

« Personne n’ignore que les instruments tranchants n’ont que peu ou point d’effet lorsqu’ils frappent perpendiculairement. En les examinant au microscope, on voit qu’ils ne sont que des scies plus ou moins fines qu’il faut faire agir en glissant sur le corps à diviser. On ne réussirait pas à décapiter d’un seul coup avec une hache ou un couperet dont le tranchant serait en ligne droite ; mais avec un tranchant convexe, comme aux anciennes haches d’armes, le coup asséné agit perpendiculairement qu’au milieu de la portion du cercle ; mais l’instrument, en pénétrant dans la continuité des parties qu’il divise, a sur ses côtés une action oblique en glissant, et atteint sûrement son coup. En considérant la structure du coup, dont la colonne vertébrale est le centre, composée de plusieurs os dont la connexion forme des enchevauchures de manière qu’il n’y a pas de joint à chercher, il n’est pas possible d’être assuré d’une prompte et parfaite séparation en la confiant à un agent susceptible de varier en adresse par des causes morales et physiques, il faut nécessairement, pour la certitude du procédé, qu’il dépende de moyens mécaniques invariables dont on puisse également déterminer la force et l’effet. C’est le parti qu’on a pris en Angleterre ; le corps du criminel est couché sur le ventre entre deux poteaux barrés par le haut par une traverse, d’où on fait tomber sur le cou la hache convexe au moyen d’une déclique. Le dos de l’instrument doit être assez fort et assez lourd pour agir efficacement comme le mouton qui sert à enfoncer des pilotis ; on sait que sa force augmente en raison de la hauteur d’où il tombe. Il est aisé de faire construire une pareille machine, dont l’effet est immanquable : la décapitation sera faite en un instant suivant l’esprit et le vœu de la nouvelle loi. »9

  • 10 Sur l’histoire de la mise au point de l’instrument, voir Daniel Arasse, La guillotine…, op. cit., (...)

8Le prototype, fabriqué par le facteur de clavecin Tobias Schmidt, sera ensuite modifié, via une procédure de type trial and error, pour aboutir à une forme parfaitement adéquate10 : couperet oblique et non plus convexe, ce qui permet véritablement, tout en tenant compte de la structure du cou et des « enchevêtrures » osseuses qui caractérisent la partie du corps concernée, d’annuler tant que faire se peut les variations de force et d’effet liées aux causes morales et physiques (en particulier la maladresse du bourreau, les mouvements inadéquats du condamné).

9Une telle proximité avec le langage et les manières de la science expérimentale en cours d’élaboration, si elle ferait aisément figurer aujourd’hui ce discours dans une anthologie de l’humour noir (involontaire), n’est pas le seul effet d’une rencontre fortuite, sur cette table de dissection particulière qu’est l’échafaud, entre deux univers totalement étrangers l’un à l’autre. Car la présence de la médecine dans cette histoire ne s’arrête pas là. Le nouvel instrument provoque, sur le plan de la pure physiologie, un débat des plus vifs, qui se déroulera en trois temps.

  • 11 Engelbert ŒLSNER, « Lettre du professeur Sœmmering, sur le supplice de la guillotine, publiée par (...)
  • 12 Il est significatif à cet égard qu’un compte rendu de d’« Observations sur la tête et le tronc d’u (...)

10Le premier temps est caractérisé par l’interrogation suivante : que se passe-t-il dans le corps du condamné une fois que le couperet a passé ? « Qui n’a vu au supplice de Charlotte Corday la figure de Charlotte rougir d’indignation, lorsque l’exécrable bourreau [il s’agissait de François Le Gros, charpentier, ami de Marat], qui tenait dans sa main cette tête si calme et si belle, lui appliqua un soufflet, et que le peuple ne s’en indigna point ? » La fausse question du médecin allemand Engelbert Oelsner est à double tranchant. Non seulement elle met en exergue l’ignoble comportement des révolutionnaires exaltés, mais elle souligne un point physiologique capital : « Ce mouvement, poursuit-il, me paraît résulter et ne peut s’expliquer que d’un principe moral. »11 Autrement dit, la tête séparée du corps survivrait au supplice, il y aurait subsistance de la conscience des sentiments. La guillotine, du point de vue de la physiologie, crée ainsi une situation expérimentale singulière : une tête séparée de façon instantanée et absolument nette du tronc constitue la situation parfaite, dans les termes de l’époque, pour étudier expérimentalement la relation de l’âme et du corps, permettant en quelque sorte d’isoler, du moins pendant quelques instants, d’un côté le corps, et de l’autre l’âme12. Mais dans ce protocole subsiste un problème technique d’importance, lequel conditionne en définitive tout le débat : l’âme, c’est-à-dire la tête survivrait-elle qu’il lui serait de toutes façons impossible de communiquer par la voix, puisque elle est privée de son organe. « Je suis convaincu que si l’air circulait encore régulièrement par les organes de la voix, qui n’auraient pas été détruits, ces têtes parleraient », prétend de son côté le médecin allemand et ami de Goethe Samuel Thomas Soemmerring.

  • 13 Samuel Thomas SŒMMERRING, « Lettre de M. Sœmmering à M. Œlsner », Mémoires de la société médicale (...)

11Aussi nettement que, dans son genre, la guillotine, le débat physiologico-moral divisera deux camps : d’une part les partisans d’un maintien d’une forme de conscience, de la « persistance du Moi » – parmi lesquels il y a notamment, outre Oelsner et Soemmerring déjà nommés, Jean Joseph Sue (père du romancier Eugène). Et puisqu’il n’est plus possible d’entendre cette tête décrire son sentiment, ces partisans en sont réduits à déduire la survie d’un principe moral de convulsions horribles, de clignements macabres de paupières, voire de rougissements d’indignation, tous « phénomènes frappants, remarqués par une grand nombre d’observateurs dignes de foi […] prouvant que la tête conserve sa force vitale, longtemps après avoir été séparée du corps. »13 Cette considération se double d’une réflexion corollaire, le maintien de la douleur, étant donné l’endroit tout à fait particulier que touche la lame :

  • 14 Ibid.

« La guillotine frappe à l’endroit de notre corps qui est le plus sensible, à cause des nerfs qui y sont répandus et réunis. Le cou renferme tous les nerfs des membres supérieurs, les branches de tous les nerfs des viscères (le sympathique, le vagus, le phrenius), et enfin la moelle épinière, qui est la source même des nerfs qui appartiennent aux membres inférieurs ; par conséquent, la douleur de la séparation, et selon la douleur du brisement lors de l’écrasement du cou (il ne faut pas s’imaginer que cet instrument coupe, cela est impossible, à cause de la colonne vertébrale osseuse), doit être la plus violente, la plus sensible, la plus déchirante qu’il soit possible d’éprouver. »14

  • 15 Voir les réponses de Cabanis et Léveillé aux propos de Soemmerring et d’Œlsner dans les Mémoires d (...)
  • 16 Marc-Antoine PETIT, Discours sur la douleur, Lyon, an VII [1799].

12Le cou, innocente partie du corps, se retrouve, du fait que l’instrument a été dessiné en fonction de ses particularités anatomiques, chargé d’une valence politique et morale évidente. Les partisans de la « mort subite » – parmi lesquels on compte Pierre Jean Georges Cabanis, Marc Antoine Petit, Jean Baptiste François Léveillé, George Christiant Wedekind15– le prouvent de leur côté, en soulignant l’arrêt immédiat du sentiment et de la conscience au moment même où passe le couperet : une mort sans conscience, donc sans douleur. « On peut observer à la vérité, des mouvements dans les yeux, les lèvres, les paupières d’une tête séparée, on peut voir les joues se colorer momentanément » ; mais ce sont là à strictement parler des artefacts de laboratoire, « des mouvements animaux des phénomènes d’irritabilité, et non le produit d’une douleur sentie et jugée : ils ne prouvent pas plus la colère de la tête, que la tête qui se ferme quand on pique les muscles du bras, après l’amputation, en démontre l’envie de frapper. »16

  • 17 Voir par exemple les descriptions d’expériences galvaniques menées par Giovanni ALDINI, Saggio di (...)

13Les termes spécialisés abondent dans ce débat : « irritabilité », « vie animale » « sensibilité ». Ils disent immédiatement le problème des différentes formes de vitalité, crucial en ce tournant de siècle, et dont on peut dire qu’il fonde la biologie moderne. Il suffit d’évoquer l’œuvre de François-Xavier Bichat et sa distinction entre « vie animale », continue, involontaire, et « vie organique », intermittente, volontaire, chaque partie ou « tissu » du corps étant susceptible de se définir expérimentalement par une durée, un degré et une forme particulière de vitalité après la mort. Or, c’est à ce point précis que s’amorce la seconde étape dans la mise au point du laboratoire de physiologie constitué autour de la guillotine. La question s’est déplacée légèrement : de la persistance ou de l’arrêt complet de la conscience et de la douleur après le passage du couperet, on passe désormais au problème de la persistance de la sensibilité comme propriété vitale. Comme on ne l’ignore pas, c’est à la suite d’observations sur des préparations de grenouilles dont les parties musculaires et nerveuses ont été dénudées, que le physiologiste italien Luigi Galvani postule l’existence d’une « électricité animale » : le principe nerveux serait de nature électrique et, à l’état normal, coulerait du cerveau par la moelle et les nerfs vers les faisceaux musculaires. Chez les grenouilles préparées spécialement, il est possible de provoquer une contraction du muscle en le mettant en contact avec un nerf, via un arc métallique d’un type particulier (constitué de deux métaux différents), grâce à l’effet d’irritation produit par le potentiel électrique du muscle. Dans une expérience cruciale de Galvani – mille fois répétée après lui –, la grenouille décapitée, dont la moelle est mise est nu, est tenue par l’une des mains de l’expérimentateur, dont l’autre, pliant l’un des membres inférieurs de la grenouille, met en contact le muscle de la jambe et le nerf crural dénudés, entraînant la contraction des deux membres inférieurs. D’autres expériences raffinent le procédé, constituant, à l’aide par exemple de bœufs décapités, une chaîne conductrice faite de tissus vivants. L’ensemble de ces expériences incite les savants à penser que l’on tient là quelque chose comme le secret de la vie17.

14Et la guillotine, une fois encore, est cruciale dans le processus expérimental. En effet, la coupure met instantanément et avec la plus grande précision en évidence la moelle épinière dans la région occipitale, ainsi que l’ensemble des différentes parties du cou. Les médecins légistes Dujardin et Beaumetz-Evrard décrivent de la façon la plus nette la précision de l’instrument :

  • 18 DUJARDIN-BEAUMETZ et EVRARD, op. cit., p. 157.

« La section de la peau est très nette ; sa rétraction dessine un ovale qui découvre un peu les muscles de la nuque, les premiers anneaux de la trachée et le cartilage thyroïde. De la trachée pendent quelques mucosités glaireuses. L’œsophage est un peu rétracté. […] Une vapeur rendue plus appréciable par l’abaissement de la température extérieure s’exhale de la plaie. »18

  • 19 Giovanni ALDINI, Saggio di esperienze sul galvanismo, Bologna, Tommaso d’Aquino, 1802, p. 5.

15Par ailleurs, le corps provient, dans la majorité des cas, d’un homme relativement jeune et bien portant – qu’il s’agisse d’un activiste politique exalté ou d’un malfaiteur dans la force de l’âge ; un matériau extrêmement propice, car en somme, comme le dit l’expérimentateur Giovanni Aldini (neveu de Galvani), « les cadavres d’hommes mort naturellement, dans lesquels la force de la maladie a réduit, ou détruit tout à fait les principes qui alimentent la vie ne sont guère propices à ces expériences. Il faut donc saisir le cadavre humain dans le plus haut degré de la conservation des forces vitales, après la mort. » La décapitation par la guillotine produit très exactement ce matériau : « un air de jeunesse, un tempérament robuste, une singulière fraîcheur de toutes les parties animales »19

  • 20 Voir à ce sujet Karl E. ROTSCHUH, « Zur Geschichte der physiologischen Reizmethodik im 17. Und 18. (...)

16Enfin, une nouveauté technologique fait son apparition dans ce laboratoire, et permet d’affiner l’effet physiologique recherché : placée aux côtés de la guillotine (et anticipant d’une curieuse manière son propre rôle d’instrument exécutoire au xxe siècle), la pile voltaïque, permet, lorsqu’on l’applique selon une méthode particulière, d’amplifier considérablement les contractions20. Sur des suppliciés décapités en janvier 1802 à Turin, puis à la faveur d’une tournée dans différentes villes européennes (Bologne, Paris, Mayence, Londres, Breslau), Aldini relie à la pile un arc métallique qui joint à un bout le biceps du bras dénudé et à l’autre la moelle épinière :

  • 21 Ibid., p. 16

« Il survient aussitôt de telles contractions que le bras, placé horizontalement dans toute sa longueur, s’éleva dans la partie antérieure, à six pouces au-dessus du plan de la table, sur laquelle le cadavre était étendu ; on posa sur la paume de la main une pièce de monnaie, qu’elle soutint d’abord et qu’elle rejeta assez loin lorsqu’elle fut à un certain degré d’élévation. »21

  • 22 On en trouve de nombreux, en provenance de France, d’Italie, d’Angleterre, d’Allemagne, reproduits (...)

17Aldini, réitérant l’expérience, multiplie les variations ; il met en contact avec la moelle épinière les muscles métacarpiens, puis les muscles de la cuisse, du tarse, du tronc, et enfin relie deux têtes de suppliciés, de façon que les deux sections du cou communiquent ensemble par la seule humidité animale, et fassent arc de la pile de l’oreille droite d’une tête à la gauche de l’autre. « Ce fut un spectacle vraiment curieux et digne d’épouvante de voir ces deux têtes faisant d’horribles grimaces l’une contre l’autre. » Le même procédé appliqué à une tête et un tronc dont on a fait communiquer les sections, en faisant arc de l’oreille au biceps, détermine là encore divers contractions tout aussi spectaculaires. À sa suite, innombrables sont les savants qui suivront un protocole semblable, de Bichat à Virchow22

  • 23 Dans une note à la 4e édition des Recherches physiologiques sur la vie et la mort de Bichat, Paris (...)
  • 24 Aldini, au début du siècle déjà, est l’un des premiers à passer du protocole avec guillotine et pi (...)

18À un certain point toutefois, la guillotine devient superflue dans le design expérimental dont elle a été l’élément essentiel. Lorsqu’il ne s’agit plus de déterminer si la conscience, la sensibilité ou l’électricité nerveuse persistent après décollation, mais d’analyser le passage de la vie à la mort, la question – certes en rapport étroit avec les précédentes mais, formulée nouvellement – ouvre des perspectives différentes, dont certaines sont directement utilitaires : s’il est possible de comprendre les étapes du passage de la vie à la mort, on pourra peut-être agir à rebours, c’est-à-dire remonter de la mort vers la vie. Le déplacement de la problématique entraîne une modification de la procédure expérimentale. Sur le plan de l’outillage, il faut alors pouvoir disposer d’un corps présentant des caractéristiques que les étapes précédentes ont permis de déterminer avec précision, soit d’un corps jeune, bien portant, et dans le plus haut degré de conservation : en un mot, un corps de pendu immédiatement après l’asphyxie. Telle sera, venant clore cette histoire de quelques décennies, l’expérience que le grand physiologiste François Magendie juge comme « la plus frappante »23de toutes ces tentatives visant à déterminer le degré de « souffle vital » demeurant dans un corps dont l’organisation est encore parfaite, à réveiller l’influence nerveuse et peut-être la réveiller d’un engourdissement passager24. Elle a lieu à Glasgow en novembre 1818 :

  • 25 Andrew URE, « Exposé de quelques expériences faites sur le corps d’un supplicié immédiatement aprè (...)

« Le sujet de ces expériences était un nommé Clydsdale, condamné comme meurtrier à être. Pendu. Il était de taille athlétique, très musclé, et âge d’environ trente ans. Il avait été suspendu près d’une heure, et il fut apporté au théâtre anatomique environ dix minutes après qu’on eut coupé sa corde. Son visage était parfaitement naturel, ni livide, ni tuméfié, et son col n’avait éprouvé aucune dislocation. […] 1ère expérience. On fit une grande incision à la partie postérieure du col, immédiatement sous l’occiput. On enleva avec le forceps à os la moitié postérieure de la vertèbre atlas, ce qui mit à découvert la moelle de l’épine. On fit en même temps une incision considérable à la hanche gauche, par laquelle on mit à nu le nerf sciatique ; enfin on fit une petite ouverture au talon. Il ne sortit pas une goutte de sang de ces ouvertures. On mit alors l’un des conducteurs pointus formant l’un des pôles de la batterie, en contact avec la moelle épinière, et l’autre conducteur polaire fut appliqué au nerf sciatique. Tous les muscles du corps furent alors secoués à la fois ; et cette convulsion universelle ressemblait à l’effet d’un violent qu’aurait éprouvé le corps vivant. […] 2de expérience. On mit à nu le nerf phrénique gauche, vers le bord extérieur du muscle sterno-thyroïdien, trois à quatre pouces au-dessus de la clavicule ; l’incision de la peau ayant été faite au bord du muscle sterno-cléido-mastoïdien. Comme ce nerf se distribue au diaphragme, et comme il communique aussi avec le cœur par la huitième paire, on présumait qu’en soumettant cette branche particulière du système nervo-musculeux à l’action galvanique, on pourrait peut-être rétablir le mouvement respiratoire. En conséquence, après avoir fait une petite incision sous le cartilage de la septième côte, on mit l’un des pôles de l’appareil en contact avec le centre principal du diaphragme, tandis que l’autre pôle était appliqué au col, sur le nerf phrénique. […] Le succès fut vraiment extraordinaire. Une respiration pleine et laborieuse commença à l’instant ; la poitrine se soulevait et s’abaissait ; l’abdomen éprouvait des mouvements correspondant à ceux du diaphragme.[…] 3e expérience. On mit à nu le nerf sus-orbital à l’endroit du front où il sort du trou supra-ciliaire au-dessus du sourcil ; on mit en contact avec ce nerf l’un des pôles de l’appareil, et l’autre avec le talon. On vit alors se manifester sur la face les grimaces les plus étranges. […] La rage, l’horreur, le désespoir, l’angoisse, des sourires atroces se peignaient tour à tour sur la face du meurtrier, avec une expression hideuse qu’aucun pinceau ne pourrait rendre. Plusieurs des curieux s’enfuirent en frissonnant, et l’un d’eux perdit connaissance. 4e expérience. Dans la quatrième et dernière expérience, on fit passer le courant électrique, de la moelle épinière au nerf ulnaire, près du condyle interne du coude. On vit alors les doigts se mouvoir avec prestesse comme sur le manche d’un violon. Un des curieux qui essaya de fermer de force le poignet de cette main en action, ne put y parvenir malgré tous ses efforts. Lorsqu’on appliqua un des pôles des fils conducteurs à une légère incision faite à l’extrémité du doigt index, la main ayant été préalablement fermée, on vit le doigt s’étendre à l’instant ; et cet effet, joint à l’agitation convulsive du bras qui semblait se diriger vers quelques-uns des spectateurs, produisit une illusion telle qu’on crut un moment le cadavre rappelé à la vie. »25

  • 26 DUJARDIN-BEAUMETZ et EVRARD, op. cit., p. 167.

19Matthew Clydesdale – tel est son nom –, athlétique, musclé, assume ainsi remarquablement la figure du « mort-vivant » de la physiologie révolutionnaire. Telle la Créature du Docteur Frankenstein, et frappant d’une violence singulière les esprits et les corps de ses expérimentateurs, il fait office de figure paradoxale pour une médecine qui, en cette époque précisément, met au point ses théories et asseoit ses pratiques à partir de la mort (du moins a-t-on ainsi défini la « révolution anatomo-clinique » du début du xixe siècle), une médecine qui semble vouloir se remettre de tels effrois par des formules rassurantes : « Ne laissons pas notre imagination se livrer à ces images, et rassurons notre âme par cette certitude physiologique, que ces intéressantes victimes, que ces hommes puissants par l’intelligence et d’un cœur éprouvé, sont, au moment même où le glaive de la guillotine les a frappés, entrés tout vivants dans la mort. »26 Autrement dit, comment ne pas penser que c’est la médecine moderne elle-même, image en abyme de son objet d’expérimentation, qui, entre vie et mort, avance sur le fil du rasoir.

Notes

1 Cité d’après DUJARDIN-BEAUMETZ et EVRARD, « Note historique et physiologique sur le supplice de la guillotine », Annales de médecine légale et d’hygiène publique, 2e série, 33, 1870, p. 499-504, 34, 1870, p. 147-167 (p. 148). Voir aussi Daniel ARASSE, « La guillotine ou l’inimaginable effet d’une simple mécanique », Revue des sciences humaines, 58, 1982, p. 123-144, ainsi que sa synthèse des aspects d’histoire politique de la guillotine, La guillotine et l’imaginaire de la terreur, Paris, Flammarion, 1987.

2 Voir notamment, au sein d’une littérature assez abondante consacrée au personnage, G. LENOTRE, La guillotine et les exécuteurs des arrêts criminels pendant la révolution, d’après des documents inédits tirés des Archives de l’État, Paris, Perrin, 1925 ; André SOUBIRAN et Jean THEODORIDÈS, « Guillotin et la rage : un Mémoire inédit », Histoire des sciences médicales, 16, 1982, p. 227-238.

3 Pour l’histoire de la médecine légale avant la lettre, c’est-à-dire avant son institutionnalisation au début du xixe siècle, voir : Jean LECUIR, « La médicalisation de la société française dans la deuxième moitié du 18e siècle en France : aux origines des premiers traités de médecine légale, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, N° 86, 1979, p. 231-264 ; Esther FISCHER-HOMBERGER, Medizin vor Gericht. Gerichtsmedizin von der Renaissance bis zur Aufklärung, Berne, 1983 ; Legal medicine in history, éd par Michael Clark et Catherine Crawford, Cambridge, CUP, 1994 ; Vincent BARRAS, « La médecine légale après Beccaria », Beccaria et la culture juridique des Lumières, éd. par Michel Porret, Genève, Droz, 1997, p. 277-286 ; Alessandro PASTORE, Il medico in tribunale. La perizia medica nelle procedura penale d’antico regime (secoli xvi-xviii), Bellinzona, Casagrande, 1998 ; Michel PORRET « Crimes et châtiments : l’œil du médecin légiste », Dix-huitième siècle, 1998, Nº 30, p. 37-50 ; Homo Criminalis (= Équinoxe. Revue de sciences humaines, n° 22, 1999), éd par Vincent Barras et Michel Porret, Genève, 2000.

4 Voir, pour une première approche, Alessandro PASTORE, « Médecine légale et pratique de la torture dans l’Italie du xviiie siècle », Beccaria et la culture juridique des Lumières, éd. par Michel Porret, Genève, Droz, 1997, p. 287-306 ; ainsi que Giovanni CHIEREGATTI, « Disarticolare per ricomporre : techniche anatomiche nelle torture forensi, ovvero dell’uso coatto del corpo e della sperimentazione indiretta », L’ortopedia nella storia e nel cosume, éd. par Nelly Elena Vanzan Marchini, Udine, Casamassima, 1989, p. 109-124.

5 Hermann Friederich TEICHMEYER, Institutiones medicinae legalis vel forensis, Iena, 1723. Voir aussi les différents auteurs cités dans l’article d’Alessandro PASTORE, « Médecine légale… », op. cit.

6 Voir en particulier Markwart HERZOG, « Scharfrichterliche Medizin. Zu den Beziehungen zwischen Henker und Arzt, Schafott und Medizin », Medizinhistorisches Journal, 29, 1994, p. 309-332, et la bibliographie que cet article contient sur le sujet des pouvoirs guérisseurs du bourreau.

7 Dictionnaire des sciences médicales, t. 53, Paris, Pancoucke, 1821, s.v. « Supplicié », p. 443 (signé des initiales FVM).

8 Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, 3e série, t. 13, Paris, Masson & Asselin, 1884, s.v. « Supplice », p. 440-441 et 460-461 (signé G. Tourdes).

9 Antoine LOUIS, « Avis motivé sur le mode de décollation » [mars 1792], cité d’après Daniel Arasse, La guillotine…, op. cit., p. 209.

10 Sur l’histoire de la mise au point de l’instrument, voir Daniel Arasse, La guillotine…, op. cit., ainsi que Gunter MANN, « Soemmerring, Lichtenberg und die Ärzte im Streit um die Guillotine », Lichtenberg-Jahrbuch 1989, Saarbrück, Saarbrücker Druckerei und Verlag, 1990, p. 7-29.

11 Engelbert ŒLSNER, « Lettre du professeur Sœmmering, sur le supplice de la guillotine, publiée par M. Œlsner », Mémoires de la société médicale d’émulation, 1, an VI [1798], p. 266-269.

12 Il est significatif à cet égard qu’un compte rendu de d’« Observations sur la tête et le tronc d’un décapité par le Docteur D. Klein de Stuttgart » soit placé en appendice à un mémoire d’Emanuel Gottlieb Elvert sur la question typiquement « psychiatrique » de la détermination de la responsabilité en cas d’état mental douteux : voir Emanuel Gottlieb ELVERT, Ueber ärztliche Untersuchung des Gemüthszustandes. Anhang : Beobachtungen, welche an dem Kopf und Rumpfe des Enthaupteten unmittelbar nach der Enthauptung gemacht worden, mitgetheilt von Herrn Hofmedicus D. Klein in Stuttgart, Zübingen, 1810.

13 Samuel Thomas SŒMMERRING, « Lettre de M. Sœmmering à M. Œlsner », Mémoires de la société médicale d’émulation, 1, an VI [1798], p. 269-277. Cette lettre de Sœmmering, ainsi que l’introduction d’Œlsner (voir note précédente), paraissent pour la première fois en 1795, dans le Magazin encyclopédique.

14 Ibid.

15 Voir les réponses de Cabanis et Léveillé aux propos de Soemmerring et d’Œlsner dans les Mémoires de la société médicale d’émulation, 1, an VI [1798], p. 278-301.

16 Marc-Antoine PETIT, Discours sur la douleur, Lyon, an VII [1799].

17 Voir par exemple les descriptions d’expériences galvaniques menées par Giovanni ALDINI, Saggio di esperienze sul galvanismo, Bologna, Tommaso d’Aquino, 1802. Plusieurs planches illustrant ces expériences se trouvent dans l’édition française, Essai théorique et expérimental sur le galvanisme, avec une série d’expériences faites en présence des commissaires de l’Institut national de France, et en divers amphithéâtres anatomiques de Londres, Paris, 1804. La littérature secondaire sur la découverte de l’électricité animale n’est pas petite : voir notamment Herbel E. HOFF, « Galvani and the pre-galvanian electrophysiologists », Annals of science, 1, 1936, p. 157-172 ; Gunter MANN, « Schinderhannes, Galvanismus und die experimentelle Medizin in Mainz um 1800 », Medizinhistorisches Journal, 12, 1977, p. 21-80 ; Marcello PERA, La rana ambigua. La controversia sull’elettricità animale tra galvani e Volta, Einaudi, Torino, 1986 ; Gérard RUDOLPH, « En Marge de la Révolution : le galvanisme, recherches physiologiques sur la vitalité », 114e Congrès national des Sociétés savantes. Scientifiques et Sociétés, Paris, 1992, p. 358-380.

18 DUJARDIN-BEAUMETZ et EVRARD, op. cit., p. 157.

19 Giovanni ALDINI, Saggio di esperienze sul galvanismo, Bologna, Tommaso d’Aquino, 1802, p. 5.

20 Voir à ce sujet Karl E. ROTSCHUH, « Zur Geschichte der physiologischen Reizmethodik im 17. Und 18. Jahrhundert », Gesnerus, 23, 1966, p. 147-160.

21 Ibid., p. 16

22 On en trouve de nombreux, en provenance de France, d’Italie, d’Angleterre, d’Allemagne, reproduits dans Pierre SUE (Aîné), Histoire du galvanisme et analyse des différents ouvrages publiés sur cette découverte, depuis son origine jusqu’à ce jour, Paris, 1802. Voir aussi, pour un exemple tardif, A. KÖLLIKER et R. VIRCHOW, « Ueber einige an der Leiche eines Hingerichteten angestellte Versuche und Beobachtungen », Verhandlungen der physikalichc-medicinischen Gesellschaft in Würzburg, 1, 1850, p. 318-320. Voir également les études de Gunter MANN, « Soemmerring, Lichtenberg… », op. cit., et de Hans-Rudolf Wiedemann, Franz Dumont, Stefan Grus, « “Ein schönes Schneiden !” Ein unbekannter Brief Soemmerrings über die Guillotine », Medizinhistorisches Journal, 27, 1992, p. 126-137.

23 Dans une note à la 4e édition des Recherches physiologiques sur la vie et la mort de Bichat, Paris, 1822, p. 493-5.

24 Aldini, au début du siècle déjà, est l’un des premiers à passer du protocole avec guillotine et pile au protocole avec pile seule. Voir son Saggio di esperienze…, op. cit.

25 Andrew URE, « Exposé de quelques expériences faites sur le corps d’un supplicié immédiatement après son exécution ; subi d’observations physiologiques et pratiques », Bibliothèque universelle des sciences, belles-lettres, et arts, t. 10, 4e année, Genève., 1819, p. 128-136 et 177-184 (p. 128-133).

26 DUJARDIN-BEAUMETZ et EVRARD, op. cit., p. 167.

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site