Version classiqueVersion mobile

Théâtres français et vietnamien

 | 
Corinne Flicker
, 
Nguyen Phuong Ngoc

Esthétiques et pratiques théâtrales croisées

Théâtre Monte-Charge et Théâtre Tuong Viet Nam

Alain Destandau et Bétina Schneeberger

Texte intégral

1Est-ce le hasard qui détermine nos existences ou est-ce le destin ? Tout est-il déjà écrit à l’avance ? Le Vietnam, c’est votre karma nous a-t-on dit un jour à Hanoi au début de cette aventure de vie et de théâtre, qui en était à ses balbutiements. Dix ans après, nous avons appris à marcher, ensemble, à communiquer avec quelques mots de vietnamien ou de français mais surtout par les regards, les rires, les complicités et le partage des bons et mauvais moments que la vie donne aux uns et aux autres.

2Comme les marées, nous avons fait, souvent ensemble et parfois seuls, ces allers et retours, ces traversées entre Pau et Hanoi, entre Hanoi et Pau, nous avons survolé ces terres et ces mers qui nous séparent, avec à chaque voyage ce petit pincement au cœur que donnent les retrouvailles ou les séparations.

3Que d’images, de souvenirs... les départs sous la neige vers le Maroc, ... les grillades improvisées à trois heures du matin autour d’une cheminée... les pho ga ou pho bo (soupes au poulet ou au bœuf) partagées sur un bord de trottoir avant d’embarquer pour une traversée du Vietnam avec costumes et décors... les Têt partagés en France et au Vietnam... les valises pesées et repesées pour ne pas dépasser le seuil fatidique des 23 kg par personne alors que chacun veut rapporter, à chaque voyage, un peu plus de petits bouts de cet autre pays qui commence à s’ancrer dans nos vies... le froid à Lao Cai un soir de représentations où les loges en plein air ne facilitaient pas les changements de costumes... la traversée d’une rizière les tambours sur la tête pour aller à la rencontre des minorités du Vietnam... la chaleur des publics français et vietnamiens réunis dans les salles comme nous, acteurs, sommes unis sur les scènes du Vietnam, de France et du Maroc...

4Hors sujet, dirait peut-être un enseignant de littérature. Où est la démarche artistique dans tout cela ?...

5Une démarche artistique ne peut exister, se mettre en place, qu’à partir de la nécessité de réaliser un acte artistique. Cette nécessité peut surgir de diverses raisons ou déraisons. Pour notre part, elle a surgi de cette rencontre humaine, terreau et envoûtement, qui nous a poussés à écrire pour jouer ensemble sur scène. La magie du Vietnam nous a attrapés, sans crier gare... et ne nous lâche plus.

6Tout a donc commencé ce début du mois de janvier 2003, quand nous descendions à Noi Bai de ce premier avion qui nous déposait dans le chaudron hanoien. Notre projet, soutenu et accompagné par Monsieur Do Duc Long, attaché culturel du Vietnam en France, était de rencontrer toutes les formes théâtrales du nord au sud du Vietnam afin de nous enrichir artistiquement de cette culture que l’Histoire a rendue à la fois si proche et si lointaine. Le but ? Essayer de comprendre pourquoi et comment des femmes et des hommes vivant à plus de dix mille kilomètres de chez nous ont eux aussi, un jour, décidé d’incarner des personnages, des vies factices, de se présenter face à un groupe de personnes réunies pour réaliser cette cérémonie qu’est une pièce de théâtre. Et c’est ainsi que nous avons rencontré Nhan, notre première jeune interprète, petite nièce aujourd’hui, qui a fait ses études plus tard à l’Université de Pau en aménagement du territoire et qui officie aujourd’hui au sein d’ONG au Vietnam. Elle nous a patiemment accompagnés dans ces rencontres avec le tuồng, le chéo, le théâtre parlé, le boï, les chansons de la cour royale de Hué...

Le Théâtre Tuong était notre partenaire prioritaire et dès notre descente d’avion nous assistions à notre première représentation de théâtre de tuồng traditionnel. Choc des images visuelles et sonores, avec les maquillages dont les mouvements des yeux et des muscles du visage accentuent la force, la langue que nous découvrions... avec la puissance d’une sonorisation qui ne permet pas la moindre absence d’attention malgré le décalage horaire... la gestuelle, harmonieuse et puissante à la fois...

7Le lendemain, notre première complicité s’est créée par la rencontre entre les musiques du tuồng et les demi-masques occidentaux que nous avions apportés pour une expérience de jeu théâtral avec les enfants sourds-muets de Hanoi. La musique a une place très importante dans le théâtre tuồng. Les musiciens ne se contentent pas d’illustrer l’action en jeu mais accompagnent avec la plus grande concentration le jeu des acteurs. Ce jour-là donc, un musicien du tuồng joue un air de flûte et nous demande de raconter ce que nous avions entendu. Bien sûr, nous ne pouvions raconter l’histoire jouée mais les images que cette musique avait évoquées en nous nous plaçaient sur des rails d’émotions parallèles. Puis sont venus nos demi-masques... matières sans âmes pour eux, sculptures de bois posées sur la table mais dont ils ont vite aperçu la magie dès que nos regards et nos visages les habitaient. Le jeu du masque et les maquillages du tuồng ont un « cousinage » certain. Puis sont arrivées les virées, ensemble, sur les cyclomoteurs, à la rencontre des recoins de Hanoi.... Et c’est comme ça... sans prévenir... sans idée préconçue... qu’est arrivée l’idée, l’envie, de faire un spectacle ensemble. Mais pour faire quoi ? Comment ? Pourquoi, au-delà de l’envie ?

8Un an s’est écoulé depuis notre première rencontre et lors de notre deuxième séjour au Vietnam, nous avons beaucoup échangé, avec la direction artistique du théâtre Tuong et avec monsieur Phạm Xuân Sinh, alors directeur de l’international au Ministère de la Culture du Vietnam et futur premier directeur et fondateur du Centre Culturel du Vietnam à Paris.

9Une des difficultés du tuồng aujourd’hui est une perte importante du public, les jeunes générations s’en éloignant de plus en plus, jugeant ce théâtre trop traditionnel et lui préférant le « rêve américain »... Aussi, un des objectifs souhaités par M. Phạm Xuân Sinh, au regard de ce qui est fait en France avec nos auteurs classiques, était de rendre le tuồng plus proche du public d’aujourd’hui sans trahir son identité artistique.

10Et c’est ainsi que nos deux théâtres ont continué de se rapprocher avant de se mélanger pour un enrichissement artistique commun.

11Notre volonté commune, dans un partage artistique des cultures, est l’équilibre et l’harmonie. Cet équilibre ne peut se construire sans le respect de la culture de l’autre. Et quelle est la base de la culture, son bras armé, sinon la langue maternelle ? Alors... peut-on imaginer un spectacle mêlant des artistes vietnamiens et français, chacun parlant et répondant dans sa langue, pour une compréhension directe basée sur l’écriture et non sur le visuel et ne nécessitant pas de sur-titrage lors des représentations ?

12L’idée était lancée, à laquelle s’est attachée Alain Destandau pour écrire et donner naissance au premier spectacle, Cercles de sable / Vòng Cát, créé en juin 2006 sur la scène française du festival In de Hué.

13Après ce travail d’écriture, cette partition pour six acteurs (trois Français, trois Vietnamiens) et deux musiciens, réflexion sur le pouvoir reliant à la fois les thèmes du tuồng et ceux de nos drames classiques occidentaux, est venu le temps des répétitions et du vivre ensemble dans le travail. Après de nombreuses lectures afin de lier nos voix, les séances de travail sur le plateau ont duré sept semaines, ponctuées par des dizaines de litres de thé absorbés, les rires, les craintes de ne pas être prêts à temps, les doutes, l’anxiété de l’approche de la confrontation avec le public et l’envie de cette rencontre qui sera le seul juge de la réussite de notre projet commun, artistique mais surtout humain.

Il n’y a jamais eu l’ombre du moindre conflit durant notre travail mais au contraire toujours une énorme disponibilité, complicité et confiance en l’autre. Même quand nous avons annoncé qu’il n’y aurait aucune sonorisation des voix des comédiens, ce qui paraît impensable pour qui connaît le théâtre vietnamien et son goût pour les décibels. Et chaque jour nous avancions un peu plus sur le chemin que nous avions tracé. C’est, nous en sommes persuadés, la force de cette amitié et de ce respect tant humain qu’artistique que nous avons créé mais aussi choyé, comme on entretient la flamme du foyer, qui est une des clefs de la réussite de notre projet : faire en sorte que le public oublie que nous ne parlons pas la même langue, démontrer que nous sommes différents mais ensemble.

14Toutefois, à ce travail, il manquait un lien : le visuel, les costumes. Comment faire pour qu’ils ne soient pas ou trop occidentaux ou trop vietnamiens ? Et c’est là qu’est entrée en scène Minh Hanh.

15Une autre particularité magique du Vietnam, à l’encontre de nos forteresses sociétales occidentales, est la facilité avec laquelle des personnalités comme le fer de lance de la Haute couture et des stylistes du Vietnam est abordable et facilement joignable. Pour nous, au début, elle n’était que la créatrice de ces vêtements aperçus dans une vitrine de Ho Chi Minh-ville et que nous voulions persuader de créer les costumes de Cercles de sable. Il était évident qu’elle pouvait, au vu de son esprit créatif, faire le lien entre nos deux cultures, entre classicisme et modernité. Nous n’avons appris que plus tard l’importance qu’elle occupe dans le monde artistique et plus particulièrement de la mode au Vietnam. Et elle a répondu présent, avec la classe, la grâce, la simplicité et la gentillesse qui la caractérisent sous une volonté affirmée.

16Le 4 juin 2006 fut le début de la nouvelle aventure. Nous passions du projet à sa réalité. Nous avons mêlé artistes et publics sur toutes les routes du Vietnam, des plus grands théâtres de Hanoi et de Ho Chi Minh Ville aux plus petits villages reculés de Ta Van et Bach Ha, en passant par les festivals de Hué et de théâtre expérimental de Hanoi. Les routes de France ont suivi avec le Festival d’Avignon et plusieurs tournées, puis celles du Maroc dans le cadre d’une tournée des instituts français sur les conseils de Daniel Maximin et de Pierre-Jean Van Doorne qui avait vu Cercles de sable lors de son Inspection à Hanoi pour le ministère des Affaires étrangères.

17Nous avions réussi notre pari et nous voulions démontrer que si ce que nous voulions réaliser fonctionnait, cela pouvait aussi se faire entre Vietnamiens et Africains, Sud-Américains et Indiens ou toutes cultures qui veulent se rencontrer sans être obligées de passer par la souveraine langue de Shakespeare à la sauce coca-cola.

18Mais nous nous étions aussi piégés car la nouvelle famille artistique que nous avions créée ne pouvait et ne voulait se séparer et disparaître.

19Alors sont venus Ti An Antigone Viet Nam créé au festival In de Hué 2008 puis, en chantier de création pour 2016, Les Saisons de riz, spectacle écrit par Alain Destandau en résidence à Ho Dai Lai à l’invitation du Ministère de la Culture du Vietnam et de l’Association nationale des artistes de théâtre du Vietnam (ANATVN). Ce spectacle, troisième volet de ce triptyque, est un hommage au peuple vietnamien et est dédié à une petite fille vietnamienne, Vy, qui a suivi et vécu avec nous toute cette aventure depuis sa naissance. Bien sûr, tout cela ne s’est pas fait sans difficultés et la route est encore longue avant que Les Saisons de riz puissent exister sur scène, mais nous espérons que le dicton soit juste qui dit que « là où il y a une volonté, il y a toujours un chemin ».

Jusqu’à aujourd’hui, c’est le soutien sans faille du vice-ministre de la Culture du Vietnam, M. Lê Tiến Thọ, aujourd’hui président de l’ANATVN, qui a toujours cru en ce projet et l’a soutenu, relayé par le nouveau vice-ministre Vương Duy Biên, le soutien du Théâtre National Tuong du Vietnam, celui de l’Ambassade de France et de l’Espace à Hanoi pour Cercles de sable et Ti An Antigone Viet Nam qui ont permis cette aventure exemplaire dans sa forme et dans sa durée. Nous ne pouvons que les en remercier.

20On nous demande souvent : « Mais quelle est votre démarche artistique avec vos spectacles ? » Chaque fois, nous répondons : « La démarche artistique est intrinsèque à la forme. C’est le vivre ensemble et l’oubli de nos différences, tout en les respectant, que nous voulons faire passer depuis la scène ».

21Nous l’avons d’ailleurs formalisé dans un document co-signé lors de la signature de jumelage officiel entre nos deux théâtres, en 2009 à Hanoi, en présence de du vice-ministre de la Culture du Vietnam et de l’Ambassadeur de France :

Notre démarche de création théâtrale est dirigée vers l’international et le mélange des cultures. Dans une société où la peur de l’autre cherche sa solution dans le refuge d’une quête d’identité par l’appartenance à un groupe, il nous paraît essentiel de rechercher des méthodes de travail de création où les cultures se mélangent, échangent, dans un respect mutuel, un esprit de curiosité envers la culture de l’autre.
Une identité, qu’elle soit culturelle, régionale, qu’elle s’exprime par une langue, une culture forte, n’a de sens que si elle dépasse le phénomène du fermé sur soi et si elle s’ouvre aux autres.
Le travail de création théâtrale que nous avons entamé depuis dix ans avec le Théâtre National Tuong Viet Nam de Hanoi tend à chercher dans la forme même de notre acte artistique, les moyens de démontrer que l’on peut être ensemble, garder chacun sa culture, sa langue et communiquer avec l’autre.
Oublier sur scène que nous ne parlons pas la même langue, le faire oublier au public, partager et faire partager le plaisir d’être différents mais ensemble, profiter de la musicalité de la langue de l’autre, s’enrichir de sa culture et lui communiquer la nôtre. Nos théâtres veulent prêcher ces théories par la pratique.
Guidés par l’esprit de rencontre entre artistes que l’Histoire et la distance ont modelés différemment, nous restons persuadés que l’exemplarité de cette expérience pilote sera la porte ouverte vers des rencontres entre d’autres Cultures, d’Afrique, d’Amérique du Sud... et de ces continents entre eux.
Nous ne sommes que de passage mais pouvons servir de passeurs, passeurs d’espérance et de valeurs humanistes.

Le spectacle Cercles de sable a été choisi pour illustrer le chapitre sur la diversité culturelle dans le rapport général du Congrès mondial de la francophonie de Québec en 2009.

22Il a été représenté deux fois à l’occasion de la Journée mondiale de la francophonie, à Hanoi en 2008 et Tanger en 2010.

  • 1 Ces costumes ont été exposés lors du colloque « Le théâtre français en Indochine. Héritage et trans (...)

23Minh Hanh, styliste de renommée internationale, participe à tous nos spectacles pour la création et réalisation des costumes. Les costumes de Cercles de sable et de Ti An Antigone Viet Nam ont été exposés au Centre national du costume de scène de Moulins et Minh Hanh a reçu la médaille de Chevalier des Arts et Lettres du gouvernement français1.

24Le Vietnam et la France ont salué l’ensemble de ce travail, ainsi : Bétina Schneeberger et Alain Destandau ont reçu la médaille d’Or des Arts et lettres de la République socialiste du Vietnam par le vice-ministre chargé des arts de la scène en présence de l’Ambassadeur de France en 2009. Ils ont également reçu la médaille d’or de la Ligue universelle du bien public en 2014 à la garde républicaine à Paris pour services rendus à l’humanité.

Cercles de sable (2006)

25Il était une fois dans une lointaine contrée du Vietnam, un prince, qui ne voulait pas commencer son règne par un mensonge. C’était là sa seule faiblesse : dévoiler son visage raviné à son peuple ou porter un masque, ce qui était pour lui un supplice. Régner signifie-t-il se mettre à nu ?

26Plutôt que d’affronter son peuple et de commencer son règne, le prince part se cacher dans la forêt, poussé par sa tante et son oncle qui voient là une opportunité de monter sur le trône. La conspiration s’installe mais échoue et le neveu reconquiert son trône et se fait couronner roi.

27Une présentation, dans une forme théâtrale faussement simple, de deux styles de théâtre très différents réunis dans une aventure commune. Ce récit, interprété en vietnamien et en français, intelligible par tous, gomme la barrière de la langue. Un duo de langues savamment mené par Alain Destandau.

31. Cercles de sable, créé en 2006 au Festival In de Hué, mise en scène d’Alain Destandau, Théâtre Monte-Charge et Théâtre National Tuong de Hanoi. Les tyrans prennent le pouvoir.

31. Cercles de sable, créé en 2006 au Festival In de Hué, mise en scène d’Alain Destandau, Théâtre Monte-Charge et Théâtre National Tuong de Hanoi. Les tyrans prennent le pouvoir.

TI AN Antigone Viêt Nam (2008)

28C’est en traversant le Vietnam avec la troupe franco-vietnamienne, en bus de Lao Caï à Ho Chi Minh Ville en passant par Hanoi et Hué, en s’imprégnant des paysages, des visages, des rencontres avec le peuple vietnamien, avec les traces de son histoire, que l’idée d’une Antigone a surgi. Le thème de cette œuvre du répertoire occidental posé comme un calque sur la culture vietnamienne agit comme un révélateur d’images inattendues. Cette création a été l’évènement phare de l’Ambassade de France et du Ministère de la Culture du Vietnam au Festival In de Hué 2008.

29Entre deux guerres, deux frères que tout rapproche mais qui se déchirent, au milieu d’un peuple à la recherche du calme et du bonheur, Ti An, Antigone Vietnam, petite sœur de notre Antigone occidentale va elle aussi se heurter à la violence des hommes, aux traîtrises, à la peur. En choisissant de rester fidèle à ses valeurs et à ses idées, en décidant d’accomplir ce qu’elle croit juste par-delà le châtiment qui lui est promis, elle est un hommage à la femme vietnamienne et à sa place dans toutes les luttes qu’elle a menées pour la recherche du bonheur.

32. Ti An Antigone Viet Nam, créé en 2008 au Festival In de Hué, mise en scène d’Alain Destandau, Théâtre Monte-Charge et Théâtre National Tuong de Hanoi. Ti An revit la guerre au Viêt Nam

32. Ti An Antigone Viet Nam, créé en 2008 au Festival In de Hué, mise en scène d’Alain Destandau, Théâtre Monte-Charge et Théâtre National Tuong de Hanoi. Ti An revit la guerre au Viêt Nam

33. Ti An Antigone Viet Nam, créé en 2008 au Festival In de Hué, mise en scène d’Alain Destandau, Théâtre Monte-Charge et Théâtre National Tuong de Hanoi. La mort du roi, symbole de la résistance vietnamienne.

33. Ti An Antigone Viet Nam, créé en 2008 au Festival In de Hué, mise en scène d’Alain Destandau, Théâtre Monte-Charge et Théâtre National Tuong de Hanoi. La mort du roi, symbole de la résistance vietnamienne.

34. Ti An Antigone Viet Nam, créé en 2008 au Festival In de Hué, mise en scène d’Alain Destandau, Théâtre Monte-Charge et Théâtre National Tuong de Hanoi. Le bruit des canons. La guerre approche.

34. Ti An Antigone Viet Nam, créé en 2008 au Festival In de Hué, mise en scène d’Alain Destandau, Théâtre Monte-Charge et Théâtre National Tuong de Hanoi. Le bruit des canons. La guerre approche.

Notes

1 Ces costumes ont été exposés lors du colloque « Le théâtre français en Indochine. Héritage et transmission », à la Bibliothèque de l’Alcazar à Marseille, du 15 au 17 octobre 2013, dans le cadre de Marseille Provence Capitale européenne de la Culture en 2013. L’exposition a été inaugurée par le Président d’Aix-Marseille Université Yvon Berland, le 15 octobre 2013. Sa réalisation a été permise grâce au soutien de la Mission Culture d’Aix-Marseille Université.

Table des illustrations

Titre 31. Cercles de sable, créé en 2006 au Festival In de Hué, mise en scène d’Alain Destandau, Théâtre Monte-Charge et Théâtre National Tuong de Hanoi. Les tyrans prennent le pouvoir.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre 32. Ti An Antigone Viet Nam, créé en 2008 au Festival In de Hué, mise en scène d’Alain Destandau, Théâtre Monte-Charge et Théâtre National Tuong de Hanoi. Ti An revit la guerre au Viêt Nam
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre 33. Ti An Antigone Viet Nam, créé en 2008 au Festival In de Hué, mise en scène d’Alain Destandau, Théâtre Monte-Charge et Théâtre National Tuong de Hanoi. La mort du roi, symbole de la résistance vietnamienne.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9273/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre 34. Ti An Antigone Viet Nam, créé en 2008 au Festival In de Hué, mise en scène d’Alain Destandau, Théâtre Monte-Charge et Théâtre National Tuong de Hanoi. Le bruit des canons. La guerre approche.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9273/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Auteurs

Est auteur, metteur en scène et directeur du théâtre Monte-Charge à Pau (France).

Est comédienne et scénographe.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search