Version classiqueVersion mobile

Théâtres français et vietnamien

 | 
Corinne Flicker
, 
Nguyen Phuong Ngoc

Traductions et adaptations des pièces françaises en vietnamien

« Volez les armes théâtrales des ennemis pour les combattre ! »

Lecture croisée de Servir d’Henri Lavedan et de son adaptation par Vũ Đình Long

Tự Lập Ngô

Texte intégral

La naissance du théâtre moderne vietnamien dans le tableau général de la modernisation culturelle du Vietnam au début du xxe siècle

1Le théâtre vietnamien moderne et la littérature moderne du Vietnam en général résultent de la symbiose entre la culture vietnamienne et celle de l’Occident, notamment celle de la France. Les influences françaises sur la naissance de la littérature moderne du Vietnam s’exercent non seulement indirectement à travers la modernisation de la vie culturelle du pays, mais aussi directement sur le choix des thèmes, le développement des techniques et la formation des genres nouveaux à l’occidentale.

Les influences françaises sur la modernisation du Vietnam

  • 1 Le nôm est un système d’écriture démotique inventé par les Vietnamiens pour écrire leur langue. Le (...)

2La modernisation de la culture vietnamienne est presque inimaginable sans le quốc ngữ, auquel les Français, notamment le jésuite Alexandre de Rhodes, ont largement contribué tant dans sa formation que dans son développement, même si ce sont les jésuites portugais, tels que Francisco de Pina et Gaspar do Amaral, qui en sont les pionniers. Le quốc ngữ a été créé par les missionnaires européens, d’abord essentiellement pour la propagation du catholicisme. Jusqu’à la fin du xixe siècle, les lettrés confucéens vietnamiens y sont hostiles, le considérant comme un instrument culturel aux mains des ennemis. Mais les avantages du quốc ngữ par rapport au nôm1 sont tellement évidents qu’il se substitue peu à peu à ce dernier, devenant un instrument commode pour la diffusion des idées nouvelles – culturelles, politiques ou scientifiques – importées de l’Occident.

  • 2 Alain Guillemin. Alexandre de Rhodes a-t-il inventé le quôc ngu ? Internationalisation Studies, VNU (...)

3Les premiers écrivains qui recourent au quốc ngữ, tels que Trương Vĩnh Ký (1837-1898) et Huỳnh Tịnh Của (1834-1907), jouent un grand rôle dans son perfectionnement. Dans les années 1910, la vulgarisation du quốc ngữ progresse de façon spectaculaire grâce aux efforts des intellectuels érudits, tels que Nguyễn Văn Vĩnh (1882-1936), journaliste et traducteur de Molière, La Fontaine et Victor Hugo, Phan Kế Bính (1857-1921), traducteur de littérature chinoise, et Phạm Quỳnh (1892-1945), essayiste, traducteur et critique socioculturel. Plus encore, au début du xxe siècle, le quốc ngữ devient aussi pour les patriotes vietnamiens un outil de lutte pour l’indépendance nationale. En 1907, Phan Châu Trinh et un groupe de lettrés ouvrent à Hanoi Đông Kinh Nghĩa Thục (l’École de la Juste Cause) qui enseigne gratuitement le quốc ngữ et diffuse auprès des masses la Nouvelle pensée des auteurs occidentaux - dont les géants français Descartes, Montesquieu, Voltaire et Rousseau – grâce aux traductions chinoises. C’est à cette époque que le nouveau système d’écriture est baptisé « quốc ngữ » (langue nationale). Le quốc ngữ est donc, comme le note à juste titre Alain Guillemin, « devenu le véhicule de la modernisation et de l’identité nationale2 ».

  • 3 Vũ Minh Giang (dir.). Một thế kỷ phát triển và trưởng thành (Un siècle de développement). Hanoi : É (...)

4La domination française a également changé radicalement le système éducatif du Vietnam. En 1919, sous le roi Khải Định, les concours mandarinaux sont supprimés, mettant fin également à la littérature écrite en chinois. Afin de produire des fonctionnaires pour l’administration coloniale, les Français imposent un système éducatif de style occidental. Le français devient non seulement la langue administrative mais aussi celle de l’éducation – le vietnamien n’est enseigné que dans les écoles primaires. En 1906, les Français fondent l’université indochinoise. C’est la seule institution d’enseignement supérieur dans l’Indochine française d’avant 19453.

5Vers les années 1920 se forme une nouvelle intelligentsia, composée de lettrés confucéens inspirés par l’esprit moderniste, de jeunes intellectuels revenus au pays après avoir étudié en France et de ceux formés dans les écoles occidentales. Cette nouvelle intelligentsia peut non seulement acquérir la connaissance des idées et technologies françaises, mais aussi percevoir la beauté de la littérature française par la lecture directe.

6L’adoption du quốc ngữ par les Vietnamiens, le mouvement d’alphabétisation de masse, la promotion de l’esprit moderniste et la formation de la nouvelle intelligentsia francophone et francophile sont les conditions préalables à la naissance et au développement d’une nouvelle littérature.

Les influences françaises sur la naissance de la nouvelle littérature

7La modernisation de la littérature, tout comme celle d’autres formes d’art au Vietnam, peut être décrite par le schéma simplifié : traduction – imitation – création.

8Le lieu de naissance de la littérature moderne vietnamienne est la Cochinchine, première partie du pays tombée sous la domination française. Annexée par la France en tant que colonie, la Cochinchine est aussi la partie du Vietnam où la présence française est la plus forte. C’est en Cochinchine qu’est né le premier journal en quốc ngữ, Gia Định báo (1865). Selon Nguyễn Văn Trung, le premier récit littéraire écrit à la manière occidentale est une nouvelle de Nguyễn Trọng Quản, Truyện thầy Lazaro Phiền (L’Histoire du curé Lazaro Phiền), parue à Saigon en 1887. Ce petit roman nous étonne par ses techniques modernes. Toutefois, Truyện thầy Lazaro Phiền est un phénomène isolé qui n’a guère de répercussions dans la vie littéraire et qui pour des raisons différentes est resté longtemps ignoré et oublié.

9La première décennie du xxe siècle voit la parution d’autres textes plus ou moins influencés par la littérature occidentale, parmi lesquels on peut citer Sống chết mặc bay (Vous pouvez tous crever, 1918) de Phạm Duy Tốn (1883-1924), Quả dưa đỏ (La Pastèque, 1925) de Nguyễn Trọng Thuật (1883-1940), et les romans de Hồ Biểu Chánh (1884-1958).

  • 4 Cay đắng mùi đời (Saigon, 1923), Tình mộng (Saigon, 1923), Chúa tàu Kim Qui (Saigon, 1923), Một chữ (...)
  • 5 Hồ Biểu Chánh, Đời của tôi về văn nghệ (Ma vie artistique), cité par Nguyễn Văn Trung, http://hobi (...)

10Le cas de Hồ Biểu Chánh est très représentatif. Formé pour être interprète et mandarin, Hồ Biểu Chánh commence son métier d’écrivain en tant que traducteur avant d’adapter des œuvres étrangères et puis d’écrire ses propres œuvres. Parmi les dix-sept romans de Hồ Biểu Chánh datant des années 19204, onze – soit plus de la moitié – sont des adaptations d’œuvres françaises - de Victor Hugo, Alexandre Dumas, Pierre Decourcelle, Marcel Pagnol et Hector Malot5. Son roman Ngọn cỏ gió đùa (1926), par exemple, est l’adaptation vietnamienne du roman Les Misérables de Victor Hugo, déjà traduit et publié au Vietnam par Nguyễn Văn Vĩnh quelques années auparavant. Dans ce roman, Hồ Biểu Chánh suit de près l’intrigue du roman d’Hugo, mais la place dans le contexte social du Vietnam du xixe siècle. Jean Valjean y est métamorphosé en Lê Văn Đó, paysan pauvre qui, pour sauver la vie des enfants affamés, essaie de voler un pot de bouillon aux cochons. Comme Jean Valjean, Lê Văn Đó est arrêté et passe vingt ans en prison. D’autres personnages principaux, tels que Myriel, Fantine, Cosette, Javert, ont aussi leur double vietnamien.

11L’année 1925 est marquée par le succès éclatant du roman Tố Tâm de Hoàng Ngọc Phách (1896-1973), événement tournant dans l’histoire de la littérature vietnamienne. Étant donné que la littérature traditionnelle privilégie la poésie, ce succès constitue aussi le début de l’épanouissement des genres narratifs, devenus dès lors le composant principal de la nouvelle littérature.

La naissance du théâtre parlé

  • 6 Ngô Tự Lập. Vũ Đình Long, nhà viết kịch tiên phong (Vũ Đình Long, l’auteur pionnier du théâtre parl (...)

12Les années 1920 voient aussi la naissance du théâtre moderne vietnamien, dont un des pères est Vũ Đình Long (1896-1960), auteur de Chén thuốc độc (La Tasse de poison), première pièce de kịch nói (théâtre parlé), représentée au Théâtre municipal de Hanoi le 22 octobre 1926.

  • 7 Le théâtre traditionnel vietnamien ne recourt pas à la scène mais au tréteau « de trois mètres sur (...)
  • 8 Par l’auteur Ung Binh, par exemple. Cité par : Hoàng Chương. Le théâtre français et le théâtre viet (...)

13Avant le contact avec l’Occident, le Vietnam ne connaissait que l’opéra, le chèo (opéra populaire) et le tuồng (opéra classique) en étaient les deux genres les plus courants. Au début du xxe siècle, un genre nouveau d’opéra, le cải lương (opéra réformé) voit le jour sur la base de nhạc tài tử (musique des amateurs) au Sud. Traditionnellement, toutes les formes d’opéra au Vietnam sont jouées à ciel ouvert. En 1910, une troupe d’artistes de cải lương, de retour au Vietnam après une tournée en France, décide de présenter ses spectacles sur scène7. Ils commencent également à recourir à des innovations importantes, telles que des rideaux, des décors. Certaines pièces de cải lương sont des adaptations de pièces françaises, par exemple du Cid8.

14Au Nord, il existe aussi des tentatives de renouveler le théâtre traditionnel, dont les résultats sont le tuồng xuân nữ et le chèo văn minh. Toutefois, ces réformes sont insuffisantes pour répondre aux exigences des intellectuels occidentalisés et de la nouvelle bourgeoisie.

15Le schéma traduction – imitation – création que nous avons évoqué plus haut peut être appliqué parfaitement ici. La formation du théâtre moderne commence avec la traduction en vietnamien de nombreuses pièces classiques françaises, telles que Le Malade imaginaire, Le Bourgeois gentilhomme, L’Avare de Molière, Turcaret de Lesage, par NguyễnVănVĩnh, et des pièces de Corneille, par Phạm Quỳnh. En 1911 s’achève la construction du Théâtre municipal de Hanoi, qui suit celle du Théâtre municipal de Saigon (1900) et qui marque un changement important dans les activités théâtrales du pays.

16La première pièce de théâtre parlé jouée par les Vietnamiens en vietnamien, dont la représentation est organisée par l’association Khai trí tiến đức, le 25 avril 1920, est une pièce française, Le Malade imaginaire (Người bệnh tưởng) de Molière, traduite par Nguyễn Văn Vĩnh. Le succès considérable de cette première représentation encourage les artistes occidentalisés, comme Hồ Trọng Hiếu, Tô Giang, Vũ Đình Long, Trần Tuấn Khải, etc., à créer un nouveau genre théâtral. Il faut tout d’abord écrire des pièces proprement vietnamiennes. Après quelques tentatives simplistes, comme Ai giết người (Qui est l’assassin, 1920) par Tô Giang ou Già kén kẹn hom (Qui choisit a pis, 1920), vient Chén thuốc độc (La Tasse de poison) de Vũ Đình Long, présentée au Théâtre municipal de Hanoi le 22 octobre 1921. C’est un événement exceptionnel car c’est la première fois qu’une pièce écrite par un Vietnamien est jouée dans un Nhà hát Tây (littéralement : « théâtre occidental », ou « théâtre français »).

17Outre Chén thuốc độc, Vũ Đình Long est aussi l’auteur d’une vingtaine d’autres pièces, dont plusieurs sont des adaptations d’œuvres françaises : Thờ nước (adaptation de Servir d’Henri Lavedan, 1947), Công tôn nữ Ngọc Dung (adaptation de L’Aventurière d’Émile Augier, 1947), Tổ quốc trên hết (adaptation d’Horace de Corneille, 1949), Gia tài (adaptation du Légataire universel de Regnard, 1958), etc.

Servir d’Henri Lavedan et Thờ nước de Vũ Đình Long (1896-1960)

Pourquoi Servir ?

  • 9 Henri Lavedan. Servir. Paris : Albin Michel, 1933. Pièce créée en 1913 à Paris au Théâtre Sarah Ber (...)

18Bien que Lavedan (1859-1940) soit un auteur célèbre, à la fois journaliste, auteur dramatique et académicien depuis 1898, Servir9, pièce en deux actes, n’est pas une de ses meilleures pièces. Pourquoi Vũ Đình Long a-t-il donc choisi cette pièce pour entreprendre son travail d’adaptation ? La réponse est, peut-être, dans le contexte historique – le début de la Guerre de la Résistance, ou Première Guerre d’Indochine. Il faut rappeler qu’après plusieurs négociations sans succès entre le gouvernement de Hồ Chí Minh et le gouvernement de la France pendant deux ans (1945-1946), la guerre devient inévitable. Le 19 décembre 1946, Hồ Chí Minh, en tant que Président de la République Démocratique du Vietnam, prononce un Appel à la Résistance Nationale avec ces mots brûlants :

  • 10 Ho Chi Minh. Écrits (1920-1969). Hanoi : Éditions en Langues Étrangères, 1971, p. 66-67.

Compatriotes dans tout le pays,
Par amour de la paix, nous avons fait des concessions. Mais plus nous en faisons, plus les colonialistes français en profitent pour empiéter sur nos droits. Leur intention évidente est de reconquérir à tout prix notre pays.
Non ! Plutôt tout sacrifier que perdre notre pays, que retomber dans l’esclavage !
Compatriotes ! Debout !10

Le même jour, la guerre antifrançaise commence avec le mot d’ordre : « La patrie avant tout » (Tổ quốc trên hết).

  • 11 Mot d’ordre chez les partisans de la résistance armée.

Quelques mois plus tard, en 1947, Vũ Đình Long adapte Servir, tandis qu’il est évacué à Mục Xá. L’année 1947 est un moment très difficile pour Hồ Chí Minh et le peuple vietnamien : la Chine et l’Union Soviétique ne reconnaitront son gouvernement qu’en 1950 (les communistes chinois l’emportent sur les nationalistes en 1949) et les États-Unis ne répondent pas à ses télégrammes. Hồ Chí Minh et son armée – une armée misérablement équipée – sont forcés de reculer dans la jungle pour lutter contre l’armée puissante et moderne de la France. Une tactique, ou plus précisément une voie, pour cette armée de s’équiper d’armements modernes est de « voler les armes des ennemis pour les combattre11 ». Cette tactique n’est pas une invention de Hồ Chí Minh. Elle est déjà utilisée par les artistes dans le domaine de la culture dès le début de la présence des colonialistes : en adaptant et vietnamisant des œuvres françaises, les Vietnamiens les utilisent pour lutter contre les Français. En musique, par exemple, au début du xxe siècle, les Vietnamiens inventent des paroles vietnamiennes pour les chansons françaises et les utilisent pour éduquer les enfants et forger l’esprit patriotique du peuple. Les influences de La Marseillaise sont évidentes même dans l’hymne national de la République Démocratique du Vietnam (maintenant République Socialiste du Vietnam). Même la naissance du cải lương est liée plus ou moins au patriotisme. Vương Hồng Sển écrit :

  • 12 Vương Hồng Sển. Hồi ký 50 năm mê hát - năm mươi năm cải lương (Mémoires des cinquante ans de ma pas (...)

D’après les documents à ma disposition et ce que disent les gens plus âgés, et si je ne me trompe pas, le cải-lương est le fruit du hasard et du patriotisme. C’est le patriotisme d’un peuple qui a perdu sa patrie et qui cherche un moyen pour que l’esprit national puisse survivre. Les gens du sud ont un caractère pragmatique, quand ils voient que la violence ne conduit qu’à la prison, ils n’usent plus de la violence. Ils cachent leur esprit patriotique sous une apparence de frivolité… À l’époque, les indicateurs sont partout, prêts à montrer leur dévouement aux Français… Les gens lettrés sont en majorité emprisonnés, ceux qui restent, s’ils ont des moyens, font semblant, de se livrer à une vie de jeux et de débauches... Les chants et les jeux ne pouvant pas les satisfaire longtemps, ils trouvent un but à leur vie. Les musiciens et les chanteurs, voyant que leur métier est maintenant non seulement moins méprisé, mais encore respecté, se réunissent souvent chez des familles aisées, ou dans des lieux publics, tels le salon de coiffure, les restaurants, ou les bijouteries, pour pratiquer leur art. Ils appellent cette musique « nhạc thính phòng », pour traduire l’expression française « musique de chambre », mais en réalité il n’y a pas chez les Vietnamiens de chambre dédiée à la musique12.

C’est de la même façon et dans le même but que Vũ Đình Long adapte et vietnamise plusieurs œuvres françaises, dont Servir d’Henri Lavedan : le thème du patriotisme de la pièce de Lavedan correspond parfaitement au but de Vũ Đình Long. Servir est donc transformé en Thờ nước : littéralement, « le culte de la patrie ». C’est dans la même veine du patriotisme que Vũ Đình Long adapte Horace de Corneille sous le titre Tổ Quốc trên hết (La Patrie avant tout).

Une adaptation aux modifications minimales

19Dans la tradition poétique de l’Extrême-Orient, il existe une technique spéciale nommée họa thơ (association d’un poème), dont l’essentiel consiste à créer un nouveau poème, avec une signification nouvelle, en conservant les rimes et le plus possible les mots d’un poème donné. Un exemple de cette technique est le poème que Nguyễn Thị Lộ a fait pour « s’associer » au poème de Nguyễn Trãi (les mots conservés sont soulignés) :

  • 13 Notre traduction.

Poème de Nguyễn Trãi :
nơi nào, bán chiếu gon ?
Chẳng hay chiếu bán hết hay còn ?
Xuân xanh nay độ bao nhiêu tuổi ?
Đã có chồng chưa, được mấy con ?
Où habitez-vous qui vendez des nattes de jonc ?
Pourriez-vous dire si vous en avez
encore ou plus ?
Et l’âge de vos verts printemps ?
Et si vous êtes déjà mariée et si vous avez des enfants ?13

Poème de Nguyễn Thị Lộ :
Thiếp Tây Hồ bán chiếu gon,
Cớ chi ông hỏi hết hay còn ?
Xuân xanh vừa độ trăng tròn lẻ
Chồng còn chưa có, có chi con !
J’habite à Tây Hồ et je vends des nattes de jonc,
Pour quelle raison demandez-vous si
j’en ai encore ou plus ?
Mes verts printemps ont dépassé le
nombre de la lune pleine,
Je ne suis pas encore mariée, comment pourrais-je avoir des enfants !

En vietnamisant Servir, Vũ Đình Long utilise la même technique. Son adaptation est presque une traduction fidèle de la pièce de Lavedan : il suit de près l’intrigue de la pièce de Lavedan, ne changeant que le contexte historique (le temps), les noms propres (des personnages et des lieux) et quelques détails dans les décors. Toutefois, le message contenu dans l’adaptation est totalement différent.

Lieu et contexte : L’intrigue de la pièce de Lavedan se déroule à Paris (« On aperçoit le dôme des Invalides par les fenêtres », p. 7), tandis que dans l’adaptation de Vũ Đình Long elle est déplacée « À la Capitale du Vietnam indépendant dans le futur » (« Kịch diễn ra tại Thủ đô nước Việt Nam độc lập tương lai », tr. 174). Le tableau ci-dessous compare les noms de lieux dans les deux versions :

Servir Thờ nước Traduction
(Lettre du) Maroc (p. 10) (Thư) Lai Châu (tr. 177) Lettre de Lai Châu
À Nancy (p. 12) (Trước kia tôi đóng ở)
Huế (tr. 177)
J’étais auparavant à Huế
À Paris ? (p. 13) Hà Nội à ? (tr. 178) À Hà Nội ?
Il est venu me voir dans l’Est, en 1909 (p. 15) Năm kia, anh có vào
Thanh Hóa thăm tôi (tr. 178)
Il est venu me voir à
Thanh Hóa il y a deux ans. [l’année 1909 est enlevée]
En Mauritanie… (p. 16) (Trận) Lạng Sơn...
(tr. 179)
À la bataille de
Lạng Sơn…
Maroc, Orléans
(p. 18-19)
Lai Châu, Bắc Ninh
(tr. 180)
(Les provinces de)
Lai Châu, Bắc Ninh.
Après la mort de son frère, elle est partie pour
Casablanca comme infirmière, aux dames de la Croix-Rouge. (p. 20)
Sau khi anh cháu bỏ mình nơi chiến địa, cháu sung vào đội nữ cứu thương ở Hải Phòng.
(tr. 180)
Après la mort de son frère, elle est partie pour Hải Phòng comme infirmière.
Girard : Qu’il a repris en 70, à Rezonville... je sais ! Précieux ! (p. 26) Nam Hải : Mà ông đã cướp được ở tay quân thù, năm xưa... Tôi biết, quí giá lắm ! (tr. 182) Nam Hải : Qu’il a repris des mains des ennemis auparavant. Je sais !
Précieux ! [le lieu n’est pas indiqué]
Tant que Jacques ne sera pas revenu d’Afrique, je vivrai dans les transes...
(p. 36)
Thằng Mãnh còn ở Lai
Châu ngày nào, tôi còn run ngày ấy... (tr. 186)
Tant que Mãnh ne sera pas revenu de Lai Châu, je vivrai dans les transes...
Je suis chef de poste à
Derbarrah, un endroit difficile... (pp. 49-50)
Con phụ trách việc điều khiển đồn binh Mường
Păk, một địa điểm cực kỳ nguy hiểm... (tr. 190)
Je suis chef de poste à
ờng Păk, un endroit extrêmement dangereux...
Eulain : Alors, j’ai ce qu’il faut. Vincennes ?
Girard : Parfait. Mais dis donc, Vincennes, il y a du monde, là, de la garnison, de l’artillerie.
Tu n’as pas peur ?...
(p. 55)
Vit Hùng : Nếu vậy thì được rồi. Cách đồng Yên
Thái dăm trăm thước.
Nam Hải : Được đấy.
Nhưng mà chỗ ấy có khi đông người qua chăng ?
Chợởi đồn binh...
(tr. 192)
Vit Hùng : Alors, j’ai ce qu’il faut. C’est à cinq cents mètres des champs de Yên Thái.
Nam Hải : Parfait. Mais dis donc, il y a du monde, là ? Chez la garnison de
Chợởi...
Eulin : Parce qu’avant d’aller dans le Loiret
c’était là qu’il habitait, en garnison à Vincennes.
Quand il a été nommé à
Orléans, il a conservé son ancien logement, sans me le dire. (p. 56)
Vit Hùng : Khi trước cháu đóng ở Yên Thái, có mua cái nhà bé nhỏ ấy, để mùa hè nghỉ mát và câu cá. (tr. 193) Vit Hùng : Parce que, auparavant, sa garnison était à Yên Thái, il a acheté cette petite maison pour pêcher et passer les vacances en été.
… des côtes de
Bretagne... (p. 96-97)
Ven biển Bắc Trung – phần Việt Nam, phía dưới Sầm Sơn...
(tr. 208-209)
… des côtes Nord du
Centre vietnamien.
L’Île de Trirec (p. 97) Đảo Hồng sa (209) L’Île de Hồng Sa [du
Sable Rouge]
Madame Eulin :
À côté. À l’église Saint-François-Xavier. (p. 33)
Bà Vit Cường : Gần đây. Chùa Quán Sứ.
[la Pagode de Quán Sứ] (tr. 215)
Madame Vit Cường :
À côté. À la pagode de
Quán Sứ.
Le Ministre :
À Derbarah… (p. 135)
Ô. Bộ trưởng :
Bản Hùm, cách Lai
Châu 20 câysố. (tr. 225)
Le Ministre : À
Bản Hùm [village de
Tigres], 20 km de Lai
Châu.
à Châlons.... (p. 143) trường bay Gia Lâm
(tr. 228)
à l’aéroport de Gia
Lâm.

Noms des personnages : Contrairement aux noms des personnages de la pièce originale, ceux de leurs doubles vietnamiens ont des significations qui reflètent l’esprit patriotique de l’époque.

Personnages de Servir Personnages de
Thờ nước
Traduction
(Colonel) Eulin (Đại tá) Việt Hùng Việt (Nam) Héroïque
Robert Việt Dũng Việt (Nam) Courageux
Jacques (au Maroc, lieutenant à la légion) Việt Mãnh (Lai Châu,
Trung úy trong quân đội biên thùy)
Việt (Nam) Audacieux (lieutenant de l’Armée à la Frontière)
Pierre (lieutenant à
Orléans, au 65e d’artillerie) (p. 18-19)
Cường (trung úy trong bộ đội Bắc Ninh) (tr. 180) Việt (Nam) Puissant (Lieutenant de l’Armée de Bắc Ninh)
Général Girard (Thiếu tướng) Nam Hải (Général) La Mer du Sud

L’abandon de l’esprit colonialiste

20Dans l’adaptation de Vũ Đình Long, on ne trouve plus les traces de la perspective colonialiste présente dans la pièce de Lavedan. Par exemple, le passage ci-dessous n’y figure plus :

Girard : montrant ensuite une carte pendue. La carte d’Afrique ! Notre Afrique !
Ah ! là ! là !
Madame Eulin : C’est pour moi la France !
Girard : Oh ! pas toute !
Madame Eulin : Presque. J’y suis en pensée, trois fois, pour trois êtres chéris. Deux d’entre eux changent souvent de place, tandis qu’un reste à la même. (p. 25)

Parfois, Vũ Đình Long modifie des mots pour donner aux conversations une signification différente. Par exemple, dans l’extrait :

Eulin : Parce qu’à moins d’être déjà un colonial... pour partir là-bas il faut d’abord le métier, et puis le vouloir, le demander... avec énergie. (p. 37)

devient

Vit Hùng : Vì xung vào đội biên thùy, phải là những thiếu niên anh dũng... và phải hân hoan tình nguyện xin đi. (tr. 186)
[Parce que, seulement les jeunes courageux peuvent joindre l’armée de la frontière… de plus, il faut être volontaire].

De même, le passage suivant :

Eulin : […] Si toute l’armée, devant l’ennemi, s’asseyait pour s’interroger, elle serait propre, la défense nationale ! Elle serait jolie, le lendemain, la France de ton devoir !... Ah, ça !... tu es malade ? ou fou ? (p. 119)

devient :

Vit Hùng : […] Nếu bây giờ ai cũng như mày ? Nếu tất cả quân đội trước quân thù, còn ngồi xuống để mà suy nghĩ, thì đẹp biết chừng nào cái cuộc kháng chiến quốc gia ! Ngày hôm sau, nước Việt Nam của cái nghĩa vụ mày sẽ đẹp lắm lắm !... À, mày ốm ! Hay mày điên ? (tr. 217)
[Si maintenant tout le monde est comme toi ? Si toute l’armée, devant l’ennemi, s’asseyait pour s’interroger, elle serait propre, la Résistance nationale ! Il serait joli, le lendemain, le Vietnam de ton devoir !... Ah, ça !... tu es malade ? ou fou ?]

Voici ci-dessous d’autres exemples :

Servir Thờ nước Traduction
Eulin :
D’où vient-il ?
Le Ministre, évasif.
D’Europe.
(p. 135-136)
Vit Hùng : Từ đâu đến vậy ?
Ô. Bộ Trưởng : Từ phía
Tây. (tr. 225)
Vit Hùng : D’où vient-il ?
Le Ministre : De l’Ouest.
Le Ministre :
lui (Eulin) serrant
la main de. Colonel
Eulin... Au nom de la République et de la France... (p. 142)
Ô. Bộ Trưởng : (Bắt tay Việt
Hùng). Đại tá Việt Hùng...
Nhân danh nước Việt Nam
Dân chủ Cộng hòa... (tr. 42)
Le Ministre : ouvrant
les bras à Việt Hùng.
Colonel Việt Hùng... Au nom de la République
Démocratique du
Vietnam.
Eulin : (à sa femme) […]
Êtes-vous tous les deux d’accord ? Et contre moi ? A-t-il fait de toi une indigne Française, reniant sa patrie ?
(p. 157)
Vit Hùng : (nói với vợ) […]
Hai mẹ con đồng ý với nhau ? Và chống lại với tôi đây ? Thế ra nó đã làm cho bà quên Tổ quốc Việt Nam rồi ư ? (tr. 233)
Vit Hùng : (à sa femme) (...) Êtes-vous tous les deux d’accord ?
Et contre moi ? T’a-t-il fait renier notre
Patrie Vietnam ? (p. 157)

Il faut ajouter quelques commentaires sur le remplacement « d’Europe » par « phía Tây ». Jusqu’au milieu du xxe siècle, pour les Vietnamiens, « Tây » (Ouest, Occident, occidental) est synonyme de « France », « Français ». On disait « tiếng Tây », « thằng Tây » pour désigner la langue française et les hommes français. Pour désigner les Françaises, il existait un autre mot, « đầm », venant sans doute du mot « dame » en français. (il en est toujours ainsi pour les Vietnamiens habitant en France). Alors, la réplique du Ministre : « De l’Ouest » peut être comprise comme : « De la France ».

L’un des moments les plus importants de l’histoire culturelle du Vietnam est celui où les troupes françaises ont ouvert le feu sur le port de Danang, en 1858. Paradoxalement et ironiquement, l’invasion devient sans doute l’un des facteurs les plus déterminants dans la modernisation du pays. L’un des fruits les plus remarquables de cette modernisation est la naissance du théâtre moderne, le kịch nói.

21La modernisation du théâtre, tout comme celle d’autres formes d’art au Vietnam, suit le schéma traduction - imitation - création. L’analyse de Thờ nước de Vũ Đình Long, comparé à son original Servir d’Henri Lavedan, nous montre que l’adaptation n’est pas simplement une étape d’apprentissage, mais aussi une technique : grâce à un minimum de changements, l’adaptateur parvient à créer une pièce nouvelle avec des messages nouveaux. Plus encore, dans le contexte de la Résistance Nationale, l’adaptation peut aussi être utilisée comme un outil pour lutter pour l’indépendance du pays.

13. Portrait de Vũ Đình Long (1896-1960), auteur de Chén thuốc độc (La Tasse de poison).

13. Portrait de Vũ Đình Long (1896-1960), auteur de Chén thuốc độc (La Tasse de poison).

14. Tòa án lương tâm (Le Tribunal de la conscience) de Vũ Đình Long, première édition de 1923, page de garde.

14. Tòa án lương tâm (Le Tribunal de la conscience) de Vũ Đình Long, première édition de 1923, page de garde.

Notes

1 Le nôm est un système d’écriture démotique inventé par les Vietnamiens pour écrire leur langue. Le premier document en nôm qui nous soit parvenu est sans doute le texte gravé sur la cloche Vân Bản, en 1076, sous la dynastie des Lý.

2 Alain Guillemin. Alexandre de Rhodes a-t-il inventé le quôc ngu ? Internationalisation Studies, VNU Press, vol. 1, 2012, p. 113.

3 Vũ Minh Giang (dir.). Một thế kỷ phát triển và trưởng thành (Un siècle de développement). Hanoi : Éditions ĐHQGHN, 2006.

4 Cay đắng mùi đời (Saigon, 1923), Tình mộng (Saigon, 1923), Chúa tàu Kim Qui (Saigon, 1923), Một chữ tình (Saigon, 1923), Nam cực tinh huy (Saigon, 1924), Tiền bạc, bạc tiền (Saigon, 1925), Nhơn tình ấm lạnh (Saigon, 1925), Ngọn cỏ gió đùa (Saigon, 1926), Thầy thông ngôn (Saigon, 1926), Chút phận linh đinh (Càn Long, 1928), Kẻ làm người chịu (Càn Long, 1928), Khóc thầm (Càn Long, 1929), Cha con nghĩa nặng (Càn Long, 1929), Vì nghĩa vì tình (Càn Long, 1929), Con nhà nghèo (Càn Long, 1930), Nặng gạnh cang thường (Càn Long, 1930), Con nhà giàu (Càn Long, 1931). Voir le site dédié à l’écrivain : http://hobieuchanh.com/pages/tieusu.html

5 Hồ Biểu Chánh, Đời của tôi về văn nghệ (Ma vie artistique), cité par Nguyễn Văn Trung, http://hobieuchanh.com/pages/baiviet/NguyenVanTrung/AnhHuongCuaMotSo_NVTrung.htm.

6 Ngô Tự Lập. Vũ Đình Long, nhà viết kịch tiên phong (Vũ Đình Long, l’auteur pionnier du théâtre parlé). Tuyển tập kịch Vũ Đình Long (Sélection d’œuvres théâtrales de Vũ Đình Long). Hanoi : NXB Hội Nhà Văn, 2009, p. 9-10.

7 Le théâtre traditionnel vietnamien ne recourt pas à la scène mais au tréteau « de trois mètres sur quatre, le fond, une grande pièce d’étoffe de couleur bleue ou rouge surmontée d’une broderie figurant deux dragons qui se disputent une boule de feu […]. Le hát chèo se jouait sur la place du marché ou dans la cour de la maison commune. Les spectateurs n’étaient séparés des acteurs que par des cordes tendues d’un arbre ou d’une colonne à l’autre ». En revanche, dans le théâtre rénové (cai luong), « la scène est pourvue d’un rideau et de décors », Trân Ván Khe. « Histoire du théâtre en Orient. Le Vietnam ». In : Guy Dumur (dir.). Histoire des spectacles. Paris : Gallimard, coll. « Encyclopédie de la Pléiade » no 19, 1965, p. 418-423.

8 Par l’auteur Ung Binh, par exemple. Cité par : Hoàng Chương. Le théâtre français et le théâtre vietnamien, une belle amitié durable. In : Ảnh hưởng của sân khấu Pháp với sân khấu Việt Nam. Influence du théâtre français sur l’art dramatique vietnamien. Hanoi : Viện sân khấu, 1998, p. 6.

9 Henri Lavedan. Servir. Paris : Albin Michel, 1933. Pièce créée en 1913 à Paris au Théâtre Sarah Bernhardt.

10 Ho Chi Minh. Écrits (1920-1969). Hanoi : Éditions en Langues Étrangères, 1971, p. 66-67.

11 Mot d’ordre chez les partisans de la résistance armée.

12 Vương Hồng Sển. Hồi ký 50 năm mê hát - năm mươi năm cải lương (Mémoires des cinquante ans de ma passion de cải lương). Saigon : Cơ sở xuất bản Phạm Quang Khai, 1968, p. 18-19. Notre traduction.

13 Notre traduction.

Table des illustrations

Titre 13. Portrait de Vũ Đình Long (1896-1960), auteur de Chén thuốc độc (La Tasse de poison).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9228/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre 14. Tòa án lương tâm (Le Tribunal de la conscience) de Vũ Đình Long, première édition de 1923, page de garde.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9228/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Auteur

Université nationale du Vietnam
A obtenu un diplôme d’ingénieur-navigateur dans l’ex-URSS en 1986, puis a servi comme capitaine d’un navire de débarquement avant de reprendre ses études à la Faculté de droit de Hanoi (1990-1993). Il a obtenu un DEA en lettres modernes (ENS de Fontenay-St. Cloud, 1996), puis un doctorat à l’Université d’État de l’Illinois en 2006. Il travaille actuellement à l’Université Nationale du Vietnam. Il a publié plus de vingt livres et des centaines d’essais, des documents et articles de recherche. Membre de l’Union des écrivains de Hanoi et de l’Association des écrivains du Vietnam, il a remporté sept prix pour ses écrits. Il est aussi traducteur en vietnamien de russe, de français et d’anglais. Ses œuvres sont traduites et publiées en France, aux États-Unis, en Inde, en Suède, en Belgique, en Thaïlande, en République tchèque et en Allemagne. Son dernier recueil de poésie, Black Star, a été publié aux États-Unis en août 2013 par Milkweed.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search