Version classiqueVersion mobile

Théâtres français et vietnamien

 | 
Corinne Flicker
, 
Nguyen Phuong Ngoc

Esthétiques et pratiques théâtrales croisées

Phạm Văn Ký (1916-1992), une rencontre de l’Orient et de l’Occident

Étude de quelques textes dramatiques manuscrits

Giáng Hương Nguyễn

Texte intégral

Éléments biographiques

  • 1 Hồ Huy. Phạm Văn Ký. In : Nguyễn Huệ Chi et Trần Hữu Tá. Từ điển văn học : bộ mới (Dictionnaire de (...)
  • 2 Jack Andrew Yeager. Writing from Exile : Phạm Văn Ký’s Imagined Returns to Viet Nam. In : Barbara T (...)

1Né le 16 janvier 1916 à Thanh Liêm (Bình Đị̣nh), Phạm Văn Ký est, parmi les écrivains vietnamiens francophones du xxe siècle, le plus publié en France. Il commence ses études à Qui Nhơn1, puis au lycée du Protectorat à Hanoi2. Après son baccalauréat, il déménage de Hanoi à Saigon et commence à écrire pour plusieurs revues. À Saigon, il devient rédacteur en chef de L’Impartial, puis s’installe à Hué pour diriger La Gazette de Hué. Quant à sa carrière d’écrivain, il la commence par deux romans en vietnamien, Kiếm Hoa (av. 1930 ?) et Trên đường thiên lý số Một [Sur l’autoroute no 1] (inédit). Très tôt, Ký prouve particulièrement son talent littéraire en écrivant en français. Il reçoit, en 1936, le Premier prix de Poésie aux Jeux Floraux d’Indochine pour son recueil de poèmes en français Une voix sur la voie.

  • 3 André Bourin. Instantané Phạm Văn Ký. Les Nouvelles littéraires, 1er avril 1954.
  • 4 Jack Andrew Yeager. The Vietnamese novel in French : a literary response to colonialism. Hanover : (...)
  • 5 L’Homme de nulle part. Paris : Fasquelle, 1946. Frères de sang. Paris : Éditions du Seuil, 1947. Ce (...)
  • 6 Jean-Louis Joubert. Petit guide des littératures francophones. Paris : Nathan, 2006, p. 227.

2En 1938, Phạm Văn Ký vient en France pour étudier la littérature à l’Université de la Sorbonne puis prépare également, à l’Institut des Hautes Études Chinoises, une thèse en sciences religieuses sur la notion de « kiao3 » (relative à la relation intime entre le microcosme et le macrocosme). Pour vivre, il doit être tour à tour professeur de français dans un cours privé à Neuilly et rédacteur à la préfecture de la Seine. Pourtant, sa thèse doit être interrompue à cause de la Seconde Guerre Mondiale et de la mort de son directeur de thèse, Marcel Mauss4. Phạm Văn Ký entre à la radiodiffusion française à la Libération en 1947 avec la pièce radiophonique La Muraille de Chine. Il devient plus tard responsable du service français des émissions radiophoniques destinées à l’Indochine. Il montre son talent dans la composition théâtrale en présentant ensuite des pièces comme Gandhi, Tchao Kiun et Attila-Roi qui obtient le Prix de la Mise en ondes en 1954. Son poème-ballet Danse avant l’aube est monté par Janine Charrat au Palais de Chaillot et à la Salle Pleyel en 1946. Sa pièce Le Rideau de pluie est jouée en 1974. En dehors du théâtre, Phạm Văn Ký est également un important romancier d’expression française. Il publie ainsi Frère de sang (1947), Celui qui régnera (1954), Perdre la demeure qui obtient le Grand prix du roman de l’Académie française en 1961, ainsi que d’autres récits5. Ses recueils Hué éternelle (1938) et Fleur de jade (1943) témoignent de sa vocation d’une « poésie exotique orientalisante6 ».

3Phạm Văn Ký meurt en 1992 à Maisons-Alfort, en laissant des milliers de pages de manuscrits. Ce sont des romans, des œuvres poétiques et dramatiques, dont plusieurs ne sont pas encore publiés.

Le fonds Phạm Văn Ký à la BnF

  • 7 Archives internes de la Bibliothèque nationale de France.

4Ces textes, constituant tout un fonds à part entière intitulé « Fonds Phạm Văn Ký », sont entrés en 19987 et actuellement conservés comme documents d’archives, au département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France. Cet inventaire, comprenant 27 boîtes de conservation, est classé selon trois parties :

  • première partie : « Œuvres de Phạm Văn Ký ». Cette partie comprend les romans ; les textes dramatiques ; les poèmes ; les essais, scénarios, contes et nouvelles ; et les conférences à l’état de tapuscrits. Un titre peut exister en plusieurs exemplaires avec des corrections manuscrites différentes de l’auteur.
  • deuxième partie : « L’homme ». Cet ensemble contient des articles de presse divers sur l’auteur ; des documents iconographiques ; des lettres de l’auteur avec les institutions d’édition ; et notamment sa correspondance de 1945 jusqu’en 1953 avec sa femme – dont il a divorcé –, Yvonne Gaudeau, actrice de la Comédie-Française.
  • troisième partie : « Écrits sur Phạm Văn Ký ». Études de nature universitaire parmi lesquelles on peut trouver, par exemple, la thèse de Lucy Nguyen Hong Nhiem8
    soutenue à l’University of Massachusetts-Amherst, ou des extraits de The Vietnamese novel in French de Jacks A. Yeager.

5La partie la plus volumineuse de ce fonds d’archives est celle des textes dramatiques avec 71 pièces de théâtre et pièces radiophoniques, dont 16 pièces radiophoniques furent réalisées et diffusées pour la plupart à la Radiodiffusion française et 2 pièces (L’Enceinte interdite, Rideau de pluie) furent jouées au théâtre. Ces textes s’inscrivent dans plusieurs genres théâtraux : comédie, farce, drame, pièce policière, documentaires dramatisés, etc.

6Plusieurs titres sont présentés à des concours d’œuvres radiophoniques, et notamment :

  • Mes historiographes de droite et de gauche, récompensé par le Prix de la Revue théâtrale en 1953 ;
  • Attila-roi, qui reçoit le Prix de la Mise en ondes en novembre 1954 ;
  • L’Architecte et le géomancien, qui obtient le Prix Spécial Orient-Occident du Concours international d’œuvres radiophoniques, Prix Italia en 1962.

7Produit d’une double culture, orientale et française, Phạm Văn Ký ne cesse de rapprocher les deux dans ses écrits. Il affirme ainsi :

  • 9 Cité par Anita Mengozzi, Fonds Phạm Văn Ký, BnF, 2001.

Je pense comme Tagore qu’en effet séparer l’esprit de l’Orient et celui de l’Occident aboutira à un suicide spirituel. Il est indéniable qu’à l’Occident est échue une grande mission de libération humaine, il est indéniable aussi que l’Orient demeure une source de sagesse et de savoir9.

Dans tous les types de production littéraire, roman, poésie ou théâtre, Ký démontre le talent d’un grand maître de la langue française au vocabulaire riche, précis et une poétique distinctive, inspirée de la pensée vietnamienne.

Thèmes principaux

Contacts culturels entre la France et le Vietnam

8S’exprimant pleinement en français sans jamais renier ses origines, Phạm Văn Ký évoque dans plusieurs de ses textes théâtraux l’identité vietnamienne dans ses rapports avec la civilisation française.

9Les échanges culturels franco-vietnamiens sont explicitement évoqués dans la série radiophonique Premières ambassades entre l’Europe et l’Asie, à la quatrième émission : France - Viet-Nam : Alexandre de Rhodes et à la cinquième émission : Viet-Nam - France : Phan Thanh Gian à la Cour de Napoléon III. L’émission France-Vietnam relate les premières prises de contact à la cour du roi de « Cochinchine » Sãi Vương en 1624, puis à la cour du roi Trịnh Tráng au « Tonkin » – le pouvoir vietnamien était alors partagé en deux seigneuries adverses – en 1627 du père jésuite Alexandre de Rhodes, qui leur apporte des premières nouveautés venant de l’Europe : connaissances historiques, épices, mécanismes modernes comme les horloges. Dans le sens inverse et bien symétrique, l’émission Viet-Nam – France raconte le voyage du premier ambassadeur vietnamien se rendant en France en 1863 pour envisager la rétrocession de trois provinces de la Cochinchine. Phan Thanh Giản est accompagné du fameux lettré catholique francophone Trương Vĩnh Ký. Voulant montrer toute la puissance de la France, les officiels français cherchent à impressionner les visiteurs, ce qui se traduit par un abus d’architectures de prestige, par la multiplication d’exemples du développement scientifique et technique occidental, de la puissance des vaisseaux et des trains à vapeur à la magie de l’électricité, etc.

Contacts entre l’Orient et l’Occident

10Phạm Văn Ký ne se limite pas au contact entre deux pays mais s’ouvre à la dimension internationale, confrontant plus généralement l’Orient et l’Occident. De ce fait, la série préalablement citée, Premières ambassades entre l’Europe et l’Asie contient également des émissions sur les contacts entre d’autres pays européens avec d’autres pays asiatiques : Hollande-Japon, Russie-Japon, Angleterre-Chine, France-Laos, USA-Siam, Angleterre-Birmanie, France-Inde, Portugal-Inde. Plusieurs œuvres sont inspirées de l’histoire de la Chine, telles que Confucius, Tchao-Kiun ou La Muraille de Chine ; certains autres s’inscrivent dans le contexte nippon comme la pièce Hiroshima et l’île du bonheur. Enfin, au moins deux pièces sont consacrées au poète indien Rabindranath Tagore.

  • 10 On peut l’écouter sur http://www.ina.fr/audio/PHD88015101/la-malediction-des-sept-felicites-audio.h (...)

11Pour citer un exemple concret, la rencontre entre l’Orient et l’Occident est exprimée de manière humoristique mais en même temps avec beaucoup de subtilité, dans La Malédiction des sept félicités, diffusé à la Radio française le 1er novembre 195510. À Hong-Kong, un médecin chinois, le docteur Wang, se sert des sentiments que lui portent deux sœurs, des antiquaires, pour accaparer les collections d’une série d’amateurs occidentaux qu’il élimine au fur et à mesure : six sont déjà morts par ses soins.

12L’écrivain fonde son intrigue sur un fait divers « oriental » tiré de Paris-Match, où il est question de trois mystérieuses statuettes dites « quantines », mot mystérieux dans lequel il imagine reconnaître Kouan Yin [Guanyin] – au Vietnam, Quan Âm – , déesse bouddhique de la compassion et de la miséricorde. Outre les « boys » et les « pousse-pousse », un autre élément de la culture orientale est l’ongle démesuré du docteur Wang qui lui permet de dissimuler l’aiguille avec laquelle il injecte un poison mortel à ses victimes ; on reconnaît là l’obsession des Européens pour les « horrifiques » images de mains de lettrés « annamites » que l’on voit sur les cartes postales et qui participent à entretenir délicieusement le fantasme d’un péril jaune tel que l’incarne alors l’ignoble docteur Fu Manchu, le terrifiant héros de Sax Rohmer.

13De l’autre côté, la culture occidentale est tout aussi présente dans cette nouvelle radiophonique. C’est ainsi qu’on y trouve des fragments de littérature française classique. La réplique d’Agnès dans L’École des femmes – « Le petit chat est mort » – est explicitement citée. Mais la façon dont Phạm Văn Ký invente qu’on accorde le titre de médecin en Chine (méthode qui reconnaît à la nature au moins 50 % des guérisons) n’est pas sans rappeler également le Molière de Dom Juan et la « dispute » entre le valet et son maître sur la puissance de la médecine : « don juan : Par quelle raison n’aurais-tu pas les mêmes privilèges qu’ont tous les autres médecins ? Ils n’ont pas plus de part que toi aux guérisons des malades, et […] tu peux profiter comme eux du bonheur du malade, et voir attribuer à tes remèdes tout ce qui peut venir des faveurs du hasard et des forces de la nature » (acte III, scène 1).

Ainsi, s’il joue sur le registre de la littérature populaire et de divertissement, même s’il situe La Malédiction des Sept Félicités à mi-chemin d’Hergé (dans Tintin et le lotus bleu) et d’Agatha Christie (dans Dix petits nègres), Phạm Văn Ký reste un homme de culture – de cultures (au pluriel), faudrait-il dire.

29. « Instantané Phạm Văn Ký » dans Les Nouvelles littéraires (non daté).

29. « Instantané Phạm Văn Ký » dans Les Nouvelles littéraires (non daté).

30. Affiche pour Le Rideau de pluie, mise en scène d’Anne Delbée, mars 1974.

30. Affiche pour Le Rideau de pluie, mise en scène d’Anne Delbée, mars 1974.

Notes

1 Hồ Huy. Phạm Văn Ký. In : Nguyễn Huệ Chi et Trần Hữu Tá. Từ điển văn học : bộ mới (Dictionnaire de la littérature : nouvelle version). Hanoi : Thế Giới, 2004, p. 1376.

2 Jack Andrew Yeager. Writing from Exile : Phạm Văn Ký’s Imagined Returns to Viet Nam. In : Barbara Tran et Rebekah Linh Collins (dir.). Vietnam : beyond the frame. Ann Arbor (MI) : University of Michigan, 2004.

3 André Bourin. Instantané Phạm Văn Ký. Les Nouvelles littéraires, 1er avril 1954.

4 Jack Andrew Yeager. The Vietnamese novel in French : a literary response to colonialism. Hanover : UP of New England, 1987, p. 171.

5 L’Homme de nulle part. Paris : Fasquelle, 1946. Frères de sang. Paris : Éditions du Seuil, 1947. Celui qui régnera. Paris : Bernard Grasset, 1954. Des Femmes assises çà et là. Paris : Gallimard, 1964.

6 Jean-Louis Joubert. Petit guide des littératures francophones. Paris : Nathan, 2006, p. 227.

7 Archives internes de la Bibliothèque nationale de France.

8 Lucy Nguyen Hong Nhiem. L’Echiquier et l’antinomie je/moi comme signe et substance du conflit Occident/ Extrême-Orient dans les œuvres de Phạm Văn Ký. Thèse, University of Massachusetts-Amherst, 1982. Sur Phạm Văn Ký, voir également Thuong Vuong-Riddick. Le Drame de l’occidentalisation dans quelques romans de Phạm Văn Ký. Présence francophone, no 16, printemps 1978, p. 141-152. Thuong Vuong-Riddick. Corps et acculturation selon Phạm Văn Ký. Présence francophone, no 18, printemps 1979, p. 165-176.

9 Cité par Anita Mengozzi, Fonds Phạm Văn Ký, BnF, 2001.

10 On peut l’écouter sur http://www.ina.fr/audio/PHD88015101/la-malediction-des-sept-felicites-audio.html

Table des illustrations

Titre 29. « Instantané Phạm Văn Ký » dans Les Nouvelles littéraires (non daté).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre 30. Affiche pour Le Rideau de pluie, mise en scène d’Anne Delbée, mars 1974.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

Auteur

Université Paris-Ouest Nanterre-la-Défense
Institut de littérature, Académie des sciences sociales du Vietnam
Est chercheuse en littérature comparée à l’Institut de Littérature (Académie des sciences sociales du Vietnam). Doctorante en littérature française et francophonie à Université Paris-Ouest Nanterre-la-Défense, elle prépare une thèse intitulée La poétique du sujet multiculturel dans le roman vietnamien francophone du xxe siècle sous la direction de Jean-Marc Moura. Elle est chargée des collections des littératures de l’Asie du Sud-Est (Vietnam, Laos, Cambodge) à la Bibliothèque nationale de France.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search