Version classiqueVersion mobile

Théâtres français et vietnamien

 | 
Corinne Flicker
, 
Nguyen Phuong Ngoc

Esthétiques et pratiques théâtrales croisées

Le théâtre parlé comme expression de la modernité

La pratique théâtrale en milieu associatif vietnamien à l’époque coloniale (1920-1945)

Phuong Ngoc Nguyen

Texte intégral

  • 1 Corinne Flicker. Théâtre à la tonkinoise. La politique théâtrale française en Indochine (1884-1930) (...)

1Dès le début de la colonisation en Indochine, les Français apportèrent avec eux leur théâtre, qui était pratiqué par des amateurs avant d’être joué par des artistes professionnels. Les autorités coloniales le considéraient comme un remède efficace contre l’ennui qui guettait les coloniaux et comme un signe de la puissance de la civilisation française. Dans les trois grandes villes indochinoises – Saigon, Hanoi et Haiphong – on inaugura dès le début du xxe siècle des théâtres municipaux, répliques architecturales d’édifices parisiens, qui donnaient ainsi à ces nouvelles cités un air de ville française. Dans ces lieux prestigieux, on donnait des spectacles dont le contenu était surveillé de près par les Commissions théâtrales municipales : on y jouait surtout des opéras-comiques, des opérettes et des comédies1.

  • 2 Corinne Flicker et Nguyen Phuong Ngoc. Le théâtre vietnamien. Une rencontre avec l’Occident dans la (...)

2Au contact des Français, les Indochinois découvrent le théâtre occidental2. Il s’agit tout d’abord des Vietnamiens vivant dans les villes les plus importantes. Leur tradition théâtrale vieille de plusieurs siècles va être ébranlée. Le chèo populaire et le tuồng savant, composés essentiellement de chants et de danses, seront désormais désignés par le terme de théâtre « chanté », par opposition au théâtre occidental « parlé », kịch nói. L’école et la presse sont sans doute les vecteurs les plus puissants pour sa diffusion : Molière, Corneille et Racine sont enseignés à l’école ; on publie des traductions d’auteurs classiques et modernes dans des revues culturelles. La première représentation de théâtre parlé en vietnamien a lieu au Théâtre municipal de Hanoi en 1920 et la première pièce de théâtre parlé écrite en vietnamien est publiée et mise en scène en 1921. Au fil du temps, le théâtre parlé, art de la scène et genre littéraire inédits, s’impose au Vietnam jusqu’à ce que la fin de la colonisation et les guerres orientent autrement son développement.

  • 3 Cette recherche se situe dans le cadre général de mes travaux sur les intellectuels vietnamiens à l (...)

3Nous nous proposons de nous intéresser ici à la pratique du théâtre parlé pendant la période coloniale dans le cadre d’associations culturelles vietnamiennes. Certaines inscrivent le théâtre dans leurs activités, d’autres organisent des représentations à des occasions diverses. Les pièces jouées dans ce cadre associatif ne sont pas toujours les plus connues, mais notre propos vise précisément à interroger la réalité sociale. En nous intéressant au foisonnement des initiatives au niveau de la pratique quotidienne, il s’agit de comprendre comment se fait concrètement l’introduction du théâtre parlé dans la société vietnamienne à l’époque française3.

Associations et pratique théâtrale

4Ce travail est réalisé essentiellement grâce aux archives de l’administration indochinoise qui sont encore peu exploitées. Qui dit « autorités coloniales » dit gestion administrative. L’historien qui s’intéresse au théâtre ne peut que se réjouir de l’existence des archives de l’administration coloniale. Celles-ci sont produites notamment au moment de la demande d’autorisation pour organiser des représentations théâtrales, mais on peut trouver aussi des archives concernant les activités régulières d’une association. Par exemple, dans le fonds de la Résidence supérieure du Tonkin, le dossier no 79793 intitulé « Association Uẩn Hoa » comprend des documents sur la création et le fonctionnement de cette association de 1921-1925, tandis que dans le fonds de la Mairie de Hanoi sont conservés le dossier no 2850 portant sur le « Fonctionnement de l’Association Uẩn Hoa (1934-1944) » et le dossier no 3030 des « Demandes d’autorisation d’organiser des soirées théâtrales dans le Théâtre municipal de Hanoi formulée par le Président de l’association Uẩn Hoa à cette localité » concernant les demandes entre 1942 et 1945. Les archives produites en Indochine à l’époque coloniale sont conservées en France, aux Archives nationales d’outre-mer (ANOM) à Aix-en-Provence, et au Vietnam dans trois centres d’archives nationales à Hanoi, Hochiminh-ville et Dalat. Les archives que nous avons pu consulter, dans le cadre de cette étude, sont celles des ANOM et celles du centre no 1 à Hanoi. Il s’agit des archives émanant essentiellement de la Résidence supérieure du Tonkin, de la Mairie de Hanoi, mais aussi du Gouvernement général de l’Indochine. Concernant le théâtre parlé, ce sont les archives administratives les plus intéressantes, car le théâtre parlé s’est surtout développé dans le nord du Vietnam actuel et notamment dans la ville de Hanoi.

  • 4 Nous remercions M. Đặng Tiến qui a attiré, lors du colloque, notre attention sur la diversité des t (...)
  • 5 Archives nationales du Vietnam (AVN), Mairie de Hanoi, dossier 2698, « Listes des associations auto (...)

5Il convient de donner la définition du terme « association4 ». Selon le dictionnaire Larousse, une « association » est « un groupement de personnes qui s’associent à une fin déterminée ». En Indochine française, l’association régie par les règles juridiques françaises adaptées à la colonie est une forme de sociabilité tout à fait nouvelle, mais dynamique. Pour la période 1933-1937, la police a établi les listes des associations à Hanoi dans lesquelles on trouve cinquante-sept associations sportives, cinquante associations de secours mutuel et de bienfaisance, cinquante amicales et autres rassemblements, dont les loges maçonniques5. Une « association » doit être autorisée par une autorité administrative compétente : un groupe d’individus, vietnamiens ou français, doit faire cette démarche auprès de la Mairie de Hanoi pour pouvoir fonctionner sur le territoire de la ville, et auprès de la Résidence supérieure du Tonkin pour pouvoir exister officiellement au Tonkin. La police en assure un suivi régulier et produit des documents à l’attention des autorités, par exemple dans le fonds de la Résidence supérieure du Tonkin, le dossier no 79274 intitulé « Organisation des associations et des instituts intellectuels au Tonkin » présente un état des lieux en 1937 et le dossier no 79272, « Contrôle de diverses associations au Tonkin », est un bilan de cette activité en 1939. Une association doit tenir son assemblée générale annuelle, élire son conseil d’administration et envoyer aux autorités ses comptes rendus financiers et d’activités. On trouve par exemple des comptes rendus de l’association AFIMA (Association pour la Formation Intellectuelle et Morale des Annamites) dans la revue Nam Phong, alors que les procès verbaux de l’assemblée générale de la Société d’enseignement mutuel du Tonkin sont publiés, de 1920 à 1938, dans son Bulletin. Le contrôle des associations est d’une grande rigueur : les réunions et les manifestations publiques doivent obtenir une autorisation préalable de la part des autorités. Quand une association veut organiser une représentation théâtrale, elle doit demander l’autorisation pour chaque date et chaque pièce doit être préalablement visée par le service de la censure. Par exemple, dans le fonds de la Mairie de Hanoi, le dossier no 005584-1 conserve la « Demande formulée par la Société Jeunesse sportive de Hanoi en vue d’être autorisée à donner au théâtre Quảng Lạc une représentation de la pièce intitulée Không oán kẻ thù » avec des documents allant du 6 juin 1944 au 21 octobre 1944. Les documents d’archives sont riches de renseignements de ce type qui permettent notamment de reconstituer le répertoire joué, ainsi que la chronologie de la vie théâtrale comme on verra plus loin à travers l’exemple de la saison théâtrale 1943-1944 assurée par la troupe de Thế Lữ.

  • 6 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 3010, « Fontionnement de la Société d’exploitation des théâtres annam (...)
  • 7 Lettre de Trần Đan Tiếp du 13 décembre 1944. AVN, Mairie de Hanoi, dossier 2962, « Demandes d’autor (...)

6On constate la diversité des formes d’organisation en milieu théâtral. À côté des associations proprement dites, on trouve des « théâtres », des « sociétés d’exploitation théâtrale » et des « troupes théâtrales ». Quảng Lạc, une société anonyme, possède dans le quartier commerçant indigène un théâtre réputé où l’on joue le répertoire classique du théâtre chanté tuồng, mais aussi des pièces du théâtre moderne parlé6. À la différence des « théâtres », les « troupes », constituées de comédiens professionnels ou amateurs, n’ont pas de lieu fixe et doivent demander des autorisations pour chacune de leurs représentations, sauf si elles optent pour le paiement d’une patente annuelle. Le directeur de Ban kịch Việt Nam (Troupe théâtrale Vietnam) a dû, pour éviter les lourdeurs administratives des autorisations préalables, manifester son intention de prendre une patente pour l’année 19457.

7Il nous semble que la différence entre une troupe théâtrale entendue comme entreprise commerciale et une association à but non lucratif se trouve précisément dans l’objectif déclaré. On verra que la troupe Tinh Hoa dirigée par l’auteur dramatique Đoàn Phú Tứ et celle de Thế Lữ du nom du célèbre poète devenu metteur en scène, ressemblent plutôt, si l’on considère le but culturel et artistique poursuivi, à des associations. La forme associative permet notamment de demander des aides auprès des administrations diverses ; il s’agit généralement de la mise à disposition, entièrement ou partiellement gratuite, du Théâtre municipal de Hanoi et éventuellement la publicité dans les lieux publics.

  • 8 La traduction est due à Nguyễn Văn Vĩnh. La distribution des rôles précise que les actrices jouant (...)
  • 9 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 3075 : « Demande formulée par les élèves du Lycée du Protectorat en v (...)

8Pendant la période coloniale française, l’association est donc la forme légale que doit prendre une organisation non commerciale qui veut rendre publiques ses activités. Signalons qu’il existe également des rassemblements d’étudiants ou de lycéens qui ne sont pas constitués formellement en association, mais leurs activités sont toujours placées de la même façon dans un cadre administratif précis. Par exemple, L’Avare traduit sous le titre Người biển lận est joué au Théâtre municipal de Hanoi le 18 janvier 1924 « par un groupe d’étudiants » pour fêter l’anniversaire de l’Université Indochinoise sous le patronage du directeur de l’Instruction publique8. Les élèves du lycée du Protectorat sollicitent l’autorisation de la Mairie de Hanoi car ils souhaitent organiser en mars 1945 deux représentations théâtrales publiques au profit de la Caisse de secours aux pauvres9.

9L’histoire littéraire traditionnelle laisse généralement le rôle des associations dans l’ombre. L’introduction du théâtre parlé au Vietnam est pourtant étroitement liée à celle des associations. Deux événements marquant sa naissance sont dus à l’activité associative.

  • 10 L’AFIMA, créée le 5 février 1919 par un arrêté du Résident supérieur du Tonkin, a pour projet de pr (...)

10La très connue AFIMA (Hội Khai trí tiến đức en vietnamien10) joue un rôle essentiel dans l’introduction du théâtre français en Indochine. Le Malade imaginaire de Molière est la première pièce jouée par les Vietnamiens sur scène et en vietnamien le 25 avril 1920 au Théâtre municipal de Hanoi, à l’occasion du premier anniversaire de l’association. La traduction de la pièce est due à Nguyễn Văn Vĩnh, membre de l’association, qui tient d’ailleurs lui-même le rôle du médecin Diafoirus, « Lang Ế » en vietnamien. L’impact de cette représentation est reconnu unanimement. On peut même lire cette appréciation dans un rapport de police daté de 1937 :

  • 11 ANV, Résidence supérieure du Tonkin, dossier 79274. Par la suite, le théâtre semble ne plus faire p (...)

Un essai d’adaptation du théâtre français sur la scène annamite fut entrepris par la Société en 1920 pour la première fois au Tonkin. La comédie de Molière qui fut donnée à cette occasion par certains des membres érigés en acteurs improvisés et accueillie avec faveur par le public tonkinois ouvrit des horizons nouveaux au théâtre annamite et donna naissance à ce mouvement de « théâtre rénové » qui tend peu à peu à se substituer au vieux théâtre sino-annamite tombé en désuétude11.

L’année suivante, la pièce qui tient lieu d’acte de naissance du théâtre moderne vietnamien, Chén thuốc độc (La Tasse de poison) de Vũ Đình Long, paraît dans la revue Hữu Thanh (La Voix amicale), revue bimensuelle de Hội Bắc Kỳ công thương đồng nghiệp (Association amicale des employés indigènes de Commerce et d’industrie au Tonkin), avant d’être créée le 22 octobre 1921 au Théâtre municipal de Hanoi lors de la soirée du premier anniversaire de l’association. L’histoire de cette association de notables vietnamiens reste à écrire, mais nous pouvons déjà souligner qu’elle manifeste ainsi un soutien immédiat au nouveau théâtre parlé.

11Aux alentours de ces dates décisives, une autre association, Uẩn Hoa, est créée par la décision no 1055 du Résident supérieur du Tonkin datée du 4 mai 1921. Elle mérite d’occuper une place particulière dans l’histoire du théâtre vietnamien, car elle inscrit dans ses statuts mêmes la pratique théâtrale :

  • 12 Les statuts du 4 mai 1921 remplacés par ceux approuvés par l’AG du 8 février 1931 (brochure imprimé (...)

L’article 2 : l’association a pour but de développer le goût littéraire et artistique de ses membres, en mettant à leur disposition une salle de lecture, une bibliothèque, et des instruments de musique. Elle comprend trois sections qui sont : section littéraire, musicale et théâtrale12.

  • 13 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 2850, « Fonctionnement de l’Association Uẩn Hoa (1934-1944) ».
  • 14 Idem.
  • 15 Ibid.
  • 16 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 3030, « Demandes d’autorisation d’organiser des soirées théâtrales da (...)
  • 17 ANV, Résidence supérieure du Tonkin, dossier 79272, « Contrôle de diverses associations au Tonkin, (...)

Son premier président, Nguyễn Hữu Kim, est d’ailleurs un auteur consacré par l’histoire littéraire, notamment pour sa pièce Bạn và vợ (L’Ami et l’épouse) écrite et représentée en 1927. D’après les documents disponibles, l’association Uẩn Hoa poursuit pendant un quart de siècle ses objectifs malgré des difficultés pour assurer ses ressources propres et recruter des membres actifs. Elle fait des représentations théâtrales dans des écoles pour faire connaître ce nouvel art et s’efforce, de temps à autre, de créer un événement. N’ayant pas de local propre, elle sollicite des lieux divers : le grand hall de l’AFIMA est utilisé par exemple pour organiser en novembre 1934 une fête avec une « petite pièce théâtrale » intitulée Quan Phán Hà Thành (Un fonctionnaire hanoien13). Elle demande en 1935 l’autorisation de présenter au Théâtre municipal une pièce intitulée Gái mới (Une fille moderne) le 5 octobre, puis une autre intitulée Cô Tân (Mlle Tân) le 9 novembre pour laquelle elle fait une grande publicité. En 1938, elle demande d’organiser deux soirées théâtrales au cinéma Quảng lạc les 1er et 2 juillet pour présenter la pièce Les Égarés, « œuvre primée no 1 en 1936 au concours théâtral de l’Association des Amis de l’Art, présidé par M. Bourrin à Saigon14 ». Uẩn Hoa assure d’ailleurs les soirées théâtrales pour d’autres associations, telle que l’Association des amis des colonies de vacances ou l’Union sportive des fonctionnaires indochinois15. Des pièces classiques françaises semblent faire également partie du répertoire de l’association : elle demande l’autorisation de jouer Le Malade imaginaire en vietnamien au Théâtre municipal le 7 novembre 1942, puis le 8 mai 1943. Cette pièce « interprétée par des membres acteurs-amateurs [sic] de l’association » est donnée dans une autre traduction que celle mise en scène en 1920, car dans la lettre du 1er octobre 1942, le président précise qu’elle est « traduite en quoc-ngu par un groupe de membres de [son] association16 ». L’intérêt de l’association pour la création contemporaine semble être confirmée par les demandes de représenter deux pièces d’auteurs connus : Quán biên thùy (Frontières) de Thao Thao le 11 novembre 1943 et le 24 mars 1945 le troisième acte de cette pièce, ainsi que la pièce Người mù dạo trúc (L’Aveugle promeneur). Il n’est pas possible d’affirmer que telle ou telle pièce a été effectivement jouée sur scène, mais on peut néanmoins avoir une idée des efforts faits par cette association pour faire connaître le théâtre parlé auprès du public vietnamien. Malgré des hauts et des bas, son activité se maintient : à l’assemblée générale de 1939 une quarantaine de personnes est présente pour élire un nouveau conseil d’administration17 et ses demandes montrent par ailleurs qu’elle continue à exister jusqu’en 1945.

  • 18 Hội Trí Tri, Société de l’Enseignement Mutuel du Tonkin (SEM du Tonkin), fondée en 1892 par des pre (...)
  • 19 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 3013, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au profit des s (...)
  • 20 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 2865-1, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au Théâtre mu (...)
  • 21 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 3015, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au Théâtre muni (...)
  • 22 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 5584-1, « Demande formulée par la Société « Jeunesse sportive de Hano (...)
  • 23 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 2978, « Troupe Kim Thoa ».

12À part ces trois associations qui ont joué un rôle clé au début de l’introduction du théâtre parlé, d’autres organisations œuvrent également pour son développement, en faisant appel à des troupes théâtrales pour leurs soirées, par exemple la Société d’enseignement mutuel du Tonkin, la plus ancienne association vietnamienne créée en 189218, la Société philharmonique annamite de Hanoi qui fait plusieurs demandes pour la période de 1934-194519, ou encore l’emblématique Association pour la diffusion du quoc-ngu (Hội truyền bá quốc ngữ) créée en 1938 qui organise régulièrement des soirées incluant des pièces théâtrales pour collecter des fonds destinés à financer ses cours d’alphabétisation gratuits20. Plusieurs autres associations telles que la Société de secours mutuels des Cochinchinois21, la Jeunesse sportive de Hanoi22, la Société de secours mutuels et de bienfaisance, la SEPTO (Société d’éducation physique du Tonkin), ou encore la Société sportive « Douanes Sports » présidé par Pierre Girodolles qui présente en 1943 la pièce intitulée Em muốn tự do (Je veux la liberté) mise en scène par la troupe Kim Thoa au Théâtre municipal de Hanoi23.

  • 24 Dans cette liste no 29 nous trouvons Mme Robert et ses élèves danseuses qui participaient souvent à (...)
  • 25 Georges Condominas, futur anthropologue, faisait à l’époque ses études de droit à Hanoi. Cf. George (...)

13L’Association générale des étudiants indochinois (AGEI), créée par l’autorisation du 11 décembre 1935, mérite une mention spéciale. Elle organise en effet des représentations dans lesquelles jouent ses membres en tant qu’acteurs amateurs. Le dossier no 2902 dans le fonds de la Mairie de Hanoi conserve des documents concernant l’organisation de la « Journée des étudiants » les 21 et 22 mars 1936. La lettre que Hoàng Cơ Thụy, président de la commission des fêtes de l’AGEI, adresse au maire de Hanoi le 17 février 1936 sollicite l’autorisation pour organiser cette fête et donne le programme des deux journées. La soirée du 21 mars est théâtrale au Théâtre municipal et la journée du 22 mars est composée de plusieurs festivités dont un défilé dans les rues et un bal le soir au local de l’AFIMA. C’est la soirée théâtrale qui nous intéresse ici : plusieurs documents permettent de connaître les titres des pièces et les noms des comédiens, ainsi que les conditions de location du théâtre. Sont représentés une pièce française, Le Billet de loterie, un sketch intitulé La Vie d’étudiant et une pièce vietnamienne, Huyền Trân công chúa (La Princesse Huyền Trân). Les acteurs de ces pièces sont des étudiants membres de l’association : la liste des personnes autorisées à entrer au Théâtre municipal pour les répétitions fait état de sept noms français pour la première pièce, onze noms français pour le sketch et soixante-sept noms vietnamiens pour la deuxième pièce. Toujours selon le même dossier, une autre soirée théâtrale est organisée au Théâtre municipal le 1er mars 1941 : la liste des acteurs comprend vingt-huit noms vietnamiens et français24, dont un certain G. Condominas25.

  • 26 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 3052, « Demande par Nguyen Luong de donner au Théâtre municipal la pi (...)
  • 27 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 3022, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au Théâtre muni (...)
  • 28 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 2865-01, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au Théâtre m (...)

14Ces représentations théâtrales sont organisées pour animer une soirée au profit de l’association ou pour une cause humanitaire, parfois pour les deux. Les soirées demandées par la Société philharmonique annamite de Hanoi ont pour but de venir en aide aux sinistrés du Sud-Annam, région où les typhons annuels causent des dégâts importants. Par exemple, les étudiants de l’École supérieure de droit, représentés par leur camarade Nguyễn Lương, demandent l’autorisation d’organiser « une soirée de bienfaisance » au Théâtre municipal le 3 mars 1934 « au profit des sinistrés de l’Annam et de l’Asile de nuit ». Au programme de cette soirée : « la représentation d’une pièce annamite intitulée Ông giáo Bích et quelques intermèdes (chant, air cochinchinois, monologues, scène comique, etc.) »26. Pendant la Seconde guerre mondiale, des soirées théâtrales sont souvent organisées pour collecter des fonds destinés aux victimes de la guerre, par exemple la troupe de Thế Lữ demande d’organiser une soirée au Théâtre municipal le 23 novembre 1943 au profit des victimes des bombardements de Haiphong27. L’Association pour la diffusion du quoc-ngu organise régulièrement des soirées dont une partie des recettes est versée à l’Assistance aux victimes de la guerre et une autre pour venir en aide aux élèves pauvres de ses écoles28.

  • 29 Comme par exemple, la ligue Ánh Sáng qui organise une représentation de cirque (ANV, Mairie de Hano (...)
  • 30 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 2998, « Demandes formulées par Doan Ba Chinh, directeur de la troupe (...)

15Il faut croire que ce théâtre moderne est apprécié par le public vietnamien, car on trouve souvent une pièce de théâtre au programme d’une soirée organisée par des associations. Bien que d’autres arts de la scène, tel que le cirque, puissent lui faire concurrence29, le théâtre est encore au programme de la soirée de gala le 25 novembre 1944 organisée par la Société de bienfaisance Hợp Thiện fondée en 1906 qui a pu vendre, selon l’arrêté des comptes signé par son président, 689 billets (sur les 870 places du Théâtre municipal de Hanoi) pour une somme importante de 4176 piastres30. Une association connue comme la SEM du Tonkin organise régulièrement ses soirées de gala incluant une pièce de théâtre, comme par exemple la soirée théâtrale du 15 novembre 1943 au cinéma Porte d’Or avec la troupe Ái-Liên portant le nom de l’actrice vedette, ou la soirée du 23 mars 1944 au Théâtre municipal avec la même troupe qui présente la pièce Cô gái Mường (Une jeune fille Muong). Pour l’AGEI qui organise chaque année une fête des étudiants très courue par la jeunesse hanoïenne, la soirée de gala inclut nécessairement une représentation théâtrale, suivie éventuellement d’un bal.

  • 31 Dinh Xuan Nguyen. Apport français dans la littérature vietnamienne (1651-1945). Saigon : Imprimerie (...)
  • 32 Trần Văn Khê. Hồi ký (Mémoires). Ho Chi Minh-ville : NXB Trẻ, 2001, p. 134. Notre traduction.
  • 33 Ibid., p. 135.
  • 34 Ibid., p. 197-199.

16Avant l’université, le lycée est déjà un lieu où le théâtre fait partie des événements importants de l’année scolaire. Pour fêter le Nouvel An ou la fin des cours, on a l’habitude d’inviter une troupe ou de monter une pièce, parfois avec l’aide de l’auteur : « Il n’est pas rare de voir les élèves transposer eux-mêmes des romans français ou vietnamiens en pièces de théâtre qu’ils jouent avec succès31. » Les souvenirs du musicologue Trần Văn Khê, ancien élève du lycée Pétrus Ký à Saigon, puis du lycée du Protectorat à Hanoi, confirment également l’importance du théâtre en milieu lycéen. En 1940, à l’occasion de la fête des dieux du foyer une semaine avant le Nouvel An traditionnel, les élèves du lycée Pétrus Ký mettent en scène une pièce en français intitulée Un mari sur mesure « pour distraire les professeurs, mais aussi pour leur montrer les talents des élèves vietnamiens32 ». Pour préparer cet événement, « chaque jour, nous répétions pendant une heure, de 17h à 18h avant l’heure du repas des internes, et cela pendant trois semaines précédant la représentation33. » En 1943, pendant ses études à Hanoi, Trần Văn Khê a participé à la mise en scène de Tục lụy (Le monde d’ici-bas) au lycée des filles Đồng Khánh. Il s’agit d’une pièce en vers adaptée par le célèbre poète Thế Lữ à partir de la pièce éponyme écrite par le non moins célèbre écrivain Khái Hưng et mise en musique par le compositeur Lưu Hữu Phước34. Les répétitions ont lieu pendant environ trois semaines, mais la représentation le 23 janvier 1943 est un franc succès, marquant l’apparition d’un nouveau genre théâtral, un théâtre chanté à l’occidentale.

17Le goût du théâtre moderne à l’occidentale se forme ainsi assez tôt chez les jeunes. Il semble que le théâtre parlé commence à être considéré aux alentours de 1935 comme un événement apprécié du public et valorisant pour une association. Ce public, capable d’apprécier un art tout à fait nouveau, se recrute tout d’abord dans le milieu instruit et francophone.

Le théâtre parlé – un espace linguistique et culturel franco-vietnamien

18L’histoire littéraire présente souvent l’introduction du théâtre parlé au Vietnam et son développement d’une certaine façon et orientée vers l’avènement d’un théâtre national en vietnamien. Les choses semblent alors se passer de façon linéaire : la traduction de pièces françaises est considérée comme la première étape pour aller vers la création d’œuvres en vietnamien qui participent à l’édification d’une littérature moderne. À notre avis, les auteurs vietnamiens envisagent logiquement leur création dans la perspective d’une littérature en langue nationale, mais à cette époque où le théâtre parlé n’en est qu’au début de son histoire, on joue à la fois des pièces écrites en vietnamien, des classiques français traduits en vietnamien, mais aussi des pièces en français. En considérant le théâtre tel qu’il est pratiqué en milieu associatif dans les années 1920-1945, force est de constater qu’il est de nature bilingue et biculturelle.

  • 35 Voir la contribution de Nguyễn Duy Bình dans ce volume.
  • 36 Les traductions de Molière par Nguyễn Văn Vĩnh, d’ailleurs membre actif de la SEM du Tonkin, sont é (...)
  • 37 Voir dans ce volume les articles sur les traductions de Pierre Corneille et de Victor Hugo.
  • 38 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 3030, « Demandes d’autorisation d’organiser des soirées théâtrales da (...)

19On traduit tout d’abord des auteurs classiques en vietnamien. Le sujet est connu et le rôle des pionniers tels que Nguyễn Văn Vĩnh, traducteur de Molière, et Phạm Quỳnh, traducteur de Pierre Corneille, est unanimement reconnu. À la différence de leurs aînés, la génération plus jeune s’attache à faire connaître des auteurs qui leur sont plus proches : par exemple, Vi Huyền Đắc, auteur dramatique lui-même, publie en 1936 chez les éditions Đời Nay à Hanoi la traduction d’une œuvre contemporaine, Martine de Jean-Jacques Bernard (1888-1972) publiée à Paris en 1922. Le théâtre romantique attire également l’attention des écrivains vietnamiens : Vũ Trọng Phụng traduit Lucrèce Borgia de Victor Hugo en 193635 et Nguyễn Giang traduit Hernani de Victor Hugo en 1939. Des pièces de Shakespeare – Le Songe d’une nuit d’été, Macbeth et Hamlet – sont traduites, toujours par Nguyễn Giang, fils de Nguyễn Văn Vĩnh, à partir des traductions françaises, respectivement en 1937 et 1938. Il ne s’agit pas ici de faire la liste des traductions du théâtre occidental en vietnamien, mais ces quelques titres montrent l’intérêt du milieu intellectuel et littéraire vietnamien à son égard. L’étude des associations contribue d’ailleurs à une meilleure compréhension de l’introduction du théâtre occidental au Vietnam. Par exemple, les Bulletins de la SEM du Tonkin, mis en ligne récemment par la BnF, permettent de constater qu’Iphigénie de Racine et Prométhée enchaîné d’Eschyle sont traduits du français par Đỗ Thúc et publiés en version bilingue en 1922 et 1923, ce qui témoigne d’un effort important de mettre le répertoire classique à disposition des lecteurs francophones36. Bien que la traduction soit une activité intense, la mise en scène est moins aisée et toutes les pièces traduites ne sont pas créées sur scène37 : il est remarquable que des membres de l’association Uẩn Hoa retraduisent Le Malade imaginaire pour la rejouer sur scène en 194238.

  • 39 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 2902, « Fonctionnement de l’Association Générale des Étudiants de l’U (...)
  • 40 Trần Văn Khê, op. cit., p. 134. La pièce de Maxime Léry a été créée à Paris en 1910.
  • 41 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 2865-01, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au Théâtre m (...)

20On a vu précedément qu’en milieu associatif on joue aussi des pièces en français et plutôt des pièces courtes et de divertissement. Le Billet de loterie mis en scène par des membres de l’AGEI semble être une comédie assez connue39. Un mari sur mesure joué par Trần Văn Khê et ses camarades pour la fête au lycée à l’occasion du Nouvel An de 1940 pourrait être une comédie en un acte de Maxime Léry40. On purge bébé, célèbre vaudeville en un acte de Georges Feydeau, est mis en scène pour la soirée du 15 mars 1941 de l’Association pour la diffusion du quoc-ngu41. Dans ces soirées, il semble que de courtes scènes comiques, des saynètes ou des revuettes écrites pour l’occasion, sont prisées par le public, comme le sketch La Vie d’étudiant dans la soirée de l’AGEI en 1936.

21Si les Vietnamiens traduisent du français, certains auteurs vietnamiens écrivent directement en français. Vi Huyền Đắc publie en 1938 la pièce Éternels regrets pour lequel il a reçu le Grand Diplôme d’honneur de l’Académie des Jeux Floraux de Nice. Hoàng Xuân Nhị écrit en 1942 Thuy-Kiêou. Voix nouvelle sur un thème éternel de souffrance, adaptation du célèbre roman en vers Kiều de Nguyễn Du, auteur du xviiie siècle. Nguyễn Mạnh Tường fait paraître en 1943 Le Voyage et le sentiment, sorte de voyage initiatique sur le thème de la difficile rencontre entre l’Orient et l’Occident. Il s’agit là des pièces les plus connues, mais on peut supposer l’existence d’un théâtre joué en milieu associatif et écrit en français par des Vietnamiens.

22Quant au répertoire en vietnamien, à part les pièces qui ont marqué l’histoire du théâtre parlé, on joue également, et peut-être le plus souvent, des pièces écrites par des auteurs qui ne sont pas passés à la postérité. Rappelons que le théâtre parlé est une grande nouveauté pour les Vietnamiens qui, en somme, commencent seulement au début du xxe siècle à utiliser leur propre langue pour la création littéraire. Autant dire qu’à l’époque, la distinction entre un auteur professionnel et un amateur n’existe pas encore.

  • 42 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 3052, « Demande par Nguyen Luong de donner au Théâtre municipal la pi (...)

23Prenons comme exemple la pièce Ông giáo Bích (Le Professeur Bich) mise en scène en 1934. Dans les fonds de la Mairie de Hanoi, le dossier 3052 intitulé « Demande par Nguyen Luong de donner au Théâtre municipal la pièce Ông giáo Bích au profit des sinistrés de l’Annam et de l’Asile de Nuit » contient les courriers échangés entre les organisateurs et l’administration entre le 10 et le 29 janvier 1934, ainsi que le tapuscrit de 56 pages envoyé aux autorités pour obtenir le visa de la censure préalable à la représentation. Au nom des étudiants de l’Ecole supérieure de droit, Nguyễn Lương, président de leur association, sollicite l’autorisation de la mairie pour organiser le 3 mars 1934 « une soirée de bienfaisance » incluant la pièce citée et « quelques intermèdes (chant, air cochinchinois, monologues, scène comique, etc.)42 ». L’auteur de la pièce, Vũ Đình Hòe, futur directeur de l’importante revue Thanh Nghị dans les années 1941-1945 et ministre de la justice de 1946 à 1959, était à l’époque étudiant. Sa pièce raconte l’histoire d’un couple dont la femme prénommée Bích, enseignante imprégnée de culture occidentale, n’est pas comblée par sa vie conjugale avec un mari pourtant amoureux et attentionné, mais moins cultivé et qui a des goûts à l’ancienne. Le décor de la première scène, un studio à Hanoi où les amis de Bích ont l’habitude de se retrouver, donne une idée du cadre de vie idéal de cette jeunesse francophone et francophile :

Un salon [en français dans l’original] qui sert également de pièce de travail. Décoration sobre. Un divan, quelques fauteuils. Beaucoup de fleurs et de coussins, des livres et des cahiers posés pêle-mêle sur une étagère à côté du piano. Sur le mur sont accrochées quelques raquettes et trois ou quatre peintures à l’huile.

  • 43 Vũ Đình Hoè. Hồi ký Thanh Nghị (Revue Thanh Nghị, mémoires). Hanoi : Van Hoc, 2000 (2e édition revu (...)

Cette pièce a été jouée, sans doute le 3 mars 1934, mais n’a pas marqué l’histoire théâtrale. Son auteur lui consacre un court passage dans ses mémoires pour rapporter l’avis négatif de Thế Lữ, poète connu et metteur en scène, et déclare : « Ce manuscrit est égaré. Quelle chance ! car s’il est encore là, elle m’aurait fait honte à me cacher sous terre ! »43. Il nous semble que, comparé à d’autres pièces contemporaines, son auteur est trop sévère envers sa création, mais l’existence de cette pièce et de cette mise en scène a surtout le mérite de donner des renseignements sur le théâtre tel qu’il est pratiqué à l’époque.

  • 44 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 2865-01, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au Théâtre m (...)
  • 45 En l’absence de signes diacritiques, on pourrait supposer que ces titres signifient « Conformément (...)

24Une autre pièce est conservée dans les archives : Tấm vé sổ số (Le Billet de loto), comédie en un acte de Trương Đình Thi44 représentée lors de la soirée organisée par l’Association pour la diffusion du quoc-ngu le 11 mai 1941, qui comprend également deux autres pièces courtes en vietnamien, Dung luat et Dien45. Cette pièce jouée pour le public d’un milieu sans doute beaucoup moins occidentalisé que le cas précédent semble reproduire un intérieur qui lui est familier : « Dans la pièce de réception, on voit également un bureau. Le décor est mi-ancien, mi-moderne […] ».

25Pour la soirée de l’AGEI le 21 mars 1936 déjà signalée, on joue une pièce en vers Huyền Trân công chúa, écrite par Hoàng Cơ Thụy, dont le texte intégral se trouve dans le dossier de demande d’autorisation. Il s’agit d’un drame tiré de l’histoire du Vietnam dont le contenu, selon la police, ne représente pas d’inconvénient. Le bureau des traductions donne l’analyse suivante :

  • 46 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 2902, « Fonctionnement de l’Association Générale des Étudiants de l’U (...)

Cette pièce écrite sous forme de vers libres, évoque un évènement qui s’est produit à la Cour d’Annam, sous la dynastie des Trân. La princesse Huyen Tran aimait un jeune et grand mandarin, Hoang Van Long qui, en retour, avait juré de l’épouser. Malheureusement, le roi Tran Nhan Ton avait promis la main de sa fille à Che Man, le roi du Champa. Celui-ci aurait donné les deux territoires de O et Ly en échange. Hoang Van Long et la princesse tentèrent en vain de détourner le roi de ses intentions. Il s’obstine à garder la parole qu’il avait engagée au roi des Chams. Hoang Van Long désespéré, se suicida et la princesse Huyen Tran, déchirée par la douleur, assista à sa mort avant de rejoindre Che Man dans son royaume46.

  • 47 Voir dans le même volume la contribution de Phạm Xuân Thạch.

Il semble que nous avons là une des premières pièces en vers portant sur un sujet tiré de l’histoire du Vietnam. À première vue, cette histoire d’amour, d’ailleurs parmi les plus connues, n’a rien de subversif. On pourrait cependant se demander si elle ne véhicule pas d’autres idées en faisant référence à une période historique parmi les plus glorieuses du Vietnam – celle des Trần qui ont vaincu les armées mongoles et ont aggrandi le territoire national. Cet intérêt pour l’histoire du Vietnam se confirmera quelques années plus tard avec notamment des pièces publiées dans la revue Tri Tân (1941-1945)47, des pièces jouées en milieu lycéen et scout, ainsi que des recherches érudites. Dans les années 1940, le théâtre se verra investi d’un rôle social important, comme l’exprime ainsi le critique Lê Thanh :

  • 48 Lê Thanh. Kịch viết bằng thơ (Pièces de théâtre en vers). Tri Tân, 8 mars 1944, p. 4-5. L’idée que (...)

Aujourd’hui la littérature, y compris la poésie, doit être une arme pour faire revivre l’esprit de notre peuple. Je pense qu’il n’y a pas de moyen plus puissant pour éduquer les masses que la représentation des pièces dans lesquelles les beaux sentiments sont exprimés par des paroles éloquentes48.

En une vingtaine d’années, le théâtre parlé pratiqué en milieu associatif évolue du pur divertissement vers une fonction plus noble et, en parallèle, avec l’ambition de devenir une activité artistique professionnelle.

Lieux et conditions de représentation – un théâtre moderne qui s’affirme

  • 49 Dinh Xuan Nguyen, op. cit.

26Considérant l’introduction du théâtre occidental au Vietnam, il faut mentionner en amont le rôle pionnier du milieu catholique où « les heures de catéchisme ou d’enseignement doctrinal sont souvent organisées sous forme de théâtre. Pour la semaine sainte, c’est donc encore une suite de drames qui se déroulent49 ». L’école franco-indigène et l’école française permettent aux élèves de découvrir les auteurs français classiques et de se familiariser avec un nouveau mode d’expression. Quant aux associations, le théâtre parlé pratiqué s’accommode de lieux divers : le local associatif quand cela est possible, une salle de spectacle ou un cinéma loués à la journée, et bien entendu le Théâtre municipal, le lieu le plus prestigieux.

  • 50 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 2953, « Règlements sur les théâtres ». Une liste des salles de specta (...)

27Les dossiers de demandes d’autorisation d’organiser des représentations théâtrales par des associations fourmillent de détails sur les conditions de ces représentations. À Hanoi, les lieux de représentation du théâtre parlé sont peu nombreux. Le hall de l’AFIMA peut être utilisé par d’autres associations, ce qui est un cas exceptionnel pour une association, car les locaux hanoïens sont petits ou inadaptés. Les cinémas Trung Quốc et Quảng Lạc sont ainsi souvent demandés, comme les salles Majestic, Eden, Olympia et Modern, ainsi que le théâtre Porte d’Or à la rue des Voiles qui accueille même des pièces importantes50. Bien qu’il existe des théâtres qualifiés de « théâtre annamite » situés tous dans le quartier commerçant de la ville, il semble que les associations ne les sollicitent pas pour y organiser leurs soirées. Le Théâtre municipal, considéré comme le haut lieu de la culture française, est demandé chaque fois qu’une association souhaite donner de l’éclat à sa manifestation, ce qui lui permet également d’attirer plus de public et de réaliser plus de recettes.

  • 51 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 2865-01, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au Théâtre m (...)

28Une association, même en bénéficiant de la mise à disposition du Théâtre municipal, doit supporter de nombreux frais liés au fonctionnement du théâtre (électricité et téléphone par exemple), à la sécurité d’un rassemblement public (présence de pompiers et de policiers), ainsi qu’à la publicité indispensable pour assurer le succès de la soirée. La publicité diffusée dans l’espace public est en effet payante et les banderoles dans les rues semblent être le moyen le plus efficace pour attirer le public. L’Association pour la diffusion du quoc ngu a demandé ainsi, pour la soirée au Théâtre municipal du 6 février 1941, l’autorisation d’installer deux banderoles de publicité pour la pièce Sơn hà xã tắc (La Patrie) : « l’une en travers du boulevard Francis Garnier, à hauteur de la Pharmacie Vu-do-Thin, l’autre en travers de la Place Neyret, à hauteur de la Pharmacie Tin51. »

  • 52 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 2850, « Fonctionnement de l’Association Uẩn Hoa (1934-1944) ».

29Pour avoir une idée de la complexité de l’organisation d’une représentation théâtrale, le plan de communication de l’association Uẩn Hoa pour créer un événement en 1935 est instructif52. Son président, dans une lettre du 1er octobre 1935 adressée au maire, demande l’autorisation d’organiser « deux journées de bienfaisance » au Théâtre municipal « au profit de la Ligue antituberculeuse ». Le programme comprend notamment « un concert de musique local » et une « représentation de la pièce Cô Tân (Mlle Tân) en langue annamite », suivie d’un bal. Faisant état des difficultés financières imputées à la crise, l’association sollicite la gratuité de la mise à disposition, ce qui lui est refusé : il faut payer, et d’avance, le prix de la location, ainsi que toutes les taxes, les assurances et le prix de la publicité sur la voie publique, soit 4 piastres par banderole et par jour. Les frais sont donc importants, mais l’association semble être bien décidée. Un programme de communication étalé sur plusieurs jours avant la représentation de la pièce doit ainsi « piquer la curiosité et frappé [sic] l’attention du public par un simulacre de préparatifs solennels d’un grand mariage (mariage de Cô Tân) ». Il est prévu donc des annonces dans la presse, un défilé des « autos de Grand Luxe » qui doit parcourir les rues de la ville « à l’heure de la sortie du bureau ou de l’école, ou dans la journée d’un dimanche » avec chauffeur en uniforme, un concert gratuit dans un lieu public connu, deux expositions sur le thème du « Trousseau de la mariée » et celui des « Cadeaux de noces », ainsi que l’exposition itinérante dans plusieurs lieux en ville « d’une auto toute neuve enveloppée d’une banderole explicative avec inscription Cadeau de noce ». Cette campagne de publicité, probablement unique par son ampleur, prévoit également la participation de maisons de commerce (bijouterie, parfumerie, cordonnerie, etc.) pour faire une « opération de rabat [sic] » jusqu’au jour de la représentation. D’autres formes de publicité sont également mobilisées : voiture réclame avec un haut-parleur, hommes-sandwichs, distribution de prospectus, mais aussi cavaliers se promenant en ville. On ignore si la pièce a bien été représentée le 9 novembre, mais le dossier qui comprend plusieurs échanges de courriers, dont un rapport de police précisant les itinéraires des voitures participant à l’opération et une liste des acteurs, semble confirmer la tenue de cette soirée.

  • 53 Khái Hưng. Thoát ly (Partir). Hanoi : NXB Đời nay, 1938.

30Les moyens mis en œuvre par Uẩn Hoa pour assurer le succès de sa soirée théâtrale, autrement dit remplir la jauge de 870 places du Théâtre municipal, témoignent de l’importance d’une bonne communication présentant l’événement comme celui à ne pas manquer. L’écrivain Khái Hưng, lui-même auteur dramatique, décrit, au début de son roman Thoát ly (Partir) publié en 1938, les étudiants qui font un défilé coloré et bruyant pour faire la réclame de leur soirée de gala53. Pour vendre les billets, notamment pour le Théâtre municipal, qui sont chers pour le public vietnamien, il faut donc être offensif et inventif. Des dossiers font état de la difficulté de vendre suffisamment de billets pour couvrir les frais : on demande un report de l’autorisation (souvent accordé), voire l’annulation de l’autorisation. Il semble qu’à Hanoi, capitale du Tonkin et de l’Union Indochinoise, il n’est pas envisageable de programmer deux représentations successives pour le public vietnamien. Comparé à la saison théâtrale française destinée à la population européenne, le théâtre moderne reste, pour la population vietnamienne, un loisir difficilement accessible.

  • 54 Maurice Durand et Nguyen Tran Huan. Introduction à la littérature vietnamienne. Paris : Maisonneuve (...)
  • 55 La représentation a finalement eu lieu non pas le 6 mars, mais le 13 mars 1937. Cf. Văn Tâm. Đoàn P (...)
  • 56 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 3023, « Demandes d’autorisation d’organiser des soirées théâtrales da (...)
  • 57 Phạm Thế Ngũ. Việt Nam văn học sử giản ước tân biên (tập III – Văn học hiện đại 1862-1945) (Histoir (...)
  • 58 Văn Tâm, op. cit.

31Dans ces conditions, l’effort de certaines associations en faveur du théâtre parlé à l’occidentale est remarquable. La troupe Tinh Hoa (Élite) est fondée en 1937 par Đoàn Phú Tứ, auteur qui connaît rapidement le succès « avec ses pièces courtes mais pleines de lyrisme et d’optimisme54 » qui mettent en scène des personnages issus de la société moderne, urbaine et francophone. Sa lettre du 17 février 1937 adressée au maire pour demander l’autorisation d’organiser une représentation au Théâtre municipal le 6 mars 193755 fait part d’un projet de représentations régulières : sa troupe est « formée dans le but de donner au public hanoïen des représentations théâtrales, au moins une fois par mois, régulièrement pendant chaque saison théâtrale, et de relever le niveau de l’art dramatique annamite par le concours dévoué d’un groupe d’écrivains et d’artistes annamites56 ». Pour cette soirée, les pièces choisies sont de sa création : Ghen (Jalousie) en trois actes et Sau cuộc khiêu vũ (Après le bal) en un acte. La représentation de ces œuvres au Théâtre municipal, de l’avis général57, est un grand succès et marque une étape dans le développement du théâtre moderne au Vietnam. L’année suivante, Đoàn Phú Tứ demande encore l’utilisation du Théâtre municipal pour le 23 avril 1938 où il compte présenter quatre pièces en un acte : Những bức thư tình (Les Lettres d’amour), Con chim xanh (L’Oiseau bleu), Xuân tươi (Frais printemps), Gái không chồng (Les Filles célibataires). En 1944, par la lettre du 24 novembre, « l’administrateur gérant de la troupe dramatique d’amateurs Tinh Hoa » demande l’autorisation de jouer au théâtre Porte d’Or les 9 et 10 décembre une nouvelle pièce de Đoàn Phú Tứ, Ngã ba (Le Carrefour), qui explore un sujet existentiel plus grave58. Consacrée exclusivement à l’œuvre de son fondateur et auteur, la troupe Tinh Hoa occupe une place importante dans l’histoire du théâtre vietnamien à la fois pour la qualité de ses prestations auxquelles contribuent artistes et écrivains devenus acteurs, ainsi que pour son objectif de créer une troupe professionnelle.

32Un an plus tard, une autre troupe fait son apparition. Il s’agit de la troupe Thế Lữ dirigée par le célèbre poète qui a d’ailleurs collaboré avec Tinh Hoa. Par la lettre du 4 novembre 1938, Thế Lữ sollicite auprès du maire la mise à disposition du Théâtre municipal pour la représentation de Ông Ký Cóp (Le Secrétaire Cóp), comédie en trois actes de Vi Huyền Đắc, le 19 novembre dans la soirée et le 20 novembre dans la matinée. Il met en avant l’objectif artistique de la troupe :

  • 59 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 3022, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au Théâtre muni (...)

Travaillant avec un groupe de jeunes artistes, pour la rénovation du théâtre annamite, je vous serais reconnaissant de favoriser notre œuvre en nous permettant d’utiliser gratuitement le Théâtre municipal, ou en nous accordant une réduction sur les frais de location de la salle59.

L’administration, comme d’ordinaire, n’accepte pas la dispense des frais, mais accorde l’autorisation. En 1939, Thế Lữ redemande la mise à disposition (toujours payante) du Théâtre municipal pour la soirée du 16 décembre 1939 : la pièce mise en scène est Hoàng Mộng Điệp, du nom de l’héroine, comédie en cinq actes de son auteur attitré, Vi Huyền Đắc. Cette lettre fait état des représentations ultérieures en 1938 et au début de 1939 et demande une réduction des frais en faisant valoir que la troupe contribue à la vie culturelle, « travaillant avec un groupe d’artistes d’avant-garde pour la rénovation du théâtre annamite, et ayant gagné la satisfaction du public hanoien ». À cette demande, par la lettre du 29 novembre 1939 signée par Édouard Delsalle, la municipalité fait savoir son refus pour le motif que l’heure n’est pas au théâtre :

J’ai l’honneur de vous faire connaître que les circonstances ne se prêtent plus à l’organisation de manifestations semblables à celles que vous avez envisagées, tout au moins au théâtre municipal que je désire réserver à des œuvres de bienfaisance de caractère militaire.

Quelques années plus tard, alors que la guerre fait rage et que l’heure est à la propagande, ce sont les autorités coloniales qui prennent l’initiative de signer avec la troupe un contrat pour mettre en place une « saison théâtrale annamite ». Dans sa lettre du 4 septembre 1943, le Résident supérieur fait savoir au maire de Hanoi qu’un « contrat sera passé incessamment entre le Protectorat du Tonkin et M. Nguyen The Lu » et demande de mettre le Théâtre municipal à la disposition du Service local de l’I.P.P., service de la propagande au Tonkin. La troupe de Thế Lữ est ainsi officiellement reconnue et dispose du lieu le plus prestigieux de la ville et du Tonkin pour ses représentations.

33Le contrat a dû être signé courant septembre, car une lettre du 23 septembre 1943 de Thế Lữ, demandant le théâtre pour les 10, 30 et 31 octobre 1943, précise :

Ces dates n’ont pas été prévues dans notre calendrier théâtral accepté par vous, mais, dans le but de donner régulièrement au public de Hanoi des spectacles au goût sain et artistique, nous nous permettons de vous solliciter cette grâce en faveur de notre troupe.

La troupe est vraisemblablement très active, car une autre lettre du 21 octobre 1943 demande l’autorisation pour deux soirées, les 23 et 24 octobre 1943, au cinéma-théâtre Porte d’Or. Les certificats signés par le maire permettent de reconstituer la saison théâtrale 1943-1944, qui est une première dans l’histoire du théâtre vietnamien :

  • le samedi 2 octobre 1943 sont représentées trois pièces : Gái không chồng (Les Filles célibataires) ; Kinh Kha, du nom du héros ; et un acte de Tục lụy (Le monde d’ici-bas) avec des chants et des danses ;
  • le dimanche 3 octobre 1943 : les mêmes pièces ;
  • le samedi 9 octobre : Kim Tiền (L’Argent) ;
  • le dimanche 10 octobre : même pièce ;

puis une autre pièce, Lọ Vàng (Le Pot d’or), les 30 et 31 octobre 1943. Le 6 novembre, deux autres pièces sont jouées dont Đồng Bệnh (Même maladie), puis pour la soirée du 23 novembre dédiée aux victimes des bombardements de Haiphong, à laquelle sont présents des représentants de la Résidence supérieure, la troupe présente trois pièces (Le Pot d’or, Kinh Kha, un acte chanté et dansé de Tục lụy). Pour les 4 et 5 décembre 1943, la pièce présentée au public hanoïen s’intitule Khóc lên tiếng cười (Rire des pleurs). En 1944, les soirées des 12 et 13 février sont composées de cinq pièces courtes : deux tableaux tirés de la pièce Vân Muội de Vũ Hoàng Chương, Cậu Cả (Le Fils aîné) de Khái Hưng, Tai vạ bất kỳ (Un risque inattendu) et Cụ Diệu Từ (Le Vénérable Diệu Từ) de Đạm Quang, ainsi que Táo Quân (Les Dieux du foyer) de Đoàn Phú Tứ. Selon les documents d’archives, d’octobre 1943 jusqu’à fin mai 1944, la troupe assure ainsi tous les mois des représentations au Théâtre municipal, mais aussi au théâtre Porte d’Or, en renouvelant régulièrement son répertoire.

En un quart de siècle, de 1920 à 1945, des troupes théâtrales d’amateurs évoluent vers une pratique plus professionnelle, appréciée par le public et reconnue par les autorités coloniales. Les associations, en tant que forme de sociabilité d’importation occidentale, sont un milieu porteur de modernité, terrain favorable à l’introduction du théâtre parlé, genre littéraire et art de la scène d’origine européenne. Auteurs ou acteurs amateurs, les membres d’associations poursuivant des buts très divers contribuent ainsi au développement de ce nouveau théâtre. Souvent francophones et diplômés, ces intermédiaires bilingues maîtrisant les deux cultures vietnamienne et française apparaissent dans la société colonisée comme des modèles. Leur goût pour le théâtre, à travers des soirées dramatiques organisées le plus souvent comme des événements culturels d’envergure, se diffuse dans le milieu des élèves et des étudiants pour devenir un élément de la vie culturelle moderne vietnamienne. Une vingtaine d’années après les premières mises en scène, le théâtre parlé peut donc manifester son ambition de devenir un art à part entière.

15. Statut de l’association Uẩn Hoa créée en 1921 dont l’objectif est de pratiquer le théâtre moderne parlé.

15. Statut de l’association Uẩn Hoa créée en 1921 dont l’objectif est de pratiquer le théâtre moderne parlé.

16. Manuscrit de Ông giáo Bích (Le Professeur Bich) de Vũ Đình Hòe, pièce mise en scène en 1934.

16. Manuscrit de Ông giáo Bích (Le Professeur Bich) de Vũ Đình Hòe, pièce mise en scène en 1934.

17. Manuscrit de Huyền Trân công chúa (La Princesse Huyền Trân), pièce en vers de Hoàng Cơ Thụy mise en scène en 1936.

17. Manuscrit de Huyền Trân công chúa (La Princesse Huyền Trân), pièce en vers de Hoàng Cơ Thụy mise en scène en 1936.

18. Dossier du service de la Sûreté pour autoriser la représentation de Huyền Trân công chúa.

18. Dossier du service de la Sûreté pour autoriser la représentation de Huyền Trân công chúa.

19. Huyền Trân công chúa, photographie de spectacle (archives privées de Vũ Trọng Khánh).

19. Huyền Trân công chúa, photographie de spectacle (archives privées de Vũ Trọng Khánh).

20. Avis du service de la Sûreté autorisant la représentation en 1941 des pièces Luc Van Tien et Bat vo ngoai tinh (Le Constat d’adultère) par l’Association générale des étudiants indochinois.

20. Avis du service de la Sûreté autorisant la représentation en 1941 des pièces Luc Van Tien et Bat vo ngoai tinh (Le Constat d’adultère) par l’Association générale des étudiants indochinois.

21. Affiche pour la fête annuelle de l’Association générale des étudiants indochinois en 1942.

21. Affiche pour la fête annuelle de l’Association générale des étudiants indochinois en 1942.

22. Portrait de Đoàn Phú Tứ (1910-1989), auteur dramatique et directeur de la troupe Tinh Hoa (Elite).

22. Portrait de Đoàn Phú Tứ (1910-1989), auteur dramatique et directeur de la troupe Tinh Hoa (Elite).

23. Affiche des pièces Sau cuộc khiêu vũ (Après le bal) et Ghen (Jalousie) de Đoàn Phú Tứ dans la mise en scène de Thế Lữ : représentation du 13 mars 1937 au Théâtre municipal de Hanoi (archives privées de Lê Đình Quị).

23. Affiche des pièces Sau cuộc khiêu vũ (Après le bal) et Ghen (Jalousie) de Đoàn Phú Tứ dans la mise en scène de Thế Lữ : représentation du 13 mars 1937 au Théâtre municipal de Hanoi (archives privées de Lê Đình Quị).

24. Les comédiens de la pièce Ghen (Jalousie) de Đoàn Phú Tứ (archives privées de Vũ Đình Hòe).

24. Les comédiens de la pièce Ghen (Jalousie) de Đoàn Phú Tứ (archives privées de Vũ Đình Hòe).

25. Portrait de Thế Lữ (1907-1989), poète et directeur de la troupe Thế Lữ.

25. Portrait de Thế Lữ (1907-1989), poète et directeur de la troupe Thế Lữ.

26. Affiche de la pièce Ông Ký Cóp (Le Secrétaire Cóp) de Vi Huyền Đắc dans la mise en scène de Thế Lữ : représentation du 18 novembre 1939 au Théâtre municipal de Hanoi.

26. Affiche de la pièce Ông Ký Cóp (Le Secrétaire Cóp) de Vi Huyền Đắc dans la mise en scène de Thế Lữ : représentation du 18 novembre 1939 au Théâtre municipal de Hanoi.

27. Lettre de Thế Lữ, directeur de la troupe Thế Lữ, demandant l’autorisation de jouer cinq courtes pièces les 12 et 13 février 1944 au Théâtre municipal de Hanoi.

27. Lettre de Thế Lữ, directeur de la troupe Thế Lữ, demandant l’autorisation de jouer cinq courtes pièces les 12 et 13 février 1944 au Théâtre municipal de Hanoi.

28. Attestation délivrée par la Mairie de Hanoi : liste des représentations de la troupe Thế Lữ en mars et en mai 1944.

28. Attestation délivrée par la Mairie de Hanoi : liste des représentations de la troupe Thế Lữ en mars et en mai 1944.

Notes

1 Corinne Flicker. Théâtre à la tonkinoise. La politique théâtrale française en Indochine (1884-1930). Riveneuve Continents, no 12, 2010, p. 175-185. Numéro intitulé Vietnam, le destin du lotus dirigé par Alain Guillemin.

2 Corinne Flicker et Nguyen Phuong Ngoc. Le théâtre vietnamien. Une rencontre avec l’Occident dans la première moitié du xxe siècle. In : Ève Feuillebois-Pierunek (dir.). Théâtres traditionnels et modernes d’Orient. Bruxelles : Peter Lang, 2012, p. 121-139.

3 Cette recherche se situe dans le cadre général de mes travaux sur les intellectuels vietnamiens à l’époque coloniale. Cf. Nguyen Phuong Ngoc. À l’origine de l’anthropologie au Vietnam. Aix-en-Provence : PUP, 2012.

4 Nous remercions M. Đặng Tiến qui a attiré, lors du colloque, notre attention sur la diversité des termes : « associations », « troupe » ou « troupe théâtrale »

5 Archives nationales du Vietnam (AVN), Mairie de Hanoi, dossier 2698, « Listes des associations autorisées à fonctionner à Hanoi, 1933-1937 ».

6 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 3010, « Fontionnement de la Société d’exploitation des théâtres annamites Quảng Lạc ». On peut voir des photos de la ruelle Quảng Lạc sur http://www.36phophuong.vn/Rap-hat-Quang-Lac_c2_285_466_1153.html

7 Lettre de Trần Đan Tiếp du 13 décembre 1944. AVN, Mairie de Hanoi, dossier 2962, « Demandes d’autorisation de donner au Théâtre municipal de Hanoi des représentations formulées par le directeur de la troupe théâtrale Ban kịch Việt Nam ».

8 La traduction est due à Nguyễn Văn Vĩnh. La distribution des rôles précise que les actrices jouant les rôles d’Elise, Marianne, Frosine viennent du théâtre chanté Sán nhiên đài.

9 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 3075 : « Demande formulée par les élèves du Lycée du Protectorat en vue d’être autorisés à donner au Théâtre municipal de Hanoi deux représentations de la pièce intitulée Tiêu Sơn tráng sĩ au profit de la Caisse de secours aux pauvres (28.2.1945 – 9.3.1945) »

10 L’AFIMA, créée le 5 février 1919 par un arrêté du Résident supérieur du Tonkin, a pour projet de promouvoir la « collaboration franco-annamite ». Elle se présente comme une Académie vietnamienne et joue un rôle important dans l’histoire culturelle et littéraire du Vietnam. ANV, RST, dossier 8165, « A.S. demande de création de l’AFIMA (1919-1924) ».

11 ANV, Résidence supérieure du Tonkin, dossier 79274. Par la suite, le théâtre semble ne plus faire partie des activités de l’AFIMA, probablement en raison du rôle moral qu’elle s’était assignée. Cf. Pham Thi Ngoan. Introduction au Nam-Phong (1917-1934). Bulletin de la Société des études indochinoises, 1973, no 2-3.

12 Les statuts du 4 mai 1921 remplacés par ceux approuvés par l’AG du 8 février 1931 (brochure imprimée le 4 mars après visa des autorités). ANV, RST, dossier 79793, « Association Uẩn Hoa ».

13 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 2850, « Fonctionnement de l’Association Uẩn Hoa (1934-1944) ».

14 Idem.

15 Ibid.

16 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 3030, « Demandes d’autorisation d’organiser des soirées théâtrales dans le Théâtre municipal de Hanoi formulée par le Président de l’association Uẩn Hoa à cette localité ».

17 ANV, Résidence supérieure du Tonkin, dossier 79272, « Contrôle de diverses associations au Tonkin, 1939 ». Il s’agit de la note confidentielle du 10 février 1939 sur l’assemblée générale de l’association le 22 janvier 1939 de 15h à 18h à l’Oriental Hôtel, 38 rue du Coton. La note donne les noms des dirigeants et, pour certains d’entre eux, les métiers : on sait ainsi que le président Pham Ta est propriétaire d’une teinturerie au 23 rue Francis Garnier, le vice-président Le Van Thu travaille comme rédacteur aux journaux Dong Phap et Hanoi soir, et le secrétaire Doan Van Toan est commerçant.

18 Hội Trí Tri, Société de l’Enseignement Mutuel du Tonkin (SEM du Tonkin), fondée en 1892 par des premiers diplômés du Collège des interprètes de Hanoi, est déjà, dès le début du xxe siècle un lieu de rassemblement de l’élite intellectuelle vietnamienne francophone à laquelle se joignent également des personnalités de l’élite lettrée et du mandarinat. En tant qu’association la plus ancienne de ce type, elle sert de modèle aux autres sociétés d’enseignement mutuel qui existent dans les villes, mais aussi en milieu rural. Cf. Nguyen Phuong Ngoc. La Société d’Enseignement Mutuel du Tonkin (1892-1946) – une autre version de l’action moderniste. In : Gilles de Gantes et Nguyen Phuong Ngoc (dir.). Vietnam le moment moderniste. Aix-en-Provence : PUP, 2009, p. 223-237.

19 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 3013, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au profit des sinistrés du Sud-Annam par la Société Philarmonique Annamite de Hanoi (1934-45) ».

20 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 2865-1, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au Théâtre municipal de Hanoi formulée par Nguyen Van To, président de l’Association pour la diffusion du quoc-ngu ».

21 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 3015, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au Théâtre municipal de Hanoi au profit de l’œuvre de bienfaisance formulée par la Sté de Secours mutuels des Cochinchinois au Tonkin (1934-35) ».

22 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 5584-1, « Demande formulée par la Société « Jeunesse sportive de Hanoi » en vue d’être autorisé à donner au théâtre Quang Lac une représentation de la pièce intitulée Không oán kẻ thù (1944) ».

23 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 2978, « Troupe Kim Thoa ».

24 Dans cette liste no 29 nous trouvons Mme Robert et ses élèves danseuses qui participaient souvent à des représentations organisées par des associations.

25 Georges Condominas, futur anthropologue, faisait à l’époque ses études de droit à Hanoi. Cf. Georges Condominas. L’Exotique est quotidien. Paris : Plon, 1965.

26 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 3052, « Demande par Nguyen Luong de donner au Théâtre municipal la pièce Ông giáo Bích au profit des sinistrés de l’Annam et de l’Asile de Nuit ».

27 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 3022, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au Théâtre municipal de Hanoi formulée par Nguyen The Lu, directeur de la troupe The Lu à Hanoi (1938-1944) ».

28 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 2865-01, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au Théâtre municipal de Hanoi formulée par Nguyen Van To, président de l’Association pour la diffusion du quoc-ngu ».

29 Comme par exemple, la ligue Ánh Sáng qui organise une représentation de cirque (ANV, Mairie de Hanoi, dossier 2960).

30 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 2998, « Demandes formulées par Doan Ba Chinh, directeur de la troupe Nhat Tan ».

31 Dinh Xuan Nguyen. Apport français dans la littérature vietnamienne (1651-1945). Saigon : Imprimerie Xa-Hoi, 1961, p. 144.

32 Trần Văn Khê. Hồi ký (Mémoires). Ho Chi Minh-ville : NXB Trẻ, 2001, p. 134. Notre traduction.

33 Ibid., p. 135.

34 Ibid., p. 197-199.

35 Voir la contribution de Nguyễn Duy Bình dans ce volume.

36 Les traductions de Molière par Nguyễn Văn Vĩnh, d’ailleurs membre actif de la SEM du Tonkin, sont également publiées en version bilingue.

37 Voir dans ce volume les articles sur les traductions de Pierre Corneille et de Victor Hugo.

38 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 3030, « Demandes d’autorisation d’organiser des soirées théâtrales dans le Théâtre municipal de Hanoi formulée par le Président de l’association Uẩn Hoa à cette localité ».

39 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 2902, « Fonctionnement de l’Association Générale des Étudiants de l’Université Indochinoise (1941-1945) ».

40 Trần Văn Khê, op. cit., p. 134. La pièce de Maxime Léry a été créée à Paris en 1910.

41 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 2865-01, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au Théâtre municipal de Hanoi formulée par Nguyen Van To, président de l’Association pour la diffusion du quoc-ngu ». Le programme de la soirée inclut des danses, des chants et des morceaux de musique.

42 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 3052, « Demande par Nguyen Luong de donner au Théâtre municipal la pièce Ông giáo Bích au profit des sinistrés de l’Annam et de l’Asile de Nuit ».

43 Vũ Đình Hoè. Hồi ký Thanh Nghị (Revue Thanh Nghị, mémoires). Hanoi : Van Hoc, 2000 (2e édition revue et complétée), p. 645.

44 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 2865-01, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au Théâtre municipal de Hanoi formulée par Nguyen Van To, président de l’Association pour la diffusion du quoc-ngu ». Ce n’est pas la même pièce signalée plus haut qui est en français.

45 En l’absence de signes diacritiques, on pourrait supposer que ces titres signifient « Conformément à la loi » et « Folie ».

46 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 2902, « Fonctionnement de l’Association Générale des Étudiants de l’Université Indochinoise (1941-1945) ».

47 Voir dans le même volume la contribution de Phạm Xuân Thạch.

48 Lê Thanh. Kịch viết bằng thơ (Pièces de théâtre en vers). Tri Tân, 8 mars 1944, p. 4-5. L’idée que le théâtre peut être une arme est d’ailleurs mise en pratique dans d’autres circonstances, y compris dans les prisons coloniales, cf. Phan Trọng Thưởng. Những vấn đề lịch sử văn học kịch Việt Nam (nửa đầu thế kỷ XX) (Questions d’histoire théâtrale dans la première moitié du xxe siècle). Hanoi : NXB Khoa học xã hội, 1996.

49 Dinh Xuan Nguyen, op. cit.

50 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 2953, « Règlements sur les théâtres ». Une liste des salles de spectacle à Hanoi recensées en 1942 est donnée avec leurs adresses. Ces salles, qui sont aussi des cinémas, sont parfois qualifiées de ciné-théâtre dans les courriers administratifs.

51 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 2865-01, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au Théâtre municipal de Hanoi formulée par Nguyen Van To, président de l’Association pour la diffusion du quoc-ngu ».

52 ANV, Mairie de Hanoi, dossier 2850, « Fonctionnement de l’Association Uẩn Hoa (1934-1944) ».

53 Khái Hưng. Thoát ly (Partir). Hanoi : NXB Đời nay, 1938.

54 Maurice Durand et Nguyen Tran Huan. Introduction à la littérature vietnamienne. Paris : Maisonneuve et Larose, 1969, p. 125.

55 La représentation a finalement eu lieu non pas le 6 mars, mais le 13 mars 1937. Cf. Văn Tâm. Đoàn Phú Tứ, con người và tác phẩm (Đoàn Phú Tứ - vie et œuvre). Ho Chi Minh-ville : NXB Văn Nghệ, 2001. Voir également l’affiche pour cette représentation (illustration no 23).

56 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 3023, « Demandes d’autorisation d’organiser des soirées théâtrales dans le Théâtre municipal formulées par Doan Phu Tu, directeur de la troupe Tinh Hoa (1937-1938) ».

57 Phạm Thế Ngũ. Việt Nam văn học sử giản ước tân biên (tập III – Văn học hiện đại 1862-1945) (Histoire de la littérature vietnamienne, vol. 3, 1862-1945). Saigon : NXB Đại Nam, 1965. Phan Kế Hòanh et Huỳnh Lý. Bước đầu tìm hiểu lịch sử kịch nói Việt Nam (Introduction à l’histoire du théâtre parlé vietnamien). Hanoi : NXB Văn Hóa, 1978.

58 Văn Tâm, op. cit.

59 AVN, Mairie de Hanoi, dossier 3022, « Demande d’organisation des soirées théâtrales au Théâtre municipal de Hanoi formulée par Nguyen The Lu, directeur de la troupe The Lu à Hanoi (1938-1944) ».

Table des illustrations

Titre 15. Statut de l’association Uẩn Hoa créée en 1921 dont l’objectif est de pratiquer le théâtre moderne parlé.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9243/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre 16. Manuscrit de Ông giáo Bích (Le Professeur Bich) de Vũ Đình Hòe, pièce mise en scène en 1934.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9243/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre 17. Manuscrit de Huyền Trân công chúa (La Princesse Huyền Trân), pièce en vers de Hoàng Cơ Thụy mise en scène en 1936.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9243/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 18. Dossier du service de la Sûreté pour autoriser la représentation de Huyền Trân công chúa.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9243/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre 19. Huyền Trân công chúa, photographie de spectacle (archives privées de Vũ Trọng Khánh).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9243/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre 20. Avis du service de la Sûreté autorisant la représentation en 1941 des pièces Luc Van Tien et Bat vo ngoai tinh (Le Constat d’adultère) par l’Association générale des étudiants indochinois.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9243/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre 21. Affiche pour la fête annuelle de l’Association générale des étudiants indochinois en 1942.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9243/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 22. Portrait de Đoàn Phú Tứ (1910-1989), auteur dramatique et directeur de la troupe Tinh Hoa (Elite).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9243/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 23. Affiche des pièces Sau cuộc khiêu vũ (Après le bal) et Ghen (Jalousie) de Đoàn Phú Tứ dans la mise en scène de Thế Lữ : représentation du 13 mars 1937 au Théâtre municipal de Hanoi (archives privées de Lê Đình Quị).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9243/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 24. Les comédiens de la pièce Ghen (Jalousie) de Đoàn Phú Tứ (archives privées de Vũ Đình Hòe).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9243/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 25. Portrait de Thế Lữ (1907-1989), poète et directeur de la troupe Thế Lữ.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9243/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre 26. Affiche de la pièce Ông Ký Cóp (Le Secrétaire Cóp) de Vi Huyền Đắc dans la mise en scène de Thế Lữ : représentation du 18 novembre 1939 au Théâtre municipal de Hanoi.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9243/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre 27. Lettre de Thế Lữ, directeur de la troupe Thế Lữ, demandant l’autorisation de jouer cinq courtes pièces les 12 et 13 février 1944 au Théâtre municipal de Hanoi.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9243/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre 28. Attestation délivrée par la Mairie de Hanoi : liste des représentations de la troupe Thế Lữ en mars et en mai 1944.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9243/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Auteur

Aix-Marseille Université, CNRS, IrAsia UMR 7306
Est maître de conférences en langue et civilisation vietnamiennes au Département d’études asiatiques à Aix-Marseille Université, membre de l’Institut de recherches Asiatiques (UMR 7306, AMU-CNRS). Elle travaille sur les intellectuels vietnamiens et sur l’introduction des idées scientifiques et artistiques au Vietnam à l’époque de la colonisation française. Elle s’intéresse notamment à l’émergence et au développement de la littérature vietnamienne moderne en écriture romanisée. Principales publications : À l’origine de l’anthropologie au Vietnam. Aix-en-Provence : PUP, 2012 ; co-direction avec Gilles de Gantès, Vietnam le moment moderniste. Aix-en-Provence : PUP, 2009 ; édition en collaboration avec Philippe Le Failler de la revue Thanh Nghị (Opinion éclairée, Hanoi 1941-1945) sous forme de CD-Rom et d’index analytique. Hanoi : Ecole française d’Extrême-Orient, 2009 ; « Paul Mus et les “annamitisants” vietnamiens de l’École française d’Extrême-Orient », in Chandler David et Goscha Christopher E. (dir.). L’Espace d’un regard : Paul Mus et l’Asie (1902- 1969). Paris : Les Indes savantes, 2006, p. 151-171.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search